Navigation – Plan du site
Chroniques
Brève

Quelques repères significatifs pour ne pas oublier l’action du bouquiniste bruxellois de « La Borgne Agasse », Jean-Pierre Canon (25 décembre 1941 – 12 janvier 2018)

Jérôme Radwan
p. 197-199

Texte intégral

1Jean-Pierre Canon a ouvert sa première librairie à l’enseigne de « La Borgne Agasse » au 45, rue Saint-Jean, le 3 novembre 1970. D’emblée passionné par l’écriture d’auteurs ouvriers ou paysans autodidactes, il organise trois expositions, sur le « Centenaire de la naissance d’Émile Guillaumin (1873–1951), paysan français » (du 2 au 9 novembre 1973), « Henry Poulaille et la littérature prolétarienne » (du 15 février au 5 mars 1975) et « Les mineurs écrivains et Constant Malva (1903–1969) » (16 au 31 mai 1978), suite à la réédition, chez Maspéro, de Ma nuit au jour le jour.

2L’enseigne commençait à être connue et « La Borgne Agasse » a pu s’installer, le 1er novembre 1979, au 18, rue de l’Athénée. Le 20 novembre 1982, Georges Navel, déjà reconnu en 1945 pour son récit Travaux, y a dédicacé tous ses livres, dont Passages, qui venait de sortir au Sycomore agrémenté d’un dossier collectif, Georges Navel ou la seconde vue édité par « Le Temps qu’il fait ». Une autre exposition lui sera consacrée peu après sa disparition, en 1993.

3Auparavant, Raymond Ceuppens, le premier écrivain d’origine modeste à recevoir le Prix Rossel, avait inauguré la série des séances de signatures du samedi après-midi, avec Sous la grand-voile, le 14 mars 1981, et L’Été pourri, le 25 septembre 1982, deux romans édités chez Denoël. Ce succès, qui a surpris même son auteur, ne durera pas. Mais l’envoi par « La Borgne Agasse » de la nouvelle « Le Retour du Vivant » incitera l’éditeur Edmond Thomas à donner ce titre à l’ensemble d’un recueil. Une séance de dédicace aura lieu le 5 décembre 1987, date de sa parution chez Plein Chant (à Bassac).

4En 1980, sur le conseil de Jean-Pierre, l’instituteur Jacques Cordier y publie son étude sur Malva, suivie d’un récit inédit : Vies de pauvres. En 1985, le libraire-éditeur fait aussi connaître des textes de mineurs borins comme Hector Clara ou Charles Nisolle dans Littérature en Wallonie. Avec, en guise d’introduction, le discret témoignage de Vital Broutout sur la revue Le Musée du Soir. Le 9 décembre 1989, un inédit de Malva, Ramentevoir est coédité par W’allons-nous ? et par les éditions du Cerisier, subtilement préfacé par Jacques Cordier. Sait-on, par ailleurs, que Jean-Pierre a rassemblé les écrits dispersés du libertaire pacifiste Hem Day, qui s’appelait Marcel Dieu, et qu’il fut le dernier ami de l’objecteur de conscience Jean Van Lierde, secrétaire général du crisp pendant vingt-cinq ans, dont on peut découvrir l’engagement passionné dans le film qu’Hugues Le Paige lui a consacré en 1998.

5Le 10 mai 1985, le paysan écrivain Francis André a eu droit à une grande exposition, suite à la réédition de son roman de 1931 Les Affamés et à la sortie liégeoise, chez W’allons-nous ?, d’un numéro spécial sur son œuvre. En 70 pages illustrées, le point y est fait sur le thème « Littérature prolétarienne et idéologies », aussi bien en France, avec le mouvement d’Henry Poulaille, qu’en Belgique, avec Albert Ayguesparse, Augustin Habaru et le Manifeste du Front littéraire de Gauche, en particulier.

6Qui d’autre pouvait mieux s’associer à la joie de publier pour les « oubliés du Capital » que notre Canon-dit-de-Beaumont, le petit village de sa naissance ? Il aura tout essayé, quoiqu’en vain, pour la publication des mémoires du bouquiniste Édouard Seghers, qui évoquent la grande pauvreté. Il va le décrire succinctement dans la revue Le Marollien rénové (dont Raymond Ceuppens a assumé la direction pendant deux ans), et il rappellera, dans une exposition organisée à sa mémoire, que cet homme serviable a été mis en terre comme « indigent » au cimetière d’Ixelles. Il rappellera aussi l’existence, entre autres, du forain Georges Lequeux, dit « Miramar, l’homme volcan », lequel, à plus de 60 ans en 1981, vivait totalement isolé dans une baraque hypothéquée à Arcueil.

7Le 10 février 1986, Serge Meurant, un autre ami de Jean-Pierre, dédicace l’un de ses onze recueils de poésies, Supplie anonyme ce dos (Roubaix, Brandes). Un peu plus tard, le jeune Thierry Maricourt se fait remarquer par son Histoire de la littérature libertaire en France (1992) et par sa biographie d’Henry Poulaille, un « homme qui… se battit plus pour les œuvres des auteurs qu’il aimait que pour ses propres ouvrages ».

8Que n’a-t-on dit sur Neel Doff l’embourgeoisée ? Le non-conformiste de la Borgne Agasse y reviendra en 1992 dans le no 9 de la revue Textyles, avec une mise au point définitive et énergique sur le livre consacré par Évelyne Wilwerth à cette Hollandaise à l’adolescence miséreuse, qui se mit à écrire en français à 52 ans. Le 28 mai 1996, à la Borgne Agasse 3, 17 rue de la Tulipe, le poète Claude Haumont signe Le Hors-venu, paru aux Éditions du Noroît et couronné par le Prix Charles Plisnier 1993. On le reverra à la Borgne Agasse 4 (30, rue Arnoul), le 7 septembre 1996 à l’occasion de la promotion de Pour une enfance inachevée publié à L’Arbre à paroles. Suivront, entre autres, Jan Moulaert pour la présentation, le 12 octobre 1996, de son Histoire du mouvement anarchiste en Belgique (1871–1914), et le 26 octobre, Jean-Claude Pirotte. C’est aussi à la Borgne Agasse qu’est née l’idée de l’asbl Présence d’André Baillon, lors d’une présentation-dédicace de la traduction française de la biographie de Frans Denissen, en 2001. Plusieurs réunions de l’association se tiendront dans la librairie.

  • 1 Canon (Jean-Pierre), lettre de à Jérôme Radwan, 11 juillet 1990.

9J’arrête là cette galerie d’auteurs engagés que de plus en plus de livres d’occasion auront mis en valeur jusqu’au seuil de l’an 2000. Jean-Pierre s’en est expliqué dans Le Soir du 1er mars 1999, dans un interview menée par Michel Grodent : « — On vient chez vous pour la littérature prolétarienne […] — Au fil des ans, on a fini par me coller cette étiquette-là. Littérature anarchiste, prolétarienne. C’est un secteur que je défends, c’est vrai. Mais l’essentiel de ma librairie, c’est quand même la littérature en général. » Et lorsque je lui ai demandé de me rédiger un texte sur Francis André pour Plein Chant, il est allé au fond des choses en regrettant sa lenteur. « J’écrirai quelque chose puisque je te l’ai promis. Mais je ne suis ni un écrivain ni un biographe. En fait, mon rôle, si tu l’ignorais, c’est d’être un parfait entremetteur. […] Mon terrain de travail n’est pas un bordel, mais une librairie qui est devenue un lieu de rencontre et qui ressemble parfois à un cabaret ou à une auberge espagnole1. »

Haut de page

Notes

1 Canon (Jean-Pierre), lettre de à Jérôme Radwan, 11 juillet 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Radwan, « Quelques repères significatifs pour ne pas oublier l’action du bouquiniste bruxellois de « La Borgne Agasse », Jean-Pierre Canon (25 décembre 1941 – 12 janvier 2018) », Textyles, 54 | 2019, 197-199.

Référence électronique

Jérôme Radwan, « Quelques repères significatifs pour ne pas oublier l’action du bouquiniste bruxellois de « La Borgne Agasse », Jean-Pierre Canon (25 décembre 1941 – 12 janvier 2018) », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3192

Haut de page

Auteur

Jérôme Radwan

Association des Amis de Paul Feller / Association des Amis d’Henry Poulaille

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals