Navigation – Plan du site
Relire La Légende d'Ulenspiegel

La Légende dUlenspiegel de Charles De Coster et The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien : deux œuvres nationales ?

Julien Schoonbroodt
p. 67-87

Texte intégral

  • 1 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Brux (...)
  • 2 Si, comme l’indiquent Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, la formule « littérature francophon (...)
  • 3 Ibidem, p. 120.
  • 4 « Do not laugh! But once upon a time (my crest has long since fallen) I had a mind to make a body (...)
  • 5  « I was from early days grieved by the poverty of my own beloved country: it had no stories of i (...)
  • 6 Le cas le plus représentatif est la figure d’Eriol / Ælfwine. Voir Tolkien (John Ronald Reuel), T (...)
  • 7 Cet article reprend les grandes lignes de l’analyse interne de La Légende d’Ulenspiegel et de The (...)
  • 8 Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain), dir., Le Dictionnaire du littéraire, Paris, (...)

1La pertinence d’une analyse comparée de l’œuvre de Charles De Coster avec celle de John Ronald Reuel Tolkien est loin de s’imposer au premier abord. Leurs œuvres respectives — La Légende d’Ulenspiegel (1867) et The Lord of the Rings (1954–1955) — sont en effet séparées par près d’un siècle, ont été produites dans des contextes géographiques et idéologiques très différents, et ont connu une fortune littéraire de natures différentes. Mais ces différences nous permettront de constituer un outil heuristique efficace pour renouveler l’approche de deux auteurs abondamment étudiés en réfléchissant sur ce qui les distingue, mais également sur ce qui les réunit. Car outre un certain nombre de convergences génériques et thématiques entre leurs œuvres — citons notamment des caractéristiques communes de la littérature populaire et de jeunesse dont elles se distinguent par la complexité de leur intrigue et une pluralité de tons, une mise en scène d’un Moyen Âge fantasmé et le développement du motif de la quête — (ces caractéristiques pouvant toutefois s’appliquer à bien d’autres), un de leurs points communs est le caractère national volontiers mis en avant par et à propos de leurs œuvres. La Légende d’Ulenspiegel fut en effet érigée en « œuvre fondatrice1 » de la littérature belge2 ; et beaucoup ont voulu y voir une véritable « Bible nationale3 ». Quant à Tolkien, il a exprimé dans sa correspondance son projet de créer une mythologie pour son pays, l’Angleterre4, afin de combler l’absence à ses yeux d’une tradition authentiquement anglaise5. Si son projet initial a bien évolué, on en trouve toutefois de nombreux échos dans son œuvre6. C’est donc cette dimension nationale qui fera l’objet de cet article7. On entendra ici par « œuvre nationale » une œuvre présentant des traits thématiques et linguistiques qui peuvent être rattachés à un groupe ou une communauté historiquement et politiquement constitués et dont elle propose une certaine représentation8. L’étude de ces traits permet de comprendre les raisons pour lesquels ces œuvres ont pu donner lieu à des interprétations et à des annexions dans une perspective nationale, voire nationaliste, qu’elles soient le fait de la critique ou de l’auteur même.

  • 9 Si de nombreux facteurs externes expliquent également le caractère national de ces deux œuvres, n (...)

2Nous nous proposons ici d’étudier la dimension nationale de la Légende d’Ulenspiegel et de The Lord of the Rings à l’aide d’une micro-lecture comparatiste essentiellement interne9. Ces œuvres peuvent être analysées comme des prises de position sur le plan idéologique et artistique. En outre, elles ont eu un impact très important et sont passées à la postérité, ce qui, dans le cas de l’étude de la dimension nationale d’une œuvre, est fondamental. Nous analyserons une série d’éléments thématiques — généralement mobilisés dans les œuvres nationales —, afin de mettre à jour les représentations que les deux auteurs en donnent. Nous étudierons ainsi les représentations qu’ils offrent de leurs nations notamment à travers deux héros — Thyl Ulenspiegel et Tom Bombadil —, et des peuples qui les habitent. Enfin, nous décrirons la langue utilisée par De Coster et Tolkien pour déterminer si celle-ci est le lieu d’une affirmation nationale.

Thyl Ulenspiegel et Tom Bombadil ou la personnification de la Nation ?

3Le héros central de La Légende, Thyl Ulenspiegel, partage un certain nombre de traits avec un curieux personnage de l’univers de Tolkien : Tom Bombadil. Tous deux sont, par de nombreux aspects, conçus comme de véritables personnifications de la Nation.

  • 10 Fabienne Claire Caland voit d’ailleurs dans la maison de Tom Bombadil une figuration de l’« Eden, (...)
  • 11 Voir Tolkien (John Ronald Reuel), The History of Middle-earth (VI). The History of The Lord of Th (...)
  • 12 Ce substantif « est utilisé à quatre [sic. en réalité, trois] reprises par Tolkien, dans sa corre (...)
  • 13 Tolkien (John Ronald Reuel), Letters, op. cit., p. 192.

4Thyl et Tom sont en effet décrits comme l’incarnation de la terre qui est la leur. Tolkien définit Bombadil comme « the spirit of the (vanishing) Oxford and Berkshire countryside » (Letters 19, p. 26). Il ne fait qu’un avec son domaine qui est décrit comme un endroit onirique, un îlot de paix, loin de la violence du monde extérieur10. Il constitue ainsi une représentation fictionnelle idéalisée de l’Angleterre rurale à laquelle Tolkien était profondément attaché. Il faut cependant signaler que ces propos datent de 1937, soit avant le début de la rédaction de The Lord of the Rings, à un moment où Bombadil n’était encore qu’un personnage de poèmes enfantins. Toutefois, dès 1938, Tolkien avait déjà décidé de l’inclure dans The Lord of the Rings11 et n’avait ainsi peut-être pas renoncé à en faire l’incarnation de la campagne anglaise. Un argument en ce sens est apporté par Tom Shippey qui montre que le nom de la rivière Withywindle, près de laquelle vit Tom, est linguistiquement construit à partir de Withybrook — un village du Warwickshire dans le nord d’Oxford — et de Windsor — une ville du Berkshire. L’intégration de Bombadil au legendarium12 — qui a de quoi étonner tant il détonne avec le reste de l’ouvrage — manifeste un certain attachement de Tolkien pour son personnage. Dans une lettre à Naomi Mitchison datant du 25 avril 1954 — à une époque où Tolkien avait rédigé les épreuves des deux premiers volumes de The Lord of the Rings — il écrit au sujet de Bombadil que certes « [he] is not an important person — to the narrative », mais que « he represents something that I feel important, though I would not be prepared to analyze the feeling precisely ». Il ajoute ensuite qu’il le conçoit comme représentant « Botany and Zoology (as sciences) and Poetry as opposed to Cattle-breeding and Agriculture and practicality » (Letters 144, p. 178–179). On voit ainsi qu’en intégrant Bombadil au legendarium, Tolkien élargit sa perspective. De l’incarnation d’une partie congrue de la campagne anglaise, Bombadil devient l’incarnation d’une certaine idée de ce que doit être, selon Tolkien, « [the] pure (real) natural science13 ». Cette évolution ne nous semble pas pour autant exclure la conception première que Tolkien avait de son héros, mais participe bien plus d’un ennoblissement et d’un enrichissement du caractère du personnage accompagnant son intégration dans le legendarium.

  • 14 « Les cendres de Claes battent sur ma poitrine, je veux sauver la terre de Flandre. » (La Légende(...)

5Le personnage de Tom Bombadil donne ainsi à voir l’évolution d’un caractère au gré de ses nombreux réinvestissements littéraires. Il est plus facile de circonscrire le rôle d’Ulenspiegel qui, après s’être partiellement départi de son côté bouffon, incarnera jusqu’au bout la révolte populaire14 et l’esprit de la Flandre. Toutefois, s’il est l’esprit de la Nation, il ne l’incarne pas à lui seul, comme on le constate dans l’extrait suivant :

  • 15 Nous utiliserons désormais ce système de notation pour renvoyer à La Légende d’Ulenspiegel, le ch (...)

Claes est ton courage, noble peuple de Flandre, Soetkin est ta mère vaillante, Ulenspiegel est ton esprit ; une mignonne et gente fillette, compagne d’Ulenspiegel et comme lui immortelle, sera ton cœur et une grosse bedaine, Lamme Goezak, sera ton estomac. (La Légende, I, 5)15

Cette identité flamande est ainsi fragmentée entre différents personnages hissés au rang de symboles.

  • 16 Nous renvoyons à l’édition suivante : Tolkien (John Ronald Reuel), The Lord of The Rings, édition (...)
  • 17 Quaghebeur (Marc), « Le xvie siècle : un mythe fondateur de la Belgique », dans Brogniez (Laurenc (...)

6Si l’on part du postulat qu’Ulenspiegel et Bombadil sont tous deux l’incarnation de leur nation respective — ou tout du moins d’une certaine partie de celle‑ci —, le moment où De Coster et Tolkien les font naître est significatif. En effet, Bombadil est décrit comme le « eldest » (LoR, p. 172)16, ce qui permet ainsi de faire remonter les racines de la nation anglaise à un passé immémorial. Quant à Ulenspiegel, De Coster le fait naître au xvie siècle, dans lequel, selon Marc Quaghebeur, « l’imagination littéraire belge, l’imaginaire collectif, et une bonne part des études historiques nationales, se plongent pour en tirer un des mythes — si pas le mythe essentiel — de la constitution du soi ». La « Flandre mythique et son passé pictural » sont mis en avant comme un élément permettant de se dissocier de la France et sous « le vocable de Gueux, le mythe fait en outre émerger la figure du Belge17 ». On voit donc que La Légende est bien une œuvre du xixe siècle.

7Ulenspiegel et Bombadil sont tous deux immortels et leur immortalité est, par métonymie, également celle de la nation. La scène finale de La Légende est révélatrice. Alors qu’Ulenspiegel semble mort après avoir pris le baume de vision, il bondit de la tombe où l’avaient enterré des papistes et proclame :

— Est-ce qu’on enterre, dit-il, Ulenspiegel, l’esprit, Nele, le cœur de la mère Flandre ? Elle aussi peut dormir, mais mourir, non ! Viens, Nele.
Et il partit avec elle en chantant sa sixième chanson, mais nul ne sait où il chanta la dernière. (La Légende, V, 10)

  • 18 Voir Gellner (Ernest), « Nationalism and High Cultures », dans Hutchinson (John) et Smith (Anthon (...)

8Cette scène est une parfaite illustration de ce que Ernest Gellner nomme le motif de la « Belle au Bois Dormant » selon lequel les nations sont des organismes éternels qu’aucune oppression ne peut éradiquer. Ce motif est, selon Gellner, à la base de tous les discours nationalistes du xixe siècle18.

  • 19 «  […] suddenly, hopping and dancing along the path, there appeared above the reeds and old batte (...)

9Les deux héros ont par ailleurs tous deux une dimension comique, que l’on pense à l’accoutrement de Bombadil19, ses perpétuels sautillements, ses chansons absurdes, ou aux farces d’Ulenspiegel à l’égard des bourgeois et de l’Église. Mais Ulenspiegel se départira rapidement de son côté farceur. Bombadil, par contre, ne l’abandonnera jamais, même lorsqu’il doit secourir les Hobbits, prisonniers des terribles Barrow-wights. C’est que son pouvoir est tel qu’il ne craint aucun adversaire.

10Enfin, tous deux se caractérisent par leur propension à chanter. Cela est particulièrement manifeste chez Bombadil qui apparaît d’ailleurs pour la première fois dans The Lord of the Rings en chantant :

Hey dol! merry dol! ring a dong dillo!
Ring a dong! hop along! fal lal the willow!
Tom Bom, jolly Tom, Tom Bombadillo!
(LoR, p. 156)

  • 20 Shippey (Tom), The Road to Middle-earth. Revised and expanded edition, Londres, HarperCollins Pub (...)
  • 21 Ibidem, p. 121–122.
  • 22 À l’exception du chapitre I, 27 où Ulenspiegel chante pour consoler Nele : « Quand je vois pleure (...)
  • 23 Pour d’autres exemples, on consultera les chapitres : IV, 2 ; IV, 9 ; IV, 10 ; IV, 22 ; V, 2 ; V, (...)

11À l’image de ce chant, la plupart des paroles prononcées par Bombadil se caractérisent par une certaine absurdité. Il peut être vu comme un être poétique, comme « the great singer20 », car même lorsqu’il ne s’exprime pas en vers, la plupart de ses paroles peuvent être lues comme de la poésie. En effet, ainsi que l’a montré Tom Shippey, on retrouve dans ses phrases du rythme, de nombreuses allitérations, des terminaisons généralement féminines ou atones et un système de scansion proche de la littérature en vieil anglais21. Ainsi, même sa façon de s’exprimer renvoie à une certaine idée de l’Angleterre qu’il est censé incarner. Les chants de Bombadil, qui manifestent tous une heureuse insouciance, détonnent avec les chansons pleines de gravité d’Ulenspiegel. Car le farceur qu’est toujours Ulenspiegel au début de La Légende ne chante pas22 ; c’est lorsqu’il deviendra le symbole de la révolte des Pays-Bas qu’il s’y autorisera. Les paroles sont alors pleines de violence et glorifient la révolte des Gueux23, comme on le constate dans ce premier chant d’Ulenspiegel :

Slaet op den trommele van dirre dom deyne
Slaet op den trommele van dirre doum, doum,
Battez le tambour ! van dirre dom deyne,
Battez le tambour de guerre.
Qu’on arrache au duc ses entrailles !
Qu’on lui en fouette le visage !
Slaet op den trommele, battez le tambour
Que le duc soit maudit ! À mort le meurtrier !
Qu’il soit livré aux chiens !
À mort le bourreau ! Vive le Gueux ! […] (La Légende, III, 5)

  • 24 Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans la légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, (...)
  • 25 Ibidem, p. 158.
  • 26 Ibidem, p. 218.
  • 27 Ibidem.

12On remarquera cette imbrication du néerlandais et du français, que l’on retrouve également dans le texte en prose et qui préfigure, en quelque sorte, l’alliance entre les deux communautés. Par ailleurs, comme l’a montré Jean-Marie Klinkenberg, les chansons épiques de De Coster « ne ressemblent à aucun modèle connu dans le domaine français », notamment par leurs « hétérogénéité[s] strophique[s] » et par « l’irrégularité dans l’usage de la rime24 ». Mais elles ont par contre un grand nombre de points communs avec la littérature néerlandaise. En effet, outre ce bilinguisme que l’on a pu observer, on constate des « données thématiques » semblables — l’auteur ayant voulu se rapprocher « des nombreux Gueuzenliederen que le xvie siècle nous a légués » — et la « poésie populaire flamande était à l’origine purement rythmique25 » et n’accordait alors pas d’importance à la quantité des syllabes comme c’est le cas en français. Rien ne prouve que l’auteur a consciemment modelé ses chants suivant le modèle de la littérature néerlandaise, mais il en résulte en tout cas une impression de couleur locale. On trouve par ailleurs, dans ces chants et dans le texte en prose, la mention répétée du terme « Belgique » sous forme adjectivale — au sens de « belge26 » — : « la male heure sonne pour la noblesse belgique » (II, 20) ; « le populaire belgique » (V, 2), « les États belgiques » (V, 2), ainsi que le « pays Belgique » (V, 2 ; V, 9) ; « la patrie Belgique » (V, 8 ; V, 9) — dont on notera la majuscule — qui sont ici proches de leur acception moderne27. Notons que si l’on relève les diverses mentions du terme « Belgique », sous ses différentes formes, on ne constate aucune occurrence dans les livres I et IV, une occurrence dans les livres II et III contre quinze occurrences dans le livre V qui raconte les événements qui se sont déroulés entre 1573 — année de démission du Duc d’Albe — jusqu’à la délivrance du nord des Pays-Bas. La fréquence importante du futur nom de la nation et de son peuple, en regard des livres précédents, laisse à penser que c’est à ce moment que s’est véritablement constitué un sentiment national.

  • 28 « Aerdig leven van Thyl Ulenspiegel, waer in verhaeld wordt, niet alleenelyk veel aerdige en kluc (...)
  • 29 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, op. cit., p. 104–109.
  • 30 Bombadil et Väinämöinen sont tous deux décrits comme les êtres les plus anciens, tirant leur pouv (...)
  • 31 Il ne faut pas s’en étonner, Tolkien trouvait en effet dans le Kalevala le genre de littérature q (...)
  • 32 «  […] even in a mythical Age there must be some enigmas, as there always are. Tom Bombadil is on (...)
  • 33 Voir Tolkien (John Ronald Reuel), Faërie et autres textes, trad. de Francis Ledoux, Paris, Éditio (...)

13On soulignera également que ces deux personnages sont modelés à partir de diverses sources venues de l’étranger. Mais, dans le cas d’Ulenspiegel, si le personnage populaire est en effet d’origine allemande, il était naturalisé flamand depuis longtemps lorsque De Coster s’en empara. C’est d’ailleurs, on le sait, sur la brochure flamande, Het aerdig leven van Thyl Ulenspiegel28, parue à Gand en 1848, que Charles De Coster s’appuya pour refaçonner son héros. Du farceur grossier, cruel et malhonnête, Ulenspiegel devient le défenseur du peuple et de ses libertés, une véritable incarnation de l’esprit de la Flandre. En renforçant cette identité flamande, Charles De Coster participe à ce large mouvement faisant de la nordicité l’élément distinctif de la littérature belge, permettant ainsi de se dissocier du centre français29. Quant à Bombadil, si de nombreuses hypothèses ont été formulées au sujet de ses sources — dont l’une des plus probables est Väinämöinen30, personnage principal du Kalevala31 —, il constitue certainement le héros le plus énigmatique de Tolkien32. En ce sens, on peut considérer qu’il est certainement l’une de ses créations les plus personnelles et ce n’est ainsi pas innocent qu’il l’ait choisi pour incarner cette portion de la campagne anglaise dans laquelle il se reconnaissait. Bombadil est toutefois bien moins explicitement associé à la nation que ne l’est Ulenspiegel, mais cela tient certainement aux genres dans lesquels nos auteurs s’inscrivent. Car si le roman historique — dont La Légende reprend en partie les codes — s’appuie sur une toile de fond réelle, la fantasy quant à elle est, selon les mots de Tolkien, une « sub-création » d’un monde « secondaire33 ». Ainsi, cette association ne pouvait être abordée explicitement. Il ne faudrait toutefois pas croire que ce monde « secondaire » est coupé du monde « primaire » — le monde réel —, car Tolkien l’envisageait au contraire comme un moyen de montrer le monde par le biais du merveilleux, celui-ci ayant pour fonction d’arracher le lecteur à ses habitudes et de lui ouvrir les yeux.

Une représentation de la nation ?

  • 34 Vu la tendance de Charles De Coster à projeter son époque dans le xvisiècle qu’il met en scène, (...)

14Dans le cas de La Légende, la localisation de l’action est mentionnée dès le titre. Les aventures d’Ulenspiegel et de son fidèle Lamme Goedzak se déroulent non seulement « au pays de Flandre », mais également dans un énigmatique « ailleurs ». Un rapide relevé des lieux traversés par nos deux héros montre qu’ils visitent les actuels Pays-Bas34 — avec notamment Amsterdam (La Légende, III, 2 ; IV, 17), Maastricht (III, 23), Wieringen (IV, 1), Gorcum (IV, 8), Haarlem (IV, 12), Flessingue (IV, 20–21), Delft (V, 8), Veere (V, 9) — une partie de l’actuelle Allemagne — avec Lunebourg (I, 59–60), Nuremberg (I, 62), etc. — ainsi que des localités wallonnes — avec Liège (I, 13 ; I, 56 ; III, 8 ; III, 12), Ohain (III, 3), Bouillon (III, 10), Namur (III, 17), Huy (III, 22), Stockem (III, 27), etc. En somme, l’essentiel de l’action se déroule dans une réalité géographique correspondant grosso modo aux Pays-Bas espagnols, mais est avant tout ancrée dans le « pays de Flandre ». Ulenspiegel naît en effet à Damme et cette ville constitue le cadre de la majorité du récit ; il se rend également à de nombreuses reprises à Bruges (I, 17 ; I, 33 ; III, 35 ; III, 40), Gand (I, 28 ; II, 12 ; III, 29), Anvers (II, 18 ; III, 28 ; IV, 20), ou encore à Alsemberg (I, 36), Renaix (I, 66), Lokeren (III, 29), Courtrai (III, 33 ; III, 35), Harelbeke (III, 35), Bellem (III, 38), Heyst (IV, 1), etc. Ce relevé non exhaustif montre que la Flandre reste présente dans tous les livres de La Légende, là où les incursions des héros aux Pays-Bas sont avant tout concentrées dans les livres IV et V ; ce qui est lié aux événements historiques évoqués — les Gueux sont alors en pleine révolte et voyagent à travers toutes les provinces pour libérer le peuple de l’oppression. Les quelques incursions du héros en Allemagne se concentrent à la fin du livre I à un moment où Ulenspiegel est encore fort proche du héros populaire, comme s’il retournait sur les terres qui l’ont vu naître.

15Si Ulenspiegel et Lamme traversent de nombreuses villes flamandes, De Coster ne nous les décrit que peu ; car ce qui l’intéresse avant tout, c’est son peuple, son Histoire, son folklore, ses traditions. Et la Flandre qu’il décrit est une Flandre mythique, picturale, plus proche de l’évocation qu’en proposaient les maîtres flamands d’autrefois que de la réalité historique.

  • 35 Cité par Trousson (Raymond), Charles De Coster ou La vie est un songe. Biographie, Bruxelles, Lab (...)
  • 36 Voir De Coster (Charles), Charles De Coster journaliste : 44 articles politiques de l’auteur d’Ul (...)
  • 37 Celle-ci se formule ainsi : « Quand le septentrion / Baisera le couchant, / Ce sera la fin de rui (...)
  • 38 Klinkenberg (Jean-Marie), « Autour d’un Centenaire. L’Ulenspiegel de Charles De Coster fut-il le (...)
  • 39 Cette vision finaliste de l’histoire s’illustre également dans la façon dont Charles De Coster ut (...)
  • 40 On en trouve d’autres exemples dans le chapitre V, 2 de La Légende : « Le bien de la terre de Bel (...)

16Par ailleurs, ce choix de la Flandre ne s’explique pas uniquement par les événements historiques évoqués et l’origine du héros mis en scène. C’est aussi parce que De Coster y était profondément attaché, comme il le dit lui-même : « […] cette Flandre que mon instinct d’homme et de poète me porte à aimer, dont le caractère convient à la trempe de mon esprit et qui est pour moi comme une patrie de choix au milieu de la grande patrie belge35. » On retrouve exprimé ici ce que l’auteur défendait dans ses articles politiques : la reconnaissance des deux communautés nationales au sein d’un état unitaire et la mise en avant de l’identité flamande comme définitoire de la vie intime du peuple36. Dans La Légende, ses convictions politiques se voient également exprimées, mais de façon allégorique. Ainsi, le combat des Gueux contre l’oppression espagnole préfigure et représente le combat mené en son siècle par les libéraux face aux catholiques. Mais l’exemple le plus flagrant de l’irruption de ses idées politiques dans sa Légende se trouve dans la fameuse énigme du septentrion et de la ceinture37, dans laquelle s’exprime clairement son souhait d’une alliance entre la Belgique indépendante et les Pays-Bas de Guillaume III. En opposant dans la résolution de l’énigme « Belgique » à « Neerlande », De Coster indique que « Belgique et belgique ne s’appliquent qu’aux provinces du Sud38 », façon de montrer la création inévitable de l’État dès ce xvisiècle fantasmé39. Par ailleurs, alors que le terme « belgique » était jusqu’alors utilisé sous forme adjectivale, il apparaît ici sous forme nominale40, anachronisme pour le moins révélateur.

17Ainsi, De Coster fait du xvie siècle un reflet indirect de certaines des préoccupations nationales de son temps, prend soin de faire visiter à ses héros l’« ailleurs » et en particulier la Wallonie, annonce la future nation et en met en avant l’identité flamande — participant de ce vaste mouvement visant à faire remonter l’identité nationale bien avant son officialisation territoriale. Il propose de cette manière une représentation fantasmée et légendaire de la Belgique de son temps.

  • 41 « […] this ‘history’ is supposed to take place in a period of the actual Old World of this planet(...)

18Le statut générique de The Lord of the Rings fait que l’Angleterre n’y est pas nommément citée. Toutefois, on a vu que Tolkien ne concevait pas son monde inventé comme coupé du monde « primaire41 ». Dans cette perspective, il est intéressant de noter qu’il associait assez précisément certaines villes actuelles à son monde imaginaire :

The action of the story takes place in the North-west of ‘Middle-earth’, equivalent in latitude to the coastlands of Europe and the north shores of the Mediterranean. […] If Hobbiton and Rivendell are taken (as intended) to be at about the latitude of Oxford, then Minas Tirith, 600 miles south, is at about the latitude of Florence. (Letters 294, p. 376)

  • 42 Ferré (Vincent), dir., Dictionnaire Tolkien, op. cit., p. 42.
  • 43 En effet, comme le montre Tom Shippey, Nobottle  « comes from Old English niowe ‘new’, botl ‘hous (...)
  • 44 Carpenter (Humphrey), J.R.R. Tolkien, une biographie, trad. de Pierre Alien, Paris, Christian Bou (...)

19Ainsi, Tolkien voyait en Middle-earth une transposition de l’Europe à une époque reculée et c’est le Shire — ainsi que Rivendell — que Tolkien situait à la latitude d’Oxford et que le lecteur associe intuitivement à l’Angleterre. Un rapide examen de la correspondance de Tolkien nous montre en effet qu’il affirme sans détour : « […] if we drop the ‘fiction’ of long ago, ‘The Shire’ is based on rural England and not any other country in the world » (Letters 190, p. 250). En réponse à des personnes qui pensaient que le Shire était une figuration du nord d’Oxford, il en précise la localisation : « It is in fact more or less a Warwickshire village of about the period of the Diamond Jubilee » (Letters 178, p. 230), c’est-à-dire vers 189742, ère préindustrielle, dans les Midlands de l’Ouest. L’association du Shire aux Midlands est de plus renforcée par sa toponymie, car comme l’indique Tolkien : « The names […] even those that seem unlikely (as Nobottle43), are in fact devised according to the style, origins, and mode of formation of English (especially Midland) place-names » (Letters 276, p. 360). Le choix des Midlands s’explique en fait simplement par la réminiscence de souvenirs d’enfance de Tolkien. En effet, le village d’Hobbiton, dans le Quartier de l’Ouest du Shire — où débutent et se terminent The Hobbit et The Lord of the Rings — est clairement associé au hameau de Sarehole, où Tolkien passa quatre années de son enfance. Cette association est renforcée par le fait que Tolkien nomme la maison de Bilbo Bag End, du nom de la ferme de sa tante dans le Worcestershire44. Il dira d’ailleurs : « I was born in 1892 and lived for my early years in ‘the Shire’ in a premechanical age » (Letters 213, p. 288).

20Il nous semble donc établi que le Shire constitue bien une figuration idéalisée de l’Angleterre rurale de la fin du xixe siècle et du début du xxe. Nous pouvons dès lors entrer dans une analyse interne pour envisager la représentation que Tolkien en donne.

  • 45  »The Shirriffs was the name that the Hobbits gave to their police, or the nearest equivalent tha (...)
  • 46 Shippey (Tom), The Road to Middle-earth, op. cit., p. 116.

21Si l’on étudie l’organisation sociale et politique du Shire, on constate que c’est une société sans conflit, où l’autorité est détenue par un maire, dont le rôle reste toutefois limité à la présidence des banquets et à la gestion des très rares services publics : la poste et les Shirriffs45. C’est une organisation que Shippey qualifie de « old-fashioned and idealised England46 » et dont Tolkien définissait le régime politique comme étant « half republic half aristocracy » (Letters 183, p. 241).

  • 47 Ferré (Vincent), Tolkien, sur les rivages de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgois, 2001, (...)

22Cette société champêtre idéalisée n’en est pas moins un lieu très fermé sur lui-même où, selon Vincent Ferré, « le pragmatisme placide et le rejet de l’extérieur sont de règle47 ». Par ailleurs, les inégalités sociales ne sont pas absentes. Ainsi, la société est divisée entre une majorité d’ouvriers et d’artisans modestes — les plus pauvres « went on living in burrows of the most primitive kind, mere holes indeed, with only one window or none » (LoR, p. 8) —, et quelques grandes familles de riches propriétaires terriens, sans toutefois aucun conflit de classes.

  • 48 Coulombe (Charles A.), « The Lord of the Rings. A catholic View », dans Pearce (Joseph), Tolkien: (...)
  • 49 Ferré (Vincent), dir., Dictionnaire Tolkien, op. cit., p. 43.

23Cette société reflète parfaitement les convictions catholiques de Tolkien, car, comme l’indique Charles Coulombe : « […] à plusieurs égards, la Comté [le Shire] exprime parfaitement les idéaux économiques et politiques de l’Église tels qu’ils ont été exposés dans les encycliques des papes Léon XIII (Rerum novarum) et Pie XI (Quadragesimo anno)48. » Ainsi, le Shire est une figuration d’une certaine Angleterre contemporaine, telle que Tolkien la rêvait49.

  • 50 Ibidem, p. 507.
  • 51 Shippey (Tom), J.R.R. Tolkien. Author of the century, Londres, HarperCollins Publishers, 2000, p. (...)
  • 52 Ibidem, p. 92.

24Face à cette Angleterre contemporaine fantasmée, Tolkien propose une figuration de l’Angleterre médiévale à travers le royaume du Rohan — Riddermark ou Mark dans la langue des Rohirrim. Celui-ci est en effet inspiré par la période anglo-saxonne et tout particulièrement par l’ancien royaume de Mercie, dans les Midlands. Cette inspiration se marque tout d’abord dans l’organisation politique du royaume, « fédérant des éored éparpillés et difficiles à rassembler50 », et par la grande méfiance à l’égard des étrangers en temps de guerre. Mais c’est surtout dans leur langue que l’influence est manifeste. La langue des Rohirrim — le rohirique — est en effet calquée sur le mercien — l’un des principaux dialectes du vieil anglais. Comme l’a montré Tom Shippey, le mercien fournit les noms des Cavaliers, de leurs chevaux et de leurs armes51. Par ailleurs, le nom de leur royaume, « the Mark », est un dérivé de « Mercia » et « in Anglo-Saxon times the natives of Worcestershire and Warwickshire and Oxfordshire, and many other counties, would have told anyone who asked that they lived in the Mark52 ». Cette dérivation n’est pas innocente et montre bien l’association étroite que Tolkien opérait entre le Rohan et le royaume de Mercie. Ainsi, à travers le Shire le Rohan et le domaine de Bombadil, Tolkien propose diverses figurations de l’Angleterre, faisant de The Lord of the Rings un patchwork de son pays tel qu’il le fantasmait.

Une représentation du peuple ?

25Si Tolkien et De Coster proposent dans leur œuvre une certaine image de leur pays respectif, la représentation qu’ils donnent du peuple qui l’habite témoigne d’un questionnement sur l’identité nationale.

  • 53 Hanse (Jospeh), Charles De Coster, op. cit., p. 212.
  • 54 Ibidem, p. 216.

26Le peuple est en effet dans les deux cas présenté comme étant plein de qualités et de bonté. On a déjà souligné qu’il n’y avait aucun conflit, qu’il soit social ou armé, dans la société Hobbit. Dans La Légende, on voit clairement que De Coster « prodigue la bonté à tous ses Flamands53 » et celle-ci s’exprime tout particulièrement en regard des Espagnols qui sont, eux, affublés de tous les vices. Joseph Hanse, décrivant la façon dont De Coster « peint le paysan flamand », indique qu’il est « pareil à sa terre fertile, florissant de gaie santé, travailleur et courageux, mais ami des plaisirs de l’estomac et de la chair, assidu aux kermesses et pilier de cabaret […], naturellement bon, mais dangereux quand il est attaqué, capable de sacrifices et de rudes héroïsmes54 ». Toutes ces qualifications qui témoignent ici d’une vision romantique du peuple ne peuvent-elles pas s’appliquer avec autant de pertinence aux Hobbits ? Nos deux auteurs présentent ainsi sur ce point une image relativement semblable du peuple.

  • 55 Sosset (Léon-Louis), Introduction à l’œuvre de Charles De Coster, Liège, Vaillant-Carmanne, coll. (...)

27Par contre, alors que The Lord of the Rings met en scène des personnages à la psychologie relativement élaborée, les héros de La Légende sont avant tout des types — plus proches en ce sens des procédés primitifs de l’épopée. Ainsi, Claes est le symbole de l’honnêteté, du courage dans le labeur ; Soetkin celui de la « brave mère » de Flandre, de l’épouse fidèle ; Ulenspiegel l’esprit du peuple ; Nele, l’ingénue, est le cœur de la nation ; et Lamme est le symbole de la philosophie populaire, de la paresse et des plaisirs de la table, comme De Coster l’a souligné lui-même. On pourrait également y ajouter Katheline, qui représente les croyances et préjugés du peuple55. L’identité nationale est ainsi fragmentée entre différents personnages qui incarnent tous un aspect éternel de la nation. Cette identité nationale flamande est certes stéréotypée, mais plurielle et plus complexe qu’il n’y paraît. Chez Tolkien en revanche, on a vu que l’identité nationale s’incarne dans un être unique : Tom Bombadil, dont la dimension mythique illustre bien ce qui sépare ces deux livres. La Légende est en effet avant tout un livre populaire, en ce sens que le peuple — sous forme idéalisée et légendaire — y est central et incarne l’identité nationale dans sa pluralité ; là où The Lord of the Rings présente un arrière-plan mythologique et a une tendance plus aristocratique dans son sujet et le choix de ses personnages.

28Cette opposition structurante — même si elle n’est pas absolue, on va le voir — recoupe une opposition plus fondamentale que l’on pourrait grossièrement organiser en deux grands pôles politiques : l’un plutôt du côté du progressisme et l’autre du conservatisme.

  • 56 « […] they attributed to the king of old all their essential laws; and usually they kept the laws (...)

29Ulenspiegel représente en effet l’âme de la révolte populaire et l’on retrouve partout l’antagonisme entre exploiteurs et exploités. Chez Tolkien par contre, il ne s’agit nullement de contester l’ordre établi. Ainsi, bien que la société Hobbit soit inégalitaire, elle est unanimement acceptée comme telle par les personnages et n’est pas remise en cause. L’ordre est par ailleurs respecté sans qu’il soit nécessaire d’utiliser la force. Alors que les Pays-Bas espagnols du xvie siècle sont le lieu d’affrontements violents, le Shire apparaît véritablement comme un havre de paix, coupé du monde extérieur — où la violence est par contre bien présente. Leur observance des règles se marque par ailleurs dans leur respect de la figure royale et de ses lois56 ; là où chez De Coster, c’est justement d’une figure royale, représentant l’oppression, qu’il s’agit de se défaire.

  • 57 Hanse (Jospeh), Charles De Coster, op. cit., p. 216.
  • 58 « […]they love peace and quiet and good tilled earth: a well-ordered and well-farmed countryside (...)

30Ensuite, comme le montre bien Joseph Hanse, De Coster — contrairement à Conscience, par exemple — n’a pas « l’ambition de présenter un paysan flamand “doux, paisible, religieux, patriarcal, attaché à ses mœurs comme à sa terre et par là un peu rebelle aux innovations57” ». Les Hobbits de Tolkien par contre — si ce n’est que leur religiosité n’est pas affirmée dans ce monde préchrétien qu’est Middle-earth — constituent un peuple hostile aux innovations58, profondément attaché à sa terre. Ils sont en ce sens l’expression de l’attachement de Tolkien à la nature et de son aversion pour la mécanisation.

31Si les Hobbits représentent une certaine image des classes populaires, on remarquera que la grande majorité des héros de The Lord of the Rings sont loin d’être issus du peuple. Ainsi, Aragorn, Legolas, Boromir, Gimli sont de lignée royale ou noble. Mais ce fait s’explique aisément par les sources de Tolkien. Empreint du bagage littéraire des grandes épopées nordiques et anglo-saxonnes, il met avant tout en scène des personnages hors du commun. Le « commun » n’est pas pour autant absent, étant incarné par les Hobbits ; mais là encore, on constate — si l’on ne se concentre que sur les membres de la Fraternité de l’Anneau — que Meriadoc (Merry) Brandybuck et Peregrin (Pippin) Took sont issus d’une famille importante du Shire, tandis que Frodo est un roturier. Leur aisance contraste avec la pauvreté d’Ulenspiegel et de sa famille.

32Mais si The Lord of the Rings se caractérise par un ton et des héros plus « nobles », le populaire n’en est pas pour autant absent et est même représenté par « the chief hero’s » (Letters 131, p. 161) : Samwise (Sam) Gamgee. Son prénom n’est d’ailleurs pas choisi au hasard, étant « the Old E[nglish] for Half-wit [simplet] » (Letters 72, p. 83). Tolkien voulait en faire l’incarnation de la paysannerie anglaise, comme il l’indique à Christopher Tolkien lorsqu’il explique que sa volonté de changer le nom de Gamgee en Goodchild « was precisely to bring out the comicness, peasantry, and if you will the Englishry of this jewel among the hobbits. Had I thought it out at the beginning, I should have given all the hobbits very English names to match the shire » (Letters 76, p. 88). On soulignera en passant que la dernière phrase de cet extrait montre bien à nouveau l’association étroite que Tolkien avait établie entre le Shire et l’Angleterre. On peut également souligner la parenté de Sam Gamgee avec Lamme Goedzak : tous deux incarnent la philosophie populaire, se caractérisent par un goût insatiable pour la nourriture et la bière, font preuve d’une grande fidélité à l’égard de leur compagnon — Sam, tout particulièrement, incarne la figure du valet — et font acte de bravoure lorsque la situation le requiert. Ce dernier élément est un thème central chez Tolkien et explique son choix des Hobbits dont la petite taille est notamment une façon de mettre en évidence « in creatures of very small physical power, the amazing and unexpected heroism of ordinary men “at a pinch” » (Letters 131, p. 158).

Un autre extrait de la correspondance de Tolkien illustre bien l’image qu’il se faisait de la paysannerie à travers Sam :

He is a more representative hobbit than any others that we have to see much of ; and he has consequently a stronger ingredient of that quality which even some hobbits found at times hard to bear: a vulgarity — by which I do not mean a mere ‘down-to-earthiness’ — a mental myopia which is proud of itself, a smugness (in varying degrees) and cocksureness, and a readiness to measure and sum up all things from a limited experience, largely enshrined in sententious traditional ‘wisdom’. We only meet exceptional hobbits in close companionship — those who had a grace or gift: a vision of beauty, and a reverence for things nobler than themselves, at war with their rustic self-satisfaction. (Letters 246, p. 329)

  • 59 Hanse (Joseph), « La Légende d’Ulenspiegel, épopée allégorique », dans Revue Franco-Belge, VII, 1 (...)
  • 60 Les Hobbits sont, comme les Angles — vraisemblablement originaires d’une région entre le fjord de (...)

33On voit bien ici une forme de paternalisme catholique à l’égard de la paysannerie, représentée comme « terre-à-terre », pleine de « suffisance » et « intellectuellement limitée ». Mais une minorité de paysans peut, si elle a la chance d’entrer en contact avec « des choses plus nobles qu’elle », dépasser son côté « rustique ». Toutefois, ces propos ne font pas pour autant de The Lord of the Rings une œuvre réactionnaire. Si la correspondance de Tolkien constitue un document essentiel pour suivre l’œuvre dans sa construction, ce qu’il y affirme n’est pas toujours en adéquation avec son travail ; et le texte produit des effets qui ne sont pas nécessairement voulus par l’auteur. Ainsi, si l’on analyse Sam tel qu’il est représenté dans The Lord of the Rings, il est certes au départ un personnage comique et relativement niais, mais, à la suite d’un parcours initiatique, il se révélera plein de bravoure et finira même par s’élever au-dessus de tous les personnages nobles et puissants. On constate ainsi tout ce qui sépare Tolkien de De Coster qui, dans sa conception idéalisée et romantique du peuple et dans sa volonté de lui redonner sa place dans les grands mouvements historiques, n’hésite pas à modifier la réalité historique pour faire de la révolution des Pays-Bas un soulèvement exclusivement populaire. C’est que La Légende est une œuvre clairement allégorique59 — ce qu’a par contre toujours refusé Tolkien. Pourtant, si l’on étudie l’histoire du peuple Hobbit, telle qu’elle est racontée dans le prologue de The Lord of the Rings, on constate qu’elle est calquée sur l’histoire mythique et réelle de l’Angleterre60.

  • 61  »I am in fact a Hobbit (in all but size). I like gardens, trees and unmechanized farmlands; I sm (...)
  • 62 Voir Carpenter (Humphrey), J.R.R. Tolkien, une biographie, op. cit., p. 161–162.
  • 63 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 207.
  • 64 Ibidem.

34Enfin, on soulignera que certaines de ces incarnations du peuple sont également conçues comme de véritables doubles des deux auteurs. Ainsi, les Hobbits sont des Anglais de la campagne, mais présentent également de nombreuses similitudes avec leur créateur ; et Tolkien en était parfaitement conscient61. C’est avant tout Bilbo Baggins — héros de The Hobbit — qui peut être vu comme un double fictionnel de Tolkien, comme l’a bien montré Carpenter qui, outre les ressemblances que Tolkien relevait lui-même, a mis en avant un certain nombre de convergences biographiques entre Bilbo et son créateur62. Dans La Légende, comme l’a montré Joseph Hanse, c’est Ulenspiegel qui « est l’image de Charles De Coster ; comme lui, non seulement il est séduisant, pauvre, bon et droit, mais il a besoin, pour être heureux, de soleil et de liberté63 ». Ulenspiegel est par ailleurs, à ses heures, mélancolique et poète, tout comme De Coster64.

Une langue nationale ?

  • 65 Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999], p. 479.

35Pour compléter cette analyse interne des grands éléments thématiques qui expliquent la dimension nationale de La Légende d’Ulenspiegel et de The Lord of the Rings, il semble nécessaire de proposer un rapide aperçu de la langue littéraire mise en œuvre par les auteurs. La langue étant en effet, comme l’indique Pascale Casanova, à la fois « instrument politique, étendard national et matériau des écrivains », elle est dès lors « susceptible d’être instrumentalisée à des fins nationales, nationalistes ou populistes65 ». Nous tenterons donc de voir si la langue littéraire des œuvres, lieu privilégié d’affirmation nationale, est effectivement utilisée en ce sens.

  • 66 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme I et II, op. cit.
  • 67 Pour un état de la question, voir ibidem, p. 271–272.
  • 68 Pour un état de la question, voir ibidem, p. 275–277.
  • 69 Notons que l’adoption de ce type d’écriture « baroquisante » est plus tardive ; la période qui va (...)
  • 70 Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme II, op. cit., p. 272–273.
  • 71 Ibidem, p. 274.
  • 72 Ibidem, p. 113. Cité par Robaey (Jean), « La langue de La Légende de Charles De Coster », dans He (...)

36Nous n’entrerons pas dans une analyse approfondie de la langue de La Légende d’Ulenspiegel, Jean-Marie Klinkenberg en ayant déjà proposé une étude très fouillée66. Il nous semble toutefois utile de relever à sa suite un certain nombre d’éléments qui expliquent la raison pour laquelle certains critiques ont voulu donner une « valeur nationale67 » à la langue de La Légende. Cette « valeur nationale » s’appuyait avant tout sur deux éléments : l’archaïsme et la « couleur flamande68 » de l’œuvre. Si l’archaïsme de De Coster trouve des échos chez Rabelais et les auteurs de son temps, il est proprement original et, en un sens, typiquement « belge ». Il peut en effet être vu comme une réaction face à l’insécurité linguistique, caractéristique des littératures périphériques, et ainsi comme une façon de se distinguer du centre français69. On voit bien tout ce qui le sépare de Tolkien, chez qui ce genre de question ne se posait pas, vu son appartenance à une littérature dominante — on y reviendra. Mais Jean-Marie Klinkenberg a bien montré que si on peut relever quelques belgicismes tels que « taiseux, souper et endéans, auxquels on pourrait ajouter septante, minque (III, 43) ou savoir, qui se substitue régulièrement à pouvoir. […] Les traits où le régionalisme colore indubitablement l’archaïsme sont trop rares et leur fréquence trop basse pour donner à la langue désuète de l’Ulenspiegel une fonction régionaliste. À peine peut-on parler de parcimonieuses touches de couleur locale.70 » En outre, si l’on peut relever quelques faits de syntaxes et des dialectismes proprement « belges », ceux-ci ne sont pas nécessairement perçus comme tels par le lecteur ; certains de ces traits sont davantage rapportés à la langue classique, et ce en raison d’« une hiérarchie entre les éthos possibles71 ». Pour ce qui est de la « couleur flamande » de l’œuvre, Jean-Marie Klinkenberg a bien montré que si l’on trouve un certain nombre de flandricismes, ceux-ci ne sont pas nécessairement perçus comme des emprunts et se voient par ailleurs noyés dans une multitude d’écarts qui sont eux proprement français. Le caractère flamand de la langue de De Coster se manifeste avant tout par la présence d’un lexique flamand très riche. Toutefois, tous ces termes « ne font pas à proprement parler partie de la langue de la Légende : l’auteur marque bien sa volonté, en faisant emploi de l’italique dans la quasi-totalité des cas72 ». Ainsi, s’il convient de nuancer le « caractère national » de la langue de La Légende, il est par contre indéniable qu’il en résulte une impression de couleur locale.

  • 73 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La littérature belge, op. cit., p. 118.
  • 74 Carpenter (Humphrey), J.R.R. Tolkien, une biographie, op. cit., p. 177.
  • 75 Devaux (Michaël), « Rétablir le mythe. Le statut des textes de L’Histoire de la Terre du Milieu » (...)
  • 76 Ibidem.

37On ne trouve bien entendu pas de tels gauchissements langagiers chez Tolkien ; ce que peut d’ailleurs expliquer, en partie, le modèle gravitationnel. Vu son appartenance à une littérature du « centre », il ne lui était en effet pas nécessaire de tenter de se dissocier de la norme. Toutefois, on observe dans sa langue un certain nombre d’archaïsmes. Là où, chez De Coster, l’archaïsme joue, tour à tour, « des fonctions qu’on lui assigne d’habitude (comique, ennoblissement)73 », chez Tolkien, il remplit clairement une fonction d’ennoblissement. Sa langue littéraire tente ainsi d’épouser son sujet. Cela est particulièrement manifeste si l’on observe l’évolution de sa langue dans ses différentes œuvres. Ainsi, du ton presque familier du Hobbit, il en vient, avec The Lord of the Rings, « à un style de plus en plus archaïque et solennel74 ». Dans The Book of Lost Tales — ouvrage rassemblant ses écrits de jeunesse — afin de donner à ses légendes un air ancien, il écrit dans une langue archaïsante en utilisant « un vocabulaire analogue aux textes fondateurs de la culture anglo-saxonne75 ». Cela n’est guère étonnant, étant donné l’influence profonde de cette culture, dont il était spécialiste, sur son imaginaire. Ce décalque est toutefois intéressant pour notre propos et se manifeste, comme l’indique Michaël Devaux, tout d’abord au niveau du vocabulaire, notamment par « l’emploi constant de thou art au lieu de you are […], l’emprunt de la nomenclature à la tradition anglo-saxonne » ; et ensuite, au niveau syntaxique, notamment par l’« utilisation constante de la voix passive [et l’]emploi particulier des temps, sans respect des concordances76 ».

  • 77 Pantin (Isabelle), Tolkien et ses légendes. Une expérience en fiction, Paris, cnrs Éditions, co (...)

38Afin de donner à son style un air ancien, Tolkien recourt également, comme l’indique Pantin, « à des tournures inhabituelles […] (mise en relief de certains mots placés en position initiale, chaînes de courtes phrases liées entre elles par des séries de “et” ou de “alors”), ou qui le rapprochent de la poésie (rythme musical, afflux des allitérations et des images)77 ». Ainsi, l’archaïsme de Tolkien est bien différent de celui de De Coster. Chez ce dernier, ressort bien plus clairement une impression de couleur locale, tandis que, chez Tolkien, il s’agit avant tout de connoter l’ancienneté du monde représenté.

  • 78 Ibidem, p. 132–133.
  • 79 Honegger (Thomas), « De l’occidentalien à l’anglais moderne : le traducteur et le réseau de langa (...)
  • 80 Ibidem, p. 153. Voir p. 151 pour un organigramme du développement de certaines langues des Hommes (...)
  • 81 « Langue de la Comté = anglais moderne / Langue de Val = norrois (parlé par les Nains de la régio (...)
  • 82 Honegger (Thomas), « De l’occidentalien à l’anglais moderne », op. cit.,p. 143.

39Il ne faut pas pour autant renoncer à voir dans la langue de The Lord of the Rings une certaine forme de préoccupation nationale. Cette œuvre étant en effet celle où Tolkien a, selon Pantin, « été le plus loin pour faire de son style un moyen d’expression adapté à ce qu’il voulait représenter. […] Les dialogues font appel à la différence des “parlures” pour donner une réalité linguistique à la diversité de Middle-earth78. » Ainsi, on constate clairement une différence de tons entre le parler des Hobbits et la diction plus relevée des peuples du Gondor ou du Rohan79. Si l’on ne se concentre que sur la langue des Hobbits et des Rohirrim, on a déjà pu constater que la toponymie de leurs pays respectifs s’inspirait des Midlands de l’Ouest. Ce qui, chez les Hobbits, se manifeste par l’adoption de noms de lieux actuels de cette région et chez les Rohirrim par un calque d’un de ses dialectes médiévaux : le mercien. Pour ce qui est de leur langue, ils utilisent tous deux le Westron — rendu par l’anglais moderne dans The Lord of the Rings — qui est la langue commune au Troisième Âge de Middle-earth. L’ancienne langue des Hobbits présentait quelques similitudes linguistiques avec le rohirique ; ce qui, d’un point de vue interne à l’œuvre, s’explique historiquement, car les Hobbits ont été en contact avec les Rohirrim avant leur installation dans le Shire et les « deux peuples parlaient deux proches variétés de langues propres aux Hommes, parentes de l’adûnaic80 ». Par ailleurs, dès 1942, on trouve des notes de Tolkien où l’on voit qu’il associait clairement la langue du Rohan au vieil anglais et celle du Shire à l’anglais moderne81. On ne s’étonnera dès lors pas que « le parler des Hobbits a pu être identifié à un dialecte de la région de l’Oxfordshire et du Warwickshire82 ». Leur attachement à cette région est ainsi renforcé par leur langue même.

Conclusion

40Au terme de cette étude interne de quelques grands éléments thématiques et linguistiques, nous pensons pouvoir affirmer que La Légende d’Ulenspiegel et The Lord of the Rings supportent toutes deux une lecture en tant qu’œuvre nationale, telle que cette notion est définie au début de cet article.

41L’étude de deux auteurs, dont le rapprochement ne va pas de soi, nous paraît toujours constituer un outil heuristique intéressant. La comparaison que nous avons ici esquissée a en effet nécessité de réunir ces œuvres autour d’une même hypothèse de base, dont l’évidence ne s’imposait pas au premier abord. Il a ainsi fallu forger des points de comparaison et se saisir d’une série d’outils méthodologiques afin de tenter de systématiser et d’objectiver notre idée première. Cette démarche a permis de faire émerger des convergences significatives et insoupçonnées entre ces œuvres, mais également de souligner plus clairement leurs spécificités.

  • 83 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, op. cit., p. 11–12.

42Bien entendu, cette approche présente également ses limites. Les divergences entre les deux auteurs étaient, sur certains points, trop grandes pour permettre une réelle lecture croisée. Il pourrait ainsi être pertinent de confronter deux œuvres entre lesquelles se sont établies de réelles relations, que celles-ci soient de rivalité symbolique, d’allégeance, de proximité, ou autre83. Dans cette perspective, une étude comparée de La Légende d’Ulenspiegel avec Le Lion des Flandres de Hendrik Conscience serait intéressante. Par ailleurs, il se révèlerait sans doute utile de confronter deux ensembles littéraires dans lesquels la tradition légendaire a été utilisée pour fonder une littérature nationale. Il serait ainsi d’un intérêt premier de confronter La Légende d’Ulenspiegel avec, pour le Canada, les Légendes canadiennes de Henri-Raymond Casgrain ou La Légende d’un peuple de Louis-Honoré Fréchette. Ces approches comparatistes de La Légende d’Ulenspiegel permettraient, sans aucun doute, d’enrichir notre connaissance de cette œuvre à la richesse foisonnante.

Haut de page

Notes

1 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord Références, 2005, p. 121.

2 Si, comme l’indiquent Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, la formule « littérature francophone en Belgique » aurait été plus appropriée, nous utiliserons par commodité la locution « littérature belge » dans cet article. Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean‑Marie), La Littérature belge, op. cit., p. 9–12.

3 Ibidem, p. 120.

4 « Do not laugh! But once upon a time (my crest has long since fallen) I had a mind to make a body of more or less connected legend […] which I could dedicate simply to: to England; to my country. » [Tolkien (John Ronald Reuel), Letters of J.R.R. Tolkien, éd. de Humphrey Carpenter, Londres, George Allen & Unwin, 1981, p. 144–145]

5  « I was from early days grieved by the poverty of my own beloved country: it had no stories of its own (bound up with its tongue and soil), not of the quality that I sought, and found (as an ingredient) in legends of other lands. […] Of course there was and is all the Arthurian world, but powerful as it is, it is imperfectly naturalized, associated with the soil of Britain but not with English. « [Tolkien (John Ronald Reuel), Letters, op. cit., p. 144].

6 Le cas le plus représentatif est la figure d’Eriol / Ælfwine. Voir Tolkien (John Ronald Reuel), The Book of Lost Tales Part I et II, éd. de Christopher Tolkien, Londres, HarperCollins Publishers, 2015 [George Allen & Unwin, 1983–1984].

7 Cet article reprend les grandes lignes de l’analyse interne de La Légende d’Ulenspiegel et de The Lord of the Rings, développée dans le troisième chapitre de notre mémoire de fin de master. Voir Schoonbroodt (Julien), « La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster et The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien : deux œuvres nationales ? », mémoire de master en langues et lettres françaises et romanes, sous la direction de Björn-Olav Dozo, Liège, Université de Liège, 2016.

8 Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain), dir., Le Dictionnaire du littéraire, Paris, puf, 2002, p. 512–513. Nous adoptons à dessein une définition large de la « littérature nationale », car ce qui nous intéresse ici, c’est l’étude des représentations que ces deux fictions offrent de leur pays respectif. Les conditions d’émergence et les caractéristiques d’une littérature dite nationale seront donc laissées de côté. On pourra se référer notamment à Anderson (Benedict), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 et Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales. Europe xviiiexxe s., Paris, Le Seuil, 1999.

9 Si de nombreux facteurs externes expliquent également le caractère national de ces deux œuvres, nous ne pourrons pas les développer dans le cadre de cet article. Nous soulignerons toutefois rapidement quelques éléments et nous nous permettons de renvoyer à notre mémoire de fin de master pour davantage de détails. Charles De Coster s’inscrit en plein xixsiècle, époque de nationalisme et de redécouverte des légendes populaires, dans un jeune pays tentant de se doter d’une légitimité historique et culturelle face à la montée de l’impérialisme français. La Légende d’Ulenspiegel — ainsi qu’une large part de la production littéraire de Charles De Coster — reflète bien ce contexte. Tolkien quant à lui, s’inscrit dans un pays riche d’une longue tradition, où ne se pose pas avec une telle insistance ces questions d’identité et de distanciation par rapport à une littérature majeure. Pourtant, Tolkien considérait que son pays avait perdu ses mythes et légendes, car l’authentique tradition anglaise remontait à ses yeux à l’héritage anglo-saxon ayant survécu à la conquête normande de 1066. Par ailleurs, si dans d’autres pays on assiste — tout particulièrement au xixsiècle — à la constitution d’œuvres donnant à un pays son identité nationale — citons Elias Lönnrot en Finlande, Jacob et Wilhelm Grimm en Allemagne et Nikolai Grundtvig au Danemark — l’Angleterre n’a pas bénéficié d’entreprise de ce type. Celles-ci furent alors une source d’inspiration féconde pour le propre projet littéraire de Tolkien qui entendait rendre à son pays sa tradition perdue.

10 Fabienne Claire Caland voit d’ailleurs dans la maison de Tom Bombadil une figuration de l’« Eden, car c’est un espace où le Mal n’a aucune prise » [Caland (Fabienne Claire), « Les frontières du Mal dans Le Seigneur des Anneaux », dans Ferré (Vincent), dir., Tolkien, trente ans après (1973–2003), Paris, Christian Bourgois, 2004, p. 242].

11 Voir Tolkien (John Ronald Reuel), The History of Middle-earth (VI). The History of The Lord of The Rings, Part I : The Return of the Shadow, éd. de Christopher Tolkien, Londres, HarperCollins Publishers, 2002, [Unwin Hyman, 1988], p. 42.

12 Ce substantif « est utilisé à quatre [sic. en réalité, trois] reprises par Tolkien, dans sa correspondance entre 1951 et 1955, pour désigner d’une façon sommaire les légendes qu’il compose en tant qu’elles sont regroupées en corpus, au moment où il réfléchit à l’édition d’un Silmarillion » [Ferré (Vincent), dir., Dictionnaire Tolkien, Paris, cnrs Éditions, 2012, p. 357]. Toutefois, l’extension du terme en est variable. Nous l’entendons pour notre part dans son extension la plus large, comprenant l’ensemble des légendes de Middle-earth et de Valinor dont The Lord of the Rings constitue la conclusion. Voir Tolkien (John Ronald Reuel), Letters, op. cit., p. 214.

13 Tolkien (John Ronald Reuel), Letters, op. cit., p. 192.

14 « Les cendres de Claes battent sur ma poitrine, je veux sauver la terre de Flandre. » (La Légende, I, 85)

15 Nous utiliserons désormais ce système de notation pour renvoyer à La Légende d’Ulenspiegel, le chiffre romain désignant le numéro du livre et le chiffre arabe le numéro du chapitre.

16 Nous renvoyons à l’édition suivante : Tolkien (John Ronald Reuel), The Lord of The Rings, édition en trois volumes : The Fellowship of the Ring, The Two Towers, The Return of the King, Londres, HarperCollins Publishers, 2007 [George Allen & Unwin, 1re éd. 1954–1955 ; 2de éd., 1966].

17 Quaghebeur (Marc), « Le xvie siècle : un mythe fondateur de la Belgique », dans Brogniez (Laurence), dir., Textyles, no 28, La Belgique avant la Belgique, Bruxelles, Le Cri, 2005, url : http://textyles.revues.org/429 (23.03.2016).

18 Voir Gellner (Ernest), « Nationalism and High Cultures », dans Hutchinson (John) et Smith (Anthony D.), dir., Nationalism, Oxford, 1994, p. 63. Cité par Beyen (Marnix), « Le piège de l’essentialisme. Thyl Ulenspiegel entre littérature et propagande », dans Témoigner — Entre histoire et mémoire, no 111 (décembre 2011), p. 90, url : http://www.auschwitz.be/images/_bulletin_trimestriel/111_beyen.pdf.

19 «  […] suddenly, hopping and dancing along the path, there appeared above the reeds and old battered hat with a tall crown and a long blue feather stuck in the band. With another hop and a bound there came into view a man, or so it seemed. […] [S]tumping along with great yellow boots on his thick legs, and charging through grass and rushes like a cow going down to drink. He had a blue coat and a long brown beard ; his eyes were blue and bright, and his face was red as a ripe apple, but creased into a hundred wrinkles of laughter. » [LoR, p. 156–157]

20 Shippey (Tom), The Road to Middle-earth. Revised and expanded edition, Londres, HarperCollins Publishers, 2005, p. 121.

21 Ibidem, p. 121–122.

22 À l’exception du chapitre I, 27 où Ulenspiegel chante pour consoler Nele : « Quand je vois pleurer m’amie, / Mon cœur est déchiré. / C’est miel quand elle rit, / Perle quand elle pleure. / Moi, je l’aime à toute heure. / Et je nous paie à boire / Du bon vin de Louvain. / Et je nous paie à boire / Quand Nele sourira » (La Légende, I, 27).

23 Pour d’autres exemples, on consultera les chapitres : IV, 2 ; IV, 9 ; IV, 10 ; IV, 22 ; V, 2 ; V, 5.

24 Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans la légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, II, Bruxelles, Palais des Académies, coll. Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, 1973, p. 157.

25 Ibidem, p. 158.

26 Ibidem, p. 218.

27 Ibidem.

28 « Aerdig leven van Thyl Ulenspiegel, waer in verhaeld wordt, niet alleenelyk veel aerdige en kluchtige Poetsen en Boeveryen, maer ook bezonderlyk zyne wonderlyke Aventuren, die hem gedurende zyn leven voorgevallen zyn, zoo in Belge als in andere landen. Versierd met schoone verbeeldingen, Gent, Van Paemel, 48 p., sans date, mais probablement de 1848. » [Hanse (Joseph), Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, coll. Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, 1990 (1928), p. 166] Pour davantage de détails sur les différentes éditions de la brochure chez Van Paemel, voir Heurck (Émile H. van), « Thyl Ulenspiegel et Lammen Goedzak dans la Littérature et l’Imagerie populaires », dans Le Folklore brabançon. Commémoration Charles De Coster (numéro spécial). Le folklore dans l’œuvre de Charles De Coster, no 37–38, août-octobre 1927, p. 21–24.

29 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, op. cit., p. 104–109.

30 Bombadil et Väinämöinen sont tous deux décrits comme les êtres les plus anciens, tirant leur pouvoir de la maîtrise des chansons et des traditions et de leur connaissance de l’origine de toute chose. Ils vivent dans de petits pays, largement boisés, dont ils sont les maîtres par la connaissance et l’expérience, et non par la possession. Leur proximité avec leur pays est étroite au point que Bombadil est décrit comme l’incarnation de la Terre, tandis que Väinämöinen en est le fils. Êtres immortels, Bombadil possède un des plus grands pouvoirs en Middle-earth, tout comme Väinämöinen est décrit comme l’être le plus puissant. Ils ne possèdent pas moins une grande dimension comique, typique des héros du Kalevala — fort différent en ce sens des graves héros nordiques —, ainsi qu’une grande capacité d’émerveillement devant la beauté du monde. Enfin, ils accordent tous deux une grande importance aux femmes, mais Bombadil a lui la chance d’être heureux en amour.

31 Il ne faut pas s’en étonner, Tolkien trouvait en effet dans le Kalevala le genre de littérature qu’il aurait aimé voir en Angleterre, comme on le voit bien lorsqu’il dit : « These mythological ballads are full of that very primitive undergrowth that the literature of Europe has on the whole been steadily cutting and reducing for many centuries,” he told a college society at the time, adding, “I would that we had more of it left — something of the same sort that belonged to the English.” » [Noad (Charles E.), « On the Construction of “The Silmarillion” », dans Flieger (Verlyn) et Hostetter (Carl F.), dir., Tolkien’s Legendarium. Essays on The History of Middle-earth, Westport / Londres, Greenwood Press, coll. Contributions to the Study of Science Fiction and Fantasy, no 86, 2000, p. 33]. Ainsi, tout comme Lönnrot, Tolkien eu pour ambition de remédier à l’absence de mythes fondateurs dans son pays.

32 «  […] even in a mythical Age there must be some enigmas, as there always are. Tom Bombadil is one (intentionally). » Tolkien, Letters, op. cit., p. 174]

33 Voir Tolkien (John Ronald Reuel), Faërie et autres textes, trad. de Francis Ledoux, Paris, Éditions Pocket, 2003 [Christian Bourgois, 1974], p. 51–154.

34 Vu la tendance de Charles De Coster à projeter son époque dans le xvisiècle qu’il met en scène, nous pensons pouvoir associer ces lieux avec la réalité géographique du xixsiècle et non celle de l’époque. Quoi qu’il en soit, l’important n’est pas que telle ou telle entité ait pu à un moment être rattachée à un ensemble différent, mais bien de constater que ce sont des lieux associés à la Flandre qui dominent l’ensemble du récit.

35 Cité par Trousson (Raymond), Charles De Coster ou La vie est un songe. Biographie, Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1990, p. 198.

36 Voir De Coster (Charles), Charles De Coster journaliste : 44 articles politiques de l’auteur d’Ulenspiegel, éd. de Camille Huysmans, Bruxelles, Esseo, 1959.

37 Celle-ci se formule ainsi : « Quand le septentrion / Baisera le couchant, / Ce sera la fin de ruines : / Cherche la ceinture » [La Légende, I, 85]. À la fin l’énigme est résolue : « Septentrion, c’est Neerlande ; / Belgique, c’est le couchant / Ceinture, c’est alliance ; / Ceinture, c’est amitié. » [La Légende, V, 9]

38 Klinkenberg (Jean-Marie), « Autour d’un Centenaire. L’Ulenspiegel de Charles De Coster fut-il le témoin d’une époque ? », dans Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, XLVI, 1968, p. 14.

39 Cette vision finaliste de l’histoire s’illustre également dans la façon dont Charles De Coster utilise ses sources historiques — tout particulièrement L’Histoire des Pays-Bas d’Emanuel Van Meteren et la Fondation de la République des Provinces-Unies. La révolution des Pays-Bas au xvie siècle de John Lothrop Motley. Plus qu’un moyen aisé pour enrichir son arrière plan historique, elles visent à montrer la nécessaire constitution de la nation et l’existence d’une identité belge en des temps reculés.

40 On en trouve d’autres exemples dans le chapitre V, 2 de La Légende : « Le bien de la terre de Belgique » et « les seigneurs de Hollande et Belgique. »

41 « […] this ‘history’ is supposed to take place in a period of the actual Old World of this planet ». [Tolkien (John Ronald Reuel), Letters, op. cit., p. 220]

42 Ferré (Vincent), dir., Dictionnaire Tolkien, op. cit., p. 42.

43 En effet, comme le montre Tom Shippey, Nobottle  « comes from Old English niowe ‘new’, botl ‘house’ (as in bytla, cp. ‘hobbit’). There is a Nobottle in Northamptonshire thirty-five miles from Oxford (and not far from Farthing-stone)[ » Shippey (Tom), The Road to Middle-earth, op. cit., p. 117].

44 Carpenter (Humphrey), J.R.R. Tolkien, une biographie, trad. de Pierre Alien, Paris, Christian Bourgois, 2002 [1980], p. 159.

45  »The Shirriffs was the name that the Hobbits gave to their police, or the nearest equivalent that they possessed. They had, of course, no uniforms (such things being quite unknown), only a feather in their caps; and they were in practice rather haywards than policemen, more concerned with the strayings of beasts than of people. There were in all the Shire only twelve of them, three in each Farthing, for Inside Work. «  [LoR, p. 13]

46 Shippey (Tom), The Road to Middle-earth, op. cit., p. 116.

47 Ferré (Vincent), Tolkien, sur les rivages de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgois, 2001, p. 59.

48 Coulombe (Charles A.), « The Lord of the Rings. A catholic View », dans Pearce (Joseph), Tolkien: Man and Myth, Londres, HarperCollins Publishers, 1999, p. 60. Cité par Ridoux (Charles), Tolkien. Le chant du monde, Paris, Encrage (Les Belles Lettres), coll. Travaux bis, 2004, p. 243.

49 Ferré (Vincent), dir., Dictionnaire Tolkien, op. cit., p. 43.

50 Ibidem, p. 507.

51 Shippey (Tom), J.R.R. Tolkien. Author of the century, Londres, HarperCollins Publishers, 2000, p. 91–92.

52 Ibidem, p. 92.

53 Hanse (Jospeh), Charles De Coster, op. cit., p. 212.

54 Ibidem, p. 216.

55 Sosset (Léon-Louis), Introduction à l’œuvre de Charles De Coster, Liège, Vaillant-Carmanne, coll. Académie Royale de Langue et de Littérature Française, Mémoires, vol. XIII, 1937, p. 136–148.

56 « […] they attributed to the king of old all their essential laws; and usually they kept the laws of free will, because they were The Rules (as they said), both ancient and just ». [LoR, p. 12]

57 Hanse (Jospeh), Charles De Coster, op. cit., p. 216.

58 « […]they love peace and quiet and good tilled earth: a well-ordered and well-farmed countryside was their favourite haunt. They do not and did not understand or like machines more complicated than a forge-bellows, a water-mill, or a hand-loom. [LoR, p. 1] »

59 Hanse (Joseph), « La Légende d’Ulenspiegel, épopée allégorique », dans Revue Franco-Belge, VII, 1927, p. 150–170.

60 Les Hobbits sont, comme les Angles — vraisemblablement originaires d’une région entre le fjord de Flensbourg et le Schlei —, issus d’une contrée étrangère dont ils ont émigré. Avant leur traversée des montagnes, « the Hobbits had already become divided into three somewhat different breeds: Harfoots, Stoors, and Fallohides » (LoR, p. 4) tout comme la colonisation de la Grande-Bretagne a certainement été faite par trois tribus : les Angles, les Saxons et les Jutes (Shippey [Tom], The Road to Middle-earth, op. cit., p. 116). Selon la légende, les deux communautés ont par ailleurs été fondées par deux frères : Hengest et Horsa pour les Anglais et Marcho et Blanco pour les Hobbits. Ce parallélisme n’est pas une coïncidence, car ces quatre noms sont tous des termes du vieil anglais désignant le même animal : un cheval (voir Shippey [Tom], Author of the century, op. cit., p. 60). Enfin, une fois fondés, les deux royaumes ont évolué dans une paix inhabituelle : « For a thousand years they were little troubled by wars, and they prospered and multiplied » (LoR, p. 6). Il n’y eut ensuite aucune bataille livrée à l’intérieur du Shire entre the Battle of Greenfields en 1147 — selon la datation du Shire — et the Battle of Bywater en 1419. Soit, comme l’a montré Tom Shippey, un intervalle de 272 ans, très proche des 270 ans qui séparaient la publication de The Return of the King de la dernière bataille s’étant déroulée sur le sol anglais : la bataille de Sedgemoor en 1685 (Shippey [Tom], The Road to Middle-earth, op. cit., p. 116).

61  »I am in fact a Hobbit (in all but size). I like gardens, trees and unmechanized farmlands; I smoke a pipe, and like good plain food (unrefrigerated), but detest French cooking; I like, and even dare to wear in these dull days, ornamental waistcoats. I am fond of mushrooms (out of a field); have a very simple sense of humour (which even my appreciative critics find tiresome); I go to bed late and get up late (when possible). I do not travel much. »[Tolkien (John Ronald Reuel), Letters, op. cit., p. 288–289]

62 Voir Carpenter (Humphrey), J.R.R. Tolkien, une biographie, op. cit., p. 161–162.

63 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 207.

64 Ibidem.

65 Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999], p. 479.

66 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme I et II, op. cit.

67 Pour un état de la question, voir ibidem, p. 271–272.

68 Pour un état de la question, voir ibidem, p. 275–277.

69 Notons que l’adoption de ce type d’écriture « baroquisante » est plus tardive ; la période qui va de 1830 à 1880 étant largement dominée par une tendance au purisme. Et c’est justement De Coster qui peut « apparaître comme le premier à avoir opté pour une “rébellion” envers la langue consistant à prendre avec elle des libertés créatrices » [Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, op. cit., p. 109].

70 Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme II, op. cit., p. 272–273.

71 Ibidem, p. 274.

72 Ibidem, p. 113. Cité par Robaey (Jean), « La langue de La Légende de Charles De Coster », dans Herman (Jan), Engels (Steven) et Demeulenaere (Alex), études réunies par, Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, coll. Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis. Series D, Litteraria, vol. XV, 2003, p. 48.

73 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La littérature belge, op. cit., p. 118.

74 Carpenter (Humphrey), J.R.R. Tolkien, une biographie, op. cit., p. 177.

75 Devaux (Michaël), « Rétablir le mythe. Le statut des textes de L’Histoire de la Terre du Milieu », dans Ferré (Vincent), dir., Tolkien, trente ans après (1973–2003), Paris, Christian Bourgois, 2004, p. 174.

76 Ibidem.

77 Pantin (Isabelle), Tolkien et ses légendes. Une expérience en fiction, Paris, cnrs Éditions, coll. Médiévalisme(s), 2009, p. 22.

78 Ibidem, p. 132–133.

79 Honegger (Thomas), « De l’occidentalien à l’anglais moderne : le traducteur et le réseau de langages tolkienien », dans Ferré (Vincent), dir., Tolkien, trente ans après (1973–2003), Paris, Christian Bourgois, 2004, p. 143.

80 Ibidem, p. 153. Voir p. 151 pour un organigramme du développement de certaines langues des Hommes en Middle-earth.

81 « Langue de la Comté = anglais moderne / Langue de Val = norrois (parlé par les Nains de la région) / Langue du Rohan = vieil anglais / L’« anglais moderne » sert de lingua franca à tous les peuples (à l’exception de quelques reclus comme ceux de Lórien) ; mais les Orques le parlent peu et mal. » [Tolkien (John Ronald Reuel), The History of Middle-earth (XII). The War of the Jewels, éd. de Christopher Tolkien, Londres, HarperCollins Publishers, 1996 (HarperCollins Publishers, 1994), p. 70 ; cité par Honegger (Thomas), « De l’occidentalien à l’anglais moderne », op. cit., p. 154]

82 Honegger (Thomas), « De l’occidentalien à l’anglais moderne », op. cit.,p. 143.

83 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, op. cit., p. 11–12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Schoonbroodt, « La Légende dUlenspiegel de Charles De Coster et The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien : deux œuvres nationales ? », Textyles, 54 | 2019, 67-87.

Référence électronique

Julien Schoonbroodt, « La Légende dUlenspiegel de Charles De Coster et The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien : deux œuvres nationales ? », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3127 ; DOI : 10.4000/textyles.3127

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals