Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Portraits de la Belgique« S’il est un beau pays, c’est le...

Portraits de la Belgique

« S’il est un beau pays, c’est le nôtre, c’est notre chère Belgique »

Portrait de la Belgique dans quelques manuels scolaires (1840-1940)
Laurence Boudart
p. 97-114

Texte intégral

Du discours scolaire comme support identitaire

  • 1 Voir notamment Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe sièc (...)
  • 2 Voir Verdelhan-Bourgade (Michèle), éd., Les Manuels scolaires, miroirs de la nation ?, Paris, L’H (...)
  • 3 Escolano Benito (Agustin), « El libro escolar como espacio de memoria », dans Ossenbach (Gabriela (...)

1Pendant tout le xixe siècle, à quelques nuances près, les nations européennes ont bâti une architecture complexe dans le but de se doter d’une identité collective1. La formation de celle-ci s’est appuyée sur différents leviers, parmi lesquels se trouve une institution scolaire qui a distillé les éléments destinés à la définir, la nourrir, la galvaniser. Défini en fonction d’un programme officiel, déterminé par le contexte politique et pédagogique du moment, le manuel scolaire, certes rédigé par des auteurs qui y impriment leur marque, n’en demeure pas moins le reflet plus ou moins fiable des préoccupations, des valeurs, des normes d’une société dans un espace-temps donné2. Son caractère figé, voire réducteur, ainsi que la lente évolution méthodologique et épistémologique qui le caractérise, en fait une sorte de capsule temporelle ou, selon la terminologie consacrée, un espace de mémoire3.

2Pour beaucoup de jeunes enfants, le premier – et parfois même le seul – livre a longtemps été le manuel scolaire. Renforcé dans ses convictions par l’aura dont était entourée l’institution scolaire – plus jadis qu’aujourd’hui sans doute, mais c’est une autre question – l’écolier voyait en cet ouvrage un condensé de vérités. Telle est la force première du discours scolaire : sa capacité à installer solidement et durablement des idées et des constructions, mais également des oublis et des dénis, dans les esprits perméables et malléables des enfants.

  • 4 Âge auquel prenaient fin les études primaires, le secondaire étant le plus souvent réservé aux él (...)

3Le manuel d’Histoire apparaît comme l’objet privilégié des chercheurs lorsqu’il s’agit d’étudier les éléments sur lesquels s’appuie la construction d’une conscience nationale par le truchement de l’enseignement. Or, pendant longtemps, le manuel de lecture courante a été le seul livre de référence des enfants de moins de 14 ans4, celui qui concentrait les connaissances à acquérir. Riche en contenus provenant de matières diverses – histoire, géographie, littérature, technologie, savoir-vivre, économie – il constitue dès lors un objet d’analyse particulièrement intéressant lorsque l’on souhaite envisager le portrait d’un pays dans une perspective globalisante et non strictement disciplinaire.

  • 5 Pour des raisons d’espace et de focalisation thématique, j’ai volontairement laissé de côté les q (...)
  • 6 Il s’agit parfois de manuels dits de récitations ou de dictées. Si leur finalité, plus spécifique (...)

4Dans les lignes qui suivront, je m’attacherai à montrer comment se décline ce portrait particulier5, à partir d’un corpus de manuels francophones de lecture6 de l’école primaire, en usage en Belgique entre 1840 et 1940. Dans un second temps, je compléterai cette analyse générale par un cas particulier, celui de l’ouvrage Le Tour de la Belgique par deux enfants (1905).

Le pays aux neuf provinces

5En raison de conditions naturelles mais également de l’intervention de l’homme, la géographie belge présente, aux yeux du discours scolaire, des traits propres qui la singularisent : un espace réduit mais riche et varié, une population dense, un réseau de communications fortement développé, une absence de polarisation entre la capitale et la périphérie, et un exode rural limité.

  • 7 Le binôme ressortit à la carte d’identité symbolique française, comme l’a bien montré Alain Corbi (...)
  • 8 Rappelons le terminus ad quem du corpus, 1940, en amont de tout processus de fédéralisation.

6Ces deux derniers traits contrastent en particulier avec la situation française où Paris a toujours exercé une force d’attraction puissante, conforme à un mouvement séculaire de concentration des pouvoirs7. Rien de comparable en Belgique, où Bruxelles rassemble, certes, l’essentiel des forces politiques, institutionnelles8 et intellectuelles, voire économiques, mais où la dichotomie capitale vs province demeure un concept absent de la configuration métaphorique de l’État. La Belgique ne possède pas une mais des provinces, neuf exactement, qui toutes concourent à la grandeur matérielle et symbolique de ce petit pays. Et force est de constater que l’école va faire un usage abondant de cette dialectique, celle où des provinces, régions et villes versent leur écot à la manne nationale.

7Certains textes, comme ce poème, mêlent provinces administratives, zones géographiques et régions historiques, au mépris de tout critère scientifique. Ce qui importe, c’est d’exalter l’harmonie de la grande nation, à laquelle concourent les petites patries :

  • 9 Riguel (D.), Récitations choisies à l’usage des degrés inférieur, moyen et supérieur de l’école p (...)

Le beau pays que la Belgique !
Belges, soyons-en orgueilleux ! […]
Les Flandres ont des filatures,
Anvers des commerces brillants,
Le Brabant de riches cultures :
Partout des ouvriers vaillants !
Namur a sa coutellerie,
[…] Le Hainaut, sa métallurgie
Avec ses mille hauts fourneaux.
Liège nous fabrique des armes
[…] La Hesbaye est pleine de charmes9.

  • 10 C’est par exemple le cas des manuels suivants : Kenis (F.), Lectures nationales. Leçons sur l’his (...)
  • 11 Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation, Bruxelles, Racine, 2005, (...)

8Il arrive parfois que la carte provinciale détermine le découpage textuel, et que les descriptions suivent un même schéma : situation géographique, ressources principales, description géopolitique et grandes villes10. La répétition et la configuration sérielle permettent de mettre en évidence l’intégration des différentes provinces dans l’espace national comme si aucun autre mode d’existence ne leur était permis en dehors de cette dimension. Celles-ci sont dès lors réductibles à un schéma commun, ce qui tend à prouver leur complémentarité autant que l’absence d’une quelconque hiérarchisation entre elles. Le « particularisme provincial, a priori opposé à l’unité, […] est un des fondements du patriotisme belge, précisément parce qu’il constitue une spécificité nationale11 ». Encenser l’harmonie des provinces permet par ailleurs de minimiser les éventuelles différences – sociales, historiques, économiques, touristiques – qui existent entre elles.

Le topos industriel

9Si le discours scolaire ne souligne guère les différences entre le centre et les provinces, qu’en est-il d’une éventuelle opposition entre les mondes agricole et industriel ? De manière générale, on observe, dès la fin du xixe siècle, une répartition plutôt égalitaire entre l’un et l’autre aspect du pays dans les manuels, aspects qui, plutôt que de s’opposer, auraient davantage tendance à se donner la main. Ils correspondent à la réalité de la Belgique d’alors qui, bien que rapidement industrialisée, conserve encore une part non négligeable d’activités agricoles en son sein. Est indicatif de cet équilibre un extrait d’un texte de l’historien Henri Guillaume Moke, plusieurs fois cité dans les manuels de lecture, qui donne du pays l’image d’une hybridité réussie :

  • 12 Defays (L.), Livre de lecture, ouvrage orné de nombreuses gravures. Division supérieure. 2e éditi (...)

Mais après avoir traversé un espace médiocre, on arrive bientôt dans la région des mines de houille et de fer, et là se présente un nouveau spectacle. L’industrie […] a parsemé d’usines gigantesques ces terres couvertes de moissons […]. Les villages se prolongent et se touchent […]. À chaque pas, dans cette zone privilégiée, le voyageur rencontre de nouveaux sujets d’intérêt et d’admiration, et souvent les beautés naturelles du pays font oublier les merveilles de l’art12.

10Dans le corpus étudié, on observe une certaine récurrence, qui va croissant dans le temps, de lectures propres à encenser le monde industriel et à en souligner l’inscription harmonieuse dans le décor naturel. De tels textes répondent au quotidien de nombreux enfants dont le paysage familier n’est autre qu’usines, puits de mines, cheminées et fumée, espaces qui côtoient, à quelques kilomètres à peine, des champs de blé ou des fermes d’élevage :

Ce n’est pas seulement la nature qui semble lui avoir prodigué ses dons : tantôt la main de l’homme en a décoré la surface de palais superbes ou de pieux édifices […], tantôt elle a ouvert profondément le sein de cette terre féconde pour en tirer les trésors que recelaient ses entrailles.

  • 13 Le texte dont sont cités quelques passages s’intitule « Aspect pittoresque de la province de Hain (...)

11Dans ce paysage, « rien d’excessivement pittoresque n[e] frappe les yeux ; mais partout éclate l’opulence que l’agriculture et l’industrie ont développée à un haut degré dans cette heureuse province [de Hainaut] ». La conjonction harmonieuse du primaire et du tertiaire a permis la naissance de « populeux villages […], de riches fermes, avec leurs vastes corps de bâtiment », tandis que la nature semble s’accommoder au mieux de ces éléments pourtant traditionnellement opposés. « Là, l’industrie, qui a pénétré jusqu’au sein des campagnes, étonne par la multitude de ses cheminées pyramidales […]. Quelquefois, l’horizon est fermé par de gracieux bosquets, quelquefois par des forêts épaisses13. »

  • 14 Gheude (François), Honhon (Désiré), Cours complet de lecture à l’usage des écoles primaires, des (...)

12Évoquant la même région, le texte « Les fumées du pays noir » de Jules Destrée, publié dans un manuel de 193814, reflète l’intérêt croissant entre les deux guerres, de la part des auteurs scolaires, à puiser leurs morceaux choisis chez les écrivains régionaux, voire régionalistes. Le but est double : il s’agit d’abord de partir de ce que l’enfant a sous les yeux afin de favoriser un certain sens du localisme et, ensuite, d’offrir aux jeunes lecteurs l’image rassurante des petites patries, considérées, après les affres de la Première Guerre mondiale, comme un giron tranquille et rassurant où il fait bon se poser.

  • 15 Henry (F.), Defoin (A.), Recueil de dictées. Enseignement occasionnel par la dictée adéquate aux (...)

13D’un autre côté, parler du monde rural offre l’occasion d’honorer le travail d’hommes qui sont parvenus, à force d’efforts, à rendre particulièrement fertiles des terres ingrates, tout en définissant ce qu’on peut dénommer des ethnotypes : « La région flamande est la terre classique de l’agriculture. Attaché à son lopin de terre et âpre à la tâche, le cultivateur flamand est parvenu à faire des sables improductifs des Flandres une des terres les plus productives de l’Europe15. » Un déterminisme similaire se retrouve chez Moke lorsqu’il décrit la « Belgique agricole » :

  • 16 Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur, tome premier (...)

Les Flandres, qui sont généralement admirées, ne renferment qu’un petit nombre de cantons dont la fertilité soit naturelle. […] Partout ailleurs, le sol est ordinairement léger et sablonneux […]. Mais une race d’hommes, persévérants et courageux au travail, s’est opiniâtrée à lutter contre ce terrain d’abord ingrat16.

14L’homme de lettres bruxellois, Herman Pergameni, semble partager le même type de raisonnement quand il évoque la région agricole du Condroz, dont le sol est réputé rebelle et rigoureux :

  • 17 Bourdoux (J.), Cours complet de lecture à l’école primaire. Degré supérieur. Livre de l’élève, Ta (...)

Cette même âpreté se retrouve chez les habitants. Les Condrusiens appartiennent au type wallon ; c’est une race robuste, à la taille élevée, aux membres anguleux, à la figure osseuse et dure ; les hommes y ont généralement un air martial et déterminé ; les femmes, au contraire, manquent le plus souvent de tout charme féminin17.

  • 18 Rémy (G.), Recueil de dictées à l’usage de la classe supérieure des écoles primaires et des class (...)

15Dans un pays dont l’homme a modifié le territoire au cours des siècles, que ce soit à travers l’agriculture ou l’exploitation minière et industrielle, l’Ardenne incarne, pour le discours scolaire, la nature à l’état pur, une sorte d’éden protégé de l’intervention de l’homme. Grâce à l’Ardenne sauvage, la Belgique clôt son processus de complétude et d’autosuffisance : « Le sol y est rebelle à la culture, le climat est âpre […]. Heureusement, les vallées y sont abritées, le sol en est profond et fertile et les prairies verdoient le long des ruisseaux18. »

Des villes

16À côté de la vision bucolique des campagnes, le corpus de lecture de l’école primaire consacre une place non négligeable à l’une des autres composantes essentielles de la définition du paysage belge : l’élément urbain. Grâce à leur passé prestigieux, les villes constituent un motif de fierté que l’argumentaire scolaire met un point d’honneur à rappeler.

  • 19 Henry (F.), Defoin (A.), Recueil de dictées. Enseignement occasionnel par la dictée adéquate aux (...)

17L’idée d’un intérêt patrimonial qui s’inscrirait dans les villes se perçoit dans le corpus étudié, par exemple dans ce texte d’Antoine Schayes sur « Les édifices publics au moyen âge19 ». Cet historien, qui fut le bibliothécaire de Guillaume ier, y explique que c’est « avec le xiie siècle [que] commence cette longue série d’édifices brillants en style ogival que nous envie l’Europe artistique ». Et, poursuit le texte,

[…] c’est aux communes que la Belgique est redevable de cette riche parure monumentale. Elles donnèrent naissance à quatre espèces d’édifices publics inconnus auparavant : les beffrois, les halles, les hôtels de ville et les bâtiments servant de lieux de réunions aux gildes et aux corps de métiers.

  • 20 Weyland (H.), Grenez-Mayeur (A.), La Lecture expressive à l’école primaire et aux sections prépar (...)

18Avec ses communes médiévales, la Belgique se situait à l’avant-garde non seulement de l’architecture européenne mais également à la base du principe démocratique. Par ailleurs, si la tradition urbaine témoigne d’un passé prestigieux, les villes modernes méritent également une mention dans ce portrait de la patrie. Les manuels réservent un espace relativement important aux univers urbains, au premier rang desquels se trouve Bruxelles, « charmante capitale de notre chère Belgique20 ! », celle que d’aucuns appellent la

  • 21 Goffaux (C.), 450 dictées avec nombreux exercices sur la grammaire, la syntaxe, la dérivation, la (...)

[…] ville de la science et du progrès […]. Ville des beaux-arts […]. Aux hommes studieux tu ouvres tes bibliothèques […]. Aux artistes et aux amateurs, tu montres tes musées […]. Aux touristes, tu fais voir tes monuments et tes églises. Bruxelles, capitale de notre chère Belgique, tu réunis l’utile à l’agréable21.

  • 22 Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur, tome premier (...)

19Un texte qui se dit inspiré d’Eugène Van Bemmel, la qualifie de « ville belge par excellence » dans le sens où « on peut dire qu’elle tend la main à chacune des deux races qui se partagent le territoire22 ».

  • 23 Voir ibid., p. 15-17.
  • 24 Defoin (A.), Cours de dictées. Enseignement primaire. Textes précédés d’exercices préparatoires. (...)
  • 25 Dewatripont (J.), Cours de lecture en trois parties concentriquement graduées visant l’éducation (...)

20Dans la rhétorique scolaire, Anvers est la « métropole commerciale23 » par excellence, croquée par la plume d’un Camille Lemonnier maintes fois cité ou adapté. L’écrivain décrit la ville comme étant « pour la Belgique, […] la plus grande ruche où s’opèrent les trafics internationaux ». Infatigable, « son activité n’a de comparable que celle des plus vastes ports de l’Europe24 ». Le port, centre névralgique de la vie commerciale, donne vie à tout un microcosme, présenté comme « le tourbillon du quartier maritime, un des spectacles les plus grandioses qu’il soit possible de voir en Belgique25 ». Anvers et son port matérialisent l’émerveillement d’une nation fortement industrialisée pour l’activité commerciale et le progrès.

21Depuis au moins la moitié du xixe siècle, la Belgique sait que son destin ne se jouera pas dans les campagnes mais dans les centres industriels et les villes commerciales. La concentration de l’activité industrielle dans le Hainaut d’une part, et autour de Liège de l’autre, a rapidement transformé le paysage de ces régions qui, de rurales, sont devenues urbaines. Dès lors, il ne s’agit plus tant de promouvoir un attachement à la terre nourricière pour exalter le patriotisme, mais plutôt de montrer aux écoliers qu’ils doivent se montrer fiers de leur lieu de naissance ou de vie, quel qu’il soit. Une telle exhortation répond à un impératif social et à une volonté politique. En effet, cela permet de maintenir les populations sur leur lieu d’origine, plutôt que de courir le risque associé aux mouvements migratoires : les gens qui ne quittent pas leur village demeurent plus dociles et contrôlables. Qui plus est, en cas de déplacements obligés, un réseau ferroviaire dense permet de se rendre facilement et à peu de frais sur son lieu de travail, fût-il éloigné du domicile de plusieurs dizaines de kilomètres.

Rail et tourisme

22Au xixe siècle, la Belgique est le premier pays du continent européen à disposer d’un véritable réseau de chemin de fer, qui a, en outre, permis le développement de la poste et du télégraphe. À l’instar de l’essor industriel, les habitants sont fiers de ces prouesses et de se savoir à la pointe du progrès en matière de transport et de communication. Dominer la modernité du transport, c’est également maîtriser le paysage :

  • 26 Le texte est signé Alfred Mabille, directeur de La Revue pédagogique belge et fonctionnaire de l’ (...)

Le voyageur qui […] parcourrait la Belgique, […] verrait se dérouler sous ses yeux, comme les bandes d’un panorama, des horizons changeants, doux ou sévères, rudes ou charmants, mélancoliques ou joyeux, suivant la nature du sol, le travail de l’homme ou les variations de la nature26.

23Les voies de communication non seulement mettent en contact toutes les parties du royaume mais elles contribuent également à renforcer le sentiment collectif, tout en conférant à la Belgique un rôle international majeur en tant que centre névralgique de l’Europe – élément encore plus essentiel dans le cas d’un petit pays.

  • 27 Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française (...)
  • 28 Poriniot (Léon), La Vie littéraire à l’école primaire. Cours de lecture à l’usage du degré supéri (...)
  • 29 Ley (F.), Vangils (J.), Livre de lecture courante et de récitation (troisième degré), 1e partie, (...)
  • 30 Henry (F.), Defoin (A.), Recueil de dictées. Enseignement occasionnel par la dictée adéquate aux (...)

24Le développement du train favorise une nouvelle manière d’appréhender la géographie nationale : le tourisme27. Encore limitée à l’aristocratie au début du xixe siècle, cette pratique s’impose progressivement comme une revendication populaire tout au long du siècle et de la première moitié du suivant. Elle témoigne d’un intérêt croissant pour la découverte du pays, ce que les manuels répercutent. Rapidement conscients de l’intérêt économique de cette nouvelle mode, les centres de villégiature, les villes et les villages au fort potentiel touristique utilisent pour leur promotion la culture populaire ou des éléments pittoresques. Les ouvrages scolaires puisent à l’occasion les textes de leurs lectures choisies dans les comptes rendus du Touring Club, ou bien reproduisent des extraits d’auteurs classiques ou typiquement scolaires, vantant les mérites touristiques du pays, comme l’abbaye d’Aulnes28, les grottes de Han29 ou le littoral de la mer du Nord30.

  • 31 Pierlot (F.), Du rôle éducatif de l’école primaire. Livre de lecture à l’usage des classes des 3e(...)

25L’amélioration des moyens de transport, et l’essor du chemin de fer en particulier, donne l’occasion à tout Belge, quelle que soit sa condition socio-économique, de parcourir le territoire et de « connaître aisément [le pays] dans tous ses détails, en apprécier les beautés pittoresques et variées, retrouver à chaque pas les souvenirs des splendeurs inouïes dont il est fier à juste titre31 ». Non seulement les progrès accomplis mettent à la portée du plus grand nombre le patrimoine national, mais encore réduisent-ils le temps nécessaire pour réaliser les trajets :

  • 32 Ibid. Mais cette fois, le texte, toujours de Van Bemmel, est extrait de son « Introduction » à La (...)

Ce ne sont plus, comme autrefois, des voyages qu’il faut entreprendre ; il s’agit de simples promenades de quelques heures. […] aussi les excursions deviennent-elles peu à peu affaire d’habitude ; l’éducation populaire en fait une condition de succès, et ce ne sont plus des touristes isolés, ce sont des familles, des associations, des écoles entières qui se déplacent, unissant ainsi l’enseignement mutuel à l’enseignement des choses32.

  • 33 Gheude (François), Honhon (Désiré), Cours complet de lecture à l’usage des écoles primaires, des (...)

26Toutefois, malgré la démocratisation des transports, les jeunes lecteurs ne disposent pas tous de la possibilité d’explorer le pays. Mais une parade existe et certains textes exhortent à une visite de la Belgique par procuration. « Papa m’a montré son atlas […] des points indiquent les villes : Bruxelles, Anvers, Liège, Namur, Bruges, Gand, Mons, Hasselt… […] En étudiant la géographie, […] je voyagerai ; mais sur des cartes, sans changer de place. Je m’instruirai sans danger. Ce sera très amusant33. »

L’archétype du portrait scolaire du pays

  • 34 Voir Cabanel (Patrick), Le Tour de la nation par des enfants, Paris, Belin, coll. Histoire de l’é (...)
  • 35 Bruno (G.), Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Librairie classique d’Eugène Belin, 187 (...)
  • 36 De Amicis (Edmondo), Cuore, Milano, Treves, 1886. On connaît le livre en français sous la traduct (...)
  • 37 Lagerlöf (Selma), Nils Holgerssons underbara resa genom Sverige, Stockholm, Albert Bonniers förla (...)
  • 38 Fray Justo Pérez de Urbel, El Libro de España, Barcelone, Editorial FTD, 1928.
  • 39 « […] celui des livres de lecture scolaires, à la fois poétiques et didactiques, romanesques et e (...)
  • 40 Chanet (Jean-François), L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, p. 284.

27Donner la possibilité de parcourir son pays, de l’appréhender par la lecture : telles ont été, notamment, les ambitions des auteurs des Tours de la Nation34 qui ont fleuri en Europe dès la fin du xixe siècle. Au-delà des visées identitaires et ouvertement patriotiques, ces volumes scolaires incarnent autant de portraits particuliers d’un pays. Qu’ont en commun le pionnier Tour de la France par deux enfants (1877)35, Le Livre cœur (1886)36, Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson (1906)37, ou le plus tardif Libro de España (1928)38, entre autres, si ce n’est la description d’une cartographie que l’on arpente métaphoriquement, pour mieux la chérir ? Exemplaires d’un genre pleinement constitué39, ils nous rappellent que « tout apprentissage scolaire est un long voyage immobile40 » et que le pourtour national et tout ce qu’il contient méritent de trouver leur place à l’intérieur d’un livre à la narration circulaire.

28À l’instar de beaucoup de livres de lecture dont il a été question jusqu’à présent, ces tours regroupent toute une série de connaissances – historiques, géographiques, artistiques, civiques, techniques. En outre, ils ont pour particularité de raconter une histoire chargée de péripéties, menées par un ou des enfants avec lesquels le jeune lecteur peut s’identifier. Sans l’austérité du manuel, ces récits scolaires représentent un savant dosage entre savoirs à acquérir et aventures à découvrir, à l’intérieur d’une narration aux allures de roman d’initiation. Là sans doute réside, pour une grande part, leur succès.

  • 41 Rappelons que Pierre Nora fait figurer l’ouvrage au sein de ses célèbres Lieux de mémoire, au mêm (...)
  • 42 Vromant (Augusta), Le Tour de la Belgique par deux enfants, Gand, Maison d’édition I. Vanderpoort (...)

29Si Le Tour de la France fait figure de modèle en la matière, tant pour son caractère novateur qu’en raison de son adoption massive par plusieurs générations d’instituteurs de la IIIe République41, on ignore parfois que la Belgique a connu sa version locale, Le Tour de la Belgique par deux enfants, que publie en 1905 la maison d’édition gantoise Vanderpoorten. Son auteure, Augusta Vromant, est, y lit-on, « institutrice primaire et régente de travaux à l’aiguille dans les écoles normales primaires ». Elle tient, cela va sans dire, à imprimer à son texte une image foncièrement positive et admirable de la patrie, « grande et libre par le courage de ses ancêtres ; riche et prospère par le travail et l’industrie ; heureuse par l’amour du devoir42 ».

  • 43 Âgé de 14 ans, Albert aurait dû interrompre sa scolarité après l’école primaire.
  • 44 Ozouf (Mona), L’École de la France. Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, (...)

30Et du courage, du travail et du devoir, le jeune lecteur va en trouver dès les premières pages. Après avoir rapidement présenté les deux héros – Paul, enfant unique d’un riche industriel gantois, et Albert, fils du jardinier – le récit se précipite : Paul tombe dans un étang en voulant cueillir des feuilles pour son herbier mais il est miraculeusement sauvé par le brave Albert. En récompense, les parents de Paul s’engagent à prendre soin de l’éducation du jeune homme de condition modeste43 ; une reconnaissance privée, qui se double des honneurs publics lors de la distribution des prix. Le garçon rejoint ainsi une des figures types du discours scolaire, celle de l’« enfant intelligent et laborieux [qui], quelle que soit son origine, peut arriver aux plus hautes situations44 ».

  • 45 L’entrée des visiteurs dans chaque nouvelle province est annoncée dans le récit et se voit rehaus (...)

31Le livre se subdivise en trois grandes parties. Il compte un total de nonante--trois textes numérotés, qui portent tous un titre, une citation en exergue et qui, modernité oblige, sont enrichis de nombreuses photographies et gravures. La première partie (1 à 7) sert à introduire les deux héros. La seconde (8 à 30) se concentre sur les contenus d’apprentissage de l’année scolaire qu’ils passent à Gand, aux côtés du précepteur de Paul, visiblement sensible à un certain renouveau pédagogique. En effet, si les enfants ne quittent pas la ville, le récit abonde en promenades et autres sorties éducatives, qui sont le prétexte à des explications sur l’industrie du coton, la cathédrale de Saint-Bavon, le château des Comtes et d’autres monuments de la ville. L’année scolaire se clôt sur l’élément qui va servir de second déclencheur du récit : pour les vacances, les enfants se voient offrir un voyage de deux semaines en Belgique, voyage dont la narration occupe les deux tiers du livre. Le périple démarre et se termine à Gand et passe par toutes les provinces du royaume, en déterminant une forme de subdivision45.

  • 46 Et ses déclinaisons en vicinaux et autres trams locaux.
  • 47 Ne manque pas l’explication sur les concepts d’importation, exportation et douane (TB, p. 97).

32Quel portrait de la Belgique Augusta Vromant peint-elle, en cette année où est célébré en grande pompe son septante-cinquième anniversaire ? D’abord celui d’un pays régi par la modernité et le progrès. Un voyage ferroviaire à Bruxelles sert ainsi de prétexte à une longue digression (10 textes) sur Georges Stephenson, l’inventeur de la locomotive, et c’est bien évidemment en train46 que les deux adolescents et leur précepteur vont désormais parcourir le pays. L’endroit que les touristes en herbe visitent dès leur arrivée à Anvers, première halte de leur périple, n’est autre que le port, symbole de la puissance maritime et commerciale47 du pays. Le lexique n’est pas choisi au hasard : les abris y sont spacieux, les « cargaisons [vont] s’engouffrer dans la carène des immenses vapeurs sans cesse alignés » (TB, p. 95). Un peu plus tard, à Liège, outre les principaux monuments architecturaux et religieux de la ville, les enfants visitent l’usine Cockerill de Seraing (4 textes), qui les impressionne par son activité et, surtout par sa taille : « Mais […] c’est comme une ville cette usine ! »(TB, p. 152) Ne manquent pas non plus les mentions élogieuses aux prouesses techniques telles que la construction du barrage de la Gileppe (TB, p. 160-163), le système « remarquable » de distribution d’eau d’Arlon (p. 177), les écluses à sas installées sur la Meuse (TB, p. 192-194) ou les ascenseurs hydrauliques du Canal du Centre(p. 203-205).

  • 48 Qui se double de sa variante artisanale ou semi-industrielle lorsqu’il est question, par exemple, (...)
  • 49 Comme à l’usine Cockerill, qui « possède un hôpital, un orphelinat, une école primaire, une école (...)
  • 50 Ainsi la « société de secours mutuels et d’assurance contre les accidents », qui assure aux ouvri (...)

33Le tropisme industriel48, déjà identifié dans le corpus, s’enrichit ici d’une double dimension. D’une part, le texte de Vromant insiste sur les compensations philanthropiques qu’offrent les grandes installations métallurgiques et sidérurgiques49 et sur le système de protection sociale mis en place par l’État50. De l’autre, la découverte du paysage industriel offre l’occasion d’un encouragement à l’effort individuel, en vertu d’une dimension moralisatrice qui n’étonne guère dans ce type d’ouvrage :

Vous voyez, mes enfants, que notre petite Belgique travaille ardûment et que c’est grâce à son labeur qu’elle occupe un des premiers rangs parmi les nations industrielles. L’honneur de la Belgique, c’est le travail et l’économie. Ne l’oublions jamais, amis, et faisons-nous gloire, nous aussi, d’être toujours laborieux et économes. (TB, p. 158)

  • 51 Le texte souligne à l’occasion cet aspect : « En cette saison, il y a une affluence continuelle d (...)

34En plus d’être industrielle et commerciale, la Belgique dont Augusta Vromant dresse le portrait se caractérise également par ses villes. Ce sont elles qui guident les nombreux arrêts des visiteurs, friands d’y découvrir, en même temps que le lecteur, les trésors monumentaux. Les cités plus importantes cèdent à l’occasion leur place à des centres urbains plus modestes mais à l’indéniable intérêt naturel ou historique, comme Spa, Bouillon ou encore Waterloo. Chaque nouvelle visite offre l’occasion de souligner non seulement la valeur touristique de la Belgique mais également la modernité des infrastructures déployées pour accueillir au mieux les nombreux voyageurs51. Pas un seul site visité dans le livre qui ne s’accompagne de son lot de touristes curieux, d’installations hôtelières accueillantes, de guides locaux affables et d’auberges à l’offre plantureuse.

Des manuels illustrés

35On sait que la présence des illustrations dans les manuels scolaires croit sensiblement entre le dernier tiers du xixe siècle et la première moitié du xxe, et que celles-ci se particularisent en fonction de deux facteurs conjugués : les progrès techniques et les conceptions didactiques.

  • 52 Perret (Laetitia), « Places et rôles des images des manuels dans l’évolution des disciplines scol (...)

De 1880 jusque vers 1900 c’est la gravure sur bois qui prédomine. En 1900 la photogravure s’étend, les premiers clichés en noir et blanc apparaissent. En 1945, avec le renouvellement du matériel typographique, la généralisation de nouvelles techniques (offset, héliogravure) la couleur devient systématique, les procédés de tirage et d’illustrations deviennent moins onéreux52.

  • 53 Le cas de la série La Lecture expressive à l’école primaire, de MM. Weyland et Grenez, qui fait p (...)

36Or, un éditeur ne va introduire des illustrations dans un ouvrage scolaire que s’il est convaincu de leur pertinence en termes didactiques car, qui dit manuel illustré, dit aussi manuel plus cher, donc objet commercialement plus risqué. On constate ainsi que les illustrations seront d’abord privilégiées par les manuels destinés à l’apprentissage de la lecture dans les petites classes de l’école primaire53, et que leur usage se répandra graduellement dans les livres à l’attention des degrés supérieurs du primaire, puis du secondaire. Un second paramètre intervient également, qui a trait à la discipline concernée. Outre la lecture pour les plus petits, c’est assez logiquement les sciences naturelles, l’histoire et la géographie qui profitent d’abord des progrès techniques liés à l’usage de l’image imprimée.

37Quelle réflexion peut-on tirer de ces considérations pour les manuels de lecture qui composent le corpus étudié ? Le Tour de la Belgique par deux enfants constitue un objet original dans le concert des manuels de lecture, en raison du nombre d’illustrations qu’il contient, nettement supérieur à la moyenne. Qu’il s’agisse de paysages, de bannières provinciales, de cartes de géographie, de saynètes de la vie scolaire, le livre regorge d’images en noir et blanc, puisqu’on y trouve en moyenne une toutes les deux pages. Originalité supplémentaire : les traditionnelles gravures jouxtent de modernes photographies, représentant notamment des bâtiments ou des monuments représentatifs des villes décrites. En vertu d’une velléité didactique que l’on peut inférer au livre, chacune de ces illustrations, qui sont placées dans le corps même du texte, possède sa légende. Dans l’ouvrage de Vromant, les images choisies sont directement liées au contenu textuel, voire au récit. Elles sont figuratives, même extrêmement réalistes puisque leur objectif consiste à donner à voir le pays, sans bouger de la salle de classe. Leur présence facilite l’identification et la reconnaissance des lieux mentionnés de la part du jeune lectorat, ainsi que leur mémorisation. Ces gravures et, peut-être plus encore les photographies, entraînent un effet de proximité, qui peut augmenter la dimension affective, liée, on le sait, au processus de constitution de l’identité nationale et au sentiment patriotique.

  • 54 Comme chez Ley (F.), Vangils (J.), Livre de lecture courante et de récitation, op. cit. ; Weyland (...)
  • 55 Par exemple, Poriniot (Léon), La Vie littéraire à l’école primaire. Cours de lecture à l’usage du (...)
  • 56 Dewatripont (J.), Cours de lecture en trois parties concentriquement graduées visant l’éducation (...)
  • 57 Weyland (H.), Grenez-Mayeur (A.), La Lecture expressive à l’école primaire, première partie, livr (...)

38Par comparaison, et si l’on s’en tient uniquement au corpus de manuels étudiés, j’observe une différence entre les manuels destinés non seulement à l’apprentissage de la lecture courante mais également à stimuler l’expression orale, ainsi que les connaissances liées à d’autres matières, comme les sciences naturelles, les techniques ou le savoir-vivre54. S’ils se veulent plus spécialisé dans la lecture de type littéraire, les manuels de ce corpus sont, pour leur part, soit très peu soit pas du tout55 illustrés. Cette rapide et très partielle analyse pourrait confirmer le fait que le choix d’insérer ou non des illustrations est motivé, en partie, par la capacité de l’image réaliste à renforcer certains types d’apprentissages (la structure du squelette ou de l’œil, par exemple56) mais aussi des comportements sociaux qui confortent l’ordre établi (ainsi les images accompagnant les courts textes « La témérité punie » ou « Ne provoquez pas les animaux57 »).

Conclusion

  • 58 Il pourrait être intéressant d’étudier les traces des piliers pour d’autres sujets que ceux trait (...)
  • 59 Boudart (Laurence), « La Première Guerre mondiale à travers quelques manuels de lecture de l’écol (...)

39Au moment de clore brièvement la réflexion, il me faut encore souligner un élément qui émerge de l’analyse des manuels étudiés, à savoir la forte cohérence du discours scolaire de l’époque envisagée. Des questions liées au pays, à l’exaltation de ses qualités et de ses richesses et aux divers tropismes que j’ai soulignés (les villes, l’élément industriel, la complétude des provinces), se dégage une uniformité dans laquelle ne s’immisce pas de division ou d’écart d’interprétation, attribuable par exemple aux piliers58. En outre, si la Première Guerre mondiale a pu constituer un point de rupture pour d’autres thématiques – l’image de la dynastie belge par exemple59 –, le corpus que j’ai étudié dans le cadre de cette étude ne subit guère de variation au cours du temps ni l’effet de tensions historiques. Ce constat général tendrait donc à affirmer une sorte de conformisme au sein du discours scolaire, lorsqu’il s’agit de faire le portrait de la Belgique.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècles, Paris, Seuil, coll. Points, 2001.

2 Voir Verdelhan-Bourgade (Michèle), éd., Les Manuels scolaires, miroirs de la nation ?, Paris, L’Harmattan, 2007 ; plusieurs contributions dans Van Gorp (Angelo), Depaepe (Marc), éd., Auf der Suche nach der wahren Art von Textbüchern, Bad Heilbrunn, Verlag Julius Klinkhardt, coll. Beiträge zur historischen und systematischen Schulbuchforschung, 2009.

3 Escolano Benito (Agustin), « El libro escolar como espacio de memoria », dans Ossenbach (Gabriela), Somoza (Miguel), Los manuales como fuente para la historia en América latina, Madrid, Universidad Nacional a Distancia, coll. Proyecto Manes, 2001, p. 35-46.

4 Âge auquel prenaient fin les études primaires, le secondaire étant le plus souvent réservé aux élèves issus des familles les plus instruites et fortunées.

5 Pour des raisons d’espace et de focalisation thématique, j’ai volontairement laissé de côté les questions relatives au Congo belge dans le corpus. Ce sujet a par ailleurs fait l’objet de plusieurs de mes travaux antérieurs : Boudart (Laurence), Supiot Ripoll (Alberto), « Träume vom Reich. Das Bild des Kolonisten in französischen und belgischen Schulbüchern (1870-1930) », dans Van Gorp (Angelo), Depaepe (Marc), éd., op. cit., p. 69-79 ; Boudart (Laurence), « La représentation du colonisé dans le discours scolaire belge (1900-1930) : du stéréotype au mythe », dans De Buron-Brun (Bénédicte), éd., Altérité-identité-interculturalité. Perceptions et représentations de l’étranger en Europe et dans l’arc atlantique, tome I, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 85-98 ; Boudart (Laurence), « Congo belge et littérature de jeunesse dans l’entre-deux-guerres », dans Strenæ, 3/2012, mis en ligne le 22 janvier 2012, url : http://strenae.revues.org/606 ; Boudart (Laurence), « Il était une fois l’Afrique. Le discours sur la colonie dans les manuels de lecture de l’école primaire belge (1900-1930) », dans Texto, género y discurso en el ámbito francófono, Salamanca, Ediciones Universidad Salamanca, 2016, p. 709-720.

6 Il s’agit parfois de manuels dits de récitations ou de dictées. Si leur finalité, plus spécifique, est différente de celle du manuel de lecture stricto sensu, ces ouvrages n’en rassemblent pas moins de nombreux textes appelés à être lus.

7 Le binôme ressortit à la carte d’identité symbolique française, comme l’a bien montré Alain Corbin dans sa contribution aux célèbres Lieux de mémoire. Voir Corbin (Alain), « Paris-Province », dans Nora (Pierre), éd., Les Lieux de mémoire, vol. III, tome I, Paris, Gallimard, 1993, p. 2851-2888.

8 Rappelons le terminus ad quem du corpus, 1940, en amont de tout processus de fédéralisation.

9 Riguel (D.), Récitations choisies à l’usage des degrés inférieur, moyen et supérieur de l’école primaire, Châtelineau-Gosselies, E. & O. Miaux frères, 1911, p. 42-43.

10 C’est par exemple le cas des manuels suivants : Kenis (F.), Lectures nationales. Leçons sur l’histoire, la géographie, la topographie et la législation de la Belgique, suivies de notices biographiques sur ses principaux hommes célèbres, Anvers, Veuve Jos. Van Ishoven, 1853 ; Braun (Thomas), Nouveau livre de lecture ou choix de morceaux d’une difficulté graduée, propres à familiariser les élèves avec le mécanisme de la lecture, à les habituer à la réflexion, et à développer en eux le sentiment religieux et moral. 7e édition spéciale, à l’usage des écoles de filles. Ouvrage adopté par la commission centrale de l’éducation primaire, Liège, Dessain, 1878 ; Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur. Tome premier, Bruxelles, A. N. Lebègue, 1880.

11 Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation, Bruxelles, Racine, 2005, p. 412.

12 Defays (L.), Livre de lecture, ouvrage orné de nombreuses gravures. Division supérieure. 2e édition, Liège, H. Dessain, 1894, p. 139-140 ; Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur. Tome premier, op. cit., p. 178-179.

13 Le texte dont sont cités quelques passages s’intitule « Aspect pittoresque de la province de Hainaut » et est signé Charles Hen (1819-1876), rédacteur et propriétaire du Journal de l’imprimerie et de la librairie en Belgique. Il apparaît entre autres dans Defays (L.), Livre de lecture, ouvrage orné de nombreuses gravures. Division supérieure, op. cit., p. 149-151 et ; Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur, tome premier, op. cit., p. 26-30.

14 Gheude (François), Honhon (Désiré), Cours complet de lecture à l’usage des écoles primaires, des pensionnats et des classes préparatoires des écoles moyennes. Troisième et quatrième degrés, Liège, H. Dessain/ Wégimont-Jamme, 1938, p. 232-233.

15 Henry (F.), Defoin (A.), Recueil de dictées. Enseignement occasionnel par la dictée adéquate aux tendances actuelles, Namur, Wesmael-Charlier, 1910, p. 52.

16 Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur, tome premier, op. cit., p. 176-177.

17 Bourdoux (J.), Cours complet de lecture à l’école primaire. Degré supérieur. Livre de l’élève, Tamines, Duculot-Rolin, p. 68-70. Le texte est extrait de « Ciney et le Condroz », dans le troisième tome de La Belgique illustrée, ouvrage collectif dirigé par Eugène Van Bemmel (voir l’article de Marianne Michaux dans ce numéro).

18 Rémy (G.), Recueil de dictées à l’usage de la classe supérieure des écoles primaires et des classes inférieures des établissements d’enseignement moyen, Namur, Wesmael-Charlier, 1894, p. 18-19.

19 Henry (F.), Defoin (A.), Recueil de dictées. Enseignement occasionnel par la dictée adéquate aux tendances actuelles, op. cit., p. 47

20 Weyland (H.), Grenez-Mayeur (A.), La Lecture expressive à l’école primaire et aux sections préparatoires des écoles moyennes des filles, troisième partie, livre de l’élève, 3e édition, Bruxelles, Librairie classique J. Lebègue et Cie, 1891, p. 52.

21 Goffaux (C.), 450 dictées avec nombreux exercices sur la grammaire, la syntaxe, la dérivation, la composition des mots, degré supérieur, Tamines, Duculot-Roulin, 1906, p. 22.

22 Driesen (A.), La Lecture à l’école primaire et à l’école d’adultes, cours supérieur, tome premier, op. cit., p. 11-13.

23 Voir ibid., p. 15-17.

24 Defoin (A.), Cours de dictées. Enseignement primaire. Textes précédés d’exercices préparatoires. Partie du maître, Namur, Wesmael-Charlier, 1923, p. 148 ; Gheude (François), Honhon (Désiré), Cours complet de lecture à l’usage des écoles primaires, des pensionnats et des classes préparatoires des écoles moyennes. Degré moyen, Marchienne-au-Pont, L. Téchy-Tomme, 1913, p. 189-190 ; Gheude (François), Honhon (Désiré), Cours complet de lecture à l’usage des écoles primaires, des pensionnats et des classes préparatoires des écoles moyennes. Troisième et quatrième degrés, op. cit., p. 228-229 ; Poriniot (Léon), La Vie littéraire à l’école primaire. Cours de lecture à l’usage du degré supérieur, Tamines, Duculot-Roulin, 1913, p. 80-81 ; Rasmont Rasneur (Louis), Lectures morales et utilitaires en cours concentriques, à l’usage des écoles primaires de filles. Degré moyen, op. cit., p. 75 ; Weyland (H.), Grenez-Mayeur (A.), La Lecture expressive à l’école primaire et aux sections préparatoires des écoles moyennes des filles, troisième partie, livre de l’élève, op. cit., p. 83-84.

25 Dewatripont (J.), Cours de lecture en trois parties concentriquement graduées visant l’éducation intégrale, l’enseignement de la langue maternelle, l’éducation professionnelle et l’expansion économique mondiale, degré moyen, Tamines, Duculot-Roulin, 1907, p. 39-40. Le texte dont est extraite cette phrase est signé Eugène Gens, auteur et professeur d’histoire à l’Athénée d’Anvers.

26 Le texte est signé Alfred Mabille, directeur de La Revue pédagogique belge et fonctionnaire de l’Instruction publique à Bruxelles, dans : Frenay (L.-J.), Feron (L.), Janssen (A.), Lectures choisies. Écoles primaires (5e et 6e années d’études) et 4e degré, Liège, H. Desoer, 1922, p. 27-30.

27 Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 206.

28 Poriniot (Léon), La Vie littéraire à l’école primaire. Cours de lecture à l’usage du degré supérieur, p. 217. Le texte est de Marius Renard.

29 Ley (F.), Vangils (J.), Livre de lecture courante et de récitation (troisième degré), 1e partie, Bruxelles, Lebègue et Cie, s.d., p. 242-243.

30 Henry (F.), Defoin (A.), Recueil de dictées. Enseignement occasionnel par la dictée adéquate aux tendances actuelles, op. cit., p. 57.

31 Pierlot (F.), Du rôle éducatif de l’école primaire. Livre de lecture à l’usage des classes des 3e et 4e degrés. Recueil de 300 morceaux en application à la circulaire ministérielle du 15 juin 1915, Tamines, Duculot-Roulin, p. 221-222. Le texte est d’Eugène Van Bemmel, extrait de Guide de l’excursionniste.

32 Ibid. Mais cette fois, le texte, toujours de Van Bemmel, est extrait de son « Introduction » à La Belgique illustrée (voir l’article de Marianne Michaux dans ce numéro).

33 Gheude (François), Honhon (Désiré), Cours complet de lecture à l’usage des écoles primaires, des pensionnats et des classes préparatoires des écoles moyennes, degré inférieur, Marchienne-au-Pont, 1914, p. 101.

34 Voir Cabanel (Patrick), Le Tour de la nation par des enfants, Paris, Belin, coll. Histoire de l’éducation, 2007.

35 Bruno (G.), Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Librairie classique d’Eugène Belin, 1877. Sous le pseudonyme de G. Bruno se cache Augustine Fouillée, née Tuillerie, déjà auteure de Francinet (1869), manuel de lecture courante à l’usage de l’école primaire, et par la suite d’une dizaine d’autres manuels scolaires. Une réédition de 1906 du Tour de la France expurgera ce bréviaire républicain de toute référence religieuse.

36 De Amicis (Edmondo), Cuore, Milano, Treves, 1886. On connaît le livre en français sous la traduction Le Livre cœur.

37 Lagerlöf (Selma), Nils Holgerssons underbara resa genom Sverige, Stockholm, Albert Bonniers förlag, 1906-1907.

38 Fray Justo Pérez de Urbel, El Libro de España, Barcelone, Editorial FTD, 1928.

39 « […] celui des livres de lecture scolaires, à la fois poétiques et didactiques, romanesques et encyclopédiques, destinés à un public d’élèves autant que d’enfants, et aussi d’adultes (les maîtres, et parfois les parents) » [Cabanel (Patrick), « École et nation : l’exemple des livres de lecture scolaires (xixe et première moitié du xxe siècles) », dans Histoire de l’éducation, n° 126, 2010, p. 33-54].

40 Chanet (Jean-François), L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, p. 284.

41 Rappelons que Pierre Nora fait figurer l’ouvrage au sein de ses célèbres Lieux de mémoire, au même titre que la Marseillaise ou le coq gaulois, par exemple. L’ouvrage représente un fameux succès de vente : 7,5 millions d’exemplaires vendus entre 1877 et 1914, un million de plus jusqu’à aujourd’hui.

42 Vromant (Augusta), Le Tour de la Belgique par deux enfants, Gand, Maison d’édition I. Vanderpoorten, 1905. Toutes les citations du livre sont indiquées par leur référence paginale dans le corps de l’article.

43 Âgé de 14 ans, Albert aurait dû interrompre sa scolarité après l’école primaire.

44 Ozouf (Mona), L’École de la France. Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1984, p. 194.

45 L’entrée des visiteurs dans chaque nouvelle province est annoncée dans le récit et se voit rehaussée de la carte correspondante.

46 Et ses déclinaisons en vicinaux et autres trams locaux.

47 Ne manque pas l’explication sur les concepts d’importation, exportation et douane (TB, p. 97).

48 Qui se double de sa variante artisanale ou semi-industrielle lorsqu’il est question, par exemple, de la coutellerie namuroise ou des distilleries brugeoises.

49 Comme à l’usine Cockerill, qui « possède un hôpital, un orphelinat, une école primaire, une école spéciale, une pharmacie. Toutes les installations philanthropiques y fonctionnent : caisse d’épargne et de retraite, société de secours mutuels et l’assurance en cas d’accidents. » (TB, p. 152)

50 Ainsi la « société de secours mutuels et d’assurance contre les accidents », qui assure aux ouvriers qui y cotisent « en cas de maladie un salaire de 1 ou 2 francs, les soins d’un médecin, les remèdes d’un pharmacien, et, en cas de mort, les frais d’enterrement » et « la caisse de retraite […]. Chaque affilié verse une somme proportionnelle à son âge et ses ressources, il s’assure de cette façon une rente viagère à 55, 60 ou 65 ans selon son choix. » (TB, p. 210)

51 Le texte souligne à l’occasion cet aspect : « En cette saison, il y a une affluence continuelle de monde dans toutes les villes balnéaires. […] Ostende reçoit chaque année environ 90 000 baigneurs, sans compter les passants. » (TB, p. 233)

52 Perret (Laetitia), « Places et rôles des images des manuels dans l’évolution des disciplines scolaires », dans DIversités REcherches et Terrains [En ligne], 10, 2018, url : https://www.unilim.fr/dire/962, doi : 10.25965/dire.962.

53 Le cas de la série La Lecture expressive à l’école primaire, de MM. Weyland et Grenez, qui fait partie du présent corpus, est à ce titre éclairant. En effet, on constate une diminution du nombre d’images à mesure que le niveau des élèves augmente mais également une spécialisation de plus en plus accrue vers des illustrations réalistes et, pour ainsi dire, techniques, aux dépens des images « moralisatrices » qui disparaissent même presque complètement dans le volume destiné aux élèves en fin de parcours primaire.

54 Comme chez Ley (F.), Vangils (J.), Livre de lecture courante et de récitation, op. cit. ; Weyland (H.), Grenez-Mayeur (A.), La Lecture expressive à l’école primaire, op. cit. ; Dewatripont (J.), Cours de lecture en trois parties concentriquement graduées, op. cit.

55 Par exemple, Poriniot (Léon), La Vie littéraire à l’école primaire. Cours de lecture à l’usage du degré supérieur, op. cit.

56 Dewatripont (J.), Cours de lecture en trois parties concentriquement graduées visant l’éducation intégrale, l’enseignement de la langue maternelle, l’éducation professionnelle et l’expansion économique mondiale, degré moyen, op. cit., p. 114-115 et p. 118.

57 Weyland (H.), Grenez-Mayeur (A.), La Lecture expressive à l’école primaire, première partie, livre de l’élève, 5e édition, Bruxelles, Librairie classique J. Lebègue et Cie, 189é, p. 65-66 et 68-69, respectivement.

58 Il pourrait être intéressant d’étudier les traces des piliers pour d’autres sujets que ceux traités dans le cadre de cet article et d’identifier les thématiques « scolaires » plus perméables aux marqueurs idéologiques.

59 Boudart (Laurence), « La Première Guerre mondiale à travers quelques manuels de lecture de l’école primaire belge », dans Bonnet (Dominique), Chaves García (María José), Duchêne (Nadia), Littérature, langages et arts : rencontres et création, Huelva, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Huelva, 2007, CD-Rom, n. p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Boudart, « « S’il est un beau pays, c’est le nôtre, c’est notre chère Belgique » »Textyles, 56 | 2019, 97-114.

Référence électronique

Laurence Boudart, « « S’il est un beau pays, c’est le nôtre, c’est notre chère Belgique » »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3575

Haut de page

Auteur

Laurence Boudart

Archives et Musée de la Littérature

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search