Navigation – Plan du site
Varia

O.-P. Gilbert, entre roman, reportage et cinéma (1932–1938)

Christian Janssens
p. 155-170

Texte intégral

  • 1 Oscar-Paul Gilbert est mentionné pour une enquête sur le Congo belge de l’après-guerre, L’Empire (...)

1De nos jours, Oscar-Paul Gilbert — dit O.-P. Gilbert — est un auteur largement retombé dans l’oubli. Son nom n’apparaît guère dans les récentes histoires littéraires1. Dans les années 1930, il acquiert néanmoins une certaine notoriété, notamment lors de la publication de son roman Mollenard. Et surtout, il est homme de son temps, s’investissant en littérature, mais également dans deux domaines qui connaissent alors un nouvel essor : le « grand reportage » et le cinéma.

2Cette étude propose de redécouvrir le parcours de Gilbert avant la Seconde Guerre mondiale. Mais nous prendrons pour point de départ, non pas tant l’auteur lui-même, que les autres intervenants avec lesquels il entre en relation : éditeurs, directeurs de presse, producteurs de cinéma. Comment ces différents agents assignent-ils une position à l’auteur dans leur propre ensemble de productions ?

3Dans cette analyse du placement de l’auteur dans plusieurs médias et dans plusieurs sphères d’activité (littérature, journalisme, cinéma) par divers agents, nous serons particulièrement attentif au portrait que ceux-ci proposent de lui, à la catégorie générique qu’ils attribuent à ses œuvres, à la présentation matérielle (couverture, mise en page) qu’ils leur réservent ou encore aux collections, aux séries d’ouvrages ou de films dans lesquelles ils les insèrent.

Les débuts d’un parcours

  • 2 Wanfercée-Baulet fait partie de nos jours de Fleurus, arrondissement de Charleroi.
  • 3 Pour des éléments biographiques concernant Oscar-Paul Gilbert (1898–1972) voir Bursens (Saskia), (...)

4Né en 1898, à Wanfercée-Baulet2, dans un milieu de classe moyenne — son père est directeur de l’Hôpital civil de La Louvière, puis gère une pharmacie à Châtelineau —, le jeune Gilbert voit son adolescence bouleversée par la Première Guerre mondiale : sa famille ayant choisi en 1914 de se réfugier à Paris, il continue sa scolarité au Lycée Janson de Sailly, entame une année de lettres à l’École pratique des hautes études, à la Sorbonne, est brièvement mobilisé. Après la guerre, il ne poursuit pas d’études supérieures3.

5Début des années 1920, Gilbert vit à Paris ou à Bruxelles, se fixe dans la capitale française après 1927, tout en s’investissant dans trois domaines. En matière d’écriture, il passe de la poésie post-symboliste au théâtre réaliste, puis à la biographie romancée ; il publie ainsi une vingtaine d’ouvrages dans de petites revues ou maisons d’édition. Journaliste, il collabore à divers quotidiens français (La Voix, La Volonté, La République) ; pour le Peuple (Bruxelles), il réalise un « grand reportage » sur la pêche en haute mer (Le Voyage d’Islande, 1926). Enfin, bénéficiant, à ses dires, d’un petit héritage, il l’investit dans l’autoproduction de films documentaires et voyage dans les Antilles, en Afrique et en Asie (Les Reportages filmés, 1931–1933). La tentative se solde par un échec financier. À trente-cinq ans, Gilbert n’est reconnu dans aucun des domaines visés.

1932–1935 : O.-P. Gilbert, écrivain, ex-reporter

  • 4 Sur Notre Temps (à la périodicité variable), voir Maillot (Jean-René), Jean Luchaire et la revue (...)
  • 5 Les références des textes publiés par Gilbert entre 1932 et 1938 sont précisées dans les annexes  (...)

6Vers 1932, Gilbert se tourne plus résolument vers l’œuvre de fiction, tout en adoptant la stratégie de la prépublication dans un périodique, suivie de la publication en volume. En 1933, il fait paraître Les Matelots du Portland dans le quotidien Notre Temps4 — en feuilleton, au rez-de-chaussée de la page 3, avec la qualification générique de « roman5 ».

  • 6 L’archipel des îles Vestmann (en islandais Vestmannaeyjar), au sud de l’Islande, est un des lieux (...)
  • 7 Lettre de Gaston Gallimard à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 30 juillet 1934, Archives des Éditions Ga (...)
  • 8 Lettre de Gaston Gallimard à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 8 août 1934, aeg.

7Remanié, et intitulé Westmannayer6, le texte est envoyé à la Librairie Gallimard. Gaston Gallimard répond à l’auteur : « Il y a dans cet ouvrage un don d’atmosphère et une utilisation des choses de la mer remarquables. Aussi suis-je heureux de vous dire que j’ai décidé de le publier7. » L’éditeur suggère néanmoins de changer le titre qu’il juge « peu public8 ». En octobre 1934, le volume paraît sous le titre Nord-Atlantique.

  • 9 Le narrateur qui dit « je » est un journaliste réalisant un reportage sur la grande pêche en Isla (...)
  • 10 En France, la forme moderne du roman maritime date du début du xixe siècle (Eugène Sue, Édouard C (...)
  • 11 Peisson (Édouard), Parti de Liverpool…, Paris, Grasset, 1932 ; Gens de mer, Paris, Grasset, 1934, (...)
  • 12 Simonin (Anne), « Domaine français : quelques collections de littérature française », dans Cerisi (...)

8Inspiré de précédents reportages écrits et filmés, Nord-Atlantique mêle le roman maritime à l’aventure et à une intrigue sentimentale9. Le roman maritime est un sous-genre toujours prisé dans l’entre-deux-guerres10 ; notamment, Grasset fait paraître au même moment les romans d’Édouard Peisson, où des équipages de marins sont aux prises avec l’Atlantique11. La concurrence entre éditeurs peut avoir influencé le choix de Gallimard, sa réponse à l’auteur et le changement de titre en sont les indices. Toutefois, la Librairie Gallimard a soin de valoriser de façon différente ses auteurs à travers regroupements, séries ou collections. Ces classements mouvants, sans cesse recommencés, témoignent des tensions au sein de la maison d’édition, du remodelage jamais achevé des « limites de la littérature qu’[elle] cherche à promouvoir12 », de l’équilibre entre ouvrages à la rentabilité symbolique ou économique variable.

  • 13 Le classement est toujours l’objet de remaniements ; Anne Simonin donne des exemples d’œuvres « q (...)
  • 14 Lhomeau (Franck), « Les Collections de romans populaires de la Librairie Gallimard avant la “Séri (...)

9S’agissant des romans, les uns, dont la plus-value symbolique est escomptée à moyen ou long terme, sont le plus souvent recouverts de la « couverture blanche » à filet noir et double filet rouge (bien que la Collection Blanche n’est pas constituée comme telle, à cette période)13 ; les autres, dont la rentabilité économique à court terme est recherchée, sont recouverts de couvertures illustrées et classés dans des collections comme « Détective » ou « Succès14 ». Les romans auxquels la maison accorde une certaine valeur symbolique, tout en marquant une réserve, sont placés selon de multiples et diverses modalités dans un « entre-deux », une zone intermédiaire. C’est le cas de Nord-Atlantique, dont la couverture n’est ni « blanche », ni illustrée, mais crème et agrémentée d’un motif de quatre vagues stylisées ; aucune catégorie générique n’est mentionnée. En quelque sorte, Nord-Atlantique est en attente d’un classement définitif.

  • 15 L’histoire est celle de Daniel Lorcy, commandant du Santa-Cruz et de sa femme Jeanne ; le couple (...)

10En 1935, la nouvelle œuvre de Gilbert, Fièvre blanche, suit le même parcours que la précédente : prépublication dans Notre Temps, publication en volume à la Librairie Gallimard. Au roman maritime s’ajoute l’exotisme (l’action se déroule sur le navire d’une compagnie privée, dans les mers des Antilles, ainsi qu’à Haïti) et l’intrigue sentimentale est renforcée15. Pour ce qui est du classement de l’éditeur, le placement dans la zone intermédiaire est confirmé par la couverture crème à motifs de vagues. Comme telle, une collection Gilbert n’est pas constituée, mais l’utilisation de la couverture personnalisée montre qu’une série implicitement dédiée à l’auteur prend forme.

1935–1936 : O.-P. Gilbert, écrivain reporter (sans trait d’union)

  • 16 Aron (Paul), « Entre journalisme et littérature, l’institution du reportage », dans COnTEXTES, no(...)
  • 17 Meyer (Virginie), « Dans les marges de l’édition : diversifier pour mieux régner », dans Cerisier(...)
  • 18 Gilbert (Oscar-Paul), [Notices autobiographiques, c 1945 et c 1952], op. cit., p. 2 et p. 4–5.
  • 19 Sur la concurrence entre Candide, Grégoire et Marianne, voir Meyer (Virginie), « Dans les marges (...)

11Dans l’entre-deux-guerres, la spectacularisation de l’information entraîne l’essor d’un nouveau type de périodique, l’« hebdomadaire d’information et de culture » soutenu par une grande maison d’édition16. Ainsi, la sélection par Gallimard offre à Gilbert de nouvelles possibilités de publication : il entre en contact avec Marianne et Voilà, deux hebdomadaires étroitement liés à l’éditeur17. D’après l’auteur, le directeur de Voilà, Florent Fels, lui aurait proposé dès 1934 de réaliser de « grands reportages18 ». Le cas n’est pas isolé : dans un contexte de forte concurrence, Marianne et Voilà proposent à d’autres auteurs Gallimard une telle activité secondaire, probablement bien rémunérée, afin de les garder dans le groupe19.

  • 20 Sur la notion d’« écrivain reporter [sans trait d’union] », voir Boucharenc (Myriam), L’Écrivain- (...)

12Gilbert est d’abord écrivain reporter (sans trait d’union), c’est-à-dire qu’il sépare les activités d’écrivain et celles de reporter20. En 1935, il effectue plusieurs voyages au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, suivis de la publication de trois reportages dans Voilà : « Pilotes de lignes » (la ligne aérienne commerciale entre Paris et Damas), « La Flibuste d’aujourd’hui » (la contrebande d’armes entre la France et l’Afrique) et « Du monde au désert » (le transport routier dans le Sahara entre Colomb-Béchar et Gao) ; dans Marianne paraît aussi le reportage « Les Derniers pêcheurs d’Islande », reprenant le sujet de la grande pêche à bord d’un chalutier. Les textes ne sont pas rassemblés et édités en volume, ils semblent destinés, du moins dans un premier temps, à la seule publication en hebdomadaire.

  • 21 Le portrait de Gilbert est en couverture de Voilà, 20 juillet 1935.
  • 22 Le premier épisode de « La Flibuste d’aujourd’hui » est accompagné d’une photographie de Brassaï (...)

13Mis à part le reportage sur l’Islande rejeté en pages intérieures de Marianne, la place des textes est valorisée dans Voilà : annonce du reportage ou photographie de l’auteur en couverture21, photographies illustratives et signées parfois de noms qui gagneront en notoriété22. Les étiquettes génériques sont multiples : « grand reportage, reportage romancé, enquête vécue ». Les textes sont organisés autour d’un narrateur-journaliste, qui dit « je », découvre un milieu « exotique » et le fait découvrir au lecteur. Parfois l’enquête est mêlée à la fiction, par exemple lorsque l’exploration d’un réseau de trafiquants d’armes est entrecroisée d’une histoire de vengeance entre marins (« La Flibuste d’aujourd’hui »). Quant au temps du récit, il connaît une modification sensible : alors que dans les romans Nord-Atlantique et Fièvre blanche, il était le passé simple ou l’imparfait de l’indicatif, dans les reportages de Voilà, il est désormais le présent ou le passé composé — on peut y voir une influence de l’écriture journalistique, laquelle se maintient dans les textes suivants, courts ou longs.

  • 23 À la fois roman maritime et roman de mœurs, l’œuvre raconte l’histoire de Mollenard, capitaine au (...)
  • 24 Lettre d’Antoine Roche [Marianne] à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 19 septembre [1935], aml, ML 09102 (...)

14Parallèlement, Gilbert mène l’écriture de son troisième roman, Mollenard23, dont il envoie le manuscrit à Marianne pour prépublication. L’hebdomadaire lui demande de reformater le texte en quatorze épisodes, lesquels paraissent à partir de janvier 193624. Le mois suivant, avant même la fin de la prépublication, le manuscrit dans sa version longue est publié en volume à la Librairie Gallimard. Pour la première fois, la couverture avec le motif de vagues porte la mention « roman ». La série est manifestement instituée, tout en demeurant, malgré l’explicitation du genre, dans la zone intermédiaire.

1936–1938 : O.-P. Gilbert, écrivain-reporter (avec trait d’union)

  • 25 Sur la notion d’« écrivain-reporter [avec trait d’union] », voir Boucharenc (Myriam), L’Écrivain‑ (...)

15Vers 1936, Gilbert devient écrivain-reporter en liant ses activités de reporter avec celles d’écrivain25 ; par exemple, il tire un roman d’un ancien reportage, ou encore il rassemble des reportages inspirés d’un voyage et les publie en volume.

  • 26 Lettre de Pierre Audiat [Paris-Soir] à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 23 septembre 1935, aml, ML 0916 (...)
  • 27 Début 1936, Gilbert fait un long voyage en Extrême-Orient (Viêt Nam, Chine, Japon).
  • 28 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff [Paris-Soir], Châteauneuf-sur-Loire, 1er juillet 19 (...)

16Le changement est accompagné d’une modification de l’ensemble relationnel : si les œuvres en volume sont toujours éditées par Gallimard, les reportages ou les romans prépubliés ne paraissent plus dans Voilà ou Marianne. En septembre 1935, au moment où Marianne accepte Mollenard, Paris-Soir avait déjà fait une proposition à l’auteur26. Néanmoins, comme dit plus haut, Mollenard est prépublié dans l’hebdomadaire du groupe Gallimard ; par contre, les romans suivants le sont dans le quotidien du groupe Prouvost. En outre, l’auteur propose à Paris-Soir trois reportages inspirés d’un récent voyage en Asie27 : « Pour le 10 août [1936] (date extrême), Les Pirates du rail : Yu-Nan [sic], histoire tragique et magnifique du chemin de fer français […] Pour le 15 septembre, Bétail à vendre : Le bétail humain des plantations […] Pour le 15 octobre, Je suis un hors-la-loi : Sur un cas particulier mais tellement significatif de ce que devient le blanc dans le monde asiatique, retracer la vie d’un homme et sa déchéance […]28. »

  • 29 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff [Paris-Soir], Châteauneuf-sur-Loire, 19 septembre 1 (...)
  • 30 « Droit d’exclusivité : 24.000 francs ; Salaire de voyage : 24.000 francs ; 80 papiers à 500 fran (...)
  • 31 D’après l’auteur, il collabore aussi à Paris-Midi et Match, autres périodiques du groupe Prouvost

17À l’automne 1936, il propose même de collaborer exclusivement à Paris-Soir : « Je ne veux pas pondre beaucoup de copie, la qualité s’en ressentirait. Si je dois outre ce que je promets à Paris-Soir écrire obligatoirement un roman pour Marianne et quatre ou cinq grands reportages pour des hebdomadaires spécialisés, j’ai l’impression très nette que je ne contenterai ni Marianne, ni Voilà, ni Paris-Soir. […] En résumé, vous pouvez dire que si nous nous mettons d’accord sur le contrat que je vous propose, j’appartiendrai, — sauf un ou deux papiers pour des périodiques —, entièrement à Paris-Soir29. » Et l’auteur d’établir le budget d’un reportage de quatre mois cédé au seul quotidien30. Le montant du budget accepté par Paris-Soir reste inconnu, mais l’accord d’exclusivité est conclu et dure approximativement deux ans31.

Les « grands reportages » et les « romans–reportages » de Paris-Soir

  • 32 Après un ou deux épisodes, le « grand reportage » est rejeté uniquement en page 5, où un espace l (...)

18En 1936, Paris-Soir est le premier quotidien du « soir ». Dirigé par l’industriel Jean Prouvost, il participe à la spectacularisation de l’information en privilégiant la maquette attractive et les photographies de presse. Pour les « grands reportages » écrits, alors en plein développement, Pierre Lazareff, directeur des informations, fait appel à des « envoyés spéciaux », aussi bien à des journalistes professionnels (Claude Blanchard, Pierre Scize, Titaÿna) qu’à des écrivains souvent de renom (Cendrars, Cocteau, Saint-Exupéry). À travers ces derniers, le quotidien entend capter la valeur symbolique de la littérature, censée supérieure à celle du journalisme. Il valorise le « grand reportage » en suivant les codes journalistiques : rubrique réservée (le « grand reportage » est généralement placé en page 1, en haut, à droite, avec une suite en page 532), présentation de la rédaction, insertion par la même rédaction de titres de dimensions variables, d’intertitres et de photographies, division en plusieurs épisodes.

  • 33 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff, 1er juillet 1936, op. cit. ; seul le texte Shangha (...)
  • 34 Gilbert (Oscar-Paul), « Les Pirates du rail », dans Paris-Soir, 21 août 1936, p. 5.
  • 35 Dans Bétail à vendre, le narrateur-journaliste qui dit « je » dialogue avec un narrateur au secon (...)

19À partir de l’été 1936, trois reportages de Gilbert paraissent dans Paris-Soir, à peu près selon le programme annoncé : Les Pirates du rail, Bétail à vendre et Shanghaï, Chambard and Co33. Dans le premier épisode des Pirates du rail, la présentation de la rédaction montre qu’elle a soin de capter la valeur symbolique de l’écrivain : « Notre collaborateur O.-P. Gilbert, le jeune romancier de l’aventure, qui après Jean Cocteau, a fait pour “Paris-Soir” le tour du monde, vient de mener […]34. » Dans le même épisode, les codes journalistiques sont très présents et accentuent le suspense et le sensationnel : le reportage est annoncé en page 1 par une succession d’intertitres, de textes aux caractères de taille variable et de photographies ; la suite de l’article est renvoyée en page 5, entrecoupée des intertitres de la rédaction. Par ailleurs, l’amplification des codes journalistiques influence l’horizon de lecture. Ainsi, que les différents textes de Gilbert soient organisés autour d’un narrateur-journaliste qui dit « je » ou d’un narrateur omniscient35, dans tous les cas, cette amplification des codes amène à lire comme « enquête “d’un envoyé spécial” » ce qui n’est, dans une large mesure, qu’une fiction mettant en scène des personnages.

  • 36 « Le Chant des morts-vivants » reprend le lieu (Haïti) et des motifs du roman Fièvre blanche, pub (...)
  • 37 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff, s. l., 27 octobre 1937, aml, ML 09167/5/27 : « Auj (...)

20En 1937 et 1938, les reportages de Gilbert sont plus rares dans Paris-Soir : on en compte à peine quatre sur deux ans. Leur liaison avec de nouveaux voyages est même incertaine, car ils sont inspirés de reportages ou de romans publiés précédemment36. La cause d’une telle diminution semble résider dans le fait que l’auteur s’investit toujours davantage dans ses projets cinématographiques37.

21Afin de capter la valeur symbolique des écrivains, une autre stratégie de Paris-Soir est d’inviter ceux-ci à prépublier romans ou nouvelles dans ses colonnes. À cet effet, des espaces sont réservés en page 4 et en page 2. Au rez-de-chaussée de la page 4, dans la tradition du feuilleton grand public, sont rangées les œuvres d’auteurs moins valorisés (Arthur Bernède, Paul Maraudy, Charles‑Anthoine Gonnet) ; elles sont sous-titrées « grand roman d’amour et d’aventures, grand roman de mystère et d’amour », etc.

  • 38 Certains textes publiés à la page 2 ne portent aucun sous-titre.
  • 39 Lettre de Pierre Audiat à Oscar-Paul Gilbert, 23 septembre 1935, op. cit.
  • 40 Outre les textes de Gilbert, les autres « romans-reportages » sont dans Paris-Soir : Royer (Louis (...)

22En page 2, dite « page littéraire », sont placées des œuvres d’auteurs plus valorisés. Le directeur littéraire Pierre Audiat y dispose de deux rubriques : les textes courts en un épisode sont situés à droite de la page dans les « Contes de Paris-Soir », les textes longs de trente à quarante épisodes, en haut, en milieu de page, avec les sous-titres « récit », « récit historique » ou « roman-reportage38 ». À propos de celui-ci, Audiat donne dans sa lettre à Gilbert une définition peu précise : « un roman d’atmosphère et d’action39 ». En fait, ces trois sous-catégories peuvent être considérées comme les éléments d’un même ensemble tourné vers la « factualité », le « document ». La première d’entre elles regroupe des témoignages, des reportages (documents « sur le vif ») ; la seconde, des biographies romancées de personnages historiques (documents du passé) ; la troisième, des fictions plus ou moins d’actualité se déroulant dans des pays exotiques (documents du présent). Entre 1935 et 1938, huit textes longs paraissent comme « romans-reportages », dont l’action se situe en Asie, en Amérique latine, dans l’île de São Tomé, etc.40.

23Les « romans-reportages » de la page 2 sont soumis à un double codage : le code « journalistique » est signifié par la mise en rubrique et en colonnes, la division en épisodes ; le code « littéraire », par le titre simple, le frontispice. S’y ajoutent les illustrations dessinées, signées et légendées, lesquelles montrent l’ambivalence du dispositif : elles sont moins « journalistiques » (car elles ne sont pas des photographies), mais pas tout à fait « littéraires » (car les illustrations, du moins dans les éditions valorisées, sont absentes du texte). La page 2 « fait littéraire » tout en restant ancrée dans le code « journalistique ».

  • 41 Du reportage sont repris le sujet (le transport routier entre Colomb-Béchar et Gao), le lieu prin (...)
  • 42 Marie Falcoz, mariée à Jean, opiomane qui la méprise, finit par l’empoisonner. La genèse du roman (...)
  • 43 Annonces de parution de « Sur la Piste du sud » (dans Paris-Soir, 30 mai 1936, p. 2) et du « Cerc (...)
  • 44 « Sur la Piste du sud », illustrations de Montebello ; « Le Cercle des ombres », illustrations de (...)

24Deux textes longs de Gilbert paraissent en page 2 de Paris-Soir et s’insèrent dans la série organisée par le quotidien : Sur la Piste du sud et Le Cercle des ombres. Le premier est tiré du reportage « Du monde au Sahara » (Voilà, 1936)41. Le second est inspiré directement d’un précédent voyage en Extrême-Orient, du moins d’après le témoignage de l’auteur : « C’est en 1936 à Haïphong au Tonkin que je rencontrai Jean et Marie Falcoz, les tristes héros du Cercle des Ombres42. » Dans l’annonce de parution, le quotidien veille à présenter Gilbert comme un auteur littéraire, un « jeune et déjà célèbre écrivain », ou encore un « jeune et célèbre romancier43 ». En retour, selon sa propre économie, il valorise symboliquement les textes : il leur attribue le genre de « roman-reportage » (et non pas celui de « roman d’aventures et d’amour ») et les place en page 2 (et non pas en page 4). Comme les autres textes de sa catégorie, les deux « romans-reportages » sont soumis au double codage et accompagnés d’illustrations dessinées, signées et légendées44.

Les « romans » et les « récits » de La Librairie Gallimard

25Qu’elles soient qualifiées de « reportages » ou de « romans-reportages » par Paris-Soir, toutes les œuvres de Gilbert paraissent désormais en volume, et toujours à la Librairie Gallimard. À cette occasion, le texte proprement dit n’est pas réécrit — par exemple, dans Bétail à vendre, le narrateur-journaliste qui dit « je » dans la version parue dans la presse est conservé lors de l’édition en volume. Mais les œuvres connaissent plusieurs transformations : elles changent de catégorie générique, leur présentation est soumise aux seuls codes « littéraires », leur valeur symbolique est maintenue dans une position intermédiaire.

  • 45 Lettre de Gaston Gallimard à Marc Slonim, Bureau littéraire européen, Paris, 13 avril 1937, aeg.

26Hors collections spécialisées, la Librairie Gallimard n’utilise pas la catégorie « reportage » et ne fait pas référence à un genre hybride (« roman-reportage, reportage romancé »). Pour les œuvres de fiction, la maison n’entend pas bouleverser la hiérarchie traditionnelle des genres : la qualification de « roman » est en général réservée aux textes longs, celle de « nouvelle » ou de « récit » aux textes courts. La même distinction est appliquée aux œuvres de Gilbert : La Piste du sud et Le Cercle des ombres sont qualifiés de « romans » tandis que les œuvres courtes sont rassemblées dans deux recueils (Courrier d’Asie, Pilotes de ligne), dont seul le premier est qualifié de « récit », le second ne portant pas d’indication de genre. Dans une lettre à Marc Slonim, agent littéraire de l’auteur, Gaston Gallimard montre nettement son refus d’une nouvelle catégorie et, par ailleurs, marque peu d’enthousiasme pour les textes courts de l’auteur, qu’il ne s’engage pas à publier dans la suite : « […] ci-joint un contrat pour l’ouvrage de M. O.-P. Gilbert, intitulé : Courrier d’Asie. Comme vous le verrez, nous avons prévu dans ce contrat que cet ouvrage n’entrerait pas dans l’option ; c’est d’abord qu’il est un reportage romancé, genre non prévu dans les articles d’option de nos contrats, et ensuite que nous abandonnons pour cet ouvrage la gestion des droits cinématographiques45. »

  • 46 Premier épisode de Shanghaï, Chambard and Co (publié dans Paris-Soir le 15 décembre 1936), ce tex (...)

27Qu’ils soient classés comme « roman » ou « récit », les textes subissent des transformations de présentation selon les codes littéraires. Celles-ci sont d’autant plus importantes que l’écart est considérable entre les supports. Ainsi, les textes courts Les Pirates du rail, Bétail à vendre et Shanghaï, Chambard and Co publiés dans la rubrique « grands reportages » de Paris-Soir sont réunis dans le recueil Courrier d’Asie. Dans ce dernier, tous les « codes journalistiques » sont supprimés, qu’il s’agisse des titres et intertitres, de la présentation de la rédaction ou des photographies. « Bétail à vendre », titre accrocheur, est remplacé par « Fin d’un homme ». La division en épisodes est supprimée et les différentes parties sont rassemblées dans les chapitres numérotés en chiffres romains, les sections étant marquées non plus par des intertitres, mais par trois étoiles formant triangle. L’ensemble se présente comme homogène, comme si la construction du recueil précédait l’écriture de chacun des textes, l’effet étant renforcé par le titre principal et l’ajout d’une préface au ton lyrique46.

  • 47 Marianne, 12 mai 1937, p. 6 ; Le Figaro, 13 mars 1937, p6.

28Désormais, la série implicitement dédiée aux œuvres de Gilbert est stabilisée dans la zone intermédiaire précédemment décrite. Les nouveaux romans ou recueils ne sont toujours pas présentés sous la couverture « blanche », pas plus qu’ils ne sont constitués en « collection ». Mais ils forment avec les œuvres précédentes un ensemble aisément reconnaissable par la couverture au motif des quatre vagues. L’ensemble ne relève pas de la catégorie la plus valorisée. Ainsi, dans une publicité pour Mollenard dans Marianne, les Éditions de la nrf (Gallimard) lui joignent les épithètes de « roman d’aventures, roman de caractères, roman de mœurs » ; dans une autre placée dans Le Figaro, trois romans de la nrf sont cités, dans l’ordre de préséance : Les Secondes noces, de Debû-Bridel, Rêveuse bourgeoisie, de Drieu la Rochelle, et en fin de liste, La Piste du sud, de Gilbert47.

  • 48 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Gaston Gallimard, [s. l.], 1er août 1936, aeg.
  • 49 Début décembre 1936, Paris-Midi crée le prix de Paris : un jury de professionnels dresse une list (...)

29Le passage d’« écrivain reporter » à « écrivain-reporter » et le déplacement des hebdomadaires au lectorat plus cultivé vers un quotidien grand public ne semblent pas favoriser l’accroissement de la valeur symbolique de Gilbert dans le champ littéraire. L’auteur lui-même s’en inquiète dans une lettre à Gallimard : « Au cours de mes voyages en Extrême-Orient j’ai organisé des déjeuners et des dîners Marianne ou Voilà selon le genre de monde à qui j’avais affaire. Je pense avoir enlevé à Candide quelques centaines de lecteurs au profit de Marianne, — j’ai été 100/100 nrf comme il se doit… Le malheur est qu’au même moment parvenait à Hanoï un no de la nrf contenant une “note” assez ricanante sur Mollenard. On [n’] a pas très bien compris. Je n’ai pas d’amour-propre d’auteur, on peut critiquer Mollenard mais ne [pensez-] vous pas que ce livre vaut plus qu’une “note” ?… surtout dans les revues de la maison ? Du côté de Marianne, silence complet48. » Au-delà même du groupe Gallimard, Gilbert connaît fin 1936 un réajustement symbolique : jeune romancier susceptible de recevoir une grande distinction littéraire, il est nommé pour Mollenard au Femina et à l’Interallié, mais il n’emporte aucun des deux prix. Seul lui est décerné le prix de Paris, prix de lecteurs, au faible prestige littéraire, créé de plus par Paris-Midi, autre quotidien appartenant au groupe Prouvost49.

1937–1939 : adaptations cinématographiques et « films commerciaux »

  • 50 Sur les relations entre Gallimard et le cinéma, voir Meyer (Virginie), « Dans les marges de lédi (...)
  • 51 Fondée le 12 mars 1936 à l’initiative de Denise Tual-Batcheff, l’Agence Synops (Droits cinématogr (...)

30Éditeur attentif à des investissements symboliques ou matériels hors champ littéraire, Gaston Gallimard n’est pas sans montrer de l’intérêt pour le cinéma : il lance les collections « Cinario » et « Cinéma romanesque », rachète La Revue du cinéma, soutient la Nouvelle Société de films (nsf), laquelle produit Madame Bovary réalisé par Jean Renoir50. Malgré le grave échec financier de cette production, il accepte de participer à la fondation de l’agence Synops de Denise Tual-Batcheff. Bien introduite dans plusieurs milieux culturels, entre autres ceux du cinéma, la gérante de Synops se charge d’une part de faire travailler les auteurs sur des scénarios originaux, d’autre part de vendre à des producteurs les droits cinématographiques de romans du « fonds Gallimard51 ».

  • 52 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Denise [Tual-]Batcheff, Paris, 1er août 1936, aml, ML 09101/8.
  • 53 [Interview du producteur Robert Aisner (Héraut Film)], dans La Cinématographie française, 4 mars (...)

31De son côté, dès les débuts de son parcours, Gilbert manifeste son intérêt pour le cinéma. En août 1936, quelques mois après la publication de ses premiers romans par la Librairie Gallimard, il conclut un contrat avec Denise Tual-Batcheff ; celle-ci devient son agent, étant entendu qu’elle est aussi celui de l’éditeur et que la vente de droits cinématographiques est faite par l’éditeur au producteur. Un premier projet concerne l’adaptation de Fièvre blanche52 ; il n’aboutit pas. En 1937, quatre projets sont négociés : La Piste du sud, Mollenard, Le Drame de Shanghaï (adaptation de Shanghaï, Chambard and Co), Les Pirates du rail ; ils donnent lieu à autant de films sortis l’année suivante. En 1938, deux projets sont à nouveau lancés : Pilotes de ligne53 et Nord-Atlantique ; seul le dernier est réalisé et sort en 1939. Qui plus est, Gilbert négocie des contrats de scénariste et de dialoguiste ; il est crédité à ce titre au générique de tous les films effectivement réalisés, à l’exception du Drame de Shanghaï.

32Alors que dans le champ littéraire, les indicateurs du classement de l’ouvrage peuvent être la couverture ou la mention du genre, au cinéma, de tels indices n’existent pas. La valeur symbolique des œuvres cinématographiques est davantage manifestée par le parcours du producteur et par la série de films que celui-ci produit concurremment. Or, pour ce qui est de Gilbert, les producteurs ont un parcours varié et ils insèrent les adaptations de l’auteur dans des séries films de qualité différente.

  • 54 Gilbert Renault-Decker (1904–1984) est un ancien banquier de la Banque de France ; entre 1936 et (...)
  • 55 Creton (Laurent), « Préface », dans Choukroun (Jacques), Comment le parlant a sauvé le cinéma fra (...)
  • 56 Toutefois, il faut remarquer que le cinquième film de la frd, La Femme du bout du monde, est de p (...)
  • 57 « spef Les Pirates du rail. Statuts, 9 août 1937 », dans Le Quotidien juridique [Paris] : supplém (...)
  • 58 La spef « Les Pirates du rail » est fondée en août 1937, le film sort sur les écrans le 19 janvie (...)

33Nous nous limitons ici à deux exemples : Les Pirates du rail et Mollenard. Proche du « pôle commercial », le film Les Pirates du rail est produit par Gilbert Renault-Decker. Entré récemment dans le cinéma, Renault-Decker semble surtout actif comme gestionnaire de sociétés d’investissement54, dans le contexte de l’émiettement de la production française et des « constructions financières alambiquées » du moment55. Il est directement à la tête de la frd (Films Renault-Decker), petite maison qui compte cinq productions et disparaît en 1938, après deux ans d’existence. Les films sont principalement des comédies destinées au grand public, adaptées ou inspirées du théâtre de boulevard (À Venise une nuit, Êtes-vous jalouse ?, Alexis gentleman-chauffeur) et réalisées par des spécialistes du film de genre (Christian-Jaque, Max de Vaucorbeil56). Dans cette série s’insèrent Les Pirates du rail ; le projet de la frd est soutenu par la Société de Production et d’Exploitation du Film « Les Pirates du rail », elle-même financée par la société anonyme holding Cinatlantica, ayant son siège au Grand-Duché de Luxembourg57. La réalisation est confiée à Christian-Jaque, qui a fait ses preuves dans la comédie grand public, mais pas encore dans le film d’aventures. La durée du projet (moins de six mois58) et le tournage des extérieurs (en France, et non pas en Chine) semblent indiquer un projet orienté vers la rapide rentabilité financière.

  • 59 Édouard Corniglion-Molinier (1898–1963) intervient dès les années 1920 dans la gestion de Ciné-St (...)
  • 60 Lié aux surréalistes, Roland Tual (1902–1956) est directeur de production cinématographique ; il (...)
  • 61 Bernard (André-Charles), « Un producteur entre ciel et mer… » [Interview d’Édouard Corniglion-Mol (...)

34Mollenard est également un film « commercial », mais le producteur Édouard Corniglion-Molinier a veillé à une plus grande qualité. Personnage haut en couleur, Corniglion-Molinier est implanté de longue date dans le cinéma59 ; proche des milieux littéraires et cultivés, il est le familier d’André Malraux ou de Roland Tual60. Entre 1936 et 1938, Corniglion-Molinier est à la tête d’une petite structure (Les Productions Corniglion-Molinier)61, à laquelle sont attachés quatre films : Les Jumeaux de Brighton (d’après Tristan Bernard), Mollenard (d’après Oscar-Paul Gilbert), Drôle de drame (adaptation du roman anglais His First Offence) et Espoir, sierra de Teruel (scénario et réalisation de Malraux).

  • 62 Tual[-Batcheff] (Denise), Au cœur du temps, op. cit., p. 176, 209. Publié cinquante ans après les (...)

35La stratégie du producteur semble avoir été d’équilibrer les films innovants à haute valeur symbolique — dont les risques financiers sont d’autant plus importants —, par des œuvres plus traditionnelles destinées à un public plus large. Le témoignage de Denise Tual-Batcheff, qui s’est entremise aussi bien pour l’adaptation du roman de Gilbert que pour celle de His First Offence, conforte cette hypothèse : « [Corniglion-Molinier] s’était engagé à faire rapidement un film commercial dont Harry Baur avait accepté le rôle principal et Siodmak la mise en scène. L’auteur était publié chez Gallimard, le titre était Mollenard […]. Pour mettre fin aux disputes sordides [avec les distributeurs qui refusent de diffuser Drôle de drame], Édouard leur donnera deux de ses films en cours de production (commerciaux ceux-là) : Mollenard, avec Harry Baur, et Courrier Sud, à des conditions encore meilleures pour eux, mais seulement s’ils sortent Drôle de drame62»

36Si Mollenard est destiné à compenser les risques pris avec Drôle de drame, deuxième projet du tandem Carné-Prévert — lequel est en cours d’ascension, mais n’est pas encore consacré par la critique —, il n’en reste pas moins que le producteur ne néglige pas le film plus « commercial ». La réalisation est confiée à Robert Siodmak, qui a l’expérience d’une quinzaine de films de genre ; le coscénariste est Charles Spaak, le compositeur de la musique d’accompagnement, Darius Milhaud. D’autre part, les équipes techniques des deux films, aussi bien de Mollenard que de Drôle de drame, comportent deux personnalités de grande qualité : le directeur de la photographie Eugen Schüfftan et le décorateur Alexandre Trauner.

37En conclusion, pour ce qui est des publications de Gilbert, constatons une certaine attraction exercée par l’écriture journalistique, quels que soient les supports. Que les œuvres paraissent en épisodes dans un périodique ou qu’elles soient éditées en volume, elles ne font pas l’objet d’une réécriture — par exemple, si le présent ou le passé composé de l’indicatif sont utilisés dans la version publiée dans la presse, ils le sont dans celle publiée en volume. D’un support à l’autre, le texte ne varie guère. L’horizon de lecture est modifié par le genre attribué par le périodique ou par l’éditeur. Des textes comme Les Pirates du rail, Bétail à vendre et Shanghaï, Chambard and Co sont susceptibles d’être lus différemment selon que Paris-Soir les classe comme « grands reportages d’un “envoyé spécial” » ou Gallimard, comme « récits ». L’écart est d’autant renforcé par la présentation propre à chaque support, Paris-Soir privilégiant les codes « journalistiques », Gallimard, les codes « littéraires ».

38L’analyse de la position de Gilbert au cinéma permet de repenser sa position dans la presse et dans l’édition : tantôt ses œuvres sont insérées dans une série de textes de « grande production » destinés à un large public (cas de Paris-Soir), la valorisation symbolique de l’auteur étant alors plus importante (le « grand reportage » en p. 1, le « roman-reportage » en p. 2 « littéraire ») ; tantôt, les œuvres sont choisies pour compenser les risques pris dans la publication d’oeuvres innovantes à destination d’un public plus restreint (cas de Gallimard), la valorisation symbolique étant alors moins présente (voir le graphisme des couvertures ou la publicité faite à La Piste du sud par la nrf).

Annexes
Bibliographie et filmographie d’Oscar-Paul Gilbert (1932–1938)

Annexe 1 : « Romans » dans Notre Temps (1933–1935)

Date

Titre

Quotidien/Hebdomadaire

Genre attribué par le quot. / hebdo.

15.11.1933 – 12.01.1934

« Les Matelots du Portland »,

64 épisodes

Notre Temps, quot.

« roman »

12.01 – 30.03.1935

« Fièvre blanche »,

12 épisodes

Notre Temps, hebdo.

« roman »

Annexe 2 : « Reportages » et « roman » dans Voilà et Marianne* (1935–1936)

* [En ligne], Gallica.bnf.fr

Date

Titre

Hebdomadaire

Genre attribué par l’hebdomadaire

22.06.1935

« Les 300 ans du Museum » [sur le 3e centenaire du Jardin des Plantes]

Voilà

20.07 – 17.08.1935

« Pilotes de lignes [sic] »,

5 épisodes

Voilà

« grand reportage »

06.11.1935

« Les derniers pêcheurs d’Islande »

Marianne

« reportage »

04.01 – 01.02.1936

« La Flibuste d’aujourd’hui »,

5 épisodes

Voilà

« reportage romancé, reportage »

08.01 – 15.04.1936

« Mollenard »,

15 épisodes

Marianne

« roman »

11.07 – 15.08.1936

« Du monde au désert »,

6 épisodes

Voilà

« enquête vécue »

Annexe 3 : « Reportages » et « romans-reportages » dans Paris-Soir* et Paris-Soir-Dimanche (1936–1938)

* [En ligne], Gallica.bnf.fr

Date

Titre

Quotidien

Genre attribué par le quotidien

31/05 – 04/06,

09/06 – 08.07.1936

« Sur la Piste du sud »,

35 épisodes

Paris-Soir

« roman-reportage »

21–25, 27–31.08.1936

« Les Pirates du rail »,

10 épisodes

Paris-Soir

« grand reportage »

08.11.1936

« Le 224e Paris Saïgon Hanoï »

Paris-Soir-Dimanche

« récit vécu »

13–22.11.1936

« Bétail à vendre », 10 épisodes

Paris-Soir

« reportage »

15–24.12.1936

« Shanghaï, Chambard and Co »,

10 épisodes

Paris-Soir

« reportage »

09.05–18.06.1937

« Le Cercle des ombres »,

41 épisodes

Paris-Soir

« roman-reportage »

22–24, 26–31.07.1937

« Le Chant des morts-vivants »,

9 épisodes

Paris-Soir

« reportage »

01–04, 06–09.02.1938

« L’Odyssée du Sandettie »,

8 épisodes

Paris-Soir

« récit d’aventures vécues »

16–21, 23, 25–27.10.1938

« Les Rouliers du ciel »,

10 épisodes

Paris-Soir

« grand reportage »

20–23.11.1938

« Celles qu’Ataturk libéra »,

4 épisodes

Paris-Soir

« reportage »

Annexe 4 : « Romans » et « récits » de la Librairie Gallimard, Éditions de la nrf (1934–1938)

Date

Titre

Éditeur

Genre attribué par l’éditeur

10.1934

Nord-Atlantique

Gallimard, nrf

05.1935

Fièvre blanche

Gallimard, nrf

02.1936

Mollenard

Gallimard, nrf

« roman »

01.1937

La Piste du sud

Gallimard, nrf

« roman »

07.1937

Courrier d’Asie [« Fin d’un homme » ; « Les Pirates du rail » ; « Shanghaï, Chambard and Co »]

Gallimard, nrf

« récit »

07.1937

Le Cercle des ombres

Gallimard, nrf

« roman »

07.1938

Pilotes de ligne [« Pilotes de ligne » ; « La Fin du Rockall » ; « L’Odyssée du Sandettie » ; « Grand-Mambourg, puits VIII » ; « Le Chant des morts-vivants »]

Gallimard, nrf

Annexe 5 : Adaptations cinématographiques (1938–1939)

Date

Titre film / adaptation / scénario et dialogues

Producteur

Réalisateur

19.01.1938

Les Pirates du rail / ad. « Les Pirates du rail » / Christian-Jaque, O.-P. Gilbert, A.-C. Brun

F.R.D. (Films Renault-Decker)

Christian-Jaque

26.01.1938

Mollenard / ad. Mollenard / O.‑P. Gilbert, Charles Spaak

Prod. Corniglion-Molinier

Robert Siodmak

09.09.1938

La Piste du sud / ad. La Piste du sud / O.-P. Gilbert

Général Productions

Pierre Billon

25.10.1938

Le Drame de Shanghaï / ad. « Shanghaï, Chambard and Co » / Alexandre Arnoux, Léo Lania, Henri Jeanson

Lucia Film

Georg Wilhelm Pabst

13.04.1939

Nord-Atlantique / ad. Nord-Atlantique / O.-P. Gilbert

Éclair-Journal

Maurice Cloche

Haut de page

Notes

1 Oscar-Paul Gilbert est mentionné pour une enquête sur le Congo belge de l’après-guerre, L’Empire du silence (1947), dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), dir., Littératures belges de langue française, 1830–2000 : histoire et perspectives, Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 528 ; et comme auteur adapté au cinéma dans Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge : précis d’histoire sociale, Loverval, Labor, 2005, p. 219.

2 Wanfercée-Baulet fait partie de nos jours de Fleurus, arrondissement de Charleroi.

3 Pour des éléments biographiques concernant Oscar-Paul Gilbert (1898–1972) voir Bursens (Saskia), « Le fonds OP Gilbert [Archives et musée de la littérature, Bruxelles (aml)] », dans Piret (Pierre), dir., Textyles, no 34, Simon Leys, 2008, p. 113–114 ; Delforge (Paul) et al., dir., Encyclopédie du mouvement wallon, tome 2, Charleroi, Institut Jules Destrée, 2000, p. 719 ; Gilbert (Oscar-Paul), [Notices autobiographiques, c 1945 et c 1952], aml, ML 09190.2 et /6.

4 Sur Notre Temps (à la périodicité variable), voir Maillot (Jean-René), Jean Luchaire et la revue « Notre Temps », 1927–1940, Berne, Peter Lang, 2013.

5 Les références des textes publiés par Gilbert entre 1932 et 1938 sont précisées dans les annexes 1–4.

6 L’archipel des îles Vestmann (en islandais Vestmannaeyjar), au sud de l’Islande, est un des lieux de l’action.

7 Lettre de Gaston Gallimard à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 30 juillet 1934, Archives des Éditions Gallimard (Paris) (aeg).

8 Lettre de Gaston Gallimard à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 8 août 1934, aeg.

9 Le narrateur qui dit « je » est un journaliste réalisant un reportage sur la grande pêche en Islande ; embarqué sur le chalutier Portland, il est témoin des conflits entre les membres de l’équipage, apprend le meurtre du capitaine Jef avant de tomber amoureux de Mary, nièce d’un commandant excentrique, ami de Jef.

10 En France, la forme moderne du roman maritime date du début du xixe siècle (Eugène Sue, Édouard Corbière). Voir Gannier (Odile), Le Roman maritime : émergence d’un genre en Occident, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2011, p. 14 et p. 596.

11 Peisson (Édouard), Parti de Liverpool…, Paris, Grasset, 1932 ; Gens de mer, Paris, Grasset, 1934, cités dans Tonnet-Lacroix (Éliane), La Littérature française de l’entre-deux-guerres, 1919–1939, Paris, Nathan, 1993, p. 149.

12 Simonin (Anne), « Domaine français : quelques collections de littérature française », dans Cerisier (Alban) et Fouché (Pascal), dir., Gallimard : un siècle d’édition, 1911–2011, Paris, Bibliothèque nationale de France, Gallimard, 2011, p. 108.

13 Le classement est toujours l’objet de remaniements ; Anne Simonin donne des exemples d’œuvres « que l’on pousse en douceur hors de la “Blanche” (Le Tour du malheur de Joseph Kessel, Les Thibault de Roger Martin du Gard) » ou, au contraire, qui sont reclassées dans une catégorie supérieure.

14 Lhomeau (Franck), « Les Collections de romans populaires de la Librairie Gallimard avant la “Série Noire” », dans Cerisier (Alban) et al., Gallimard, 1911–2011 : lectures d’un catalogue, Gallimard, nrf, 2012, p. 191–201.

15 L’histoire est celle de Daniel Lorcy, commandant du Santa-Cruz et de sa femme Jeanne ; le couple se délite sous l’effet de l’environnement social et culturel hostile.

16 Aron (Paul), « Entre journalisme et littérature, l’institution du reportage », dans COnTEXTES, no 11, 2012, p. 4–8, url : https://journals.openedition.org/contextes/5355.

17 Meyer (Virginie), « Dans les marges de l’édition : diversifier pour mieux régner », dans Cerisier (Alban) et Fouché (Pascal), Gallimard : un siècle d’édition, 1911–2011, op. cit., p. 186–197.

18 Gilbert (Oscar-Paul), [Notices autobiographiques, c 1945 et c 1952], op. cit., p. 2 et p. 4–5.

19 Sur la concurrence entre Candide, Grégoire et Marianne, voir Meyer (Virginie), « Dans les marges de lédition : diversifier pour mieux régner », op. cit., p. 194, 196.

20 Sur la notion d’« écrivain reporter [sans trait d’union] », voir Boucharenc (Myriam), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 109–116.

21 Le portrait de Gilbert est en couverture de Voilà, 20 juillet 1935.

22 Le premier épisode de « La Flibuste d’aujourd’hui » est accompagné d’une photographie de Brassaï (Voilà, 4 janvier 1936, p. 4).

23 À la fois roman maritime et roman de mœurs, l’œuvre raconte l’histoire de Mollenard, capitaine au long cours, forte tête, volontiers contrebandier d’armes lors de ses voyages en Chine ; à Dunkerque, son port d’attache, le capitaine est en continuel conflit avec sa femme Mathilde, petite-bourgeoise provinciale, conformiste et très pieuse.

24 Lettre d’Antoine Roche [Marianne] à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 19 septembre [1935], aml, ML 09102/2/1 ; Lettre d’Antoine Roche [Marianne] à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 15 novembre 1935, aml, ML 09102/2/2. Le texte paraît en quinze épisodes entre le 8 janvier et le 15 avril 1936.

25 Sur la notion d’« écrivain-reporter [avec trait d’union] », voir Boucharenc (Myriam), L’Écrivain‑reporter au cœur des années trente, op.cit., p. 116–120.

26 Lettre de Pierre Audiat [Paris-Soir] à Oscar-Paul Gilbert, Paris, 23 septembre 1935, aml, ML 09167/5/1 : « M. Jean Prouvost qui vient de lire “Fièvre blanche”, est tout prêt à accueillir votre collaboration. »

27 Début 1936, Gilbert fait un long voyage en Extrême-Orient (Viêt Nam, Chine, Japon).

28 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff [Paris-Soir], Châteauneuf-sur-Loire, 1er juillet 1936, aml, ML 09167/5/3.

29 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff [Paris-Soir], Châteauneuf-sur-Loire, 19 septembre 1936, aml, ML 09167/5/5.

30 « Droit d’exclusivité : 24.000 francs ; Salaire de voyage : 24.000 francs ; 80 papiers à 500 francs : 40.000 francs » (ibidem). Les sommes sont importantes, étant donné que le salaire mensuel minimal d’un grand reporter est fixé à 2 000 francs (janvier 1936). Voir Delporte (Christian), Les Journalistes en France, 1880–1950 : naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999, p. 294.

31 D’après l’auteur, il collabore aussi à Paris-Midi et Match, autres périodiques du groupe Prouvost.

32 Après un ou deux épisodes, le « grand reportage » est rejeté uniquement en page 5, où un espace lui est le plus souvent réservé.

33 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff, 1er juillet 1936, op. cit. ; seul le texte Shanghaï, Chambard and Co (histoire d’une chanteuse de cabaret, à Shanghai, lieu des intrigues nationales et internationales) n’est pas annoncé dans la lettre. Dans sa rubrique « Histoire vraie », Paris-Soir-Dimanche publie aussi le 8 novembre 1936 un reportage de Gilbert sur une ligne aérienne d’Extrême-Orient, Le 224e Paris Saïgon Hanoï.

34 Gilbert (Oscar-Paul), « Les Pirates du rail », dans Paris-Soir, 21 août 1936, p. 5.

35 Dans Bétail à vendre, le narrateur-journaliste qui dit « je » dialogue avec un narrateur au second degré qui raconte sa propre histoire ; dans Les Pirates du rail et dans Shanghaï, Chambard and Co, le narrateur omniscient passe de la conscience d’un personnage à celle d’un autre.

36 « Le Chant des morts-vivants » reprend le lieu (Haïti) et des motifs du roman Fièvre blanche, publié en 1935 ; « L’Odyssée du Sandettie » est une version remaniée du reportage « La Flibuste d’aujourd’hui », publié dans Voilà, en 1936 ; « Les rouliers du ciel » reprend le sujet (la ligne aérienne Paris-Hanoï) et des motifs des reportages publiés dans Voilà, en 1935 et dans Paris-Soir-Dimanche, en 1936. Le court reportage « Celles qu’Ataturk libéra » est lié à un voyage en Turquie fin 1938.

37 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Pierre Lazareff, s. l., 27 octobre 1937, aml, ML 09167/5/27 : « Aujourd’hui, je me rends compte que le travail que nécessitent mes films est de plus en plus absorbant. »

38 Certains textes publiés à la page 2 ne portent aucun sous-titre.

39 Lettre de Pierre Audiat à Oscar-Paul Gilbert, 23 septembre 1935, op. cit.

40 Outre les textes de Gilbert, les autres « romans-reportages » sont dans Paris-Soir : Royer (Louis-Charles), L’Or et les filles du Laos, 3 avril – 7 mai 1935 ; Simenon (Georges), Quartier nègre, 28 septembre – 24 octobre 1935 ; Roubé-Jansky (Alexandra), Au bout du monde, en robe du soir, 8 mars – 5 avril 1936 ; Royer (Louis-Charles), Domnica, fille du Danube, 1er janvier – 1er février 1937 ; Armandy (André), Le Paradis de Satan, 6 mars – 14 avril 1937 ; Marèze (Jean) et Navarre (Marceau), Fièvre d’or, 6 novembre – 9 décembre 1938.

41 Du reportage sont repris le sujet (le transport routier entre Colomb-Béchar et Gao), le lieu principal (le poste d’Adrar) ainsi que plusieurs personnages ; s’y ajoute une intrigue d’ordre sentimental, l’histoire d’une femme venue faire justice de la mort de son mari, assassiné dans des circonstances troubles.

42 Marie Falcoz, mariée à Jean, opiomane qui la méprise, finit par l’empoisonner. La genèse du roman est décrite par Gilbert : « Mais il me fallait autour du ménage Falcoz d’autres personnages qui les fissent ressortir, et un climat. Le climat était tout trouvé, ce serait celui de Lao-Kay [Haut-Tonkin], — il ne me restait plus qu’à imaginer ou découvrir les comparses […] [un ingénieur] me conta une effarante aventure, celui [sic] d’un poste du Haut-Tonkin où, par suite des crues des rivières, dix Européens, isolés du reste du monde, étaient morts les uns après les autres […] Rentré en France, […] j’écrivis Le Cercle des Ombres, en tapant évidemment jour et nuit. » [Gilbert (Oscar-Paul), [Note sur] Le Cercle des Ombres, c 1958, aml, ML 09105/15]

43 Annonces de parution de « Sur la Piste du sud » (dans Paris-Soir, 30 mai 1936, p. 2) et du « Cercle des Ombres » (dans Paris-Soir, 8 mai 1937, p. 2).

44 « Sur la Piste du sud », illustrations de Montebello ; « Le Cercle des ombres », illustrations de Rojan.

45 Lettre de Gaston Gallimard à Marc Slonim, Bureau littéraire européen, Paris, 13 avril 1937, aeg.

46 Premier épisode de Shanghaï, Chambard and Co (publié dans Paris-Soir le 15 décembre 1936), ce texte est déplacé en tête du recueil Courrier d’Asie et présenté, en caractères italiques, comme préface de l’auteur.

47 Marianne, 12 mai 1937, p. 6 ; Le Figaro, 13 mars 1937, p6.

48 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Gaston Gallimard, [s. l.], 1er août 1936, aeg.

49 Début décembre 1936, Paris-Midi crée le prix de Paris : un jury de professionnels dresse une liste de dix romans « après qu’auront été attribués les grands prix littéraires de l’année », un second jury de neuf lecteurs et lectrices tirés au sort attribue le prix. Voir Comœdia, 4 décembre 1936, p. 1, 2 ; Launay (Pierre-Jean), « Le prix de Paris est attribué à O.-P. Gilbert », dans Paris-Soir, 23 décembre 1936, p. 1, 3.

50 Sur les relations entre Gallimard et le cinéma, voir Meyer (Virginie), « Dans les marges de lédition : diversifier pour mieux régner », op. cit., p. 201–206 ; Assouline (Pierre), Gaston Gallimard : un demi-siècle d’édition française, coll. Folio, Paris, Gallimard, rééd. 2006, p. 314–320 ; Tual[-Batcheff] (Denise), Au cœur du temps, Paris, Carrère, 1987, p. 165–171.

51 Fondée le 12 mars 1936 à l’initiative de Denise Tual-Batcheff, l’Agence Synops (Droits cinématographiques) est une sarl dont la Librairie Gallimard détient 20 % des parts ; en 1937, le capital est augmenté et les Publications Zed (Gallimard) deviennent l’actionnaire majoritaire. Voir Meyer (Virginie), « Dans les marges de lédition : diversifier pour mieux régner », op. cit., p. 206.

52 Lettre d’Oscar-Paul Gilbert à Denise [Tual-]Batcheff, Paris, 1er août 1936, aml, ML 09101/8.

53 [Interview du producteur Robert Aisner (Héraut Film)], dans La Cinématographie française, 4 mars 1938 (coupure de presse, aml, ML 09106/10).

54 Gilbert Renault-Decker (1904–1984) est un ancien banquier de la Banque de France ; entre 1936 et 1938, une quarantaine de sociétés financières investissant dans le cinéma ont pour siège social l’adresse de sa maison de production (46, rue Pierre-Charron, Paris 8e). Voir Archives commerciales de la France : journal officiel d’annonces judiciaires et légales.

55 Creton (Laurent), « Préface », dans Choukroun (Jacques), Comment le parlant a sauvé le cinéma français : une histoire économique, 1928–1939, Paris, afrhc, Institut Jean Vigo, 2007, p. 7–12.

56 Toutefois, il faut remarquer que le cinquième film de la frd, La Femme du bout du monde, est de plus grande qualité ; il est réalisé par Jean Epstein.

57 « spef Les Pirates du rail. Statuts, 9 août 1937 », dans Le Quotidien juridique [Paris] : supplément quotidien de la Semaine juridique, 10 août 1937, p. 6. ; [Cinatlantica S.A.], dans Mémorial du Grand-Duché de Luxembourg, Mémorial A, no 58, 14 août 1937, p. 623.

58 La spef « Les Pirates du rail » est fondée en août 1937, le film sort sur les écrans le 19 janvier 1938.

59 Édouard Corniglion-Molinier (1898–1963) intervient dès les années 1920 dans la gestion de Ciné-Studio (Studios de la Victorine, Nice), devient vice-président de la Franco-Film, puis administrateur de la grande compagnie Gaumont-Franco-Film-Aubert (gffa). Voir Cinquante ans d’industrie cinématographique, 1906–1956 : études présentées par Jean-Jacques Meusy, [Paris], Le Monde Éditions, 1996, p. 175–176.

60 Lié aux surréalistes, Roland Tual (1902–1956) est directeur de production cinématographique ; il est le mari en secondes noces de Denise Batcheff.

61 Bernard (André-Charles), « Un producteur entre ciel et mer… » [Interview d’Édouard Corniglion-Molinier], dans Comœdia, 5 mai 1936, p. 6.

62 Tual[-Batcheff] (Denise), Au cœur du temps, op. cit., p. 176, 209. Publié cinquante ans après les faits, le témoignage de l’auteure manque sans doute de précision : si les productions de Drôle de drame et de Mollenard sont à peu près contemporaines, celle de Courrier Sud, film produit par la Pan-Ciné, est antérieure d’une année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Janssens, « O.-P. Gilbert, entre roman, reportage et cinéma (1932–1938) », Textyles, 54 | 2019, 155-170.

Référence électronique

Christian Janssens, « O.-P. Gilbert, entre roman, reportage et cinéma (1932–1938) », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3158 ; DOI : 10.4000/textyles.3158

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals