Navigation – Plan du site
Nicole Malinconi

Le pervertissement de la langue dans la communication publique

Daniel Laroche
p. 119-130

Texte intégral

  • 1 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, Loverval, Labor, coll. Grand Espace Nord, 2 (...)

1Dans son Petit Abécédaire de mots détournés1, Nicole Malinconi recense un certain nombre de vocables « à la mode » dans le français contemporain et en scrute avec attention les sous-entendus. Ses cibles ne sont pas des termes rares ou très techniques, mais des mots de tous les jours, au moins de la communication courante. La récolte est d’ailleurs fort variée, sinon un peu hétérogène. On y discerne plusieurs catégories lexicologiques, principalement :

  • des euphémismes (« accompagnateur » de savoir ou de train, dégât « collatéral », « dégraisser » le personnel, « délocaliser » une entreprise, « dysfonctionnement », pays « émergent », « frappes chirurgicales », « hôtesse de caisse », « surcharge pondérale ») ;

  • des néologismes (« cliquer », « entuber », « fidéliser », « internaute ») ;

  • des raccourcis (le préfixe « bio » devenu autonome, « biper », la « grh », « lat », ajouter « un plus », un « sdf », le style « perso », la filière scolaire dite « le qualifiant ») ;

  • des anglicismes (« briefer » et « débriefer », le « coach », le « cocooning », « pour le fun », un « must », « en termes de ») ;

  • des mots fourre-tout (« les acteurs culturels », la « communication », « concept » pour « conception », « espace » dans « espace fumeurs » ou « espace garderie », « gérer », « globalisation », « quelque part ») ;

  • des hyperboles (« avoir la haine », « décoiffant », « globaliser », « c’est magique »).

  • 2 Ibidem, p. 11-12.

2Qu’il s’agisse de mots nouveaux ou de mots connus employés nouvellement, l’auteure les traite comme autant de « détournements » – le titre du livre et le contenu des rubriques sont assez clairs – par rapport à une entité de référence dont elle ne précise pas la nature exacte, mais qui est sans doute le français de son enfance, ou encore ce « bon usage » cher aux programmes scolaires. De ce point de vue, l’entreprise du Petit Abécédaire a quelque chose de nostalgique, impression renforcée par le non-recours à la méthodologie scientifique : le corpus n’est pas prédéfini, les mots-vedettes ont été glanés au gré des circonstances, leurs occurrences ne font l’objet d’aucune statistique, toute attestation-datation est absente, les notices n’ont pas la neutralité informative du lexicographe. Au vrai, nonobstant une sensibilité aigüe aux tours et détours du verbal, Nicole Malinconi – qui intitule son livre « abécédaire » et non « lexique » ou « glossaire » – n’est pas et ne se prétend pas linguiste. Ce qu’elle traque n’est pas la malformation des innovations lexicales, et pas davantage l’incorrection en tant que telle, mais la « réduction » des mots, leur déviation, leur « dénaturation », l’obscurcissement de leur sens originel, leur utilisation comme leurres, l’« évidement » de leur substance, jusqu’à leur éviction pure et simple2 ; bref, une série de comportements discursifs qu’elle juge insidieusement délétères.

  • 3 Entretien radiophonique sur la rtbf La Première, 2016.

3L’introduction de l’Abécédaire débute par la critique du terme « le qualifiant », propre à notre jargon scolaire, où il désigne l’une des deux orientations de l’enseignement secondaire professionnel. Au fait, le livre entier pourrait être considéré comme une pièce à charge du « jargonisme », tel que celui-ci prospère dans le discours politique, administratif et journalistique d’aujourd’hui – à première vue, tel semble être le champ d’investigation concerné. À cette aune, Nicole Malinconi mènerait une campagne de démocratie langagière. Qu’il soit juridique, médical, informatique ou autre, l’emploi du jargon hors de son aire initiale est en effet un comportement ségrégatif. Il permet aux professionnels de se reconnaitre entre eux – et par le fait même d’exclure les autres –, grâce à des termes techniques qui sont autant de signaux d’appartenance inintelligibles aux non-initiés. De plus, le rapport du jargon au savoir n’est pas quelque chose de stable. À l’intérieur de chaque sphère professionnelle, le langage du spécialiste est en principe le reflet et le garant de connaissances fiables. Transféré dans la sphère publique, il n’offre plus la même sureté. Dans le discours journalistique ou politique, il peut même devenir usurpation de compétence ; il remplit alors une fonction d’intimidation, tactique ressortissant à l’ordre de l’imaginaire, et qui permet d’éluder la charge des définitions et des explications. De nos jours, « il ne s’agit plus de réfléchir à quelque chose, voire de penser au bien commun. Il s’agit seulement d’avoir une opinion et de vociférer », témoigne le romancier Grégoire Polet3.

  • 4 Malinconi (Nicole), Que dire de l’écriture ?, présentation de Pierre Piret, Carnières-Morlanwelz, L (...)
  • 5 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue. Psychanalyse et écriture(...)
  • 6 Sur cette question, voir entre autres Klinkenberg (Jean-Marie), La Langue dans la cité, Bruxelles, (...)
  • 7 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 126-127.
  • 8 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 19, rubrique « Auteure ou autr (...)
  • 9 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 42.
  • 10 Ibidem, p. 121.
  • 11 Malinconi (Nicole), Si ce n’est plus un homme, Éditions de l’Aube, 2010, p. 14 : « comme si la défi (...)

4Cependant, le Petit Abécédaire ne se réduit pas à une offensive anti-jargon. La victime des « dégradations » qu’il décrit n’est pas simplement la limpidité communicative, ni même la « langue maternelle » objective : c’est un idiome qu’on pourrait appeler la langue originelle, dans laquelle et par laquelle, dès notre naissance, se sont construits notre identité subjective, notre rapport à l’autre et au monde. D’autres écrits de Nicole Malinconi explicitent davantage ce statut : « langue que vous parle votre mère, oui, que parle votre premier milieu ambiant, et qui va forger votre parole, ses intonations, ses coupures, son rythme, à l’exclusion de toute autre, réduisant à une seule vos capacités infinies du début parce qu’il faut bien parler4 », « langue qui nous précède toujours et qu’il s’agit de transmettre5 » à l’instar du monde naturel, ce patrimoine apparemment immuable… Quelques indices éloquents : l’amertume de l’écrivaine face à la supposée dégradation de l’orthographe6 ; sa réticence à l’égard de la réforme orthographique – pourtant timide – de 19907 ; son ironie envers la féminisation des noms de métier et de fonction, « tributaire de la mode née au Québec et en Suisse, voici quelques décennies, et qui s’est imposée partout à la langue française par voie d’arrêtés et de décrets ministériels8 » ; plus modeste, la notice « sms » du Petit Abécédaire, « Syntaxe Mutilée Sauvagement ». Tout ce vocabulaire malinconien de la « réduction », du « détournement », de la « dénaturation », de la « banalisation9 », du « rabotage actuel de la langue10 », de l’« évidement », de l’élimination de certains mots, de la « mutilation sauvage », suggère qu’une violence arbitraire s’exerce aujourd’hui sur la langue originelle, grand corps innocent et sacré qui du fait même s’en trouve « défiguré11 ».

  • 12 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 108.
  • 13 Ibidem, p. 108-109, p. 236 pour les « interviews sèches ».
  • 14 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 11.

5Les atteintes au lexique et à l’orthographe ne sont pas les seules préoccupations de l’auteure, comme en témoignent certains passages de son dialogue avec Jean-Pierre Lebrun en 2015 : « je suis souvent frappée par le fait que même la voix, le ton, l’élocution de ceux qui parlent en public semblent subir une métamorphose12. » Est particulièrement incriminée l’accélération du débit chez les journalistes de la radio et de la télévision, les orateurs politiques et même les jeunes comédiens de théâtre et de cinéma. « Aussi l’articulation des mots se réduit-elle parfois à une bouillie sonore, la respiration de la phrase n’a plus cours ; quelquefois la logorrhée s’interrompt là où l’on n’imaginerait pas de césure, ni de ponctuation, mais se soucie-t-on encore de ponctuation13 ? » Ce dont la langue souffre, selon cette mercuriale, est le rythme de l’énonciation, qui – comme le mot – se trouverait de plus en plus contracté, « réduit » jusqu’à la suffocation. Ainsi l’auteure évoque-t-elle « le temps écrasé, compressé dans le mot, réduit à celui d’une expression immédiate [...], sans plus de place pour que prenne corps l’idée de ce que l’on dit, sans plus de temps pour la laisser advenir, sans même plus d’espace entre les mots ; vide maintenant bouché qui, pourtant, fait la langue14 ».

  • 15 Pour la définition du « sociolecte », voir Barthes (Roland), « La division des langages », dans Le (...)

6Nicole Malinconi ne s’interroge pas expressément sur le moteur de cette évolution, mais celui-ci n’est un secret pour personne : le temps de parole médiatique coute cher et l’auditeur, quant à lui, est de plus en plus pressé. Journalistes et présentateurs sont donc priés de fournir un maximum d’informations en un minimum de minutes, leurs invités étant soumis au même régime, quitte à se voir fréquemment interrompus. Les règles sont analogues pour les orateurs politiques : évitez de tirer en longueur ou de vous répéter, employez des formules synthétiques, trouvez le mot qui fait mouche... Certes, on dénierait à tort la réalité de ce style à l’emporte-pièce et de cette accélération du débit oral dans la sphère publique, plus précisément dans le sociolecte médiatique et publicitaire15. Toutefois, celui-ci n’est qu’un des pans de l’activité langagière quotidienne, à côté de la production littéraire, de la masse des conversations privées, de l’enseignement oral, etc. On peut alors se demander pourquoi Nicole Malinconi lui accorde une telle importance, au point de le considérer implicitement comme représentatif de la langue tout entière. La réponse ne fait guère de doute : c’est son caractère envahissant qui est en cause. En effet, qu’un style verbal nouveau se fasse jour n’est pas en soi quelque chose de gênant, s’il reste confiné à un cercle restreint où il trouve sa justification. Par contre, il est logique que sa diffusion massive et quotidienne dans le public soit ressentie comme un coup de force, une opération d’emprise contre laquelle il y a lieu de se défendre et de réagir.

  • 16 « Autrement dit, le “bouger” permet d’escamoter la mélancolie », commente Jean-Pierre Lebrun dans M (...)

7Revenons au Petit Abécédaire et à la question lexicale. À y regarder de plus près, l’on s’aperçoit que, dans plusieurs rubriques, c’est la chose qui est visée plutôt que le mot, dérogeant ainsi au projet annoncé dans l’introduction. Prenons le cas du verbe « bouger », dont l’emploi intransitif est certes nouveau dans des expressions comme « elle bouge bien » ou « bougez, c’est l’été » : ce qu’il dénote, pour Nicole Malinconi, c’est surtout le souci de ne pas s’immobiliser, de surseoir à l’imprévisible instant de l’arrêt ; il s’agirait donc, en dernière analyse, de prouver à soi-même et aux autres qu’on est vivant16. « Coach », qui fait florès aujourd’hui, distille un peu partout l’esprit de performance. La rubrique « informatisation » n’incrimine nullement le vocable mais ce qu’il désigne, une technologie progressivement étendue à tous les domaines de la vie, allant jusqu’à concurrencer la réflexion et la pensée. Si le « livre » est évoqué, c’est comme simple produit de consommation, marchandise dont la durée de vie ne cesse de raccourcir. De même, « puce électronique » donne lieu à une réflexion sur le micro-espionnage qui guette chacun d’entre nous, réflexion élargie sous les vedettes « sécuritaire » et « vidéosurveillance » à tous les dispositifs de contrôle, de guet et de protection, tandis que, des « usagers », ce sont surtout les cartes d’abonnement numérotées qui sont mises en évidence. De son côté, le verbe « vendre » est l’occasion de rappeler le propos de Patrick Le Lay, selon qui le métier de tf1 est de vendre à Coca-Cola du temps de cerveau humain disponible. Quant aux articles « fiction-réalité » et « virtuel », ils permettent de souligner l’effacement de la frontière entre le semblant et le vrai.

8Ces observations le suggèrent : en fin de compte, ce ne sont pas les « détournements » linguistiques qui préoccuperaient prioritairement Nicole Malinconi, mais les changements sociétaux dont ils sont à la fois le symptôme et le camouflage. Plus exactement, c’est comme symptômes et camouflages que les glissements sémantiques requièrent son attention. Les notices de l’Abécédaire, en effet, débouchent la plupart du temps sur des thèmes tels que l’exploitation de l’homme par l’homme, le règne de la performance et de la productivité, la logique gestionnaire, la toute-puissance du bonheur-consommation, la dépersonnalisation des individus et des relations sociales, le scandale que suscite l’enrichissement outrancier des uns et l’appauvrissement accru des autres, la marchandisation des utérus, l’allergie grandissante à toute forme d’autorité, les comportements infantiles chez les adultes, le procédé du « responsable introuvable », le surinvestissement du présent, de la vitesse, du mouvement.

  • 17 Ibidem, p. 212.

9Deux tendances plus profondes et plus générales animent cette thématique : d’une part, réduire la « compréhension » chez l’interlocuteur à une simple réception d’informations ; d’autre part, éluder la dimension de la perte sous toutes ses formes, de l’échec professionnel au handicap physique en passant par les insuffisances des pouvoirs publics. Quoi qu’il en soit, par rapport à la mise en lumière de toutes ces évolutions culturelles, les changements proprement lexicaux perdent en quelque sorte leur importance initiale : ils en sont le reflet et le porte-voix, mais pas la cause première. Nicole Malinconi l’explique assez clairement : « lorsque j’ai commencé à écrire le petit abécédaire, [...] je pressentais que cette manière d’être dans la langue, ou plutôt de l’utiliser, devait indiquer et en même temps influer une nouvelle manière de considérer la vie, le temps, le rapport à l’autre17 ».

  • 18 Voir entre autres Messinger (Joseph et Caroline), Les Mots qui polluent, les mots qui guérissent, P (...)
  • 19 Citons Hazan (Éric), LQR (Lingua Quintae Respublicae), La propagande du quotidien, Paris, Raisons d (...)
  • 20 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 65, rubrique « Impératifs ».

10L’entreprise du Petit Abécédaire est donc plus complexe qu’il y paraissait en un premier temps. Ses notices démontrent qu’euphémismes, anglicismes, néologismes et autres « détournements » obéissent à une dérive à la fois obscure, anonyme et collective, dont le sens n’est nullement confiné au domaine linguistique. On pourrait interpréter cette dérive en la rapprochant d’une stratégie individuelle bien connue en psychologie : la « manipulation ». Pour l’essentiel, celle-ci consiste en une rhétorique captieuse par laquelle le locuteur se met systématiquement hors-cause en déstabilisant et en culpabilisant l’allocutaire afin de le dominer18. Sous une apparence neutre ou technique, les vocables à la mode charrient en effet des messages implicites à portée anesthésique, pernicieuse ou crypto-idéologique. À cet égard, le Petit Abécédaire s’apparente à d’autres ouvrages ou brochures de publication récente19, signes d’une prise de conscience grandissante. Il s’agit pour leurs auteurs d’identifier certains énoncés de type généralement injonctif, qui visent à infléchir discrètement les habitudes du citoyen-consommateur. « Testez votre forme, soyez fitness ; Devenez Proxicom et sentez-vous légers ; Baignez dans l’ambiance de vos rêves ; Adoptez la Surf attitude. Des conseils adressés à tout le monde, au fond [...]. Et, quand on y pense, qui donne les conseils ? Qui parle ? [...] Au fond, c’est cela, les nouveaux impératifs nous commandent, sans personne, l’air de rien20. »

  • 21 Orwell (George), 1984, Paris, Gallimard, 1950 [pour la traduction française].
  • 22 Klemperer (Victor), lti, La Langue du iiie Reich, Paris, Albin Michel, 1996.
  • 23 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 12-13.
  • 24 Dewitte (Jacques), Le Pouvoir du langage et la liberté de l’esprit. Réflexions sur l’utopie linguis (...)
  • 25 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 174-175.

11Après la dégradation du vocabulaire et les changements de mentalité, un troisième niveau de lecture s’impose à partir des « références » disposées au début et à la fin de l’Abécédaire. D’abord, l’épigraphe est un extrait de 1984, célèbre roman d’anticipation où l’écrivain anglais George Orwell décrit une société totalitaire, la langue y étant soumise à une discipline de fer afin de créer et d’imposer une « novlangue21 ». L’introduction, ensuite, renvoie à l’ouvrage de Victor Klemperer La Langue du Troisième Reich22 : l’auteur « avait suivi à la trace, et montré combien la langue, traitée par la pensée nazie, révélait et servait à construire, jusque dans les mots, l’inhumain absolu23 ». Enfin, les quelques lignes en colophon sont extraites d’un article de Jacques Dewitte sur le roman d’Orwell : « la visée totalitaire est d’éliminer [non seulement] la pensée qui précède le langage, mais celle qui l’accompagne en permanence, qui est entre les mots autant que dans les mots, toute la “pensivité” interne du discours qui l’empêche de se réduire à une pure affirmation péremptoire, le mouvement de la phrase comme mouvement d’une pensée qui ne s’énonce pas seulement, mais se cherche encore24 ». Ces trois petits textes citationnels ont pour effet d’éclairer de façon curieusement dramatique l’abécédaire proprement dit, ce qu’expliquerait l’influence de Victor Klemperer intervenue en cours de travail : « j’ai découvert ses livres lorsque je travaillais à mon Petit Abécédaire [...] ; j’étais bouleversée de découvrir dans son étude fine et rigoureuse de la langue allemande la façon dont le nazisme prenait possession des mentalités25 ».

  • 26 Ibidem, p. 126.
  • 27 Ibidem, p. 189.
  • 28 Dewitte (Jacques), Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit, op. cit., p. 24.
  • 29 Méheust (Bertrand), La Politique de l’oxymore, Paris, La Découverte, 2009, 2014, p. 133. Cité par J (...)
  • 30 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 202.

12Entre le langage officiel des régimes totalitaires et le sociolecte médiatique de nos démocraties occidentales, il existerait donc une sorte d’analogie ou de continuité. Nicole Malinconi reprend plus d’une fois cette thèse dans son dialogue avec Jean-Pierre Lebrun : « sous le régime nazi, la langue allemande a aussi évolué, à la fois façonnée par l’idéologie et transformée en outil pour la transmettre... Maintenant c’est la mondialisation et le néolibéralisme qui en font leur outil ; ils inventent une novlangue à l’image du monde qu’Orwell a prédit dans son roman 1984, lequel juge improductives, donc inutiles, toute nuance, toute variation, toute subtilité26... » Évoquant l’utilisation de l’oxymore dans le discours nazi, elle ajoute : « je pense que tous ces procédés de maniement de la langue sont toujours bien d’actualité27 ». Le rapprochement entre langages dictatoriaux et forçage linguistique actuel – également effectué par des auteurs comme Jacques Dewitte28 ou Bertrand Méheust29– est à première vue audacieux. Le discours nazi, avec sa thématique et sa rhétorique bien rodées, avait pour auteurs un petit groupe de dirigeants parfaitement identifiés, dont Adolf Hitler, Josef Goebbels, Alfred Rosenberg et quelques autres ; leur étroite complicité, leur position dominante dans la structure étatique, leurs buts et leurs actions étaient connus de tous. Pour les témoins clairvoyants, la mécanique de la déshumanisation était visiblement à l’œuvre dans leurs propos, tandis que la moindre tentative de contestation était brutalement réprimée. Un diagnostic similaire s’applique à la langue soviétique : « l’objectif de la novlangue est bien le même que celui de Staline tel que l’a décrit Wat, à savoir l’expropriation sémantique ou la dépossession de la parole30 ».

  • 31 Ibidem, p. 238.
  • 32 Ibidem, p. 208, 213, 234.
  • 33 Ibidem, p. 218.

13Face aux deux grandes machineries dictatoriales du 20e siècle, « mondialisation » et « néolibéralisme » font à première vue pâle figure. Ces termes ne désignent pas une entreprise policière et/ou guerrière, porteuse d’un projet mortifère, s’appliquant à affaiblir l’État de droit et à asservir les citoyens, mais un système économique aux frontières imprécises, porté par des acteurs épars, souvent même rivaux, et laissant place à de nombreux espaces de liberté ; ainsi fait-il l’objet d’analyses contradictoires, de débats politiques et parlementaires à répétition. Une question se pose dès lors : le rapprochement avec les discours totalitaires doit-il être pris au pied de la lettre ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une sorte de métaphore alarmiste, en vue d’attirer l’attention sur la dangerosité de l’évolution actuelle d’un modèle économique ? Que, dans sa démonstration, l’auteure ait volontairement mêlé des évènements réels et un roman de politique-fiction semble étayer une telle hypothèse. Soulignons toutefois qu’elle ne vise pas le nazisme et le stalinisme dans leurs actions criminelles concrètes, mais seulement les manipulations langagières auxquelles leurs responsables se sont livrés, et dont elle estime reconnaitre des résurgences dans notre sociolecte médiatico-publicitaire : utilisation d’un vocabulaire infantile31, euphémisation visant à dissimuler « les inégalités, les affres, les aberrations de l’existence32 », déshumanisation sournoise33, etc.

14En 2012, Nicole Malinconi reprend la question dans le cadre de la Chaire de Poétique – il nous parait utile de la citer ici plus longuement.

  • 34 Malinconi (Nicole), Que dire de l’écriture ?, op. cit., p. 65.

Il me semble que cette lecture [de Jacques Dewitte, ndlr] ne concerne pas seulement les effets du totalitarisme nazi, mais, de façon inquiétante, le traitement infligé aujourd’hui à la langue par un système qui, au nom du plus haut rendement, donc de l’efficacité technique et de la réponse immédiate, donc de la vitesse, donc du rejet de la complexité et de ce qui est improductif, réduit cette langue à un outil pour l’action, nivelant ses nuances, outrepassant sa grammaire et sa syntaxe, menaçant de lui faire perdre sa force de pensée, transformant celle-ci en une pensée uniformisée, unique. Cette novlangue, dont j’ai tenté de recueillir quelques exemples, s’infiltre dans notre vie comme à notre insu, sans que nous nous rendions compte de combien elle a le pouvoir d’agir sur celle-ci. Nous courons le danger que la langue, réduite à un instrument, à un code, finisse par nous conditionner à suivre cette précipitation, cette course à l’immédiat, au point qu’elle nivelle notre pensée et aussi notre entendement de l’autre et de sa différence, mais que dans son simplisme et sa banalisation elle nous permette même de ne plus y penser, de faire comme si nous ne savions pas : autre forme de déni34.

  • 35 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., rubrique Impératifs, p. 65.
  • 36 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 162. C’est (...)
  • 37 Ibidem, p. 214.
  • 38 Ibidem, p. 230.
  • 39 Ibidem, p. 241.
  • 40 Ibidem, p. 244.

15Hormis les vocables « néolibéralisme » et « mondialisation », comment les écrits de Nicole Malinconi discernent-ils les auteurs de la manipulation linguistico-sociétale ? Quel est leur objectif fondamental ? Jusqu’à quel point exact l’assimilation aux régimes totalitaires est-il justifié ? Rappelons les lignes de l’Abécédaire déjà citées : « et, quand on y pense, qui donne les conseils ? Qui parle ? [...] Au fond, c’est cela, les nouveaux impératifs nous commandent, sans personne, l’air de rien35. » Dans L’altérité est dans la langue se multiplient les formulations conjecturales qui ont pour effet de maintenir dans l’ombre le chef d’orchestre. « La société d’aujourd’hui serait-elle à ce point protectrice..., enveloppante..., maternante, qu’elle atténuerait notre capacité de faire ce discernement [entre l’humain et l’inhumain]36 ? » « Comme si cela atteignait tout le monde par osmose et que nous nous laissions imbiber sans même le savoir, sans pouvoir penser37. » « Il s’agit maintenant d’une sorte de guerre à l’échelle du monde. Cette fois non déclarée comme guerre, ne reconnaissant donc pas de victime, n’en voyant pas. Ou plutôt que d’une guerre, il ne s’agirait finalement plus que d’un système, un système qui défigure l’humain et dont l’ordre est devenu l’ordre des choses38. » « Mais aujourd’hui, c’est comme s’il n’y avait plus de contrainte, plus de repère, plus d’intériorité, plus rien que du fonctionnement. Et donc une pensée menacée d’enlisement39 ! » « Tu parles encore comme si quelqu’un décidait cela : mais on dirait même qu’il n’y a personne pour vouloir cela40 ! »

  • 41 Ibidem, p. 215.

16Dans ces différentes répliques, Nicole Malinconi s’en tient au thème d’une puissance anonyme, invisible, dont il est aussi malaisé de tracer les traits qu’il est nécessaire d’en détailler les méfaits. Une affirmation retient l’attention : « c’est donc un enjeu d’efficacité et de rentabilité... qui indique tout de même clairement ce qui se cache derrière cette volonté non identifiable41… », l’interruption de la phrase laissant toutefois l’imputation irrésolue, comme si l’auteure hésitait à se faire plus précise. L’« enjeu » qu’elle évoque est assurément de nature économique : c’est l’impératif productiviste découlant du système capitaliste, autrement nommé « économie de marché ». Que, par le biais des entreprises privées et des États, le système en question exerce une pression forte sur la société dans son ensemble – et pas uniquement sur les secteurs de production –, peu d’observateurs songent à le nier. Qu’il nourrisse les motifs médiatico-publicitaires de la rapidité, de la performance, de la rentabilité, du fonctionnel, de l’immédiateté, de la consommation-plaisir, des frustrations importunes, du réel maitrisé, du pragmatisme plus ou moins immoral, la chose semble difficilement contestable. Qu’en conséquence notre comportement individuel, à des titres divers, soit influencé directement ou indirectement par cet endoctrinement, on peut le vérifier chaque jour. Ainsi le moteur de l’évolution décrite par Nicole Malinconi pourrait-il, à sa suite, être condensé en une formule aux connotations totalitaires : la tyrannie conjointe du Profit et de la Consommation.

17Un texte de 2010, déjà, plaidait en ce sens : le « Préambule » de Si ce n’est plus un homme.

  • 42 Malinconi (Nicole), Si ce n’est plus un homme, op. cit., p. 12-13.

Il ne s’agirait finalement plus que d’un [...] système de liberté illimitée de profit, un rêve de conquête totale, un programme fait pour gagner, pour dépasser les bornes du gain, supprimant toutes les bornes, prônant le progrès, son mot d’ordre, et qui aurait pris à la guerre son organisation, sa logique, son avancée implacable contre ce qui entrave le mot d’ordre. Le programme ordonne la vie des humains, leur personne ; il les façonne, il les transforme en éléments de production, en agents de fabrication aussi bien qu’en machines à consommer, en ressources à gérer comme sont gérés les équipements, en potentiel énergétique, en cerveaux disponibles, en cerveaux malléables ; il les nomme de ces noms-là ; selon sa logique et ses nécessités, il les traite comme secteur à dégraisser, quantité excédentaire, population indésirable, ou même comme rien de tout cela, comme plus rien, plus personne42.

18Si la posture accusatrice de l’auteure se maintient, le ton est plus véhément et la perspective a changé : ce que l’Abécédaire dénonçait par petites touches du point de vue du destinataire, Si ce n’est plus un homme l’interprète synthétiquement du point de vue de l’émetteur, les manœuvres langagières apparaissant désormais comme un des volets d’une stratégie dominatrice, liberticide et déshumanisante.

19Ainsi se précise le sens du travail entamé quatre ans plus tôt, et que poursuivra L’altérité est dans la langue. Chemin faisant, Nicole Malinconi soulève plusieurs questions névralgiques : le rôle structurant du langage verbal dans la formation de l’univers mental, l’antagonisme entre productivité de la pensée et productivité de biens matériels, le rapport de la langue au pouvoir, la capacité du second d’influencer la première, au moins dans la communication publique. Sont également dénoncés l’influence du langage médiatique sur l’évolution des mentalités et l’intériorisation surmoïque du système, les effets qui en résultent sur le sujet, sur sa façon d’appréhender le monde et son rapport à ses semblables. Certes, à strictement parler, ce n’est pas la langue en tant que telle qui est touchée, mais l’usage de la langue – le discours –, et même un usage bien particulier, auquel convient l’appellation de « sociolecte », « langage social découpé dans la masse idiomatique » ou encore « parler social », selon Roland Barthes. La précision n’est pas superflue. Le lexique néo-libéral, en effet, n’exerce pas et ne saurait exercer un monopole sur la langue dans son ensemble. À côté de lui, d’autres pratiques langagières suivent des voies divergentes, voire inverses, que ce soit de manière occasionnelle – la critique politique – ou permanente, telle l’écriture littéraire qui, indépendamment des contenus qu’elle met en œuvre, est par essence un travail de libération et de réhumanisation.

20Un autre mécanisme stratégique est mis en lumière par Nicole Malinconi : le langage « perverti » n’est pas seulement un produit du système profit-consommation, il en est aussi un catalyseur, par l’intermédiaire de la « nouvelle manière de considérer la vie, le temps, le rapport à l’autre ». Ainsi régime économique et sociolecte renforcent-ils leurs emprises respectives par le biais d’une circularité insidieuse et amplificatrice. Revenons une dernière fois sur le fonctionnement de ce processus. Globalement, les phénomènes langagiers que vise Nicole Malinconi semblent relever, nous l’avons dit plus haut, d’un mécanisme bien connu en psychologie comme en politique : la manipulation. Mais ici, ce mécanisme présente deux particularités nouvelles. D’une part son caractère massif, à la fois international et bénéficiant de relais diversifiés. D’autre part la dépersonnalisation complète des manœuvres discursives, lesquelles émanent d’un « système » ou d’un « programme » et peuvent difficilement être attribuées à une source identifiable. Avec raison, l’auteure ne glisse pas dans le complotisme et le soupçon d’une oligarchie occulte, mais insiste sur l’anonymat généralisé du discours néo-libéral, diffusé par des agents dont plusieurs agissent en toute inconscience : c’est, assurément, une nouvelle « culture » qui se développe ainsi d’un bout à l’autre de la planète, avec ses valeurs, ses préconisations, ses modes de vie, son effet uniformisant et déshumanisant.

Haut de page

Notes

1 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, Loverval, Labor, coll. Grand Espace Nord, 2006.

2 Ibidem, p. 11-12.

3 Entretien radiophonique sur la rtbf La Première, 2016.

4 Malinconi (Nicole), Que dire de l’écriture ?, présentation de Pierre Piret, Carnières-Morlanwelz, Lansman, coll. Chaire de Poétique de la Faculté de philosophie, arts et lettres de l’Université catholique de Louvain, no10 de la deuxième série, 2014, p. 36.

5 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue. Psychanalyse et écriture, Toulouse, Éditions Érès, coll. Humus entretiens, 2015, p. 127.

6 Sur cette question, voir entre autres Klinkenberg (Jean-Marie), La Langue dans la cité, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2015, p. 158-159.

7 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 126-127.

8 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 19, rubrique « Auteure ou autrice ».

9 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 42.

10 Ibidem, p. 121.

11 Malinconi (Nicole), Si ce n’est plus un homme, Éditions de l’Aube, 2010, p. 14 : « comme si la défiguration pouvait bien atteindre aussi les mots des hommes, et menacer leur pensée ».

12 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 108.

13 Ibidem, p. 108-109, p. 236 pour les « interviews sèches ».

14 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 11.

15 Pour la définition du « sociolecte », voir Barthes (Roland), « La division des langages », dans Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 120 et suivantes.

16 « Autrement dit, le “bouger” permet d’escamoter la mélancolie », commente Jean-Pierre Lebrun dans Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 99.

17 Ibidem, p. 212.

18 Voir entre autres Messinger (Joseph et Caroline), Les Mots qui polluent, les mots qui guérissent, Paris, Flammarion, 2005.

19 Citons Hazan (Éric), LQR (Lingua Quintae Respublicae), La propagande du quotidien, Paris, Raisons d’agir, 2006 ; Cherbonnier (Alain), Langue de bois et pouvoir des mots, Bruxelles, Question Santé, 2012 ; Steinbach (Christine), éd., Le Petit Menteur. Dictionnaire participatif, engagé et décalé, Namur, Équipes Populaires, 2015 ; Starquit (Olivier), Des Mots qui puent, préface d’Alain Deneault, Éditions du Cerisier, 2018.

20 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 65, rubrique « Impératifs ».

21 Orwell (George), 1984, Paris, Gallimard, 1950 [pour la traduction française].

22 Klemperer (Victor), lti, La Langue du iiie Reich, Paris, Albin Michel, 1996.

23 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., p. 12-13.

24 Dewitte (Jacques), Le Pouvoir du langage et la liberté de l’esprit. Réflexions sur l’utopie linguistique de George Orwell, dans Les Temps modernes, no538, mai 1991.

25 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 174-175.

26 Ibidem, p. 126.

27 Ibidem, p. 189.

28 Dewitte (Jacques), Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit, op. cit., p. 24.

29 Méheust (Bertrand), La Politique de l’oxymore, Paris, La Découverte, 2009, 2014, p. 133. Cité par Jean-Pierre Lebrun.

30 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 202.

31 Ibidem, p. 238.

32 Ibidem, p. 208, 213, 234.

33 Ibidem, p. 218.

34 Malinconi (Nicole), Que dire de l’écriture ?, op. cit., p. 65.

35 Malinconi (Nicole), Petit Abécédaire de mots détournés, op. cit., rubrique Impératifs, p. 65.

36 Malinconi (Nicole) et Lebrun (Jean-Pierre), L’altérité est dans la langue, op. cit., p. 162. C’est nous qui soulignons, comme dans les quatre citations suivantes.

37 Ibidem, p. 214.

38 Ibidem, p. 230.

39 Ibidem, p. 241.

40 Ibidem, p. 244.

41 Ibidem, p. 215.

42 Malinconi (Nicole), Si ce n’est plus un homme, op. cit., p. 12-13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Laroche, « Le pervertissement de la langue dans la communication publique », Textyles, 55 | 2019, 119-130.

Référence électronique

Daniel Laroche, « Le pervertissement de la langue dans la communication publique », Textyles [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3360 ; DOI : 10.4000/textyles.3360

Haut de page

Auteur

Daniel Laroche

Université Catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals