Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Boumal (Louis), Écrits de guerre (1914-1918)

Édition établie par Laurence Boudart et Gérald Purnelle, Introduction par Laurence Boudart, Gérald Purnelle et Catherine Lanneau, Bruxelles, AML Éditions, coll. Archives du Futur, 2018.
Abdellah M’hammedi Bouzina
p. 199-200
Référence(s) :

Boumal (Louis), Écrits de guerre (1914-1918), édition établie par Laurence Boudart et Gérald Purnelle, Introduction par Laurence Boudart, Gérald Purnelle et Catherine Lanneau, Bruxelles, AML Éditions, coll. Archives du Futur, 2018.

Texte intégral

1Écrits de guerre (1914-1918) est un recueil de textes protéiformes de l’écrivain belge liégeois Louis Boumal écrits durant la Première Guerre mondiale. Paru dans la collection Archives du Futur aux éditions Archives & Musée de la Littérature en 2018, ce livre s’ouvre sur une première « Introduction » signée par Laurence Boudart et Gérald Purnelle, suivie d’une substantielle analyse écrite par l’historienne Catherine Lanneau, « Louis Boumal, entre France, Belgique et Wallonie ». Viennent enfin les « Écrits de guerre » de Louis Boumal, dans leur diversité générique. Il est question de présenter « l’expérience de la guerre » (« Introduction », p. 6) de manière chronologique. L’écrivain liégeois est à la fois diariste avec ses carnets de campagne, poète à travers Le Jardin sans soleil ou prosateur avec des articles et récits parus dans divers périodiques tels que L’Action française, La Nouvelle Belgique, Le Bulletin des Gens de Lettres et Artistes au front

2Louis Boumal commence un journal de campagne mû par la nécessité de témoigner de l’expérience du conflit, au tout début de la guerre, dès le 21 septembre 1914, journal qu’il tiendra jusqu’en mai 1916, puis reprendra brièvement à la toute fin de la guerre. Ce journal n’a pas été repris dans les Écrits de guerre, mais il a fait préalablement l’objet d’une publication électronique1. Boumal a pris soin de mettre son journal à l’abri chez son ami Georges Lockem ou ailleurs, comme il le précise dans une lettre destinée à ce dernier : « Les autres exemplaires, je vais les mettre en sûreté en France à une adresse que je te donnerai plus tard. » (« Introduction », p. 13) Il compose par ailleurs et simultanément son premier poème « Bonjour Noël » (le 24 décembre 1914), inaugurant ainsi une production poétique qui se démarque à la fois de l’héritage romantique, symboliste et de la tendance moderniste. Ce poème est suivi, en janvier 1915, par un autre, « Per amica silentia lunæ », qui donnera le ton à une production poétique dont l’aboutissement est le recueil Le Jardin sans soleil. L’ensemble baigne dans une tonalité de tristesse, de désespoir, de chagrin résultant de la guerre et de ses expériences macabres, mais aussi, et en même temps, d’espoir de retour, de retrouvailles et d’amour pour sa petite famille.

3À cela s’ajoute une variété d’articles et de récits parus dans divers périodiques auxquels Louis Boumal a collaboré : il a participé à L’Action française avec des publications comme « La retraite à Anvers » en novembre 1914, ou « La retraite » en septembre 1917. Il reste à noter que certains articles sont anonymes, dans lesquels on reconnaît le reflet d’un professeur, ou sont signés de pseudonymes tel que Tristan. Boumal a collaboré aussi à La Nouvelle Belgique avec notamment les textes « La Philosophie et la Guerre » en juillet 1915, et « Le Procès du parlementarisme » en octobre de la même année. Sa production d’articles ne s’est pas limitée aux collaborations dans des revues : il a créé, en collaboration avec d’autres écrivains, le Bulletin des gens de lettres et artistes belges au front dans lequel il signe les textes de son nom. En compagnie de Marcel Paquot, de Léon Herbos et d’Émile de Bongnie, il a fondé également Les Cahiers au front, une revue empreinte d’engagement en faveur de la langue française et dont le manifeste, que Boumal signe, porte le titre « En marge d’une discipline », définissant la ligne esthétique et intellectuelle du périodique.

4La créativité de Louis Boumal ne s’arrête pas là : elle dépasse le domaine des articles et récits pour toucher à la fiction. Son roman Charles Aurel paraît le 15 mai 1915, du nom du personnage principal, dans lequel il est possible de reconnaître l’auteur. Chanson d’avril est publié en septembre 1916 : il s’agit d’un roman qui relate une histoire d’amour triste entre un soldat wallon, appelé Émile, et Marguerite, une jeune fille flamande. Une autofiction a également vu le jour en mai et juin 1917 : Philippe, roman où Boumal met en scène un soldat ayant le même âge que lui et qui exprime son désarroi, sa tristesse face à son destin de jeune sacrifié à la Patrie.

5Louis Boumal écrivain a également tâté du théâtre avec Quand ils auront passé de l’ombre à la lumière, une pièce en deux actes qui met en scène l’histoire des retrouvailles d’un couple, Philippe et Thérèse, après la guerre et le difficile retour à la vie normale. Philippe est en effet tourmenté par les visions horribles des combats, tandis que Thérèse est en quête d’un amour interrompu pendant quatre ans. C’est un hymne à la vie, à la paix et à la fin de la guerre.

6Écrits de guerre est un ouvrage instructif à plus d’un égard. D’une part, il montre à quel point Louis Boumal est un écrivain prolifique qui, loin de sa filiation de poète, se révèle à nous comme un intellectuel et un écrivain audacieux, voire engagé, qui traite des sujets du moment : la culture et le folklore wallons, l’émergence des nationalismes tant en Belgique qu’ailleurs. Son intérêt pour la culture et la politique est tel qu’il n’hésite pas à écrire et à publier des textes et articles de critique littéraire, des textes politiques et même philosophiques dans le but d’apporter sa contribution aux réflexions sur la guerre et sur son absurdité. L’article « La Philosophie et la Guerre » est la meilleure illustration de cet engagement. Cette édition expose l’œuvre de Louis Boumal produite durant la Première Guerre mondiale, qui, de par sa variété, reflète la personnalité patriotique de l’écrivain liégeois ainsi que son attachement à ses origines et à la tradition romane et française de la Wallonie. Ajoutons à cela son engagement politique qui ne peut passer inaperçu grâce à ses prises de positions identitaires, qui le définissent comme catholique conservateur.

7D’autre part, ce volume contient un arrière-fond historique, géographique et social qui se focalise tantôt sur la Wallonie, tantôt sur la Flandre, voire sur la Belgique entière. À travers les deux introductions et les écrits de Boumal, se brosse le portrait d’un écrivain belge du début du siècle passé, tant dans son aspect humaniste que dans son aspect idéologique, né de son appartenance à une nation aux identités multiples et riches dans leurs héritages respectifs. Dans leurs introductions respectives, Laurence Boudart et Gérald Purnelle d’un côté, et Catherine Lanneau de l’autre, ont su jeter de la lumière sur les écrits de Louis Boumal et le resituer dans le contexte intellectuel et politique de la Belgique du début du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdellah M’hammedi Bouzina, « Boumal (Louis), Écrits de guerre (1914-1918) », Textyles, 55 | 2019, 199-200.

Référence électronique

Abdellah M’hammedi Bouzina, « Boumal (Louis), Écrits de guerre (1914-1918) », Textyles [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3448

Haut de page

Auteur

Abdellah M’hammedi Bouzina

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals