Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Portraits de la BelgiqueRegards croisés sur « la plaque t...

Portraits de la Belgique

Regards croisés sur « la plaque tournante de l’Europe »

Belgique, pays de plusieurs mondes (la Guilde du Livre) de Franz Hellens et Maurice Blanc
Marcela Scibiorska
p. 59-76

Texte intégral

Les portraits de pays à la Guilde du Livre

  • 1 Si les clubs de livres en général ont constitué le pivot d’une « évolution des techniques éditori (...)
  • 2 Alors que dans les années 1940, le nombre d’abonnés tournait autour de 25 000, en 1957, ce chiffr (...)
  • 3 Suite à la demande croissante d’un lectorat souhaitant se procurer les ouvrages originaux publiés (...)

1La Guilde du Livre, club de livres lausannois fondé en 1936 par l’éditeur Albert Mermoud, a connu, jusqu’à la cessation de son existence en 1977, un succès considérable non seulement auprès de lecteurs suisses, mais aussi auprès d’un public francophone plus large en tant que modèle éditorial novateur1 et efficace2. La formule proposée par la Guilde repose sur un abonnement annuel permettant aux inscrits d’obtenir des livres de genres divers qui leur sont expédiés d’abord uniquement par voie postale, puis, suite à leur popularité croissante, rendus accessibles dans les librairies à tout un chacun à des prix légèrement plus élevés3. Dans le cadre d’une inscription au club, les lecteurs reçoivent ainsi un Bulletin mensuel et au minimum quatre livres par an au prix de revient, parmi lesquels des rééditions d’œuvres connues, mais aussi des inédits, avec un intérêt tout particulier pour la littérature suisse romande, ainsi que des volumes traitant d’histoire et d’art, des livres pour enfants et des albums photographiques de haute qualité, dont une proportion conséquente est dédiée aux portraits de pays et de villes.

  • 4 Le prix d’un album photographique à la Guilde du Livre a évolué avec le temps, mais il « n’excède (...)
  • 5 Ibid., p. 8-9.

2Lancés en 1941 avec un premier volume dédié à Chartres, les albums photographiques publiés par la Guilde du Livre ont rapidement conquis le marché éditorial. Ce succès peut être attribué à plusieurs facteurs : le prix réduit4 étonne face à la qualité d’exécution de ces livres grand format réalisés par des écrivains et photographes renommés, qui proposent une très riche iconographie reproduite en héliogravure. Bon nombre de ces albums bénéficient d’un statut de chefs-d’œuvre aussi bien littéraires que photographiques : des volumes tels que le Paris des rêves d’Izis (1950) ou encore la Banlieue de Paris de Robert Doisneau et Blaise Cendrars (1949) sont devenus des emblèmes de l’album illustré au xxe siècle5.

  • 6 À ce sujet, voir Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physionomie d (...)
  • 7 La maison d’édition avait alors déjà connu des volumes à succès tels que La Banlieue de Paris, Pa (...)
  • 8 Mandery (Guy), « La décennie prodigieuse », dans Desachy (Éric), Mandery (Guy), op. cit., p. 10.
  • 9 Desachy (Éric), op. cit., p. 6.

3Les portraits de pays et de villes occupent, de façon implicite, une position particulière au sein du club de livres. Leur spécificité générique6, jamais officiellement identifiée par l’éditeur mais récurrente dans sa formule alliant texte et iconographie, les singularise d’emblée en tant qu’ensemble cohérent au sein de la Guilde. Simultanément, cette « collection » de portraits de pays et de villes n’est pas nommée comme telle dans le catalogue, ce qui entraîne une liberté conséquente en termes de cahier des charges. Le volume Belgique, pays de plusieurs mondes a vu le jour en 1956, lorsque la machinerie des portraits de pays guildiens tournait déjà à plein régime depuis une quinzaine d’années7. Cette période fut particulièrement prolifique en termes d’albums photographiques au sein de la collection, puisque vingt-quatre volumes de ce type ont paru à la Guilde du Livre entre 1954 et 19568. L’ouvrage consacré à la Belgique a été édité à la charnière de deux décennies cruciales dans l’existence du club d’Albert Mermoud, qu’Éric Desachy identifie respectivement comme la « période d’expansion » de la Guilde, de 1946 à 1956, et son « apogée », de 1956 à 19669.

Des regards croisés sur la Belgique

  • 10 Le contrat établi entre Blanc et la Guilde du Livre pour ce volume spécifie en effet qu’« il appa (...)

4La réalisation de Belgique, pays de plusieurs mondes a été confiée au photographe suisse Maurice Blanc, régulièrement sollicité pour l’illustration du Bulletin de la Guilde. Le statut de Blanc au sein du club de livres n’est pas négligeable, puisqu’il fut l’auteur des clichés du premier album photographique paru à la Guilde en 1941, Chartres, qui contenait des extraits de La Cathédrale de Joris Karl Huysmans. Presque une décennie après la publication de Chartres, en 1950, Blanc a à nouveau été engagé pour illustrer l’album sur la Seine, dont le texte a été rédigé par Francis Ponge. C’est donc sur une valeur sûre que mise Mermoud en faisant appel au photographe, à qui il donne cette fois-ci carte blanche pour le choix de l’auteur de la préface10.

  • 11 Hellens (Franz), « Introduction », dans Manifeste du lundi (1937), État présent des lettres franç (...)

5Blanc contacte alors un poète belge, Franz Hellens (pseudonyme de Frédéric Van Ermengem), qui bénéficiait déjà d’une position établie au sein du paysage littéraire de son pays. Cette décision n’est pas sans conséquences pour la potentielle représentation de la Belgique au sein de l’ouvrage. Franz Hellens, écrivain bruxellois de langue française, était en effet un fervent promoteur de « la littérature française de Belgique », terme initialement apparu dans le Manifeste du Lundi (1937), dont Hellens est un des signataires et l’auteur présumé. D’après Hellens, la littérature belge de langue française devait souligner son affiliation à l’ensemble de la culture française, à laquelle l’auteur percevait un « caractère éminemment universel11 », fondé sur une appartenance linguistique de la littérature, plutôt que sur un ancrage géographique.

  • 12 Lysøe (Éric), « Groupe du Lundi », dans Aron (Paul), dir., Textyles, n° 23, Les mots de la faim : (...)
  • 13 Nahon (Valérie), « Les Documents secrets ou la construction d’une image de soi : Franz Hellens et (...)
  • 14 Laurence Brogniez situe l’établissement de ce mouvement dans la littérature belge en 1869, année (...)
  • 15 Meylaerts (Reine), « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-g (...)
  • 16 Blanc (Maurice), Hellens (Franz), Belgique, pays de plusieurs mondes, Lausanne, La Guilde du Livr (...)

6Le plaidoyer de Hellens illustre cependant un certain paradoxe : « on peut se demander […] s’il n’est pas excessif de donner une telle importance [au Manifeste du Lundi], quand on sait qu’il fut signé par des auteurs comme Franz Hellens ou Michel de Ghelderode, lesquels au lendemain de la réunion se déclaraient plus que jamais “Flamands”12 ». L’auteur de Belgique, pays de plusieurs mondes appartenait en effet au mouvement belge d’« écrivains-peintres13 », qui se donnaient pour objectif d’incorporer la riche tradition picturale flamande dans leur écriture afin, précisément, de distinguer leur style du modèle littéraire français. Les « écrivains-peintres » cherchent ainsi, de par la spécificité esthétique de leur style, à s’émanciper de la tradition littéraire française dès la fin du xixe siècle14. Cette double identité d’auteur de langue française qui se veut simultanément Flamand se montre toutefois représentative de la situation de nombreux écrivains d’un pays dont la position est marquée par une « indécision particulière15 » tout au long de son histoire, entre des revendications de régionalisme d’une part et des tendances centrifuges de l’autre. Ainsi, par ses affiliations à des groupes aux desseins peu compatibles, Hellens se construit une posture d’écrivain partagé entre les deux communautés de la Belgique, et apparaît compétent pour rendre compte d’un « pays de plusieurs mondes », qu’il qualifie dans son introduction de « plaque tournante de l’Europe » inscrite dans « une réalité multiple16 » (B, p. II).

Un volume à succès réduit

  • 17 Mandery (Guy), op. cit., p. 10.

7Belgique, pays de plusieurs mondes porte donc en soi la promesse d’une réussite créative, en tant que fruit de la collaboration d’un écrivain reconnu, qui représente en sa personne une sorte de synthèse du pays qu’il portraiture, et d’un photographe à succès qui a déjà fait ses preuves à la Guilde, et qui serait en mesure rapprocher la Belgique des lecteurs suisses. Malgré ces conditions favorables, Belgique ne se voit toutefois pas repris dans la catégorie des « chefs-d’œuvre » guildiens par les critiques17. Les faibles chiffres de vente du volume confirment malheureusement sa position en tant qu’ouvrage peu remarquable. Juste après la parution du livre, Franz Hellens se montre pourtant optimiste, faisant part à Albert Mermoud de ce qu’il estime être une grande réussite commerciale en Belgique :

  • 18 L’extrait de presse évoqué par Hellens ne figure pas dans les archives ; d’après la réponse d’Alb (...)
  • 19 Lettre de Franz Hellens à Albert Mermoud, le 21 juin 1956, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothè (...)

Je vous envoie cet extrait de presse18 concernant le livre sur la Belgique, que vous venez de sortir. Vous y verrez formulées quelques critiques concernant les textes littéraires insérés en annexes aux photos. On me dit que le livre rencontre un grand succès en Belgique19.

  • 20 Lettre d’Albert Mermoud à Franz Hellens, le 23 juin 1956, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèq (...)

8Aux affirmations enthousiastes de Hellens vis-à-vis du supposé « grand succès » de Belgique, Mermoud répond prudemment qu’« il est trop tôt pour l’affirmer » (le livre est en effet sorti trois mois auparavant), mais qu’il « espère qu’à l’occasion de l’Exposition Universelle de Bruxelles notamment, il rencontrera une large audience auprès d’un public belge20 ». Ce furent là de vaines espérances, puisque l’album s’avère être un échec commercial : Mermoud ne parvient pas à écouler le stock du livre, pour lequel l’Exposition Universelle n’a pas réussi à éveiller d’intérêt général. Trois ans après la mise sur le marché du volume, Albert Mermoud écrit ainsi à Maurice Blanc une lettre remplie d’un sentiment de résignation :

Cher Monsieur,

Je suis bien contrarié de vous informer que notre fameux Belgique PAYS DE PLUSIEURS MONDES est un poids mort. J’ai espéré qu’à la faveur de l’Exposition Universelle nous pourrions en liquider un certain nombre, mais il faut se rendre à l’évidence : le public n’en veut pas.

Dans ces conditions, il faudra nous résoudre soit à mettre le solde du stock au pilon, ce qui correspondrait à une très grave perte pour nous, soit à trouver le moyen de le solder sur un marché éloigné de nos secteurs habituels de vente afin d’éviter les conséquences fâcheuses que vous pouvez imaginer.

Dans cet ordre d’idées, j’ai pris contact avec une maison américaine qui malheureusement ne m’en a commandé que 350 exemplaires et cela à un prix ne correspondant même pas à la moitié du prix de revient. Il va sans dire que des ventes réalisées dans de telles conditions ne peuvent donner lieu à des droits d’auteur.

Cependant, si vous aviez vous-même une possibilité de liquider tout ou partie du stock qui nous reste, j’étudierais très volontiers votre proposition.

Je vous prie d’agréer, cher Monsieur, mes meilleures salutations.

LA GUILDE DU LIVRE

  • 21 Lettre d’Albert Mermoud à Maurice Blanc, le 2 juillet 1959, Fonds de la Guilde du Livre, Biblioth (...)

Le Directeur21

9Pourquoi Belgique, pays de plusieurs mondes, qui réunissait pourtant les talents d’un écrivain reconnu et d’un photographe expérimenté, a-t-il connu un échec aussi cuisant ? Plusieurs pistes peuvent être avancées vis-à-vis de ce « poids mort » de la Guilde du Livre, dont certaines n’en resteront qu’au stade d’hypothèses, puisqu’il ne faut pas exclure la somme de multiples hasards et de circonstances peu favorables qui ont pu mener à ce fiasco. L’on peut toutefois effleurer la surface de ces raisons en étudiant la prise de position de Belgique au sein du panorama générique des portraits de pays, et, plus spécifiquement, parmi les volumes de ce genre parus à la Guilde du Livre, pour finalement s’interroger sur la façon dont la Belgique est donnée à voir dans ce volume en fonction de tropes et de stéréotypes liés aux mises en scène photolittéraires du territoire et du peuple belges.

Entre la poésie et le tourisme

10Dans leur ouvrage consacré aux albums photographiques à la Guilde du Livre, Éric Desachy et Guy Mandery soumettent le volume de Blanc et Hellens à une sévère critique :

  • 22 Desachy (Éric), « Belgique pays de plusieurs mondes – 1956 », dans La Guilde du Livre. Les albums (...)

Cet album n’est pas le plus réussi, il s’en faut de beaucoup. Albert Mermoud raisonne parfois comme un éditeur de livres de tourisme et comme c’est le cas pour ce volume, demande une aide au commissariat général du tourisme belge. On peut penser que des difficultés commerciales le conduisent à la facilité. La couverture est fade, et Franz Hellens, bon écrivain, n’écrit qu’une introduction historique d’une quinzaine de pages, ce qui ne suffit pas à sauver le livre. Les photographies de paysages sont sans originalité et les sujets humains peu nombreux22.

11La teneur critique de ce texte, issu d’un ouvrage entièrement consacré aux albums photo de la Guilde du Livre, éclaire le statut de Belgique, pays de plusieurs mondes au sein même de l’ensemble que constituent les portraits de pays et de villes publiés par le club de livres.

12Sur quel type de modèle la Guilde se fonde-t-elle dès lors dans son élaboration d’albums photographiques consacrés aux lieux et territoires ? Interrogé par Jacques-Michel Pittier et René Zahnd quant à l’évolution de sa conception des albums publiés par la Guilde du Livre, Albert Mermoud répond :

  • 23 Mermoud (Albert), « Entretien », dans Pittier (Jacques-Michel), Zahnd (René), Albert Mermoud. La (...)

Les albums-photos […] ont connu une certaine évolution. Au départ, des ouvrages comme Paris des Rêves, Charmes de Londres, ou Paradis Terrestre, dégageaient une certaine aura poétique, presque hors du temps. Par la suite, les albums devinrent plus « pérégrinants », touchant à des sujets plus ponctuels. La correspondance photos-textes se limita à une simple légende informative. On en est donc arrivé à un type d’albums d’esprit documentaire, suivant en cela le goût de l’époque. Le public réclamait une vue objective des éléments bruts, dans leur réalité. Nous avons ainsi publié un livre sur l’Arabie et le pétrole, sur l’Algérie (Henriette Grindat), le Sahara (Yvan Salain), par exemple, correspondant à cette évolution et aux vœux du lecteur23.

  • 24 Les deux autres tomes mentionnés, le Sahara et l’Arabie Saoudite, sortis respectivement en 1958 e (...)

13Les affirmations de Mermoud concernant le passage du poétique au documentaire au sein de sa collection livrent une esquisse révélatrice des évolutions de la série face aux demandes d’un lectorat changeant. Où Belgique, pays de plusieurs mondes se positionne-t-il, dès lors, entre les ouvrages guildiens à vocation « poétique » et ceux plus « pérégrinants » ? Albert Mermoud propose trois exemples de ce qu’il considère être le tournant documentaire, dont le premier, d’un point de vue chronologique, est le volume à succès dédié à l’Algérie, paru en 195624, soit la même année que Belgique. C’est donc autour de cette période que l’éditeur semble situer le moment de basculement entre les deux types d’albums. Si le livre de Blanc et Hellens se trouve à la charnière de deux courants esthétiques dominants au sein de la Guilde, la composition du volume indique toutefois son appartenance aux derniers soubresauts de la tendance poétique, telle qu’elle est décrite par Mermoud.

  • 25 Desachy (Éric), Mandery (Guy), op. cit., p. 101.
  • 26 Ibid.
  • 27 Parmi les plus récurrents, notamment : Émile Verhaeren, Victor Hugo, Maurice Maeterlinck, Paul Ve (...)
  • 28 Les uniques instances de textes qui ne sont pas signés par des auteurs reconnus sont une recette (...)
  • 29 Voir Martens (David), op. cit., p. 250.

14Ce tournant s’illustre en effet de façon assez nette à travers les différences entre Algérie et Belgique, publiés à quelques mois d’écart. Ainsi, alors que les photographies d’Henriette Grindat dans Algérie, « qui fait une large concession au livre de voyage dans le goût de l’époque25 », n’en conservent pas moins « une belle force poétique26 », le texte investit un registre relativement différent. Outre l’introduction de Jean Amrouche, les plutôt rares citations d’écrivains se mêlent à des légendes à teneur informative qui se concentrent sur les lieux et les coutumes du pays. Aucune trace, par comparaison, de ce type de renseignements concrets dans Belgique, pays de plusieurs mondes : au-delà de l’incipit de Franz Hellens, ce volume est uniquement constitué d’extraits d’auteurs célèbres27 ayant jadis écrit au sujet de cette « plaque tournante de l’Europe28 ». Si le portrait de pays est d’entrée marqué par une « littérarité conditionnelle » qui « se négocie […] de façon particulière au sein de chaque ouvrage participant à ce genre29 », alors l’on peut déduire de ces choix textuels une volonté consciente de la part des auteurs de Belgique d’inscrire leur ouvrage dans le champ du « littéraire ».

  • 30 Mermoud (Albert), op. cit., p. 145-146.

15L’éditeur lui-même semble d’ailleurs donner une légère préférence à l’approche « poétique » des portraits de pays d’un point de vue de l’originalité de chaque ouvrage : « [les albums d’été], tout cela commençait à se ressembler un peu, et nous risquions vraiment de tomber dans le style agence de voyages. C’était ce que je voulais éviter à tout prix. Fatalement on y arrivait dans une certaine mesure30. » Pourtant, malgré cette déclaration d’intention, Mermoud a chapeauté la mise sur pied de Belgique, pays de plusieurs mondes en étroite collaboration avec le commissaire général au tourisme belge, Arthur Haulot, et c’est précisément cette collaboration que critiquent Desachy et Mandery en reprochant à Mermoud d’avoir agi comme un « éditeur de livres de tourisme ». Né d’une combinaison de l’approche « touristique » à une recherche parallèle de « littérarité », le volume sur la Belgique se positionne donc au carrefour entre le courant poétique et la tendance documentaire au sein de la maison d’édition. De cette manière, l’ouvrage de Blanc et de Hellens constitue lui-même une sorte de « plaque tournante » des albums photographiques de la Guilde du Livre, marqué d’une indécision esthétique inhérente aux transformations subies alors par le club.

Un portrait hâtif conçu en deux temps

  • 31 Michel (Christelle), « La Guilde du Livre », dans Photos d’encre. Le livre de photographies à Lau (...)

16Dans l’exposition en ligne Photo d’encre. Le livre de photographie à Lausanne (1945-1975), Christelle Michel singularise la Guilde du Livre au sein du paysage éditorial suisse par « l’excellence […] du contenu […], marqué par un soin particulier apporté à la relation du texte et de l’image. Par rapport au modèle du recueil photographique alémanique, allemand ou américain en effet, les albums de la Guilde se distinguent par les interactions fortes et diversifiées nouées entre le texte et les planches, fruits d’une collaboration souvent serrée de l’écrivain et du photographe.31 » Cette réputation de livres collaboratifs, à laquelle tous les albums sont censés se tenir, est peut-être en mesure d’expliquer pourquoi Belgique, pays de plusieurs mondes ne parvient pas à atteindre ce seuil d’excellence, aussi bien aux yeux des critiques qu’auprès du lectorat, à en juger par les chiffres de vente. En effet, plutôt que de découler d’un processus créatif pluriel, le livre a en réalité été élaboré en deux étapes distinctes.

  • 32 D’après le contrat, c’est le photographe, et non l’éditeur, qui devait payer l’écrivain de son ch (...)
  • 33 Lettre de Franz Hellens à Maurice Blanc, 3 mars 1955, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque C (...)

17Dans un premier temps, Maurice Blanc, engagé par Albert Mermoud, a conçu le projet dans son entièreté sur le plan photographique. D’un point de vue légal, c’est ainsi Blanc qui est désigné comme auteur de l’ouvrage32 ; c’est également au photographe qu’incombait le choix des extraits accompagnant les images. Les archives montrent que Franz Hellens n’a été sollicité que dans un second temps pour l’écriture du texte introducteur de quinze pages, accompagné de gravures fournies par l’office du tourisme belge, ainsi que pour une évaluation du travail quasiment achevé. L’écrivain note ainsi, à titre d’exemple, dans une lettre à Maurice Blanc : « […] le paysage dit brabançon (photo 5) n’est nullement caractéristique du Brabant belge et pourrait être un paysage typique de Flandre. Du reste, le texte que je lis à cette rubrique : “C’est la Flandre avec ses rideaux de peupliers…” ne convient pas. Flandre et Brabant sont deux régions physiques et historiques bien distinctes.33 » Le poète appose par ses remarques une sorte de sceau belge au travail fondamentalement conçu par le regard externe de Maurice Blanc. Les archives dévoilent par ailleurs des échanges témoignant de l’implication réduite de Hellens dans l’élaboration du projet dans sa globalité. Dans sa lettre envoyée à Mermoud pour lui faire part du « succès » du volume en Belgique, Hellens ajoute en effet :

  • 34 Lettre de Franz Hellens à Albert Mermoud, le 21 juin 1956, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothè (...)

Si vous envisagiez une nouvelle édition en vue de l’Exposition internationale de 1958, peut-être y aurait-il lieu de donner aux citations littéraires extraites d’auteurs belges, flamands et français, une plus grande importance. Je crois qu’une modification de cette espèce serait bien accueillie dans les deux parties du pays. Les textes à auteurs flamands pourraient être traduits en français34.

18Ce courrier semble suggérer que l’écrivain n’a eu l’opportunité de découvrir le résultat final qu’après la parution du volume, qu’il juge n’être pas assez belge. Si l’ouvrage est présenté comme une collaboration belgo-suisse (Hellens et Blanc sont indiqués en tant qu’auteurs au même titre sur la couverture du livre), ces regards croisés ne se traduisent pas tout à fait dans le processus de sa mise sur pied, ce qui transparaît par la suite sur les pages du volume.

19Dans son ensemble, l’écriture de Hellens dans Belgique, pays de plusieurs mondes porte du reste des marques indéniables d’une commande littéraire. De l’introduction émane un caractère sommaire, voire superficiel, dont l’auteur se déclare le premier coupable. Hellens qualifie ainsi son texte de « portrait hâtif » (B, p. III) qui propose l’« esquisse d’une physionomie morale » (B, p. III) et affirme d’emblée une tendance à l’exagération au détriment de la nuance : « un portrait ressemblant est nécessairement poussé en ses parties les plus saisissantes » (B, p. IV). Plus loin dans le texte, le poète va jusqu’à offrir ses excuses au lecteur, comme s’il s’avouait conscient de l’insuffisance de son texte : « Il faut terminer cet aperçu géographique et démographique, bien incomplet et sommaire, je m’excuse, par deux villes […] » (B, p. XIII).

  • 35 Martens (David), op. cit., p. 248.
  • 36 Martens (David), op. cit., p. 248.

20D’une part, ce type d’affirmations a pour effet habituel de souligner l’intérêt du sujet portraituré, en invoquant l’impossibilité d’être exhaustif eu égard de la richesse culturelle et géographique du pays représenté. D’autre part, cependant, le ton apologétique de Hellens et sa présentation de l’ouvrage en tant que projet réalisé à la hâte – renforcée dans le texte par de grossières fautes de frappe, telles que le remplacement du poète national Guido Gezelle par « Greido Gazelle »(B, p. XIII) – contribuent, en fin de compte, à nier cet effet de style par de constantes invocations d’un travail approximatif. Hellens affirme dresser un portrait de la Belgique « qu’il s’agit de peindre, à grands coups de brosse » (B, p. II, je souligne) ; et si les prétentions du genre du portrait incluent effectivement « une représentation synthétique et relativement globale35 », celle-ci est généralement accompagnée d’« une propension laudative » et de « la prétention de livrer l’identité profonde du sujet36 ». Or, c’est uniquement l’aspect synthétique qui se voit ici revendiqué par Hellens. Les annonces récurrentes d’un croquis synoptique prennent un poids disproportionné au regard des autres éléments constitutifs du genre du portrait, comme si l’auteur condamnait d’emblée la capacité du projet à remplir son dessein.

Dépayser et rapprocher

  • 37 Ibid., p. 10.
  • 38 Martens (David), Reverseau (Anne), Pays de papier. Les livres de voyage, Catalogue d’exposition, (...)

21Comme le formule Anne Reverseau, le portrait de pays « pose la question de l’imaginaire. Tout pays est en effet l’objet d’une tension entre pays rêvé et pays réel37. » En tant que genre photolittéraire, le portrait de pays se fixe deux objectifs a priori contradictoires, qui pourtant représentent deux faces d’une même médaille dans l’imaginaire touristique. Si le portrait de pays vise à « faire voyager le lecteur sans se lever de son fauteuil38 » et donc à mettre en avant un certain exotisme des lieux représentés, sa qualité sera également jugée au vu de sa capacité à rapprocher l’endroit portraituré du lecteur d’un point de vue affectif. Il s’agit donc de dépayser le lecteur, de souligner l’altérité du lieu portraituré avant de faire appel à des traits qui véhiculent l’idée d’une certaine universalité sous-jacente.

  • 39 Amirou (Rachid), L’Imaginaire touristique, Paris, cnrs Éditions, 2012, p. 9.
  • 40 Ibid., p. 32.

22Dans cette perspective, l’imaginaire touristique, mobilisé par les portraits de pays, est un « objet transitionnel » dans la mesure où il représente un « tiers espace symbolique », une « aire intermédiaire entre le “trop connu” […] et l’inconnu spatial et culturel39 ». L’imaginaire touristique est intimement lié à l’idée de l’« Ailleurs » et de l’« Autre40 » et comporte par définition une série de mythes et de stéréotypes qu’il s’agira, au sein d’un portrait de pays, de mettre en scène ou de nuancer. Or, un portrait de la Belgique ne s’inscrit pas nécessairement, pour un lecteur suisse ou français, dans le registre de l’exotique. Il s’agit donc de (re)découvrir un pays proche, voire limitrophe, avec lequel l’on partage pour une part la langue, et dont la culture n’a rien de fondamentalement mystérieux.

  • 41 « Ce double caractère du Belge [“mélange de mysticisme et de réalisme”] […] se manifeste égalemen (...)
  • 42 Mamatsashvili (Atinati), « La littérature belge sous l’Occupation. Anti-utopie et réalité à trave (...)
  • 43 Hellens (Franz), Documents secrets (1905-1956) : histoire sentimentale de mes livres et de quelqu (...)
  • 44 Voir Martens (David), Reverseau (Anne), op. cit., p. 128-129.

23Franz Hellens tâche ainsi, dans son introduction, de mettre en avant l’altérité de la Belgique en évoquant son héritage artistique et littéraire41. L’auteur, dont l’écriture se voit souvent qualifiée de variante belge du « réalisme magique42 », affirme ailleurs vis-à-vis de son propre style : « peut-être pourrait-on dire de mes contes ce que Cocteau écrit à propos des tableaux de Chirico : qu’ils “dépaysent la réalité”43 ». C’est précisément ce même mélange de réel et de magique qu’assigne Hellens au peuple belge : « […] dans les idées, les préoccupations intellectuelles, la sensibilité, l’âme, pour tout dire, un mélange fort curieux de réalisme et de mysticisme, qui s’aperçoit dans l’art du pays » (B, p. III-IV). D’après le poète, c’est donc dans le réel du quotidien qu’il s’agit de chercher le surréel. Le dépaysement s’incarne dans l’esthétique du pays et de son peuple, marqué par des contrastes qui constituent son essence paradoxale (et dont la mobilisation relève, par ailleurs, d’un discours convenu pour le genre du portrait de pays44) :

Il y a […] une remarque qu’il importe de faire : c’est que les deux parties du pays s’accordent par leurs contrastes et se complètent dans la plus subtile des harmonies. Je parle de contrastes. Ils ne sont pas violents, hostiles, loin de là. Ici des plaines à n’en pas finir, là des collines, mais si douces, si modérées, sans angles, sans aucune de ces arêtes agressives qu’on voit aux élévations rocheuses. […] Peu de pays, je crois, possèdent une unité plus musicale dans la variété. (B, p. IV-VII)

24Pourtant, les contrastes évoqués par Hellens ne trouvent guère leur résonance dans les photographies de Blanc, qui propose une vision assez uniforme de la Belgique en termes d’architecture, de paysages et de mœurs. Des beffrois, des maisons de campagne, des paysages tranquilles et des villes aux rues quasiment vides ornent les pages de ce volume, ponctuées de citations qui font allusion à un sentiment de lassitude (« Et sous le poids du rêve qui les oppresse, les eaux s’étendant, lasses d’être, regardent au ciel les nuages indolents », Hector Chainaye, dans B, p. 64), un silence omniprésent (« En ces heures de somnolence où le visage du silence se mire seul dans vos canaux », Émile Verhaeren, dans B, p. 60), ou évoquent l’aspiration à une quiétude de l’existence (« À Dinant, si souvent mise à sac, la Meuse rêve un songe de paix et de bateaux de plaisance… », Camille Lemonnier, dans B, p. 4).

  • 45 Voir Martens (David), « L’hier et l’aujourd’hui dans le portrait de pays. Neutralisations de l’hi (...)
  • 46 Bien qu’Éric Desachy et Guy Mandery qualifient le texte de Hellens d’« introduction historique », (...)

25Les contrastes se dessinent en revanche, dans les photographies de Blanc, à travers l’opposition entre le passé et présent, mise en évidence de façon récurrente dans la maquette du livre. Ainsi, la couverture figure un montage géométrique de photographies de bâtiments anciens, entrecoupées de piliers métalliques d’une construction moderne. Plusieurs double pages rappellent ce va-et-vient entre l’histoire et le présent, telles qu’un moulin traditionnel apposé à une usine aux cheminées proéminentes dégageant des nuages de fumée industrielle (B, p. 18-19), une grue en acier à Zeebrugge faisant face à une grue en bois de la Campine brabançonne (B, p. 80-81), ou encore les ultimes pages de l’ouvrage, qui montrent de manière successive des fabriques à Charleroi et une route pavée de campagne après la pluie (B, p. 86-88). La quatrième de couverture confirme cette vision dominante du photographe, en affichant, après le montage morcelé de la couverture, des photos superposées d’encore un moulin et d’une usine. Sans être dénué d’une valeur esthétique, le trope d’une opposition entre l’ancien et le nouveau est utilisé de façon si récurrente dans les portraits de pays45 qu’il en est devenu un cliché. De par ses choix de maquette, Maurice Blanc s’inscrit ainsi lui aussi dans un canevas typique pour le genre au détriment d’une représentation spécifique au pays dépeint, et va simultanément à l’encontre du portrait proposé par Hellens, qui raconte quant à lui une Belgique déhistoricisée46 en se concentrant sur son peuple et ses paysages.

Des visions incompatibles

  • 47 Lettre de Maurice Blanc à Albert Mermoud, 17 juin 1955, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque (...)

26Quels sont, dès lors, les traits principaux de la Belgique telle qu’elle est perçue par son photographe ? Après avoir assemblé les épreuves, Blanc envisageait plusieurs noms pour son ouvrage : La Belgique à taille d’homme, La Belgique, terre de labeur, Entre la Meuse et l’Escaut, Terre des Belges, Hommes et Terre du pays belge, La Belgique à vue d’œil, En passant de la Flandre au pays Wallon, La Wallonie et la Flandre, Cette terre et ses hommes, Voyage en pays connu, Les Marches d’un continent, Découverte du monde belge, Hommes et pays belges, La terre et l’eau47. Parmi l’ensemble des propositions, Maurice Blanc singularise deux titres en particulier : La Belgique à taille d’homme et Entre la Meuse et l’Escaut. Le choix final, Belgique, pays de plusieurs mondes, ne figure pas quant à lui dans la liste. Il est impossible de retracer, sur base des documents disponibles, à qui le livre doit son titre définitif ; la formule gagnante semble cependant provenir d’une citation de l’écrivain français André Dhôtel, figurant vers la fin du volume : « Il y a dans le même pays plusieurs mondes véritablement. » (B, p. 80)

27De cet ensemble de propositions émerge assez clairement l’image de la Belgique envisagée par Maurice Blanc : un territoire de travailleurs, particulièrement de travailleurs de la terre, un petit pays « à taille d’homme », un « pays connu ». Le dépaysement ne trouve pas sa place dans cette conception de la Belgique, pas plus que les « plusieurs mondes » annoncés par le titre : les photographies, qui n’en sont pas pour autant dérobées de leur intérêt esthétique, reflètent une vision plutôt monothématique des villes et villages à l’architecture semblable, où règne le calme et une atmosphère somnolente. Mais si le lecteur ne retient pas un sentiment d’exotisme en feuilletant Belgique, pays de plusieurs mondes, il lui est tout aussi difficile de trouver une proximité affective avec le pays représenté. L’élément qui aurait particulièrement été en mesure de susciter l’empathie, à savoir les portraits des habitants de la Belgique, est en effet quasi inexistant.

  • 48 Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physionomie d’un genre mineur  (...)

28Dans leur critique de l’ouvrage citée plus haut, Desachy et Mandery font ainsi porter l’accent sur l’insuffisance de sujets humains. De ce reproche se dégage une attente spécifique vis-à-vis du genre du portrait de pays à la Guilde du Livre : le visage humain constituerait une sorte de garant de qualité de ce type d’album. Comme le note David Martens, le portrait est, dans la plupart de ses incarnations, un genre anthropocentré48, et bien que cette tendance ne se traduise pas nécessairement dans le portrait de pays, la critique semble malgré tout pointer vers une convention esthétique demandant des visages d’hommes. Franz Hellens le concède lui-même, la recherche du sujet humain relève quasiment d’un automatisme : « J’aurais pu aussi bien commencer par un panorama du pays géographique et pittoresque des deux régions du territoire belge, et ne parler qu’après du caractère de la population. C’est une vieille habitude de donner la préséance à l’homme, bien que dans le mythe de la création Dieu n’ait placé Adam et Ève qu’après l’érection du paradis terrestre. » (B, p. iv)

29En termes de photographies, le volume est en effet susceptible de décevoir un lecteur avide de sujets humains : sur 88 photos, 8 seulement se concentrent sur des personnes, et donnent à voir une marchande de cartes postales namuroise, un berger flamand, un chanteur ambulant et des « compères et commères » à Bruxelles, un ouvrier au port d’Anvers, des joueurs de cartes, des paveurs et un souffleur de verre au val Saint-Lambert. Il s’agit d’une tentative de représentation « folklorique » qui procure l’image d’un pays plongé dans le travail artisan, préservant des vestiges tels que le dialecte bruxellois (dont deux exemples sont donnés sous forme de blagues locales). La citation d’Émile Verhaeren accompagnant la photo d’une maisonnette de campagne confirme la vision de Maurice Blanc : « … les petites gens tassent leurs habitudes et font tranquillement la besogne qu’ils font »(B, p. 12). Mais point de « petites gens » à l’horizon dans cette photographie qui ne montre la civilisation que par sous-entendus.

Conclusion

30En somme, pourquoi le volume Belgique, pays de plusieurs mondes n’intègre-t-il pas le panthéon des ouvrages les plus réussis de la Guilde du Livre ? Si l’on situe le volume au sein de la série dont il est issu, plusieurs réponses se profilent au lecteur. Lorsque Jacques-Michel Pittier et René Zahnd décrivent le projet des albums du club de Mermoud, les auteurs insistent sur la relation symbiotique entre le texte et l’image en tant que noyau et atout principal de ces livres :

  • 49 Pittier (Jacques-Michel), Zahnd (René), op. cit., p. 135-136.

[l’]Image y règne et s’étale au fil des pages, tantôt seule, tantôt soulignée d’une phrase ou d’un poème. […] Et puis il y a la découverte : cultures étrangères, lieux familiers mais pris sous un angle insolite, visages, mouvements d’animaux sauvages, idoles païennes. Tout cela est rendu vivant, présent à l’œil qui paresse, s’attarde à un idéogramme, puis reprend le cours du texte. […] L’album est un tout. Certains sont ratés pare que l’alchimie du texte et de l’image ne s’est pas faite, mais il subsiste l’intention originale, l’ouverture vers quelque chose qui n’est ni de la littérature, ni de la photographie, mais qui doit l’essentiel à l’une tant qu’à l’autre49.

  • 50 Reverseau (Anne), « Enjeux des portraits de pays photoillustrés. Une introduction à un genre phot (...)

31Certes, les photographies sont d’une qualité artistique indéniable, et l’introduction de Franz Hellens explore habilement les sensibilités du peuple et les doux contrastes du paysage belge. Le texte et les images combinent dans ce livre deux visions différentes du pays, qui pourraient construire un portrait varié, une vue de plusieurs angles. La pluralité est inhérente au portrait de pays50 ; mais c’est le sujet, plutôt que le discours qui le met en scène, qui doit se dévoiler dans sa multiplicité. C’est donc paradoxalement cette idée même de pluralité, malgré son titre prometteur et un sujet comme fait sur mesure, que Belgique, pays de plusieurs mondes manque d’explorer, proposant plutôt l’amalgame de deux images parallèles, qui ne se rencontrent pas réellement dans ce tableau morcelé. Que ce soit à cause de sa position au carrefour de changements esthétiques au sein de la Guilde du Livre, d’un processus créatif peu collaboratif ou d’une approche plutôt conventionnelle au sein de son spectre générique, Belgique, pays de plusieurs mondes n’a pas été en mesure de satisfaire les désirs d’un lectorat avide de cette « alchimie du texte et de l’image ». Plutôt que de rendre compte de l’« harmonie dans les contrastes » de ce pays dont l’identité est fondée sur les différences, l’ouvrage de Blanc et Hellens fait paraître la Belgique, sans doute contre le gré de ses auteurs, comme un objet insaisissable.

Haut de page

Notes

1 Si les clubs de livres en général ont constitué le pivot d’une « évolution des techniques éditoriales et commerciales » (Richaudeau [François], « Le phénomène des clubs », dans Fouché [Pascal], éd., L’Édition française depuis 1945, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1998, p. 119) et une « révolution esthétique » dans le monde de l’édition français (Schuwer [Philippe], « Nouvelles pratiques et stratégies éditoriales », dans ibid., p. 427), la Guilde du Livre fait partie des pionniers de cette formule éditoriale, puisqu’elle est née onze ans avant la fondation du Club français du livre, un des premiers modèles à succès en France.

2 Alors que dans les années 1940, le nombre d’abonnés tournait autour de 25 000, en 1957, ce chiffre avait quadruplé. D’après les chiffres indiqués dans les numéros successifs du Bulletin de la Guilde du Livre.

3 Suite à la demande croissante d’un lectorat souhaitant se procurer les ouvrages originaux publiés à la Guilde sans devoir souscrire à l’abonnement, la Guilde du Livre a créé sa propre maison d’édition, les Éditions Clairefontaine, qui imprimaient les ouvrages parus à la Guilde dans des versions plus luxueuses, destinées directement à la vente en librairie. Avant la naissance de Clairefontaine, les libraires achetaient les livres de la Guilde « contre une remise de 10 % et majoraient le prix de 25 % afin de réaliser une marge bénéficiaire conforme à l’usage » (Desachy [Éric], « 1936-1977 : la Guilde du livre d’Albert Mermoud », dans Desachy [Éric], Mandery [Guy], éd., avec la collaboration d’Yves Grindat et de Gilles Lapouge, La Guilde du Livre. Les albums photographiques 1941-1977, Paris, Éditions les Yeux Ouverts, 2012, p. 6).

4 Le prix d’un album photographique à la Guilde du Livre a évolué avec le temps, mais il « n’excède pas celui d’un broché ordinaire » (ibid., p. 5).

5 Ibid., p. 8-9.

6 À ce sujet, voir Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physionomie d’un genre mineur », dans Poétique, n° 184, vol. 2, 2018, p. 247-268.

7 La maison d’édition avait alors déjà connu des volumes à succès tels que La Banlieue de Paris, Paris des rêves, mais aussi Le Grand Bal de Printemps d’Izis et Jacques Prévert (1951), Lausanne d’Henriette Grindat (1952) ou La France de profil de Paul Strand et Claude Roy (1952).

8 Mandery (Guy), « La décennie prodigieuse », dans Desachy (Éric), Mandery (Guy), op. cit., p. 10.

9 Desachy (Éric), op. cit., p. 6.

10 Le contrat établi entre Blanc et la Guilde du Livre pour ce volume spécifie en effet qu’« il appartiendra à M. Maurice Blanc de […] procurer les textes des légendes accompagnant les photographies dont il est l’auteur ainsi que le texte de la préface et d’en régler les droits y afférant ». Contrat entre Maurice Blanc et la Guilde du Livre, représentée par Albert Mermoud, 30 juillet 1955. Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

11 Hellens (Franz), « Introduction », dans Manifeste du lundi (1937), État présent des lettres françaises de Belgique, tome I, Dison, Éditions du plomb qui fond, 1949, extrait en ligne : https://www.larevuetoudi.org/fr/story/manifeste-du-groupe-du-lundi-extrait.

12 Lysøe (Éric), « Groupe du Lundi », dans Aron (Paul), dir., Textyles, n° 23, Les mots de la faim : les écrivains et la nourriture, 2003, p. 107. [En ligne], url : https://journals.openedition.org/textyles/877

13 Nahon (Valérie), « Les Documents secrets ou la construction d’une image de soi : Franz Hellens et l’identité d’écrivain-peintre », dans Purnelle (Gérald) et Demoulin (Laurent), dir., Textyles, n° 35, François Jacqmin, 2009, p. 115-130. [En ligne], url : https://journals.openedition.org/textyles/188

14 Laurence Brogniez situe l’établissement de ce mouvement dans la littérature belge en 1869, année de publication de Nos Flamands de Camille Lemonnier. Voir Brogniez (Laurence), « 1869 : Camille Lemonnier publie Nos Flamands, recueil d’essais sur la peinture flamande. Une “race” de peintres », dans Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît), Grutman (Rainier), éd., Histoire de la littérature belge francophone 1830-2000, Paris, Fayard, 2003, p. 117-126.

15 Meylaerts (Reine), « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », dans Klinkenberg (Jean-Marie), éd., Textyles, n° 15, L’Institution littéraire, 1999, p. 17-32. [En ligne], url : https://journals.openedition.org/textyles/1071

16 Blanc (Maurice), Hellens (Franz), Belgique, pays de plusieurs mondes, Lausanne, La Guilde du Livre, 1956. Les références à cet ouvrage sont données entre parenthèses dans le texte.

17 Mandery (Guy), op. cit., p. 10.

18 L’extrait de presse évoqué par Hellens ne figure pas dans les archives ; d’après la réponse d’Albert Mermoud, il s’agit d’un article du Peuple de Bruxelles. L’on peut dès lors supposer qu’il retourne d’un texte figurant dans le Bulletin de la Guilde n° 8, paru en août 1956. Il s’agit effectivement d’une critique très laudatrice du Peuple, d’après laquelle « Franz Hellens a donné, à l’album d’images que publie, sous ce titre, la Guilde du Livre, une fort bonne préface où il montre, en quelques pages, les traits essentiels du visage de notre pays et où il fait jouer les reflets de son âme. […] L’album compte quatre-vingt-huit photos de Maurice Blanc. Elles sont d’une originalité surprenante. Elles auraient pu – et c’est un risque – verser dans la banalité de ces sortes d’entreprises. Or, si l’on retrouve, çà et là, des photos “classiques”, telle église de Liège ou tel hôtel de ville provincial, la plupart cependant dégagent une poésie, une fraîcheur, une vérité, nous allions écrire une sincérité peu commune. » Il est notable que les « critiques concernant les textes littéraires » mentionnées dans la lettre par Hellens ne sont pas reproduites dans le Bulletin.

19 Lettre de Franz Hellens à Albert Mermoud, le 21 juin 1956, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

20 Lettre d’Albert Mermoud à Franz Hellens, le 23 juin 1956, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

21 Lettre d’Albert Mermoud à Maurice Blanc, le 2 juillet 1959, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

22 Desachy (Éric), « Belgique pays de plusieurs mondes – 1956 », dans La Guilde du Livre. Les albums photographiques 1941-1977, op. cit., p. 97.

23 Mermoud (Albert), « Entretien », dans Pittier (Jacques-Michel), Zahnd (René), Albert Mermoud. La Guilde du Livre, une histoire d’amour, Genève, Slatkine, 1987, p. 145.

24 Les deux autres tomes mentionnés, le Sahara et l’Arabie Saoudite, sortis respectivement en 1958 et 1961, sont quelque peu tardifs mais intègrent la même période d’« apogée » de la Guilde identifiée par Éric Desachy.

25 Desachy (Éric), Mandery (Guy), op. cit., p. 101.

26 Ibid.

27 Parmi les plus récurrents, notamment : Émile Verhaeren, Victor Hugo, Maurice Maeterlinck, Paul Verlaine, Georges Rodenbach, Gérard de Nerval, François-René de Chateaubriand, Max Elskamp…

28 Les uniques instances de textes qui ne sont pas signés par des auteurs reconnus sont une recette de cuisine accompagnant la photo d’une dame âgée, et deux blagues incorporant des mots du dialecte bruxellois, illustrant à leur tour trois « commères et compères ».

29 Voir Martens (David), op. cit., p. 250.

30 Mermoud (Albert), op. cit., p. 145-146.

31 Michel (Christelle), « La Guilde du Livre », dans Photos d’encre. Le livre de photographies à Lausanne, 1945-1975, exposition en ligne : https://db-prod-bcul.unil.ch/expositions/LIVRE_PHOTO/GUILDE_DU_LIVRE/INDEX.HTM

32 D’après le contrat, c’est le photographe, et non l’éditeur, qui devait payer l’écrivain de son choix. Hellens reçut un forfait de 50 000 francs français pour sa contribution à l’ouvrage. Voir lettre de Maurice Blanc à Franz Hellens, 27 avril 1955, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

33 Lettre de Franz Hellens à Maurice Blanc, 3 mars 1955, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

34 Lettre de Franz Hellens à Albert Mermoud, le 21 juin 1956, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

35 Martens (David), op. cit., p. 248.

36 Martens (David), op. cit., p. 248.

37 Ibid., p. 10.

38 Martens (David), Reverseau (Anne), Pays de papier. Les livres de voyage, Catalogue d’exposition, Charleroi, Musée de la Photographie, 2019, p. 19.

39 Amirou (Rachid), L’Imaginaire touristique, Paris, cnrs Éditions, 2012, p. 9.

40 Ibid., p. 32.

41 « Ce double caractère du Belge [“mélange de mysticisme et de réalisme”] […] se manifeste également dans la littérature. Les noms des écrivains qui l’ont le plus fortement marqué dans leurs œuvres sont sur toutes les lèvres : Maurice Maeterlinck, Émile Verhaeren, Max Elskamp, pour ne citer que ceux-là, les meilleurs. » (B, p. iv)

42 Mamatsashvili (Atinati), « La littérature belge sous l’Occupation. Anti-utopie et réalité à travers le réalisme magique et le fantastique », dans Stiénon (Valérie), dir. Textyles, n° 48, Utopie et anticipation, 2016. [En ligne], url : https://journals.openedition.org/textyles/2661

43 Hellens (Franz), Documents secrets (1905-1956) : histoire sentimentale de mes livres et de quelques amitiés. Documents secrets, 1905-1931, Bruxelles-Maestricht, aam Stols, 1932, p. 60.

44 Voir Martens (David), Reverseau (Anne), op. cit., p. 128-129.

45 Voir Martens (David), « L’hier et l’aujourd’hui dans le portrait de pays. Neutralisations de l’historicité », dans Reverseau (Anne), éd., Portraits de pays illustrés. Un genre phototextuel, Paris, Classiques Garnier, coll. Lire et voir, 2017, p. 227.

46 Bien qu’Éric Desachy et Guy Mandery qualifient le texte de Hellens d’« introduction historique », ce terme n’est pas une juste description de cet incipit qui décrit avant tout le peuple et le paysage belges. La seule mention concrète d’un fait historique se trouve à la fin du texte, où Hellens évoque l’Inquisition espagnole, qui a eu lieu avant la naissance institutionnelle de la Belgique.

47 Lettre de Maurice Blanc à Albert Mermoud, 17 juin 1955, Fonds de la Guilde du Livre, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.

48 Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physionomie d’un genre mineur », op. cit., p. 248.

49 Pittier (Jacques-Michel), Zahnd (René), op. cit., p. 135-136.

50 Reverseau (Anne), « Enjeux des portraits de pays photoillustrés. Une introduction à un genre phototextuel », dans Reverseau (Anne), éd., op. cit., p. 10-11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcela Scibiorska, « Regards croisés sur « la plaque tournante de l’Europe » »Textyles, 56 | 2019, 59-76.

Référence électronique

Marcela Scibiorska, « Regards croisés sur « la plaque tournante de l’Europe » »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3546 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3546

Haut de page

Auteur

Marcela Scibiorska

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search