Navigation – Plan du site
Relire La Légende d'Ulenspiegel

Une nouvelle édition définitive de La Légende d’Ulenspiegel

Les aventures d’un texte libre
Jean-Marie Klinkenberg
p. 89-126

Notes de l’auteur

Dans le texte qu’on s’apprête à lire, j’ai adopté les conventions qui suivent : (a) Je désigne les différentes éditions de La Légende d’Ulenspiegel utilisées de la façon suivante : 1867 désigne l’édition originale de la Légende, qu’elle porte les millésimes de 1867, 1868, ou 1869 (date de la prétendue « deuxième édition » ; voir, ici même, la note 2 et van der Perre, [Paul], Les Premières Éditions de la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, Bruxelles, Chez l’auteur, 1935) — 1893 désigne l’édition Lacomblez, qui est la véritable seconde édition du texte. — 1966 désigne l’édition définitive procurée par Joseph Hanse, qu’il s’agisse de sa première édition (1959) ou de sa seconde (1966) [Hanse (Joseph), « Notes », dans De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, édition définitive établie et présentée par Joseph Hanse, deuxième édition, revue, avec de nouvelles notes et variantes, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1966]. Voir, ici même, le § 3. — 2017 désigne la nouvelle édition définitive que j’ai publiée dans la collection patrimoniale Espace Nord (Bruxelles, Les Impressions nouvelles). (b) Par ailleurs, je fournis systématiquement les références des passages cités en recourant non pas à une pagination, évidemment variable selon les éditions, mais en mentionnant le livre (en chiffres romains) et le chapitre (en chiffres arabes) d’où le passage est extrait ; le lecteur pourra ainsi suivre mes démonstrations en recourant à l’édition de son choix. Lorsque les besoins l’imposeront, je fournirai évidemment la pagination de l’édition concernée. (c) Ces citations apparaissent avec la typographie de l’édition citée. Lorsqu’aucune indication particulière n’est fournie, la typographie adoptée est celle de l’édition 2017.
Enfin, je précise que le présent texte applique les rectifications de l’orthographe de 1990, approuvées par toutes les instances francophones compétentes, en ce compris l’Académie française.

Texte intégral

1. Un livre mal né ?

1Dans les derniers jours de 1867, paraissait chez l’éditeur parisien Lacroix et Verboeckhoven (qui avait publié Les Misérables un peu auparavant) un gros et luxueux ouvrage dans laquelle on a cru voir l’œuvre matricielle de la littérature francophone de Belgique : La Légende d’Ulenspiegel.

2Comme la critique l’a souligné à maintes reprises, le destin de ce texte emblématique n’est pas exempt de paradoxes : un écrit fondateur, mais peu lu ; un livre patrial, mais polémique ; une œuvre flamande, mais écrite en français. Un de ces paradoxes concerne la lettre de cette Légende, dont l’histoire est complexe. On s’attend en effet à ce qu’un texte qui se donne pour fondateur se présente au lecteur sous une forme canonique. Or il n’en est rien : composée à la hâte, l’édition originale de 1867 est pleine de fautes et d’incohérences qui, pendant près d’un siècle, ont déparé toutes les rééditions de l’œuvre.

  • 1 Voir Hanse (Joseph), Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1928, p. 143–148 [réédit (...)

Pourtant, le texte correspond à un projet longuement muri, et sa genèse a duré plus d’une dizaine d’années1.

3C’est vers 1856 que la balbutiante carrière littéraire du jeune Charles De Coster — il a alors 29 ans — connait un tournant. C’est à cette date en effet qu’avec le peintre Félicien Rops il participe à la fondation de la revue satirique Uylenspiegel, placée sous l’invocation du farceur allemand de ce nom (mais un farceur qui joue ici un rôle moral : sa mission est de présenter à tout un chacun un miroir où il peut voir sa bêtise et ses hypocrisies). D’abord consacré à la critique artistique, l’hebdomadaire devient vite le moniteur du jeune libéralisme belge. De Coster y publie des chroniques, des critiques — notamment théâtrales —, des articles politiques où se manifeste un anarchisme généreux, mais aussi des récits qui, réunis sous le titre de Légendes flamandes (1858), préludent à La Légende d’Ulenspiegel.

4C’est dans ce cadre qu’il entreprend de donner une nouvelle vie au farceur que le livret populaire avait rendu célèbre : des livrets de colportage et des images naïves avaient diffusé les exploits du vagabond saxon dans toute l’Europe, en latin, en danois, en anglais, en polonais et en français (langue où le mot espiègle témoigne de ce succès). L’originalité de De Coster sera de marier la légende à l’histoire. Il va en effet donner au vagabond un état civil et une patrie, et inscrira ses aventures dans un cadre décrit en traits affirmés : celui des guerres — à la fois sociales et de religion — qui ensanglantèrent les Pays-Bas au xvie siècle. En jetant Ulenspiegel au plus fort de ces luttes, De Coster modifie son caractère et son rôle : le loustic devient l’âme de la révolte ; sa verdeur de propos et sa vigueur charnelle deviennent manifestations de vitalité populaire ; son impertinence devient affirmation de liberté. Si Ulenspiegel acquiert ainsi une nouvelle stature, son passé de bouffon lui interdira à tout jamais de se prendre totalement au sérieux. C’est donc un tout nouveau personnage qu’engendra De Coster. Et cette transmutation est si vigoureuse qu’aucun Ulenspiegel à venir — car, jusqu’à nos jours, le personnage continue à inspirer les créateurs — ne pourra faire abstraction de celui de 1867.

  • 2 Voir Hanse (Joseph), « Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1959] », p. VII–XXVI e (...)
  • 3 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Cos (...)

5La rédaction de cette épopée a dû être entamée vers 1858 et peut-être même un peu avant. La publication de l’ouvrage est annoncée à plusieurs reprises, et notamment en 1859 et 1864. Une caractéristique fort attendue du volume est qu’il doit comporter de nombreuses illustrations de Félicien Rops. Or ce dernier tardant à livrer ses planches, la publication se voit repoussée. Ce délai permet à Charles De Coster de revoir son texte. Ce qu’il fera jusqu’au dernier moment, en 1867 : le manuscrit d’impression remis au prote de l’Imprimerie Poupart-Davyl (imprimerie du Corps législatif) à Paris, travaillant pour l’éditeur parisien, est plein de repentirs, de biffures, de surcharges ; des passages sont effacés ou grattés, et des bandelettes de papier sont parfois collées sur les pages2. Le moins que l’on puisse dire est que l’état de ce manuscrit n’a pas dû faciliter la tâche des typographes, qui devaient de toute manière déjà être déroutés par la langue si personnelle de l’auteur3.

  • 4 Voir Trousson (Raymond), Charles De Coster ou la vie est un songe, op. cit., p. 147–149.
  • 5 Voir van der Perre (Paul), Les Premières Éditions de la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coste (...)

6À ceci s’ajoute une circonstance particulière qui devait retarder le lancement de la composition4 : comme l’éditeur, rendu méfiant par la modestie de la contribution de Rops, exige le versement d’une certaine somme, De Coster sollicite alors un subside, que le Ministère de l’intérieur lui accorde le 10 novembre seulement, les premières épreuves tombant le 145. C’est donc à ce moment seulement que le travail commence, alors que le gros livre de 480 pages doit être disponible pour les derniers jours de l’année !

  • 6 Las, le livre ne remporta pas le succès que l’auteur en escomptait, et on peut même parler d’éche (...)

7On sait les raisons pour lesquelles l’auteur s’était fixé un programme aussi serré : non seulement il espère que son luxueux ouvrage connaitra de belles ventes en cette période d’étrennes, mais surtout, il entend que son œuvre puisse concourir pour le Prix quinquennal de littérature décerné par le gouvernement : le livre doit donc impérativement être sorti avant l’achèvement de la période quinquennale 1863–1867. C’est pourquoi certains exemplaires du tirage sont datés de 1867, d’autres l’étant de 1868, afin de conserver l’effet de nouveauté6.

8Ces circonstances expliquent bien des fautes qui déparent l’édition : alors qu’il n’a pas terminé la correction des premières épreuves de son gros livre, De Coster doit examiner les secondes, dans la précipitation.

9Ainsi, un grand nombre d’écarts qu’on trouve dans l’originale ne sont autre chose que d’évidentes distractions de la part de l’auteur ou des typographes ; et ils se corrigent aisément, ce que moi-même et Joseph Hanse avons fait, dans nos éditions définitives respectives.

10Il en va ainsi de cette « arquebuse » qui prend malencontreusement la place d’une « arbalète » au chapitre I, 50 ; de cet accent sur le « à » dans le nom plaisant « Jan a Calumnia » (II, 9) ; de ces « de » qui remplacent évidemment des « te » dans « que nous voyions si tu sais auſſi bien marcher que de faire porter » (II, 15) ou dans « que chaque dalle se lève pour t’écraſer & de dire » (V, 7) ; de ce « souventes fois » qui se réduit à « souvent fois » (III, 10) ; de la forme verbale « ne sériez-vous » (III, 11) qui ne peut être que « seriez » ; de cette mingue qui ne peut être qu’une minque, incomprise des typographes français (III, 43)… De même, « que gardons ici ce fainéant » (V, 3) doit se lire « que gardons-nous ici ce fainéant » ; on corrige aisément « je ne me nourris que de carottes […] & des racines » (I, 67) ; et « …afin de prévenir le bourgeois » (II, 18) doit manifestement être lu comme « les bourgeois » (ce que n’a pas vu mon devancier).

11Les corrections à apporter sont peut-être moins évidentes dans le cas des noms propres, mais il en est beaucoup que la connaissance de l’histoire ou de la géographie permet de corriger sans peine : Choquien (III, 27) ne peut être que Choquier, et Lembourg (V, 2) Limbourg ; les mystérieux Requeſons et Requeſcus du chapitre V, 8 sont évidemment un seul et même Requeſens.

  • 7 Dans ce chapitre, l’enchâssement de discours rapportés dans la longue citation du dénonciateur de (...)

12C’est particulièrement dans le domaine de la ponctuation que les coquilles sont nombreuses. Le passage « la porte de la chaumine : fut laiſſée entrouverte » (I, 70) doit évidemment être débarrassé de son double point ; dans « triſtes comme, des cimetières » (III, 2), la virgule est tout aussi évidemment superfétatoire ; l’exclamation « Cruels bourreaux ! mon “pauvre frère” ! » (I, 70) est alourdie par des guillemets ouvrants excédentaires7 ; à l’inverse, l’originale ouvre des guillemets en II, 8 mais oublie de les refermer à la fin de l’énumération « …Anvers, Notre-Dame, » (II, 8), comme aussi à la fin d’un discours direct en III, 10. Parfois, comme au chapitre IV, 22, c’est un guillemet fermant qui surprend le lecteur à la fin d’un couplet, alors qu’aucun signe de ce type n’a ouvert la chanson, qui apparait dans un corps inférieur. En I, 71, la virgule à la fin du premier couplet de la chanson du lansquenet (« Quand seigneur Maan viendra, » I, 71) doit bien sûr laisser la place à un point. Dans «, — & le bailli se signa, — » (I, 70) ou dans « les seconds, portant balai, — c’étaient ceux d’Ulenſpiegel, — & les autres, portant eſtoc, — c’étaient ceux de Rieſencraft, — donnèrent, en sifflant, le signal du combat » (III, 13), les virgules sont redondantes avec les tirets et il convient de les supprimer.

Mais, comme on va le voir, les solutions à ces problèmes ne sont pas toujours évidentes. Et la question de la ponctuation sera particulièrement délicate.

  • 8 Hanse donne quelques exemples de variantes aberrantes, parmi les milliers qu’il a pu repérer. Voi (...)

13Les deux premières éditions destinées au grand public, publiées chez Paul Lacomblez, à Bruxelles — la première en 1893, soit 14 ans après la mort de l’auteur, et la seconde en 1912 —, ont tenté de racheter une série de ces erreurs. Mais seule l’intuition de l’éditeur, quand ce n’est pas sa fantaisie, l’a guidé dans cette entreprise. Comme ces deux versions du texte ont — la deuxième surtout — inspiré les éditeurs postérieurs, elles ont aggravé la situation en introduisant dans le texte des corrections arbitraires. Et, depuis lors, la Légende n’a plus été accessible que dans des éditions toujours aussi fautives et parfois fantaisistes8.

La question de l’établissement de ce texte patrimonial se posait donc.

14Deux savants se sont penchés, à une trentaine d’années d’intervalle, sur cette question. C’est de première part Charles Potvin, le premier biographe de Charles De Coster, et de l’autre Joseph Hanse, pionnier des études costériennes.

2. Le travail pionnier de Charles Potvin

15Le premier comprit qu’il fallait se servir des documents ayant précédé l’édition originale pour expliquer certaines bizarreries qu’offrait cette dernière, et ainsi résoudre les problèmes qu’elle pose.

  • 9 Seize fragments, correspondant aux chapitres 1, 6, 7, 9, 10, 15, 17, 18, 22, 23, 25, 26, 27, 28, (...)
  • 10 Château de Mariemont, cotes 29.622 à 625. Feuillets reliés en quatre volumes et comprenant le tex (...)
  • 11 Certains passages sont une mise au net définitive, d’autres comportent de nombreuses corrections, (...)
  • 12 Premières épreuves, correspondant aux pages 297–304 de l’originale (collection particulière) ; do (...)
  • 13 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), « Archaïsmes et variantes. Étude génétique du travail d’écriture d (...)

16On dispose en effet du texte de plusieurs chapitres prépubliés dans les revues Candide et Uylenspiegel9 ; d’une bonne partie du manuscrit d’impression10, rendant compte de plusieurs états de la rédaction11 ; de plusieurs cahiers d’épreuves12. Quoique passablement lacunaires — les préoriginales ne représentent que 6,5 % du volume du texte, les épreuves, représentant 45 % de ce volume, ne sont corrigées que sur 8 pages, et l’on ne dispose pas de véritables brouillons —, ces documents permettent de se faire une certaine idée des intentions qui animaient l’auteur au moment de livrer son œuvre au public, et notamment des positions qu’il adoptait face à la technique de l’archaïsme13.

  • 14 Potvin (Charles), Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, publiées par Charles Potvin, (...)
  • 15 Cet exemplaire est déposé à la bibliothèque de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des (...)

17Potvin devait ainsi compléter sa biographie par une annexe intitulée « Recension du texte d’après un manuscrit de l’auteur14 ». C’est sur la base de cet examen qu’il propose une série de corrections à apporter au texte. Cette étude aurait dû mener à l’établissement d’une édition correcte de l’œuvre, mais Potvin n’a pas exécuté ce travail : il s’est contenté d’annoter un exemplaire de la première édition en y portant les rectifications proposées15.

  • 16 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 214.
  • 17 Hanse (« Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 468–469) suit la sugg (...)
  • 18 Pour compléter la phrase, Potvin et Hanse imaginent, eux, une tournure ne se trouvant ni dans 186 (...)

18Son travail, injustement oublié et dont Hanse et moi-même nous inspirons en partie, permet d’amender le texte sur un nombre important de points. En effet, si nombre de distractions et de bévues parentes de celles que j’ai décrites au paragraphe 1 se corrigent aisément, le manuscrit peut venir confirmer la correction, ou du moins l’orienter. Prenons l’exemple, fourni par Potvin16, de la phrase « va-t-en maintenant placer les fontaines à l’entrée des villages ? », prononcée par le héros au chapitre I, 27. Elle est de toute évidence incompréhensible. Aussi Lacomblez la corrigera-t-il en « vas-tu » dans son édition de 1893. Mais le manuscrit offre une version encore plus crédible que cette dernière, et il faut bien évidemment la considérer comme la leçon exacte : « va-t-on ». De même, on ne comprend guère « Ulenſpiegel quitta, marcha toujours devant lui, vint à Bamberg » (I, 55), passage que le manuscrit permet de remettre sur pied : « Ulenſpiegel, marchant toujours devant lui, vint à Bamberg17. » Et la phrase « Le feu & le glaive pour les ôter du tronc de l’arbre vivifiant » (I, 52), manifestement incomplète, se comprend à la lecture du manuscrit : « Ce n’est assez du feu ni du glaive18… » J’adopte donc les leçons du manuscrit.

19Il en va de même pour bien des corrections que la simple lecture aurait suffi à imposer : le manuscrit vient tout bonnement les confirmer. Les « quatre livres de dobbel-kuyt » du chapitre I, 80 ne peuvent évidemment être que « quatre litres », puisqu’il s’agit d’une bière ; et de fait c’est bien « litres » que l’on trouve dans le manuscrit. Dans la séquence « un bel âne, un muſeau fin, aux oreilles longues, à la poitrine large, aux jarrets comme du fer » (II, 12), on est tenté de lire « au muſeau fin », et c’est en effet la leçon dudit manuscrit. Et c’est de la même manière que sont vérifiées les corrections de « ils s’en allaient ainſi par tout » en « partout » (III, 24), de « engager a bataille » » en « engager la bataille » (III, 27), etc.

20La consultation du manuscrit et des épreuves ne permet pas seulement de confirmer les corrections de bon sens. Elle permet aussi de comprendre certains passages obscurs ou d’en expliquer les maladresses : les « maintes fêtes données » de I, 39 doivent ainsi céder la place à « maintes fêtes furent données » ; « C’eſt, dit Ulenſpiegel, quelque militaire réſolution à moi inconnue » (III, 27) se comprend mieux si l’on substitue à réſolution le révolution du manuscrit ; l’intrigant toponyme Ruvemarde (III, 27) dissimule le nom de Ruremonde, que fournit ce dernier ; et les Anglais sont réputés « assotis d’animaux » (I, 52) et non « assortis » comme le prétend 1867.

  • 19 Car « ce pas fut ajouté après coup par De Coster ; il serait étrange qu’il l’eût supprimé dans la (...)

21Cette consultation permet aussi de corriger des passages qui n’apparaissaient pas d’emblée comme franchement aberrants. Elle suggère ainsi que « pourquoi ne sait-il ce qu’il dit » doit être corrigé en « ne sait-il pas19 » ; que « vos ennemis sont grands » de 1867 (I, 52) doit céder la place à « vos ennuis sont grands » ; que « vaquer avec vos vaisseaux » (III, 27) doit être lu « voguer »…

Mais le principe du recours au manuscrit et aux épreuves a des limites.

  • 20 Il faut sans doute imaginer une forme verbale en –ant. Comme Hanse en 1966, j’écris donc « emmena (...)

22De première part, ces documents — au reste lacunaires, je le répète — ne permettent pas toujours de corriger des leçons manifestement fautives. Ainsi en V, 2 dans la séquence « choiſiſſant les meilleurs, par champs & par marais ennemis femmes & filles, mangeant & ne payant point », le mot « ennemis » ne convient manifestement pas, mais aucune aide ne peut nous être fournie de l’extérieur pour nous orienter20.

23De seconde part, ils n’apparaissent pas toujours fiables, et, dans de nombreux cas, les leçons qu’ils fournissent ne peuvent prévaloir contre celles de l’originale. Par exemple, on ne peut retenir « il y vit aſſemblés par groupes un grand nombre des pèlerins » (I, 13), là où le contexte impose de toute évidence un « de », qui est au reste la leçon de l’originale.

On ne doit donc recourir au manuscrit et aux épreuves qu’avec une grande prudence. Une prudence dont Potvin n’a pas toujours fait preuve.

24En effet, toute sa démarche est guidée par un apriori éminemment contestable : celui qui veut que le manuscrit soit le témoin le plus légitime de la volonté de Charles De Coster. Or on sait que ce dernier faisait sur ses épreuves d’assez libres corrections d’auteur, de sorte que c’est plutôt l’édition originale qui doit jouer ce rôle pivot.

25Au nom de son apriori, on voit Potvin donner la préférence au manuscrit même là où le texte original ne comporte aucune anomalie. Il propose par exemple d’introduire dans le passage « ses regards, brillants comme ceux d’un homme se préparant à la mort ou à la bataille » (II, 19) le binôme « à mort ou à bataille », qui est la leçon du manuscrit.

  • 21 On sait comment l’auteur travaillait : à l’étape I — de la préoriginale au manuscrit — il vieilli (...)
  • 22 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 217–223.

26Préférer le manuscrit à l’édition originale, c’est ipso facto indument privilégier une version du texte qui donne de la langue de la Légende une image bien plus archaïsante que celle offerte par l’originale21. C’est ainsi que sur cette lancée, dans une division intitulée « Corrections proposées », Charles Potvin envisage de supprimer une série d’articles (par exemple dans « comme la foudre » ou « n’en ont une miette »)22.

  • 23 Ibidem, p. 219.
  • 24 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 356.

27Enfin, les innombrables divergences entre l’édition et le manuscrit l’amènent à des solutions contestables, parce qu’artificielles. Ainsi, en II, 18, le manuscrit donne « main de femme est baume céleste à toutes blessures », alors qu’on lit dans 1867 « mains de femme sont un baume céleſte pour toutes les bleſſures ». L’auteur d’Albert et Isabelle préconise dès lors de garder le pluriel de l’originale, mais en ôtant l’article, sur le modèle fourni par le manuscrit23. Le texte deviendrait alors « mains de femme sont baume céleſte », création que Joseph Hanse récuse, à juste titre24.

  • 25 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 222.
  • 26 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 358.

28De telles libertés avec le texte publié ont en définitive poussé Potvin à des interventions sur la logique du texte ou sur son style qui ne sont justifiées ni par l’originale ni par le manuscrit. Par exemple, en III, 42, Thyl se rend dans son ancienne maison de Damme, qui est occupée par un « maître charbonnier » : Potvin croit pertinent d’améliorer le récit en proposant « un autre charbonnier » pour faire référence à la profession du père de Thyl25. Et quand un témoin déclare que tel accusé d’hérésie va « chaque dimanche à la meſſe & à la sainte table », il propose (ibidem) d’intercaler « et aux grandes fêtes » avant « à la sainte table », car « sans cela, le témoin dirait que l’accusé allait chaque dimanche à la communion, ce qui semble exagéré » ! Et Hanse de conclure : « Rien ne nous autorise à embellir le texte26. »

3. Enfin, Hanse vint

  • 27 Hanse (Joseph), « Critique du texte de la Légende d’Ulenspiegel », op. cit., p. 351–362.
  • 28 Ibidem, p. 352. Précepte ainsi reformulé 38 ans plus tard : « J’ai pris pour principe de m’en ten (...)

29Trente-quatre ans plus tard, en 1928, Joseph Hanse revenait à la question du texte dans une annexe à sa thèse27. Prenant ses distances avec les positions défendues par Potvin, il énonçait le principe de base que devait suivre une édition correcte de la Légende : « Il faut généralement se fier au texte de la première édition plutôt qu’à celui du manuscrit » (1928 : 360). Mais, note-t-il immédiatement, ce premier principe entre malheureusement en contradiction avec un second : l’obligation où on se trouve de corriger ce texte, qui comporte des erreurs « dont certaines risquent de passer inaperçues ». L’articulation entre ces deux principes se résume dans la formule « adopter le texte de 1867–1869, généralement préférable quand il ne se condamne pas lui-même28 ».

Je souligne cette formule importante, qui vertébrera mon travail. Ce principe a en effet aussi été le mien pour établir le texte de la nouvelle édition définitive que j’ai publié en 2017.

  • 29 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel (...)

30Se fondant comme Potvin sur l’édition originale, sur les documents ayant précédé — cahiers d’épreuves et manuscrit d’impression —, comme aussi sur la connaissance profonde que le philologue avait de l’œuvre et de ses sources, Joseph Hanse devait aboutir à une série de propositions constructives qui donnèrent lieu à la première édition définitive, publiée en 1959 aux éditions de La Renaissance du livre. L’intérêt suscité par ce volume qui entendait offrir au public un Ulenspiegel enfin conforme aux intentions de l’auteur fut grand. Aussi une deuxième édition, enrichie de nouvelles notes et variantes, devait voir le jour en 1966, toujours à la Renaissance du livre, dans l’attente d’une édition critique que l’auteur ne put jamais mener à bien29.

  • 30 Ce fut notamment le cas de la version présentée à mon instigation dans la collection patrimoniale (...)

31L’édition Hanse (ci-après : 1966) constitue à présent le socle du corpus costérien. Et il est heureux que la plupart des éditions en langue française — mais aussi des traductions qui ont vu le jour depuis lors — en aient tenu compte30. Elle est aussi la base sur laquelle devait désormais reposer toute étude de la Légende. C’est donc tout naturellement que je me suis fondé sur cette version du texte pour élaborer ma thèse sur le style de De Coster.

  • 31 L’édition définitive de Joseph Hanse a suscité un certain nombre de comptes rendus : e. g. SION ( (...)

32Pourtant, on peut contester l’édition de Joseph Hanse sur un certain nombre de points. Et c’est ce qui m’a amené à proposer la nouvelle édition définitive qu’a publié « Espace Nord » en 2017. Elle doit beaucoup à celle de mon maitre en costérologie, qui avait résolu un grand nombre de cas épineux, mais s’en écarte en de très nombreux endroits. Puisque son édition est devenue le texte de référence, expliquer les règles que j’ai suivies consistera le plus souvent à commenter les motifs que j’ai de m’éloigner des solutions que Hanse et Potvin (que j’associe ici, car le premier suit le second plus souvent qu’il ne le laisse entendre) préconisaient, et donc à faire de l’édition de 1966 l’examen critique qui n’a jamais été mené jusqu’à présent31.

Les raisons que l’on a de s’éloigner du texte de mon principal devancier se laissent grouper en quatre familles.

33La première raison est que l’édition de 1966 joue parfois le manuscrit ou les épreuves contre le texte de l’originale, dans des cas où la préférence donnée à ces documents peut se discuter. Ce point est assurément le plus léger, et sera donc traité brièvement (§ 4).

34La deuxième famille de raisons est que l’édition de Joseph Hanse s’autorise des modifications par rapport à l’édition originale qui ne sont justifiées ni par le manuscrit ni par les épreuves, ni même par la logique interne du texte. Ce deuxième groupe d’interventions me retiendra plus longuement, et fera l’objet des § 5 à 7, d’inégales longueurs. Les modifications que je regroupe ici obéissent en effet chez Hanse à trois préoccupations, dont seule la première a été explicitée : (1) le souci d’uniformiser les variantes en tenant compte des pratiques de l’auteur dans le reste de son œuvre (§ 5) ; (2) le souci de moderniser un texte où l’on a trop souvent vu un pastiche des auteurs du xvie siècle (§ 6) ; (3) le souci de rectifier certaines audaces ou maladresses de Charles De Coster (§ 7).

J’envisagerai ensuite au § 8 la question des corrections à apporter aux fautes dans les noms propres et dans les citations en langues étrangères.

Je traiterai enfin (§ 9) une importante série de phénomènes qui paraissent être d’une nature simplement typographique, mais qui ont un impact stylistique majeur. Or ces phénomènes ont été négligés par toutes les éditions postérieures à l’originale, y compris celle de Hanse.

4. Le manuscrit a-t-il raison ?

35Jouer les documents préparatoires contre le texte de 1867 était déjà la tentation de Potvin, comme on l’a vu (§ 2). Quoique plus prudent, Hanse y a néanmoins cédé à de nombreuses reprises, dérogeant donc à son principe de ne s’écarter de l’originale que lorsque cette dernière se condamnait elle-même.

  • 32 Il optait pour l’édition originale dans sa note de la p. 353.

36On trouve un bon exemple d’une telle dérogation au chapitre I, 17, où on lit la phrase « l’âne ne pouvait plus courir, levait le mufle… », cohérente avec la narration. Or, le manuscrit donne « l’âne qui ne pouvait plus courir, levait le mufle ». Comme Potvin (1894 : 214), Hanse opte en 1966 pour cette leçon, mais se sent du coup tenu de l’améliorer par l’introduction d’une virgule, la phrase devenant donc « l’âne, qui ne pouvait plus courir, levait le mufle… ». Fidèle au Hanse de 192832, je tiens que la leçon de l’originale est loin de constituer une faute manifeste, et je la maintiens donc. C’est la même attitude que j’adopte avec l’exemple « & les garçonnets & les fillettes de le huer » (II, 11), où le les apparait devant fillettes dès les premières épreuves. Tout en reconnaissant que l’ajout d’articles est souvent le fait de De Coster, Hanse estime que « mieux vaut revenir au texte du manuscrit » (1966 : 476) au prétexte que l’on trouve trois chapitres plus haut « et les garçonnets & fillettes » (II, 8). Je ne vois quant à moi aucune raison de ne pas rester fidèle au texte publié et de ne pas accepter la différence entre les tournures de II, 8 et II, 11.

  • 33 Joseph Hanse va même jusqu’à jouer la genèse du manuscrit contre lui-même. Par exemple, en II, 12 (...)

37Nombre des interventions de Hanse sont fondées sur l’idée implicite — qui était presque caricaturale chez Potvin — que le manuscrit est un témoin éloquent de la volonté de l’auteur33. Or on sait que ce dernier travaillait assez librement sur ses épreuves. La possibilité existe donc que Charles De Coster ait assumé les leçons que lui proposaient ces épreuves et qui se sont stabilisées dans l’originale. Dans certains cas, des indices semblent certes suggérer que l’auteur a été inattentif. Mais comme par ailleurs ses interventions ont été très nombreuses, on peut aussi estimer qu’il a assumé, consciemment ou non, les discordances entre le manuscrit et les épreuves, que ces discordances soient dues à sa volonté, à sa distraction ou à celle du typographe.

  • 34 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 478.

38Prenons l’exemple de la phrase « Avoir perdu ma femme & perdre encore un ami, cela ne se peut » (III, 26). Elle est écrite avec « mon ami » sur le manuscrit, et c’est la leçon que tant Potvin que Hanse recommandent. Mais « un ami » apparait dès les épreuves. Y a-t-il dès lors une raison de refuser la version publiée, pleinement satisfaisante, et à laquelle mon édition reste fidèle ? Dans « Les soudards s’arrêtèrent, les cantiniers vinrent à eux, leur vendirent du pain » (II, 18), mon devancier note que le manuscrit porte une correction s’arrêtant, qui n’a pas été prise en compte par le typographe, et l’introduit dès lors dans son texte34. Mais quelle importance, dès lors que l’auteur n’a pas confirmé cette correction sur épreuves ? Et pourquoi se servir du manuscrit pour corriger systématiquement en saoul, saoulé, saoulerons l’orthographe de soûl, soûlé et soûlerons (I, 66, II, 19, III, 6), jamais contestée par l’écrivain lorsqu’il corrige ses épreuves ?

39Parfois, au demeurant, des indices rendent forte l’hypothèse selon laquelle l’auteur a assumé consciemment les innovations des épreuves. Et il arrive à Hanse d’en convenir. En II, 4, alors que le manuscrit indique « elle ferait mieux d’aller dans les hauts cieux chanter son hymne à Nature » (II, 4), le « son » est remplacé par « un » dès les premières épreuves (« un hymne à Nature »). Pour Hanse, que je suis évidemment, il faut garder cette leçon « car De Coster a apporté, sur épreuves, une correction à la même ligne, sans corriger un » (1966 : 474).

  • 35 Ibidem, p. 462.
  • 36 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 365.

40Même en l’absence d’un indice comme celui-là — une correction proche —, je donne systématiquement la préférence à l’originale « quand elle ne se condamne pas ». Ainsi, je me garde bien de suivre l’édition 1966 lorsqu’elle retouche le verbe de « Je tiendrai pour mien l’enfant de Katheline » en « je tiendrais » (I, 15 ; 1966, p. 23), correspondant au texte manuscrit. Mon devancier opte pour cette leçon car « l’s étant à peine esquissé, le typographe a lu tiendrai […], qui ne correspond pas, cependant, au contexte35 ». Or l’échange entre Soetkin et Claes (« Tu le ferais ? », « Je l’ai dit ») constitue assurément un contexte pouvant justifier un futur. Je ne le suis pas davantage dans ses corrections au chapitre II, 18. L’originale y montre de belles folles filles « éclatant de rire, gazouillant comme des fauvettes, chantant comme des roſſignols, mangeant, buvant, danſant ». Hanse choisit la leçon « s’éclatant de rire », figurant sur le manuscrit, parce que l’expression « s’éclate de rire » se retrouve plus loin dans le texte (bien plus loin, en III, 2236). Mais je ne vois pas de raison de ne pas conserver le mot dans cette séquence de verbes non pronominaux ; au demeurant, dans 1867, la forme « éclater de rire » est bien plus fréquente dans le texte que « s’éclater » (six occurrences contre deux).

Nous rencontrons ici un autre point qui va me retenir plus longuement : le traitement philologique de la disparate.

5. Lisser la disparate ?

5.1. Le principe d’unification de Joseph Hanse

  • 37 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 458.

41Je disais que le second groupe d’interventions de Hanse obéissait à trois préoccupations, dont seule la première avait été explicitée : celle d’uniformiser les variantes du texte. C’est à propos de l’orthographe qu’il exprime ce souci : « Pour un grand nombre [de] mots, il était possible de déterminer si une des graphies l’emportait nettement dans le manuscrit ou le texte imprimé ; j’ai alors unifié la graphie, en donnant la préférence à la forme la plus fréquente37. »

42Dans nombre de cas, ce principe semble de bon sens, et mon attitude sera la même que celle de Joseph Hanse. Ainsi, en I, 10, ce dernier corrige-t-il à bon droit portraiture en pourtraiture, car c’est sous cette vêture (d’ailleurs dans le cas présent conforme à la source historique de De Coster) que le terme, utilisé à 12 reprises, apparait ailleurs dans l’œuvre. Ainsi aligne-t-il la seconde occurrence de « l’hôtellerie de la Trompe » sur les trois autres du chapitre I, 34, où le mot Trompe apparait en italiques.

43Contrairement à ce qu’il suggère, Hanse ne s’est pas contenté d’appliquer le principe d’unification à l’orthographe : il le met aussi en œuvre non seulement pour la typographie en général mais aussi, comme on le verra, pour le lexique, la morphologie et d’autres phénomènes linguistiques. Il introduit ainsi une majuscule à l’expression « le Chien rouge » désignant le cardinal de Grandvelle (chapitre II, 8) à la seule occurrence où elle est absente dans 1867. Aux chapitres III, 6 et 7, la Ketel-straat est citée trois fois, en italiques ; mais en une quatrième et unique occasion apparait la forme Ketel-straet, en romaines : Hanse aligne cet hapax sur la forme la plus fréquente. Et lorsque Joos Damman est en une seule occurrence appelé Josse, il corrige à bon droit ce prénom.

Dans tous ces cas, et pour la raison que je vais préciser, j’aligne comme Hanse la forme minoritaire sur la norme de la série.

5.2. Un principe dont l’application est erratique

  • 38 Parmi les documents personnels que Joseph Hanse m’a légués figure un petit de 19 × 13 cm, comport (...)

44Mais je ne puis le suivre dans toutes ses régularisations. En effet, de première part, la règle d’uniformisation n’est pas appliquée de manière constante par mon devancier — elle l’est même parfois de manière anarchique, voire à contresens —, les critères qui président à l’unification restant parfois bien plus mystérieux que l’auteur ne le disait38. Et de seconde part, c’est le principe même de l’uniformisation qui demande à être interrogé.

  • 39 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 212.

45Que la manière dont Hanse a procédé à l’unification est contestable, un exemple le montrera : celui du mot « monseigneur ». On voit le grammairien, qui suit en cela un conseil général de Potvin39, orner très régulièrement ce mot d’une majuscule, lorsqu’on le rencontre dans des expressions comme « monſeigneur du soleil » (I, 1) « monſeigneur Jéſus » (I, 8), « monſeigneur Dieu » (I, 52), etc. Serait-ce que la majuscule est « la forme la plus fréquente » ? Il n’en est rien : si l’on trouve bien ici et là dans 1867 la graphie Monſeigneur, c’est bien la version avec la minuscule qui est la plus courante. C’est par exemple elle qui revient par cinq fois dans la formule « monſeigneur père » de I, 18 (et qui est autant de fois corrigée par mon devancier). Au total, sur les 54 premiers chapitres, l’originale ne donne la capitale à ce mot que 4 fois sur 15. Peut-être pourrait-on argüer que la majuscule est nécessaire pour produire un effet d’ennoblissement ? Ce n’est même pas le cas : le mot est régulièrement affecté de la minuscule lorsqu’il apparait à côté de Dieu ou Chriſt. Toutes ces considérations mènent à une conclusion : si le critère d’unification devait être la fréquence, tant qu’aligner la minorité sur la majorité, c’est bien la minuscule qui aurait dû l’emporter. On ne s’étonnera donc pas que je maintienne cette minuscule dans tous les cas où elle apparait dans l’originale.

  • 40 II, 6 et 7 ; la troisième fois sous la forme inversée « au roi juſqu’à la beſace fidèles ».
  • 41 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 487.
  • 42 Et lorsque le mot est suivi par une consonne, la forme « jusque » est également plus fréquente qu (...)

46Le cas le plus spectaculaire de régularisation erronée se présente avec la locution « jusqu’à » (ou « jusqu’au »). Hanse en corrige systématiquement les occurrences pour leur donner la forme archaïsante « jusques à ». Par exemple, la devise des Gueux, « Fidèles au roi juſqu’à la besace », qui apparait trois fois de suite sur la même page 194 de l’édition originale40, est corrigée dans les trois cas en « jusques à la besace », formule qui apparait plus loin, mais une fois seulement. Pourquoi une intervention aussi systématique ? Elle s’autorise de l’observation selon laquelle ce serait « la forme adoptée ailleurs par De Coster lorsque jusque précède une voyelle41 ». Or cette affirmation est gravement inexacte : la forme très largement majoritaire dans le texte est jusqu’ + voyelle ; c’est elle qu’on trouve dans 84,7 % des cas dans l’originale42. Cette préférence systématique est d’ailleurs confirmée par l’étude génétique : lors du passage du manuscrit à l’originale, De Coster modernise assez souvent la graphie de la locution. S’il fallait aligner les formes déviantes — mais on va voir que rien n’est moins sûr — ce seraient donc les formes archaïsantes qui devraient céder le pas, et non les modernes.

47On peut faire le même type de constat pour des unités lexicales plus rares ou pour les noms propres. Ainsi hoer-wyfel apparait quatre fois dans le chapitre II, 18, une seule occurrence étant dépourvue de trait d’union. On ne peut donc s’autoriser à aligner les trois autres sur cette dernière, comme Hanse le fait, prenant à contrepied la règle qu’il s’était donnée pour Ketel-straet.

48De toute manière, on observera que Hanse suit de manière très inconstante sa règle d’unification. Prenons la formule « madame la Vierge », dont le cas est parallèle à celui de monseigneur : le philologue l’affecte d’une majuscule en I, 8, sans raison particulière. Certes, c’est bien une telle graphie que l’on trouve aux chapitres I, 22, I, 54, I, 70, mais une fois de plus la majuscule est minoritaire. Alors pourquoi tantôt l’introduire et tantôt conserver la minuscule dans certaines occurrences de « madame la Vierge », ou dans « madame sainte Marie » des chapitres I, 36 et I, 38 (ou encore dans « madame la reine » en I, 53) ? En III, 12, Joseph Hanse corrige serpentin — nom d’un canon — en serpentine. Ce qui peut à la rigueur se comprendre, le nom étant dans la langue plus fréquent au féminin, bien que chez De Coster il apparaisse au total trois fois au masculin contre une forme féminine ; mais alors, pourquoi conserver serpentin en II, 14 ? Pourquoi, avant de systématiquement introduire des jusques, laisser échapper un « jusqu’au sang » (I, 32) ? Et, en I, 33, après avoir écrit deux fois « Henri le Mariſchal », laisser subsister un « Henri Mariſchal » ?

5.3. Une unification contestable : la disparate au cœur du texte

De seconde part, n’est-ce pas le principe même de l’unification qui doit être discuté ? Non pour être récusé, mais pour être nuancé.

49Il faut en effet tenir compte du fait que, loin d’être due à la seule précipitation dans la composition du texte, une certaine disparate fait partie du projet stylistique de la Légende — le mot de « projet » que j’utilise ici ne signifiant pas que De Coster ait été conscient de ses inconstances. Comme j’ai pu le montrer dans mon étude Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel, c’est précisément la souplesse dont l’auteur fait preuve dans l’application des règles qu’il s’est données qui permet à sa langue de ne pas être un lourd exercice de pastiche.

50Cette disparate touche tous les types de phénomènes langagiers : morphologiques (juſqu’à alternant, comme on l’a vu, avec juſques à ; la forme féminine la mi-nuit frappe sans doute, mais cela n’interdit pas à l’auteur d’employer ailleurs la locution régulière à minuit, II, 8) ou lexicaux : le retour régulier de soudard n’empêche pas que l’on puisse lire plusieurs fois le mot soldat, notamment dans un leitmotiv fameux ; le néologisme tintinabulement fait bon ménage avec tintement, plus discret (II, 11) ; à côté de pèleriner, on peut lire pérégriner, frissonner voisine avec frisser, mécontent précède malcontent, éclater et s’éclater, trot et trotton alternent. Les mêmes locutions se présentent sous deux visages différents : « docteur ès fricassées » ou « en fricassées ». Au point de vue sémantique, on enregistre également quelques disparates : cependant peut tout aussi bien signifier « pendant ce temps » que « néanmoins » ; tantôt a deux sens, comme empêcher et triomphe ; de hasard signifie tantôt « de rencontre », tantôt « par hasard », etc. Les formes françaises et germaniques se concurrencent : le lansquenet devient vite un landsknecht, le margrave peut aussi être un markgrave et le ricksdaelder un rixdaelder. Sur le plan orthographique, la diversité est également très sensible : le mot noces est fréquent dans le couple « noces et festins », mais, au détour d’une page, survient l’expression « nopces et festins » ; claque-dents peut très bien s’écrire claquedents, Sangdieu devient successivement sang-Dieu ou Sang de Dieu ; Flandre se met parfois, sans raison apparente, au pluriel ; on tombe en arrêt devant l’hapax verd ; trépasser et très-passer alternent. La disparate graphique affecte également les termes néerlandais : dans un chapitre, on nous glose le terme miesevanger mais un peu plus loin, c’est le meesevanger qui nous est présenté ; pour désigner les mêmes bières, les formes cuyt, kuyte, cuyte, dobbel-kuyt, dobbel-cuyt, dobbel kuyt, dobbel-clauwaert, dobbele-clauwaert, dobbele clauwaert coexistent allègrement (le plus souvent en italiques, mais pas toujours), comme koekebacken et koeke-backen. L’examen de la typographie mène à d’identiques conclusions : les majuscules et les minuscules alternent dans les noms abstraits plus ou moins personnifiés, tel mot est ici transcrit en italiques, là en caractères normaux, des locutions sont tantôt soudées, tantôt non (folle-fille coexiste avec folle fille, s’entre-battre avec s’entrebattre). La disparate affecte même les noms propres : Courtray et Courtrai alternent, et le frère du « Taiseux » est tantôt nommé Louis de Nassau, tantôt Ludwig, voire Ludovic. Les mêmes divergences s’observent d’ailleurs encore dans le domaine de ce que j’ai appelé les archaïsmes par évocation : la formule « Ainsi m’ait Dieu » peut très bien devenir « Ainsi m’aide Dieu » (I, 57) ou « Que Dieu me soit en aide » (III, 32) ; les règles adoptées pour les appellatifs sont floues ; il n’y a pas de véritable automaticité dans les comparaisons répétées et les épithètes de nature ; les binômes connaissent une variété foisonnante ; les leitmotivs réapparaissent avec des variantes.

Bref, le texte semble ne se donner des règles que pour mieux les transgresser.

51Bien plus, la disparate se manifeste souvent de manière spectaculaire au fil même du texte : les formes heete-koeken et olie-koecken coexistent dans la même phrase, et ce couple est deux fois répété en III, 29 ; il est question d’épousaille et d’épousailles à quelques lignes de distance (III, 23) ; dans la même lettre de Philippe II (I, 52), De Coster utilise les termes synonymes pasquin et pasquil. Dans ces trois cas, on ne voit pas de raison d’aligner les premières formes sur les secondes, comme le fait mon prédécesseur.

52Si la hâte de l’auteur et des imprimeurs est la grande responsable des erreurs qui entachent l’originale, ce n’est pourtant pas elle qui justifie la disparate que nous venons de souligner. On observe en effet que, malgré sa précipitation, De Coster a retravaillé son manuscrit avec un soin minutieux, pourchassant notamment toutes les incohérences narratives ; or au cours de ce travail, il laisse subsister des formes différentes à quelques pages voire à quelques lignes de distance, ce qui donne le résultat qu’on vient d’observer.

53Comment s’explique, alors, cette diversité ? La raison principale en est sans doute que De Coster entendait user de cette liberté langagière qui répondait bien à l’image qu’il se faisait du français du xvie siècle. L’alternance de l’ancien et du moderne, du rare et du familier, du normal et de l’audacieux qu’il introduit dans son texte — et qui suffit à elle seule à laver l’œuvre de l’accusation de pastiche — sert son dessein stylistique : hiérarchiser les types de constructions, de façon à couvrir l’œuvre d’une solide couche archaïsante sans cependant tomber dans l’archéologie verbale ou dans le pédantisme. Régnant sur le lexique, mais surtout sur la syntaxe, où abondent les rejets, les dislocations, inversions et autres négligences apparentes, la disparate assure à l’idiolecte de La Légende sa souplesse et sa plasticité. Enfin, elle répond souvent à des besoins strictement contextuels, car l’archaïsme connait dans le texte une sorte de densité constante. La constance de ce niveau est certes difficilement pondérable, mais une chose est en tout cas remarquable : le lecteur a l’impression que la démarche archaïsante couvre toute l’épopée, de façon plus ou moins régulière.

  • 43 Sur tout ceci, voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de (...)

54En définitive, cette disparate illustre bien, par des moyens stylistiques, le thème que De Coster a mis à l’honneur dans son épopée, celui de la liberté : liberté religieuse, liberté politique, liberté de pensée, mais aussi — comme la chose est revendiquée dans la chute de la Préface du Hibou (1869, p. V) — liberté langagière43.

5.4. Une règle d’unification revisitée

Il n’en reste pas moins que cette disparate complique la tache du philologue, et qu’il convient de la gérer.

55Pour ce faire, j’ai opté pour la règle suivante : ne procéder à un alignement de la forme minoritaire sur la majoritaire que dans les cas où elle est très isolée dans une série consistante, ce qui tendrait à vérifier l’hypothèse d’un accident ou d’une distraction. C’est ce qui explique que je suive Joseph Hanse dans la première série d’exemples de ce paragraphe (il n’y a qu’une occurrence de « Chien rouge » avec minuscule, une seule de la forme portraiture, une seule de la graphie Ketel-straet…) mais non dans les autres cas, où j’ai opté pour un autre principe fort : accepter la variation. Autrement dit, j’ai adopté la formule présentée par l’originale, au lieu de procéder à des régularisations fantaisistes et contestables. De manière générale, on distinguera donc entre exception (à aligner) et forme minoritaire (à conserver).

56Ma politique sera donc la même que Hanse lorsqu’il corrige péleriner en pèleriner et pélerinant en pèlerinant, alignant la forme avec accent aigu de I, 53 sur les 41 autres occurrences du verbe ou des mots pèlerin et pèlerinage ; lorsqu’il substitue « Notre-Dame », forme très largement majoritaire, à « Notre Dame » ; lorsqu’il affecte d’une majuscule et d’italiques l’unique occurrence de « Smaedelyke broeders » ne se présentant pas de cette façon dans le chapitre I, 59. Comme lui, je corrige beſoineux en beſoigneux (IV, 3), aligne le tempétueux isolé (III, 43) sur le plus constant tempêtueux et élimine l’hapax gouje (IV, 6) au profit de gouge. De même, je mets une majuscule à la seule attestation de Vierschare qui n’en comporte pas, j’aligne les seules occurrences de Knocke et weer wolf sur Knokke et weer-wolf et j’élimine l’hapax landkneckt (III, 11) au profit du régulier landſknecht.

  • 44 Il y avait d’ailleurs deux façons possibles d’unifier : (1) introduire le trait d’union partout, (...)

57En revanche, je laisse coexister les formes verbales s’entredire et s’entre-dire : même si les verbes construits avec entre- (s’entre-regarder, s’entre-dauber, etc.) apparaissent plus fréquemment avec un trait d’union que sous la forme soudée, on se gardera bien d’aligner la première forme (12 attestations) sur la seconde (9 occurrences), comme Hanse le fait systématiquement44. Je conserve aussi « à l’insu » dans la lettre de Joos Damman (IV, 6) : le fait que l’œuvre comporte deux occurrences de sçu (dans des expression « au vu et au sçu »), à côté de plusieurs su ne me parait pas suffisant pour qu’on corrige cette locution en « à l’insçu ». Je laisse coexister les graphies « saint-père » et « Saint-Père », ou encore les graphies « Sa Royale Majesté » (trois attestations) comme « sa royale Majesté » (deux attestations), qu’il n’y a lieu d’uniformiser ni dans un sens ni dans l’autre. Je conserve stockfiſh et stockviſh (ce second aligné sur le premier par Hanse), puisqu’il n’y a qu’une occurrence de chacun de ces mots, et je m’interdis de retraduire reîtres en reiters alors que l’alternance est manifeste dans tout l’ouvrage…

58Évidemment, la ligne de démarcation entre exception et forme minoritaire n’est pas nette : le nombre d’occurrences qu’une variante doit atteindre pour n’être plus une exception et prétendre au statut de variation n’est pas sans rappeler celui du nombre de cheveux qu’il faut avoir perdu pour pouvoir se dire chauve…

Par ailleurs, mon principe, que l’on pourrait appeler principe de fréquence, doit être modéré par un second, que l’on pourrait appeler principe de bon sens.

  • 45 Et non l’inverse, comme le propose Hanse. Notant que De Coster utilise indifféremment les formes (...)
  • 46 Mais j’ai laissé coexister les graphies Courtray et Courtrai (majoritaire), parce qu’elles sont l (...)

59L’alternance est bien sûr moins tolérable dans les noms propres que dans les noms communs ; et c’est pourquoi je rectifie systématiquement « de Hornes » en « de Hoorn45 », de même que, comme Hanse, je corrige en Worſt la graphie Woſt46.

  • 47 C’est aussi le raisonnement que j’ai tenu pour l’alternance bélitre-belître.

60Pour les noms communs, le même principe peut d’ailleurs valoir. Prenons l’exemple du mot tête, évidemment fréquent dans le texte. Il est le plus souvent transcrit conformément à la norme. Mais dans certains passages, la graphie qu’on rencontre est tète. Celle-ci a beau apparaitre 17 fois dans les livres I et II, elle n’est justifiée par aucun état de la langue et ne saurait par conséquent prévaloir contre la graphie normée « tête », dix fois plus fréquente47.

  • 48 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 481–482.

61Enfin, le bon sens peut aussi être invoqué dans des cas où la disparate affecte gravement la structure narrative. Si on suit l’originale, la scène du chapitre III, 22, se passe tantôt le long de la Sambre, tantôt le long de la Meuse. Or il n’est pas raisonnable qu’elle se passe le long de ces deux cours d’eau à la fois, et donc de laisser subsister la disparité, qui est sans doute la trace d’anciennes hésitations chez l’auteur. Je suis donc Joseph Hanse48 lorsqu’il généralise Meuse, que des raisons référentielles rendent plus plausible.

62Charles Potvin avait déjà souligné que le caractère protéiforme de la Légende rendait malaisée la tâche de l’éditeur du texte : confronté à la multiplicité des formes, grande est en effet pour lui la tentation de les uniformiser. Bien que l’analyse interne — seule démarche licite lorsque manquent les documents objectifs — ne laisse apparaitre que des tendances et non des règles impératives, Joseph Hanse n’a pas toujours résisté à cette tentation. La version que je propose donne du texte une image beaucoup moins policée, et donc sans doute plus inquiétante. Mais elle respecte davantage le non-conformisme de l’épopée de Charles De Coster et son audacieux dessein.

6. Un grimoire à moderniser ?

  • 49 Voir Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 281–286 et passim. Voir aussi « Avant-propos (...)
  • 50 État de la question dans mon Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coste (...)

63Sans doute parce qu’il est le premier49 à avoir défendu l’œuvre contre l’accusation de pasticher les auteurs du xvie siècle — une idée qui trainait partout, s’assortissant même d’inquiétantes précisions, et qui affecte encore la critique costérienne50 —, Joseph Hanse n’a pas toujours non plus résisté à la tentation de moderniser le texte de la Légende.

Ces modernisations ne sont pas très nombreuses et restent le plus souvent discrètes, mais la tendance qu’elles concrétisent est manifeste.

  • 51 Communication personnelle, ca 1969.
  • 52 Voir une fois de plus Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel (...)
  • 53 De même, on ne suivra pas Potvin et Hanse lorsqu’ils recommandent de modifier le crespelés de III (...)

64Prenons l’exemple de trupher, un verbe qui meurt au xvie siècle (« L’un d’eux indiqua du geſte qu’il tenait Ulenſpiegel pour un niais & l’allait trupher très-bien », III, 35). Hanse le corrige en truffer, alors que nous ne possédons pas le manuscrit de ce passage et que cette forme de 1867 est confirmée par les épreuves. Ses raisons, qu’il avait bien voulu m’exposer dans les années 196051, sont les suivantes : (1) c’est le genre d’archaïsmes graphiques que De Coster élimine finalement dans beaucoup de cas, et (2) le typographe a pu mal lire le mot sur le manuscrit. On ne peut cependant s’empêcher d’estimer qu’il y a là une modernisation illicite du texte. En effet, on constate que l’auteur a conservé maints autres traits orthographiques archaïsants, et notamment dans le cas de mots déjà désuets par eux-mêmes52. Par ailleurs, il est audacieux de croire qu’un typographe a pu corriger truffer en trupher, lectio difficilior, alors qu’une correction de trupher en truffer, mot connu, n’aurait rien eu, elle, de surprenant53. Dès lors, pourquoi vouloir absolument corriger la leçon donnée par les deux seuls témoins de la volonté de l’auteur, les épreuves et l’édition de 1867 ? Il convient donc de conserver trupher, que De Coster a pu trouver chez Rabelais.

  • 54 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 457.
  • 55 Cette orthographe devient officielle par arrêté du Prince-Régent en date du 17 septembre 1946.

65Comme le suggère cet exemple, c’est surtout dans le domaine de l’orthographe qu’on observe ces quelques modernisations abusives. Fidèle à celui qui déclarait vouloir respecter les graphies de l’édition originale54, je conserve donc cabiliau (I, 51), forme rare mais parfaitement attestée, sans transformer ce poisson en cabillaud comme le font toutes les éditions postérieure à 1867 ; je maintiens poële, fourni tant par le manuscrit que par 1867 ; et de même que tous les éditeurs conservent Tournay, j’écris Liége, que Hanse modernise en Liège par deux fois en I, 13, au risque de l’anachronisme55, alors qu’il garde la graphie traditionnelle partout ailleurs.

66Joseph Hanse va même jusqu’à moderniser quelques graphies flamandes : le tydt de 1867 devient ainsi tijdt (III, 35 ; mais il ne touche pas à la graphie de hoerwyfel) et Borgerhoet est adapté en Borgerhout (comme Courtray, qui vient plusieurs fois au livre III, l’est en Courtrai).

Une édition définitive se doit de conserver ces traits archaïsants et même, comme on l’a expliqué au paragraphe précédent, une éventuelle disparate.

  • 56 Voir Beaulieux (Charles), Histoire de l’orthographe française, 2 vol., Paris, Champion, 1927.
  • 57 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 457.

67Car disparate il y a ici également. Elle est particulièrement sensible dans les formes en -ève, -éve, -ège, -ége. Les formes avec accent aigu n’étaient pas en 1867 les archaïsmes prononcés qu’elles sont aujourd’hui : si la graphie é était depuis longtemps caduque56, c’est seulement en 1878, dans la septième édition de son dictionnaire, que l’Académie uniformise tous ces mots en leur faisant porter l’accent grave. Mais si ces graphies n’étaient pas alors de véritables archaïsmes, elles étaient cependant, comme le dit joliment Joseph Hanse, « sur le versant de l’ancienne tradition et elles contribuaient à donner une certaine patine à la langue de La Légende d’Ulenspiegel57 ». Si De Coster variait dans ses pratiques (écrivant tantôt séve et tantôt sève), l’étude du manuscrit révèle chez lui une tendance assez nette à utiliser les formes modernes (exemples : manège et protège au f. 206, privilèges aux ff. 229–230, etc.). Les typographes ont très souvent unifié ces mots en privilégiant la forme traditionnelle, mais on observe que l’auteur ne corrigeait pas ces accents aigus sur ses épreuves, et on peut donc en conclure qu’il les assumait.

Dès lors, ici encore, je conserve les alternances, toujours au nom du même principe cardinal : l’originale, sauf quand elle se condamne elle-même.

7. De Coster : un cacographe à corriger ?

68Mais la modernisation des graphies n’est peut-être qu’un cas particulier d’un autre type d’interventions : celles qui visent à conformer le texte rebelle de Charles De Coster aux normes des bons usages.

69Si la limite entre exception et forme minoritaire (voir § 5.4.) est difficile à tracer, une autre ne l’est pas moins : celle qui sépare les erreurs manifestes — et on a vu qu’elles étaient nombreuses, notamment du côté de la ponctuation (traitée ci-dessous) — et les simples maladresses de l’auteur. Les premières doivent être corrigées ; les secondes ne sauraient l’être.

  • 58 Hanse (Joseph), « Hommage à Charles De Coster », Bulletin de l’Académie royale de Langue et de Li (...)

70Par où que passe cette limite, il est patent que tant Potvin que Hanse l’ont franchie. Malgré la mise en garde que ce dernier adresse à ceux qui voudraient corriger De Coster58, il rectifie la langue et le style de l’œuvre et cède donc à la tentation, qu’il refusait à Potvin, d’embellir le texte.

71On trouvera ci-après quelques-unes de ces interventions discutables. Je traiterai à part la question extrêmement complexe de la ponctuation (§ 7.2.) — en réservant une attention particulière aux cas particuliers du « et » entre virgules (7.3.) et des séquences de doubles points (§ 7.4.) — et quelques problèmes d’ordre typographique (majuscules, italiques…), abordés au § 7.6.

7.1. Quelques « améliorations »

72Les interventions que nous groupons ici, et qui ne sont pas excessivement nombreuses, sont de plusieurs types.

  • 59 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 469.
  • 60 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Cos (...)

73Certaines visent à rendre le texte plus clair. Après l’expression flamande « muſke conijn » de I, 56, Joseph Hanse ajoute la glose « c’est une portion de lapin » qui figure dans le manuscrit mais est absente de 1867. Sa raison ? De Coster « a l’habitude de traduire les expressions flamandes non éclairées par le contexte59 ». C’est exact, sans que la règle soit absolue, nombre de termes étant rendus intelligibles par le contexte60. Mais dans le cas présent, il est hasardeux d’estimer qu’une suppression d’une telle importance est due à la distraction du typographe.

  • 61 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 464.
  • 62 Dans le manuscrit, le mot qui a pu être lu comme donc par le typographe pourrait bien être donna, (...)

74Rendre le texte plus clair ou plus élégant : en I, 35 (« la jeune & belle commère était la reine du tir à l’arc, se nommait Mietje, femme de meſſire Renonckel »), Hanse ajoute devant « se nommait » un et — absent également du manuscrit —, au motif que « la rédaction de cette page a été fort négligée61 » ; il supprime aussi un donc assurément disgracieux dans le passage « À Mézières ils deſcendirent ; on leur y bailla donc de bonne soupe » (III, 16)62.

  • 63 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 479.

75D’autres améliorations visent à renforcer la logique de la narration. C’est ce souci qui pousse mon devancier à intervertir deux phrases de III, 3, dont l’ordre est pourtant confirmé par le manuscrit et qui sont parfaitement claires : celle qui termine le paragraphe, évoquant le supplice du sire de Beausart d’Armentières et celle qui la précède et identifie le traitre responsable de l’arrestation des Gueux. L’argument invoqué pour bouleverser cette disposition, étrangement jugée illogique, est ici une fois de plus que le manuscrit du passage n’a pas été établi avec soin63.

76Certaines visent à rapprocher le texte des normes orthographiques ou morphologiques. L’auteur du Dictionnaire des difficultés grammaticales et lexicologiques rectifie ainsi sans explication malerage, pourtant parfaitement attesté, en male rage (I, 66), maleheure en male heure (I, 69), malemort en male mort (I, 72, I, 77, I, 78) ; il corrige Maître queux en Maître-queux (IV, 9) et brocard (I, 25 et I, 27) en brocart, alors que la première forme est largement attestée ; il substitue « ceux-là même » (I, 62 ; version, il est vrai, du manuscrit) à « ceux-là mêmes », qui n’est pas irrégulier ; et met au pluriel « certificat d’épouſaille » de III, 23 (alors que, si le mot vient effectivement deux autres fois sous la forme épouſailles, on trouve en II, 1 un autre singulier où la correction est cette fois impossible, le mot apparaissant avec un article : « une épouſaille »).

  • 64 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 218.
  • 65 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 488.
  • 66 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit. et Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive (...)
  • 67 C’est la leçon de l’édition de 1912 (Bruxelles, Paul Lacomblez), qui n’est certes pas meilleure. (...)
  • 68 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 222.
  • 69 Potvin supprime en outre le il devant entendait, ce que Hanse approuvait en 1928 (op. cit., p. 35 (...)

77Les embellissements peuvent aussi être d’ordre syntaxique. Ainsi, en IV, 16, Potvin64 et Hanse65 amendent le « bouches de Meuse », donné par 1867 (« À nous la côte depuis Nieuport, en paſſant par Oſtende, Blanckenberghe, les îles de Zélande, bouches de l’Eſcaut, bouches de Meuſe, bouches du Rhin juſqu’au Helder) en y ajoutant un article, de sorte que la phrase devient syntaxiquement homogène : « bouches de l’Escaut, bouches de la Meuse, bouches du Rhin… ». Mais l’examen interne prouve que « Meuse » reçoit dans le texte un traitement d’exception (avec de, l’hydronyme apparait onze fois sans l’article, contre trois fois avec), et la disparate n’eût dès lors pas été anormale. En III, 28, les deux costériens66 s’accordent à nouveau pour corriger la phrase « Quand viendront-ils cœurs pleins, les eſcarcelles vides ? », version confirmée par le manuscrit et les épreuves. Mais les solutions qu’ils imaginent divergent : fidèle à leurs pratiques, le premier supprime les articles (« cœurs pleins, escarcelles vides ») tandis que le second les généralise (mais en changeant aussi subrepticement le sujet du verbe) : « Quand viendront les cœurs pleins, les escarcelles vides 67? » Toujours à la suite de Potvin68, Hanse introduit un il devant regardait dans « Il vit son père Claes en gloire, à côté de Dieu, dans le ciel où brillait la lune claire, & regardait la mer & les nuages, & il entendait le vent tempêtueux soufflant d’Angleterre » (III, 43)69. Sans doute pour éviter un archaïsme violent, il glisse un autre il devant bailla dans « Puis, mettant preſtement la peau du chien mort dans sa gibecière, bailla un grand coup de pied au vivant & le pouſſa ainſi dans la salle de l’auberge » (I, 66), tournure qui peut se justifier, le sujet étant exprimé à la phrase précédente.

  • 70 J’ai aussi corrigé quelques négligences ou inadvertances de l’édition 1966. « La tête ornée de fl (...)

Est-il nécessaire de préciser que dans tous ces cas, je conserve le texte de l’originale70 ?

7.2. La ponctuation

  • 71 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 458.

78J’ai déjà dit combien la ponctuation de 1867 était erratique. Elle mérite donc un soin tout particulier. On ne saurait que souscrire au principe que Joseph Hanse formule à son sujet : « Quant à la ponctuation, extrêmement négligée par De Coster, mais introduite par l’imprimeur avec un zèle parfois intempestif, il convenait de ne la corriger que lorsqu’elle était visiblement fautive ou excessive, et en s’inspirant des normes que révélait un examen attentif de l’œuvre entière et de lécart entre les épreuves et l’originale71. »

79Mais une fois de plus, la frontière est floue entre les cas d’erreurs manifestes (j’en ai signalées plusieurs au § 1) et les perfectionnements que le lecteur contemporain est tenté d’apporter au texte. Et on peut penser que le pionnier des études de littérature belge a ici maintes fois cédé à la tentation de l’amélioration.

80On n’hésitera pas à le suivre lorsqu’il introduit une virgule entre l’expression néerlandaise et sa traduction dans « In den rooden schildt à l’Écuſſon rouge » (I, 32) ou quand il ajoute un point d’exclamation à la phrase « Si Chriſt pouvait montrer ces sept dont les cendres jetées au vent feraient heureuſe la Flandre & l’entier monde » (V, 9).

  • 72 Je ne l’ai pas davantage suivi en V, 1, où il en introduit un après oui dans « Chiens vous-mêmes, (...)

81Mais on se demande s’il est bien nécessaire d’ajouter un tel signe de ponctuation à toutes les phrases qui ont peu ou prou une valeur exclamative. On s’avise au contraire que la « norme de l’œuvre » est de souvent laisser ces phrases se terminer par un point. Je ne suis donc pas mon devancier lorsqu’en I, 67 il renforce la phrase « Bénis ceux qui sont doux au voyageur errant », quand il ponctue le serment de Calleken « que je meure à l’inſtant si je te trompe » (V, 7) d’une même exclamation, ou quand il souligne de la même manière le propos de la mère de Nele (« Une fille de Heyſt, s’écria Katheline », IV, 5), sans doute pour bien faire voir que cette dernière « s’écrie72 ».

82J’aurais la même prudence devant le remplacement d’un point d’exclamation par un d’interrogation en I, 60 (« quelle amitié eſt forte sinon celle qui rit des mêmes joies & pleure des 
mêmes peines ! ») : si la première ponctuation semble plus recevable, la seconde n’est pas incorrecte.

Mais ce sont surtout les virgules qui poussent Joseph Hanse au péché d’amélioration.

  • 73 Passage où il fallait déjà supprimer des virgules redondantes avec les tirets (voir § 1). Ces int (...)
  • 74 Dans un cas, Hanse s’explique sur ce type de suppression. Il commente ainsi son intervention sur (...)

83Celles qu’il introduit dans le membre de phrase « D’autres pleurards et couards se lamentaient » (qui devient sous sa plume « D’autres, pleurards et couards, se lamentaient » I, 12) n’étaient guère indispensables, et changent légèrement le sens. Peu utiles aussi sont celles qu’il ajoute après drap et bleſſe dans ce passage : « Je ne te vois que ton pourpoint, lequel eſt de drap non de fer ; deſſous eſt ton corps, fait d’os & de chair comme le mien. Si on te bleſſe qui te panſera ? » (IV, 20) ou après « Jacobſen » dans « adminiſtrer le saint-sacrement de l’onction au vaillant Jacobſen qui fut Gueux par peur, mais qui, le danger paſſé, rentra pour mourir dans le giron de la Sainte Égliſe » (V, 10). Dans tous ces cas, il est hardi de conclure à une ponctuation « visiblement fautive73 ». Même si j’aurais moi aussi ponctué différemment ces passages, on ne peut non plus parler de faute dans ces cas où Hanse a déplacé les virgules (« de quoi il eſt si relâché, que si on ne l’arrête, son âme s’en ira… » devenant « relaché que, si on ne l’arrête, son âme… », III, 6) ou les a supprimées. Elle disparait ainsi devant le verbe de « le markgrave d’Anvers, les bourgmestres, capitaines & doyens, s’assemblèrent », I, 39, dans « Mais, le reste du corps ? » I, 54, dans « forçant les signorkes, qui la portaient, à courir auſſi » (II, 15) ou devant les deux occurrences de portant dans « Alors, les seconds, portant balai — c’étaient ceux d’Ulenſpiegel — & les autres, portant eſtoc — c’étaient ceux de Rieſencraft — donnèrent, en sifflant, le signal du combat », II, 13)74.

84Le plus souvent, il s’agit une fois de plus d’uniformiser le texte, et de le rendre plus clair et plus élégant. Uniformiser : si Hanse ajoute des virgules avant les deux occurrences de dan dans « Als men my slaet dan is ‘t brandt / Als men my luyt dan is ‘t storm in Vlaenderlandt ». (I, 28), c’est sans doute pour aligner le passage sur la traduction française qui suit ce texte flamand (« Quand je tinte, c’est qu’il brûle »). Et c’est pour corriger ce qu’il considère comme une négligence stylistique de De Coster, lequel fait se succéder deux dans, qu’il ajoute une virgule après « cruche » dans « L’eau gèle dans les cruches dans le huchier » (IV, 17 ; alors que c’est évidemment dans les cruches qu’elle gèle…) ou qu’il remplace une virgule par deux points plus conformes aux usages dans « Là sont trois sièges, Sa Sainte Majeſté prend celui du milieu » (I, 58).

85On trouve surtout ces améliorations problématiques dans deux types de contextes : dans les énumérations (mon devancier remplace par des virgules les points-virgules de la séquence « je leur ai mis dans le ventre une boulette de beurre ; de la mie de pain ; de la muſcade râpée, des clous de girofle », V, 4, et va jusqu’à remplacer un & par une virgule dans une énumération de II, 16) et aux abords de la conjonction et. Il supprime ainsi les virgules précédant le & dans « le roi Philippe, & sa haute, illuſtre & notable compagnie » (I, 39) ou dans « les geignements des pèlerins, les sons des fifres, violes, rebecs & cornemuſes, &, comme un pur encens, la fumée des fritures », I, 36). On notera que, dans ce dernier exemple, le & est isolé entre virgules : il s’agit là d’une véritable norme de l’œuvre, qui mérite un examen spécial.

7.3. Le et isolé entre virgules : un monstre ?

86Placer un et entre virgules est un usage constant chez De Coster. Cette disposition est sans nul doute frappante, et davantage encore lorsque la conjonction se présente à l’œil sous la forme ramassée de l’esperluète (voir § 9).

87Dans un bon nombre de cas (mais non en tous), Joseph Hanse corrige la ponctuation de façon à faire disparaitre cette configuration. De sorte que « Ulenſpiegel regardait tout, &, tremblant de douleur & de colère, diſait » (I, 78) devient dans 1966 « Ulenspiegel regardait tout et, tremblant de douleur et de colère, disait » ; que « Ulenſpiegel marcha vers le Roode Valck, &, voyant que le poiſſonnier… » (I, 84) est corrigé en « …vers le Roode Valck et, voyant que le poissonnier… », que « je m’aſſis, &, pour me refaire… » est amendé en « je m’assis et, pour me refaire… » (II, 3), etc. Dans tous ces exemples, c’est la virgule précédant le et qui disparait. Mais dans d’autres, la virgule éliminée est celle qui suit la préposition : « La fille âgée me dit que je n’avais qu’à m’en retourner d’où j’étais venu, &, que si ma femme m’avait quitté, elle avait bien fait » (II, 3) est ainsi amendé en « je n’avais qu’à m’en retourner d’où j’étais venu, et que si ma femme m’avait quitté, elle avait bien fait ».

88Il y a là une véritable retouche que rien ne justifie, sinon le désir de rapprocher le style de Charles De Coster de modèles stylistiques plus normés. Au demeurant, cette correction n’est pas, elle non plus, appliquée de manière constante.

89Une fois de plus, j’ai résolu de rester moins interventionniste que mes prédécesseurs sur ce point, sauf dans des cas d’erreurs manifestes. Et celles-ci sont bien sûr fréquentes, comme on l’a dit. Par exemple, dans « M’eſt-il permis de recevoir cette couronne de vos mains, quand vous êtes si capable de la porter encore » (I, 58), il faut manifestement un point d’interrogation et non un simple point. Je l’introduis donc, comme mon devancier.

7.4. Le cas du double point

90Un bon nombre des corrections de Joseph Hanse semblent donc avoir eu pour but de rendre le texte conforme aux normes. Il intervient ainsi très systématiquement pour éviter que deux doubles points se suivent. Dans « Il eſt écrit : Celui qui donne aux pauvres prête à Dieu : soudards & vous, belles dames […] prêtez à Dieu » (II, 18), il remplace le deuxième double point par un point-virgule.

91Pourtant, cette disposition est extrêmement fréquente chez De Coster, de sorte que l’on ne peut croire à une inadvertance. Le plus beau cas est ce passage qui fait se succéder pas moins de quatre occurrences du deux-points : « Hans, mon aimé, donne-moi le baiſer de paix : vois le sang qui coule : l’âme a fait le trou & veut sortir : je mourrai tantôt : ne me laiſſe point » (IV, 3). Loin d’y voir un procédé stylistique propre à rendre le propos de Katheline plus haletant, Hanse y remplace la première et la troisième ponctuation par des points-virgules. On observe au même endroit du récit des séquences de trois doubles points : « Il a octroyé un pardon : faites silence : sa cuiraſſe dorée reluit au soleil, le grand prévôt eſt à cheval à côté du dais : voici venir le héraut avec ses timbaliers » (IV, 2), « Hans, mon maître & seigneur, m’ordonne de venir ici te couper la main & de la lui apporter : je lui dois obéiſſance : ne fais point contre moi jaillir le feu de la terre, parce que je trouble ta noble sépulture : & pardonne-moi de par Dieu & les saints » (IV, 4). Dans le premier cas, mon devancier remplace tous les deux-points par des points-virgules, et dans le second, il fait de même avec le premier et le dernier. Il peut aussi remplacer le double point par un point, ce qui implique évidemment une autre modification en corolaire : l’introduction d’une capitale. C’est le cas après « paternel amour » dans : « que tu souffres […] dans l’enfer qui t’attend, l’enfer de soufre & de bitume allumé pour les femelles de ton eſpèce : tu refuſas mon paternel amour : sois maudite » (V, 7). C’est encore un point qui, après « goutte » vient casser la séquence de doubles points dans « Épargnez-le, meſſieurs les juges : donnez-lui à boire un plein gobelet, & ne me gardez qu’une goutte : Hans, n’eſt-ce point encore l’heure de l’orfraie ? » (IV, 4 ; le premier deux-points disparaissant quant à lui au profit d’un point-virgule).

92Une dernière technique mise au point par Hanse pour briser les enchainements de doubles points est de détacher des phrases en les entourant de guillemets. C’est pour elle qu’il opte dans la déclaration de Joos Damman en IV, 5.

  • 75 Ainsi, dans la confession de Calleken (V, 7), après avoir interrompu une séquence de trois double (...)

93De quelque type qu’ils soient, ces remplacements sont extrêmement nombreux (et particulièrement dans le chapitre V, 7), mais il ne sont pas appliqués de manière constante75. On est amené à penser qu’il y a là un réflexe puriste. On constate en tout cas que l’auteur du Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne semble éprouver une réelle méfiance vis-à-vis du deux-points. Ainsi, il remplace sans raison « : » par « ; » dans « tu as un viſage comme une nèfle & un corps comme un cent de cotrets : voyez la guenille qui se veut faire aimer par de nobles hommes » (IV, 5) et par un point dans « Toutefois, Excellence, je le veux faire : Le capitaine Marin […] stipula que les moines seraient libre », passage évidemment fautif, mais qu’on peut corriger, comme je le fais, par la simple introduction d’une minuscule à l’article précédant capitaine.

94Comme ce type de séquence correspond à la politique systématique de Charles De Coster, et que les doubles points ne troublent généralement en rien les rapports logiques entre propositions (et renforcent même certains effets stylistiques), j’ai résolu de les conserver, même si, comme bien d’autres pratiques de l’auteur, celle-ci est exceptionnelle au regard du bon usage.

7.5. Le discours rapporté

95Une importante série d’améliorations apportées par Joseph Hanse concerne les audaces que De Coster s’autorise en matière de style indirect. Il s’agit bien d’audace, et non de fautes. Et en tout cas, les pratiques en cause font bien partie des normes du texte.

Les interventions sont ici de deux types.

96Les premières consistent à supprimer systématiquement le « ? » qui termine souvent les phrases que De Coster introduit par le verbe « demander » ou un synonyme. Exemples : « il lui demanda si elle savait bien ce que sont les vertus de la femme ? » (I, 25) ; « il lui demanda qui il était ? » (I, 53) ; « il s’enquit de ce que tu avais fait des méchantes idoles […] de madame la Vierge, de monſieur saint Nicolas & de monſieur saint Martin ? » (I, 70) ; « Le bailli lui demanda quel mal lui avaient fait Ulenſpiegel & Soetkin pour qu’ayant pris à l’un son père, à l’autre son homme, il s’ingéniât encore à les pourſuivre cruellement ? » (I, 77) ; « Le bailli demanda à Soetkin si elle ne détenait aucun bien appartenant à l’empereur ? » (I, 78) ; « Elle me demanda aigrement ce que je venais faire avec ma bedaine dans les trèfles ? » (II, 3) ; « L’un d’eux, à face d’oignon brûlé, demanda si Mieke, c’était Notre-Dame, avait eu peur qu’elle était rentrée précipitamment en l’égliſe ? » (II, 15).

  • 76 C’est d’ailleurs ce que fait Hanse en une occurrence : « Donc, je demande à meſſieurs du tribunal (...)

Cette tournure interrogative est bien trop fréquente sous la plume de l’auteur pour qu’il s’agisse d’une erreur. Il convient donc de la maintenir76.

97Le deuxième type d’intervention porte sur la présentation typographique de plusieurs passages au style indirect. La plupart du temps, Hanse refuse le passage à la ligne après deux points, pour lequel opte fréquemment l’originale (I, 25) :

Elle fit signe de la tête que oui, diſant :
— Que pour Son Alteſſe Hyperboréenne, elle se couvrirait plutôt de dix peaux d’ours que d’une aune de mouſſeline.

Ou encore (I, 42) :

Le portier répondit :
— Que les moins pourceaux ne sont pas toujours les plus dorés.

  • 77 Encore une fois, c’est ce que fait mon devancier avec un autre exemple du même type en I, 34. On (...)

Ce type de présentation, certes inhabituel mais qui n’est pas exceptionnel sous la plume de De Coster, ne peut être considéré comme fautif. Il doit donc lui aussi être conservé77.

Les interventions portent aussi sur le discours direct.

98La principale consiste à passer systématiquement à la ligne pour introduire la phrase au discours direct, même lorsque ni 1867 ni le manuscrit ne vont pas dans ce sens (exemples en I, 10, 1, 4, I, 75…). Cette intervention n’est guère justifiée, sinon pour rapprocher la mise en page d’usages plus contemporains. Je conserve donc la disposition de l’originale.

99La gestion du discours rapporté ne peut aller sans intervention sur la typographie. Aussi voit-on Hanse ajouter nombre de guillemets pour rendre le texte plus clair. Par exemple dans le passage où Katheline déterre le corps de Hilbert (IV, 4), il introduit trois séries de guillemets ; il fait de même en V, 7, dans la longue tirade de Lamme citant les propos de sa femme (et ajoute même un point d’exclamation pour faire bonne mesure). Dans le long discours exalté qu’Ulenspiegel tient en II, 15 (« …je dirai, ôtant mon couvre-chef : Gentil larron, gracieux vaurien, vénérable bélître, montre-moi ta commiſſion »), Hanse introduit des guillemets avant gentil et après commission (ce qui a corolairement pour effet de rendre moins sensible la séquence de doubles points ; voir ci-dessous § 7.4.) ; dans « une voix, sa voix, ô ma femme, ma pauvre femme ! me dit : As-tu bien soupé Lamme ? & sa voix était près de moi & son viſage auſſi, & son doux corps » (III, 40), il guillemette la phrase interrogative. C’est le cas aussi dans le récit de Calleken, au chapitre V, 7, où les phrases rapportées sont systématiquement entourées de guillemets, absents de l’originale. Il ajoute aussi des guillemets fermants (sans en avoir ouvert) en I, 66 à « … ouvrez le petit guichet qui eſt au bas » et à « … baiſe la sainte pantoufle », en ouvre (en allant à la ligne, et sans les refermer) à « Le Saint-Père daigna me parler encore… », alors qu’il n’y en a aucun dans l’ensemble des dialogues rapportés constituant le long paragraphe (où il n’y a pas lieu d’aller à la ligne).

100La ponctuation peut aussi être déplacée. Ainsi, dans l’exemple « Et après cette victoire, les Gueux s’entrediſaient : Als God met ons is, wie tegen ons zal zyn ? “Si Dieu eſt avec nous, qui sera contre nous ? Vive le Gueux !” » (IV, 18), mon devancier transfère les guillemets ouvrants devant la citation en néerlandais.

Toutes ces modifications peuvent évidemment se combiner. Considérons cet exemple de I, 70, où il n’y a même pas de tirets :

Le populaire accourut au son de la cloche, en grande multitude, & disant :
Beaucoup d’entre les juges ne sont pas là pour faire œuvre de juſtice, mais de servage impérial.

101Hanse fait tenir l’introduction et le discours rapporté dans le même alinéa, en introduisant des guillemets : « Le populaire accourut au son de la cloche, en grande multitude, et disant : “Beaucoup d’entre les juges…” ». Dans ce cas comme dans les autres, je conserve la disposition de l’originale.

7.6. Majuscules et italiques

102La typographie est un des points sur lesquels l’édition originale offre une variété surprenante et parfois gênante. On ne s’étonnera donc pas que tous les éditeurs aient été tentés d’y mettre de l’ordre. C’est particulièrement le cas avec les majuscules et avec les italiques.

103Hanse introduit fréquemment des capitales aux expressions auxquelles il veut sans doute conférer une certaine noblesse, comme on l’a vu faire avec les formules du genre de « monſeigneur Dieu », qui m’a servi pour analyser le principe d’unification (voir § 5.2.)

  • 78 À l’exception d’une occurrence dans le double oracle de V, 9.

104C’est ainsi qu’il met une majuscule à antechriſt (III, 16), à l’adjectif de « Gand la noble » (I, 29), comme il le fait systématiquement78 avec le mot sept lorsque celui-ci désigne le célèbre objet de la quête d’Ulenspiegel (alors qu’il apparait très fréquemment avec une minuscule dans l’originale) ; et cela même dans la phrase du héros « Las ! se diſait-il, en mort, sang & larmes, trouver sept, brûler sept, aimer sept ! » (II, 2) où la minuscule, répétée ne peut être due à une inattention de l’auteur, Ulenspiegel ne comprenant pas ce que sont ces « sept ». C’est encore pour cette raison sans doute que Hanse orne elle d’une majuscule dans « prêt à frapper Votre Majeſté pour hériter d’elle » (I, 52) et qu’il procède de même avec sa et royale dans « sa royale Majeſté » (V, 4).

105On ne peut ici invoquer le principe d’unification, car dans toutes les formules de ce type, ont trouve sous la plume de De Coster autant de minuscules que de majuscules (dans la même lettre du même chapitre I, 52, « monſieur & père » alterne avec « Monſieur & père »).

106Mais si c’est le souci d’ennoblissement qui pousse à majusculer, comment expliquer la transformation de « marché du mercredi » (I, 33) et « du vendredi » (II, 13) en « Marché du Mercredi » et « Marché du Vendredi » (II, 13) ? Parce qu’on trouve un « Marché du Samedi » en II, 12 ? Mais ce même « marché du samedi » apparait encore, en I, 17 et en III, 32, avec des minuscules que le philologue laisse cette fois subsister. Et pourquoi corriger par deux fois « l’Hercule buveur » en « l’Hercule-Buveur » (II, 6 et II, 7) ? Parce que cette expression survient en II, 18 ? Plutôt qu’aligner sur la forme minoritaire, il vaut mieux laisser subsister la disparate.

107À l’inverse, Hanse a supprimé des capitales dans des cas où le principe d’alignement aurait ordonné de les maintenir. Par exemple dans « Monsieur Saint Remacle » (III, 10), alors que la majuscule est présente dans 14 des 15 attestations de la locution, ou dans « lèſe-Majeſté » (I, 70), alors que le mot Majeſté, qui figure plus de 70 fois dans le livre I, y apparait toujours avec une majuscule. C’est donc plutôt la seule occurrence où elle survient avec une minuscule (I, 28) qu’il convient de corriger ; ce que je fais.

  • 79 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 212.

108Les italiques offrent au lecteur une image d’anarchie apparente. De Coster tend à en introduire dans les mots flamands, mais il le fait sans grande constance. À peine peut-on entrevoir une certaine tendance à ne mettre des italiques qu’aux premières apparitions d’un mot, pour considérer ensuite qu’il est naturalisé. Ce qu’avait bien vu Potvin : « On aime à être prévenu, par des lettres italiques, qu’il s’agit d’un mot de langue étrangère ou d’acception spéciale… à moins que l’auteur, au bon moment, ne croie l’expression assez familière pour lui accorder le droit de bourgeoisie. » Et d’ajouter : « La première édition a mis trop de régularité en cela79. »

109C’est peu dire que l’édition Hanse a renchéri sur cette régularité en distribuant généreusement les italiques. C’est ainsi qu’elle aligne les trois occurrences de Blauwe-Torre (I, 56), alors que ce mot n’apparaissait en italiques que la première fois, qu’elle procède de même avec les quatre occurrences de reiters au chapitre I, 42, alors qu’une seule est en italiques dans ce chapitre (le mot ayant déjà fait son apparition sous cette forme antérieurement dans le livre) : il eût mieux valu les aligner en romaines.

  • 80 Lorsqu’il affecte d’italiques la traduction des noms d’auberge, Hanse met aussi, assez systématiq (...)

110Cette pratique se fait très systématique avec les nombreux noms d’auberges ou de débits de boisson : si « l’hôtellerie de la Trompe » (I, 35) offre bien des italiques, il n’y en a pas dans « à l’Écuſſon rouge », traduction de la mention en néerlandais — et en italiques — qui précède (I, 32), ni dans « Au Chaudron », traduction de In den Ketele qui précède (I, 59) ni dans « l’auberge du Roode-Schildt » (I, 69), pas plus qu’à l’enseigne « Chez Marlaire » (III, 22). Il n’y a donc pas lieu de corriger le texte de l’originale : il ne se condamne point80.

  • 81 Notons encore, avant de quitter le domaine de la typographie, que Joseph Hanse introduit parfois (...)

111Il est encore un autre usage typographique où l’édition originale se montre d’une grande constance ; mais tous les éditeurs postérieurs ont négligé ce phénomène, pourtant capital (notamment à cause de son impact stylistique). Il fera l’objet de mon dernier paragraphe (§ 9)81.

8. La question des langues étrangères et des noms propres

Comme nous l’avons vu (§ 1), de nombreuses erreurs de l’originale sur les noms propres peuvent se corriger aisément.

112D’autres passages où les fautes ne sautent pas d’emblée aux yeux peuvent être amendés par le recours aux sources de Charles De Coster ou par la vérification des données historiques ou géographiques convoquées dans le texte.

  • 82 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 485–486.
  • 83 De Meteren (Emanuel), L’Histoire des Pays-Bas ou Recueil des guerres, et choses memorables advenu (...)

113C’est ainsi que Joseph Hanse82 corrige à bon droit en Simonsen Rol le Simonen Bol (IV, 1) de 1867 (Smaeten-Bol et Simaeten-Bol sur épreuves) en se servant de la monumentale Histoire des Pays-Bas de Van Meteren, la principale source historique de De Coster83, et qu’il rectifie le toponyme Necre en Veere (V, 9) en se reportant à la géographie des iles de Zélande, où se déroule le dernier épisode de la Légende.

Mais tous les éditeurs, dont Hanse, ont fait preuve d’une certaine timidité dans la gestion de ces corrections, qui peuvent être bien plus nombreuses.

114Ainsi, le Knittingen du chapitre I, 59 n’existe pas. Par contre, il y a un Knittlingen (même s’il n’est pas en Saxe, comme le dit De Coster, mais en Bade) et c’est ce nom qu’on trouve dans les traductions allemandes. J’opte donc pour Knittlingen. Le Nieswieler du chapitre I, 61, mal écrit, est très vraisemblablement Niesweiler (localité qui n’est pas éloignée des points de repères cités dans ce chapitre : Aix et Sippenaken), mal lu par De Coster ou par le typographe : il convient donc de corriger Nieswieler. En III, 11, il faut lire non pas Hollenhausen mais Rollenhauſen, toponyme figurant au demeurant chez Van Meteren. « La villette des moulins », faubourg de Gand, évoquée à plus d’une reprise au chapitre III, 29, est de toute évidence Meulestede, nom qu’il faut donc préférer à Meulestee. On s’étonne aussi de voir mes prédécesseurs ne pas corriger Wahal, dont l’insertion dans la séquence « le Wahal, la Meuſe ou le Rhin » indique clairement qu’il faut le lire comme Waal, que je restitue donc (III, 27 ; le trajet d’Ulenspiegel part d’ailleurs du « Nieuwe Waal »). Même remarque à propos de Vieland (V, 9), île qui, située entre Texel et Ameland, est manifestement Vlieland, ce toponyme apparaissant d’ailleurs par trois fois ailleurs (dont une fois sous la forme Vlie (« Penſant entrer au Texel, il part du Vlie », IV, 1)).

115Comme tous ses prédécesseurs, Hanse laisse aussi subsister en III, 24 un passage incompréhensible : c’est l’épitaphe de Don Carlos : A qui jaze qui en para desit verdad, / Morio s’in infirmidad. De Coster l’a scrupuleusement copié sur sa source, Van Meteren (f. 56c), sans comprendre le sens du texte. Mais en fait le traducteur français de la chronique de 1670, qui ne comprenait pas davantage l’espagnol, a mal lu le texte de la version originale néerlandaise, qui énonce bien Aqui jaze quien para desir verdad, / Morio sin infirmidad. Il convient de choisir le texte castillan original de Van Meteren, avec ses traits archaïsants, mais parfaitement grammatical, lui.

  • 84 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 487.

116À propos d’espagnol, une édition définitive doit évidemment faire un sort au mot mystérieux de la phrase « il vous faut du lait pour laver les corps de vos muſtachos & du vin pour baigner les pieds de vos chevaux » (IV, 12), qui est typiquement un de ces passages « où l’originale se condamne ». Hanse a conservé le terme, en le glosant « petites guenons (espagnol mustaco)84 ». C’est plus que gratuit : non seulement on conçoit mal ce que peut être un tel genre de soins prodigués à de problématiques animaux de compagnie, mais ce mot très rare, qui désigne surtout l’alisier dans certains dialectes espagnols ou un plat en Colombie, devrait s’écrire mustacas s’il désignait des guenons. Il est bien plus simple de postuler que l’imprimeur aura mal lu le mot muchachas, dont le tracé manuscrit est très proche de mustachos et qui rend limpide le sens de la phrase.

117D’autres corrections, s’imposant avec moins de force, se recommandent toutefois : dans la séquence des chapitres 11 à 13 du livre I, qui se passe en Allemagne, l’originale présente Meyberg à trois reprises, contre trois occurrences de Meyborg (qu’on trouve encore en I, 51), forme que privilégie Hanse. J’ai pour ma part opté pour Meyberg, parce que cette forme correspond, elle, à un toponyme authentique. C’est pour une raison analogue qu’entre les deux formes Rindbiſbels et Rindſbibels offertes par 1867 (I, 12), je tranche en faveur de la première.

118Évidemment, je n’ai corrigé l’orthographe de ces noms propres que lorsque les documents l’y autorisaient, comme dans le cas de Rollenhauſen ; je m’en suis par contre bien gardé lorsque De Coster s’écartait manifestement de ses sources. « Don Ruffele Henricis » de III, 14, qui est Ruffille Henricies chez Van Meteren, restera donc tel. Si on peut identifier un t dans le prénom de Dieterich de Schoonenbergh (orthographié Diederich dans 1867 et chez Hanse), je me garde bien de rétablir le Schooneberch de la source. Et c’est à regret qu’en III, 12, je laisse subsister la forme Groesbeke (Groesbeque chez Van Meteren) maladroitement utilisée par De Coster pour désigner le prince-évêque de Liège Gérard de Groesbeek.

9. Une patine appliquée à toute l’œuvre : la typographie

119Dans une certaine conception du texte littéraire — qui tend à ne plus avoir cours aujourd’hui — on entend ignorer que le verbe a une chair. Or, l’œuvre s’offre toujours à l’œil ou à l’ouïe du lecteur (de la lectrice) à travers une expérience physique déterminante. Lire couché ou debout, écouter un poème slamé ou se délecter de la lecture d’une plaquette sur papier bouffant tirée à un petit nombre d’exemplaires, rien de cela n’est indifférent. Le livre est un objet, et l’écriture n’existe pas sans un support.

  • 85 Picard (Michel), La Lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986.

120Dans la typologie qu’il propose dans La Lecture comme jeu85, Michel Picard distingue dans ce que nous appelons le lecteur trois instances interactives : le liseur, le lectant et le lu. Si le « lu » renvoie à l’inconscient du lecteur, à ses émotions brutes et à son investissement pulsionnel, le « lectant » prend conscience des règles à lœuvre dans le texte qu’il appréhende. Quant au liseur, c’est la part du lecteur réel, évacuée par la conception idéaliste ou formaliste du texte, ce lecteur que décrit Italo Calvino dans Si par une nuit d’hiver un voyageur : l’être de chair qui se tient sur sa chaise ou dans son lit, qui tourne les pages d’un doigt humecté et qui cherche peut-être ses lunettes. Tenir compte de ce liseur fait apparaitre crument que le texte n’est pas seulement engendré par l’âme d’un auteur, mais qu’il implique des imprimeurs, des éditeurs, des techniques, des matériaux, et qu’il s’adresse à un être réel.

121Si l’on accepte que la lecture n’est pas une opération exclusivement linguistique et que le grain, la couleur et le grammage du papier, la forme, la dimension et la diversité des caractères, sont des éléments qui influencent cet acte, alors on comprendra qu’une édition sérieuse du grand texte de Charles De Coster doive tenir compte d’une de ses caractéristiques principales que la critique n’a guère mise en évidence, sinon implicitement.

122Dans sa première édition, La Légende d’Ulenspiegel se présente dans de grands et harmonieux caractères Elzévir. La conjonction et y est régulièrement transcrite & (quand elle ne se trouve pas à l’initiale de la phrase), tandis que les s intérieurs, en position faible ou non, se présentent sous la forme ſ.

123Il est important de restituer ce parti-pris typographique, que ne respecte aucune édition postérieure à l’originale. Il ne s’agit pas d’une coquetterie comme celle qui consisterait à rééditer Molière ou Rousseau avec les polices de l’époque. En effet, cette présentation fait assurément partie du dessein archaïsant de l’œuvre et ne peut pas ne pas avoir été voulue par l’auteur (même s’il n’utilise pas ces signes dans son manuscrit) : l’usage de ces caractères est tombé en désuétude dans la première partie du xixe siècle, moment à partir duquel on ne trouve plus le & que dans les adresses des libraires et éditeurs.

  • 86 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel…, op. cit., chap. XIX, (...)
  • 87 Il n’est pas audacieux de penser que ce parti-pris typographique a contribué à créer et à diffuse (...)

124Cette question est donc loin d’être de pure forme et ne saurait être coupée des problèmes stylistiques. Par exemple, on sait l’importance des binômes dans le style formulaire de De Coster, que j’ai mis en évidence dans mon étude de 197386. Or l’usage de la perluète est assurément de nature à attirer l’attention sur tout couple : on doit lire non pas « amé et féal », « marri et fâché » ou « nopces et festins » mais bien « amé & féal », « marri & fâché », « nopces & feſtins », etc.87.

125J’ai dès lors appliqué de manière systématique à mon édition la règle que De Coster s’était donnée ; et c’est désormais l’ensemble du texte qui se présente dorénavant sous cette vêture archaïsante.

  • 88 Dans le recensement du corpus Wikipedia par le laboratoire clle-erss, le caractère s occupe en ef (...)

126Je suis bien sûr intervenu pour corriger des s en ſ dans les endroits où le caractère moderne apparaissait par erreur. Cette erreur s’est produite à de nombreuses reprises (même si sa fréquence relative est basse88). Elle survient surtout dans trois types de contextes : dans les mots qui ont sans doute été sentis comme composés (bonshommes, gentilshommes) ; dans certaines occurrences de puisque et de jusque ; et lorsque la coupure du mot laissait apparaitre le s isolé en fin de ligne.

127Au rebours, il a fallu rejeter les quelques ſ irréguliers dus à la distraction des typographes. Ce sont ceux qui surviennent à l’initiale des mots dans « ſtatuait », I, 10, « ſtable », I, 21, « ſignal » I, 42, « ſix » I, 42, « ſtérile » I, 45, « ſtatue », II, 15, etc. Ici, on ne pouvait pas, en effet, invoquer le principe de disparate stylistique. D’une part, on voit mal l’effet que viseraient ces dérogations, d’ailleurs peu souvent perçues par le lecteur ; de l’autre, l’application des règles typographiques est tellement systématique qu’on est forcé de parler d’exception et non de disparate : les s et les et fautivement modernisés sont bel et bien dus à la distraction de l’imprimeur et du correcteur et « se condamnent » donc. On constate d’ailleurs que ces fautes se concentrent dans certains endroits du texte — elles abondent par exemple au chapitre I, 66, où on trouve d’ailleurs aussi des erreurs de &, et en I, 56, I, 65, I, 80… — et qu’elles affectent surtout des passages en italiques et des groupes rares (comme « ſh » ou « ſk ») : toutes circonstances qui confirment l’hypothèse de la distraction.

128La seule dérogation à la règle que j’ai établie concerne le nom de Hanske, l’amant de Katheline : sans qu’on voie bien la portée de ce traitement d’exception, le diminutif, qui apparait 24 fois dans l’originale, n’y est jamais transcrit *Hanſke. J’ai donc conservé cette étonnante mais systématique exception.

  • 89 Et cela bien sûr en corrigeant, comme 1966, cette numérotation. Dans 1867, elle est en effet faut (...)

129Toujours du côté de la typographie, j’ai aussi respecté les normes de la numérotation des chapitres, en chiffres romains dans 186789. Si 1893 était restée fidèle à l’originale, la plupart des éditions modernes — dont 1966 — recourent à des chiffres arabes.

La seule véritable innovation de mon édition dans la typographie concerne les capitales accentuées.

  • 90 Ce qui est conforme aux pratiques de Lacroix et Verboeckhoven : si pas mal d’éditeurs contemporai (...)

130On sait que, du temps de la composition au plomb, ces capitales comptaient parmi les caractères les plus délicats à fondre, les plus chers et les plus fragiles. Et on conçoit dès lors que certains imprimeurs aient tenté d’en raréfier l’usage. Toutefois, les É (avec les È et les Ê) échappaient à cette mesure déconomie : ils étaient en effet plus fréquents, et avaient été accentués les premiers. Notre Légende rend bien compte de cette situation : le texte de 1867 accentue presque toujours les E (qu’il s’agisse de mots à l’initiale de la phrase ou de noms propres), mais non les A ni les O90.

  • 91 Sur ce point aussi, je m’écarte donc de 1966 : dans cette édition élaborée à l’ère pré-informatiq (...)

131On conclura que la non-accentuation du A n’a pas été particulièrement voulue par De Coster, mais qu’il s’agissait plutôt d’un impératif de l’imprimeur. L’alibi technique et économique n’ayant plus de valeur à l’ère informatique, j’ai complété l’accentuation des capitales91. Et bien sûr, j’ai rectifié les quelques É que la distraction du typographe ou de l’auteur avait laissés sans accent.

132Mon édition est la première, depuis l’originale, à respecter les choix typographiques de l’auteur. Ils sont assurément de nature à troubler le lecteur d’aujourd’hui, comme ils ont perturbé les contemporains de Charles De Coster.

Conclusions

133Élaguée des nombreuses erreurs débusquées par Potvin et Hanse, la nouvelle édition définitive que j’ai établie respecte mieux que d’autres les choix de Charles De Coster.

  • 92 Sur certains points, mon édition devrait en effet mener à modifier le propos que je tenais en 197 (...)

134Si en de nombreux endroits, le texte que je propose dans cette édition s’écarte de celui sur lequel j’ai jadis fondé mon analyse stylistique92, cette nouvelle version renforce la thèse sur un de ses points majeurs. Elle confirme en effet l’importance du rôle que joue la disparate dans la Légende. On a vu que cette disparate, touchant tous les types de phénomènes langagiers — morphologique, syntaxique, graphique, etc. —, a de nombreuses fonctions dans le texte : outre qu’elle permet à la langue de ne pas sombrer dans le pastiche, et qu’elle illustre le thème de la liberté, c’est une des techniques mobilisées par l’auteur pour maitriser le niveau d’archaïsme de ses phrases.

  • 93 Voir Aron (Paul), « La Légende d’Ulenpsiegel en son temps : problèmes d’une théorie des genres », (...)
  • 94 Lettre 124, Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 83.

135Au total, le texte qui connait aujourd’hui une nouvelle jeunesse grâce à la collection « Espace Nord » offre de la Légende un visage moins policé que les éditions les plus récentes. Elle était déjà inclassable (légende ? épopée ? poème ? roman historique ?)93, et voilà qu’elle échappe encore davantage aux efforts pour l’ordonnancer, réalisant plus que jamais l’ambition qui était celle de l’auteur lorsqu’il déclarait « Je voudrais tant ne marcher sur les traces de personne, me faire une spécialité94 ».

136Le chef d’œuvre de Charles De Coster apparaitra dorénavant comme plus insolite que jamais, et même plus inquiétant, voire plus hirsute. Hirsute comme l’était le Max Havelaar de Multatuli — un autre lanceur d’alerte — paru quelques années plus tôt ou comme l’était le texte de Rabelais, un des modèles de l’auteur. Mais le souci d’honorer un livre qui honore la langue française ne devait pas mener à le châtrer, fût-ce discrètement. Et cette nouvelle édition devrait inviter à méditer la « Préface » où le Hibou, image de tout ce que l’auteur détestait, s’adresse ainsi à lui : « Tu m’intéreſſes pourtant par ta confiante étourderie ; auſſi, malgré mes habitudes connues, je te préviens que je vais de ce pas dénoncer la crudité & les audaces de ton style à mes couſins en littérature, forts en plume, en bec & en lunettes, gens prudents & pédants […]. Ô poète téméraire qui aimes tant Rabelais & les vieux maîtres, ces gens-là ont sur toi cet avantage, qu’ils finiront pas uſer la langue françaiſe à force de la polir. »

Haut de page

Notes

1 Voir Hanse (Joseph), Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1928, p. 143–148 [réédité en 1990, avec une préface inédite de Raymond Trousson] ; Hanse (Joseph), « Avant-propos » [à l’édition définitive de la Légende, 1966], p. VIII–XVIII ; van der Perre (Paul), Les Premières Éditions de la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., p. 6–8 et Trousson (Raymond), Charles De Coster ou la vie est un songe. Biographie, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1990, chapitres IV à VIII.

2 Voir Hanse (Joseph), « Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1959] », p. VII–XXVI et Hanse (Joseph) ; Hanse (Joseph), « Hommage à Charles De Coster », Bulletin de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises, t. XXXVII, 1959, p. 165–180

3 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1973 (réédité en 2017, avec une étude inédite, un épilogue et une préface inédite de Rainier Grutman, Bruxelles, Palais des Académies, samsa).

4 Voir Trousson (Raymond), Charles De Coster ou la vie est un songe, op. cit., p. 147–149.

5 Voir van der Perre (Paul), Les Premières Éditions de la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., p. 8.

6 Las, le livre ne remporta pas le succès que l’auteur en escomptait, et on peut même parler d’échec commercial : les exemplaires restants seront remis en vente en 1869 et présentés comme consistant une « seconde édition ». Il est vrai que De Coster lui a donné un nouveau titre — le livre s’intitule désormais La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs —, que les eaux-fortes sont maintenant au nombre de trente-deux et que le volume s’enrichit une préface et d’une table des planches. Mais tous les exemplaires de la Légende, qu’ils soient datés de 1867, 1868 ou 1869 ne constituent qu’un seul et même tirage.

7 Dans ce chapitre, l’enchâssement de discours rapportés dans la longue citation du dénonciateur de Claes rend d’ailleurs la répartition des guillemets particulièrement anarchique.

8 Hanse donne quelques exemples de variantes aberrantes, parmi les milliers qu’il a pu repérer. Voir Hanse (Joseph), « Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. VIII.

9 Seize fragments, correspondant aux chapitres 1, 6, 7, 9, 10, 15, 17, 18, 22, 23, 25, 26, 27, 28, 29, 32 du premier livre ont paru dans Candide, n6 (20.5.1865, p. 3–4), 7 (24.5, p. 3), 8 (27.5, p. 3), un autre, correspondant au chapitre I, 57, a paru auparavant dans l’Uylenspiegel du 18.2.1859.

10 Château de Mariemont, cotes 29.622 à 625. Feuillets reliés en quatre volumes et comprenant le texte qui correspond aux 302 premières pages de l’édition originale (soit jusqu’au chapitre III, 29). Le manuscrit est presque entièrement autographe, à l’exception des ff. 18–19 du vol. I, consistant en coupures corrigées de Candide, et des ff. III, 112–114 et IV, 46, 47, 54, d’une autre main.

11 Certains passages sont une mise au net définitive, d’autres comportent de nombreuses corrections, ratures et hésitations.

12 Premières épreuves, correspondant aux pages 297–304 de l’originale (collection particulière) ; doubles des premières épreuves, correspondant aux pages 81–88, 145–208, 281–304, 369–376, 385–408, 417–424, 441–448 (Bibliothèque royale) et aux pages 425–432 et 449–480 (Château de Mariemont) ; double des secondes épreuves, correspondant aux pages 297–300 (collection particulière) et 305–336 (Bibliothèque royale). Seules les premières épreuves (297–304) et le double des secondes (297–300) portent des corrections de la main de l’auteur.

13 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), « Archaïsmes et variantes. Étude génétique du travail d’écriture dans la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster », dans Bulletin de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique, LXXVI, 1998, p. 519–541 (partiellement repris dans Style et archaïsme…, 2017, p. 633–652).

14 Potvin (Charles), Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, publiées par Charles Potvin, Bruxelles, Weissenbruch, 1894, p. 211–223 (ces pages avaient d’abord paru dans la Revue de Belgique, VII, 1893, p. 395–407). L’ouvrage comporte aussi une édition des Lettres de De Coster à son amie Élisa Spruyt, revue par la suite par Raymond Trousson : voir De Coster (Charles), Lettres à Élisa, édition établie et annotée par Raymond Trousson, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1994.

15 Cet exemplaire est déposé à la bibliothèque de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.

16 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 214.

17 Hanse (« Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 468–469) suit la suggestion de l’édition 1893 d’ajouter de Rome au quitta de 1867, imaginant que « De Coster a dû ajouter quitta Rome sur épreuves, mais on n’a imprimé que quitta ». Hypothèse fragile quand on sait que le héros a déjà quitté Rome au chapitre I, 53.

18 Pour compléter la phrase, Potvin et Hanse imaginent, eux, une tournure ne se trouvant ni dans 1867 ni dans le manuscrit : « Le feu et le glaive ne seraient trop » chez le premier, « Le feu et le glaive ne sont suffisants » pour le second.

19 Car « ce pas fut ajouté après coup par De Coster ; il serait étrange qu’il l’eût supprimé dans la suite », remarque Hanse (Hanse [Joseph], Charles De Coster, op. cit., p. 359).

20 Il faut sans doute imaginer une forme verbale en –ant. Comme Hanse en 1966, j’écris donc « emmenant » (2017).

21 On sait comment l’auteur travaillait : à l’étape I — de la préoriginale au manuscrit — il vieillit légèrement sa langue en certains endroits, la modernise en d’autres, notamment par l’abandon d’archaïsmes orthographiques et de termes violemment obsolètes. Mais à l’étape II — celle du travail sur le manuscrit — De Coster vieillit systématiquement son texte : introduction de termes désuets, suppression d’articles, etc. À ce stade, on observe bien des hésitations ; l’auteur veut une langue originale, mais désire se prémunir contre les excès, ce qui se traduit par de nombreux repentirs. À l’étape III — du manuscrit à l’originale —, De Coster revient à une langue plus discrètement teintée d’archaïsme. Mais s’il supprime de nombreux termes archaïsants (notamment parmi les mots grammaticaux), s’il modernise la quasi-totalité des graphies, s’il rétablit bon nombre d’articles, il laisse cependant subsister de nombreux archaïsmes de syntaxe. Voir Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. XIII, et Klinkenberg (Jean-Marie), « Dans l’atelier de Charles De Coster ou : comment l’archaïsme est-il venu à la Légende ? », dans Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit. (2017), p. 635–653.

22 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 217–223.

23 Ibidem, p. 219.

24 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 356.

25 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 222.

26 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 358.

27 Hanse (Joseph), « Critique du texte de la Légende d’Ulenspiegel », op. cit., p. 351–362.

28 Ibidem, p. 352. Précepte ainsi reformulé 38 ans plus tard : « J’ai pris pour principe de m’en tenir au texte de l’édition originale quand je n’étais pas certain que les typographes s’étaient trompés » (« Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. XIII).

29 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, édition définitive établie et présentée par Joseph Hanse, Bruxelles, La Renaissance du Livre, deuxième édition, 1966. Une partie des éléments nouveaux de cette seconde version provient de travaux menés à l’Université Catholique de Louvain par des étudiants de Joseph Hanse. Ces travaux ont débouché sur une série de mémoires portant tous le titre de Charles De Coster. La Légende d’Ulenspiegel. Édition critique… (suit l’indication des chapitres concernés) et comportant une édition diplomatique du manuscrit. Ces mémoires, que J. Hanse m’a légués, sont dûs à Madeleine Rutgeerts (livre I, chapitres 1 à 25, mémoire déposé en 1962), Roland Ballaux (I, 26–48 ; 1962), Pierre Duquenne (I, 49–68 ; 1963), Emmy Van Cauteren (I, 69–85 ; 1962), Herman Bellens (II et III, 1–5 ; 1963), Josée Vandewijer (III, 6–28 ; 1962).

30 Ce fut notamment le cas de la version présentée à mon instigation dans la collection patrimoniale « Espace Nord » (1983 : livre I ; 1984 : livres II à V).

31 L’édition définitive de Joseph Hanse a suscité un certain nombre de comptes rendus : e. g. SION (Georges), « Le véritable Ulenspiegel », La Revue générale belge, t. XCV, 1959, p. 132–135, SOREIL (Arsène), La Vie wallonne, t. XXXIII, 1959, p. 284–285, DRUART (René), « L’édition définitive de la Légende d’Ulenspiegel », La Grive, n°104, 1959, p. 11–12, PICHOIS (Claude), Revue d’Histoire littéraire de la France, t. LX, 1960, p. 237–238, DEVONDEL (Joseph), La Revue nationale, t. XXXVII, 1965, p. 257–261. Mais aucune de ces recensions ne fournit de détails critiques sur le texte lui-même.

32 Il optait pour l’édition originale dans sa note de la p. 353.

33 Joseph Hanse va même jusqu’à jouer la genèse du manuscrit contre lui-même. Par exemple, en II, 12, il propose « Peut-être tient-elle en réserve pour les pauvres voyageurs un plat de belles carbonades dont les épices embaument l’air, point trop grasses, tendres, succulentes comme feuilles de roses » (1966, p. 197), là où on trouve dans 1867 « Peut-être tient-elle en réſerve pour les pauvres voyageurs un plat de beau bœuf étuvé ». Il s’explique sur cette substitution : « Bien que, dans son manuscrit, De Coster ait remplacé ces mots [belles carbonades] par beau bœuf étuvé et que l’on ait, non sans raison, imprimé ces mots, il convient de reprendre la version initiale. En effet, lorsqu’il a substitué bœuf étuvé à carbonades, De Coster aurait du mettre au féminin [sic pour masculin] les adjectifs qui suivent ; d’autant plus que, dans ce nouveau contexte, ces féminins ont l’air de se rapporter à épices, ce qui est un non-sens. J’estime donc que, en n’achevant pas sa correction, De Coster nous permet de croire qu’il y a renoncé. » (« Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 476). Il est plus raisonnable de penser que ce changement a été voulu, mais que la rédaction n’a pas été menée jusqu’à son terme, ou encore que l’auteur a été distrait. J’opte donc pour la version imprimée, correspondant au désir de correction de l’auteur, bien avéré, mais en rectifiant bien sûr l’accord fautif des adjectifs.

34 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 478.

35 Ibidem, p. 462.

36 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 365.

37 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 458.

38 Parmi les documents personnels que Joseph Hanse m’a légués figure un petit de 19 × 13 cm, comportant 36 feuillets. Dans ce carnet figure, pour toute une série de mots et d’expressions, un relevé manuel des diverses formes rencontrées tant dans le manuscrit que dans l’originale. On peut deviner que le philologue a parfois tenu compte des totaux auxquels il aboutissait, sans distinguer les fréquences affichées par le manuscrit et celles de l’originale. La consultation des sources de De Coster et celle des grands ouvrages lexicographiques disponibles à l’époque de ce dernier a également pu jouer un rôle dans ses choix.

39 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 212.

40 II, 6 et 7 ; la troisième fois sous la forme inversée « au roi juſqu’à la beſace fidèles ».

41 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 487.

42 Et lorsque le mot est suivi par une consonne, la forme « jusque » est également plus fréquente que « jusques ».

43 Sur tout ceci, voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, 2017, p. 564–567 et passim. Ces alternances avaient frappé Potvin, lequel convenait qu’il fallait dans certains cas les respecter : « Il peut être agréable de trouver toujours les noms propres orthographiés de la même manière ; mais s’il a plu à l’auteur de les habiller, tantôt à la flamande, tantôt à la française, qu’avons-nous à y reprendre ? […] Après avoir imprimé vingt fois : noces, en simple français, s’il laisse échapper la formule si connue de “nopces et festins, nopces et ripailles”, pourquoi ne lui laisserait-on pas ces retours à de vieux amis ? » [Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 212 et 213]. Conseil que Hanse suit d’ailleurs parfois (il conserve l’alternance des formes noce — la plus fréquente avec 18 occurrences — et nopce, 6 occurrences).

44 Il y avait d’ailleurs deux façons possibles d’unifier : (1) introduire le trait d’union partout, en tenant compte des deux indices suivants : a) prépondérance du trait d’union dans l’ensemble des réciproco-mutuels de 1867 (alors que le manuscrit écrit plutôt s’entrebattre, s’entrebouter, etc.) ; b) trace de correction de l’auteur en I, 49 (les épreuves donnant s’entredisaient et 1867, p. 86, s’entre-disaient) ; (2) refuser le trait d’union, en observant que pour ce verbe la forme synthétique l’emporte, tant dans 1867 que dans le manuscrit, et que la correction de I, 49 reste isolée.

45 Et non l’inverse, comme le propose Hanse. Notant que De Coster utilise indifféremment les formes française de Hornes et thioise de Hoorn, il les aligne toutes sur la première au motif qu’elle serait la plus fréquente (Hanse [Joseph], « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 479). Or c’est encore une fois inexact : il y a sept Hoorn pour trois Hornes. S’il faut aligner, c’est donc sur la forme Hoorn qu’il faut le faire.

46 Mais j’ai laissé coexister les graphies Courtray et Courtrai (majoritaire), parce qu’elles sont loin d’être isolées.

47 C’est aussi le raisonnement que j’ai tenu pour l’alternance bélitre-belître.

48 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 481–482.

49 Voir Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 281–286 et passim. Voir aussi « Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. XXIX–XXV.

50 État de la question dans mon Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster (p. 27–41 de la rééd. de 2017).

51 Communication personnelle, ca 1969.

52 Voir une fois de plus Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, p. 233–240 de la rééd. de 2017.

53 De même, on ne suivra pas Potvin et Hanse lorsqu’ils recommandent de modifier le crespelés de III, 28 en crépelés (que l’on trouve, il est vrai, dans le manuscrit) : de nouveau, lectio difficilior potior.

54 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 457.

55 Cette orthographe devient officielle par arrêté du Prince-Régent en date du 17 septembre 1946.

56 Voir Beaulieux (Charles), Histoire de l’orthographe française, 2 vol., Paris, Champion, 1927.

57 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 457.

58 Hanse (Joseph), « Hommage à Charles De Coster », Bulletin de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises, XXXVII, p. 169.

59 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 469.

60 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., passim.

61 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 464.

62 Dans le manuscrit, le mot qui a pu être lu comme donc par le typographe pourrait bien être donna, qui surmonte bailla (Charles De Coster, p. 353) ; mais de toute manière aucun des deux verbes n’a été biffé.

63 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 479.

64 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 218.

65 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 488.

66 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit. et Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 355.

67 C’est la leçon de l’édition de 1912 (Bruxelles, Paul Lacomblez), qui n’est certes pas meilleure. En 1928 (Charles De Coster, p. 355), Hanse se proposait de suivre la suggestion de Potvin.

68 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 222.

69 Potvin supprime en outre le il devant entendait, ce que Hanse approuvait en 1928 (op. cit., p. 358), pour changer d’avis en 1966.

70 J’ai aussi corrigé quelques négligences ou inadvertances de l’édition 1966. « La tête ornée de flocquarts & pendilloches » (I, 59) de 1867, confirmée par le manuscrit, y devient « la bête ornée » ; en I, 58, Hanse oublie de fermer les guillemets (manquants dans 1867) à la réplique « Tu seras donc toujours muet, mon couſin… », et aussi de les ouvrir à la réplique suivante (alors qu’ils figurent bien dans l’originale) ; je corrige le sangs mis au pluriel par 1966 dans « En ruines, sangs et larmes cherche » (III, 28), la coquille de « des ces cendres » (V, 9 ; 1966 : 452), restitue le omis dans « raſſieds-toi là sur la table » (I,48) et la ligne entière qui a sauté en V, 7 (car on y trouvait deux fois le même groupe « mon pauvre homme »). Mais peut-être certaines de ces inadvertances sont-elles à mettre au rayon des améliorations. Ce serait alors le cas de ce corrigé en las dans « Là ! dit Lamme, serait-ce la mienne ? » (II, 2), qui ne s’impose pas vraiment, du présent « cela fâche » introduit dans « cela fâcha le Chien rouge » (II, 8) ou de ce « de l’univers entier » qui vient rendre banale l’inversion — que les symbolistes n’auraient pas boudée — de « les villes, bourgades, rivières, prairies de l’entier univers » (IV, 6).

71 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 458.

72 Je ne l’ai pas davantage suivi en V, 1, où il en introduit un après oui dans « Chiens vous-mêmes, répondait le moine pourſuivant son propos, oui chiens galeux, errants, breneux ». Pourtant, l’ajout est cette fois plus raisonnable, car dans tout le reste la tirade du moine, les oui sont bien suivis d’un point d’exclamation. Nous sommes ici dans la zone grise entre les erreurs et les améliorations.

73 Passage où il fallait déjà supprimer des virgules redondantes avec les tirets (voir § 1). Ces introductions de virgules se complètent parfois d’autres interventions. Ainsi, en I, 52, l’ajout va de pair avec une correction du mode dans « quoique les animaux n’aient point d’âme & que tous hommes, & notamment toutes personnes royales peuvent s’en servir juſqu’à la mort pour leur délaſſement » ; ce qui donne « toutes personnes royales, puissent s’en servir jusqu’à la mort ». Si le subjonctif, vérifié par le manuscrit, est de règle dans les concessives, l’indicatif y est possible, et y était d’ailleurs plus fréquent encore dans les états plus anciens de la langue (voir le Bon Usage, § 1150).

74 Dans un cas, Hanse s’explique sur ce type de suppression. Il commente ainsi son intervention sur « Et les apôtres de la primitive Égliſe chrétienne prêchaient partout, en tous lieux, dans les champs & jardins, sur les monticules qui servent aux temps d’inondation à y loger les beſtiaux, sur les rivières, dans des barques » (II, 10) : « J’ai supprimé les virgules qui, après jardin et rivières, dans l’édition originale, déforment le sens de la phrase. Il est clair que sur les monticules ne fait que préciser dans les champs et jardins et que de même dans des barques est relié à sur les rivières. » [Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 475]. Outre que le raisonnement invoquant une déformation sémantique est un peu byzantin, il néglige le fait qu’une des principales normes de l’œuvre est l’effet d’entassement, et que les virgules y contribuent. Voir Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme…, op. cit., chap. XIX.

75 Ainsi, dans la confession de Calleken (V, 7), après avoir interrompu une séquence de trois doubles-points par un point (bas de la page 439 dans 1966), il laisse subsister une séquence de quatre de ces signes de ponctuation en haut de la p. 440.

76 C’est d’ailleurs ce que fait Hanse en une occurrence : « Donc, je demande à meſſieurs du tribunal s’ils ne sont point d’avis de les mettre tous deux à torture ? » (IV, 5).

77 Encore une fois, c’est ce que fait mon devancier avec un autre exemple du même type en I, 34. On note encore d’autres interventions concernant le discours rapporté : Hanse introduit — inexplicablement — des guillemets à « quelques-uns parlèrent même de briſer le chœur pour forcer Mieke de deſcendre » (II, 15), qui devient dès lors : « quelques-uns parlèrent même de briser le chœur “pour forcer Mieke de descendre” ».

78 À l’exception d’une occurrence dans le double oracle de V, 9.

79 Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 212.

80 Lorsqu’il affecte d’italiques la traduction des noms d’auberge, Hanse met aussi, assez systématiquement, une majuscule à la préposition : « Ils deſcendirent in de Meermin, à la Sirène » devient ainsi « Ils descendirent In de Meermin, à la Sirène » (III, 40) et « le poiſſonnier allait boire In’t Roode Valck, au Faucon-Rouge » (I, 84) devient « le poissonnier allait boire In’t Roode Valck, Au Faucon-Rouge ».

81 Notons encore, avant de quitter le domaine de la typographie, que Joseph Hanse introduit parfois des traits d’union injustifiés. Par exemple à « dobbele knollaert » (I, 32) et « dobbel peterman » (I, 35, à deux reprises) et dans l’expression plat pays à trois reprises (I, 17, I, 28, I, 42), alors que l’originale n’en comporte en aucun cas.

82 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 485–486.

83 De Meteren (Emanuel), L’Histoire des Pays-Bas ou Recueil des guerres, et choses memorables advenues tant és dits Pays, qu’és Pays voysins, depuis l’an 1315 [sic = 1415], iusques à l’an 1612. Corrigé et augmenté par l’Autheur mesme, et enrichi outre la Carte des Pays-Bas, de près de cent pourtraits des principaulx Seigneurs desquels il est fait mention en ceste Histoire, traduit de Flamend en Francoys par J.D.L. Haye, avec la vie de l’Autheur, Amstelredam, Jean de Ravesteyn, 1670. Les rapports entre De Coster et Van Meteren ont été bien étudiés, au point de vue thématique surtout, par Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 212–225 et Woodbridge (Benjamin-Mather), « Some sources of Charles De Coster’s Ulenspiegel: Van Meteren’s Chronicle », dans The French Quarterly, X (1928), p. 155–170.

84 Hanse (Joseph), « Notes [à l’édition définitive de la Légende, 1966] », op. cit., p. 487.

85 Picard (Michel), La Lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986.

86 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel…, op. cit., chap. XIX, § 3.

87 Il n’est pas audacieux de penser que ce parti-pris typographique a contribué à créer et à diffuser le mythe d’une œuvre résolument archaïsante (voir le début du § 6). Il couvre en effet, la totalité de l’œuvre, où la conjonction de coordination abonde.

88 Dans le recensement du corpus Wikipedia par le laboratoire clle-erss, le caractère s occupe en effet le quatrième rang, avec un pourcentage de 6,51. Voir url : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9quence_d%27apparition_des_lettres_en_fran%C3%A7ais ; consulté le 12.9.2017).

89 Et cela bien sûr en corrigeant, comme 1966, cette numérotation. Dans 1867, elle est en effet fautive dans le livre III à partir du chapitre 4 : De Coster ayant fait sauter un chapitre et ayant omis d’en tenir compte pour la numérotation, ce dernier porte le numéro 5, et le décalage se poursuit jusqu’à la fin du livre.

90 Ce qui est conforme aux pratiques de Lacroix et Verboeckhoven : si pas mal d’éditeurs contemporains de De Coster accentuaient toutes les capitales, les productions de l’éditeur parisien sont systématiquement exemptes d’accents sur les A.

91 Sur ce point aussi, je m’écarte donc de 1966 : dans cette édition élaborée à l’ère pré-informatique, ni les A ni les E ne sont accentués.

92 Sur certains points, mon édition devrait en effet mener à modifier le propos que je tenais en 1973 (Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel…, op. cit.). Ainsi, ce n’est plus le mot crépelé qu’il faudrait commenter, mais crespelé ; ce n’est pas à De Coster que l’on doit la graphie moderne Liège de I, 12, mais à mon devancier ; le mot Belgique a dans la Légende un statut plus adjectival que je ne le disais alors, en me fondant sur une édition qui avait trop généreusement généralisé la majuscule caractérisant les syntagmes « patrie Belgique » et « pays Belgique » ; il convient de comptabiliser quelques archaïsmes lexicaux supplémentaires (malerage, maleheure, etc.). La nouvelle édition doit également mener à nuancer ce que je disais sur le soin mis par De Coster à détacher archaïsme et flandricisme de sa langue grâce à l’artifice typographique de l’italique : l’examen des documents à notre disposition montre que l’usage des italiques est bien moins régulier que ne le laissait supposer l’édition de 1966. La nouvelle version du texte fait également apparaitre des phénomènes stylistiques que je n’ai pu aborder dans mon texte de 1973, centré qu’était ce dernier sur la question de l’archaïsme. C’est par exemple le cas en matière de discours rapporté, domaine dans lequel De Coster s’autorise des audaces que la plupart des éditions lui ont refusées (voir § 7.5.) Le style de Charles De Coster n’a donc pas encore livré tous ses secrets. Puisse les diverses initiatives qui ont été prises au long de ces années 2017 et 2018, où se célèbre le sesquicentenaire de La Légende d’Ulenpiegel — rééditions, animations… — susciter de nouvelles recherches, et de nouvelles vocations.

93 Voir Aron (Paul), « La Légende d’Ulenpsiegel en son temps : problèmes d’une théorie des genres », dans Soncini Fratta (Anna), dir., La Légende de Thyl Ulenspiegel di Charles De Coster, Atti del Centro Studi sulla letteratura Belga di Lingua Francese, Terzo Seminario Internazionale, Bologna, clueb, 1991, p. 81–94.

94 Lettre 124, Potvin (Charles), Charles De Coster, op. cit., p. 83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Klinkenberg, « Une nouvelle édition définitive de La Légende d’Ulenspiegel », Textyles, 54 | 2019, 89-126.

Référence électronique

Jean-Marie Klinkenberg, « Une nouvelle édition définitive de La Légende d’Ulenspiegel », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3136 ; DOI : 10.4000/textyles.3136

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals