Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds Edmond Glesener

Jean Lacroix
p. 195-197

Texte intégral

1Récemment s’est achevé le dépouillement du Fonds d’archives, déposées par la famille d’Edmond Glesener après le décès de ce dernier. Cet auteur, dont le nom ne retentit pas aux oreilles de nos contemporains comme ceux d’auteurs plus célèbres ou plus marquants, a cependant été une personnalité reconnue du champ littéraire belge pendant la première moitié du xxe siècle.

2Edmond Glesener naît à Liège en 1874 et accomplit toute sa carrière professionnelle dans l’administration. Il gravit les échelons de la hiérarchie qui le conduiront à la direction générale des Beaux-Arts et des Lettres. Glesener, après quelques contributions en revues au milieu des années 1890, publie en 1898 un premier récit, dédié à Camille Lemonnier, qu’il fréquente : Histoire de M. Aristide Truffaut, artiste-découpeur, texte dans lequel il déploie des talents de caricaturiste. Plusieurs romans suivront, ainsi que des recueils de contes et nouvelles. On citera Le Cœur de François Remy (1904), hymne à la Wallonie que l’on qualifierait aujourd’hui d’aventure écologique car la nature y prend une place prépondérante, ou les deux volumes de la Chronique d’un petit pays (1913), un ensemble de huit cents pages qui racontent l’ascension puis la déchéance d’un arriviste. Glesener y dévoile son sens de l’observation et de la chronique acerbe. Il proposera ensuite des œuvres dans lesquelles la description de la haute bourgeoisie et la peinture de mœurs domineront ; il est proche d’un naturalisme tardif. Le meilleur de ses écrits se retrouve dans des recueils de contes, comme L’Ombre des sapins (1934) ou Le Joug de feu (1940), lequel, planté dans le décor wallon, donne à la description de sa ville natale, Liège, une dimension élaborée autour du terroir et du cadre de sa jeunesse. Glesener, installé à Bruxelles avant la Première Guerre mondiale, décède à Ixelles en 1951 ; il était membre de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique depuis 1922.

3L’œuvre de Glesener compte sept romans et sept recueils de contes et nouvelles publiés ; on retrouve l’intégralité des manuscrits correspondants dans le Fonds qui lui est consacré, précieusement conservés par l’auteur et sa descendance. Soigneusement travaillés, ils permettent de voir l’écrivain en action dans son travail de création et de suivre son évolution stylistique. Ce Fonds comprend aussi les manuscrits de nombreux contes et nouvelles non publiés ou inédits, et de discours prononcés lors d’événements culturels, en particulier musicaux ou artistiques, liés à la fonction officielle de Glesener. Il contient encore divers documents, coupures de presse consacrées à l’auteur ainsi de nombreuses notes en tous genres, qui permettent d’avoir une vision d’ensemble de la production de cet auteur dont une remise en lumière ne serait pas à dédaigner.

4Il existe enfin dans ce Fonds Glesener de la correspondance, en nombre limité. Au cœur de celle-ci se distinguent notamment deux lettres autographes et une lettre dactylographiée de Georges Simenon à la fille de Glesener, qui s’inscrivent dans le cadre de la préparation de son discours d’hommage à Glesener auquel il est appelé à succéder, à l’occasion de son élection à l’Académie royale, le 10 septembre 1951.

5La première lettre, autographe, signée (un feuillet avec adresse imprimée de Simenon à gauche en bas de page : Shadow Rock Farm, Lakeville, Connecticut) est datée du 2 décembre 1951. Simenon signale qu’il est « en plein roman, c.a.d. à peu près comme un moine en retraite ». Il ajoute que Carlo Bronne a proposé de lui envoyer de la documentation sur Glesener et qu’il écrira plus longuement à la fille de ce dernier dès ce roman terminé. Il faut préciser que Georges Simenon a rédigé six romans en 1951 ; le dernier, La Mort de Belle, est achevé le 14 décembre : c’est sans doute cet ouvrage dont il dit qu’il le fait vivre « comme un moine en retraite ».

6La deuxième lettre, dactylographiée, signée (un feuillet d’une page), datée du 28 décembre 1951, est particulièrement intéressante et révélatrice des intérêts de Simenon. Après avoir remercié la fille de Glesener pour l’envoi de quelques livres de son père, il écrit : « Et enfin, je voudrais vous demander quelques détails personnels que vous seule pouvez me donner. Je voudrais, en effet, avant de parler de lui, sentir vivre votre père. Avez-vous une photo de lui (non une photo de photographe) tel qu’il vous était le plus familier ? Avait-il des tics, des manies [sic]. Marchait-il vite ou lentement, en regardant les vitrines et les passants ? Je le vois, pour ma part, humer le soleil et le grouillement des rues avec volupté, mais je me trompe peut-être. Était-ce un gourmand ? Un voyageur ? Un sédentaire ? Un lecteur ? Jouait-il avec les enfants ? Vous devez comprendre fort bien ce que je voudrais de vous. Voulez-vous me faire cette faveur ? Et me dire aussi à quoi ressemblaient son ou ses derniers domiciles, son bureau… Et même comment il s’habillait. Ne m’en veuillez pas de mes indiscrétions. »

7La troisième lettre, autographe, signée (un feuillet avec adresse imprimée de Simenon à gauche en bas de page), est datée du 20 janvier 1952. Simenon remercie la fille de Glesener pour l’envoi des livres et des documents demandés. Il précise qu’il s’efforcera de « faire revivre la grande figure » de son prédécesseur, tout en ajoutant qu’il se sent moins à l’aise dans cet exercice qu’avec un personnage de roman.

8La réception de Simenon à l’Académie se déroule en présence de la Reine Élisabeth et de plusieurs académiciens français invités : Marcel Pagnol, Pierre Benoit, Georges Duhamel, Jacques de Lacretelle, Maurice Garçon. C’est Carlo Bronne qui prononce le discours de réception de Simenon, avant que celui-ci ne fasse l’éloge de Glesener. Dans la biographie qu’il lui a consacrée (Gallimard, 1996), Pierre Assouline est particulièrement sévère à l’égard de Simenon. Après avoir signalé qu’il est « un piètre orateur, trébuchant souvent sur les mots », il considère que l’éloge à Glesener est décevant : « […] son texte n’est que convenu, sédatif et ennuyeux. Et pour cause ! Simenon l’a volontairement rédigé de la manière la plus plate. C’est un discours au troisième degré, manière toute personnelle et clandestine de se moquer de son prédécesseur en particulier et des académiciens en général. Pour masquer sa férocité, il a utilisé du papier de soie. »

9On peut ne pas être tout à fait d’accord avec Assouline et envisager une autre lecture, lorsqu’on détaille aujourd’hui le discours de Simenon à la lumière de la lettre adressée à la fille de Glesener le 28 décembre 1951, citée plus avant. Si Simenon se révèle ironique par rapport à Carlo Bronne (de récents ennuis judiciaires autour de la publication de Pedigree, auxquels Bronne a « participé » en qualité de conseiller juridique peuvent l’expliquer), ce qu’il dit du défunt lors de son discours d’hommage semble au contraire bienveillant et respectueux. Dans la lettre en question, il demandait des informations précises sur l’homme qu’était Glesener et sur des traits de sa personnalité. Même si l’on ignore les renseignements que la fille de ce dernier lui a transmis, on ne peut que constater que Simenon décrit quelques-uns de ces traits et évoque le personnage de Glesener avec une empathie indéniable.

10Ces lettres de Simenon adressées à la fille de Glesener sont demeurées bien au chaud dans les cartons du Fonds Glesener, répertoriés désormais de façon détaillée et accessibles aux chercheurs et à toute personne intéressée par l’histoire de la littérature en Belgique francophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lacroix, « Le Fonds Edmond Glesener », Textyles, 55 | 2019, 195-197.

Référence électronique

Jean Lacroix, « Le Fonds Edmond Glesener », Textyles [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3429

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals