Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Portraits de la BelgiqueIt’s Tuesday, this must be Dinsda...

Portraits de la Belgique

It’s Tuesday, this must be Dinsdagland!

Bienvenue dans l’anus des basses contrées
Karel Vanhaesebrouck
p. 133-142

Texte intégral

  • 1 Verhulst (Dimitri), De helaasheid der dingen, Contact, Amsterdam, 2006
  • 2 Verhulst (Dimitri), La Merditude des choses, Éditions Denoël, Paris, 2008.

1Le grand public connaît probablement Dimitri Verhulst pour son roman picaresque version flamande, De helaasheid der dingen1 (traduit sous le titre La Merditude des choses2), peut-être aussi pour le film éponyme (2009) qu’en a tiré Felix Van Groeningen. Dans ce roman semi-autobiographique, Verhulst tire le portrait souvent drôle et burlesque, mais parfois cru, de « la Flandre profonde ». Derrière les excès a priori comiques de sa famille se cache un déterminisme naturaliste de la plus sombre espèce. Ses écrits font écho aux grands romans de Cyriel Buysse et Stijn Streuvels. De sa plume brute, Verhulst dépeint une société divisée, la marginalité du prolétariat d’un côté, la Flandre « entreprenante » de l’autre, son univers petit-bourgeois de fermettes, de lotissements et d’habitat linéaire.

  • 3 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland. Schetsen van België, Contact, Amsterdam, 2004. Ce livre n’a pas (...)
  • 4 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 91.
  • 5 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 115.

2Juste avant De helaasheid der dingen, Verhulst a publié Dinsdagland3, un recueil de reportages sur la Belgique. Dinsdagland est un guide de voyage pour quiconque souhaite comprendre l’univers littéraire de Verhulst. Il s’immerge dans le carnaval d’Alost, se rend au casino de Spa pour goûter à la gloire mondaine passée de la Belgique du xixe siècle. Ce ne sont pas les grands monuments qui l’intéressent, mais les coins oubliés. Verhulst – ou du moins son alter ego narratif – est d’ailleurs un fervent usager du rail : « L’arrière-pays des façades, voilà la Belgique4. » Dinsdagland est le récit d’un « casanier », le compte rendu d’un voyage dans son propre pays, et donc aussi dans sa tête, écrivant avec beaucoup de tendresse – mais aussi au vitriol – sur la colombophilie, le carnaval, les réceptions de mariage, les chemins de fer belges, le camping en Wallonie, le cyclo-cross, le cheval de trait belge (« Henri VIII avait un jour traité sa quatrième épouse, Anne de Clèves, de cheval de trait flamand. C’était juste avant leur divorce5. »), sans oublier, bien sûr, la course. Et l’alcool, des litres d’alcool. Dans cette contribution, nous voyagerons dans le Dinsdagland, la Belgique imaginaire de Verhulst, afin de mieux comprendre les piliers sur lesquels ce pays s’est construit, mais aussi les projections d’un Flamand sur la partie francophone du pays.

Un guide de voyage qui n’en est pas un

  • 6 Voir notamment Martens (David), « Le portrait d’un pays. Jalons pour l’étude d’un genre méconnu » (...)

3« It’s Tuesday, this must be Belgium. » Ainsi s’exprime un Américain qui réalise, avec un tour-opérateur, un tour d’Europe en moins de deux semaines. Verhulst place cette citation au début du livre, comme une épigraphe. Généralement, une épigraphe est une citation plus ou moins connue, extraite de l’œuvre d’un confrère-auteur. Ce faisant, un auteur se situe sur le plan littéraire. Avec cette épigraphe, Verhulst donne le ton : la Belgique est un pays apparemment banal, que les Américains sont à peine capables de situer sur une carte, encore moins de comprendre. Et c’est précisément cette banalité que Verhulst embrasse dans Dinsdagland, non pas parce que la Belgique est banale, mais parce qu’elle semble banale. Une apparente superficialité, une absurde ineptie, qui cache souvent des bleus à l’âme. Dinsdagland est un portrait de la Belgique, certes, mais sous une lorgnette toute particulière, à la fois ironique, sinon sarcastique, mais toujours pleine d’amour et parfois même de clémence. D’ordinaire, les portraits de pays sont l’occasion de célébrer leur beauté et leur richesse ; ils tentent, photos à l’appui, d’auréoler cette beauté et cette richesse d’un statut de vérité. Des collections comme « Les Beaux Pays » et « Le Monde en images » ont soutenu, par la parole et l’image, le boom du tourisme d’après-guerre6. Et ceux qui n’avaient pas les moyens de voyager en Europe pouvaient s’évader au gré de leurs pages.

  • 7 En néerlandais : Reportages van een thuisblijver.

4Verhulst qualifie lui-même les chroniques qu’il écrivait auparavant pour le quotidien De Morgen de « Reportages de voyage d’un casanier7 ». La plupart des articles publiés dans Dinsdagland ne sont pas des reportages de voyage au sens strict. Verhulst ne nous emmène pas dans un lieu déterminé pour nous en conter l’histoire, nous en décrire les curiosités ou donner la parole à ses habitants. Verhulst voyage dans sa tête, retourne en enfance ou vers d’autres épisodes de sa vie. Un souvenir à partir duquel il tente ensuite de percer ce qui définit, selon lui, la Belgique ou la Flandre. Quant à savoir si ces souvenirs sont vrais, romancés, grossis ou fabulés, difficile à dire. La parole est donnée à une personne qui s’appelle tantôt « Verhulst », tantôt « Windop » (surnom des Verhulst dans son village natal et terme dialectal pour « vent contraire »). Les Windop mènent une vie de revers et d’infortunes, leurs racines bien ancrées dans le prolétariat flamand, semblant tout droit sortis de la tradition du naturalisme flamand, anti-bourgeois, vulgaires et hargneux jusqu’à la moelle :

  • 8 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 11.

Un vrai Windop a toujours le meilleur du cochon en lui, c’est un animal de compagnie, socialiste jusque dans la tombe, avec les yeux humides et, par moments, le regard d’un chien battu, un sourire qui fait gondoler le visage, il sait la fierté du gars du sud, et fume et boit pour passer l’arme à gauche sans tarder. Car pour un Windop, atteindre la soixantaine, c’est le comble du petit-bourgeois8.

5Tout comme dans De helaasheid der dingen, l’auteur joue subtilement avec la perspective narrative et fait douter son lecteur quant à l’authenticité de l’instance narrative. Presque de manière imperceptible, Verhulst fait glisser son moi autobiographique et même authentique vers une instance semi-fictionnelle qui s’exprime elle aussi à la première personne (un peu comme Boon utilisait la voix de Boontje). Ce jeu lui permet de poser sur ses propres souvenirs le regard surpris d’un étranger. Les reportages de Dinsdagland relèvent donc autant de la méditation autobiographique que de l’(auto-)observation anthropologique (le « Belge » et ses étranges manies exotiques).

  • 9 Ibid., p. 10.
  • 10 Ibid., p. 11.

6Ainsi, dans le premier reportage, Verhulst emmène le lecteur au pigeonnier de Lucien Bloemkool, un voisin de ces « foutus Verhulst9 ». Les Verhulst et les Bloemkool sont des ennemis naturels, animés par une haine mutuelle transmise de génération en génération : « Il n’y a plus personne pour remonter à l’origine de cette rancune entre les Windop et les Bloemkool, mais par respect pour nos aïeux, nous vouions une haine féroce à tous les Bloemkool et mettions un point d’honneur à leur pourrir la vie. Une pure tradition, voyez cela comme une mafia folklorique10. »

7Verhulst décrit comment Lucien le colombophile tente d’imposer sa volonté au voisinage et comment les Verhulst sabotent à chaque fois ses tentatives, par exemple en se mettant à jouer au football dans le jardin au mauvais moment, dans un boucan absolu. Pour son reportage, Verhulst ne retourne pas dans son ancien village, mais il écrit une lettre à son ancien voisin :

  • 11 Ibid., p. 14.

Vos bestioles avaient vu une bonne partie du monde, elles s’envolaient vers Lourdes, Dax, Bourges, Limoges, Orléans, Montauban et Barcelone. Mais vous, vous n’avez jamais rien vu d’autre dans votre vie que l’église du village et le café où vos pigeons étaient logés. Votre femme avait dû s’y résigner, sans vous elle n’avait pas le droit de voyager11.

8Son ancien voisin devient ainsi une sorte d’incarnation de la pantouflardise du Belge, attaché à la banalité de son pays.

  • 12 Ibid., p. 148.

9Dans l’un de ses billets, Verhulst nous emmène avec son ancienne belle-famille au Gasthof Palace. Cette salle de fête (qui existe toujours), située au sommet du Mont de l’Enclus, littéralement à la frontière linguistique entre la Flandre et la Wallonie, est un vestige de la vie nocturne trépidante et du tourisme estival qui animaient autrefois l’endroit (le Dancing Balmoral a entre-temps fermé ses portes). Il y assiste, en 2002, à la dernière représentation de Bobby Setter (en fait, Bob Verhelst) : « Le chant du cygne d’un monument, une brique engloutie de la Belgique12. » Cette belle vignette est une ode aux orchestres de bal d’antan, capables de jouer à peu près toutes les demandes mais bien obligés de s’avouer vaincus face au phénomène moderne du DJ. Dinsdagland est ainsi le portrait d’une Belgique qui a lentement mais sûrement disparu, la Belgique de la vie au village, avec ses bonnes blagues, ses farces et ses tragédies, ses grandes et petites figures. C’est un recueil de reportages de voyage, non pas d’un rapporteur objectif, mais de ce que nous appellerions aujourd’hui un expert du vécu.

  • 13 Van Imschoot (Tom), « Ergens in België, de schaamte voorbij. Over Dimitri Verhulst », dans Ons Er (...)

10Dinsdagland est le portrait d’un pays balafré de cicatrices, de bleus et de bosses, ce même pays que met aussi à l’honneur Belgicum, le magnifique ouvrage photographique de Stephan Vanfleteren. Le livre de Verhulst ne nous invite pas à découvrir les curiosités d’un pays mais ses ruines, pas celles en pierres rongées de mousse et de corrosion, mais celles des souvenirs de jeunesse de Verhulst. L’auteur suit ici toujours la même stratégie : il manie l’ironie pour décrire des activités qui ne peuvent qu’interpeller le regard d’un étranger et grossit le trait à l’absurde, jusqu’à ce que le quotidien du Belge en devienne grotesque et que cette activité ne relève plus de la coutume folklorique, mais d’une obsession pathologique. Verhulst croque un monde en perdition. Mieux encore : il décrit comment ce monde n’a pas su s’adapter à la modernité. Ses reportages cherchent « les traces d’un riche imaginaire socioculturel qui ne s’est pas adapté à cette réalité, mais qui parvient néanmoins à y survivre, même s’il a pratiquement disparu des radars13 ». Dinsdagland est donc aussi un livre nostalgique qui pose un regard critique sur la fureur progressiste de la modernité.

  • 14 Voir, entre autres : Van Reybrouck (David), « Tussen werktafel en nachtkastje: literaire non-fict (...)
  • 15 L’idée du journalisme fictif a une grande affinité avec ce qu’on appelle généralement « journalis (...)

11Dinsdagland est avant tout un livre hybride. À la fois non-fiction littéraire et journalisme fictif. La non-fiction littéraire (les Anglo-Saxons diraient plutôt « faction ») telle qu’elle est pratiquée par des auteurs comme David Van Reybrouck, Chris De Stoop, Lieve Joris, Pascal Verbeken et beaucoup d’autres, est une catégorie établie en Flandres, avec une ligne de subvention spécifique au sein du Fonds flamand des Lettres14. Il s’agit en effet de reportages et d’enquêtes sur des problématiques sociales, politiques ou historiques dans lesquelles l’auteur investit sa biographie (ou au moins son vécu de l’enquête) ainsi que son style littéraire, sans par ailleurs « fictionnaliser » son récit. Le journalisme fictif, par contre, n’est certes pas une pratique établie et se présente comme étant un texte journalistique, de reportage, bien que son contenu soit fictionnel et que le storytelling l’emporte sur toute exigence de véracité15.

  • 16 Genette (Gérard), Fiction et diction, Paris, Seuil, 1991. Voir aussi Martens (David), « Qu’est-ce (...)

12Chaque reportage de Dinsdagland constitue une forme d’essai du voyage, voire un « essai-voyage ». Il n’est pas simple d’en définir précisément le genre. Les textes de Dinsdagland sont de véritables essais qui, au gré des méandres des souvenirs et des lieux (imaginaires ou non), développent une pensée et tentent de partager les enseignements tirés. Le style exprime une ambition littéraire évidente, tandis que les récits s’inscrivent clairement dans le contexte journalistique auquel ils étaient à l’origine destinés : ils sont accessibles, concrets et évocateurs. Ce qui fait de Dinsdagland un parfait exemple de ce que Genette qualifiait de « littérarité conditionnelle16 ». Il entend par là qu’un objet littéraire se définit toujours à l’aune d’autres objets et pratiques ; autrement dit, toute définition du genre est relationnelle et contextuelle. Cela vaut parfaitement pour Dinsdagland : le livre compile une série d’écrits journalistiques qui, du fait même de leur compilation, se transforment en essai littéraire. Dans le même temps, les essais de Dinsdagland sont aussi des récits de voyage, ne fût-ce que d’un voyage imaginaire, et forment ensemble le portrait personnel d’un pays.

Croquis de Belgique

  • 17 De Winne (August), Door arm Vlaanderen, Gand, Samenwerkende Volksdrukker, 1904.
  • 18 Verbeken (Pascal), Arm Wallonië. Een Reis door het beloofde land, Meulenhof, Manteau, 2007 (tradu (...)
  • 19 Blanc (Maurice), Hellens (Franz), Belgique, pays de plusieurs mondes, Lausanne, La Guilde du Livr (...)
  • 20 Bailly (Jean-Christophe), Le Dépaysement. Voyages en France, Paris, Éditions du Seuil, coll. Fict (...)

13Verhulst a grandi dans la Flandre profonde, la rurale Flandre orientale, mais a également habité longtemps en Wallonie. Il connaît donc autant la Flandre d’August De Winne, qui décrivait en 1903 la misère des campagnes dans Door arm Vlaanderen17, que la déchéance industrielle de la Belgique francophone, racontée par Pascal Verbeken dans le magnifique Arm Wallonië18. La Belgique, État-nation, existe à peine : les frontières territoriales ne correspondent pas à une entité culturelle homogène, ni ne définissent une identité. Le pays est un patchwork d’au moins trois communautés linguistiques (je laisse quelque peu de côté – à tort – la réalité multilingue de Bruxelles), deux espaces démocratiques, deux Histoires, deux cultures mémorielles. Nous avons dû aller chercher notre premier roi à l’étranger, inventer notre histoire. Belgique, pays de plusieurs mondes était d’ailleurs le titre interpellant d’un portrait publié par La Guilde du Livre19. La Belgique est certes un pays, mais avec un statut fantôme. Les Belges sont des citoyens sans pays. Le Dépaysement, titre d’un ouvrage de Jean-Christophe Bailly20, aurait été un beau titre pour Dinsdagland.

14La question d’une identité culturelle belge est tout aussi problématique. Quelle serait-elle, cette identité belge ? Existe-t-il même une once de culture belge ? Ou n’est-elle que le vestige d’un lointain passé, une simple construction imaginaire ? Bien entendu, elle est tout cela et rien à la fois. La Belgique est à la fois une réalité et une fiction, elle est une construction culturelle qui définit à ce jour notre cadre de pensée, ne fût-ce qu’ex negativo. La Belgique existe, qu’on le veuille ou non. Et c’est précisément de son invisibilité qu’elle tient son essence. Qui plus est, les opinions publiques flamande et wallonne ne cessent de s’éloigner ; autrement dit, la Belgique se compose de deux univers intellectuels et mentaux différents, chacun pétri de son histoire. Et pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Les histoires des deux parties du pays sont entrelacées, dans la joie et dans la peine, dans les bons et les mauvais moments. La Flandre partage avec la partie francophone du pays une riche histoire où la Belgique s’impose à tous les coups comme un modèle de modernité, d’innovation, mais aussi d’expansion débridée et donc nuisible. La Belgique était, selon la rhétorique, une expérience géographique, politique et culturelle, en perpétuelle phase de transformation, un pays où l’imaginaire a pu devenir réalité et, inversement, un pays où tout serait possible et où la pensée n’aurait à subir aucune entrave. La Belgique était un pays réellement moderne, dont nous retrouvons encore les traces aujourd’hui dans les Cités obscures, la fascinante série de bande dessinée signée Benoît Peeters et François Schuiten.

  • 21 Martens (David), « L’hier et l’aujourd’hui dans le portrait de pays. Neutralisations de l’histori (...)

15Il ne reste aujourd’hui rien de cet univers. Tout ce qui lie la Belgique repose sur une ignorance réciproque, un imaginaire culturel invariablement scindé, avec Bruxelles en Sodome et Gomorrhe comme unique champ d’action commun. L’histoire belge est elle aussi faite de creux et de failles. C’est une histoire de ce qui n’a pas ou jamais été, une histoire du souvenir d’événements réels ou imaginaires relégués définitivement au passé. L’historien français Pierre Nora parle à ce propos de « lieux de mémoire », éléments symboliques du patrimoine de souvenirs d’une communauté. Comme la Belgique n’existe pas, nous pouvons la réinventer en permanence. Et c’est exactement ce que fait Verhulst dans Dinsdagland : réinventer la Belgique par le crible de ses souvenirs personnels. Il fait d’incessants allers-retours entre le « pays réel » et le « pays rêvé » pour aboutir à son propre « pays-mémoire ». Dinsdagland est le portrait d’un pays en perdition, mais aussi d’une mémoire qui s’émousse. À cet égard, David Martens opère une distinction entre deux régimes d’historicité différents : « mettre en avant ce qui fait la nouveauté du pays par rapport à son passé » ou souligner « la continuité que le pays manifeste entre son passé et son présent, comme si le pays se perpétuait à travers les âges21 ». Dinsdagland choisit une troisième voie. Plutôt que de décrire ce qui reste du passé, Verhulst tente de s’emparer de ce qui ne reste plus, d’un monde qui disparaît et qu’il tente encore de rattraper à travers ses souvenirs.

La Course, rien que la course

  • 22 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 98.

16Dans De helaasheid der dingen de Dimitri Verhulst, oncle Petrol reçoit de sa mère un vélo de course, car elle pense qu’il fait du sport. Mais le Tour de France qu’il accomplira n’a rien d’une course, c’est un concours de beuverie. Une pinte égale cinq kilomètres ; un sprint, c’est cul sec ; pour l’étape de montagne, on enfile les spiritueux. Car rien ne fait plus battre le cœur du Flamand que la course. « Pour mourir pour la patrie, il faut soit être coureur, soit le fils de Dieu22. » Le Flamand se reconnaît dans la course, qui fait vibrer sa fibre nationale un bref instant. Le plus grand Belge de tous les temps est d’ailleurs un Flamand : Eddy Merckx. Même certains Wallons sont d’accord sur ce point. Le Flamand célèbre sa fête nationale non pas le 11 juillet, mais le jour du Tour des Flandres. Ce jour-là, la Flandre se pare sans scrupule de jaune et de noir. Mamies, papys, enfants, petits-enfants, syndicalistes, socialos ou nationalistes, tous se plantent le long du parcours ou restent rivés devant leur petit écran. C’est le seul jour où les journalistes osent ressortir des placards rhétoriques des mots comme « âme », « esprit » ou « caractère national », même « ADN ». Le seul jour où le Flamand n’éprouve aucune honte, ni pour son clocher d’église, ni pour l’infecte pissotière de son bistrot, encore moins pour ses héros efflanqués de la petite reine.

  • 23 Ibid., p. 98.
  • 24 Ibid., p. 98.

17Au plus profond de nous, nous savons que ce monde est en train de disparaître, que l’héroïsme du Flandrien est en passe de devenir un mythe et que le cyclisme est lui aussi devenu un sport professionnel high-tech, surfant sur la vague de la mondialisation. Dans le monde du football, ce basculement a déjà eu lieu. Les Diables rouges incarnent la Belgique moderne : des jeunes gars du monde, qui ont grandi dans une Belgique diversifiée, au langage franc. Ils nous apprennent ce que peut être l’intégration. Une étape que doit encore franchir la course. Verhulst écrit : « La Flandre que le Tour aime tant afficher au monde n’existe plus […]. C’est en train de devenir le tour de la nostalgie, une étape à travers l’écho du passé23. » En effet : la Flandre des petits sentiers et des cœurs de village rustiques n’existe plus. La Flandre n’est plus qu’une grande zone suburbaine criblée de lotissements, à leur tour reliés par un habitat linéaire. « Un Tour des Flandres représentatif nous emmènerait dans des rues commerçantes uniformes, des chaussées bordées d’opulentes villas, […] le long de ronds-points divinement aménagés24. »

  • 25 Ibid., p. 161.
  • 26 Ibid., p. 156.

18Parallèlement, le tourisme de la nostalgie explose. Des rétro-tours sur des rétro-vélos, dans des chandails en laine démodés. Ils témoignent d’une aspiration à un monde révolu, le monde des courses de kermesse (auxquelles Papa Verhulst participait avec ardeur), lorsque la bière du cru constituait la forme la plus courante de dopage. Cette nostalgie est peut-être à l’origine de la popularité actuelle du cyclotourisme. Les petits clubs poussent comme des champignons, les Ardennes flamandes sont en train de devenir la Mecque touristique des cyclistes amateurs, le café du coin (sans musique, avec son poêle et son carrelage) fait place au plus distingué cyclocafé. Rouler avec un vélo de course est désormais un way of life, les cyclistes sont branchés. Les amateurs du dimanche sont devenus des bêtes de compétition à la mode, qui ont parfaitement intégré l’esprit de concurrence du néolibéralisme. Verhulst s’est rendu à un cours de spinning – où femmes et hommes entretiennent leur corps compétitif et bravent la déchéance – avant tout dans un esprit d’observation participante comme stratégie d’écriture : « Ils faisaient du VTT, en compétition ou non, venaient deux fois par semaine au cours de spinning et avalaient souvent en plus un quota de kilomètres avec leur club cycliste, ce qui m’amenait spontanément à me frapper le front25. » Avec un grand étonnement anthropologique, il voit ses congénères suer et trimer, poussés par l’obligation de productivité : « Le spinning est au fond un sport calviniste. Il contient l’idée qu’il faut se punir pour tout plaisir vécu26. »

Les petites gens

  • 27 Voir aussi Hellemans (Frank), « In the Shelter of the Village », dans The Low Countries, n° 16, 2 (...)

19Verhulst s’inspire sans conteste des Vies minuscules de Pierre Michon27. Dans ce livre, Michon consacre huit récits aux « petites gens », aux parias et à l’exclusion sociale. Mais Les Vies minuscules constituent aussi un roman autobiographique dans lequel Michon dépeint le difficile cheminement d’un jeune déraciné de son milieu social et de son contexte rural. Tout comme dans le fabuleux Retour à Reims de Didier Eribon, nous suivons la lutte d’émancipation d’un jeune écrivain issu d’un milieu qui n’a aucun respect pour son talent, un milieu où les hommes parlent avec les poings, pas avec les mots, où l’abus d’alcool est un signe de virilité, où les structures familiales vacillantes sont maintenues vaille que vaille par les grands-mères, à défaut d’hommes utiles. La frontière entre marginalité et héroïsme est infiniment mince et définit l’identité des « petites gens ».

  • 28 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 65.
  • 29 Ibid., p. 65.
  • 30 Ibid., p. 68.

20C’est pourquoi Verhulst nous emmène au carnaval d’Alost. Enfant, il voit son père se raser la moustache, s’épiler les jambes, enfiler la lingerie de sa mère et disparaître pendant trois jours. Trois jours pendant lesquels la marotte règne en maître. Verhulst inverse la logique : « Pendant les autres 362 (jours), nous sommes obligés de porter un masque, celui de la petite bourgeoisie, pour nous mettre au diapason28. » En effet, la transgression du carnaval ramène l’homme à ce qu’il est : « Celui qui se fait obstinément passer pour un autre devient une caricature de lui-même29. » Même si le ton se fait laconique un peu plus loin : « Pour un bref instant, le pouvoir était aux mains des petites gens, la démocratie était là pour tous. Le peuple a parlé, il a vidé ses tripes30. » Verhulst décrit comment le carnaval – ne fût-ce que brièvement – donne une voix aux « petites gens ». Dinsdagland est en ce sens une enquête sociologique, mais aussi une déclaration d’amour et un règlement de comptes avec ses origines. La littérature, et surtout la langue, lui offrent une échappatoire à cette impasse sociale. Le Verhulst de Dinsdagland – mi-persona, mi-autobiographie – a quelque chose du garçon perdu de Peter Pan : il aspire à une petite communauté, tout en fuyant l’atmosphère étouffante de cette même communauté. Dinsdagland est certes un guide de voyage, mais c’est aussi et surtout une forme d’autofiction – une tentative de mythologie personnelle filtrée par sa propre mémoire, et donc une forme d’anthropologie hyperpersonnelle. La Belgique a beau ne pas exister ; avec Dinsdagland, Verhulst cherche à mettre à nu ses racines généalogiques dans ce pays imaginaire.

Haut de page

Notes

1 Verhulst (Dimitri), De helaasheid der dingen, Contact, Amsterdam, 2006

2 Verhulst (Dimitri), La Merditude des choses, Éditions Denoël, Paris, 2008.

3 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland. Schetsen van België, Contact, Amsterdam, 2004. Ce livre n’a pas été traduit en français. Les traductions sont donc celles de l’auteur.

4 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 91.

5 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 115.

6 Voir notamment Martens (David), « Le portrait d’un pays. Jalons pour l’étude d’un genre méconnu », dans Communication et Langages (à paraître).

7 En néerlandais : Reportages van een thuisblijver.

8 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 11.

9 Ibid., p. 10.

10 Ibid., p. 11.

11 Ibid., p. 14.

12 Ibid., p. 148.

13 Van Imschoot (Tom), « Ergens in België, de schaamte voorbij. Over Dimitri Verhulst », dans Ons Erfdeel, 2007, n° 2, p. 52-63, 62. Traduction du néerlandais par l’auteur.

14 Voir, entre autres : Van Reybrouck (David), « Tussen werktafel en nachtkastje: literaire non-fictie in Vlaanderen », dans Nieuwsbrief Fonds Pascal Decroos, n° 5, 2001. https://www.fondspascaldecroos.org/en/node/2995

15 L’idée du journalisme fictif a une grande affinité avec ce qu’on appelle généralement « journalisme narratif », qui se distingue de la non-fiction non-littéraire par son contexte d’énonciation (qui, elle, se présente clairement comme une pratique littéraire plutôt que journalistique) et du journalisme fictif de Verhulst (qui, dans certains passages, témoigne en mode journalistique d’expériences fictives). Voir Pélissier (Nicolas), Eyriès (Alexandre), « Fictions du réel : le journalisme narratif », dans Cahiers de Narratologie, url : http://journals.openedition.org/narratologie/6852.

16 Genette (Gérard), Fiction et diction, Paris, Seuil, 1991. Voir aussi Martens (David), « Qu’est-ce que le portrait de pays ? Esquisse de physionomie d’un genre mineur », dans Poétique, n° 184, 2018, p. 250.

17 De Winne (August), Door arm Vlaanderen, Gand, Samenwerkende Volksdrukker, 1904.

18 Verbeken (Pascal), Arm Wallonië. Een Reis door het beloofde land, Meulenhof, Manteau, 2007 (traduction française : La Terre promise - Flamands en Wallonie, Éditions Le Castor Astral, 2010).

19 Blanc (Maurice), Hellens (Franz), Belgique, pays de plusieurs mondes, Lausanne, La Guilde du Livre, 1956.

20 Bailly (Jean-Christophe), Le Dépaysement. Voyages en France, Paris, Éditions du Seuil, coll. Fiction & Cie, 2011.

21 Martens (David), « L’hier et l’aujourd’hui dans le portrait de pays. Neutralisations de l’historicité », dans Reverseau (Anne), éd., Portraits de pays illustrés : un genre photolittéraire, Paris, Minard, p. 230.

22 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 98.

23 Ibid., p. 98.

24 Ibid., p. 98.

25 Ibid., p. 161.

26 Ibid., p. 156.

27 Voir aussi Hellemans (Frank), « In the Shelter of the Village », dans The Low Countries, n° 16, 2008, p. 288.

28 Verhulst (Dimitri), Dinsdagland, op.cit., p. 65.

29 Ibid., p. 65.

30 Ibid., p. 68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karel Vanhaesebrouck, « It’s Tuesday, this must be Dinsdagland! »Textyles, 56 | 2019, 133-142.

Référence électronique

Karel Vanhaesebrouck, « It’s Tuesday, this must be Dinsdagland! »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3594 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3594

Haut de page

Auteur

Karel Vanhaesebrouck

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search