Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Portraits de la BelgiqueMarie Gevers au pays des merveilles

Portraits de la Belgique

Marie Gevers au pays des merveilles

Images d’un jeu de l’oie1
Jean-Marie Klinkenberg
p. 77-96

Dédicace

À Maggy (Nestlé), Lucien (†)(Liebig), Annette (Historia), Jean (Tintin), Marie (Jacques)

Texte intégral

Les images d’un pays en chocolat

  • 1 Le présent texte fait usage de l’orthographe rectifiée de 1990, recommandée par toutes les instan (...)

1Collectionner des images sur des supports matériels est une activité qui est loin d’avoir disparu : le succès des cartes Pokémon le prouve. Mais les rassembler pour les insérer dans des albums est une pratique qui s’est raréfiée : elle ne concerne plus guère que les fans de footballeurs.

2Il faut donc faire un certain effort de mémoire pour se rappeler que ces collections, relayant les manuels scolaires, ont pu être un des principaux vecteurs de la culture quotidienne : outre qu’elles faisaient rêver devant les portraits des héros de western et des coureurs cyclistes, outre que l’on pouvait revivre, grâce à elles, Dumbo ou Peter Pan, que l’on pouvait se projeter dans l’an 2000 (avec ses avionnettes individuelles et ses trottoirs roulants), elles permettaient d’acquérir de solides connaissances sur les sous-marins, les locomotives et les mammifères (les dinosaures n’étaient alors pas à la mode), mais aussi sur l’Anabase, l’utilisation des plumes dans l’artisanat, les aurores boréales et – horresco referens – « les races humaines » (tout un album du « superchocolat Jacques »…) Elles offraient aussi une culture littéraire en version allégée, par exemple avec Les Trois mousquetaires et Robinson Crusoë ou en compagnie de Jonathan Swift, qui inspira à Aiglon un Gulliver à/in Lilliput et à De Beukelaer des Voyages de Gulliver.

3Ces collections, on les constituait de deux manières : soit en découpant des bons sur les emballages de différents produits de grande distribution, bons que l’on échangeait pour des images – cas des- timbres Tintin, Artis ou Historia –, soit en découvrant directement l’image dans ledit produit. (Le réceptacle privilégié étant ici la tablette ou la barre de chocolat : Victoria, Aiglon – « du bon chocolat c’est bien, avec de belles images c’est mieux » –, Martougin, Meurisse, Ackermans…) Ces vignettes avaient vocation à prendre place dans des albums. Le caractère progressif du processus (récolte des bons, échange, collage, troc avec d’autres collectionneurs…), contrastant fortement avec l’immédiateté wikipédesque d’aujourd’hui, assurait un commerce intense avec les images comme avec les textes bien de nature à nourrir l’imaginaire. De plus, ces images n’allaient pas seules : elles rimaient avec celles qu’on rencontrait sur d’autres objets de la vie quotidienne, comme ces boites métalliques contenant initialement des biscuits ou du chocolat mais finalement vouées à protéger du matériel de couture ou des photos de famille.

  • 2 Klinkenberg (Jean-Marie), Petites Mythologies belges, Bruxelles, Édition Labor/Éditions Espace de (...)

4Ni les images ni les boites en fer-blanc ne sont des monopoles belges : les collectionneurs se disputent aujourd’hui sur eBay les chromos diffusés par des marques aussi différentes que Guérin-Boutron, Louit, Cardon, pour ne citer que des chocolatiers français. Mais il n’en reste pas moins que la Belgique – patrie du chocolat dans l’imaginaire de ses citoyens – a particulièrement été active dans la création de ces chromos, et qu’un grand nombre de ceux-ci ont véhiculé des contenus explicitement belges, dont l’inventaire et l’étude restent à mener. « On ne dira jamais assez le rôle joué par le chocolat dans l’éducation civique bilingue », observai-je déjà en 2003 dans mes Petites Mythologies belges2.

  • 3 Baetens (Jan), Vanhaesebrouck (Karel), Kleine Vlaamse Mythologieën, fotos van Brecht Van Maele, A (...)

5Deux grands thèmes, d’ailleurs étroitement liés, sont ici exploités : la colonie et la monarchie. Un des fleurons de la collection Jacques a ainsi été Notre Congo Onze Kongo, faisant pendant aux deux volumes Belgisch Congo belge d’Aiglon, aux Congo belge et Belgisch Kongo de Martougin. La dynastie méritait sans doute des supports plus nobles : si Aiglon consacra un album aux Souverains et princes, Jacques à La Famille royale et Côte d’Or à Nos Enfants royaux, ce sont surtout les boites métalliques qui assumaient le rôle que jouent aujourd’hui « Place royale » et Gala. Mais l’éventail national-chocolatier est très ouvert. Les légendes sont ainsi à l’honneur chez Aiglon – Les IV Fils Aymon. De IV zonen Aymon, Geneviève de Brabant. Genoveva van Brabant… – comme aussi les artistes : Rubens le magnifique et son temps. Rubens de prachtlievende en zijn tijd ; et Côte d’Or n’est pas en reste avec un album sur le folklore belge, tandis que Liebig n’a pas reculé devant des séries comme « Corps expéditionnaires belges » ou « Promotion du travail par de grands Belges ». De toute cette production se détachent assurément les six volumes Historia Nos Gloires, sous-titrés Vulgarisation de l’histoire de Belgique par l’image, et qui circulaient en néerlandais sous le titre ‘s Lands glorie. Le texte de Jean Schoonjans exploite fidèlement la doxa pirennienne, ce qui n’est pas vraiment original ; par contre, les illustrations de Jean-Léon Huens faisaient preuve d’une vigueur qui a assuré leur persistance dans les mémoires, phénomène sur lequel Jan Baetens et Karel Vanhaesebrouck ont écrit des lignes sagaces dans leurs Kleine Vlaamse mythologieën3.

6On notera enfin – autre signe de belgitude – le bilinguisme qu’arboraient nombre de ces opuscules, parfois au prix d’acrobaties typographiques, comme celle qui consistait à entremêler les deux langues sur la couverture (« IV » et « Aymon » sont communs aux deux lignes du titre, comme aussi « Brabant »).

Dans l’ouvroir de l’écrivaine

7Plusieurs raisons poussent à isoler, dans cette vaste production, Les Merveilles de la Belgique, publiées par Nestlé.

8Tout d’abord, au rebours de maints albums évoqués, souvent rédigés par une plume anonyme, celui-ci est dû une écrivaine de premier plan. La seconde raison est l’originalité de la formule mise au point par cette dernière pour s’insérer dans la tradition du livre didactique et patriotique pour la jeunesse.

  • 4 MG à Lippens, 1.12.1949, AML, cote FS55 1/24/4 ; je souligne. Materne, aujourd’hui Materne-Confil (...)

9Lorsqu’elle publie Les Merveilles de la Belgique, Marie Gevers est une auteure déjà mure (elle a 66 ans à la sortie du livre) et consacrée : elle a publié ses œuvres principales et a été élue à l’Académie le 9 avril 1938. Plusieurs lignes de force de son œuvre la préparaient à l’aventure des Merveilles : elle avait déjà publié des récits pour la jeunesse ainsi que des livres où la préoccupation documentaire affleure (Plaisir des météores ou le Livre des douze mois en 1938 ou L’Herbier légendaire en 1949). Mieux : elle avait déjà contesté l’autonomie du champ littéraire en mettant son art au service d’entreprises commerciales. Commentant L’Herbier, elle précise à son correspondant qu’« il s’agit de contes floraux établis sur les données de folkloristes, tout comme j’avais jadis écrit des contes sur les fruits pour la Maison Materne4 ».

  • 5 Il est possible de se faire une idée de certains aspects de la genèse du projet grâce au dossier (...)
  • 6 1.12.1949, FS55 1/24/4.

10Le projet des Merveilles de la Belgique nait à la fin de 1949, lors d’une conversation téléphonique que Gevers a avec Daniel Lippens, responsable des produits promotionnels Nestlé dont les albums font partie5. Le projet est d’abord assez flou : dans une lettre que l’auteure adresse à Lippens6 pour revenir sur leur entretien, il est simplement question d’une « collaboration à un éventuel album publicitaire de la maison Nestlé, et ayant pour sujet soit des apysages [sic], soit des éléments de beautés de la nature dans notre pays », ce qui est assez vague (l’histoire ne semble pas envisagée à ce stade, alors qu’elle sera très présente dans le texte final).

  • 7 Titre d’une série d’albums produits par Nestlé, Peter, Cailler, Kohler depuis les années 1930 jus (...)
  • 8 FS55 1/24/5.
  • 9 24.2.1950, FS55 1/24/6.

11Ce projet est-il une initiative de Gevers ou une commande de l’entreprise, désireuse de confirmer le succès de ses Merveilles du monde7 ? On ne peut le savoir avec certitude. D’un côté, la lettre que Lippens lui adresse le 10 janvier 1950, après la trève des chocolatiers, montre non seulement que Gevers était très motivée pour le projet, mais qu’elle avait fait à Nestlé une proposition en bonne forme (« Nous vous remercions de votre proposition du 30 décembre 1949. Comme l’édition d’un nouvel album demande une étude très approfondie, nous vous prions de vouloir bien patienter quelque peu avant d’être fixée8. ») Mais de l’autre, on voit l’auteure remercier Lippens d’avoir été « le promoteur de cette entreprise9 ».

  • 10 Date d’une lettre (non conservée) de l’éditeur marquant son accord pour la rédaction d’un livre s (...)
  • 11 FS55 1/24/8. Sur ce personnage, voir ci-après p. 81-82.
  • 12 Annotation manuscrite de MG à la lettre de Nestlé du 24.3.1950 (FS55 1/24/9), proposant l’organis (...)
  • 13 MG à Lippens, 19.5.1950 (FS55 1/24/15).
  • 14 MG à Lippens, 3.5.1950 (FS55 1/24/13).
  • 15 MG à Lippens, 23.6.1950 (FS55 1/24/16). Le 3.2.1951 (FS55 1/24/27), elle réclamera davantage d’es (...)

12Ladite entreprise entre dans sa phase de concrétisation entre le 10 janvier et le 21 février 195010. Les choses vont alors très vite : le 16 mars, Nestlé accuse réception d’un premier jet de l’introduction, intitulé « Le Grand mécène11 ». Le 30 mars a lieu une séance de remue-méninges réunissant Marie Gevers, Daniel Lippens et ses deux conseillers scientifiques, Georges Onclincx et Dominique Bockstael, professeurs de l’enseignement moyen, lesquels documenteront et conseilleront l’auteure12. En mai, un premier chapitre est terminé13, et le travail est assez avancé pour autoriser une discussion sur la disposition des chromos et du texte dans un passage consacré à Bruxelles14. En juin, l’auteure s’inquiète du peu d’espace dont elle disposera15 (à ce stade, on prévoit un album de 24 pages de 1 200 mots/page, orné de 248 images).

  • 16 MG à Lippens, 27.12.1950 (FS55 1/24/26) : « Il me reste maintenant à prendre mon élan quand je me (...)
  • 17 Voir lettre de Bockstael à MG, 4.5.51 (FS55 1/24/11).

13À ce moment, en dépit de nombreux échanges sur les contenus à introduire, la rédaction semble marquer le pas. Mais elle reprend au début 195116 : en février, 44 pages sont prêtes et au début mai le manuscrit complet a fait l’objet d’une relecture par les garants scientifiques17.

  • 18 Voir lettre de MG à Lippens du 2.6.1951 (FS55 1/24/45).
  • 19 FS55 1/24/51.
  • 20 Gevers (Marie), Merveilles de la Belgique, Bruxelles, Nestlé, s.d. [1952], 28 x 22 cm, rel. spira (...)

14Il faudra encore attendre pour la mise au point d’un dactylogramme complet18, et c’est le 21 octobre 1952 seulement que Daniel Lippens annonce que l’album sortira de presse courant novembre. Il a en effet fallu remettre sur le métier la « traduction flamande » du texte, qui ne donnait pas satisfaction19. L’album annoncé aux dos des images sort donc enfin, en même temps que sa version néerlandaise Ons wonderschoon België, traduite par Bernard Heuvelmans (l’inventeur de la « cryptozoologie », dont on se souvient grâce à Henri Vernes et à Hergé). Préfacé par Arthur Haulot, il a 68 pages et peut recevoir 288 images ; il comporte également un double feuillet dépliant sur lequel je vais revenir20.

  • 21 Abastado (Claude), Mythes et rituels de l’écriture, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 263.

15Cette genèse permet de surprendre une activité bien loin d’être conforme au mythe du Poète solitaire, immergé dans « une pratique spéculative qui trouve en elle-même sa propre fin21 ». On voit en effet, au long de l’élaboration de l’ouvrage, une véritable synergie s’établir entre l’écrivaine, son éditeur et ses conseillers : ceux-ci s’expriment à propos des formules techniques retenues par la première ; celle-là discute la pertinence des choix opérés par les derniers, mais les laisse intervenir dans la charpente narrative. On comprend aussi que l’auteure doit bénéficier d’un véritable droit d’initiative dans la conception de l’illustration. On voit aussi le dialogue s’établir entre tous les partenaires à propos du rapport du texte et des images : celles-ci doivent-elles être placées au plus près des lignes auxquels elles font écho ? comment les disposer sur la page pour qu’elles respectent la logique du texte, ou comment infléchir cette dernière pour qu’elle puisse se conformer à la dynamique de la perception visuelle ?

16Dans une certaine conception du texte littéraire, on entend ignorer que le verbe a une chair. Or, l’œuvre s’offre toujours à l’œil ou à l’ouïe du lecteur à travers une expérience physique déterminante. Tenir compte de ce liseur fait apparaitre crument que le texte n’est pas seulement engendré par un génie singulier, mais qu’il implique des imprimeurs, des éditeurs, des techniques, des matériaux, qu’il accède à l’existence sur un support, destiné à circuler d’une manière particulière, et qu’il s’adresse à un être réel. La genèse des Merveilles fournit une démonstration convaincante de la pertinence de cette conception.

Contrainte et structure : Gevers avant l’OuLiPo

17J’indiquais en commençant qu’un des intérêts du livre était l’originalité de sa formule. Cette formule permet de résoudre ce qui a toutes les apparences d’une quadrature du cercle : respecter les normes du genre contraint qu’est l’album d’images à coller tout en se libérant de leur carcan, relever de la littérature de commande tout en étant littérairement acceptable aux yeux d’une auteure légitime et de son public.

18Cette originalité se dévoile progressivement au début du texte. Celui-ci s’ouvre par un dialogue entre un mystérieux personnage et sa secrétaire :

– Veuillez sténographier, Mademoiselle, dit le Grand-Mécène.

Mademoiselle Dubois, de son stylo agile, écrivit ce qui suit :

– Désirant que les écoliers de Bruxelles connaissent apprécient les merveilles de leur pays, j’ai décidé de consacrer une somme importante à leur en faciliter l’accès. Tous les écoliers […] qui le désireront, feront l’objet d’un tirage au sort. Deux filles et deux garçons ainsi désignés formeront deux équipes. Deux autos, pourvues de chauffeurs désignés par moi-même, les mèneront dans toute la Belgique. (MB, p. 5)

  • 22 Ce qui correspond à la 4e année de l’enseignement secondaire : on comptait à l’envers à l’époque.
  • 23 MG à Bockstael, 11.2.1951 (FS55 1/24/29).

19Deux équipes sont ainsi constituées (davantage aurait complexifié la narration). La première est composée de Christine, élève de 3e gréco-latine22, et de Jean-Pierre, de 4e latine, pilotés par Suzanne ; la seconde, guidée par Jan, l’est de Francis, de 2e scientifique, et du personnage préféré de Gevers : Marie-Ève, de 7e primaire, la plus jeune mais « la plus futée de la bande23 ». Les cicérones sont chacun au volant d’une voiture « Doublixe », marque inventée pour les besoins de la cause (ce qui introduit une dose de fiction dans un texte se voulant réaliste).

20Ce richissime Grand-Mécène ne sera jamais nommé autrement (sauf par deux fois, comme « le Vieux Monsieur », avec des majuscules également). C’est pourtant un personnage essentiel du récit, dont il sera le maitre : au long du texte, et tout en restant en coulisse, il distillera les ordres et les conseils, multipliera les cadeaux et les surprises : c’est grâce à lui que les visiteurs des cristalleries du Val Saint-Lambert se verront remettre un vase ; il mettra son avion personnel à la disposition de l’équipe I pour faire le trajet Melsbroek-Spa. Et, à la fin du récit, c’est lui qui récompensera les héros, en leur offrant- des vacances qui leur permettront de jouir une fois de plus des merveilles de leur pays. Porte-parole anonyme de l’auteure mais aussi de la généreuse Belgique, son caractère démiurgique se manifeste encore d’une autre manière : c’est lui qui jette les dés qui décideront des allées et venues des deux équipes.

21Car c’est ici que réside vraiment l’originalité du livre de Marie Gevers : les « randonnées » que son album va conter sont structurées sur les règles du jeu de l’oie. Reprenons le dialogue entre le Grand-Mécène et mademoiselle Dubois. Cette dernière pose la question qui se pose à tout(e) auteur(e) de guide ou d’album de chocolaterie :

– Si vous attirez l’attention sur certains monuments et certains sites, vous commettrez forcément des injustices. Vous allez choisir arbitrairement parmi les mille et une merveilles de notre pays, celles qui vous plaisent, à vous, à l’exclusion des autres ?

Le Grand-Mécène eut un sourire de triomphe :

– J’ai résolu le problème, Mademoiselle. Le hasard seul décidera. Les écoliers seront désignés par le sort, je vous l’ai dit. Les itinéraires seront jetés aux dés.

– Aux dés, Monsieur ?

– Reprenez votre stylo, Mademoiselle : je dicte :

« Pour fixer les itinéraires à accomplir par les gagnants de la loterie, nous établirons un Jeu de l’Oie, dont les 63 figures représenteront des sites, des monuments, choisis dans tout le pays. Nos écoliers iront d’un lieu à l’autre, comme les pions du jeu de l’oie vont de case en case. » (MB, p. 5-6)

  • 24 Expression empruntée à Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physion (...)

22Par la magie de la structure ocaludique, le supra-genre dont relèvent l’encyclopédie, le guide touristique, le récit de voyage et le « portrait de pays24 » est fondamentalement mis à mal : ce qui devait être une description devient récit, ce qui devait être exploration systématique devient aventure. Quant à la voix de l’auteure, d’habitude autorisée dans ce supra-genre, elle se fait discrète pour mieux faire entendre celle de ses personnages vivants et dialoguants (voir § 4).

  • 25 MG à Lippens, 6.11.1950 (FS55 1/24/19), p. 2.
  • 26 Vancoppennolle (Vincent), « Lecture », dans Gevers (Marie), La Comtesse des digues, Bruxelles-Par (...)

23La structure de ce récit est engendrée par des règles ressemblant aux contraintes oulipiennes (à cette importante différence près qu’ici la contrainte est elle-même aléatoirement établie). Marie Gevers se rend ainsi coupable de ce que les Oulipiens appellent un « plagiat par anticipation ». Ce dont elle est bien consciente : elle déclare que « ce petit ouvrage [lui] est déjà cher, peut-être parce qu’il est renfermé dans des règles et conditions aussi strictes que s’il s’agissait d’une série de “sonnets sans défauts”25 ». On savait d’ailleurs que l’auteure ne crachait pas sur les formules littéraires à contrainte : Vincent Vancoppenolle note que Plaisir des météores ou le livre des douze mois (1938) emprunte la forme de l’almanach, comme d’autres textes de l’auteure, et se plie à une exigence de circularité26.

  • 27 Avec quelques libertés garantissant la fluidité du récit : chez MG, on n’attend pas d’être relevé (...)

24On peut à bon droit parler de contrainte, car toutes les configurations canoniques du jeu de l’oie classique sont respectées par l’auteure27. Et ce sont ces règles qui génèrent la narration : bonds en avant grâce à des oies dextropètes, avance de six cases grâce au pont de la case 6, etc.

25Ces configurations sont habilement adaptées au référent belge : les ponts reliés entre eux sont à Tournai et à Courtrai, l’« hôtellerie » sera évidemment la ville d’eau par excellence, Spa, et la tête de mort sera celle qui ornait, parait-il, le pavillon des corsaires ostendais. Autre adaptation au référent : on sait que le chiffre 9 est privilégié au jeu de l’oie. Cela tombe bien : la Belgique est – à l’époque – divisée en neuf provinces, qui fourniront chacune sept merveilles. Soit 9 x 7 = 63, case d’arrivée : le compte y est !

26L’album est matériellement complété par le plateau du jeu lui-même : un feuillet fort, plié en deux et encarté à la fin du volume. De sorte que, bien avant le succès des « livres dont vous êtes le héros » des années 1980, le lecteur est invité à faire lui-même son tour de Belgique, au cours duquel il pourra facilement se reporter aux textes de l’album. Dans cette partie, le lecteur effectuera évidemment un périple différent de celui qui est narré par Gevers. Le lecteur ? Les lecteurs, plutôt, puisque le jeu est nécessairement collectif. Ce qui induit donc, au moins potentiellement, une lecture non point solitaire mais partagée ; et c’est là une autre originalité de l’ouvrage.

  • 28 MG à Lippens (FS55 1/24/15).

27Est-ce à l’imagination de l’auteure que l’on doit cette originalité ? Les échanges entre elle et son éditeur ne font, au début du projet, aucune allusion à la structure du jeu de l’oie. On a vu plus haut qu’en mars 1950, Marie Gevers avait déjà rédigé une introduction intitulée « Le Grand mécène ». Mais rien ne dit qu’à ce stade, la formule d’un texte généré par le jeu a déjà pris forme : la première mention certaine de cette formule n’apparait que le 19 mai 195028. Toutefois, on constate qu’à ce moment ladite formule est déjà fermement acceptée par tous les partenaires du projet. Le concept – qui devait rester un hapax dans la tradition des albums Nestlé – serait-il né lors de la séance de remue-méninges du 30 mars de la même année ? Nous ne le saurons sans doute jamais, pas plus que nous ne saurons si elle est née du seul cerveau de l’auteure, même si nous pouvons le soupçonner, comme on va le voir ci-après.

28Une chose est en tout cas certaine : que le jeu de l’oie a toujours été très présent dans l’imaginaire véhiculé par l’écrit ou le film, depuis Goethe, avec son poème « Leben ist ein Gänsespiel » (1819) jusqu’au livre pour enfants The Game of the Goose de l’Australienne Ursula Dubosarsky (2000) en passant par l’opéra-bouffe d’Offenbach La Belle Hélène (1864), qui voit, à l’acte II, Agamemnon et sa suite jouer au noble jeu.

  • 29 Publié en feuilleton dans le Magasin d’éducation et de récréation (1.1.1899 au 15.12.1899), puis (...)

29Parmi tous ces témoins, il faut détacher Jules Verne. C’est lui qui, le premier, s’est emparé de la structure du jeu pour organiser tout un récit. Voici l’argument de son roman Le Testament d’un excentrique29 : William J. Hypperbone, membre de l’Excentric Club, lègue sa fortune à un des six Chicagolais tirés au sort pour prendre part à un jeu de l’oie, le divertissement favori du défunt, ici rebaptisé « Noble Jeu des États-Unis d’Amérique ». Dans ce jeu, chaque case représente un État (et comme le nombre d’États est inférieur à 63, l’Illinois – où se trouve Chicago – revient à 14 reprises pour figurer les cases munies d’une oie). C’est au gré des jets de dés que les joueurs (rejoints par un septième mystérieux personnage) parcourront les États-Unis. De toute évidence, l’objectif est moins de conter une aventure que de célébrer tout l’espace américain au bénéfice du lecteur.

  • 30 Sur tout ceci, voir Skenazi (Cynthia), Marie Gevers et la nature, Bruxelles, Académie royale de L (...)

30Comme on le voit, ce projet est fort proche de celui de Gevers. Et cela jusque dans les détails : par exemple, les dés sont jetés par le notaire du milliardaire comme ils le sont par le Grand-Mécène chez la Belge. Jules Verne serait-il l’inspirateur de l’écrivaine, davantage que ceux qui ont collaboré avec elle aux Merveilles ? La chose est très vraisemblable : on sait que la petite Marie, qui avait été scolarisée dans le milieu familial, avait dévoré les œuvres de Verne, et que celles-ci étaient en bonne place dans la bibliothèque de son père, majoritairement composée d’auteurs du xixe siècle. On sait aussi que l’idée d’apprendre par le jeu – une des lignes de force de notre album – régnait dans ce milieu30. Ce serait donc cette fois l’Amiénois qui serait coupable d’un plagiat par anticipation…

Jeu de l’oie et dynamique narrative

31Les Merveilles de la Belgique assument donc un désordre qui contraste avec les logiques du récit de voyage, du guide touristique et du portrait de pays. Reprenons le dialogue entre le Mécène et sa secrétaire :

– Vous semblez surprise, Mademoiselle ?

– Quel désordre, Monsieur, vous oubliez qu’on enseigne la géographie et l’histoire très méthodiquement, par régions, par…

– Mademoiselle, je brouille tout cela ! Nous allons courir au hasard des coups de dés dans le pays entier. (MB, p. 6)

  • 31 Effet voulu : « Je pense préférable de ne pas épuiser en un seul trajet chaque lieu atteint par l (...)

32Pouvoir du Deus ex machina, qui modifie les règles, mais surtout désordre. Et désordre d’autant plus spectaculaire qu’un même lieu sera visité à plus d’une reprise : non seulement les joueurs repasseront fatalement par les mêmes endroits – la Belgique est quand même un petit pays –, mais les deux groupes peuvent se succéder dans une même localité (la terrible case « Ostende », qui impose de reprendre le périple à zéro, est occupée à trois reprises)31.

  • 32 Distances évaluées en tenant compte du fait que le récit se déroule à l’ère anté-autoroutière.

33Au rebours de ce que l’on trouve dans les guides de voyage ou dans les portraits de pays, la description des lieux est donc spectaculairement éclatée. Et l’impression d’éclatement est d’autant plus nette que les déplacements des deux équipes, dont chacune parcourra environ 3 500 kilomètres en un petit mois32, sont souvent longs (le coup 6, triplé, fait faire un total de 672 kilomètres au groupe I) et que le détail des points intermédiaires est presque toujours soigneusement fourni (« Verviers, Liège, Bruxelles, Gand, Bruges. S’arrêter un moment à Bruges. », MB, p. 63). Gevers, par la voix de ses personnages, insiste sur ce désordre : « Les dés ne se montrent pas géographiques. Ils nous lancent sans discernement d’un bout à l’autre de la Belgique ! Furnes-Bouillon… a-t-on idée ? » (MB, p. 59)

  • 33 « La fonction de mise en valeur du patrimoine […] conduit nombre de ces ouvrages [les portraits d (...)
  • 34 MG à Lippens, 6.11.1950 (FS55 1/24/19), p. 2.

34Le mouvement multiplie les occasions de fournir des contenus touristiques tout en relativisant l’obligation, que se donnent les récits de voyage et les portraits de pays, de présenter leurs contenus de manière systématique et homogène33. Le Hasard permet d’échapper au système et conjure le risque de n’avoir qu’un « fastidieux entassement34 ».

35Une narration, ce sont des actions et des personnages, s’inscrivant dans le temps.

  • 35 « C’est très utile à la base d’un récit qui doit être très clairement établi pour montrer les car (...)

36Au fil de ce temps, les personnalités des acteurs des Merveilles se révèlent peu à peu. Elles sont complémentaires, contrastées, et évoluent (« Suzanne, un peu timide au débit de la partie, circulait maintenant avec aisance par routes et villes. », MB, p. 61) Elles se manifestent au cours des discussions, voire des controverses : Francis, futur architecte, est évidemment attiré par les constructions, tandis que Jean-Pierre use et abuse de l’exclamation « Formidable ! », qui viendra conclure le récit (MB, p. 67). Pour mieux faire ressortir la singularité de ces personnages, les deux équipes se rencontreront à deux reprises au cours de la partie35.

37Les péripéties de l’action sont au premier chef celles du jeu de l’oie. À l’exception d’une seule, toutes ses règles canoniques seront exploitées dans le récit : les deux équipes trouveront la tête de mort sur leur chemin (la II au coup 7, la I au 9 puis à nouveau au coup peu innocemment numéroté 13), le bonheur de faire 9 au point de départ en sautant tantôt au 53 tantôt au 26 échoit par deux fois à l’équipe I, l’équipe I dépassera le but au jet 9, connaitra la prison au coup 7 et le II l’hôtellerie au 9, etc. Seul le puits sera épargné aux joueurs.

38Si le jeu de l’oie programme des rebondissements, le lecteur est en droit de trouver ces derniers mécaniques. Aussi faut-il habiller ce squelette de chair et, aux simples déplacements, ajouter des actions annexes. Dès lors, l’auteure veillera à narrativiser les itinéraires, même et surtout lorsqu’ils se présentent sous une forme technique :

Eh ! Christine, tu regardes la carte ? dis-nous l’itinéraire :

Mons – Charleroi – Namur – Liège – Verviers…/ ça fait combien de kilomètres ? environ 165 (MB, p. 60-61).

39Pour conjurer le côté machinal du procédé, les personnages ne manquent pas d’exprimer leurs espoirs et leurs déconvenues face aux aléas des dés. Et l’auteure ne nous épargne pas la description de leur fatigue et de leurs humeurs, provoquées par les déplacements incessants.

40Pour garantir le côté vivant du récit, les techniques sont nombreuses. Ce sont tantôt des instructions qui maintiennent le lecteur en haleine, ou le mystère qui plane sur la récompense attendant les vainqueurs, ou la survenance de faits inattendus. Il y aura même dans le récit un petit mystère qui ne cessera d’irriter Marie-Ève. Un mystère double : qui est cet oncle Octave, constamment invoqué par Jan, et d’où viennent les connaissances encyclopédiques de ce dernier sur les cours d’eau ? Ce mystère s’épaissira au fil du récit, et ne trouvera sa solution que dans les lignes ultimes.

41Au nombre des techniques destinées à contrer le caractère mécanique de la contrainte, il faut aussi compter le rythme de la narration : au fil des pages, l’excitation du jeu croit et la description des itinéraires et des curiosités qui les jalonnent se fait plus de plus en plus brève (« Plus la partie avançait, plus on allait fiévreusement. Suzanne elle-même se sentait gagner par l’excitation du jeu. », MB, p. 66)

42Pour la narratologie structuraliste, tout récit est une quête. Et ici, on peut même en distinguer deux, qui se superposent.

43La première quête est la plus voyante, mais elle n’est pas la plus importante, soumise qu’elle est à la seconde ; au cours des pages, elle s’efface d’ailleurs peu à peu devant cette dernière.

44Selon le modèle actantiel classique, la première quête peut être décrite de la manière suivante : l’Objet désiré est la victoire au jeu et la récompense qui doit l’accompagner. Le Sujet, ce sont les jeunes, participant à cette quête à leur bénéfice. Le Donateur (une fonction qui n’a jamais aussi bien porté son nom) est le Grand-Mécène. Quant aux Adjuvants et aux Opposants, ce sont évidemment la chance et la malchance, le noble jeu étant de pur hasard.

  • 36 Voir Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, 1970.

45Dans la seconde quête, le rôle de Sujet est assumé par les mêmes jeunes, mais l’axe du désir qui les relie à l’Objet est différent : celui-ci, d’emblée défini par le Grand Ordonnateur, se constitue progressivement aux yeux des acteurs (l’auteure insiste d’ailleurs beaucoup sur cette transmutation). On pourra définir cet Objet un ensemble de valeurs parmi lesquelles le savoir et l’amour. Si le Destinateur est toujours le même, ce Vieux Monsieur (dont l’anonymat nous persuade décidément qu’il n’est qu’une pure fonction) est ici la synecdoque particularisante 36 de la riche, ancienne, et généreuse Belgique. Quant au Bénéficiaire, il est toujours actualisé par les deux groupes d’adolescents, mais qui sont ici la synecdoque de la jeunesse belge et, par-delà cette couche d’âge, celle du peuple belge. Quant aux Adjuvants, ce sont les chauffeurs, représentant le groupe bienveillant de ceux qui forment la jeunesse, mais aussi les guides, les prospectus et plus généralement tous les récits dont l’album se fait l’écho. Les Opposants sont la fatigue, l’ignorance, la distraction… et la première quête, à laquelle le récit de Marie Gevers entend ne pas se réduire.

46Cette seconde lecture est d’autant plus pertinente que le jeu de l’oie, comme d’autres jeux de parcours tels les échelles et serpents, se prête aisément à une lecture symbolique : les incidents qui les rythment figurent les difficultés morales et matérielles de la vie, déterminée par un destin incertain, mais aussi les surprises agréables qui pimentent cette dernière.

47Une des retombées de la narrativisation est, dans ce texte, l’originalité du travail sur l’énonciation.

48Loin d’être portées par la voix de l’auteure, comme c’est la règle dans les genres viatiques, les indications historiques, géographiques ou économiques sont le plus souvent placées dans des dialogues. Ces indications peuvent aussi être données comme provenant des nombreux documents que les personnages sont amenés à manipuler : brochures, dictionnaires, instructions, voire souvenirs scolaires remis en scène.

49Le dynamisme et la variété de ces insertions sont assurés par maints procédés stylistiques, comme les questionnements, les devinettes, les exclamations – nombreuses –, voire le malentendu, que le dialogue permet de lever (MB, p. 28, Marie-Ève s’adresse à une Dinantaise en l’appelant « madame Copère », ayant pris pour un nom de famille le sobriquet des habitants de la ville mosane). Et quand c’est l’auteure qui parle, le fait qu’elle place les données dans une narration relativise sa présence (« ils en avaient mesuré les 25 mètres, compté les 13 arcades, lorsque, rentrant à leur hôtel de Mons, ils reçurent un long télégramme », MB, p. 67).

50Par ailleurs, les procédures de deixis (démonstratifs, gestes), nombreuses dans le texte, génèrent non seulement un effet de présence, mais aussi une appropriation des données par les personnages (« Au centre, placé comme un joyau, à la courbe du large fleuve, voici le vieux Burg, le Steen », MB, p. 66 ; « par là, dit Suzanne en tendant la main vers l’Est », MB, p. 61).

  • 37 Martens (David), op. cit., p. 255. Et le critique de poursuivre : « La part dévolue à la narratio (...)

51La fiction englobe donc les références réalistes ; et ceci est très différent de ce qu’on trouve dans le récit de voyage et le guide touristique, tout en nous rapprochant du genre du portrait de pays. Si « la narration, dans les récits de voyage, est parfois placée en position ancillaire au regard de la description37 », on peut ici parler d’enchâssement dans cette narration : un enchâssement qui permet sinon de masquer les éléments qui rapprochent le texte d’un guide – ils sont massivement présents –, au moins de relativiser.

52Ni récit de voyage – fatalement rétrospectif –, ni guide touristique, ni portrait de pays, ni encyclopédie : Marie Gevers a réussi à créer un ogni, un objet générique non identifié.

Marie Gevers au pays des merveilles

  • 38 Vague réminiscence de « Vers l’avenir », chant qui put faire office d’hymne national officieux, s (...)
  • 39 Voir Morelli (Anne), Les Grands Mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie, Brux (...)

53Le nom de la Belgique n’est pas constamment rappelé dans le récit, sinon pour souligner le caractère représentatif de telle ou telle caractéristique (« Ce soin, cet ordre [des plaines flamandes] sont bien une des merveilles de la Belgique. », MB, p. 8-9) Le pays n’est évoqué dans sa globalité que dans le propos liminaire du Grand-Mécène : il ne le sera plus, par la suite, que par ses nombreuses synecdoques. Si le récit de Marie Gevers s’aligne sur la conception pirennienne de l’histoire (la Belgique n’est pas une création contingente, correspondant aux intérêts de la bourgeoisie du xixe siècle : c’est l’aboutissement d’un processus amorcé depuis des temps immémoriaux), cette conception ne s’explicite pas. Elle dicte toutefois le choix des figures et des évènements historiques, toutes manifestations du destin belge. Ce qui permet de l’affirmer, c’est l’incipit de l’album, qui va en déterminer la lecture. Significativement, le volume s’ouvre sur les deux thèmes patriotico-chocolatiers par excellence : la dynastie et la colonie. On voit en effet le Mécène se livrer, devant sa patiente secrétaire, à une sorte de méditation sur la statue équestre de Léopold II (aujourd’hui volontiers taguée) de la place du Trône, statue que dominent ses bureaux : c’est l’effigie de « quelqu’un de grand, qui marchera bravement vers le but qu’il s’est donné » (MB, p. 6)38. Et une concaténation s’établit entre ces deux conquérants qui patronnent le récit belge : le roi-colon et le roi-croisé, autre grand mythe belge39 :

[Léopold II] a chevauché son idée trente-deux ans !

  • 40 Ce lien méritait bien un petit coup de pouce à l’histoire : les garants scientifiques n’ont pas f (...)

[…] Godefroid de Bouillon, lui aussi, est emporté par une idée. Place Royale, il brandit son étendard et marche. Il part pour la Croisade. Il sera Roi de Jérusalem ! (MB, p. 6)40

54Si le monument est le point initial du plateau du jeu de l’oie, le départ de la randonnée se fait au pied de la statue du croisé, sur la place où le premier roi des Belges avait prêté son serment constitutionnel (MB, p. 7). Et pour que la valeur de ces signes n’échappe pas au lecteur, le Grand-Mécène enjoint à sa secrétaire de rejoindre son domicile en passant par les lieux qui évoquent l’indépendance du royaume : le Parc, théâtre des Journées de septembre, et la Colonne du Congrès. Autre petit récit dont il est l’ordonnateur.

  • 41 Il serait anachronique d’y chercher des traces de belgitude au sens contemporain du terme. L’aute (...)
  • 42 MG précise : « Le texte ne doit effleurer ni les questions de politique, de religion, ni rappeler (...)

55La conception de la Belgique qui se formule dans l’album n’est pas très originale. Au contraire : on peut dire que l’auteure exploite une doxa bien établie41. Ainsi, le petit royaume est un pays prospère. Sa richesse, il la doit au caractère industrieux de sa population ; le rôle des capitaines d’industrie n’est d’ailleurs pas négligé dans le parcours : Lievin Bauwens et John Cockerill sont salués. Prospère, c’est un pays paisible et uni, comme le proclame son hymne national. Certes, il a eu à souffrir des guerres nombreuses (la Belgique comme champ de bataille de l’Europe : autre poncif de l’histoire nationale, confirmé par le nombre de 6 563 conflits qu’a dénombrés Edmond Picard, MB, p. 21). Mais ces guerres sont surtout évoquées pour évoquer l’opiniâtreté nationale (« – Cela n’est pas une Merveille ! dit maussadement la fillette. – Non, Marie-Ève, mais la merveille, vois-tu, c’est de ne jamais perdre courage, de rebâtir, réparer ce que d’autres ont ravagé. », MB, p. 21) On ne trouvera aucune allusion à celle qui s’est terminée quelques années avant la parution de l’album. Même la guerre de 1914-1918 ne sera présente qu’à travers les destructions de Dixmude. Et, bien évidemment, pas de guerre scolaire dans le parcours, et encore moins de question royale, alors brulante42.

  • 43 J’écris bien « des grands hommes » : bien que nous croisions Marie de Bourgogne, Marguerite d’Aut (...)

56Conformément à ce qu’annonçaient les évocations liminaires de Léopold II et de Godefroid de Bouillon, l’histoire qui est racontée est celle que font les grands hommes43, modestement présents dans l’illustration (13 vignettes seulement – trois rois, Charles-Quint, Guillaume le taciturne… –, complétées par 9 statues). Quand c’est celle des populations, l’auteure entend décrire celles-ci dans leurs activités professionnelles traditionnelles (la couque à Dinant, la dentelle à Bruges) et leurs coutumes (d’ailleurs une des cinq cartes, est celle des sobriquets, MB, p. 19). Pas d’histoire sociale donc, sinon dans un passé lointain (par exemple pour saluer, MB, p. 53, la Charte d’Albert de Cuyck). Et la part des légendes, quoique couverte par 6 vignettes seulement, n’est pas négligeable : les fils Aymon, Ulenspiegel, Saint Hubert et son cerf.

57La Belgique est terre de culture. Les hommes de savoir et de science (Vésale, Mercator…) sont bien là, comme les artistes (Rubens, Ensor, Breughel, Grétry, Del Cour…) et surtout les écrivains (Gezelle, De Coster, Jacob van Maerlant). On ne s’étonnera pas de voir la place que Verhaeren, l’auteur de prédilection de Marie Gevers, tient dans ce panthéon de poche : il bénéficie de deux vignettes et est en outre présent par une citation (MB, p. 17), prérogative qu’il partage avec Carlo Bronne (MB, p. 52).

58L’auteure n’insiste pas explicitement sur l’unité du pays. Mais le lecteur ne peut pas ne pas s’apercevoir que, d’une part, elle distribue équitablement les satisfécits comme elle a réparti les cases du jeu sur les neuf provinces, et que, de l’autre, elle ne cesse de jeter des ponts discrets entre le Nord et le Sud. Ce sont tantôt des analogies très explicites (« Le Perron est pour Liège le symbole des libertés communales, comme le Beffroi l’est dans les villes flamandes », MB, p. 53) tantôt des harmoniques : l’étendue de la Fagne répond ainsi à celle de la bruyère de Helchteren et la bénédiction des chasseurs d’Ardenne fait écho à celle des pêcheurs (« Entre St-Hubert et Ostende, des hautes forêts aux basses plaines maritimes, se déroule tout notre pays. », MB, p. 62) Et bien sûr, ce pays est centralisé : pour permettre à l’album de bénéficier d’une existence éditoriale dans les deux principales langues nationales, les écoliers tirés au sort ni seront ni wallons ni flamands, mais choisis dans les écoles bruxelloises. Et Bruxelles sera à la fois la case de départ et la 63.

59S’il faut chercher une originalité littéraire dans le texte, c’est dans la description des paysages qu’on la trouvera. Et c’est ce qui permet d’inscrire pleinement ce livre atypique dans la production de Marie Gevers

  • 44 Mais la Flandre, et particulièrement le bassin de l’Escaut, sont privilégiés.

60Les images de constructions et de monuments se taillent certes la part du lion dans l’illustration (95 vignettes), mais ce sont les paysages qui requièrent l’essentiel de l’attention, conformément, d’ailleurs, à l’objectif primitif de l’ouvrage : villes, sites archéologiques, mais surtout paysages naturels. Ceux-ci totalisent 54 illustrations, dont 21 ont le privilège de voir leur légende introduite par la mention générique « paysage belge44 ». Ces évocations de la nature sont particulièrement soignées et sont prétexte à nombreuses rêveries. Gevers apprendra même le mot « prosopopée » à ses jeunes lecteurs (les instructions enjoignent à l’équipe II de remonter le Ninglinspo et, « au cours de cette belle promenade, [de] faire autant de prosopopée que possible », MB, p. 40) et des prosopopées, elle en fera elle-même en plus d’une occasion.

  • 45 Voir la lettre de Bockstael à MG, 20.11.50 (FS55 1/24/20, p. 2) : « Après lecture de votre récit, (...)

61Outre que les évocations de paysages permettent de meubler la description des trajets, elles permettent à l’équipe rédactionnelle de répartir les chromos de manière harmonieuse dans l’album, sans trop se soucier de faire correspondre strictement images et portions de texte45.

Épilogue

  • 46 Offset sur papier, 659 × 930 mm.
  • 47 Ces jeux inspiraient Alechinsky : on doit aussi à ce dernier un Jeu classique (lithographie, 90 x (...)

62La Belgique serait-elle vouée à se représenter sous les espèces d’un jeu de l’oie ? Ce qui fut un des clous du festival Europalia que le petit royaume se consacra à lui-même en 1980 : un « Jeu de l’oie belge » (en néerlandais, avec un beau jeu de mots, « Gans België ») autorise à le penser. Il s’agissait d’une lithographie où intervenaient Pierre Alechinsky pour le graphisme et Hugo Claus pour les légendes46. Chaque case comportait la reproduction de documents belges plus ou moins officiels (de l’avis d’imposition au carnet de caisse d’épargne), le volatile étant ici remplacé par un serpent : clin d’œil à l’animal totem du mouvement Cobra, mais aussi au jeu des échelles, cousin du jeu de l’oie47.

63À cette œuvre correspondait, au palais des Beaux-Arts où se déroulait l’essentiel des activités d’Europalia, un vaste plateau permettant à deux joueurs de s’affronter. L’arrêt de l’un d’eux sur une case déclenchait l’exécution d’un fragment d’une œuvre musicale composée par Henri Pousseur. Et le gagnant remportait l’enregistrement du son de la partie, du coup chaque fois original, comme les parties jouées sur le plateau des Merveilles de la Belgique.

64Un Bruxellois, un Flamand, un Wallon de Belgique orientale : toute la Belgique était là, comme dans le jeu subtil de Marie Gevers.

Haut de page

Notes

1 Le présent texte fait usage de l’orthographe rectifiée de 1990, recommandée par toutes les instances compétentes. Je remercie David Martens et Laurence Boudart, qui m’ont donné accès au dossier Marie Gevers conservé aux Archives et Musée de la littérature (Bibliothèque royale, Bruxelles), et Saskia Bursens qui m’y a orienté.

2 Klinkenberg (Jean-Marie), Petites Mythologies belges, Bruxelles, Édition Labor/Éditions Espace de Libertés, coll. Liberté j’écris ton nom, 2003. L’ouvrage a été réédité par Les Impressions Nouvelles en 2013, puis en format de poche, dans la collection Espaces Nord en 2018 (p. 156 de cette édition).

3 Baetens (Jan), Vanhaesebrouck (Karel), Kleine Vlaamse Mythologieën, fotos van Brecht Van Maele, Aalst, Het Balanseer, 2014, p. 20-24. L’ouvrage a été traduit récemment en français : Petites Mythologies flamandes, trad. Monique Nagielkopf et Daniel Vandergucht, photographies de Brecht Van Maele, Bruxelles, La Lettre volée, 2019 (voir p. 37-39). La série a été rééditée en un seul vol. en 2015 (Nos Gloires. Une histoire illustrée de la Belgique, Bruxelles, Racine).

4 MG à Lippens, 1.12.1949, AML, cote FS55 1/24/4 ; je souligne. Materne, aujourd’hui Materne-Confilux, est une marque wallonne de confitures. Ces textes ont finalement connu un destin éditorial dans L’Almanach perpétuel des fruits offerts aux signes du zodiaque (Anvers, Éditions des Arts, 1965).

5 Il est possible de se faire une idée de certains aspects de la genèse du projet grâce au dossier Marie Gevers des AML. Ce dossier comprend, outre des lettres et des copies de lettres, le dactylogramme du texte.

6 1.12.1949, FS55 1/24/4.

7 Titre d’une série d’albums produits par Nestlé, Peter, Cailler, Kohler depuis les années 1930 jusque dans les années 1960. Ce succès fut tel que « Merveilles du monde » devint le nom d’une gamme de tablettes Nestlé dont la fabrication ne prit fin qu’en 2009. MG contribua à Merveilles du monde par un texte sur les digues (voir lettre du 24.2.1950, FS55 1/24/7, et du 13.10.1952, FS55 1/24/50).

8 FS55 1/24/5.

9 24.2.1950, FS55 1/24/6.

10 Date d’une lettre (non conservée) de l’éditeur marquant son accord pour la rédaction d’un livre sur la Belgique. Cette lettre devait être accompagnée d’un bon de commande ou d’un contrat : le 24.2.50 (FS55 1/24/7), MG accuse réception de la lettre et de son annexe.

11 FS55 1/24/8. Sur ce personnage, voir ci-après p. 81-82.

12 Annotation manuscrite de MG à la lettre de Nestlé du 24.3.1950 (FS55 1/24/9), proposant l’organisation d’une telle réunion.

13 MG à Lippens, 19.5.1950 (FS55 1/24/15).

14 MG à Lippens, 3.5.1950 (FS55 1/24/13).

15 MG à Lippens, 23.6.1950 (FS55 1/24/16). Le 3.2.1951 (FS55 1/24/27), elle réclamera davantage d’espace.

16 MG à Lippens, 27.12.1950 (FS55 1/24/26) : « Il me reste maintenant à prendre mon élan quand je me remettrai au travail » ; le 3.2.1951 : « Depuis que vous m’avez rendu le début […] j’ai pu continuer, assez rapidement. »

17 Voir lettre de Bockstael à MG, 4.5.51 (FS55 1/24/11).

18 Voir lettre de MG à Lippens du 2.6.1951 (FS55 1/24/45).

19 FS55 1/24/51.

20 Gevers (Marie), Merveilles de la Belgique, Bruxelles, Nestlé, s.d. [1952], 28 x 22 cm, rel. spirale. L’album comporte encore 25 images non numérotées (dont des armoiries de petite taille, à découper dans des chromos de format normal) et 5 cartes. Notons l’abondance des blasons : 30 insérés dans une image et 23 indépendants. Les références à cet ouvrage sont données entre parenthèses dans le texte.

21 Abastado (Claude), Mythes et rituels de l’écriture, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 263.

22 Ce qui correspond à la 4e année de l’enseignement secondaire : on comptait à l’envers à l’époque.

23 MG à Bockstael, 11.2.1951 (FS55 1/24/29).

24 Expression empruntée à Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physionomie d’un genre mineur », dans Poétique, n° 184, vol. 2, 2018, p. 247-268. Nous allons revenir à ce genre.

25 MG à Lippens, 6.11.1950 (FS55 1/24/19), p. 2.

26 Vancoppennolle (Vincent), « Lecture », dans Gevers (Marie), La Comtesse des digues, Bruxelles-Paris, Labor-Nathan, coll. Espace Nord, 1983, p. 174-175 ; les autres textes sont L’Almanach perpétuel des jeux d’enfant (1930), L’Herbier légendaire (1949) et L’Almanach perpétuel des fruits (voir note 4).

27 Avec quelques libertés garantissant la fluidité du récit : chez MG, on n’attend pas d’être relevé par un autre joueur pour sortir de prison ou de l’hôtel : on se contente de passer deux tours.

28 MG à Lippens (FS55 1/24/15).

29 Publié en feuilleton dans le Magasin d’éducation et de récréation (1.1.1899 au 15.12.1899), puis en deux vol. illustrés chez J. Hetzel et Cie en 1900.

30 Sur tout ceci, voir Skenazi (Cynthia), Marie Gevers et la nature, Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, 1983.

31 Effet voulu : « Je pense préférable de ne pas épuiser en un seul trajet chaque lieu atteint par les excursionnistes […]. Le caprice du jeu fera parfois repasser les joueurs aux mêmes endroits. » (MG à Lippens, 6.11.50, FS55 1/24/19, p. 1-2). Les deux groupes se partagent donc les commentaires d’un lieu donné. Si l’on prend l’exemple d’Ostende, on constate que les uns y étudient les corsaires, tandis que les autres se penchent sur la Compagnie d’Ostende. Ce jeu de répartition est souligné par les acteurs eux-mêmes : « Le Groupe I, m’écrit-on, a vu Diest au point de vue pittoresque ; nous le verrons au point de vue du mammouth et du rhinocéros ! » (p. 58)

32 Distances évaluées en tenant compte du fait que le récit se déroule à l’ère anté-autoroutière.

33 « La fonction de mise en valeur du patrimoine […] conduit nombre de ces ouvrages [les portraits de pays] à adopter une perspective qui tend à l’exhaustivité, en présentant chacune des parties de la géographie d’un pays, soit en proposant au lecteur la description d’un itinéraire spécifique correspondant à un arpentage qui se donne des airs de complétude […], soit en évoquant successivement chacune des régions d’un pays ou des quartiers d’une ville de façon synthétique. » (Martens [David], op. cit., p. 251)

34 MG à Lippens, 6.11.1950 (FS55 1/24/19), p. 2.

35 « C’est très utile à la base d’un récit qui doit être très clairement établi pour montrer les caractères différents des quatre écoliers et de leurs deux Cicerones qui réagiront différemment au cours du voyage. » (MG à Lippens, 28.11.1950, FS55 1/24/22, p. 21)

36 Voir Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, 1970.

37 Martens (David), op. cit., p. 255. Et le critique de poursuivre : « La part dévolue à la narration semble n’avoir d’autre finalité que de tenir lieu d’armature textuelle à ce qui, fonctionnellement, est l’essentiel, à savoir la peinture des lieux parcourus, qu’il s’agisse de décrire l’itinéraire lui-même ou de truffer cette description d’un parcours de séquences qui se bornent à décrire les lieux – ce mode de composition sous-tend ainsi fréquemment l’insertion de portraits de villes, parfois réduits à presque rien, au sein de récits de voyage. »

38 Vague réminiscence de « Vers l’avenir », chant qui put faire office d’hymne national officieux, surtout dans les milieux catholiques ? (« Marche joyeux, peuple énergique,/ Vers des destins dignes de toi »).

39 Voir Morelli (Anne), Les Grands Mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1995.

40 Ce lien méritait bien un petit coup de pouce à l’histoire : les garants scientifiques n’ont pas fait observer à MG que Godefroid n’a jamais été roi (ce titre ayant été porté par son frère Baudouin) mais « avoué du Saint-Sépulcre ».

41 Il serait anachronique d’y chercher des traces de belgitude au sens contemporain du terme. L’auteure est signataire du Manifeste du Lundi jusqu’à l’autocensure : au mépris de toute vraisemblance, ses écoliers bruxellois « déjeunent » à midi et « dinent » le soir.

42 MG précise : « Le texte ne doit effleurer ni les questions de politique, de religion, ni rappeler les deux dernières guerres. » (à Lippens, 6.11.1950, FS55 1/24/19) Raison pour laquelle les voyageurs ne se rendront ni à Eupen ni à Malmedy, visite que l’auteure exclut explicitement. Pour les mêmes raisons, seuls les trois premiers rois des Belges sont évoqués.

43 J’écris bien « des grands hommes » : bien que nous croisions Marie de Bourgogne, Marguerite d’Autriche et la reine Louise-Marie, ce ne sont pas les femmes qui font l’histoire. (Et cela bien que, dans la composition des équipes des joueurs, MG a, avec un demi-siècle d’avance, respecté un principe de stricte parité.) Et, évidemment, le Grand Ordonnateur est un homme.

44 Mais la Flandre, et particulièrement le bassin de l’Escaut, sont privilégiés.

45 Voir la lettre de Bockstael à MG, 20.11.50 (FS55 1/24/20, p. 2) : « Après lecture de votre récit, nous choisirons […] une série de chromos-liants (c’est-à-dire de chromos passe-partout […]). Ces chromos pourront être dispersés dans l’album. »

46 Offset sur papier, 659 × 930 mm.

47 Ces jeux inspiraient Alechinsky : on doit aussi à ce dernier un Jeu classique (lithographie, 90 x 63 cm, 1993) représentant un jeu de l’oie stylisé, présenté dans le sens vertical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Klinkenberg, « Marie Gevers au pays des merveilles »Textyles, 56 | 2019, 77-96.

Référence électronique

Jean-Marie Klinkenberg, « Marie Gevers au pays des merveilles »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3557 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3557

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Académie royale de Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search