Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des AML

Les archives Franz Ansel

Vincent Radermecker
p. 193-196

Texte intégral

1Léguées par sa fille Jacqueline Folie en août 2018, les archives de l’écrivain Franz Ansel viennent de rejoindre, sous la cote générique isad 262, la bibliothèque de l’auteur conservée aux Archives & Musée de la Littérature depuis 2001.

2Né à Liège le 14 avril 1874, décédé à Bruxelles le 27 octobre 1937, Franz Ansel (de son vrai nom, Franz Folie) se voit décrit par Paul Dresse en ces termes :

  • 1 Dresse (Paul), dans Bulletin officiel de l’Association des Écrivains belges, janvier 1948.

Il fumait volontiers un brûle-gueule méditatif […]. Quand il l’enlevait de sa bouche, c’était pour faire entendre une belle voix, bien timbrée et chaude, une voix qui se faisait extrêmement harmonieuse en déroulant, strophe à strophe, les poèmes dont il avait une mémoire considérable. […] Il était musicien, touchait agréablement du piano. Curieux d’ésotérisme aussi, il avait des anecdotes étranges sur des faits de télépathie, sur des revenants. Voyageur, il connaissait admirablement les bords du Rhin et d’ailleurs savait l’allemand […]. Probablement connaissait-il aussi la langue de Shelley et de Longfellow, car il fut choisi par le roi Albert pour l’accompagner comme historiographe dans son périple aux États-Unis1.

3Attrait pour les voyages (l’Allemagne durant sa jeunesse, ensuite l’Égypte, la Grèce et surtout l’Italie), goût de la musique (sa femme, Jeanne Coulier, fut la vraie musicienne de la famille) : ce portrait rédigé plus de dix ans après la mort de l’intéressé cerne l’essentiel, laissant dans l’ombre l’adolescent qui quitte le Collège Saint-Servais à Liège pour suivre ses parents à Bruxelles — son père, astronome, y est nommé directeur de l’Observatoire d’Uccle —, ou encore l’étudiant en droit dans la Cité ardente qui terminera son cursus par le biais du Jury central.

4Journal de bord alliant précision et fluidité, la première grande publication d’Ansel, Le Grand Voyage du Roi des Belges aux États-Unis d’Amérique, de près de 400 pages, paraît en 1921. Dès 1919, l’historiographe avait été nommé directeur du Service des Lettres au Ministère des Sciences et des Arts pour succéder à Auguste Rouvez.

  • 2 mlt 6464/2/4.

5Cette carrière fulgurante lui vaut des inimitiés. Cette animosité s’intensifie lorsqu’il obtient le Prix Triennal pour son deuxième recueil de poésie. Sept ans après Les Muses latines, paru chez Robert Sand en 1924 et couronné par le prix Beernaert, paraît chez Jos. Vermaut La Flamme et la Lumière, dédié à Fernand Severin. Pierre Fontaine s’en moque dans Le Rouge et le Noir du 23 novembre 1932 : « Clichés, banalités, chevilles2 ! »

  • 3 Voir mlt 6464/2/4.

6Ces critiques auxquelles s’ajoutent les insinuations de plagiat de La Revue sincère — Ansel conservera les unes et les autres3 — détonnent au regard de la discrétion de bon aloi que le haut fonctionnaire a toujours gardée. Roger Bodart ne l’appelle-t-il pas un « marquis à perruque poudrée » « égaré dans une foule de sans-culottes » ?

  • 4 Il écrit aussi L’Idylle d’un escholier représentée pour la première fois en 1897 au Théâtre Flama (...)

7Certes, il crut en son théâtre en vers, cherchant à l’éditer et à le faire jouer. S’il interprète de manière confidentielle, en 1921, le personnage du Comte dans Il faut toujours qu’une porte soit ouverte ou fermée d’Alfred de Musset, il s’acharne par contre — nos archives l’attestent — à versifier des situations dramatiques qui jouent fréquemment sur l’identité vraie ou supposée des personnages. D’où ce titre, Nina-Ninon-Ninette, pièce en un acte datant de 1899. On compte également à son actif : Le papillon s’envole4 (créé en 1909 et remanié sous l’appellation : L’École de Werther), Le Dormeur du Glancor (créé en 1918), L’École des Romanesques (créé en 1926), Ainsi se venge l’amour (créé en 1928) et Le Codicille (créé en 1929 ; seule pièce en trois actes). Comme le souligne le prologue de cette dernière œuvre, le théâtre versifié d’Ansel cherche plus à imiter qu’à innover :

  • 5 mlt 6465/2/2.

L’auteur ne prétend pas vous apporter du neuf : […]
Se bornant à reprendre, en une simple histoire,
Les thèmes familiers de l’ancien répertoire,
Il suit de loin les pas des maîtres sans rivaux
Que restent Beaumarchais, Molière et Marivaux5.

8Les dossiers génétiques de ces pièces s’accompagnent d’une correspondance qui éclaire les aléas de leur réception : publications en revues ainsi que quelques représentations au Théâtre du Gymnase à Liège et au Théâtre du Parc à Bruxelles, exceptionnellement et confidentiellement aussi à Paris.

9Avant qu’il ne s’adonne intensément à la versification, le journalisme avait requis celui qui deviendra académicien, en 1935, en lieu et place d’Émile Van Arenbergh. Nos archives nous le montrent découpant et compilant soigneusement — avec recension dans des carnets — les centaines de chroniques qu’il écrivit au tournant du siècle pour Le Journal de Bruxelles et La Métropole. Il recueille aussi les nombreux articles qu’accueillent La Jeune Belgique, puis Durendal, Le Flambeau, La Revue Générale… Il conservera peu de brouillons de ces écrits.

  • 6 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique (...)

10Avant, puis après la Grande Guerre, naît une constellation littéraire d’obédience chrétienne6. Franz Ansel s’y rattache assurément mais considérer ses écrits critiques par le biais d’une mouvance idéologique serait réducteur. S’y retrouvent également des portraits d’écrivains étrangers (Lord Byron, Anatole France, Goethe, Ibsen, Pietro Mazzini, Madame de Sévigné, Percy Shelley…) mais surtout belges (Henri Davignon, Fierens-Gevaert, Iwan Gilkin, Edmond Picard, Georges Rodenbach, Fernand Séverin, André Van Hasselt…). Sans oublier l’éloge de figures royales (Léopold II, Albert Ier) ou l’évocation de sites naturels.

11Nos archives s’enrichissent, par ailleurs, de textes autographes relatifs aux nombreuses contributions orales de Franz Ansel. Outre des documents liés à ses allocutions « officielles » — il y épingle des écrivains (Charles Bernard, Hubert Krains, Georges Ramaeckers, Horace Van Offel…), ou des sujets plus généraux — sont ici conservées les minutes de ses conférences sur de nombreux littérateurs belges (Claude Bernières, Félix Bodson, Antoine Clesse, Charles De Coster, Nicolas Defrêcheux, Iwan Gilkin, Albert Giraud, Georges Rodenbach, Fernand Séverin, Paul Spaak, Émile Verhaeren, Charles Van Lerberghe), français (Maurice Barrès, Marivaux, Musset…) ou étrangers (Antonio Fogazzaro, Calderon). Impossible de recenser tous les sujets abordés durant ces conférences. Notons une plaisante chasse aux coquilles chez les « grands » écrivains dans « Les Gaîtés de l’escadron… militaire » ou, à l’autre bout de la palette, la présentation de « La Chaudière macédonienne. Naissance et croissance de l’orim ».

12On l’aura compris, tout à l’opposé des provocations dadaïstes ou surréalistes, le calme et ordonné Franz Ansel plébiscite la maîtrise. D’où son attachement au rythme. Certains de ses poèmes seront mis en musique (mlt 06463). Mais ce sont surtout les duos avec son épouse qui frappent les esprits. Le mari parle de « Schubert et Schuman » ou de « Liszt et Chopin » ; Jeanne Folie interprète ensuite des morceaux choisis de ces compositeurs. Ils triomphent.

13Si nos archives nous renseignent sur l’activité poétique (mlt 6464), dramatique (mlt 6465), journalistique (mlt 6460–6461), préfacière (mlt 6462) et conférencière (mlt 6457/1–21) de Franz Folie, elles débordent de ce cadre. Outre des dossiers concernant son accession à l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique (mlt 6452), son implication « passive » dans la Grande Guerre (mlt 6454) ou encore le projet d’une encyclopédie belge (mlt 6453), pointons une correspondance variée qui, entre autres, recèle une précieuse lettre d’André Baillon. Derrière une aigreur vis-à-vis d’un soutien officiel mais peu substantiel perce un humour teinté du pressentiment de sa fin.

  • 7 mlt 6464/2/3.

14Un mot de Maurice Casteels paru dans aapb-vbkb nous servira d’épitaphe pour cet écrivain qui mériterait d’être redécouvert : « Il est certain qu’il existe un monsieur Folie, fonctionnaire au Ministère des Sciences et des Arts. Cela est prouvé. Il est non moins certain qu’il y a un Franz Ansel, poète. Je pense que ni l’un ni l’autre ne l’ont fait exprès7. »

Haut de page

Notes

1 Dresse (Paul), dans Bulletin officiel de l’Association des Écrivains belges, janvier 1948.

2 mlt 6464/2/4.

3 Voir mlt 6464/2/4.

4 Il écrit aussi L’Idylle d’un escholier représentée pour la première fois en 1897 au Théâtre Flamand de Bruxelles, ainsi que La Grue de Nagasaki donnée, elle, au Théâtre communal rue de Laeken en 1898. Les brouillons de ces œuvres n’ont pas été conservés.

5 mlt 6465/2/2.

6 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions complexe, coll. Histoires contemporaines, 2004, p. 25–26.

7 mlt 6464/2/3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Radermecker, « Les archives Franz Ansel », Textyles, 54 | 2019, 193-196.

Référence électronique

Vincent Radermecker, « Les archives Franz Ansel », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3183

Haut de page

Auteur

Vincent Radermecker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals