Navigation – Plan du site
Relire La Légende d'Ulenspiegel

Quand la Légende retourne à la légende

Les éditions italiennes de la Légende et leur histoire
Anna Soncini Fratta
p. 51-65

Notes de l’auteur

D’autres articles concernant la Légende en l’Italie ont déjà paru ; il s’agit des travaux de Bastiaensen (Michel), « Ulenspiegel en Italie : belgicismes et flandricismes », dans Romaniac, X, 1990, p. 16–27, et « Les traductions italiennes d’Ulenspiegel. Transmission et archaïsme », dans Idioma, 2, 1990, p. 87–104. L’auteur y analyse, de manière ponctuelle et complète, la langue et la « multiplicité des versions italiennes » qui « semble dénoter un engouement qui ne laisse pas d’être assez remarquable dans un pays où la Légende d’Ulenspiegel ne faisait pas partie des récits folkloriques ou populaires » (p. 88). Auparavant, Joseph Hanse avait publié un compte rendu sur « La Légende d’Ulenspiegel dans les écoles italiennes », dans Le Thyrse, IVe série, 1er mai 1932, p. 167–169, suivi par un autre compte rendu de Bedabida (H.), « La légende d’Ulenspiegel en Italie », dans Revue de Littérature Comparée, janvier 1934, p. 331. En s’appuyant sur un travail de recherche déjà publié en Italie, Soncini Fratta (Anna), « La fortuna della Legénde d’Ulenspiegel nell’editoria italiana », dans Padania, 1994, p. 107–118, cet article souhaite porter un regard sur l’histoire de la réception éditoriale de la Légende en Italie.

Texte intégral

  • 1 Des Ombiaux (Maurice), La Littérature belge. Son rôle dans la résistance de la Belgique, Bruxelle (...)
  • 2 En Italie, l’édition ne connait pas de problèmes majeurs pendant la guerre ; on signale une récep (...)
  • 3 Cipriano Oppo, dessinateur. En 1913–1914, il était connu pour avoir publié sur des revues des des (...)
  • 4 Toute l’histoire des éditions Formiggini est reprise dans Mattioli (E.) et Serra (A.), Annali del (...)

1« Dans la nuit du 2 août 1914, le Roi Albert et ses ministres rassemblés en toute hâte, prenaient connaissance de l’ultimatum allemand […] qui ne laissait à la Belgique d’autre alternative que la ruine ou le déshonneur. La consternation, mais non la peur, se marquait sur tous les visages […] lorsque tout à coup une voix s’éleva dans la salle du Conseil ; c’était une voix d’outre-tombe […]. En l’écoutant les cœurs s’animèrent comme toujours : du fond des âges, Ulenspiegel chanta sa septième chanson1 ». En Italie, l’éditeur Formiggini a alors déjà traduit et en partie imprimé la première traduction de la Légende de Thyl Ulenspiegel2. Umberto Fracchia, le traducteur, l’avait proposée en novembre 1913 et avait immédiatement commencé le travail. Le manuscrit avait sans doute été remis au printemps 1914, puisque le 16 juin Umberto Fracchia dit attendre les épreuves et choisir les illustrations faites par son ami Cipriano Oppo3. Des discussions avaient suivi ; Formiggini considérait, en effet, que Cipriano Oppo ne savait pas dessiner, qu’il avait voulu imiter les « legnisti » (graveurs sur bois), et que les résultats étaient franchement décevants. Cependant, l’éditeur revient sur sa décision, il « s’habitue » — dit-il — aux gravures et finalement les aime et les accepte4.

Anonyme, dessin de couverture de De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, Genova, Modena Ferraguti, 1914.

Anonyme, dessin de couverture de De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, Genova, Modena Ferraguti, 1914.
  • 5 J’ai repris ici les mots de la note à la première édition : « Allora noi pensavamo, il traduttore (...)

2En présentant un roman méconnu en Italie et qui leur avait paru comme une révélation, les éditeurs avaient voulu faire « œuvre utile » en destinant le texte aux amateurs de Belles Lettres. Cependant, expliquent-ils, les événements avaient transformé ce livre vieux de près d’un demi-siècle en un livre de la plus grande actualité. Car l’Ulenspiegel est le poème national du peuple belge. Ulenspiegel est le héros de l’indépendance et de la liberté de la Flandre. L’esprit qui anime les personnages est actuel ; actuels sont les noms des villes, les événements, les persécutions, les haines, le désespoir ; actuel est l’héroïsme de ce petit peuple qui a une histoire tissée de révolte, de lutte et de martyr sans fin. À un moment où plus personne ne publie de livres et personne n’en lit, les éditeurs souhaitent, donc, publier la Légende avec la conviction de donner à un vieux chef-d’œuvre oublié une existence nouvelle, passionnée5.

  • 6 Mattioli (E.) et Serra (A.), Annali delle edizioni Formiggini (1908–1938), op. cit., p. 103 : « U (...)
  • 7 C’est dans la préface à l’édition de 1921 que Formiggini, en reprenant sa note à l’édition de 191 (...)
  • 8 Voir à ce sujet Soncini Fratta (Anna), « Le voyage de Jules Destrée et de Maurice Maeterlinck à B (...)

3La Légende fait, ainsi, son entrée en Italie avec le plus grand éclat. Appuyée par la renommée d’un grand éditeur, liée à l’Histoire, elle entre dans le cœur des Italiens au moment de la guerre et est considérée comme un hymne à la liberté d’un peuple oppressé6. C’est un grand succès7. La période est propice, la Belgique est à la une de tous les journaux, grâce notamment aux nombreuses conférences que les écrivains belges donnent à l’époque en Italie. Le roi Albert — voulant convaincre les Italiens d’entrer en guerre — avait demandé à Maurice Maeterlinck, à Jules Destrée, à Georges Lorand de l’aide. Accompagnés parfois aussi par Georgette Leblanc, ils font une tournée de conférences qui lient politique et littérature ; à Florence, à Bologne, à Rome, à Milan, leur passage remplit les places, suscite même des soulèvements. Les écrivains belges sont au centre des discussions entre neutralistes et « interventistes8 ».

4Dans son introduction, le traducteur est affirmatif : l’Ulenspiegel n’est pas un livre de polémique littéraire ou artistique. Il ne change rien, il ne renouvelle rien autour de lui : il passionne pour son actualité ; il n’intéresse pas l’art, mais la politique et la religion. Du point de vue de l’art, il vit la vie tranquille des œuvres sans âge. Il est important parce qu’il est flamand et qu’il ne peut être confondu avec aucun autre livre. Son originalité, c’est l’originalité propre à une grande race. Et Umberto Fracchia continue en citant (en français et sans traduction) un essai d’Émile Verhaeren sur Les Lettres françaises de Belgique :

  • 9 De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamm (...)

Tout ce que le cœur retient de la rude beauté de la Flandre, tout ce que l’esprit thésaurise d’orgueil en lisant son histoire, tout ce que la vie quotidienne ajoute d’émotion et de charme au rêve des passés défunts, tout ce que l’âme a de clair, de doux, de bon et de vaillant en elle, Charles De Coster l’a inclus dans son poème. Ulenspiegel est le poète lui-même et le poète est toute une race. […] Il est indépendant de toute influence étrangère. Il n’est plus un reflet ; il est un miroir ; “Ik ben Ulen spiegel”, disait Thyl à ceux qui entraient sous sa tente pour y voir inscrit leur façon d’être le passé et le futur. Je suis votre miroir. Ulenspiegel est le miroir de la Flandre9.

  • 10 L’histoire de la double appartenance de la Légende est bien analysée dans l’article de Hanse (Jos (...)
  • 11 Voir Soncini Fratta (Anna), « Se rire de la guerre en Belgique : quand l’inconscient et la consci (...)
  • 12 Rabizzani (Giovanni), « Guasconi e guasconate », dans La Lettura. Revue mensuelle du Corriere del (...)
  • 13 La Voce, no 22, 28 novembre 1914.
  • 14 « Miseria e… buonumore durante l’assedio di Parigi del 1870 » et « Parigi che ride » : « Parigi c (...)
  • 15 De Coster (Carlo), La Légende d’Ulenspiegel, texte résumé avec introduction et notes d’Arturo Cre (...)
  • 16 Vandervelde (Émile), La Belgique envahie et le socialisme international, préface Marcel Sembat, P (...)

5Dans cette rencontre prodigieuse avec le public italien, l’œuvre de De Coster devient un pamphlet contre l’oppression et la violence que la Flandre a dû subir, une Flandre qui, les événements aidant, est identifiée avec la Belgique. Des antécédents importants avaient construit cette image : Lemonnier avait dit que nul n’avait pu chanter l’âme flamande mieux que De Coster et que la Légende est une « Bible flamande » ; même si « le héros est familier », avait précisé Francis Nautet, « avec les deux races10 ». La guerre unifie passé et présent, culture et actualité ; elle ne permet pas de rester à la surface des choses. C’est ce qui se passe, par ailleurs, avec la collection dans laquelle l’œuvre est présentée : « I classici del ridere » (Les classiques du rire). Un hymne contre l’oppression dans les classiques du rire peut apparaitre comme une contradiction ; que le projet éditorial soit déjà en cours au moment où la guerre éclate peut fournir une explication possible (les Annales de la Maison d’édition n’en disent rien de précis). Cependant, y voir la manifestation d’une sorte d’opportunisme serait restrictif, vu que le rire a souvent joué un rôle important en période de guerre11 et, que, de plus, l’éditeur lui-même souligne que la collection consacrée aux classiques du rire a été son idée la plus sérieuse. En effet, on y retrouve des œuvres de Boccaccio (Il Decamerone), de De Maistre (I viaggi in casa), de Swift (Gulliver), de Cyrano de Bergerac (Il pedante gabbato e altri scritti comici), et d’Oscar Wilde (Il fantasma di Canterville). La guerre superpose les lectures possibles et la culture vient au secours de l’actualité. Ainsi, en novembre 1914, dans la revue La Lettura, Giovanni Rabizzani déclare qu’il faut faire sentir au public l’importance de l’humour du peuple dans les grandes entreprises guerrières12. Il fait référence à Swift, à De Maistre, à Fontenelle, à Bergerac ; il ne cite pas De Coster, annoncé dans une autre revue, La Voce, seulement le 28 novembre13. Dans le même numéro de La Lettura, deux autres articles sont consacrés à la bonne humeur pendant le siège de Paris, en 1870. Ce Paris que l’on croit en deuil, chante et se moque de l’ennemi14 ; le rire est vital pour la rébellion15 : « l’Ulenspiegel belge a la force de rire même quand son cœur est en deuil16 », disait Vandervelde.

  • 17 Prezzolini (Giuseppe), « E’ giusto che il Belgio sia schiacciato! », dans La Voce, Firenze, no 3, (...)

6L’espièglerie d’Ulenspiegel s’inscrit ainsi dans le courant de l’actualité ; son rire est appelé à tempérer les réactions et invite à prendre du recul par rapport à une période où les discussions sont virulentes. Giuseppe Prezzolini intervient, par exemple, pour dire qu’il est juste que la Belgique, en tant qu’État, soit anéantie : « E’ giusto che il Belgio sia schiacciato17 ! », alors qu’il exalte la capacité du peuple belge à réagir, à se rebeller. Le lien avec le moment historique fait d’Ulenspiegel un personnage inoubliable et de la Belgique / Flandre un pays à défendre et à aimer.

  • 18 Borgese (Giuseppe Antonio), La Guerra delle idee, Milano, Treves, 1916, p. 129–140.
  • 19 « Egli sentiva di mantenersi più vicino all’anima belga temperando gli splendori eroici con un le (...)
  • 20 « Vale a dire che nell’Ulenspiegel si riproduce lo stesso rapporto che è alla base di tutta la st (...)
  • 21 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel (...)
  • 22 La définition est de Max Waller, dans Jeune Belgique, 1881–1882, p. 102, reprise aussi dans Biron(...)
  • 23 Lazzeri (Gerolamo), Gli interpreti dell’anima belga, Bologna, Zanichelli, 1917 : « De Coster è il (...)
  • 24 Ibidem, p. 20

7Des articles, des conférences, des volumes assurent la survie de ce discours. Giuseppe Antonio Borgese consacre à l’Ulenspiegel, en 1916, un chapitre de sa Guerre des idées18 : « Le conte de fées belge ». Pour lui, De Coster se sent plus près de l’âme belge en atténuant les splendeurs héroïques d’un léger voile d’humour et en rendant l’histoire moins âpre à travers la délicate vision enfantine d’une légende féerique19. Il souligne le rôle important de De Coster et sa volonté d’écrire en demeurant impartial, son œuvre représentant les deux cultures : de France, il prend la langue et les modèles littéraires, d’Allemagne, le protagoniste. L’Ulenspiegel est construit sur le même rapport qui se trouve à la base de toute l’histoire belge où les éléments allemands sont absorbés par la forme française20. Ainsi, il reprend un discours de grande importance en Belgique. La discussion sur le concept de « race », les discours de Maeterlinck sur les langues allemande et française n’en sont qu’un exemple, de même que la recherche d’une identité qu’Edmond Picard voit dans l’âme belge. Verhaeren et Lemonnier et leurs préfaces à la Légende (de 1914 et 1917) sont sans doute les inspirateurs de cette vision en Italie21. Au moment de la guerre, l’idée de l’âme belge s’impose de manière puissante. Les Flamands, « ces rudes, ces graves, ces Germains ; les Wallons, ces doux, ces riants, ces Gaulois22 » sont désormais les Belges. Gerolamo Lazzeri, dans un volume publié en 1917 sur Les Interprètes de l’âme belge (en reprenant un discours prononcé en février 1916 à l’Université Populaire de Milan), renoue avec le même discours voyant en De Coster le premier grand écrivain belge, le père de la littérature moderne flamande en langue française. Thyl est le héros courageux ; l’exemple d’une nation qui a osé s’opposer aux « violeurs teutoniques23 ». La Légende, un chef-d’œuvre qui exprime l’âme d’un pays « mixte24 » (flamands et wallons) et lui donne une conscience.

  • 25 Rolland (Romain), « La Légende d’Ulenspiegel. Pour le centenaire de Charles De Coster », dans Eur (...)
  • 26 Nuova Antologia, périodique trimestriel de lettres, sciences et arts, fondé à Florence en janvier (...)
  • 27 Hanse (Joseph), « La Légende d’Ulenspiegel dans les écoles italiennes », dans Le Thyrse, IVe séri (...)
  • 28 Ibidem, p. 168.
  • 29 Ibidem.

8La guerre se termine, mais cette image se perpétue grâce à la réédition de Formiggini de 1921 ; elle revient en plus dans l’actualité lors du centenaire de la naissance de Charles De Coster et de la parution en 1927 de l’article de Romain Rolland dans la revue Europe25. C’est en 1928, en effet, qu’Attilio Momigliano publie un article, chez Mondadori, sur la légende de la liberté flamande, article qui avait déjà paru dans la Nuova Antologia26 du 1er janvier 1918. Le lecteur qui le lit en dehors du contexte historique de la défense d’un pays envahi n’y retrouve guère que la Flandre et le peuple flamand. Cependant, la Belgique revient vite à l’honneur pour le peuple italien : l’héritier au trône, le prince Umberto, subit un attentat lors de sa visite, en 1929, à Bruxelles à l’occasion de ses fiançailles, et en 1930, il épouse une princesse belge, Marie José. La Légende devient, ainsi, en 1932, grâce au travail de Arturo Credali, un classique à présenter aux jeunes étudiants ; elle est publiée dans la collection « Classici per le Scuole italiane » (Classiques pour les écoles italiennes). « Nous voici, une fois encore, devancés par l’étranger », affirme alors Joseph Hanse27. « Ces pages comptent parmi les plus fortes et les plus justes que nous ayons pu lire sur le chef-d’œuvre decostérien. Documentation, objectivité, pénétration, souplesse, goût, je ne sais laquelle de ces vertus critiques il faut le plus admirer28. » Hanse souligne la longue introduction qui permet la compréhension du texte et explique que la publication ainsi conçue offre à l’étudiant italien l’occasion d’aborder « dans le texte français, la lecture de la Légende. M. Credali va d’ailleurs l’aider, l’éclairer continuellement. Les extraits nombreux et judicieusement choisis […] sont précédés et accompagnés souvent de notes en italien. Cela va permettre au lecteur de suivre les étapes de la fameuse révolte des Pays-Bas au xvie siècle et de l’affranchissement de la Hollande29. » Si Joseph Hanse souligne la lecture historique de l’œuvre, en Italie la superposition entre la Belgique et la Flandre continue, l’histoire se superpose au présent, la Flandre du xvie siècle à l’actualité.

9Entre temps, en France, on s’interroge.

  • 30 Sur la base d’une vision déjà articulée par Benedetto Croce, Giovanni Gentile révolutionne en 192 (...)
  • 31 Bédabida (H.), « La Légende d’Ulenspiegel en Italie », dans Revue de Littérature Comparée, janvie (...)

Il faut remarquer surtout la diffusion que le livre de De Coster a eue en Italie ces dernières années […] ; de larges extraits du récit d’aventures ont été offerts à la jeunesse du pays voisin. Trouvant que la littérature française n’offre pas un assez vaste champ d’études ou bien en rendant un inconscient hommage au développement dans l’espace de cette littérature, les nouveaux programmes d’enseignement établis à la suite de la loi Gentile30 prescrivent de lui adjoindre la littérature d’expression française. C’est ainsi que la Légende d’Ulenspiegel entre pour la première fois dans les écoles italiennes, grâce à M. Arturo Credali. Ce jeune professeur de français entend marquer par sa publication l’intimité des liens qui unissent la Belgique à l’Italie et qu’un mariage princier est venu resserrer encore. Le petit volume (C. De Coster, La légende d’Ulenspiegel, con introduzione di Arturo Credali, Milano, Albrighi Segati [sic – Segrati], 1932, petit in-8o de XLIV – 144) se présente de la meilleure façon, avec une courte biographie du romancier, un essai vigoureux sur la légende et sur le caractère national que lui a imprimé l’écrivain belge, un choix judicieux de chapitres reliés par une analyse qui comble opportunément les vides, avec des notes qui utilisent les travaux les plus récents31.

Dans cette présentation de l’œuvre, un doute : est-il « bien fait pour des écoliers et, qui plus est, des écoliers étrangers ? ».

  • 32 Mandich (Anna Maria), Insegnare il francese dans Italia. Repertorio di manuali pubblicati dans ep (...)
  • 33 « Al regime fascista, ormai saldo al governo d’Italia, occorreva negli anni Trenta formare un nuo (...)
  • 34 Le Gaie Avventure di Thyl Ulenspiegel narrate da Paolo Nalli, illustrate da Gustavino, Torino, Un (...)
  • 35 Ibidem, p. 5.
  • 36 Voir Aiolfi (Giulia), « La Scala d’oro » della utet: una collana per ragazzi durante il fascismo (...)

10Le questionnement sur ce qu’il faut proposer aux étudiants est depuis des années déjà au centre des discussions italiennes sur l’enseignement32. Si en 1923, avec la réforme Gentile, l’enseignement des langues étrangères était obligatoire et intensif, dans les années 1930 le fascisme opère une « italianisation » systématique du territoire et en 1940 la langue étrangère disparait des écoles primaires et secondaires. Le français avait été déclaré, en 1935, facultatif dans les écoles supérieures ; seul l’allemand devait encore être enseigné. Dans ce cadre où le régime fasciste souhaite former un esprit nouveau, dans le mépris envers tout opposant aux idées et aux indications du gouvernement33, l’œuvre de De Coster, entrée dans les écoles, vit sans problèmes, mais l’on ne procède à aucune édition nouvelle de l’œuvre complète. Cependant, en 1932, une autre édition pour la jeunesse avait vu le jour34 : Les Joyeuses Aventures de Thyl « racontées » par Paolo Nalli. Il ne s’agit pas d’une reprise de la légende allemande : la Belgique, l’Allemagne, la Pologne se sont longuement battues pour avoir le berceau de Thyl, affirme le texte ; je peux vous assurer que Thyl est né à Damme, en Belgique, un matin de mai, quand les aubépins étaient en fleurs et les coqs chantaient35. Mais cette réécriture efface l’auteur, « il fiammingo36 » De Coster, et contribue à la confusion sur l’origine de l’œuvre.

  • 37 De Coster (Carlo), La Leggenda e le avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak, traduzione a cura (...)
  • 38 « Spirito di Fiandra: spirito e specchio di un popolo che strenuamente per terra e per mare comba (...)
  • 39 « No, non si diverte più Thyl con quegli scherzi e quelle birbonate. In quelli e dans questi ci s (...)
  • 40 « Nota. Si tralascia dans questa versione il capitolo XXVIII del Libro III, puramente episodico e (...)

11La guerre revient et la Légende retrouve son rôle de livre exemplaire pour la lutte contre le tyran. En 1942, en effet, la Maison d’édition utet37 décide de proposer une nouvelle traduction par les soins de Carlo Bernardi dans la collection « I grandi scrittori stranieri » (Les grands écrivains étrangers) ; car l’Ulenspiegel fait connaitre l’esprit de la Flandre, esprit et miroir d’un peuple qui livre une guerre très difficile afin de se libérer de la tyrannie38. Dans le même temps toutefois, Bernardi reconsidère le rôle du rire : après le premier chapitre, Thyl ne s’amuse plus, dit-il ; il souffre toujours d’une sensation d’amertume, d’une ambiance toxique ; c’est l’acrimonie de la haine39. Bernardi donne l’impression de vouloir restituer la dignité d’une lecture profonde à « un texte noir », qui montre, à travers le rire, la possibilité de gérer la haine. Il souligne combien les deux protagonistes sont fondamentalement des personnages d’une grande bonté d’âme. Toutefois, il avoue lui-même dans son introduction avoir éliminé le chapitre XXVIII du livre III, chapitre épisodique, dit-il, pas nécessaire au déroulement de la narration, mettant en scène des lieux équivoques et des scènes licencieuses40. C’est le moment où Thyl et Lamme sont à Anvers, avec les prostituées. La qualification « d’épisodique » suscite un sourire, vu que tout le texte est construit sur des épisodes, des tableaux bien souvent détachés l’un de l’autre. Bernardi semble donc vouloir restituer à la Légende sa valeur historique, proposer une lecture plus approfondie, un morceau d’histoire de la Flandre, tout en étant encore influencé par les idéaux fascistes.

  • 41 Voir « Libri approvati per l’uso e la vendita della lista ufficiale dei libri esaminati dalla com (...)
  • 42 De Coster (Carlo), La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, Milano, Baldassarre Gnocchi, 1945, riduzione (...)

12En 1944, l’œuvre est insérée dans la liste des livres autorisés à la lecture dans le cadre d’une politique de « défascistisation » de la culture en Italie41 ; en 1945, Lidia Capece42 présente une nouvelle réduction du texte pour les enfants et, en 1949, après la guerre, les traductions refleurissent. Deux éditions paraissent presque en même temps grâce aux bons soins de Salvatore Sanfilippo (éd. Colombo) et de Guglielmo Pennino (éd. Sansoni), avec deux visions différentes de l’œuvre.

  • 43 Bubb (Bubulus), « Préface du Hibou », dans De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroï (...)

13Salvatore Sanfilippo introduit pour la première fois la traduction de la « Préface du Hibou » que De Coster ajouta dans l’édition de 1869. Ce texte, signé par Bubulus Bubb, propose une réflexion sur les droits de la fiction par rapport à l’histoire ; en le reprenant, Sanfilippo souligne la volonté de sortir l’œuvre de son rapport à l’histoire présente, pour la lier à l’Histoire au sens plus large ; le Hibou c’est « l’homme politique qui met un masque de liberté, de candeur, d’amour et d’humanité, et, sans prévenir, vous égorge doucement une nation… Poète provincial compte, si tu le peux, les hibous de ce monde ; et songe s’il est prudent d’attaquer, comme tu le fais, la Force et la Ruse, ces reines hiboues43 ». C’est pour revenir en fin de compte à la vision decostérienne : l’histoire est une toile de fond ; les personnages vivent d’eux-mêmes. C’est revenir en même temps à la vision initiale de Formiggini qui avait choisi « I classici del ridere » ; pour la nouvelle édition chez Colombo, l’œuvre est d’ailleurs publiée dans la collection « I classici dell’Umorismo ».

  • 44 J’ai repris ici les mots de la page XIII : « La critica storica ha ormai distrutto quanto di fals (...)
  • 45 Dallapiccola (Luigi), Il Prigioniero: un prologo e un atto da « La torture par l’esperance » del (...)

14Guglielmo Pennino, au contraire, revient sur la vision d’une œuvre « exploitée » dans les moments de guerre, de tension entre les États, pour dire que s’il faut reconnaitre la noble cause pour laquelle les Flamands luttèrent, il faut également dire que, de l’autre côté, il n’y avait pas de monstres, mais des hommes qui défendaient (même s’ils le faisaient avec une furie sectaire) des hauts principes en matière d’idéal religieux. Ainsi Philippe II est méchant, mais de bonne foi ; il croit que c’est la volonté de Dieu qu’il fait respecter. Charles Quint avait compris la lutte des protestants. Mais la Légende est de la grande poésie et il faut lui pardonner les déformations historiques et les mouvements anticléricaux qui sonnent faux dans cette merveilleuse symphonie44. Une « symphonie » qui est reprise par Luigi Dallapiccola, dans un opéra (prologue et un acte) Il Prigioniero (Le prisonnier) d’après La Torture par l’espérance di Villiers de l’Isle-Adam et La Légende d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak de Charles De Coster45, où un prisonnier, condamné à mort par l’Inquisition, croit à l’illusion de pouvoir être libéré et parle avec Dieu. La Légende est toujours le livre des héros qui, de tous les temps et dans tous les pays, s’immolèrent pour la liberté, à l’exemple des Flamands.

  • 46 Il s’agit de la traduction de Roger, Till l’Espiègle, Biarritz, Éditions Eugène Plumon, coll. Gra (...)
  • 47 Voir à ce sujet le travail de Bezzecchi (Simona), La Légende de Thyl Ulenspiegel de Charles De Co (...)
  • 48 Le volume vient après la présentation, en langue italienne, du film, Le Diavolerie di Till (1956, (...)
  • 49 Le Diavolerie di Till, libero adattamento per i giovani di Rita Mortara da La Leggenda di Thyl Ul (...)

15La Légende italienne, née avec la Première Guerre mondiale, qui a traversé la période fasciste vivant une vie intense et importante, après la Seconde Guerre mondiale, perd ce lien étroit avec le pays dont elle avait porté le flambeau ; celui-ci n’a plus d’identité claire, fluctuant, dans la réception de la Légende, entre la Belgique, la Flandre et la Hollande. Dans la réception d’une œuvre universelle mais d’origine « flamande », la légende allemande entre de plus en plus en jeu. Si en 1956, le film franco-allemand avec (et de) Gérard Philipe, Le Diavolerie di Till (1956), affiche le nom de De Coster, en 1957, Till il buffone (souvent reprise dans les bibliographies comme étant une adaptation de l’œuvre de De Coster) affiche Roger46 en tant qu’auteur ; l’histoire et son développement se réfèrent plutôt à la légende allemande47 et le personnage légendaire efface l’écrivain. L’œuvre de Roger connait un grand succès48, au point que l’année suivante, Rita Mortara reprend49 Le Diavolerie di Till et propose une adaptation où l’aventure et l’amusement priment.

  • 50 Ce succès porte aussi l’attention sur la légende allemande. C’est en effet en 1963 que la maison (...)
  • 51 De Coster (Charles), La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, introduction de Mario Alicata, éditée par A (...)
  • 52 Ibidem, p. IX.
  • 53 Ibidem, p. IX
  • 54 « …la coraggiosa anche se a volte settaria, denuncia contro gli ipocriti assertori di falsi ideal (...)

16Le grand succès d’un Thyl50, personnage légendaire, relu pour les enfants fait que le chef-d’œuvre de De Coster est pendant quelque temps oublié. Il faut arriver à la fin des années 1960 pour voir paraitre une nouvelle édition importante. Le quotidien du parti communiste, L’Unità, décide d’éditer la Légende pour en faire le cadeau de Noël à ses lecteurs51. Alicata signe l’introduction et affirme que les éditions qui l’ont précédé n’ont pas eu de succès à cause du caractère progressiste et polémique de l’ouvrage52. En Italie, où la culture a été toujours contrôlée par les catholiques et les privilégiés53, le sort de cette œuvre ne pouvait pas être différent. Alicata est donc heureux de pouvoir la republier et de pouvoir la distribuer en milliers d’exemplaires aux lecteurs de l’Unità. Ulenspiegel est une œuvre universelle à lire parce qu’elle dénonce les hypocrites, les fausses idéologies, l’égoïsme des riches et les violences des despotes ou oppresseurs. Elle nous rappelle des luttes récentes et anciennes contre les invasions et combien les ennemis du progrès peuvent être perfides54.

  • 55 Amerigo Tarenzi écrit : « Ulenspiegel costituisce un elemento assai opportuno, se non addirittura (...)
  • 56 De Coster (Charles), Le Avventure di Thyl, traduction et adaptation de Ines Belski Lagazzi, illus (...)

17Cependant, l’éditeur double ce choix idéologique d’un second choix, celui d’illustrer le volume avec de nombreuses reproductions des tableaux de Breughel. Cette décision d’ordre extra linguistique crée une illusion référentielle d’autant plus importante que Tarenzi, dans sa préface, souligne que l’Ulenspiegel ajoute un élément indispensable à la compréhension de la peinture flamande, laquelle représente un moment fondamental dans la formation de la civilisation européenne moderne55. S’il est vrai qu’il y a dans l’Ulenspiegel, une amplification, à la fois drolatique et tragique des scènes de Breughel, De Coster et son œuvre (présentée dans la traduction d’Umberto Fracchia) sont éclipsés par la présence forte du peintre flamand. Reste toujours la vision de l’œuvre comme hymne à la rébellion ; la guerre de Flandre n’est pas une guerre de religion, mais une guerre d’indépendance nationale. Et cette représentation de la lutte pour la liberté persiste même dans l’adaptation (pour la jeunesse) d’Ines Belski Lagazzi56, qui élimine, par exemple, les aventures burlesques du pèlerinage à Rome pour mieux laisser place aux aventures guerrières de Thyl après la mort de ses parents.

  • 57 Voir Mor (Antonio) et Weisgerber (Jean), Le Letterature del Belgio, Sansoni, Accademia, 1968, cha (...)
  • 58 De Coster (Charles), La Leggenda e le avventure di Thyl Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese (...)
  • 59 De Coster (Charles), Le Avventure di Till Eulenspiegel, a cura di Marcella D’arle, illustrazioni (...)
  • 60 Battaglia (Dino), realizzazione e disegni et Zanotto (Piero), riduzione, Till Ulenspiegel. Le tex (...)
  • 61 Il s’agit du code moral voulu par l’Association européenne des éditeurs de publications pour la j (...)
  • 62 Voir à ce sujet l’article de Nachtergaele (Vic), « La réception de La Légende d’Ulenspiegel en Fl (...)

18La reprise en 1973 de la traduction de Guglielmo Pennino par la maison d’édition Sansoni (collection « I capolavori Sansoni ») offre à Antonio Mor et à Jean Weisgerber57 l’occasion de proposer une nouvelle lecture : Thyl représente, certes, la lutte pour la liberté contre la religion dogmatique, mais il est surtout l’homme que De Coster aurait aimé être, à la recherche de l’amour et de la vie. Les victimes que De Coster met en scène ont une conscience chrétienne de leur condition de victime ; ce sont des martyrs qui songent au ciel qui les attend. Ulenspiegel est une œuvre profondément « buona e umana58 ». En même temps, une nouvelle édition pour la jeunesse, réduite à 60 pages59, voit le jour. L’idée d’un héros bon, humain et sans faille est sans doute l’aspect qui conduit, en 1977, la rédaction de l’hebdomadaire catholique Famiglia cristiana à charger Dino Battaglia et Piero Zanotto à réaliser un « Album del Gioralino » en bande dessinée60. L’adaptation, dit l’auteur, veut respecter les intentions noblement universelles de De Coster. Il ajoute qu’il s’agit d’une adaptation libre : il a dû choisir les exemples les plus significatifs dans une narration très ample et pleine d’événements. C’est une édition où toute référence à l’église a disparu, où les événements les plus cruels ne sont pas repris ; une édition qui se veut liée aux directives italiennes et européennes concernant l’édition pour la jeunesse61. De fait, il s’agit de l’édition la moins fidèle. Dans l’édition en volume, le manque de référence à De Coster, l’image de Thyl en couverture, enlèvent toute importance à l’auteur, cité toutefois dans l’introduction de Zanotto (« I tiri birboni di Till »). Cependant, la reprise de l’Ulenspiegel par une maison d’édition catholique suscite quelques interrogations : sans doute la lecture attentive que Romain Rolland avait fait de l’œuvre, la lecture de Momigliano, les adaptations pour la jeunesse et surtout le texte de Roger pouvaient conduire à penser que l’œuvre proposait des exemples aux jeunes. Il me semble toutefois qu’une interprétation possible de ce choix tient dans le fait qu’il tire sa source de la tradition flamande de la Légende qui avait rencontré un écho tel que l’on a souvent cru être traduit du flamand. En effet, la traduction en flamand de l’œuvre de 1903, mais aussi l’adaptation théâtrale de 1925 eurent un énorme succès et présentèrent Thyl comme un fervent catholique. Le succès fut repris dans les années 1965–1970 avec les nouvelles éditions de Hugo Claus62.

  • 63 De Coster (Charles), La Légende d’Ulenspiegel, édition définitive par les soins de Joseph Hanse, (...)
  • 64 De Coster (Charles), La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, traduction de Umberto Fracchia, édition de (...)
  • 65 Cela concerne également l’édition de La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, Roma, Editori riuniti, 1984 (...)
  • 66 J’ai déjà cité : Till il buffone, mais de la légende allemande sont tirés aussi : Le Avventure di (...)

19Un Ulenspiegel flamand et universel, un autre révolutionnaire et servant d’exemple pour la jeunesse progressiste, un troisième anticlérical et un exemple pour le monde catholique… C’est d’avoir déraciné tous les schémas qu’il a tiré sa force. Toutefois, la réception, avec le temps, a mis en avant une confusion entre la Légende (qui s’est engouffrée dans des lectures idéologiques contrastantes) et la légende allemande (qui est à la base des lectures focalisant l’espièglerie) ; l’œuvre semble subir alors une sorte de stagnation. Des éditions ultérieures récupèrent des traductions déjà existantes, sans jamais tenir compte, par exemple, de l’édition définitive de l’œuvre proposée par Joseph Hanse en 196663. Ainsi la publication qu’a dirigée Michele Rago en 199164 reprend la traduction d’Umberto Fracchia qui se fondait, elle, sur l’édition de Paul Lacomblez de 191265. Œuvre difficile à traduire, certes, mais pas seulement ; le cri de bataille qu’on lui a toujours attribué en Italie s’est perdu et la légende allemande couvre la scène66 avec de nombreuses publications.

  • 67 Voir Crocetti (Luigi), dir., Classificazione Decimale Dewey ideata da Melvil Dewey, edizione 21, (...)

20C’est sur ces bases que se construit le présent. Un regard sur les bibliothèques en témoigne à travers la nouvelle classification Dewey (ddc – Classification décimale Dewey)67. Les bibliothèques italiennes l’ont adoptée pour aider les conservateurs à classer les volumes et pour que le lecteur puisse avoir des informations de base. Or, la Légende est classée différemment selon les endroits : littérature hollandaise, littérature néerlandaise, roman français, roman hollandais, littérature flamande, littérature belge flamande, littérature belge française (et même narrative italienne pour Paolo Nalli)… sont les définitions auxquelles le lecteur d’aujourd’hui doit se confronter.

  • 68 Voir Lukacs (Georg), The Historical Novel, « The naturalism of the Plebeian Opposition », Univers (...)

21S’il n’y a pas d’indication précise, c’est aussi parce que, après une présentation fortement liée à une identité nationale, la réception en Italie s’est éloignée de ce cadre de lecture pour mettre progressivement en avant le caractère universel d’un livre (« unique phenomenon in the whole of Western European Literature of the mid-nineteenth century ») difficile à classer68.

  • 69 Il ajoute en note : « En néerlandais (1895, 1914…) ; allemand (au moins huit déjà en 1927) ; russ (...)
  • 70 D’après l’introduction d’Umberto Fracchia à De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre (...)

22« Inspirateur de thèmes, (De Coster) l’a-t-il été pour ses idées militantes ? » s’interroge Adolphe Nysenholc. Pour l’Italie, la réponse ne peut être que positive ; par ailleurs, il le suggère : « Son engagement a peut-être été davantage perçu hors des frontières, dans les fort nombreuses traductions69 » Toutefois, si l’idéologie avait gardé la Légende vivante, l’universalité lui fait vivre aujourd’hui la « vie tranquille des œuvres sans âge70 ». La Légende est retournée à la légende.

Haut de page

Notes

1 Des Ombiaux (Maurice), La Littérature belge. Son rôle dans la résistance de la Belgique, Bruxelles et Paris, Van Oest et Cie éditeurs, « Les cahiers belges », 1917, p. 11–12.

2 En Italie, l’édition ne connait pas de problèmes majeurs pendant la guerre ; on signale une réception régulière des publications allemandes et une diminution des voix françaises en 1914 (en août et en septembre, c’est un silence quasi complet sauf pour une voix faible de la Revue des deux mondes, publiée timidement en « smilzi fascicoli » [maigres dossiers] ; voir « Il Bibliofilo, Il libro e la guerra. La produzione libraria italiana nel 1914 », dans La lettura, Rivista mensile del Corriere della sera, maggio 1915, p. 479–480).

3 Cipriano Oppo, dessinateur. En 1913–1914, il était connu pour avoir publié sur des revues des dessins définis comme étant violents et agressifs [Cantu (A.), « Cipriano Oppo », dans Rassegna d’arte antica e moderna, I (1914), 5, p. 109–111] ; il était parmi les promoteurs du groupe moderne italien.

4 Toute l’histoire des éditions Formiggini est reprise dans Mattioli (E.) et Serra (A.), Annali delle edizioni Formiggini (1908–1938), Modena, Mucchi, 1980. Les pages 102–103 sont consacrées à : De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, prima versione italiana di Umberto Fracchia con disegni di Cipriano E. Oppo, volume primo, Genova (Modena Ferraguti), coll. Classici del ridere, 1914, p. XXIII, [2], 345, [2].

5 J’ai repris ici les mots de la note à la première édition : « Allora noi pensavamo, il traduttore e io, di far cosa utile a chi coltiva le lettere risuscitando da un passato neppur troppo lontano un romanzo che dans Italia quasi nessuno conosceva e che era apparso a noi stessi come rivelazione. […] Questo libro vecchio di oltre mezzo secolo, dans un libro della più grande attualità […] L’Ulenspiegel è il poema nazionale del popolo belga. Ulenspiegel è l’eroe dell’indipendenza e della libertà della Fiandra. Attuale è lo spirito che anima i personaggi, attuali i nomi delle città, gli avvenimenti che intorno alla città si svolgono, gli assedi, gli assalti, le sanguinose battaglie, le persecuzioni, gli odi, il dolore, la disperazione, l’eroismo di questo piccolo popolo che ha una storia di rivolte, di lotte, di martiri senza fine. » [De Coster (Carlo), La leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, cit., p. VII]

6 Mattioli (E.) et Serra (A.), Annali delle edizioni Formiggini (1908–1938), op. cit., p. 103 : « Un palpito di esistenza nuova ed appassionata ha avuto questo libro che prontamente si esaurì […] Gli italiani lo hanno letto con fervore ed è stato realmente per i più una rivelazione. »

7 C’est dans la préface à l’édition de 1921 que Formiggini, en reprenant sa note à l’édition de 1914, ajoute que ce fut le grand succès, que le livre fut immédiatement épuisé et qu’il ne put le réimprimer qu’en 1921 (p. VIII de la « Note de l’éditeur »).

8 Voir à ce sujet Soncini Fratta (Anna), « Le voyage de Jules Destrée et de Maurice Maeterlinck à Bologne, 1914–1915 », dans Bologna e le letterature straniere moderne, Ravenna, Longo, vol. 1, 1992, p. 158–168.

9 De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, op. cit., p. XII–XIII.

10 L’histoire de la double appartenance de la Légende est bien analysée dans l’article de Hanse (Joseph), « Le centenaire de La Légende d’Ulenspiegel. Communication à la séance du 27 mai 1967 », dans Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises, tome XLV, no 2, 1967, p. 85–105 (la citation est à la page 117).

11 Voir Soncini Fratta (Anna), « Se rire de la guerre en Belgique : quand l’inconscient et la conscience se relaient », dans Hypnos, Esthétique, littérature et inconscients en Europe (1900–1968), Lille, Éditions L’improviste, 2009, p. 293–303.

12 Rabizzani (Giovanni), « Guasconi e guasconate », dans La Lettura. Revue mensuelle du Corriere della sera, no 11, novembre 1914, p. 1023–1032.

13 La Voce, no 22, 28 novembre 1914.

14 « Miseria e… buonumore durante l’assedio di Parigi del 1870 » et « Parigi che ride » : « Parigi che alcuni credono vestita a lutto, dans un lugubre e tenebroso stato d’assedio, lagrimante e dolorante, canta e prende a gabbo i nemici della patria dans una foga di salacità, di umorismo sottile, di ironia, di buon umore », dans La Lettura, op. cit., p. 1049.

15 De Coster (Carlo), La Légende d’Ulenspiegel, texte résumé avec introduction et notes d’Arturo Credali, Roma, Albrighi – Segrati e C., coll. I classici Stranieri annotati per le scuole italiana, no XLIV, 1932.

16 Vandervelde (Émile), La Belgique envahie et le socialisme international, préface Marcel Sembat, Paris, Berger Levrault, 1917, p. 118.

17 Prezzolini (Giuseppe), « E’ giusto che il Belgio sia schiacciato! », dans La Voce, Firenze, no 3, 15 janvier 1915, p. 181–184 : « Il Belgio era un’ombra, di qua e di là. Non valeva per sé. E come fra due correnti dans contrasto, dove si elidono, ci può essere un angolo calma, così stava lui ; fino a che l’equilibrio è venuto meno ed una corrente ha vinto. […] La punizione del Belgio è stata giusta. […] Senonché il Belgio ha dimostrato di valere più di quello che i suoi capi partito non credessero. Il senso della sua autonomia e il desiderio di pagarla magari con la vita non erano del tutto spenti. Non essendo soldato si è improvvisato ribelle. E perciò capisco, ammiro e giustifico i privati, i ragazzi, le donne che hanno tirato, apertamente e a tradimento, contro i tedeschi. »

18 Borgese (Giuseppe Antonio), La Guerra delle idee, Milano, Treves, 1916, p. 129–140.

19 « Egli sentiva di mantenersi più vicino all’anima belga temperando gli splendori eroici con un leggero velo di scherzo, ammorbidendo la storia nella delicata puerilità di una leggenda di fate. […] Grandiosamente infantile, gli si rivelava dans tutto l’anima belga e anche i suoi fieri gridi di libertà gli parevano prorompenti di un’istintiva, generosa fanciullesca necessità di essere quello che è », Ibidem, p. 131.

20 « Vale a dire che nell’Ulenspiegel si riproduce lo stesso rapporto che è alla base di tutta la storia belga, ove gli abbondanti elementi tedeschi sono stati assorbiti dalla forma, questo di molte querimonie per i pangermanisti i quali invece dovrebbero riconoscere nelle Fiandre francesizzate e nel Belgio che primo sbarra la via agli eserciti di Germania la prova più tipica dell’insufficienza dello spirito tedesco laddove viene a contatto con una cultura più fine e più perfettamente costruita », Ibidem.

21 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au Pays de Flandre et ailleurs, préface par Camille Lemonnier, Bruxelles, Lacomblez, 1912, p. XX ; autres éditions : « Préface » par Émile Verhaeren et Camille Lemonnier, Bruxelles, Lamertin, 1914, p. XXII ; et « Préface » par Camille Lemonnier, Bruxelles, Lacomblez, 1917, p. XX. Voir aussi à ce sujet l’article de Hanse (Joseph), « Le centenaire… », op. cit.

22 La définition est de Max Waller, dans Jeune Belgique, 1881–1882, p. 102, reprise aussi dans Biron (Michel), La Modernité belge. Littérature et société, Bruxelles, éditions Labor, 1994, p. 73.

23 Lazzeri (Gerolamo), Gli interpreti dell’anima belga, Bologna, Zanichelli, 1917 : « De Coster è il primo grande scrittore del Belgio, il padre della moderna letteratura fiamminga di espressione francese », p. 5.

24 Ibidem, p. 20

25 Rolland (Romain), « La Légende d’Ulenspiegel. Pour le centenaire de Charles De Coster », dans Europe, tome XIII, 1925, p. 5–22 ; l’article avait été publié en allemand « comme “Vorkland” à la grande édition d’Ulenspiegel, publiée en allemand chez l’éditeur Kurt Wolff » (n. 1 de l’article). Cet article a servi de préface à des éditions postérieures de la Légende, la dernière étant celle des éditions Missidor, Till Ulenspiegel, adapté par Charles De Coster, préface de Romain Rolland, 1990, coll. Les grands romans de la liberté. Romain Rolland avait déjà écrit pour le King’s Albert Book (The Daily Telegraph, 1914), « Au peuple qui souffre pour la justice » repris aussi dans Rolland (Romain)], Au-dessus de la mêlée, Paul Ollendorff, 1915, où il affirmait que « l’héroïsme des Belges d’aujourd’hui est le même que celui des Flamands de Courtrai ».

26 Nuova Antologia, périodique trimestriel de lettres, sciences et arts, fondé à Florence en janvier 1866 (éd. Fondazione Spadolini – Nuova antologia)

27 Hanse (Joseph), « La Légende d’Ulenspiegel dans les écoles italiennes », dans Le Thyrse, IVe série, 5 (1er mai 1932), p. 167–169.

28 Ibidem, p. 168.

29 Ibidem.

30 Sur la base d’une vision déjà articulée par Benedetto Croce, Giovanni Gentile révolutionne en 1923 l’enseignement dans les écoles italiennes. Giuseppe Lombardo Radice la développe encore. On vise une école de culture, qui doit préparer les jeunes destinés à diriger la société moderne, le cours étant déjà en lui-même un acte éducatif. Le fascisme cherche à utiliser cette réforme pour ses buts politiques. C’est avec le temps que la réforme Gentile se lie aux idéaux fascistes.

31 Bédabida (H.), « La Légende d’Ulenspiegel en Italie », dans Revue de Littérature Comparée, janvier 1934, p. 331.

32 Mandich (Anna Maria), Insegnare il francese dans Italia. Repertorio di manuali pubblicati dans epoca fascista (1923–1943), Bologna, Cooperativa Libraria Universitaria Editrice Bologna, coll. Heuresis, no 3, Strumenti / Collana del Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere Moderne, 25, 2002, p. 201.

33 « Al regime fascista, ormai saldo al governo d’Italia, occorreva negli anni Trenta formare un nuovo spirito, costruire nei giovani una nuova cultura, che operasse da guida “morale”, che li educasse al disprezzo per gli oppositori e per tutti coloro che divergevano nelle idee, nei costumi, anche solo nell’aspetto, dalle direttive di un governo che si stava preparando alla guerra », dans Castoldi (Massimo), « Premessa », dans Piccoli eroi: libri e scrittori per ragazzi durante il ventennio fascista, Actes du colloque édités par Massimo Castoldi, Torino, Franco Angeli editore. Voir également le travail de Pellandra (Carla), Le Radici del nostro mestiere. Storia e storie degli insegnamenti linguistici, dans Quaderni del cirsil, no 3, Alma-DL. Quaderni di ricerca, 2004, p. 152.

34 Le Gaie Avventure di Thyl Ulenspiegel narrate da Paolo Nalli, illustrate da Gustavino, Torino, Unione tipografico-editrice torinese, coll. Narrativa italiana, 1934, p. 100.

35 Ibidem, p. 5.

36 Voir Aiolfi (Giulia), « La Scala d’oro » della utet: una collana per ragazzi durante il fascismo (1932–1936), mémoire de l’Università degli studi di Milano, Facoltà di Lettere e Filosofia, direction prof. Lodovica Braida, a.a. 2006–2007, article publié dans Editori e piccoli lettori tra Otto e Novecento, sous la direction de Luisa Finocchi et de Ada Gigli Marchetti, Milano, FrancoAngeli, 2004, p. 141–158.

37 De Coster (Carlo), La Leggenda e le avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak, traduzione a cura di Carlo Bernardi, Torino, utet, , coll. I grandi scrittori stranieri, n. 105 et 106, 1942, 2 vol., p. 339 et 335.

38 « Spirito di Fiandra: spirito e specchio di un popolo che strenuamente per terra e per mare combatte una difficilissima durissima guerra, per sciogliersi dalle catene d’una crudele tirannia; spirito di un popolo che sanguinosamente per la libertà della propria coscienza religiosa ; spirito di un popolo buono, gaio, operoso e meravigliosamente eroico » (p. 8).

39 « No, non si diverte più Thyl con quegli scherzi e quelle birbonate. In quelli e dans questi ci si sente qualcosa di amaro, un che di attossicato: l’amaro e il veleno dell’odio ; odio contro tutti gli ordii religiosi e i loro aderenti baciapile, che servono di sostegno all’Inquisizione; rancore profondo contro tutti i favoreggiatori, alti e bassi dell’oppressione spagnola, contro tutti i manutengoli, nobili e plebei, delle imperiali e reali ladrerie e carneficine » (p. 10).

40 « Nota. Si tralascia dans questa versione il capitolo XXVIII del Libro III, puramente episodico e non necessario allo svolgimento della narrazione, per il luogo che ritrae e la licenza delle scene rappresentate » (p. 22).

41 Voir « Libri approvati per l’uso e la vendita della lista ufficiale dei libri esaminati dalla commissione ministeriale per la defascistizzazione (novembre 1944) », dans Ascenzi (Anna) et Sani (Roberto), Il Libro per la scuola nel ventennio fascista. La normativa sui libri di testo dalla riforma Gentile alla fine della seconda guerra mondiale (1923–1945), Macerata, Alfabetica, 2009, p. 336 et sq.

42 De Coster (Carlo), La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, Milano, Baldassarre Gnocchi, 1945, riduzione di Lidia Capece, monocromia di Michele Burkhart, p. 84.

43 Bubb (Bubulus), « Préface du Hibou », dans De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, deuxième édition, Paris, Librairie internationale, A. Lacroix, Bruxelles, Leipzig et Livourne, 1869, p. VIII + 480.

44 J’ai repris ici les mots de la page XIII : « La critica storica ha ormai distrutto quanto di falso e di tendenzioso aveva deformato la figura di Carlo V, restituendogli la sua vera fisionomia. Così la severa indagine degli avvenimenti […] ci hanno rivelato un Filippo II assai diverso da quello della leggenda. […] coi nemici della Spagna e della religione fu spietato. Ma non bisogna dimenticare come fossero spietati i tempi e tremenda la partita impegnata. I fermenti di ribellione si propagavano […] ed egli era convinto dell’incontestabile diritto del re di Spagna di tener soggiogato alla sua egemonia il mondo intero, perché, dans perfetta buona fede, riteneva che fosse questa la volontà di Dio. »

45 Dallapiccola (Luigi), Il Prigioniero: un prologo e un atto da « La torture par l’esperance » del Conte Villiers de l’Isle-Adam e da « La légende d’Ulenspiegel et de Lamme Gordzak » di Charles De Coster, Milano, Suvini Zerboni,1948.

46 Il s’agit de la traduction de Roger, Till l’Espiègle, Biarritz, Éditions Eugène Plumon, coll. Grandes Légendes européennes, 1943.

47 Voir à ce sujet le travail de Bezzecchi (Simona), La Légende de Thyl Ulenspiegel de Charles De Coster: le edizioni per l’infanzia dans Italia, mémoire présenté à l’Université de Bologne, Faculté des Lettres, 1990–1991.

48 Le volume vient après la présentation, en langue italienne, du film, Le Diavolerie di Till (1956, Les Aventures de Till L’Espiègle) avec Gérard Philipe.

49 Le Diavolerie di Till, libero adattamento per i giovani di Rita Mortara da La Leggenda di Thyl Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nei paesi delle Fiandre e altrove, Torino, G.B. Paravia e C., 1958, coll. I romanzi avventurosi, p. VI + 167. Elle intervient dans l’histoire pour avouer, par exemple, quand Thyl et Nèle, qui ont échappé à la pendaison, se retrouvent et se marient : nous aimerions tellement pouvoir dire : et ils vécurent heureux pour toujours… Mais hélas, c’est la guerre et il faut suivre la guerre pour narrer les aventures de nos personnages.

50 Ce succès porte aussi l’attention sur la légende allemande. C’est en effet en 1963 que la maison d’édition Mondadori publie Le Avventure di Till Eulenspiegel raccontate da Erich Kastener, illustrazioni di Walter Trier, Milano, Mondadori, 1963.

51 De Coster (Charles), La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, introduction de Mario Alicata, éditée par Amerigo Terenzi, illustrations de Peter Bruegel, traduction de Umberto Fracchia, Roma, Editore Bietti (s.d.), L’Unità spa, s. d., p. XXXIII + 396. L’édition est sans date, mais l’introduction de Mario Alicata dit republier le texte après plus de cinquante ans de l’édition Formiggini.

52 Ibidem, p. IX.

53 Ibidem, p. IX

54 « …la coraggiosa anche se a volte settaria, denuncia contro gli ipocriti assertori di falsi ideali, l’egoismo dei ricchi e le violenze dei prepotenti […] ravvivando, nelle nostre menti, reminiscenze di lotte recenti e remote contro la brutale violenza degli invasori e la sottile perfidia dei nemici del progresso », p. IX.

55 Amerigo Tarenzi écrit : « Ulenspiegel costituisce un elemento assai opportuno, se non addirittura indispensabile, alla lettura di quella pittura fiamminga che […] rappresenta un momento tipico e insostituibile della formazione della moderna civiltà europea », dans « Introduzione » à La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, Roma editore Bietti, op. cit., p. XXXVIII.

56 De Coster (Charles), Le Avventure di Thyl, traduction et adaptation de Ines Belski Lagazzi, illustration de Carlo Toffolo, avec une annexe sur l’histoire et les coutumes en Belgique, Milano, Le Stelle, coll. I libri migliori, s. d. [1969], p. 152.

57 Voir Mor (Antonio) et Weisgerber (Jean), Le Letterature del Belgio, Sansoni, Accademia, 1968, chapitre VI : « La leggenda d’Ulenspiegel », p. 63–73 en partie reprise dans l’introduction à l’édition Sansoni de 1973.

58 De Coster (Charles), La Leggenda e le avventure di Thyl Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre, traduzione di Guglielmo Pennino, Firenze, Sansoni, coll. I capolavori sansoni, no 74, 1973, p. XIII.

59 De Coster (Charles), Le Avventure di Till Eulenspiegel, a cura di Marcella D’arle, illustrazioni di Libico Maraja, Bergamo, Janus, coll. Mosaico, s. d. (1974 ?).

60 Battaglia (Dino), realizzazione e disegni et Zanotto (Piero), riduzione, Till Ulenspiegel. Le texte est édité : Till Ulenspiegel, Testo di Piero Zanotto, Prefazione « Satira ed ironia di Dino Battaglia » di Ranieri Carano, Introduzione « I tiri birboni di Till Ulenspiegel » di Piero Zanotto, p. 72, Edizioni EP Gruppo periodici, Serie « I sempreverdi », 15, Aprile 1977. Cette BD est traduite en français : Thyl l’espiègle, Bruxelles, Louis Musin éditeur, 1977.

61 Il s’agit du code moral voulu par l’Association européenne des éditeurs de publications pour la jeunesse (1966). Il rappelle que les publications pour la jeunesse doivent mettre en honneur les valeurs morales, respecter l’ordre social et sauvegarder la dignité de la personne humaine. Elles respecteront les convictions religieuses et se garderont de créer ou d’entretenir des préjugés ethniques. Et l’article 9 précise : « Dans toutes les histoires, le bien devra finalement l’emporter sur le mal et, s’il n’est pas châtié par les circonstances, le mauvais personnage sera puni, suivant les formes légales », cité dans Nouailhat (René), Les Avatars du christianisme en bandes dessinées, Paris, EME éditions, 2015 ; cité aussi dans Becciu (Leonardo), Il Fumetto dans Italia, Firenze, Sansoni, 1971, p. 352–354.

62 Voir à ce sujet l’article de Nachtergaele (Vic), « La réception de La Légende d’Ulenspiegel en Flandre. Le cas d’A. Van de Velde et de H. Claus », dans Fratta (Anna Soncini), dir., La Légende de Thyl Ulenspiegel de Charles De Coster. Atti del terzo seminario internazionale di Letteratura belga di lingua francese, Bologna, Clueb, 1991.

63 De Coster (Charles), La Légende d’Ulenspiegel, édition définitive par les soins de Joseph Hanse, avec notes et variantes, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1966, p. XXIX.

64 De Coster (Charles), La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, traduction de Umberto Fracchia, édition de Michele Rago, Udine, Studio Tesi, 1991. C’est la version que le lecteur d’aujourd’hui trouve disponible sur google.books.

65 Cela concerne également l’édition de La Leggenda di Thyl Ulenspiegel, Roma, Editori riuniti, 1984, p. XLVII.

66 J’ai déjà cité : Till il buffone, mais de la légende allemande sont tirés aussi : Le Avventure di Till Eulenspiegel, raccontate da Ericj Kastner, illustrazioni di Walter Trier, Milano, Mondadori, 1963 ; Till Eulenspiegel, a cura di Luigi Tacconelli, Roma-salerno, 1979, coll. Omikron ; Le Avventure di Till Eulenspiegel, illustrazioni di Agusti Asensio, Sesto San Giovanni (Mi), A. Peruso, 1991 ; Trasposizioni burlesche di Till Eulenspiegel di Giorgio Satragni, Firenze, Olschki, 2007.

67 Voir Crocetti (Luigi), dir., Classificazione Decimale Dewey ideata da Melvil Dewey, edizione 21, édité par les soins du groupe de travail de la Bibliografia nazionale italiana sous la direction de, volume 1, Roma, Associazione Italiana Biblioteche, 2000. Il faut souligner toutefois que le choix est laissé aux conservateurs : en effet, on souligne que les bibliothèques qui veulent mettre en évidence la littérature française peuvent classer la littérature de la Belgique ou du Canada sous les codes de la littérature française ; les bibliothèques qui veulent mettre en relief la littérature du Canada peuvent insérer la littérature française à l’intérieur des codes destinés à la littérature canadienne.

68 Voir Lukacs (Georg), The Historical Novel, « The naturalism of the Plebeian Opposition », University of Nebraska Press Lincoln and London, 1962, p. 214.

69 Il ajoute en note : « En néerlandais (1895, 1914…) ; allemand (au moins huit déjà en 1927) ; russe (au moins une demi-douzaine) ; anglais (quelques-unes, dont à New York : 1943) ; hongrois ; polonais ; tchèque ; suédois (1925) ; espagnol ; etc. ». Nysenholc (Adolphe), « La pensée de Charles De Coster », dans L’Essai en Belgique romane, Études Littéraires, 21, 2 (automne 1988), uri : id.erudit.org/iderudit/500846ar.

70 D’après l’introduction d’Umberto Fracchia à De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’ Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Anonyme, dessin de couverture de De Coster (Carlo), La Leggenda e le eroiche, allegre e gloriose avventure d’Ulenspiegel e di Lamme Goedzak nel paese delle Fiandre e altrove, Genova, Modena Ferraguti, 1914.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3121/img-1.png
Fichier image/, 503k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Soncini Fratta, « Quand la Légende retourne à la légende », Textyles, 54 | 2019, 51-65.

Référence électronique

Anna Soncini Fratta, « Quand la Légende retourne à la légende », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3121 ; DOI : 10.4000/textyles.3121

Haut de page

Auteur

Anna Soncini Fratta

Alma Mater Studiorum — Università di Bologna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals