Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Lee (Mark D.) et Medeiros (Ana de), dir., Identité, mémoire, lieux. Le passé, le présent et l’avenir d’Amélie Nothomb

Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, n° 353, série Littérature des xxe et xxie siècles, n° 276, 2018, 33p.
Catherine Rodgers
p. 207-210
Référence(s) :

Lee (Mark D.) et Medeiros (Ana de), dir., Identité, mémoire, lieux. Le passé, le présent et l’avenir d’Amélie Nothomb, Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, n° 353, série Littérature des xxe et xxie siècles, n° 276, 2018, 33p.

Texte intégral

  • 1 Amanieux (Laureline) et Chiari (Luca), Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux, Paris, Cinétévé, (...)
  • 2 Nothomb (Amélie), La Nostalgie heureuse, Paris, Albin Michel, 2013.

1Ce volume rassemble une sélection des contributions présentées au colloque organisé par les deux éditeurs en 2014 au Reid Hall à Paris. Il est marqué par la diffusion préalable du remarquable documentaire télévisé, Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux1, réalisé par une grande spécialiste de Nothomb, Laureline Amanieux, et par Luca Chiari, ainsi que par la parution du récit La Nostalgie heureuse2, que Nothomb elle-même a tiré de son retour au Japon pour le tournage de ce documentaire.

2Comme l’explique dans son introduction Mark Lee, autre grand spécialiste de Nothomb, ce choix d’une institution américaine est symbolique du fait que Nothomb a commencé par être reconnue à l’étranger avant de l’être par les universitaires français. Lee note aussi que la critique nothombienne a atteint un deuxième stade, visible dans ce recueil et caractérisé par les comparaisons que les critiques établissent désormais entre l’auteure et d’autres écrivain.e.s, alors qu’auparavant ils.elles se concentraient surtout sur ses textes. L’introduction de Lee est très courte (quatre pages) et il n’élabore aucune réflexion sur les thèmes retenus pour le colloque. C’est donc sans aucun repère critique que l’on aborde les dix-sept articles du volume. Ceux-ci se succèdent à un rythme assez rapide, la plupart étant courts, et bien qu’il soit possible de tisser des liens entre eux, et de les relier aux termes clés d’identité, de mémoire et de lieux — termes par ailleurs judicieusement choisis car au cœur de la problématique nothombienne — aucune organisation sous forme de parties n’est proposée. Certes, nous disposons d’un index des textes de Nothomb et des auteurs cités, ainsi que des résumés des articles (et d’une bibliographie), ce qui facilite notre orientation dans le volume. Mais aucune conclusion ne clôt celui-ci. Ce qui m’amène à une autre critique du processus éditorial : il semble avoir été fait très superficiellement ; certains articles auraient dû être édités plus sérieusement pour leur contenu et plusieurs articles de contributeurs non francophones sont entachés de grosses fautes de français.

3Toutefois, la lecture du volume est vivifiante et la variété des méthodes retenues, des thèmes abordés et des références intertextuelles font ressortir la richesse de l’œuvre de Nothomb, sa diversité ainsi que la continuité des thèmes qui la traversent de bout en bout.

  • 3 Nothomb (Amélie), Ni d’Ève ni d’Adam, Paris, Albin Michel, 2007.
  • 4 Duras (Marguerite), Hiroshima mon amour, Paris, Gallimard, 1960.
  • 5 Nothomb (Amélie), Métaphysique des tubes, Paris, Albin Michel, 2000.
  • 6 Proust (Marcel), Du côté de chez Swann, Paris, Grasset, 1913.
  • 7 Nothomb (Amélie), Les Catilinaires, Paris, Albin Michel, 1995.

4Frédérique Chevillot analyse le froid chez Nothomb, à la fois dans ses textes, où cette sensation est liée à la perte et au souvenir, mais aussi dans sa vie personnelle, soit le froid qu’elle ressent lorsqu’elle écrit et qui serait lié à l’angoisse devant la page blanche et au « vertige du fantasme » (p. 23). Dans un article très convaincant, dont les analyses se distinguent par leur finesse, Lee tisse des liens entre Ni d’Ève ni d’Adam3, La Nostalgie heureuse et le script de Marguerite Duras Hiroshima mon amour4, en montrant comment les protagonistes de ces trois textes se rendent toutes sur un lieu pour comprendre leur histoire et comment, par un processus très durassien, les narratrices autofictionnelles de Nothomb superposent leur histoire à une fiction. Thanh-Vân Ton That rapproche Nothomb de Proust, plus précisément le chocolat blanc de Métaphysique des tubes5 de la petite madeleine de Du côté de chez Swann6, et elle compare le traitement de l’enfance chez les deux auteurs ainsi que leur sacralisation de la grand-mère dans ces romans familiaux. Yves-Antoine Clemmen met en parallèle La Nostalgie heureuse et Hygiène de l’assassin, rapprochant Prétextat de Nothomb et pointant les déplacements identitaires opérés entre les deux textes. Par un détour par Les Catilinaires7, il montre comment, contrairement à Prétextat, Nothomb parvient à sortir d’une conception cyclique du temps pour envisager un temps linéaire et donc un avenir inconnu.

  • 8 Nothomb (Amélie), Attentat, Paris, Albin Michel, 1997.
  • 9 Sienkiewicz (Henryk), Quo vadis ?, Varsovie, Gazetta Polska, 1896, Bronislaw Kozakiewicz et J.L.  (...)
  • 10 Diderot (Denis), Jacques le fataliste et son maître, Paris, Buisson, no 20 Haute-Feuille, 1796.
  • 11 Nothomb (Amélie), Antéchrista, Paris, Albin Michel, 2003.

5Nausicaa Dewez met en évidence le pouvoir de la lecture et de l’écriture ; elle étudie comment Épiphane dans Attentat8 passe du statut de lecteur de Quo Vadis ?9 à celui d’écrivain, réécrivant le roman de Sienkiewicz et sa propre histoire. Brenda Dunn-Lardeau montre dans un article bien argumenté que, dans Hygiène de l’assassin, Nothomb puise dans les traditions du dialogue antique (Platon, Cicéron), ainsi que dans celles du xviiie siècle français, de Jacques le Fataliste10 en particulier. Dans un article au style virtuose, époustouflant de miroitements intertextuels, Marie-Claire Barnet s’attache à étudier le temps et l’espace dans les textes autobiographiques de Nothomb pour cerner la quête identitaire de cette auteure hantée par un vide originaire et fondateur. À l’aide du modèle gravitationnel de Jean-Marie Klinkenberg et des concepts de belgitude et belgité empruntés à la critique francophone, Caroline Verdier propose une grille de lecture originale d’Antéchrista11, dans laquelle elle établit un parallèle entre les relations au centre et à la périphérie des personnages du roman de Nothomb et les positionnements des écrivains belges par rapport à Paris.

  • 12 Nothomb (Amélie), Stupeurs et Tremblements, Paris, Albin Michel, 1999.
  • 13 Nothomb (Amélie), Barbe bleue, Paris, Albin Michel, 2012.
  • 14 Nothomb (Amélie), Une forme de vie, Paris, Albin Michel, 2010.
  • 15 Bourdieu (Pierre), La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

6Dans un article qui aurait certainement gagné à être mieux édité, Francesca Cervellati propose une approche intéressante qui consiste à appliquer les théories de la littérature des auteurs migrants à Nothomb. Osamu Hayashi apporte une perspective japonaise à la question de la soi-disant identité nipponne de Nothomb à partir de trois de ses textes autofictionnels, Stupeurs et Tremblements12, Métaphysique des tubes et La Nostalgie heureuse, les passant au crible de concepts japonais (comme ceux d’amae ou de Kenshō). Tara Collington analyse de façon limpide et convaincante le topos récurrent de la chambre noire dans Barbe bleue13 et Antéchrista grâce à des notions de psychologie environnementale. Matthias Kern met en rapport les images corporelles, et en particulier l’obésité dans Une forme de vie14, avec l’imaginaire identitaire et l’écriture à l’aide du concept d’abjection développé par Julia Kristeva. Amanieux explique les choix opérés lors du tournage et du montage du documentaire qu’elle a réalisé avec Chiari en 2012 : Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux. Dans une argumentation assez opaque, Vera Klekovkina a recours à des concepts empruntés à Jacques Rancière pour mieux saisir le combat que Nothomb mène contre son doute existentiel. Paola Cadeddu part de prémisses fort intéressantes sur les images de Nothomb qui sont créées par les différentes langues dans lesquelles ses textes ont été traduits. Malheureusement, faute de place, l’argument se réduit comme peau de chagrin. Il est en outre gênant, d’autant plus que l’article porte sur les langues, qu’il comporte tant de fautes de français. Grâce aux analyses que Pierre Bourdieu élabore dans La Domination masculine15, Patricia Reynaud développe une lecture captivante des relations de pouvoir entre l’aristocrate et la roturière dans Barbe bleue. Carine Fréville, dans un article certes peu novateur mais efficace et bien placé vers la fin du volume, analyse la réécriture par Nothomb de son enfance et du Japon.

7Le volume se clôt sur un entretien entre Lee et Nothomb (encore disponible dans sa version non éditée sur YouTube16) dans lequel Nothomb, guidée par les questions expertes de Lee, se montre drôle, vulnérable, touchante par son honnêteté. Elle y aborde entre autres son angoisse identitaire, admettant qu’elle n’est pas japonaise mais bel et bien belge, son infini labeur de correspondance avec ses très nombreux lecteurs et lectrices, et même son incroyable mémoire.

8Le volume, aux articles dans l’ensemble tout à fait abordables, devrait intéresser aussi bien les spécialistes de Nothomb que les lecteurs et lectrices non universitaires.

Haut de page

Notes

1 Amanieux (Laureline) et Chiari (Luca), Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux, Paris, Cinétévé, 2012, disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=vp12I-DS3ZE [consulté le 16.11.2018].

2 Nothomb (Amélie), La Nostalgie heureuse, Paris, Albin Michel, 2013.

3 Nothomb (Amélie), Ni d’Ève ni d’Adam, Paris, Albin Michel, 2007.

4 Duras (Marguerite), Hiroshima mon amour, Paris, Gallimard, 1960.

5 Nothomb (Amélie), Métaphysique des tubes, Paris, Albin Michel, 2000.

6 Proust (Marcel), Du côté de chez Swann, Paris, Grasset, 1913.

7 Nothomb (Amélie), Les Catilinaires, Paris, Albin Michel, 1995.

8 Nothomb (Amélie), Attentat, Paris, Albin Michel, 1997.

9 Sienkiewicz (Henryk), Quo vadis ?, Varsovie, Gazetta Polska, 1896, Bronislaw Kozakiewicz et J.L. Janasz, trad., Paris, La Revue blanche, 1900.

10 Diderot (Denis), Jacques le fataliste et son maître, Paris, Buisson, no 20 Haute-Feuille, 1796.

11 Nothomb (Amélie), Antéchrista, Paris, Albin Michel, 2003.

12 Nothomb (Amélie), Stupeurs et Tremblements, Paris, Albin Michel, 1999.

13 Nothomb (Amélie), Barbe bleue, Paris, Albin Michel, 2012.

14 Nothomb (Amélie), Une forme de vie, Paris, Albin Michel, 2010.

15 Bourdieu (Pierre), La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

16 « Amélie Nothomb International Conference 15–16 May 2014 », https://www.youtube.com/watch?v=hv_Q9kg2lMA [consulté le 16.11.2018]. La qualité du son rend malheureusement l’audition assez difficile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rodgers, « Lee (Mark D.) et Medeiros (Ana de), dir., Identité, mémoire, lieux. Le passé, le présent et l’avenir d’Amélie Nothomb », Textyles, 54 | 2019, 207-210.

Référence électronique

Catherine Rodgers, « Lee (Mark D.) et Medeiros (Ana de), dir., Identité, mémoire, lieux. Le passé, le présent et l’avenir d’Amélie Nothomb », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3213

Haut de page

Auteur

Catherine Rodgers

Swansea University

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals