Navigation – Plan du site
Varia

Pour Axel de Missie (1923) par Marie Nizet

Lœuvre dune Sapho « Fin de siècle » belge ?
Maëlle De Brouwer
p. 179-194

Notes de l’auteur

Nous remercions Laurence Brogniez pour son soutien, ses précieux conseils et relectures.

Texte intégral

  • 1 Nous parlerons uniquement du genre et non du sexe dune personne puisque le premier revêt une dimen (...)

1Les conséquences de la domination masculine sur les femmes dans la sphère littéraire, que nous envisagerons ici aux xixe et xxe siècles, ne sont pas négligeables : publication, réception et diffusion des œuvres rendues problématiques, manque de reconnaissance et de légitimation de la part des instances de consécration, absence de conservation des archives privées et donc de mémoire, etc. Dès lors, puisque le genre1 conditionne (entre autres) la manière dappréhender la littérature, tenter de (re)donner place et de (re)connaitre lécrivaine, ici belge – ce qui induit une double marginalisation –, est une tâche ardue mais nécessaire et, heureusement, productive. Cest ce que nous essayerons de faire au sujet de Marie Nizet (1859-1922) et plus précisément de son œuvre posthume Pour Axel de Missie (1923).

  • 2 Pour une recension statistique dans des ouvrages à propos de littérature belge : Gravet (Catherine) (...)

2Une semblable recherche implique de comprendre à la fois les mécanismes sociaux et anthropologiques qui régissent les rapports de genre, et ceux qui déterminent le champ littéraire à cheval sur les xixe et xxe siècles – à forte représentation masculine et où linclusion des femmes demeure exceptionnelle2 – cest-à-dire la Littérature, consacrée, et un champ marginalisé, celui des écrivaines. Cest par cette double perspective que nous tenterons de situer Marie Nizet dans le milieu littéraire belge, mais aussi francophone, en pensant sa pratique poétique dans léconomie des genres et des tendances esthétiques de son temps et leur perception genrée.

  • 3 Detemmerman (Jacques), « Qui a écrit Le Scopit ? », dans Cahiers du Cédic, no6/8, janvier 2016, p.  (...)
  • 4 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », dans Gubin (Éliane), dir., Dictionnaire des femmes belges : x (...)
  • 5 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, th (...)
  • 6 Berger (Lya), Les Femmes poètes de la Belgique. La vie littéraire et sociale des femmes belges, Par (...)
  • 7 Archives de la Ville de Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, Bibliothèque royale de Belg (...)

3Nous proposerons quelques éléments biographiques clés mais aussi des informations inédites à propos de Marie Nizet. Pour rappel, peu de travaux ont été réalisés à son sujet. Un seul article lui est consacré entièrement : il sagit de « Qui a écrit Le Scopit 3 ? » par Jacques Detemmerman, lequel lui attribue une œuvre anonyme. Laurence Brogniez en a rédigé la biographie dans le Dictionnaire des femmes belges : xixe et xxe siècles4. Il nexiste pas douvrage la concernant uniquement, ni de réédition complète de ses œuvres. Il est toutefois question de Marie Nizet dans de plus larges études. On la retrouve, entre autres, dans la thèse de Vanessa Gemis, Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives5, où il est question de la participation effective des femmes à la vie littéraire belge entre 1880 et 1940, ainsi que dans lanthologie de Lya Berger, Les Femmes poètes de la Belgique. La vie littéraire et sociale des femmes belges6. Au départ de notre recherche, nous nous sommes basée sur ces articles et ouvrages (auxquels des recherches darchives7 et dautres textes scientifiques se sont ajoutés).

Marie Nizet, une femme sans visage

4Née le 19 janvier 1859 à Bruxelles, Marie Émilie Françoise Élisabeth Nizet a pour père le professeur, auteur et conservateur à la Bibliothèque Royale François Joseph Nizet (1829-1889) et pour frère lécrivain naturaliste et journaliste Henri Nizet (1863-1925). Marie Nizet avait pour cousin un certain J. Hachelle mais aussi lécrivain André Baillon, dont elle était proche. Sa mère, Marie Émilie Colette Devleeschouwer, institutrice, est née le 20 février 1829 à Vilvorde et est décédée en 1902. Ses parents sont Philippe Jean Devleeschouwer et Marie de Kockaert. Sa sœur ainée, Anne Élisabeth (née le 31 décembre 1827), était rentière.

5François Joseph Nizet et Marie Devleeschouwer se marièrent le 27 avril 1858 à lHôtel de Ville de Bruxelles à onze heures du matin. Le jeune couple sinstalla en 1861, avec Marie, leur premier enfant, rue Montagne des Aveugles et emménagea le 26 aout 1864 rue Saint-Jean, au numéro 14, mais déménagea à nouveau le 12 juillet 1867. Lors de ses études secondaires, la jeune fille fréquenta les Cours dÉducation dIsabelle Gatti de Gamond rue du Marais.

  • 8 Nizet (Marie), Moscou et Bucharest, Versailles, Imprimerie de E. Aubert, 1877 ; Nizet Marie, Pierre (...)
  • 9 Nizet (Marie), România (Chants de la Roumanie), Paris, Auguste Ghio, 1878.
  • 10 Lon doit la qualification de « virile » à Charles Potvin ainsi quà L’Athenæum belge. Voir Potvin (...)

6Les Nizet avaient chez eux pour pensionnaires et élèves des étudiants slaves, levantins et balkaniques qui influencèrent de manière décisive les premiers écrits de lécrivaine, encore mineure. Elle écrivit ses premières œuvres à partir des récits de ces étudiants mais surtout grâce à une étude dau moins deux ans, à la Bibliothèque Royale, de lhistoire, la littérature et les mœurs des peuples des principautés danubiennes, dans différentes langues, de même quà travers une attention soutenue portée à lactualité et aux dernières guerres en ces contrées. Après la publication de deux poèmes en France, imprimés sous forme de plaquette8, Auguste Ghio fait paraitre, en 1878, le premier recueil poétique de Marie Nizet : România (Chants de la Roumanie)9, lequel fut traduit et commenté par le poète roumain Alexandru Macedonski. Plusieurs poèmes sont dédiés à deux amies de Marie Nizet, Euphrosina et Virgilia Rădulescu, et à leur père, Ion Heliade Rădulescu, homme politique et écrivain. La critique s’étonna de la maitrise et de la qualité des vers « virils10 » dune mineure qui réussit en plus à sécarter des lieux communs de la poésie. Marie Nizet sattira, entre autres, la reconnaissance de Charles Potvin, Marguerite Van de Wiele et Eugène Van Bemmel.

  • 11 Nizet (Marie), « Le Bonheur. Poésie », dans Revue de Belgique, 15 mars 1879, p. 333-335.
  • 12 Nizet (Marie), Le Capitaine Vampire. Nouvelle roumaine, Paris, Auguste Ghio, 1879.
  • 13 Cazacu (Matei), Dracula, Paris, Tallandier, 2004.
  • 14 Nizet (Marie), Căpitanul Vampir, traduit en roumain par Daneş Geangineta, Bucarest, Sigma, 2003.
  • 15 Nizet (Marie), Captain Vampire, traduit en anglais par Brian Stableford, Hollywood Comics, 2007.

7Le 15 mars 1879, Marie Nizet signe « Le Bonheur11 », poème constitué de 18 quatrains alternant heptasyllabes et pentasyllabes, dans la libérale Revue de Belgique. Le 1er mars de la même année, ces vers sont lus au banquet de lUnion littéraire, association d’écrivain·e·s fondé par Eugène Van Bemmel qui octroyait des prix et organisait des concours littéraires. Toujours en 1879, Marie Nizet publie, à nouveau chez Auguste Ghio, Le Capitaine Vampire. Nouvelle roumaine12, devant laquelle la critique est plus mitigée : elle oscille entre la confirmation de son talent et la déception causée par une œuvre sans grand intérêt. Cest la seule œuvre qui fut rééditée13 après la mort de lécrivaine. Elle fut aussi traduite en roumain14 et en anglais15. Le 9 décembre 1879, Alphonse Scheler, professeur au gymnase dramatique de Genève, organisa une soirée littéraire et artistique à lancienne salle Marugg (rue du Bois sauvage) où les représentant·e·s belges n’étaient autres que Félix Frenay, Charles Potvin et Marie Nizet. Au printemps 1880, lUnion littéraire organisa un banquet à Bruxelles en lhonneur des débuts en littérature de Marguerite Van de Wiele et de Marie Nizet.

  • 16 Nous navons pas (encore ?) trouvé dacte et ne connaissons donc pas la date de la séparation.
  • 17 Alors que les sources ne saccordaient pas sur lidentité de genre de lenfant, le faire-part de Fr (...)

8Le 10 avril 1880, à la commune dIxelles, se marient Antoine Louis Mercier et Marie Nizet, laquelle habitait alors 9 rue du Berger. Antoine Louis Mercier est né à Herchies dans le Hainaut le 2 janvier 1851. Au moment de la signature de lacte de mariage, celui-ci résidait rue du Collège no2 (à Ixelles) ; ses parents étaient décédés. Il travaillait alors comme employé à ladministration communale de Bruxelles. Il avait pour père Antoine Mercier et pour mère Placidie Gervoise. Malheureusement, cette union ne fut pas heureuse et les époux divorcèrent16. La jeune femme dut alors élever seule son fils, Émile Mercier17, et connut une existence retirée et difficile.

  • 18 ***, Le Scopit. Histoire d’un eunuque européen. Mœurs russo-bulgares, Bruxelles, Henry Kistemaecker (...)
  • 19 MM. Marpon et Flammarion, Hurtau, galerie de lOdéon et Arnaud et Labat, Palais-Royal.

9Durant lannée 1880, Le Scopit. Histoire d’un eunuque européen. Mœurs russo-bulgares18 signé *** parait chez Henri Kistemaeckers (léditeur des petits naturalistes belges et français). Ce livre est publié sans le soin dont celui-ci fait habituellement preuve. Lœuvre, qui dénonce une secte religieuse en partie à cause de sa pratique sur les organes génitaux, rencontre le succès à Paris où elle est disponible chez les plus grands libraires19 et, comme en Belgique, entraine la curiosité de son public. Charles Potvin et Camille Lemonnier se doutaient que, sous lanonymat, une consœur en était lautrice et quil sagissait de Marie Nizet.

  • 20 Mercier (Marie), « Le soufflet de la grandmère », dans Revue de Belgique, 15 avril 1883, p. 469-48 (...)

10De 1878 à 1881, Marie Nizet reçoit chaque année un encouragement littéraire de la part du Ministère de lIntérieur : elle obtient les trois premières fois, 400 francs et ensuite 300. Nous pouvons considérer les premières publications de lécrivaine (România, Le Capitaine Vampire, Le Scopit) comme formant un cycle dinspiration roumaine, situé dans un même espace-temps (lEst de lEurope, xixe siècle). Ensuite, entre 1883 et 1886, Marie Nizet signe de son nom dépouse, Mercier, sept nouvelles dans la Revue de Belgique, dirigée par Charles Potvin, qui forment ce que nous avons appelé le « cycle des nouvelles belges »20. Les histoires sont situées dans la campagne flamande et wallonne, mettent souvent en scène des fermiers et des domestiques. Toutes se rejoignent par la présence de la mort.

  • 21 Les sources citent tantôt lun, tantôt lautre. Notre hypothèse est que Marie Nizet est enterrée à (...)
  • 22 Dullaert (Maurice), « Pour Axel », dans La Revue bibliographique, septembre 1923, p. 534.

11Après 1886, nous navons pas de trace de Marie Nizet. Il semble que celle-ci sabsenta de Belgique (probablement pour se rendre au Portugal) avant dy revenir, peu de temps avant de mourir (à Etterbeek ou à Boitsfort21, le 15 mars 1922 – elle a 63 ans), dans un état dépuisement moral, physique et matériel assez inquiétant. Lon ne sait donc rien de son activité durant la Première Guerre mondiale. À son retour au pays, Marie Nizet fréquentait les Samedis de sa jeune amie Cécile Gilson, qui la surnommait sa « chère Missie » et qui prit soin delle lors de ses jours dagonie. On chuchotait à propos de cette dame vieillissante et dune discrétion frappante quelle avait chanté son amour dans des poèmes ardents qui étonneraient22.

12En effet, Marie Nizet avait rencontré chez des amis un officier de marine, Cecil-Axel Veneglia, Hollandais de père et Anglais de mère, né dans les iles de la Sonde, qui devint ensuite son amant. Il mourut à Java et Marie Nizet lui dédia son « ultime » œuvre poétique, exigeant quelle ne soit publiée quaprès sa mort : elle confia le manuscrit à Cécile Gilson qui, promettant de veiller à son édition, le remit à Georges Rency, lequel le présenta au Jury officiel chargé dallouer des primes déditions aux meilleurs ouvrages inédits. Ainsi, parut en 1923 aux Éditions de la Vie intellectuelle, Pour Axel de Missie signé Marie Mercier-Nizet, valant à la défunte son passage à la postérité. Avant cette parution, la revue Le Flambeau avait publié, en date du 30 juin 1921, un ensemble de poèmes (présents dans lœuvre posthume) sous le titre « Axel » signé Missie Nizal. Grâce à la datation de ces poèmes, nous savons que lécriture de Pour Axel commence au plus tard en 1908 et sachève dans les derniers jours de vie de lécrivaine, qui ne cessa de retravailler ses vers.

13On promit également un roman posthume sur le même thème : Georges Rency possédait un long manuscrit en prose qui détaille laventure amoureuse entre Missie et Axel mais celui-ci ne fut pas publié, faute de moyen. On ignore où il se trouve actuellement. Ce manuscrit formerait avec Pour Axel le dernier cycle connu de la production de Marie Nizet : le cycle amoureux.

Écrire la mort et lamour : désir et sexualité

  • 23 Plante (Christine), dir., Femmes poètes du XIXe siècle. Une anthologie, Lyon, Presses universitaire (...)
  • 24 Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du XIXe siècle : : quelques profils perdus », dans Sextant, (...)
  • 25 Plante (Christine), dir., Femmes poètes du XIXe siècle, op. cit., p. xx.
  • 26 Plante (Christine), « La place problématique des femmes poètes », dans REID (Martine), dir., Les Fe (...)
  • 27 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », op. cit., p. 146.

14La publication de Pour Axel de Missie fait écho à un mouvement poétique féminin au tournant de siècle dont lappellation nest pas unanime : les uns parlent de « Saphos fin de siècle », de « Romantisme féminin », de « Bacchantes », d’« Amazones »… L’idée d’un mouvement féminin simpose grâce à la concentration de recueils poétiques écrits par des femmes surtout lors de la première décennie du xxe siècle23, en même temps que grâce à lexpression dun sentiment amoureux qui ne soit plus ni conjugal ni filial, mais passionnel24. Les autrices sont, entre autres, Marguerite Burnat-Provins (1872-1952), Lucie Delarus-Mardrus (1874-1945), Marie de Régnier (1875-1963), Anna de Noailles (1876-1933) et Renée Vivien (1877-1909). Dans lensemble, ces œuvres ne dérangent pas tant lidée communément reçue de la Poésie et de la Femme25. Ce genre se prête en effet aisément à lépanchement de soi et à lémotion, qui sont pensés à lépoque comme naturels chez la Femme. Aussi, ces autrices profitent dun lieu commun « qui accorde une large place à la femme, dans la célébration de la beauté et de lamour26 ». Certaines œuvres scandalisèrent toutefois : tel fut le cas du Livre pour toi de Burnat-Provins à sa première sortie en 190727.

  • 28 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, th (...)
  • 29 Coppin (Marguerite), Poëmes de Femme, Bruges, Imprimerie Popp, 1896.
  • 30 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », op. cit., p. 145.
  • 31 Detemmerman (Jacques), « Qui a écrit Le Scopit ? », op. cit., p. 98.
  • 32  Nous différencions Missie qui est le personnage mis en scène dans Pour Axel par une Marie Nizet éc (...)
  • 33 Lœuvre de Marie Nizet partage cet aspect morbide avec Baudelaire et les symbolistes belges, comme (...)

15On peut imaginer leffet libérateur de ces écrits sur dautres poétesses. Après ses consœurs de France et de Suisse, Marie Nizet est la première poétesse belge à sillustrer dans ce registre et elle donne un recueil où « la passion féminine exprime avec autant de force la volupté et la passion amoureuse28 ». Dans Pour Axel, le sentiment est plus exacerbé que chez Marguerite Coppin (1867-1931), qui écrivit la première en Belgique sur le sujet29, lequel « relève du sacrifice de soi et de la résignation30 ». Pour Axel ne tombe par ailleurs pas dans la convention propre à la poésie amoureuse féminine de l’époque, qui veut que les élans sensuels se muent en élans sentimentaux31 : au contraire. Doù lintérêt de cette œuvre. En effet, lamour de Missie32 pour Axel la pousse à se masturber, se remémorant quelques-unes de leurs pratiques sexuelles, ainsi quà fantasmer, encore et toujours, le corps dAxel et un amour nécrophile33, à tel point que le tout prend une allure angoissante. Dans le recueil, lapogée de lexpression de la sexualité se trouve dans la pratique masturbatoire, comme cest le cas dans « Le pétale » (XVIII) – moins audacieux que « La torche » (XXXIII) – dont voici un extrait :

À son doux contact satiné,
Mes doigts s
émeuvent de tendresse.
Dun lent mouvement obstiné
Ce n
est pas lui que je caresse…

  • 34 Mercier-Nizet (Marie), Pour Axel de Missie, Bruxelles, La Vie intellectuelle, 1923, p. 36-37. Presq (...)

Mon baiser pervers sest pos
Et mes lèvres se pâment d
aise
Sur le beau pétale rosé…
Et ce n
est pas lui que je baise34.

  • 35 Ibidem, p. 36.
  • 36 Ibidem, p. 26.

16« Contact satiné », « lent mouvement obstiné » et « caresse » sont une allusion à la masturbation de lhomme par la femme, fantasmée par elle. « Pervers », « se pâment » et « baise » ont un sens sexuel évident. La couleur « rosée » est prototypique pour le phallus, précisément pour le gland. Cest alors à la fellation que Marie Nizet fait allusion. Les vers qui clôturent les strophes lexplicitent : « Ce nest pas lui », ce nest pas le pétale qui est caressé ni embrassé mais le sexe masculin. Ces fantasmes accompagnent assurément sa propre masturbation. Outre lambiguïté portée par « ce nest pas lui que je caresse… », sous-entendant aussi quelle se caresse elle-même, lappareil génital féminin est symbolisé par la rose, dès le deuxième vers du poème (« Une rose se meurt dans un verre35 »). Ailleurs, Marie Nizet va jusquà écrire lorgasme et le sentiment de bien-être qui le suit : « Que nous ne pouvons pas descendre encor des cimes / Et que nous palpitons au plus haut des sommets36 ».

17Ce qui révèle dautant plus loriginalité de lœuvre est que cette sexualité sexprime également par le biais du fantasme nécrophile, lequel implique une contemplation du cadavre et de la mort. Par exemple, dans « Fins dernières » (XXVII), Missie simagine morte et rejoint Axel « dans ce lit sans drap » : « Nos corps vont se désagréger / Pour un effroyable amalgame » dans le « Grand Tout ». Leur chair pourrit, leurs os se mélangeront avant de seffriter « en une impalpable poussière ». Enfin,

Nos atomes purifiés,
Emportés par le vent qui passe,

Comme en des vols extasiés,
Séparpilleront dans lespace.

  • 37 Ibidem, p. 63.

Et sous les évolutions
D
éternelles métamorphoses,
Nous danserons dans les rayons
Où nous ferons fleurir les roses37.

18Cest bien le fantasme de laccouplement de cadavres qui est décrit ici car, finalement, cest de lamour éternel et de la réunion des âmes dont il est question. Vivante, Missie rêve de retrouver Axel, son cher amour, le dieu de sa foi, la beauté de son corps, ses caresses défendues, l’ingénieuse luxure.

  • 38 De Mulder (Caroline), « Leconte de Lisle, lecteur de Plisson », dans Revue d’histoire littéraire de (...)
  • 39 Marie Nizet avait en commun avec Leconte de Lisle un intérêt pour les philosophies orientales, lég (...)
  • 40 De Mulder (Caroline), Leconte de Lisle, entre utopie et république, Amsterdam / New-York, Rodopi B. (...)

19« Fins dernières » (XXVII) illustre par ailleurs la théorie des transmigrations stellaires liée à larrivée de la mort et à la sexualité du couple Missie-Axel. Reprise au fouriérisme, cette théorie est très présente dans la poétique de Leconte de Lisle, « selon laquelle après leur mort, les habitants de la terre vivent sur dautres astres […] quon trouve également chez dautres auteurs, tels Camille Flammarion et Ludovic de Cailleux38 ». Cette pensée suppose limmortalité dans un au-delà céleste constitué par d’anciens paradis, païens, que Leconte de Lisle39, notamment dans sa poésie40, oppose presque systématiquement à lenfer catholique.

  • 41 Mercier-Nizet (Marie), Pour Axel de Missie, op. cit., p. 87.

20Missie semble édifier le tombeau dAxel : il revit dans sa chair mais aussi sous la plume de lécrivaine. Marie Nizet appelle dans son œuvre dautres figures dont certaines offrent un réseau intertextuel intéressant : Van Dyck, Don Juan, Le Tasse, le tragique Tristan, mais aussi Alexandre, le Cid, Roland, Raphaël, Monsieur de la Môle, le comte de Fiesque. Ce faisant, elle poursuit un but : la réincarnation dAxel, qui va parfois jusquà la confusion avec ces autres hommes. Toutefois, rien ne console Missie : elle se tourne vers le Jésus humain de Renan, celui de Nazareth. Elle reste anticléricale car elle ne franchira pas la porte de ses temples « Où le prêtre, prêchant de bouche et non dexemple, / Sincline à vos autels en transgressant vos lois41 ». Lamoureuse ne voue finalement de culte profond quà une seule personne : Axel, son dieu de beauté, pour qui elle avait précédemment fait une chapelle en son âme. Seule issue possible : la folie. Ainsi le recueil se clôture-t-il sur un poème qui respire peu, qui étouffe, tant les octosyllabes bien rythmés senchainent dans un trouble inquiet à la limite de la paranoïa. Lisons-en le début avec, entre autres, ce rejet du prédicat dune phrase très courte :

Je ne peux pas dormir. Mon feu
S
éteint. Ayez pitié, mon Dieu,
De ma détresse solitaire,

De mon abandon sur la terre,

  • 42 Ibidem, p. 89.

De mon cœur, de mon corps, de tout,
De mon esprit qui se détraque

Et qui saffole… Un meuble craque42.

21Pour Axel a pour trait particulier dêtre un recueil poétique traversé par une narration – celle des étapes de lamour dune femme pour un homme, dun amour physique et sensuel, y compris sa continuation après et dans la mort (sa seule résolution puisque la résurrection ne peut avoir lieu). Mais il est aussi constitué dhistoires dans lhistoire et de motifs qui structurent l’œuvre grâce à une mise en abyme : lamour dIsabelle Van Ophem pour Van Dyck (dont Axel est le sosie), les quatre saisons (dont les quatre poèmes équivalent à une étape de lamour), le motif du portrait (dAxel, de sa mère, de ses concubines), les rivales et rivaux (sur les plans amoureux et moraux), le fétichisme pour certains objets (la tasse, le verre), la nature (qui accueille et protège les ébats amoureux, à lécoute de lamante)... Ces motifs rendent la présence de la sexualité omniprésente, grâce à leur symbolisme.

22Don Juan dAnvers, Dieu de beauté, Axel incarne physiquement le pont entre lOrient et lOccident grâce à son activité et ses déplacements de marin. Marie Nizet a transposé littérairement ce mariage par lécriture, en Occident, dune œuvre poétique traversée par des objets, des représentations et des pensées orientales. En effet, et sans contradiction avec la théorie des transmigrations stellaires, toute lœuvre peut se lire selon une philosophie orientale qui considère que la femme est lunaire par nature (elle vit au rythme du calendrier et se nourrit des rayons solaires), et lhomme solaire (créateur, auto-générateur de sa propre lumière). Ces deux états apparentés à deux personnes hétérosexuelles en couple sont complémentaires. Marie Nizet oppose une Missie grise (elle a les yeux gris) et lunaire (elle est associée à la nuit, dans un état de vie-mort après le décès de son amant, et qui ne cesse de projeter la mort) à un Axel bleu (ses yeux sont bleu lavande, bleu clair, bleu diris) et solaire (plus éblouissant que le soleil, il a un front de lumière, des yeux de clarté, il est associé au jour). La lune a besoin de la lumière du soleil pour rayonner. Ceci explique limpossibilité de Missie de vivre après la mort dAxel et le prolongement de sa vie dans celle de lêtre aimé, omniprésent, mais décédé. Cette philosophie est explicitée dans un poème comme « Le Gris et le Bleu » (XX) dont voici le premier quatrain :

  • 43 Ibidem, p. 40.

Nous avons regardé le monde
Selon la couleur de nos yeux.

Javais une âme âpre et profonde ;
Il avait un beau cœur joyeux43.

Transgression et décalage de lécriture

  • 44 Plante (Christine) et Thérenty (Marie-Ève), « Masculin/Féminin dans la presse du XIXe siècle. Le ge (...)
  • 45 Van Rokeghem (Suzanne), Vercheval-Vervoort (Jeanne), Aubenas (Jacqueline), Des femmes dans l’histoi (...)
  • 46 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit., p. 179.
  • 47 Par exemple, à Bruxelles, pour notre période, moins de la moitié des femmes sont mariées : au-delà (...)
  • 48 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit., p. 208.

23Au xixe siècle, les rôles et lespace assignés aux genres masculin et féminin sinscrivent dans la « théorie des deux sphères ». Celle-ci suppose que la sphère privée (le foyer) est propre aux femmes, tandis que la sphère publique (journal, club, café, parlement [pour le modèle démocratique médiatique44]) est réservé aux hommes. Dans ce modèle, la Femme a le devoir de se marier, dêtre une épouse dévouée et de faire des enfants45 : la position sociale dominante au xixe siècle est celle de la « femme au foyer46 ». Si pratique et théorie ne vont pas toujours de pair47, nous pensons quil faut voir en ces assignations genrées un poids moral et social dont les conséquences ne sont pas négligeables. Pour autant, les femmes ne sont pas complètement absentes de la sphère publique. Au début du xxe siècle, suite à lélargissement des possibles pour les femmes grâce aux féministes, la sphère publique souvre à elles, mais, « sur le mode dune reconversion des prérogatives féminines traditionnelles48 ».

  • 49 Bonnemaison-Paquin (Christine), « Un paradoxe féminin. Participation et mise en marge dans lhistoi (...)
  • 50 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit., p. 242 & p. 370.

24Il va de soi que léducation et, pour celle qui nous intéresse, léducation littéraire, est traversée par les différences genrées. Les programmes présentent très peu (parfois pas) dautrices et considèrent la littérature comme une activité (essentiellement) masculine. Il s’ensuit labsence de modèles féminins, lesquels diffèreraient de lorganisation sociale préconisée à lépoque, ce parti pris étant lié au culte de lauteur et à la notion dexemplarité quil apporte49. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les femmes sont principalement éduquées à la littérature romantique, qui est alors pour elles une référence majeure, à la différence des jeunes intellectuels, qui lisent Verlaine et Zola : la conséquence nest autre quune production féminine dans son ensemble en décalage avec les tendances masculines contemporaines50.

  • 51 Van Den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant de siècle », Sex (...)
  • 52 Saint Martin (Monique de), « “Les femmes écrivains” et le champ littéraire », dans Masculin/féminin (...)
  • 53 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », dan (...)
  • 54 Saint Martin (Monique de), « “Les femmes écrivains” et le champ littéraire », op. cit., p. 55.
  • 55 Plante (Christine), La Petite Sœur de Balzac, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989, p. 131.

25Les femmes possèdent leur droit dentrée dans certains lieux de légitimation et de sociabilité comme les salons, qui se tiennent toujours, à la mode du xviiie siècle. Par ailleurs, au xixe siècle, la coutume nobiliaire sétend aux bourgeoises et les salons constituent des lieux de rencontre courus où les femmes peuvent présenter leurs écrits devant un public choisi et influent51. Mais rentrer dans des cénacles, des cercles ou des groupes (formés par des hommes) lorsquon est femme reste problématique. Les écrivaines « sont sinon exclues, du moins marginalisées par rapport aux groupes littéraires importants, aux débats, aux instances de consécration et de légitimation littéraires52 ». Dès les années 1880, sans doute à cause de la constitution dun champ littéraire autonome et de la concurrence accrue pour le pouvoir symbolique littéraire auquel elles nont pas accès, les écrivaines se font plus rares en Belgique53. Le biais daccès de certaines femmes à la littérature est révélateur du fait qu’être la fille dun écrivain paraisse être un atout54 : elles y entrent grâce à des hommes, « comme si elles avaient eu au départ besoin dêtre initiées, autorisées par une instance supérieure et compétente55 ». Celles-ci peuvent même adopter une attitude qui les écarte de certaines rencontres comme les réunions ou les banquets, dont le rôle sur la sociabilité est pourtant indéniable. En témoigne Louisa Stappaerts, invitée au banquet pour les collaborateurs de la Revue Trimestrielle en 1886, quand elle répond :

  • 56 Revue Trimestrielle, Banquet, 1866 : Archives et Musée de la Littérature (AML), Bibliothèque Royale (...)

Je crois, et vous mapprouverez Monsieur, que lombre dans laquelle sécoule la vie des femmes ne lui permet pas de se joindre à des réunions destinées, pour ainsi dire, exclusivement aux hommes56.

26Dautres peuvent se montrer bien plus virulents lorsquil sagit de lexclusion des femmes de la sphère littéraire quand elles ont des prétentions de « bas-bleus ». Léditorial du premier numéro du Coq Rouge, en mai 1895, est sans appel :

  • 57 Le Coq rouge, tome I, no1, mai 1895, p. I-6, cité par Dumont(Georges-Henri), « Quand le Coq rouge p (...)

[…] le Coq Rouge réunira toutes ses forces, condensera son ardeur et son énergie pour batailler ferme, pour lutter à vigoureux coups de bec, contre les ennemis de toute littérature, les mondains, les bas-bleus et les rastaquouères de lettres […]57.

  • 58 Marguerite Van de Wiele est la première en Belgique à vivre de sa plume.

Ces obstacles nempêcheront pas certaines femmes de faire de la littérature leur métier58.

  • 59 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », op. (...)
  • 60 Ibidem, p. 42.
  • 61 Saint Martin (Monique de), « “Les femmes écrivains” et le champ littéraire », op. cit., p. 53.
  • 62 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, p. 1 (...)

27Dans la deuxième moitié du xixe siècle, la norme sociale veut que les femmes qui prennent la plume soient exclues du genre poétique, qui demeure du seul ressort de lartiste créateur ; lon cherche plutôt à les confiner dans la fiction romanesque considérée comme une écriture thérapeutique, didactique ou comme gagne-pain59 ou dans dautres genres comme le conte pour enfant (qui requiert peu de capital culturel60 et où elles font « œuvre de mère »61) ou encore le genre épistolaire. Dans les années 1880, la poésie « procure des profits extrêmement faibles à un petit nombre de producteurs », mais « conserve tout son prestige […] elle continue à attirer un grand nombre décrivains »62. Publier de la poésie constitue donc un geste significatif pour une femme.

  • 63 Il serait intéressant détudier lintertextualité de poétesses dont la critique dit quelles appara (...)
  • 64 Elle est aussi jugée « classique ».
  • 65 Grâce à laide précieuse de Marc Dominicy, qui reconnut par ailleurs la théorie des transmigrations (...)

28Cet état des lieux – à partir de la lunette genre – étant posé, situons-y notre écrivaine. La critique rapproche Marie Nizet de Victor Hugo (que lautrice cite, par ailleurs, dans România), surtout, mais aussi de Lamartine. Une analyse intertextuelle de Pour Axel (1923) a montré la présence dhommes comme Leconte de Lisle, Baudelaire, Lamartine, Verhaeren et, ce qui est plus étonnant, Zola63. Marie Nizet avait la chance dêtre très bien intégrée dans lintelligentsia bruxelloise et, ainsi, dêtre au fait des nouveautés littéraires et artistiques : elle put rattraper ce retard mais dans une certaine mesure seulement, puisquelle restait attachée à des modèles propres à sa génération genrée. Le décalage avec les productions contemporaines masculines réside – outre le fait quelle publie une œuvre poétique sensuelle-sexuelle après ses consœurs, mais non sans originalité – dans la forme du recueil. En effet, la critique a souvent rapproché lesthétique de Pour Axel du Parnasse64, – une étude formelle l’a confirmé65. Marie Nizet conserve donc une esthétique parnassienne qui pourrait lui venir de sa sympathie pour La Jeune Belgique et qui lui assure une certaine reconnaissance. Pour preuve, lors de la « Manifestation Lemmonier » en 1883, lauteur de larticle sinsurge contre le fait que le jury officiel nait remis le prix quinquennal à aucun·e écrivain·e belge, alors que le pays connait un renouveau littéraire. Sont cités des noms et des œuvres qui auraient pu recevoir ce prix tels Camille Lemonnier (dont « le choix simposait »), Edmond Picard, Octave Pirmez mais aussi :

  • 66 « Manifestation Lemonnier », La Jeune Belgique, Tome II, no6, 28 avril 1883, p. 19-204.

Dautres encore se sont fait connaître : Eekhoud, Hannon, Rodenbach, Marie Nizet, Marguerite Van de Wiele, Solvay, Hélène Swart, toute une vaillante troupe de romanciers et de poètes qui se rangent autours des trois chefs que nous venons de saluer66.

29Il est pourtant compliqué de définir les rapports exacts entre Marie Nizet et la Jeune Belgique et surtout son intégration dans le groupe.

  • 67 Izquierdo (Patricia), Devenir poétesse à la Belle Époque. Étude littéraire, historique et sociologi (...)

30La carrière de Marie Nizet souvre et se referme avec de la poésie (România [1879], Pour Axel [1923]). Ce choix générique témoigne de la volonté de Marie Nizet de se lancer véritablement dans une carrière littéraire : elle publie notamment à Paris, écrit à un rythme soutenu, elle intervient dans des banquets et participe à des conférences. Elle reçoit même des bourses littéraires de la part de lÉtat. Elle sinscrit, ainsi, dans un schéma qui déroge à son identité de genre. Ce décalage avec la doxa sexplique par un entourage progressiste, bien implanté dans le microcosme intellectuel bruxellois et favorable à son entrée dans le monde des lettres. Elle ne se veut ni muse ni inspiratrice, elle saffirme demblée démiurge et créatrice. Ce passage – à chaque fois quune femme laccomplit à lépoque – revient à « renverser une structure patriarcale et archétypale de la société et du langage67 ».

  • 68 Remy (Gabrielle), « Les femmes poètes de Belgique », dans La Revue belge, Bruxelles, 3e année, tome (...)

31Mais à quel point le recueil Pour Axel est-il transgressif ? La réponse à apporter à cette question se doit d’être nuancée. Missie se montre une amante soumise à son Maitre, cest-à-dire une femme soumise à un homme. De ce point de vue, Marie Nizet ne remet pas en question la hiérarchie des genres (présentés comme complémentaires) de son époque et ne se montre pas contestatrice en la matière. Aussi, sa production entre-t-elle dans la définition de la féminité (élans sentimentaux, émotion, épanchement de soi, etc.), en même temps quelle lui échappe (absence de pudeur, exposition de sa sexualité). Marie Nizet remet en question lamour conjugal : ce recueil est à limage dun amour idéal et (fantasmé) nécrophile, entièrement dédié et largement consommé par deux personnes non mariées. Au contraire, Missie et Axel nenvient pas les époux : on peut aisément y lire une critique du mariage et de la morale (sans être pour autant libertine). Enfin, pareille œuvre va jusquà constituer un retournement du point de vue traditionnel en littérature, qui veut quun homme écrive sur une femme. Comme le dit si bien Gabrielle Remy, « Dante avait magnifié Béatrice. Missie a mérité de ressusciter Axel68 ! »

32Marie Nizet, écrivaine… « comme » un écrivain ? Les femmes de lettres apparaissent souvent, aux xixe et xxe siècles, comme de potentielles rivales dans un champ littéraire fortement concurrentiel à prédominance masculine. Avec la publication de Pour Axel de Missie, Marie Nizet est associée aux « Saphos fin de Siècle » et à une littérature dite « féminine » : celle-ci nentre donc pas en compétition avec ses collègues masculins. Ceci peut expliquer en partie laccueil favorable de son ouvrage dans lespace public où, par définition, à lépoque, la présence des hommes était extrêmement forte, si pas exclusive.

  • 69 Terme repris à Vanessa Gemis.
  • 70 Par exemple : « Lauteur use, et nabuse point, de certaines licences, qui, lorsquelles arrivent à (...)
  • 71 Par exemple, son intérêt pour la sexualité et la mort.

33Pour conclure, ouvrons quelques voies de recherche. Dabord, nous ne pouvons expliquer le coup darrêt dans la publication de Marie Nizet entre 1886 et 1921, qui constitue également un trou béant dans sa biographie. La découverte de publications (1881-1886) a montré que son mariage (en 1880) et son enfant à charge ne peuvent complètement justifier cette pause bien quils aient probablement eu un impact difficile à mesurer. Ils posent la question du « double métier69 », de la difficulté dindépendance face à la précarité financière (laquelle a probablement touché Marie Nizet surtout après son divorce). Ensuite, une étude formelle de România (1879) permettrait de mettre en lumière certaines recherches, avancées et différences esthétiques par rapport à Pour Axel afin de mieux appréhender lévolution et la cohésion littéraires de lœuvre de Marie Nizet. En effet, les contemporains pointaient déjà, en 1878, certaines transgressions relatives à la versification, notamment de lalexandrin70 qui étaient sûrement plus pertinentes à cette époque quen 1923. De plus, une telle étude permettrait de penser linclusion de sujets roumains et amoureux dans une esthétique métrique parnassienne et, sur un autre plan, plus largement, dans la littérature francophone. Aussi, un intertexte interne traverse toute lœuvre de Marie Nizet71, ce qui a pour effet doffrir une cohérence, une structure et une évolution à celle-ci. Une étude plus approfondie du cycle des nouvelles belges mériterait dêtre réalisée, de même quun travail sur ses écrits en prose, qui montrerait une autre facette de lœuvre de Marie Nizet. Si des archives ou des fonds pouvaient faire resurgir le roman en prose dédié à Axel, que Georges Rency a possédé, il complèterait ces analyses et montrerait sous un autre angle lœuvre de Marie Nizet qui sest plu à décliner une même matière en vers puis en prose, dans le cycle roumain comme dans le cycle amoureux.

Haut de page

Notes

1 Nous parlerons uniquement du genre et non du sexe dune personne puisque le premier revêt une dimension sociale qui caractérise lidentité au regard de la collectivité tandis que le second ne se rapporte quà un état biologique et suppose une dichotomie sexe masculin vs féminin.

2 Pour une recension statistique dans des ouvrages à propos de littérature belge : Gravet (Catherine), « Les historiens des lettres belges sont-ils aveugles au genre ? », dans Questions de communication, no15, 2009, p. 204-205.

3 Detemmerman (Jacques), « Qui a écrit Le Scopit ? », dans Cahiers du Cédic, no6/8, janvier 2016, p. 85-100.

4 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », dans Gubin (Éliane), dir., Dictionnaire des femmes belges : xixe et xxe siècles, Bruxelles, Racine, 2006, p. 422-424.

5 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, thèse en langues et lettres, Université libre de Bruxelles, 2009.

6 Berger (Lya), Les Femmes poètes de la Belgique. La vie littéraire et sociale des femmes belges, Paris, Perrin et Cie, 1925.

7 Archives de la Ville de Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, Bibliothèque royale de Belgique, Archives du Royaume.

8 Nizet (Marie), Moscou et Bucharest, Versailles, Imprimerie de E. Aubert, 1877 ; Nizet Marie, Pierre-le-Grand à Iassi, Paris, Auguste Ghio, 1878.

9 Nizet (Marie), România (Chants de la Roumanie), Paris, Auguste Ghio, 1878.

10 Lon doit la qualification de « virile » à Charles Potvin ainsi quà L’Athenæum belge. Voir Potvin (Charles), Histoire des lettres en Belgique, t. IV, Cinquante ans de liberté, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1882, p. 402-403. Sur la critique relative uniquement aux premiers poèmes : L’Athenæum belge, 1re année, Bruxelles, no3, 3 février 1878, p. 20 ; Van Bemmel (Eugène), « Chronique littéraire », dans Revue de Belgique, 15 juillet 1878, p. 330 ; *, « Bulletin », L’Athenæum belge, 1re année, Bruxelles, no14, 21 juillet 1878, p. 106 ; Van Bemmel (Eugène), « Chronique littéraire », dans Revue de Belgique, 15 octobre 1878, p. 209-210 ; *, L’Athenæum belge, 1re année, Bruxelles, no20, 20 octobre 1878 ; D. M., La Gazette des Femmes. Revue du Progrès des Femmes dans les Beaux-Arts et la Littérature, l’Enseignement et la Charité, la Musique et le Théâtre, no52, 10 mars 1879, p. 1.

11 Nizet (Marie), « Le Bonheur. Poésie », dans Revue de Belgique, 15 mars 1879, p. 333-335.

12 Nizet (Marie), Le Capitaine Vampire. Nouvelle roumaine, Paris, Auguste Ghio, 1879.

13 Cazacu (Matei), Dracula, Paris, Tallandier, 2004.

14 Nizet (Marie), Căpitanul Vampir, traduit en roumain par Daneş Geangineta, Bucarest, Sigma, 2003.

15 Nizet (Marie), Captain Vampire, traduit en anglais par Brian Stableford, Hollywood Comics, 2007.

16 Nous navons pas (encore ?) trouvé dacte et ne connaissons donc pas la date de la séparation.

17 Alors que les sources ne saccordaient pas sur lidentité de genre de lenfant, le faire-part de François-Joseph Nizet, non archivé, nous a permis de trancher. Sa version numérique nous a été transmise par Manuel Couvreur.

18 ***, Le Scopit. Histoire d’un eunuque européen. Mœurs russo-bulgares, Bruxelles, Henry Kistemaeckers, 1880.

19 MM. Marpon et Flammarion, Hurtau, galerie de lOdéon et Arnaud et Labat, Palais-Royal.

20 Mercier (Marie), « Le soufflet de la grandmère », dans Revue de Belgique, 15 avril 1883, p. 469-480 ; Mercier (Marie), « Histoire dune fille de ferme », dans Revue de Belgique, 15 septembre 1883, p. 49-56 ; Mercier (Marie), « Ceux des campagnes », dans Revue de Belgique, 15 décembre 1883, p. 368-377 ; Mercier (Marie), « Une agonie », dans Revue de Belgique, 15 février 1884, p. 135-136 ; Mercier (Marie), « La déconvenue de M. Boniface », dans Revue de Belgique, 15 septembre 1884, p. 26-45 ; Mercier (Marie), « Comment on oublie », dans Revue de Belgique, 15 mars 1885, p. 263-279 ; Mercier Marie, « Une vie denfant », dans Revue de Belgique, 15 octobre 1886, p. 148-178 et octobre 1886, p. 305-334.

21 Les sources citent tantôt lun, tantôt lautre. Notre hypothèse est que Marie Nizet est enterrée à Etterbeek mais quelle est décédée à Boitsfort, peut-être chez Cécile Gilson.

22 Dullaert (Maurice), « Pour Axel », dans La Revue bibliographique, septembre 1923, p. 534.

23 Plante (Christine), dir., Femmes poètes du XIXe siècle. Une anthologie, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, p. xix.

24 Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du XIXe siècle : : quelques profils perdus », dans Sextant, no17-18, 2002, p. 144.

25 Plante (Christine), dir., Femmes poètes du XIXe siècle, op. cit., p. xx.

26 Plante (Christine), « La place problématique des femmes poètes », dans REID (Martine), dir., Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 55.

27 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », op. cit., p. 146.

28 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, thèse en langues et lettres, Université libre de Bruxelles, 2009, p. 382.

29 Coppin (Marguerite), Poëmes de Femme, Bruges, Imprimerie Popp, 1896.

30 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », op. cit., p. 145.

31 Detemmerman (Jacques), « Qui a écrit Le Scopit ? », op. cit., p. 98.

32  Nous différencions Missie qui est le personnage mis en scène dans Pour Axel par une Marie Nizet écrivaine afin de distinguer ces deux identités. Ceci nous permet de ne pas lire cette œuvre comme entièrement biographique mais comme étant dabord un exercice littéraire.

33 Lœuvre de Marie Nizet partage cet aspect morbide avec Baudelaire et les symbolistes belges, comme la contemplation de la mort et lenvie de mourir.

34 Mercier-Nizet (Marie), Pour Axel de Missie, Bruxelles, La Vie intellectuelle, 1923, p. 36-37. Presque tous les extraits présentent des octosyllabes, ce qui nest pas représentatif de lesthétique de Marie Nizet : un peu plus de la moitié du recueil (58,5%) est composé dalexandrins.

35 Ibidem, p. 36.

36 Ibidem, p. 26.

37 Ibidem, p. 63.

38 De Mulder (Caroline), « Leconte de Lisle, lecteur de Plisson », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 6, 2002 (vol. 102), p. 1018.

39 Marie Nizet avait en commun avec Leconte de Lisle un intérêt pour les philosophies orientales, légyptomanie étant courant chez les antichrétiens. Lallusion à Isis pourrait faire référence au « Voile dIsis » de Leconte de Lisle ; la présence du voile dans notre recueil abonde en ce sens. Le Swastika (XXIII) ainsi que certaines références (Pan, Bouddha…) illustrent cet intérêt commun.

40 De Mulder (Caroline), Leconte de Lisle, entre utopie et république, Amsterdam / New-York, Rodopi B. V., 2005, p. 255.

41 Mercier-Nizet (Marie), Pour Axel de Missie, op. cit., p. 87.

42 Ibidem, p. 89.

43 Ibidem, p. 40.

44 Plante (Christine) et Thérenty (Marie-Ève), « Masculin/Féminin dans la presse du XIXe siècle. Le genre de la critique », dans Femmes et critique(s). Lettres, Arts, Cinéma, Presses universitaires de Namur, 2009, p. 2.

45 Van Rokeghem (Suzanne), Vercheval-Vervoort (Jeanne), Aubenas (Jacqueline), Des femmes dans l’histoire en Belgique depuis 1830, Bruxelles, Luc Pire, 2006, p. 60.

46 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit., p. 179.

47 Par exemple, à Bruxelles, pour notre période, moins de la moitié des femmes sont mariées : au-delà de 18 ans, on compte 44,1% de mariées en 1842 et 48,8% en 1910 pour, tout âge confondu, 46% de femmes actives en 1842 et 43% en 1910. Voir Gubin (Éliane), « La grande ville, un lieu féminin. Lexemple de Bruxelles avant 1914 », dans Gubin (Éliane) et Nandrin (Jean-Pierre), éd., La Ville et les femmes en Belgique. Histoire et sociologie, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1993, p. 77-95.

48 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit., p. 208.

49 Bonnemaison-Paquin (Christine), « Un paradoxe féminin. Participation et mise en marge dans lhistoire littéraire », dans Bertrand-Jennings (Chantal), Masculin/féminin. Le xixe siècle à l’épreuve du genre, , Toronto, Centre dÉtudes du xixe siècle Joseph Sablé, 1999, p. 216.

50 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit., p. 242 & p. 370.

51 Van Den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant de siècle », Sextant, no11, Femmes artistes (1), 1999, p. 143. Nommons en loccurrence les salons des vicomtesses de Spoelberch et de Sousberghe, de la comtesse de Mérode et la duchesse dArenberg.

52 Saint Martin (Monique de), « “Les femmes écrivains” et le champ littéraire », dans Masculin/féminin 1, numéro spécial, Actes de la recherche en sciences sociales, no83, juin 1990, p. 56.

53 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », dans Sextant, no6, 1996, p. 52.

54 Saint Martin (Monique de), « “Les femmes écrivains” et le champ littéraire », op. cit., p. 55.

55 Plante (Christine), La Petite Sœur de Balzac, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989, p. 131.

56 Revue Trimestrielle, Banquet, 1866 : Archives et Musée de la Littérature (AML), Bibliothèque Royale (Bruxelles) ML 6159, cité par Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », op. cit., p. 45.

57 Le Coq rouge, tome I, no1, mai 1895, p. I-6, cité par Dumont(Georges-Henri), « Quand le Coq rouge plantait ses ergots sur la Jeune Belgique », Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, 14 décembre 1991, p. 4.

58 Marguerite Van de Wiele est la première en Belgique à vivre de sa plume.

59 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », op. cit., p. 33.

60 Ibidem, p. 42.

61 Saint Martin (Monique de), « “Les femmes écrivains” et le champ littéraire », op. cit., p. 53.

62 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, p. 166-167.

63 Il serait intéressant détudier lintertextualité de poétesses dont la critique dit quelles apparaissent dans Pour Axel. Ce sont Marceline Desbordes Valmore, Louise Ackermann, Marguerite Burnat-Provins et Anna de Noailles. La question serait alors de confirmer ou dinfirmer ces suppositions, ce qui dès lors soit renforcera linclusion de lœuvre dans ce mouvement décriture poétique de femmes, soit mettra en lumière des considérations genrées stéréotypiques dans la critique de lépoque.

64 Elle est aussi jugée « classique ».

65 Grâce à laide précieuse de Marc Dominicy, qui reconnut par ailleurs la théorie des transmigrations stellaires et lintertextualité de Leconte de Lisle, Baudelaire, Lamartine, Verhaeren et Zola. Voir De Brouwer (Maëlle), « Pour Axel de Missie » par Marie Nizet (1923). Étude et réinsertion d’une œuvre littéraire, mémoire en langues et lettres françaises et romanes, Université libre de Bruxelles, 2017, p. 60-89.

66 « Manifestation Lemonnier », La Jeune Belgique, Tome II, no6, 28 avril 1883, p. 19-204.

67 Izquierdo (Patricia), Devenir poétesse à la Belle Époque. Étude littéraire, historique et sociologique, Paris, LHarmattan, 2009, p. 61.

68 Remy (Gabrielle), « Les femmes poètes de Belgique », dans La Revue belge, Bruxelles, 3e année, tome3, no1, 1er juillet 1926, p. 547.

69 Terme repris à Vanessa Gemis.

70 Par exemple : « Lauteur use, et nabuse point, de certaines licences, qui, lorsquelles arrivent à propos, rompent heureusement la monotonie de lalexandrin. Mais elle nen a point un usage arbitraire ; il ny a point recours afin dépargner à son esprit un peu de travail qui donnerait la correction et lharmonie à son rhythme [sic.]. Chaque fois quelle contrevient aux règles, trop sévères, imposées au vers français par Boileau, elle le fait à dessein et pour obtenir un effet qui ajoute une beauté de plus à sa pensée. » [*, L’Athenæum belge, 1re année, Bruxelles, no20, 20 octobre 1878]

71 Par exemple, son intérêt pour la sexualité et la mort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maëlle De Brouwer, « Pour Axel de Missie (1923) par Marie Nizet », Textyles, 55 | 2019, 179-194.

Référence électronique

Maëlle De Brouwer, « Pour Axel de Missie (1923) par Marie Nizet », Textyles [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3406 ; DOI : 10.4000/textyles.3406

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals