Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs

Nouvelle édition définitive établie et présentée par Jean-Marie Klinkenberg, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. Espace Nord, 2017, 514 p.
Lope Hans-Joachim
p. 201-204
Référence(s) :

De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, nouvelle édition définitive établie et présentée par Jean-Marie Klinkenberg, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. Espace Nord, 2017, 514 p.

Texte intégral

  • 1 Klinkenberg (Jean-Marie), « Postface », dans De Coster (Charles), La Légende et les aventures hér (...)

1« En 1867, à Bruxelles, chez l’éditeur Lacroix et Verboeckhoven, qui avait publié Les Misérables un peu auparavant, parait un gros et luxueux ouvrage, sous la signature d’un auteur que l’histoire littéraire n’aurait pas sans cela retenu […]1. » C’est avec ces paroles que Jean-Marie Klinkenberg présente sa « nouvelle édition définitive- » de La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, publiée en 2017 chez Espace Nord à l’occasion du 150e anniversaire de l’édition originale de 1867.

2Le voisinage de Victor Hugo et des Misérables, qu’évoque cette présentation, classe l’auteur au sommet d’un canon littéraire incontesté — en dépit des hésitations et des ruptures que la « Bible nationale » des Belges (p. 493) a pu connaître, dès le début, en tant qu’épopée de la Guerre des Gueux (p. 493–495) et que protocole d’une identité bifide, tiraillée entre l’illusion du « patriotisme unitariste » et les tentations d’une « francité faussement universelle » (p. 505). On imagine les difficultés que Klinkenberg a dû surmonter dans cette entreprise, aux yeux de ses compatriotes belges d’abord, mais aussi du public international qui continue d’admirer la « Marseillaise belge » (Alfred Döblin) et de la comparer, avec Stefan Zweig, à l’Iliade d’Homère : « archaïque, vigoureuse et incomparable » (« urweltlich, kraftvoll und unvergleichlich »). Dans cette situation, l’éditeur choisit le seul chemin possible : il se lance dans la relecture d’un texte qui lui est familier comme nul autre et dont il s’agit de redécouvrir la magie et l’« hétérogénéité constitutive ».

3L’histoire du texte de la Légende, que Klinkenberg résume brièvement dans une « Note sur la présente édition définitive » (p. 5–8), implique aussi un regard critique sur les éditions précédentes. Ni l’édition originale de 1867, ni l’édition de Paul Lacomblez (Bruxelles, 1893) ne sont exemptes d’« erreurs manifestes » et la même chose vaut pour les nombreuses « éditions […] fautives et parfois fantaisistes » publiées par la suite. Seul Joseph Hanse était reparti des documents contemporains de De Coster lorsqu’il avait établi son édition définitive de la Légende publiée à La Renaissance du Livre en 1959 (et révisée en 1966). Pourtant, même cette « première édition définitive » n’est pas « à l’abri de toute critique », étant donnés ses nombreux manquements à la grammaire et à la « logique interne du texte », son usage abusif des caractères italiques (surtout dans la transcription des mots néerlandais) et sa pratique de l’uniformisation arbitraire de quelques « audaces » et « disparates » manifestement voulues par l’auteur (p. 5–7).

4L’organisation typographique du texte prend, chez Klinkenberg, une allure beaucoup plus libre — pour ne pas dire : plus anarchique — que chez Hanse. En outre, Klinkenberg rejette plusieurs interventions de son prédécesseur, qu’il juge arbitraires ou peu plausibles, surtout là où Hanse « supprime ou ajoute des virgules […], remplace un & par une virgule, des points-virgules par des points, ajoutant ou déplaçant des guillemets, et corrigeant systématiquement le texte pour que deux doubles points ne se suivent pas dans une même phrase, ou que “et” n’apparaisse pas entre virgules […] ». De même, Klinkenberg revient sur l’attitude de son prédécesseur vis-à-vis des « audaces » que De Coster « s’autorise en matière de discours rapporté ». En effet, Hanse « supprime […] le point d’interrogation qui ponctue […] les propositions introduites par le verbe “demander” ou un synonyme ; il passe […] à la ligne pour le discours direct, même lorsque ni l’original ni le manuscrit ne vont dans ce sens ; mais à l’inverse, lorsqu’il s’agit de style indirect, il refuse l’étonnant passage à la ligne après les deux points que présente souvent l’original » (p. 7). En outre, Klinkenberg prend une décision qui marquera l’ensemble de son édition : il remplace systématiquement la lettre « s » placée à l’intérieur du mot par le signe « ſ » qui n’existe plus dans l’orthographe française moderne. « Ulenspiegel » deviendra donc « Ulenſpiegel », « Oiseau » deviendra « Oiſeau », etc. : « Il y a là […] un trait qui fait partie du dessein stylistique de l’œuvre. Et il n’est […] pas audacieux de penser qu’il a contribué à diffuser le mythe d’une œuvre résolument archaïsante » (p. 8).

5Dans sa Postface (p. 487–506), Klinkenberg revient aussi sur la question du dialogue entre De Coster et la tradition de l’Ulenspiegel allemand. Les premiers exemplaires imprimés de ce Volksbuch voient le jour dès le début du xvie siècle et non, comme on le lit à la p. 487, « depuis la fin du xvie siècle ». Parue à la charnière du Moyen Âge tardif et de la Modernité naissante, cette Schwank-Biographie initie, en effet, une époque littéraire dans laquelle d’autres monstres sacrés du monde moderne ne tarderont pas non plus à apparaître : le docteur Faust, don Juan, le pícaro espagnol, don Quijote, Hamlet, etc. En plus, l’Ulenspiegel allemand est organisé autour d’un protagoniste central, vagabond et farceur, qui se meut sans gêne dans le monde d’après 1500, ou au moins avec beaucoup moins de gêne que le chevalier courtois de naguère. Et c’est cette constellation-là que De Coster mettra à profit pour son roman historique en procurant une « patrie » et un « état civil » au vagabond et en mariant sa légende à l’Histoire (p. 489). Le cadre référentiel de ce projet littéraire, c’est Henri Moke (1805–1851) qui le fournit en mettant à la mode l’époque de la Guerre des Gueux, décrite avec compétence dans Le Gueux de mer ou la Belgique sous le duc d’Albe (1827) et Le Gueux des bois ou les patriotes belges de 1556 (1828). Les Flandres de Pieter Breughel et de Jérôme Bosch se réunissent pour nourrir un récit unique et pathétique, remplissant de sa « complexité foisonnante » un univers grotesquement carnavalisé et — selon les besoins — psychédélique et toxicomane.

6Et c’est dans cet univers que les personnages historiques (Egmont, Hoorne, Alba, Philippe II, le Taiseux, etc.) et les personnages inventés par l’auteur (Thyl, Nele, Lamme, Claes, Catherine, etc.) dialogueront pour découvrir les affinités entre le Gueux du xvie siècle et le Révolutionnaire belge de 1830. Thyl est ici le « serviteur » d’une « cause nationaliste » (p. 503), et son action se rapporte sans doute moins aux partialités du xvie siècle qu’à celles du xixe siècle. Et en 2017, 150 ans après la première édition de sa Légende, Klinkenberg le voit en compagnie du guerrillero qui se meut dans la foule comme un poisson dans l’eau. À ce propos, il cite même le chant El pueblo unido jamás será vencido composé au Chili par Sergio Ortega à l’époque de Salvador Allende (p. 493–495). Ici pourtant, des questions restent sans réponse. Car une phrase comme « progrès industriel et technique n’est jamais synonyme de progrès humain » (p. 493) ne répond certainement pas à la question de savoir comment les Belges du xixe siècle auraient pu/dû affronter le problème de la faim, du paupérisme et du manque d’abri sans s’appuyer sur le progrès technologique et économique de leur pays et de leur époque. Ici encore, De Coster pose des questions là où les donneurs de leçons de tous les pays se piquent de savoir les réponses. Et voilà Ulenspiegel qui apparaît sous les traits d’un « chantre de la nation belge », d’un « militant flamingant », d’un « héros type de la lutte des classes », d’un « guide dans le combat contre le bolchévisme », d’un « héraut de la revanche de la Franc-Maçonnerie » ou encore d’un « représentant de la race germanique », etc. (p. 503).

  • 2 Kehlmann (Daniel), Tyll, Reinbek, Rowohlt, 2017.

7La postface de Klinkenberg ne dispose que de peu de pages pour réunir quelques « Éléments biographiques » (p. 507) et quelques « Orientations bibliographiques » (p. 509–510). C’est donc au lecteur de compléter la bibliographie du sujet qui l’intéresse : la réception de De Coster en Belgique et à l’étranger (traductions, adaptations cinématographiques, versions théâtrales, etc.), le dialogue avec les peintres (Masereel, Rops, etc.), les variantes du thème d’Ulenspiegel réalisées dans d’autres conditions historiques, économiques, politiques, etc. Dans le même ordre d’idées, on mentionnera aussi le roman Tyll de Daniel Kehlmann, publié récemment en Allemagne2 et qui reprend le sujet à l’occasion du 400e anniversaire du début de la Guerre de trente ans (1618–1648). Car une lecture parallèle des textes de De Coster et de Kehlmann fera sans doute redécouvrir le grand sujet du roman historique européen qu’est la Guerre des 80 ans depuis la Révolution des Pays-Bas (1568) jusqu’à la Paix de Westphalie (1648).

8En décrivant les péripéties d’Ulenspiegel, De Coster recourt souvent — et de façon peu critique — à la leyenda negra. Elle est, en effet, omniprésente dans son roman et il appartient au lecteur de faire la part de l’Histoire, de la falsification et du mythe. Retenons d’abord que l’archiduc Charles, héritier de la Maison d’Autriche, est l’arrière-petit-fils de Charles le Téméraire et le petit-fils d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon. À proprement parler, il ne possède pas les Pays-Bas en tant qu’« empereur Charles Quint », comme on le lit à la page 489 de la postface de Klinkenberg, mais en tant que duc de Bourgogne et comte de Flandre. Il ne sera empereur qu’en 1519, mais, en 1516 déjà, à l’âge de seize ans, il est proclamé roi d’Espagne (Carlos Primero) lors du putsch, à Bruxelles, d’une clique de courtisans décidés à contrarier les droits d’héritage de sa mère Jeanne (dite la folle) en Espagne. Suite à ce putsch, il froisse ses sujets ibériques en favorisant ouvertement les dignitaires d’origine néerlandaise pour occuper les postes-clefs dans l’administration espagnole. Parallèlement, la révolte des Comuneros, qui prennent les armes pour défendre l’héritage de leur princesse, est étouffée dans le sang. Voilà le « prélude » qui empoisonnera les rapports entre Espagnols et Néerlandais dès le début du xvie siècle. Et par la suite, les deux peuples connaîtront encore bien d’autres points de discorde : l’Inquisition, la Conquista américaine, la Réforme, la rivalité avec l’Angleterre, etc. Pourtant, la noblesse des Pays-Bas ne s’élève pas, au début, contre l’autorité de Charles en tant que roi d’Espagne, mais plutôt contre son administration qui — visant à la modernisation et à la centralisation — ne respecte plus les privilèges traditionnels. Ce n’est qu’après l’abdication de Charles en 1556 que ces protestations tournent, sous Philippe II, à l’insurrection idéologisée, à la Révolution ouverte et — finalement — à la Guerre des Gueux.

9De Coster suit de près cette chaîne d’évènements : l’entrée du duc d’Albe à Bruxelles (1567), l’exécution d’Egmont et de Hoorne (1568), le passage du commandement suprême à Requesens (1573) et à Farnese (1581), les Unions de Bruxelles (1577), Arras et Utrecht (1579), l’acte de Pacification de La Haye (1581), l’assassinat du Taciturne (1584). Ces évènements marquent aussi le chemin qui conduit Ulenspiegel de la Résistance à la défaite. Car les insurgés hollandais laissent tomber leurs alliés belges juste au moment où les Espagnols et les Français acceptent leur prétention à la domination des Pays-Bas du Nord : « […], les nobles des Pays-Bas, […], ont trahi la cauſe des confédérés, la sainte alliance, vaillant compromis signé pour le bien de la terre des pères. D’Egmont & Hoorn furent traîtres pareillement sans profit pour eux ; Brederode eſt mort, il ne nous reſte plus en cette guerre que le pauvre populaire de Brabant & et de Flandres attendant des chefs loyaux pour aller en avant […] » (p. 290–291). Ce n’est pas la liberté mais la lecture de Machiavel qui, au moment décisif, dominera le calcul des puissants. Et la libération des provinces belges restera, pour l’instant, une vision pour l’avenir. « Nous ne sommes qu’au début » (p. 291), dit Ulenspiegel.

10Et la leyenda negra ? Bien que contredite et (partiellement) réfutée déjà par les historiens du xixe siècle, elle restera constitutive pour De Coster et pour beaucoup de ses précurseurs, contemporains et successeurs. Qu’on pense à Schiller (Don Carlos, 1787), Goethe (Egmont 1789), Beethoven (Fidelio, 1814), Verdi (Don Carlos, 1867), ou encore au Geusenlied (1895) de Felix Dahn. Ils jouent tous avec le stéréotype d’une Espagne fanatique et lugubre — et qui connaît aussi, à son tour, d’illustres défenseurs : Lope de Vega (El asalto de Mastrique), Calderón (El sitio de Breda), Eduardo Marquina (En Flandes se ha puesto el sol), Arturo Pérez-Reverte (El sol de Breda), et on en passe. Donner une telle image de l’Espagne — et ceci vaut aussi pour Carmen, la Corrida, le Flamenco, l’Alhambra, etc. — est probablement, au xixe siècle, plus un argument de vente qu’une nécessité idéologique.

11Pour conclure, la « nouvelle édition définitive » de Klinkenberg offre enfin un texte philologiquement sûr au lecteur de La Légende d’Ulenspiegel. C’est un fait qui ne restera pas sans conséquences pour la recherche. Klinkenberg a malheureusement raison de déplorer que ce grand roman historique n’a toujours pas trouvé sa place adéquate dans les manuels de littérature française (p. 502). On peut parler de « progrès » déjà, quand les éditeurs responsables prévoient un appendice plus ou moins limité pour les francophonies hors de France, afin d’y placer de courts résumés sur les littératures françaises de Belgique, de Suisse, du Canada, de l’Afrique post-coloniale, des Caraïbes, des Territoires d’outre-mer français, etc. Mais enfin, Thyl, se sentirait-il vraiment si dépaysé dans cet entourage fluctuant, varié et quelquefois chaotique ? N’oublions pas, quand même, que sa Légende ne se passe pas qu’au « pays de Flandre » mais aussi « ailleurs » — et que c’est dans un « ailleurs » « que nul ne sait » (p. 486), qu’il chantera sa dernière chanson.

Haut de page

Notes

1 Klinkenberg (Jean-Marie), « Postface », dans De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, nouvelle édition définitive établie et présentée par Jean-Marie Klinkenberg, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. Espace Nord, 2017, p. 487. Dorénavant, nous renverrons à cette édition en mentionnant le numéro de page entre parenthèses dans notre texte.

2 Kehlmann (Daniel), Tyll, Reinbek, Rowohlt, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lope Hans-Joachim, « De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs », Textyles, 54 | 2019, 201-204.

Référence électronique

Lope Hans-Joachim, « De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3206

Haut de page

Auteur

Lope Hans-Joachim

Philipps-Universität Marburg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals