Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Portraits de la BelgiqueBruxelles, la mal aimée d’Armand ...

Portraits de la Belgique

Bruxelles, la mal aimée d’Armand Bernier (1959) : un portrait poétique

Mélanie de Montpellier d’Annevoie
p. 115-132

Texte intégral

  • 1 Bernier (Armand), « Avant-Propos », Bruxelles, la mal aimée, Bruxelles, Cahier des Arts, 1959.
  • 2 « Les littérateurs, eussent-ils l’envie, n’osent guère situer un roman à Bruxelles, capitale si d (...)
  • 3 Bernier (Armand), « Avant-Propos », op. cit.

1« Comme tant d’autres, j’ai vécu longtemps dans Bruxelles sans la connaître, sinon sans la regarder. Ce n’est pas à la légère que je lui donne aujourd’hui le surnom de mal-aimée1 », déclarait, en 1959, le poète belge Armand Bernier, titulaire de plusieurs prix littéraires, mais aujourd’hui quelque peu oublié. Auteur du recueil poétique Bruxelles, la mal aimée (Cahier des Arts, 1959), il fut l’un des rares poètes, aux côtés d’hommes de lettres tel Albert Guislain (1890-1969)2, à signaler un fait significatif dans la littérature belge d’alors : l’absence de Bruxelles en tant que sujet littéraire. Ce recueil est le signe d’une prise de conscience par les littérateurs belges de cette « lacune », comme le souligne Bernier dans son « Avant-propos », une lacune qui bannit Bruxelles du champ des lettres nationales et, ce faisant, induit « de solides préventions » chez ses compatriotes3. Ainsi, Bernier, de ses vers rehaussés de photographies, souhaite donner à « voir » et à « connaître » la ville : il en tire le portrait pour mieux la défendre contre les inimitiés et l’oubli.

  • 4 Collot (Michel), Pour une géographie littéraire, Paris, José Corti, coll. Les Essais, 2014.
  • 5 Acke (Daniel), « Marcher à Bruxelles. Mésaventures et surprises de la flânerie de Charles Baudela (...)

2En amorçant notre étude par une nécessaire contextualisation – le volume ayant paru en 1959, soit un an après l’Expo 58 et dans un contexte de défense du patrimoine bruxellois –, notre objectif sera de montrer dans quelle mesure cette entreprise de poétiser Bruxelles s’inscrit dans une finalité promotionnelle – sans connotation commerciale aucune dans ce cas – à la fois idéologique et littéraire. Dans ce but, nous relèverons, d’une part, selon les principes de la géographie littéraire4, les lieux poétisés pour les comparer avec ceux privilégiés par les guides touristiques bruxellois de l’époque ; d’autre part, nous étudierons le processus, opéré par Bernier, de renversement du « coefficient négatif », selon l’expression de Daniel Acke, généralement attaché à Bruxelles en littérature en raison de son caractère informe et tronqué5.

Bruxelles et le poète

  • 6 Geeraert (Robert-Lucien), « Bruxelles, la mal aimée, par Armand Bernier », dans La Revue National (...)

Après avoir longuement exploré le monde intérieur et tenté de le rendre aussi « transparent » que le monde végétal et animal qui entoure son âme de poète, Armand Bernier se tourne vers la ville où il vit heureux depuis plus de trente ans6.

3Ainsi déclare Robert-Lucien Geeraert, critique pour La Revue Nationale, et l’un des rares à avoir écrit quelques lignes sur Bruxelles, la mal aimée d’Armand Bernier.

  • 7 La commune de Forest comptait trois parcs d’envergure : les parcs Duden, de Forest et du Bempt.

4Né le 10 février 1902 à Braine-l’Alleud et décédé le 27 novembre 1969 à Forest, Armand Bernier vécut entre la nature et la ville. Après avoir passé sa jeunesse à la campagne, marié en 1927, il s’établit à Bruxelles avec son épouse, dans la commune verte de Forest7, à l’extrémité du territoire bruxellois. Il débute sa vie active comme correcteur d’imprimerie à La Nation Belge, travaille ensuite pour le gouvernement provincial du Brabant, et achève sa carrière en tant que chef de service aux Beaux-Arts en 1964. Parallèlement, initié durant son adolescence à la poésie par son professeur Gaston Heux, Bernier collabore à plusieurs quotidiens et revues littéraires (Le Soir, Les Cahiers du Nord, Le Journal des Poètes, L’Avant-Poste), et correspond avec plusieurs de ses contemporains, dont Michel de Ghelderode et Robert Vivier. La littérature constitue donc une composante primordiale de sa vie.

  • 8 Lienard (Ivan), Essai sur l'évolution spirituelle du poète Armand Bernier, Bruxelles, M. Delmelle (...)

5En 1925, son premier recueil de poésie, Les Heures incertaines, paraît aux éditions de La Renaissance d’Occident. Par la suite, il publie également des contes et des essais, dont Destin de la poésie (Les Cahiers du Journal des Poètes, 1936). Son recueil Le Monde transparent (Dutilleul, 1956), regroupant l’essentiel de son œuvre, reçoit le grand prix quinquennal Albert Mockel, décerné par l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. À son époque, Armand Bernier est ainsi un écrivain consacré et reconnu pour une poésie dont le souci de clarté, dans le fond et dans la forme, joint à une extrême sensibilité principalement appréciée à l’aune du domaine naturel, lui vaut d’être cité aux côtés de poètes tels Jules Supervielle ou encore Odilon-Jean Périer8.

  • 9 Bernier (Armand), Destin de la poésie, Bruxelles, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1936, p. 40.
  • 10 Bernier (Claudine), Trois Mondes transparents : Auguste Marin, Armand Bernier, Maurice Carême, Br (...)
  • 11 Bernier (Armand), Le Monde transparent, Dutilleul, 1956, p. 228.
  • 12 Vanham (Jean-Louis), « Armand Bernier », dans La Revue Nationale, 33e année, n° 334, septembre 19 (...)

6Selon Bernier, la poésie se doit d’être « belle sans être inhumaine9 », c’est-à-dire exigeante au niveau de la forme et simultanément intelligible à l’humanité. Le poète poursuit « cette quête longue et patiente de la transparence jusqu’à la parfaite limpidité de la forme et du fond10 » ; aucune phrase complexe, aucun mot sibyllin n’opacifient la lecture, la thématisation du naturel participant de cette clarté : « Le vent, ce souffle de Dieu, / fait briller des gouttes d’eau / dans les mains naïves des feuilles11. » La nature lui semble alors être la seule muse possible, inspiration souvent soulignée par la critique : « Le monde végétal est le domaine de prédilection du poète, il y évolue avec une joie presque enfantine et redécouvre la terre entière tel un pionnier enchanteur12 », déclare le poète et critique belge Jean-Louis Vanham. Faut-il y voir la raison de la relative indifférence médiatique entourant ce recueil dédié à l’urbain ? Après la consécration du Monde transparent, le regard de Bernier se porte en effet non plus seulement sur le monde naturel, mais également sur la ville, et plus particulièrement sur Bruxelles. Or, chantier chaotique en vue de modernisation dans les années 1950 et 1960, Bruxelles semble un sujet peu propice à l’épanouissement des qualités – transparence du monde et clarté du verbe – revendiquées jusque-là par le poète dans ses œuvres célébrant la nature et saluées par la critique. Toutefois, c’est précisément cette conjoncture entre différents bouleversements urbanistiques, prise de conscience patrimoniale et expérience personnelle de la ville qui a amené Bernier à faire de Bruxelles matière à poésie.

7Entre 1927, date de l’installation du poète à Bruxelles, et 1959, date de publication de Bruxelles, la mal aimée, le visage de la ville s’est sensiblement métamorphosé. Dans les années 1950, outre l’arrivée des institutions européennes faisant de facto de Bruxelles la « capitale de l’Europe », la ville connaît l’achèvement de la jonction Nord-Midi, un chantier considérable aux implications urbanistiques, économiques et sociales importantes. Après des travaux d’une quarantaine d’années, ce fut le roi Baudouin qui inaugura la voie en 1952, ainsi que le nouveau complexe du Mont des Arts achevé en 1958. Ces deux aménagements se firent sans respect envers le patrimoine bruxellois :

  • 13 L’Université de Bruxelles, alors située dans le quartier de la Putterie, se voit expulsée au Solb (...)
  • 14 Jaumain (Serge), « Jonction Nord-Midi », dans Dictionnaire de Bruxelles, Bruxelles, éditions Le C (...)

Durant toute l’entre-deux-guerres, le centre de la ville prit l’allure d’un no man’s land défiguré par de grands chantiers à l’abandon […]. Les travaux de la Jonction entraînèrent la disparition de quartiers entiers (la Putterie13 et la rue Isabelle) et de plusieurs édifices monumentaux, comme les anciennes gares du Midi et du Nord, et l’Hôpital Saint-Jean14.

  • 15 Demey (Thierry), Bruxelles. Chroniques d’une capitale en chantier, Bruxelles, Paul Legrain, t. II (...)

8Mais, à Bruxelles, l’événement le plus notable du xxe siècle est la réalisation de l’Exposition universelle de 1958 sur le plateau du Heysel. À cette occasion, de nombreuses transformations sont réalisées dans la ville, donnant la priorité à la voiture : Thierry Demey attribue un « rôle de catalyseur » à l’Expo 58 concernant le développement des autoroutes urbaines15. La tour Martini s’élève également cette année-là, tandis que le chantier de la Cité administrative de l’État est lancé dans le centre-ville. Dans un tel contexte urbanistique, Bruxelles, défigurée aux yeux de certains, suscite des discours de protestation :

  • 16 Henno (Louis), Lecerf (Émile), éd., « Le Conservateur de nos souvenirs », dans Cahier des Arts, n (...)

Pensons à ce qu’était notre vieux Bruxelles et à ce qu’est devenu le Bruxelles du béton armé, au Bruxelles pareil à tant d’autres villes de l’univers, pensons à la capitale anonyme dans laquelle nous sommes à présent forcés de vivre, sous prétexte de jonction Nord-Midi. Les Bruxellois de stricte observance n’auront point tort de vous dire que Bruxelles n’est plus Bruxelles et qu’en la traversant on peut croire que l’on se trouve dans une autre ville16.

  • 17 Henno (Louis), Lecerf (Émile), « Défendre Bruxelles », dans Le Cahier des Arts, n° 11, 1er févrie (...)
  • 18 L’opinion publique ne se réveillera réellement que lors de la bruxellisation (années 1960 et 1970 (...)
  • 19 Henno (Louis), Lecerf (Émile), éd., « Le Conservateur de nos souvenirs », op. cit.
  • 20 « Armand Bernier », dans Ouvrages de la bibliothèque centrale de la ville et de la province de Li (...)

9En réaction, la Ligue pour la Défense de Bruxelles est fondée en 1952 afin de s’élever « contre ceux qui, à l’intérieur, et pourvus de tous les pouvoirs officiels, entendent qu’elle ne soit plus la belle ville qu’elle fut dans le passé17 ». En outre, le Comité pour la Défense du Mont des Arts et les nombreux avis de la Société royale d’Archéologie de Bruxelles ainsi que de la classe des Beaux-Arts de l’Académie royale pour la défense du patrimoine bruxellois sont symptomatiques de l’état d’esprit de cette époque, surtout du côté des artistes18. En effet, ces derniers se montrent de plus en plus sensibles aux effets et abus de l’urbanisme moderne : « De jour en jour se poursuit plus âprement la guerre entre l’urbanisme moderniste et le pittoresque traditionnel de nos vieilles cités19 », clament les directeurs du Cahier des Arts. On le voit, le poids de l’informe propre au « coefficient négatif » bruxellois pèse sur les discours des contemporains : Bruxelles devient méconnaissable, informe à force de modernisation et perdant peu à peu son caractère propre. Toutefois, Bernier se distanciera de l’idée fataliste qui promet Bruxelles à la dégradation et à la monstruosité généralement attachée à l’avènement de la ville moderne. Sa perspective de poète des mondes végétal et animal, poète « animiste » où tout élément naturel est l’incarnation d’une âme20, permettra de transfigurer poétiquement Bruxelles et d’en révéler un nouveau visage, d’en dessiner un nouveau portrait.

Un « Avant-propos » programmatique

  • 21 Henno (Louis), Lecerf (Émile), éd., « Défendre Bruxelles », op. cit.

10C’est donc dans un contexte de modernisation et de lutte pour la préservation du patrimoine qu’Armand Bernier publie son recueil. Que ces quelques poèmes paraissent à l’enseigne du Cahier des Arts, revue littéraire et artistique belge fondée en 1955 par le peintre Louis Henno et dans lequel on peut lire des articles tel « Défendre Bruxelles21 », révèle évidemment un des enjeux implicites de ce recueil : faire prendre conscience de la richesse patrimoniale de la ville.

  • 22 Bernier (Armand), Destin de la poésie, op. cit., p. 26.
  • 23 Les aménagements liés à l’Expo 58 auront pour conséquence l’éclosion du triste phénomène de « bru (...)

11L’essai Destin de la poésie atteste ce souci profond de Bernier pour son époque, voire cette extrême sensibilité déjà évoquée, traduite par l’expression « le poète, cet instrument ultra-sensible que viennent impressionner tous les courants d’inquiétude et de vertige22 […] ». En effet, 1959 est une année charnière entre les « inquiétudes » et les « vertiges » induits par les révolutions urbanistiques du début et de la seconde moitié du xxe siècle23. Bernier n’en fait pas explicitement mention dans son « Avant-propos » mais a bien conscience de la dépréciation générale que connaît la capitale auprès du peuple belge : « […] la plupart des Bruxellois oublient qu’elle est belle, tandis que des gens de Flandre et de Wallonie nourrissent contre elle de solides préventions » (« Avant-propos »). Le poète s’assigne dès lors la mission de « rendre justice », selon ses propres termes, à Bruxelles et, pour ce faire, invite son lecteur à « l’interroger » au-delà de toute prévention (« Avant-propos »).

12L’« Avant-propos » est déjà l’occasion pour Bernier de relever certaines qualités de la ville, moins morphologiques que symboliques :

C’est en terre germanique, une oasis de langue française, une extrême-pointe de cette civilisation hellénique apportée par un vent de haute culture, qui souffla tour à tour sur Rome et sur Paris. C’est une plaque-tournante, un poste de guet dont les fenêtres curieuses accueillent les lumières du Midi et les rumeurs du Septentrion avec une égale vigilance. C’est peut-être la capitale de la pluie, mais c’est aussi la capitale de la tolérance. C’est surtout, pour mon cœur de poète, une petite grande ville aux parcs paisibles où j’aime rêver. («Avant-propos »)

  • 24 Duchenne (Geneviève), « Bruxelles d’une guerre à l’autre. Une capitale de l’européisme », dans Ac (...)

13Bernier souligne d’emblée le caractère culturellement hybride et, ce faisant, riche de la capitale belge, précieuse alliance des cultures du Nord et du Sud. Il reprend un discours courant durant l’entre-deux-guerres, mais existant depuis le xixe siècle, que la Belgique et Bruxelles, « microcosme du microcosme » qu’est déjà la Belgique, incarnent plus que toute autre nation ou capitale un esprit européen24. Ainsi, sans s’attarder sur les déboires matériels que subit Bruxelles, Bernier relève que, symboliquement, la capitale demeure un espace de partage et de tolérance ; une ville à taille humaine – « petite » – mais qui peut se prévaloir d’une richesse culturelle l’amenant à endosser un rôle politique important – « grande » – et où, malgré l’urbanisation, la nature trouve sa place – « aux parcs paisibles où j’aime rêver » (« Avant-propos »).

  • 25 Le projet Bruxelliana, de la digithèque de l’Université libre de Bruxelles, porté par Paul Aron e (...)
  • 26 Notre Mère la Ville (Disque vert, 1922) et Le Citadin (chez l’auteur, 1924) sont les principaux p (...)
  • 27 Découverte de Bruxelles (L’Églantine, 1930), Bruxelles atmosphère 10-32 (L’Églantine, 1932), Miro (...)
  • 28 Louis Quiévreux fut d’abord un chroniqueur très apprécié de la vie bruxelloise, ayant une véritab (...)
  • 29 Berthe Delépinne a consacré plusieurs écrits, principalement des essais, à Bruxelles : Le Florilè (...)

14L’« Avant-propos » est également l’occasion pour l’auteur de s’arrêter sur la relative inexistence littéraire, sinon poétique25, de Bruxelles, malgré les appréciations d’illustres artistes et littérateurs tels Hugo ou Rodin, rappelées par Bernier. Après avoir mentionné les essais plus qu’honorables de ses prédécesseurs que sont Odilon-Jean Périer26 « [qui] auréola Bruxelles », « Albert Guislain27, [qui] s’est attaché avec succès à mettre en lumière [l]es vestiges du passé », Louis Quiévreux28, « [qui] s’est penché sur le cœur des Marolles », et Berthe Delépinne29 « [qui a] rassemblé les témoignages portés sur cette ville par des artistes et des historiens » (« Avant-Propos »), Bernier souligne la résistance d’une « lacune » en matière littéraire : « Les poèmes de Bruxelles, la mal-aimée, ne peuvent avoir l’ambition de combler une lacune. » (« Avant-Propos ») Il est vrai qu’en poésie, la visibilité de Bruxelles demeure faible, malgré l’inauguration d’un mouvement poétique à partir des années 1920. En effet, à l’exception du Citadin (1924) d’Odilon-Jean Périer ou de « Bruxelles » de Jacques Brel en 1953, les vers bruxellois de Léon Kochnitzky (Élégies bruxelloises, 1924), d’Ernest de Try (Saint Michel et sa bonne ville de Bruxelles, 1935), de Paul Dresse (Socles dans Bruxelles, 1947), de Thissen Robert (sous le pseudonyme de Robert de Saint-Guidon, Cette ville est mon cœur, 1949) ou encore de Guy Fenaux (Poésie lez Bruxelles, 1954), n’ont pas suscité grand enthousiasme. Ainsi, malgré une attitude de modestie, sans doute honnête, il n’en reste pas moins que l’ambition de Bernier est de faire exister Bruxelles sous la plume de ses homologues, mais pas seulement. L’« Avant-Propos » est l’occasion pour lui de préciser son lectorat : « Bruxellois », « gens de Flandre et de Wallonie », c’est-à-dire le peuple belge hostile, sinon indifférent envers la capitale. En effet, c’est toute la Belgique qui doit être entendue ici, non pas seulement un lectorat d’esthètes et d’écrivains ; car il ne s’agit pas seulement de combler une « lacune » dans le champ des lettres nationales, mais également d’endiguer, de manière générale, l’inclination au délaissement qui fragilise l’avenir de Bruxelles, tant dans son existence littéraire que matérielle.

  • 30 Reverseau (Anne), « Enjeux des portraits de pays photoillustrés. Une introduction à un genre phot (...)

15Finalement, l’« Avant-Propos » explicite le projet du poète de se faire portraitiste pour « rendre justice » à la ville : en souhaitant donner à « voir » et faire « connaître » – ce sont ses mots –, Bernier remplit les dimensions didactique et poétique du portrait de pays telles qu’envisagées par Anne Reverseau30. Dans cette perspective, ce texte programmatique se caractérise par une dimension idéologique s’appuyant sur le lieu commun d’une richesse culturelle spécifique à une position stratégique Nord et Sud : la ville deviendrait ce bien commun, à tout belge, à promouvoir et à protéger, notamment contre des politiques urbanistiques nuisibles et des discours dévalorisants qui en découlent. À ce titre, le poète fait également œuvre de prosélytisme auprès de ses pairs : si Bruxelles est belle et, malgré les précédents essais, demeure ignorée par la littérature, il s’agit pour le littérateur belge de s’engager aux côtés d’Armand Bernier. Comme nous le verrons, cette double amorce de promotion idéologique et littéraire sera appuyée, au sein des poèmes, par une géographie particulière, pensée pour valoriser l’espace bruxellois.

Une géographie bruxelloise orientée

  • 31 « Légende du sable bruxellois », « D’un balcon du Belvédère », « Méditations sur la Grand’Place » (...)

16L’intitulé principal du recueil et ses vingt-six sous-titres sont particulièrement explicites quant à leur géolocalisation. En effet, tandis que les vers eux-mêmes renseignent rarement les données géographiques, le titre de chaque poème permet de suivre les pérégrinations du poète : « Féérie au Petit Sablon », « Au Peter Pan du Parc d’Egmont », « Impromptu rue de l’Étuve », « Méditations sur la Grand’Place », « Dans les jardins de l’Académie », etc. En outre, à l’étude de la succession des titres31, un parcours se dessine, des origines maritimes de la ville à sa clôture géographique par la forêt de Soignes.

  • 32 Pensons à Vigny du haut de sa Tour dans Paris (1831) ou même à Nerval qui, de la rue Royale, obse (...)

17En faisant abstraction du conte merveilleux qui ouvre le recueil et « Légende du sable bruxellois » contant la naissance de la ville sur une terre marécageuse, « D’un balcon du Belvédère » est le premier poème à donner une localisation précise : le Belvédère, un immeuble à appartements dessiné par les architectes Dejeneffe et Thomas en 1951, toujours existant et situé à Forest en face du point de vue de l’Altitude 100, point culminant de la capitale. C’est dans cet immeuble qu’Armand Bernier vécut une partie de son long séjour bruxellois. De son balcon, il surplombe la ville : « […] amie au visage secret, / Je te veille d’une fenêtre » (« Belvédère »). À partir de là, empruntant le topos récurrent de la littérature urbaine du panorama de la ville32 et ne se figurant jamais en marche, le poète s’élance en pensée dans Bruxelles, et une flânerie à la fois urbaine et onirique s’entame.

  • 33 Érasme a séjourné en 1521 à Bruxelles, dans l’actuelle commune d’Anderlecht, lors de la période d (...)
  • 34 Aron (Paul), Debroux (Tatiana), « Le Canal », Micmexpo, dernière mise à jour en 2017, http://micm (...)

18Les intitulés des poèmes limitent principalement cette flânerie au Pentagone, qui renferme le cœur historique de la cité, jusqu’à ses extrémités, dont la Porte de Hal et la Place Rogier. Par la suite, s’éloignant du centre-ville, le poète clôture son chant dans la forêt de Soignes. À noter, Bernier ne s’aventure pas au-delà du boulevard Anspach, à l’exception du « verger d’Érasme »33 qui rappelle la tolérance signalée dans l’« Avant-Propos » comme qualité idéologique intrinsèque à Bruxelles. Que le poète ne s’engage pas au-delà de l’ancien tracé de la Senne s’explique par l’industrialisation croissante qui, depuis le xixe siècle, touche les communes de l’Ouest. Bernier, chantre de la nature et résident d’une commune verte, ne pouvait qu’apprécier difficilement cet espace où le monde animal et végétal était quasiment absent. Comme l’ont souligné à ce propos Paul Aron et Tatiana Debroux, la vallée de la Senne a depuis toujours constitué une frontière à la fois matérielle et symbolique dans l’esprit des Bruxellois entre deux villes, la ville « basse » et la ville « haute »34. Aux yeux de Bernier, cette partie de la ville ne pouvait donc être poétisée puisqu’elle ne répondait ni à son horizon d’attente ni à celui de son lectorat.

  • 35 Par exemple dans : Bruxelles Guide, Bruxelles, Impr. A. Puvrez, 1945 ; Plan-guide de Bruxelles. 1 (...)

19D’où une poésie faisant principalement référence aux espaces et monuments que les guides touristiques de l’époque recensent : la Grand-Place, le Manneken-Pis, la Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, le Parc de Bruxelles, la Bourse, la Maison d’Érasme ou encore le quartier Rogier sont autant de lieux représentés dans ces publications qu’étaient susceptibles de lire, par exemple, les « gens de Flandre et de Wallonie » ainsi que, notamment, les Français en visite à Bruxelles35. Sortir des sentiers battus n’aurait pas servi le projet d’Armand Bernier. Alors qu’en se référant aux hauts lieux historiques, culturels et architecturaux, qu’ils soient anciens ou modernes, il exploitait la résonance touristique. Néanmoins, nous verrons que le traitement poétique de ces espaces éloigne largement Bernier d’un discours touristique.

  • 36 La Bourse, le Palais des Académies, la Maison d’Érasme, la Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, le (...)
  • 37 C’est-à-dire travailler une nordicité « flamande » en langue française. Voir notamment : Denis (B (...)
  • 38 Jaumain (Serge), « L’image de Bruxelles dans les guides touristiques (xixe-xxe siècles) », op. ci (...)

20Bien que la majorité des lieux cités se situent au sein du Pentagone et renvoient à la dimension entre autres patrimoniale des guides touristiques, Bernier ne défend pas exclusivement un pittoresque bruxellois. Bien sûr, on ne peut nier la mise en lumière d’un « Vieux Bruxelles » non seulement par cette limitation territoriale au centre-ville et l’exclusive figuration photographique des monuments artistiques et historiques36, mais aussi par quelques références explicites à un passé qui évoque en filigrane le « mythe nordique »37 : Bernier rappelle les « pignons en dentelle » de la Grand-Place (« Méditations sur la Grand’Place »), typiques de l’architecture flamande ; les poèmes « Tombeau de Breughel » et « Place de la Vieille Halle aux blés » exploitent aussi cette nordicité en rappelant les « ripailles », traits caractéristiques de l’art primitif flamand, ou les vieux « cabarets ». À l’instar des lieux touristiques convoqués, le « Vieux Bruxelles » transparaît ici en faveur de l’horizon d’attente d’un public belge, mais également français, qui depuis la seconde moitié du xixe siècle, associe volontiers l’identité belge à la nordicité flamande. Néanmoins, Bernier n’entend pas récupérer totalement cette mythologie plutôt caractéristique de la littérature naturaliste belge, qui jouait sur les topoï de la kermesse et du festin. Dans les années 1950, l’apologie de la nordicité risquerait d’enfermer la ville dans un passé révolu, effacé ou menacé par la pression moderniste. Il s’agit pour le poète de réenchanter le présent, en démontrant que l’évolution urbaine ne doit induire ni une désapprobation totale ni une vaine mélancolie chez le lecteur. En cela, Bernier rejoint quelque peu le discours présent dans les guides touristiques des années 1950 qui, loin de dénigrer la modernisation, tendent à une valorisation38 :

  • 39 Ibid., p. 163 et 165.

Si, bien sûr, ce sont prioritairement les éléments les plus anciens de la ville qui sont soulignés, les grands travaux qui, tout au long des xixe et xxe siècles, en modifient profondément la physionomie n’échappent pas aux auteurs des guides […]. Petit à petit, l’image qui s’impose est celle d’une ville tout en contraste39.

21Dès lors, le poète établit une alternance entre espaces en résonance avec le passé et espaces modernes : le lecteur flâne ainsi entre le Petit Sablon et la Place Poelaert, entre Rogier et la Cathédrale Sainte-Gudule. Les poèmes les plus significatifs de ce point de vue sont « Adieu au Mont des Arts » et « Salut à l’Albertine », respectivement écrits en 1954 et 1958 et évoquant la transformation de cet espace vert en vue d’accueillir le complexe culturel de la Bibliothèque royale de Belgique. Les seuls titres de ces poésies et le souci de Bernier de les dater révèlent une attache au passé tout autant qu’un accueil chaleureux à la nouveauté :

[…] C’est ainsi que Bruxelles que j’aime
Est chaque jour une autre et cependant la même :
Son avenir s’ébauche au creux de son passé.
Moi, que suis-je ? Un passant heureux d’être passé
Et fier, humblement fier d’avoir pris conscience
Qu’il fut l’obscur témoin d’une autre Renaissance. (« Salut à l’Albertine »)

22Ainsi, cette géographie poétique particulière participe de la valorisation de Bruxelles, non plus seulement comme le creuset d’une alliance culturelle entre le Nord et le Sud, mais également comme cet espace où est possible la conciliation du passé et du présent, dans la ville et sous la plume du poète. Le thème dépréciatif de l’informe, déploration d’un pittoresque menacé par la frénésie des chantiers, se voit ainsi renversé. Toutefois, cette conciliation, qui invite à une « renaissance » urbaine, n’est rendue possible que dans le respect du passé et par une prise de conscience exigée par le poète. À ce titre, le vers de clôture du recueil est particulièrement éloquent. Alors que Bernier achève sa flânerie par l’évocation du monde naturel – la forêt de Soignes –, il déclare :

O ma forêt natale, où je viendrai m’étendre
Pour confondre en humus, tes cendres et mes cendres,
Je te quitte. Il le faut. Ma ville me rappelle.
Je m’éloigne à regrets, mais sans te dire adieu.
Je tremble moins pour toi, beaucoup moins que pour elle.
Ma ville est sans défense et son peuple est heureux. (« Forêt de
Soignes »)

23Bernier ne souhaite certainement pas enfermer la ville dans un passé désormais révolu, ses poèmes dédiés au Mont des Arts sont assez explicites à ce sujet. Son véritable souhait est plutôt d’assurer la reconnaissance et, ce faisant, la postérité de Bruxelles, dans sa matérialité, dans le cœur du peuple belge et sous la plume de ses homologues. Pour ce faire, la conscience d’un passé à protéger, jointe à celle d’une nécessaire évolution qui peut se révéler positive, et l’abolition des nocives préventions par cette même prise de conscience concourent à « rendre justice » (« Avant-Propos ») à la ville délaissée.

La ville selon un poète de la nature : idéalisation

24À la fois « petite » et « grande », « germanique » et « hellénique », entre pittoresque et modernité, Bruxelles est continuellement hybride. Cette hybridité, loin de renforcer le « coefficient négatif » bruxellois dans la perspective de l’informe, a été jusqu’ici l’occasion d’une revalorisation par un « Avant-Propos » compris comme promotion idéologique et littéraire et, au sein de l’œuvre poétique, par la mise en place d’une géographie bruxelloise orientée.

  • 40 Daubier (Louis), « Aux vitres de l’éternité », cité par Ghelderode (Michel de), et al., In memori (...)
  • 41 Horace, Œuvres complètes, Paris, C.L.F. Panckoucke, 1838, t. II, p. 307.
  • 42 Arland (Marcel), « Introduction », dans Bernier (Armand), Le Monde transparent, op. cit., p. 252.
  • 43 Bernier (Armand), Le Monde transparent, op. cit., p. 41.
  • 44 Ibid., p. 112.

25Cependant, le recueil Bruxelles, la mal aimée demeure un objet singulier au regard de l’ensemble de l’œuvre de ce poète qui habituellement « fraternise avec le minéral, le végétal, l’animal40 ». Des siècles de littérature, surtout et plus particulièrement dans la période romantique, ont contribué à faire un topos de l’opposition entre une ville par essence négative et une nature à l’inverse positive, féconde, seule source d’inspiration pour le poète : « Les poètes aiment les bois et fuient le fracas de la ville », affirmait déjà Horace41. Et il est vrai, comme le souligne Marcel Arland, que Bernier « a souffert du décor et de l’agitation des villes42 », principalement dans ses premières œuvres où elles surgissent, quelquefois, néfastes : « Mais de mauvais bergers m’ont guidé vers la ville / Parmi la foire aux vanités » (« Le carrousel de l’ennui »)43 ; « Il est temps de détruire la ville. / […] qu’une forêt renaisse » (« Quatre songes »)44. Mais après avoir écrit ces Songes pour détruire le monde (1938), Bernier finira par l’accepter et le chanter (Les Vergers de Dieu, 1946 ; Migration des âmes, 1952). C’est dans cette ultime période poétique que s’inscrit Bruxelles, la mal aimée. Dès lors, Bernier ne se range plus du côté de ce séculaire divorce entre nature et culture. Il s’éloigne également des perspectives baudelairiennes qui évincent, elles, la nature au profit d’une ville dysphorique et aliénante. Néanmoins, comme nombre de poètes du xxe siècle, il est attiré par la ville, mais loin d’y voir, dans sa poétisation, une quête d’identité ou de liberté du Moi dans l’immensité urbaine, il s’agit avant tout de connaître et d’aimer la ville pour elle-même, véritable sujet du recueil.

  • 45 Érasme possédait deux jardins dans sa maison bruxelloise : un jardin de plantes médicinales et un (...)

26Bernier aime sa ville : « C’est surtout, pour mon cœur de poète, une petite grande ville aux parcs paisibles où j’aime rêver. » (« Avant-Propos ») Cette déclaration liminaire nous donne un premier indice sur le regard singulier d’un Bernier, poète de l’urbain. En effet, ce qui est perceptible dès la première lecture est la dimension paradoxalement naturelle de la ville, le recueil recensant neuf lieux où la nature se manifeste : le Petit Sablon, le Mont des Arts, le Parc d’Egmont, le Parc de Bruxelles, les jardins du Palais des Académies, le Parc de Forest, les jardins d’Érasme45, le sentier de Crabbegat (à Uccle) et la forêt de Soignes. Outre ce nombre important de lieux poétisés relevant de la nature, le reste du recueil comporte diverses références naturelles. Finalement, une isotopie de la nature s’agence dans la superposition des champs sémantiques se référant aux éléments naturels. Ce sera le premier élément poétique qui permettra la sublimation de la ville et, ce faisant, son adoption par Bernier lui-même habituellement poète du naturel, mais aussi sa valorisation auprès des Belges – « Bruxellois », « gens de Flandre et de Wallonie », ciblés dans l’« Avant-Propos ».

  • 46 « Il n’y a pas de grande ville sans fleuve. […] Gand a l’Escaut, Liège a la Meuse ; Bruxelles n’a (...)
  • 47 Ce vers renvoie également au poème « Légende du sable bruxellois » qui faisait référence à la mer
  • 48 Bernier (Claudine), op. cit., p. 9.

27L’ensemble du recueil est traversé par la convocation, souvent simultanée, des éléments d’eau et d’air pour représenter Bruxelles. Soulignons d’emblée que l’intervention de l’élément aqueux, à l’instar du mythe nordique ou des lieux touristiques précédemment cités, répond à l’horizon d’attente du lectorat belge auquel Bernier s’adresse en convoquant un topos établi depuis les théories déterministes de Taine à propos de l’art septentrional et du climat humide de ces contrées. Ainsi, Bruxelles, bien que « Ville sans fleuve » (« Belvédère »), expression rappelant le thème dépréciatif du manque souvent souligné par les écrivains français46, n’en demeure pas moins une ville où l’eau est omniprésente. Se confondant avec les « Grandes Eaux Place de Brouckère », elle devient « Capitale de la pluie » : « Ma ville aux vents marins, ma ville aux toits humides47 » ; « Tes printemps pluvieux qui font siffler les merles ». En outre, si les merles sifflent, les mouettes, ramiers, pigeons, colombes survolent également le recueil. Or, comme le souligne si justement Claudine Bernier au sujet de son père : « [il] accordera à la gent ailée une place de choix, dans son univers transparent48 ». La « Légende du sable bruxellois » est déclamée par une mouette, réminiscence du berceau marin de Bruxelles ; « Place Poelaert » chante les « pigeons légers » ; « Les Pigeons de Sainte-Gudule » sont les « frères de Puck et d’Ariel » ; la colombe de « La Porte de Hal » est « la vie au-dessus d’une tombe ». Et le regard du poète de s’élever plus d’une fois vers le ciel, apercevant ces êtres libres, mais aussi les lents nuages chargés de pluie, à la fois éléments d’air et d’eau.

28Finalement, la superposition des éléments naturels aériens et aqueux permet l’atténuation des contours de la ville, qu’elle soit la ville moderne à venir ou celle pittoresque en voie de disparaître. C’est un autre paysage que celui proprement urbain qui se dessine : « Lent navire échoué sur une île d’écume, / Calme rose des vents qui flotte dans la brume, / Métropole pensive au seuil d’une forêt » (« Belvédère »). La ville s’en trouve transfigurée : elle devient une ville-nature ; les parcs, l’eau, les oiseaux, les nuages et le ciel en sont les constituants. Humide et aérienne, Bruxelles incarne une nature calme, libre et transparente. Loin des chantiers de l’Exposition universelle et des autoroutes urbaines au vacarme vrombissant, non repris sous la plume du poète, elle perd son caractère urbain, voire elle se dématérialise au profit d’une atmosphère naturelle.

29Et comme autrefois la nature attirait inexorablement le poète, la ville à son tour exerce une attraction douce et pourtant autoritaire : « Il le faut » (« Soignes »). Si Bernier avoue son amour à la forêt – « Ne t’ai-je pas aimé longtemps avant de naître ? » (« Soignes ») – comme une excuse pour son départ prochain, il ne peut refréner son inclination pour Bruxelles. S’exprimant dès l’intitulé du recueil, une isotopie de l’amour peut en effet être relevée et se joignant à l’élément naturel, participe à son tour à la sublimation de la ville :

Écoute cet aveu que je ne peux plus taire :
Pour le meilleur et pour le pire, j’ai choisi.
Je donnerai mon corps à l’argile d’ici.
Bruxelles, mal aimée et pourtant adorable,
Je te prends, par amour, dans cette heureuse fable. (« D’un Balcon du Belvédère »)

  • 49 Le verbe « salutare » en latin, d’où vient le mot actuel « saluer » pouvait en effet être employé (...)

30Cet extrait est exemplaire de la superposition des champs lexicaux de l’amour, du mariage et du culte. L’expression maritale « pour le meilleur et pour le pire » évoque les diverses tares urbanistiques dont souffre Bruxelles. Mais, amoureux, le poète en fait fi. Parallèlement, le terme « adorable » introduit le champ sémantique du culte religieux, où se comprend implicitement celui de l’amour. Bruxelles, digne d’adoration, se fait déité féminine à laquelle s’adressent les prières du poète : « Je te salue49, ô capitale de la pluie » (« Capitale de la pluie »). Parallèlement, les « Je dirai tes nuages de suie » ou « je dirai tes horizons gris perle », associés au vers alexandrin, marquent le ton noble et liturgique.

  • 50 Reverseau (Anne), op. cit.

31Comme le souligne Anne Reverseau, « [a]ppliqué au pays [ou à la ville], le portrait métamorphose son objet en un “être”, entraînant le genre dans différents processus de personnification et de symbolisation50 […] » ; ce qui s’effectue exactement pour Bruxelles sous la plume de Bernier, poète-portraitiste. Bruxelles s’anime et devient, comme nous l’avons suggéré plus haut, une déité féminine à la puissance créatrice, le processus de personnification se réalisant par l’usage de termes d’action : Bruxelles « s’est bâtie » (« Légende »), elle est « pensive » (« Soignes »), certainement songeuse de son propre avenir. Surtout, il est ici question de s’adresser uniquement à la ville et à ses attributs (oiseaux, statues, jardins, etc.), et non au lecteur. Dès lors, si le poète s’exprime en « nous », il ne s’agit point d’enjoindre son lectorat à participer à son chant, mais de marquer l’alliance entre lui-même et Bruxelles : « […] amie au visage secret, / Je te veille d’une fenêtre. Ma main tremble / Et déjà, dans la nuit, nous naviguons ensemble » (« Belvédère »).

  • 51 Bernier (Claudine), op. cit., p. 11.

32Cette dernière citation nous permet d’introduire l’ultime élément concourant à l’idéalisation de la ville : le rêve, la réalité chimérique, les vers de Bernier s’inscrivant dans « une heureuse fable » (« Belvédère »), un « beau songe » (« Au Peter Pan du Parc d’Egmont ») malgré la prégnance d’une référentialité géographique (Grand Sablon, forêt de Soignes, Grand-Place…). Même les statues prennent vie dans « Féérie au Petit Sablon » : « Ayant, depuis le soir, bu trop de vin lunaire, / Ceux qui veillaient ici, dans le bronze ou la pierre / Ont quitté leur vigie et sous le ciel s’égaillent ». Or jointe à l’isotopie naturelle et à un processus de personnification allant jusqu’à la divinisation par une isotopie amoureuse, cette dimension onirique ne peut qu’ajouter à cette idéalisation de Bruxelles qui s’en trouve désincarnée et élevée au-delà de sa matérialité. Dès lors, le rêve semble être cette condition ultime d’une Bruxelles enfin aimée puisqu’il prête au poète un pouvoir re-créateur : « Déçu par le contact impur des villes, le poète va d’abord éprouver la nécessité de recréer le monde en songe51 ». Le rêve constituerait donc un premier intermédiaire entre le poète et Bruxelles, qui, à présent recréée, idéalisée à travers le prisme de la transparence (eau et air) et du rêve, devient, aux yeux du poète, réellement sublime.

Conclusion : Je te prends, par amour

33Le poète est amoureux, et loin d’être jaloux, il souhaiterait que sa belle fût aimée par d’autres encore. Quels autres ? Ses compatriotes, hommes de lettres, Belges. Le recueil Bruxelles, la mal aimée est animé d’un enjeu promotionnel évident, l’« Avant-Propos » condamnant les réprobations injustifiées à l’égard de la capitale. Du point de vue littéraire, cette promotion est explicitée dès le plaidoyer liminaire en dénonçant la (relative) absence de Bruxelles dans la littérature nationale et, simultanément, en louant les précédents essais de quelques homologues : il s’agit bien d’encourager la réparation d’une injustice, manifeste dans cette « lacune », Bernier ne pouvant le faire seul. Cependant, il peut en montrer le chemin, un chemin tracé d’une idéologie particulière dénonçant tout à la fois l’avenir incertain de Bruxelles en proie à la modernisation, les critiques injustes qui en résultent et l’inutile nostalgie d’un « Vieux Bruxelles » dont on doit accepter l’inexorable évolution.

  • 52 Geeraert (Robert-Lucien), « Bruxelles, la mal aimée par Armand Bernier », op. cit., p. 199.

34Tout en s’appuyant sur une géographie bruxelloise s’apparentant à celle présentée par les guides touristiques de son époque, Bernier est loin de s’en approcher : « Pour traiter pareil sujet, sans verser dans le style laudatif des guides touristiques, il faut une connaissance parfaite des ressources de la langue poétique52 », lui concédaient les critiques de son époque. En effet, bien que la proximité soit importante entre les guides touristiques et le recueil au niveau de leur référentialité respective, Bernier s’en distancie en n’altérant aucunement sa langue poétique et en ajustant au contraire son sujet, Bruxelles, à son esthétique et son lexique attaché avant tout au domaine naturel. Ce faisant, il inscrit Bruxelles, la mal aimée dans la suite logique de sa production.

35En exploitant à son avantage cette résonance d’espaces et monuments déjà emblématiques à son lecteur, à l’instar des topos attachés à la Belgique tels le climat humide et le mythe nordique, le poète renverse le « coefficient négatif » de Bruxelles par un processus poétique d’idéalisation s’appuyant sur les isotopies superposées de l’amour et de la nature ainsi que sur une personnification de la ville. Dès lors, moins informe et incomplète qu’hybride, Bruxelles dépasse la simple opposition entre Nord et Sud, grandeur et petitesse, modernité et pittoresque, naturel et urbain, pour s’élever – ou renaître – au rang de déité. Sous la condition du songe et de l’oxymore, Bruxelles est transfigurée en une entité transparente, d’eau et d’air, située au-delà de ses contingences matérielles. Et le rêve d’une « Bruxelles bien aimée » peut dès lors se poursuivre :

J’accorde à ce beau songe
Un fond de vérité.
L’oiseau qui l’a conté a peut-être ajouté
Au songe, le mensonge
Par souci de beauté. (« Légende du sable bruxellois »)

Haut de page

Notes

1 Bernier (Armand), « Avant-Propos », Bruxelles, la mal aimée, Bruxelles, Cahier des Arts, 1959.

2 « Les littérateurs, eussent-ils l’envie, n’osent guère situer un roman à Bruxelles, capitale si décriée par un génie atrabilaire [Baudelaire] et un chauffeur dyspeptique [Mirbeau]. Ils répudient, en tout cas, quelque description que ce soit, pour s’en référer, sans doute, à ce qui est excellemment exprimé par les livres édités par le Touring Club, les guides Baedeker et Joanne. » (Guislain [Albert], Découverte de Bruxelles, Bruxelles, L’Églantine, 1930, p. 17)

3 Bernier (Armand), « Avant-Propos », op. cit.

4 Collot (Michel), Pour une géographie littéraire, Paris, José Corti, coll. Les Essais, 2014.

5 Acke (Daniel), « Marcher à Bruxelles. Mésaventures et surprises de la flânerie de Charles Baudelaire à William Cliff », dans Acke (Daniel) et Bekers (Élisabeth), éd., La Ville comme source d’inspiration depuis le xixe siècle. Écrire Bruxelles / Brussel schrijven : de stad als inspiratiebron sinds de 19de eeuw, Bruxelles, VUBPress, 2016, p. 247. Ce « coefficient négatif » est constitué de trois thèmes : « […] d’une part, celui du manque : beaucoup de choses feraient cruellement défaut à Bruxelles ; d’autre part, celui de l’informe : cette ville et ses habitants font injure à l’esthétique la plus élémentaire. Apparaît à l’occasion un troisième thème qui est celui de l’imitation imparfaite : Bruxelles présente une version dégradée de ce qui existe en mieux ailleurs. » [souligné par nous]

6 Geeraert (Robert-Lucien), « Bruxelles, la mal aimée, par Armand Bernier », dans La Revue Nationale, 31e année, n° 311, juillet-août 1959, p. 199.

7 La commune de Forest comptait trois parcs d’envergure : les parcs Duden, de Forest et du Bempt.

8 Lienard (Ivan), Essai sur l'évolution spirituelle du poète Armand Bernier, Bruxelles, M. Delmelle, 1973, p. 38-39 : « Et s’il faut chercher à ce poète une famille, c’est à l’une des plus nobles que nous songerons : c’est à Charles Van Lerberghe, à Odilon-Jean Périer, à Jules Supervielle […]. »

9 Bernier (Armand), Destin de la poésie, Bruxelles, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1936, p. 40.

10 Bernier (Claudine), Trois Mondes transparents : Auguste Marin, Armand Bernier, Maurice Carême, Bruxelles, Le Thyrse, 1966, p. 11.

11 Bernier (Armand), Le Monde transparent, Dutilleul, 1956, p. 228.

12 Vanham (Jean-Louis), « Armand Bernier », dans La Revue Nationale, 33e année, n° 334, septembre 1961, p. 243.

13 L’Université de Bruxelles, alors située dans le quartier de la Putterie, se voit expulsée au Solbosch ainsi que tout le « quartier latin » qui lui était associé.

14 Jaumain (Serge), « Jonction Nord-Midi », dans Dictionnaire de Bruxelles, Bruxelles, éditions Le Cri, 2013.

15 Demey (Thierry), Bruxelles. Chroniques d’une capitale en chantier, Bruxelles, Paul Legrain, t. II De l’Expo’58 au siège de la C.E.E., 1992, p. 20.

16 Henno (Louis), Lecerf (Émile), éd., « Le Conservateur de nos souvenirs », dans Cahier des Arts, n° 10, 15 janvier 1956, p. 3.

17 Henno (Louis), Lecerf (Émile), « Défendre Bruxelles », dans Le Cahier des Arts, n° 11, 1er février 1956, p. 3.

18 L’opinion publique ne se réveillera réellement que lors de la bruxellisation (années 1960 et 1970).

19 Henno (Louis), Lecerf (Émile), éd., « Le Conservateur de nos souvenirs », op. cit.

20 « Armand Bernier », dans Ouvrages de la bibliothèque centrale de la ville et de la province de Liège. Les Inconnus dans la bibliothèque. De quelques écrivains oubliés, peu connus ou peu lus, avril 1983, n. p.

21 Henno (Louis), Lecerf (Émile), éd., « Défendre Bruxelles », op. cit.

22 Bernier (Armand), Destin de la poésie, op. cit., p. 26.

23 Les aménagements liés à l’Expo 58 auront pour conséquence l’éclosion du triste phénomène de « bruxellisation » qui aura principalement cours dans les années 1960 et 1970.

24 Duchenne (Geneviève), « Bruxelles d’une guerre à l’autre. Une capitale de l’européisme », dans Acke (Daniel), Bekers (Élisabeth), éd., La Ville comme source d’inspiration depuis le xixe siècle, op. cit., p. 91-94.

25 Le projet Bruxelliana, de la digithèque de l’Université libre de Bruxelles, porté par Paul Aron et Laurence Brogniez, donne un premier aperçu d’une littérature bruxelloise, majoritairement composée de romans et de romans de mœurs (voir : http://digitheque.ulb.ac.be/fr/digitheque-bruxelliana/index.html).

26 Notre Mère la Ville (Disque vert, 1922) et Le Citadin (chez l’auteur, 1924) sont les principaux poèmes où Périer exprime son attachement à la ville de Bruxelles et, plus particulièrement, à l’avenue Louise près de laquelle il résidait.

27 Découverte de Bruxelles (L’Églantine, 1930), Bruxelles atmosphère 10-32 (L’Églantine, 1932), Miroir de Bruxelles (Office de Publicité, 1952) sont les trois œuvres rédigées par Albert Guislain dans lesquelles il exprime sa tendresse pour Bruxelles par des descriptions détaillées de celle-ci, de son histoire, de son peuple et de ses mœurs.

28 Louis Quiévreux fut d’abord un chroniqueur très apprécié de la vie bruxelloise, ayant une véritable passion pour Bruxelles et son folklore. Voici quelques-unes de ces nombreuses œuvres sur la capitale belge : Dictionnaire du dialecte bruxellois (Dessart, 1951), Dictionnaire anecdotique de Bruxelles (Nélis, 1966), Bruxelles, notre capitale : histoire, folklore, archéologie (PIM-Service, 1951), Les Impasses de Bruxelles (Dessart, 1969), Marolles, cœur de Bruxelles (Dutilleul, 1958), etc.

29 Berthe Delépinne a consacré plusieurs écrits, principalement des essais, à Bruxelles : Le Florilège de Bruxelles (Godenne, 1956), Regards sur Ixelles (Godenne, 1958), Voici Bruxelles (Flammarion, 1958).

30 Reverseau (Anne), « Enjeux des portraits de pays photoillustrés. Une introduction à un genre phototextuel », dans Reverseau (Anne), éd., Portraits de pays illustrés. Un genre phototextuel, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 12.

31 « Légende du sable bruxellois », « D’un balcon du Belvédère », « Méditations sur la Grand’Place », « Féérie au Petit Sablon », « Place Poelaert », « Grandes eaux Place de Broeckère », « L’adieu au Mont des Arts », « Salut à l’Albertine », « Tombeau de Brueghel », « Au Peter Pan du Parc d’Egmont », « Impromptu rue de l’Étuve », « Place de la Vieille Halle aux blés », « Foule Boulevard Anspach », « Cortège Place Rogier », « Les pigeons de Sainte-Gudule », « Les cloches de Bruxelles », « Dans les jardins de l’Académie », « Nocturne au Parc de Bruxelles », « Musée de la Porte de Hal », « Le verger d’Érasme », « Capitale de la pluie », « Mouettes au Parc de Forest », « Soliloque Place de la Bourse », « Sentier du Crabbegat », « Forêt de Soignes ».

32 Pensons à Vigny du haut de sa Tour dans Paris (1831) ou même à Nerval qui, de la rue Royale, observe tout Bruxelles, dans Lorely : Souvenirs d’Allemagne (1852).

33 Érasme a séjourné en 1521 à Bruxelles, dans l’actuelle commune d’Anderlecht, lors de la période d’intolérance religieuse qui sévissait en Europe.

34 Aron (Paul), Debroux (Tatiana), « Le Canal », Micmexpo, dernière mise à jour en 2017, http://micmexpo.ulb.be/le-canal/.

35 Par exemple dans : Bruxelles Guide, Bruxelles, Impr. A. Puvrez, 1945 ; Plan-guide de Bruxelles. 1/7.500, Bruxelles, R. De Rouck, 1941 ; Destrée-Donckier de Donceel (Annette), Bruxelles 58 : l’Exposition, la capitale, ses environs, les provinces belges : guide, Bruxelles, Société de l'Exposition universelle & internationale de Bruxelles, 1958. Voir : Jaumain (Serge), « L’image de Bruxelles dans les guides touristiques (xixe-xxe siècles) », dans Dumont (Paula), Vander Brugghen (Brigitte), éd., Bruxelles, 175 ans d’une capitale, Sprimont, Mardaga, 2005, p. 155-166.

36 La Bourse, le Palais des Académies, la Maison d’Érasme, la Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, le Parc d’Egmont, le Manneken-Pis, l’Église du Grand Sablon, la Grand-Place, le Petit Sablon.

37 C’est-à-dire travailler une nordicité « flamande » en langue française. Voir notamment : Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge : précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, 2005.

38 Jaumain (Serge), « L’image de Bruxelles dans les guides touristiques (xixe-xxe siècles) », op. cit., p. 163-164.

39 Ibid., p. 163 et 165.

40 Daubier (Louis), « Aux vitres de l’éternité », cité par Ghelderode (Michel de), et al., In memoriam Armand Bernier, Bruxelles, André de Rache, 1970, n. p.

41 Horace, Œuvres complètes, Paris, C.L.F. Panckoucke, 1838, t. II, p. 307.

42 Arland (Marcel), « Introduction », dans Bernier (Armand), Le Monde transparent, op. cit., p. 252.

43 Bernier (Armand), Le Monde transparent, op. cit., p. 41.

44 Ibid., p. 112.

45 Érasme possédait deux jardins dans sa maison bruxelloise : un jardin de plantes médicinales et un jardin philosophique pour penser le monde.

46 « Il n’y a pas de grande ville sans fleuve. […] Gand a l’Escaut, Liège a la Meuse ; Bruxelles n’a qu’un pauvre ruisseau qu’il intitule la Senne, triste contrefaçon. » (Nerval [Gérard de], Lorely, Paris, Le Divan, 1928 [1852], p. 150-151.) ; « Tristesse d’une ville sans fleuve » (Baudelaire [Charles], Œuvres posthumes, Paris, Mercure de France, 1908, p. 265.)

47 Ce vers renvoie également au poème « Légende du sable bruxellois » qui faisait référence à la mer.

48 Bernier (Claudine), op. cit., p. 9.

49 Le verbe « salutare » en latin, d’où vient le mot actuel « saluer » pouvait en effet être employé dans le domaine religieux. Le Dictionnaire Latin-Français de Gaffiot (Hachette, 1934) définit le terme comme suit : « rendre ses devoirs aux dieux » ; le Dictionnaire Latin-Français de Goelzer (Garnier, 1964) : « honorer (les dieux) ».

50 Reverseau (Anne), op. cit.

51 Bernier (Claudine), op. cit., p. 11.

52 Geeraert (Robert-Lucien), « Bruxelles, la mal aimée par Armand Bernier », op. cit., p. 199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie de Montpellier d’Annevoie, « Bruxelles, la mal aimée d’Armand Bernier (1959) : un portrait poétique »Textyles, 56 | 2019, 115-132.

Référence électronique

Mélanie de Montpellier d’Annevoie, « Bruxelles, la mal aimée d’Armand Bernier (1959) : un portrait poétique »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3583

Haut de page

Auteur

Mélanie de Montpellier d’Annevoie

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search