Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56VariaLa littérature belge francophone ...

Varia

La littérature belge francophone en Chine contemporaine : bilan, circuits et facteurs institutionnels

Wei Yuan
p. 155-180

Texte intégral

1Selon les statistiques du syndicat national de l’édition en France, la Chine est devenue, depuis 2012, le premier acquéreur de livres français et, dans le secteur de la fiction, elle alterne avec la Corée comme premier acheteur de droits en Asie. Derrière ce fort intérêt pour la littérature française se dissimule une présence belge francophone, car, en Chine, la littérature belge francophone est connue comme faisant partie de la littérature française. En raison de cette ignorance générale, il existe peu de recherches sur cette littérature en Chine et encore moins sur la littérature belge francophone traduite en chinois.

2Notre article cherchera à répondre aux questions suivantes : quels sont les auteurs belges francophones traduits et publiés en Chine depuis 1992 ? Pour quelles raisons et via quels circuits ? Qui sont les agents clés de la distribution de la littérature belge en Chine ? Par quels moyens l’État belge essaye-t-il de « récupérer » ses auteurs alors qu’ils sont confondus avec les auteurs français par le public chinois ?

3Pourquoi ai-je écrit « depuis 1992 » ? Parce que c’est cette année-là que la Chine a signé la Convention de Berne et l’Accord sur les droits de propriété intellectuelle. À partir de cette date, la traduction, en tant que transfert culturel, rencontre la logique du marché et le traducteur cède sa place décisive à l’éditeur.

4Cet article procèdera en trois temps. Il distinguera d’abord trois auteurs belges qui ont été abondamment traduits ; leurs trajectoires différentes illustrent les motivations du marché chinois et représentent différents cas de figure. En l’absence de statistiques officielles, nous présenterons, dans un deuxième temps, un bilan des œuvres francophones belges traduites en Chine pour donner un aperçu de la réception de cette littérature aujourd’hui. Enfin, nous nous intéresserons à des acteurs non-engagés dans la création littéraire dans les deux langues qui conditionnent pourtant le processus de transfert culturel : les agents institutionnels.

Mise au point méthodologique

5D’inspiration sociologique, cette recherche, réalisée principalement au cours de l’hiver 2018, repose sur deux démarches : des entretiens et des enquêtes, de vive voix ou par mail, avec des éditeurs chinois (2), belges (10), des auteurs belges (5), un traducteur chinois, un fonctionnaire du service de la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles et deux de Wallonie-Bruxelles International (wbi). On a aussi consulté un répertoire de livres littéraires belges francophones publiés en Chine sur la base du site Douban1. Il s’agit d’un site Web de service du réseau social chinois permettant aux utilisateurs d’enregistrer des informations et de créer des notes et des critiques relatives aux livres. On a également utilisé le site de livres de seconde main Kongfuzi2, plateforme d’échange des livres d’occasion, ainsi que le site de « l’Association nationale de la référence de la bibliothèque3 », rassemblant les catalogues de plus de 180 bibliothèques municipales et universitaires.

  • 4 Dans le secteur du livre, le chiffre des ventes en ligne dépasse celui des ventes hors ligne en 2 (...)

6Utile pour connaître la vente d’un livre, la plateforme Kaijuan (« Ouvrir le livre »), destinée aux professionnels, regroupe les statistiques de Xinhua, la première chaîne de librairies en Chine. Avec son tarif très élevé et ses statistiques détaillées, cette source est conçue pour servir les institutions comme les maisons dédition, mais non les particuliers. D’ailleurs même les éditeurs s’adressent aussi à d’autres plateformes comme Amazon, Dangdang ou Jingdong afin d’avoir une idée des ventes, surtout dans le contexte de l’essor du commerce en ligne en Chine4. Cependant, celles-ci se focalisent essentiellement sur les nouvelles publications.

7Nous avons donc choisi le nombre d’évaluations sur Douban comme indicateur. Le site offre trois catégories d’évaluation à ses utilisateurs : envie de lire, en cours de lecture et ouvrage lu. Quand un utilisateur sélectionne une des deux dernières options, il est invité à laisser une évaluation en nombre d’étoiles et à ajouter un « bref commentaire ».

  • 5 Zhao (Zhirong), Fang (Jiaming), « L’influence des commentaires en ligne sur la vente des livres : (...)
  • 6 Huang (Ke), « Bouche-à-oreille en ligne et la vente : le mécanisme d’influence », dans Édition en (...)
  • 7 Xu (Yongjie), « Comment évaluer le volume des ventes d’un livre », dans View on Publishing, vol. (...)

8Plusieurs études ont évalué la pertinence de Douban comme indicateur. En croisant les statistiques des dix meilleurs livres de cinq secteurs avec des modèles économétriques, Zhao et Fang ont démontré que le nombre d’évaluations et les notes sont liés aux chiffres de vente5. Cette conclusion est confirmée par Huang6. Xu insiste sur le fait que les statistiques du Douban sont plus fiables que celles de Kaijuan ou de sites commerciaux comme Amazon, car elles sont moins sensibles au fait que des maisons d’édition achètent systématiquement leurs propres livres dans le but daugmenter les ventes et les commentaires7.

9Précisons encore quatre points :

  1. Toutes les statistiques sont datées du 7 au 14 janvier 2019.

    • 8 Du (Hui), « Évaluer les volumes des ventes effectives et connaître le retour du marché », dans Jo (...)
    • 9 Entretien du 16 décembre 2016 avec Wang Xiaoyue, l’ancienne éditrice de Shanghai Translation Publ (...)

    Le monde éditorial définit les livres ayant moins de 50 évaluations sur Douban comme ayant peu de succès, 50-100 comme normaux, 100-1 000 comme bons et plus 1 000 comme best-sellers8. Le tirage d’un roman contemporain francophone en diffusion nationale serait en moyenne de 5 000 pour une production littéraire moins commerciale. Chez l’éditeur Shanghai Translation Publishing House, seuls les titres clés vont avoir un premier tirage de 8 000 à 10 0009.

  2. Le site ayant été créé le 6 mars 2005, tous les livres publiés avant cette date sont naturellement beaucoup moins commentés.

  3. Pour les livres lancés sur le marché après 2005, le nombre d’évaluations doit aussi être relativisé. Sachant que les droits d’un livre littéraire étranger sont accordés pour cinq ans, et qu’un livre n’a, en moyenne, le temps de traduction et d’édition déduit, que trois ans de vie sur le marché, nous tendons à croire que le nombre de commentaires tend à la stabilité après trois ans de publication.

Trois auteurs, trois mécanismes et leurs effets

10Quatre écrivains belges, appartenant à des époques différentes, ont été abondamment traduits. Il s’agit de Maurice Maeterlinck, Georges Simenon, Jean-Philippe Toussaint et Amélie Nothomb. Nous avons décidé de ne pas étudier en détail le cas de Georges Simenon.

Maurice Maeterlinck

  • 10 Bao (Guobao), « Conception de la vie de Maeterlinck », dans Journal de Tsinghua, 1918.
  • 11 Song (Chunfang), « Évolution du théâtre du romantisme », dans Magazine Orient, février 1920.
  • 12 Mao Dun, de son vrai nom Shen Dehong, est un écrivain, critique littéraire et journaliste. Un des (...)
  • 13 Dans Délibération et Transformation, volume 1, n° 4.
  • 14 Zhao (Chengyi), Pelléas et Mélisande, dans la Renaissance, volume 2, n° 2, 1920 ; Lunsou, Alladin (...)
  • 15 Voir Huang (Aihua), « Distribution et influence au début du xxe siècle du théâtre moderniste occi (...)

11Maurice Maeterlinck est introduit en Chine en tant qu’auteur phare du symbolisme dans les années 1920. En 1918 paraît un premier article sur lui10, et en 1920, il est reconnu en tant qu’auteur du symbolisme11. La première traduction apparaît en 1919, il s’agit de La Mort de Tintagiles faite par le futur grand écrivain Mao Dun (1896-1987)12 à partir de la traduction en anglais13. Depuis, quelques traductions du dramaturge apparaissent aussi dans divers périodiques14. En 1923, dans le contexte des vifs échanges autour du symbolisme dans le monde littéraire en Chine, la maison d’édition Presse Commerciale publie le premier recueil de pièces de théâtre de l’auteur. Traduit par Tang Chengbo à partir de la traduction anglaise, l’ouvrage présente L’Intruse, Les Aveugles, Les Sept Princesses et La Mort de Tintagiles au public chinois. La même année, deux traductions de L’Oiseau bleu sont également publiées. Cette première vague de traductions dans les années 1920 est accompagnée d’un boum de critiques littéraires sur Maeterlinck, lequel décroit visiblement dans les années 1930 et 1940 quand l’intérêt du milieu littéraire se tourne vers d’autres courants littéraires (néo-romantisme, réalisme, etc.). Le rythme de traduction ralentit aussi, mais il ne manque pas de nouvelles productions ou de retraductions. Avant 1949, les œuvres principales de Maeterlinck connaissent toutes une version en chinois, Pelléas et Mélisande donnant lieu à quatre traductions différentes et L’Oiseau bleu, à trois15.

  • 16 Zhang Yuhe, ancien directeur adjoint du département de français à l’Université des langues étrang (...)
  • 17 Li Yumin, ancien professeur de l’École Normale du Capital. Traductions représentatives : Notre Da (...)
  • 18 Tan Lide (née en 1944), directrice de collection de l’Institut des Littératures Étrangères de l’A (...)
  • 19 Il s’agit d’un recueil de ses œuvres dans la collection « Œuvres Prix Nobel » des éditions Littér (...)

12Les décennies d’extrême gauche qui viennent par la suite n’étaient pas favorables au symbolisme ni à Maeterlinck. Quand le pays s’ouvre de nouveau à partir de la fin des années 1970, les éditions du Peuple de la province du Zhejiang profitent de l’occasion de l’anniversaire des 120 ans de l’auteur pour republier L’Oiseau bleu en 1982. Un an plus tard, la prestigieuse maison d’édition Littérature du Peuple sort un nouveau recueil de pièces de théâtre, avec de nouvelles traductions de La Princesse Maleine, Pelléas et Mélisande, La Mort de Tintagiles, Ariane et Barbe-Bleue, Monna Vanna et L’Oiseau bleu, effectuées par deux personnalités du monde littéraire : Zhang Yuhe (né en 1936)16 et Li Yumin (né en 1939)17. Zhang écrit dix pages de préface, qui constituent une véritable étude, présentant la biographie et les conceptions de l’auteur, le contexte du symbolisme et des résumés de ses œuvres principales. La première adaptation de L’Oiseau bleu en bande dessinée paraît peu après, en 1985. Retenons aussi qu’en 1992, un essai méconnu en Europe, Le Sablier, a été traduit et publié par la Presse Sanlian au sein d’un recueil d’essais métaphysiques d’auteurs étrangers. En 1997 paraît un autre recueil des œuvres de l’auteur, tous genres confondus, contenant à nouveau une dizaine de pages de préface rédigées par la traductrice réputée Tan Lide18. Le livre, intitulé L’Intelligence des fleurs, est repris dans la collection « Les Classiques du prix Nobel » des éditions Lijiang. C’est la première fois que des essais de Maeterlinck sont publiés en recueil, le genre prenant ainsi le pas sur son théâtre (189 pages contre 167), ce qui marque un tournant dans la réception de l’auteur. Ce volume sera réédité en 2001. Depuis lors, nous n’avons pris connaissance que d’une seule publication de ses pièces de théâtre : il s’agit d’un plagiat de précédentes traductions, en 200619. L’image de Maeterlinck comme dramaturge s’est ternie en même temps que le courant littéraire auquel il appartenait.

  • 20 L’expression a pour origine le Chicken Soup for the Soul, une série de livres de développement et (...)
  • 21 Cependant, les pièces de théâtre de Maeterlinck continuent d’être mise en scène. Pour la période (...)

13Cependant, en tant que Prix Nobel, Maeterlinck représente une source intéressante et stable pour l’industrie du livre en plein développement en Chine, et en particulier, ses essais qui avaient connu du succès auprès du grand public en Europe. En 2001, La Sagesse et la Destinée est publié par une maison non spécialisée dans la littérature, les éditions des Archives de la Chine, sous le titre La Force de la sagesse. L’Ordonnance de bonheur pour une vie parfaite. Ce livre, traduit de la version anglaise, montre en couverture le portrait d’un homme occidental – qui n’est pas l’auteur – en costume-cravate, dans une attitude inspirant le succès et la fortune. Cette présentation, rappelant le registre du « bouillon de poulet pour l’âme20 », donne lieu à plusieurs rééditions, en même temps que d’autres essais qui sont aussi publiés sous forme d’ouvrages indépendants ou de recueils : Le Trésor des humbles, L’Intelligence des fleurs, La Vie des abeilles, La Vie des fourmis, etc. De 2000 à 2018, on compte 37 publications (toutes rééditions confondues) des essais de Maeterlinck alors que ses pièces de théâtre ne trouvent plus d’amateurs21.

14L’Oiseau bleu fait bien sûr exception. Cette œuvre classique est publiée 163 fois (toutes rééditions confondues) sous beaucoup de formes : album, bande dessinée, roman d’adolescents, théâtre, lecture en édition sino-anglaise, etc. Il est à noter qu’à part 47 publications qui se retrouvent souvent dans des collections du Prix Nobel, 116 publications s’inscrivent dans le secteur jeunesse, soit 71 % du total. Une réorientation de la réception de cette œuvre a lieu dans le contexte de l’essor du marché de jeunesse en Chine. La pièce, qui a inspiré de grands noms dans l’histoire de la littérature chinoise, s’inscrit aujourd’hui, avec les essais de l’auteur, dans une logique de marché et des capitaux, et non dans celle du milieu littéraire. Dans ce processus, l’image de l’auteur devient celle d’un éducateur, d’un guide spirituel.

Jean-Philippe Toussaint

  • 22 Chen explique ainsi pourquoi il inclut des œuvres littéraires dans cette collection d’art publiée (...)
  • 23 Faire l’amour n’a pas pu avoir d’isbn, le titre de l’œuvre était jugé provocateur. L’éditeur a dé (...)
  • 24 Il s’agit en fait d’une deuxième partie de la « Collection de Minuit ». Une première partie (1999 (...)

15Toussaint est traduit pour la première fois en Chine en 1996, avec un recueil de ses trois premiers romans : La Salle de bain / Monsieur / L’Appareil-photo. C’est le début d’une relation solide entre l’écrivain et son éditeur chinois Chen Tong, peintre et professeur universitaire des Beaux-Arts à Canton, qui travaille en parallèle comme éditeur. Chen Tong est devenu un adepte du Nouveau Roman, d’Alain Robbe-Grillet en particulier, dès le début des années 1990. Pour sa collection appelée « Expérimentations artistiques », Chen a publié à son compte Le Miroir qui revient de Robbe-Grillet en 1993, et a depuis lors noué des liens avec les éditions de Minuit. Tout naturellement, il a découvert par la suite le « nouveau Nouveau Roman » de Toussaint. Le recueil mentionné est ainsi publié dans la même collection « Expérimentations artistiques » d’une maison d’édition spécialisée dans les Beaux-Arts22, où Toussaint figure aux côtés d’autres auteurs de chez Minuit (Alain Robbe-Grillet et Jean Echenoz), et parmi d’autres ouvrages portant sur la photographie, la sculpture ou l’histoire de l’art. Toussaint figure alors dans la section des Beaux-Arts des librairies. En 2004, la collection accueille encore un nouveau recueil de Toussaint, regroupant les trois œuvres encore inédites à ce moment-là : La Réticence / La Télévision / Autoportrait (à l’étranger). Faire l’amour (2002)23, Fuir (2005) et La Mélancolie de Zidane (2009) paraissent dans une nouvelle collection intitulée « Œuvres de Minuit », avec Jean Echenoz, Laurent Mauvignier, etc.24. Cette fois, Toussaint est publié par une maison d’édition d’art et de littérature, et trouve enfin sa place dans les sections Littérature. En 2014, Chen juge qu’il est temps de sortir une collection entièrement consacrée à Toussaint, les neuf œuvres déjà publiées auparavant ont donc été rééditées avec les deux dernières œuvres parues à cette période (La Vérité sur Marie et L’Urgence et la Patience).

  • 25 Quand les premiers 5 000 exemplaires en 1996 de La Salle de bain / Monsieur / L’Appareil-photo on (...)
  • 26 Entretien avec Chen Tong le 24 novembre 2017.
  • 27 Voir la liste des œuvres traduites et publiées de Toussaint en annexe.

16Toussaint n’a pas pu réaliser son idéal : n’avoir qu’un éditeur et un traducteur. Ses treize créations sont distribuées par son seul éditeur à sept traducteurs, un phénomène peu courant dans le paysage éditorial chinois. En général, les collections dirigées par Chen constituent une exception sur le marché. Alors que la moyenne du prix d’un volume s’élève à une trentaine de yuans (4-5 euros), Chen vend ses livres à une dizaine de yuans (2 euros) avec un tirage normal. Il ne pense pas à une réimpression immédiate après que les premiers exemplaires ont été épuisés25. Si, pour son studio à Canton, les recettes et les dépenses s’équilibrent globalement, l’édition constitue une pure perte pour Chen qui l’entretient avec la vente de ses propres peintures26. En tant qu’éditeur n’accordant aucune importance au marché, il gère ses publications des auteurs de Minuit à la manière d’un galeriste. Grâce à sa librairie à Canton mais aussi via le site Douban, il a pu constituer une communauté de lecteurs relativement stable. Quant à Toussaint, nous voyons donc que, depuis le début, sous l’influence du goût et du style personnel très marquants de son éditeur, son image est étroitement liée à l’« école moderniste » représentée par le Nouveau roman que recherche Chen auprès des éditions de Minuit. Toussaint est dès lors surtout connu des milieux intellectuels et de ceux intéressés par les arts, et non pas, comme au Japon, du grand public. Dans cette communauté, Toussaint est un auteur reconnu, pour ses livres publiés dans la collection « Expérimentations artistiques », il a pour moyenne 289 commentaires contre 178 en moyenne pour toute la collection, et 300 contre 160 pour la collection de Minuit. Néanmoins, il existe un écart notable entre la réception de « Toussaint de Minuit » et « Toussaint propre » : la collection des œuvres de Toussaint n’a que 52 commentaires en moyenne pour les 12 livres27.

17Cette situation ne gêne pas l’auteur qui se reconnaît volontiers dans la communauté des éditions de Minuit. Il est aussi très satisfait de l’amitié de son éditeur chinois. Depuis 2000, Jean-Philippe Toussaint est allé en Chine au moins seize fois. Chen Tong est l’organisateur de presque tous ses séjours. L’éditeur profite de l’arrivée de Toussaint pour organiser des expositions et publier des articles de présentation ; il devient ainsi une sorte de porte-parole de l’écrivain. La relation est multiple, à tel point que les deux producteurs ne limitent pas leur coopération à la seule littérature. Chen Tong aide à l’organisation d’expositions de Toussaint à Canton, et a joué dans son dernier film, The Honey Dress. Notons que Chen Tong ne parle pas français et que son anglais est médiocre. Le rapport humain établi entre l’éditeur et l’écrivain est tellement unique que ce dernier en a fait un livre en 2017 : Made in China.

Amélie Nothomb

  • 28 Voir la postface de Stupeur et Tremblements, Éditions Mer et Ciel, 2002, p. 205.

18Si Toussaint bénéficie d’un éditeur-artiste qui recherche tout ce qui est moderne et expérimental, Amélie Nothomb est choisie par un éditeur qui refuse les textes provenant de circuits restreints. Elle a d’abord été introduite en 2000 par l’éditeur Hu Xiaoyue et publiée par les éditions Mer et Ciel, où Hu dirige le département de littérature. En tant que traducteur et éditeur connu en Chine, Hu a établi une relation étroite avec les milieux littéraires belges, mais aussi avec les éditions Albin Michel. Hu connaissait la réputation d’Amélie Nothomb depuis quelque temps grâce à ses amis belges. La directrice des droits d’Albin Michel lui avait aussi suggéré le nom de la romancière pour répondre à une demande d’œuvres avec « des détours et des rebondissements, mais non des formules conventionnelles ; de la nouveauté, mais non celle des avant-gardistes ; de la littérarité, sans rien d’obscur ou d’hermétique28 ».

  • 29 Voir la liste des œuvres traduites et publiées d’Amélie Nothomb en annexe.
  • 30 Éditer sa propre traduction serait, selon lui, mal vu par le monde éditorial. Voir Journal Jin, 3 (...)

19La première collection, intitulée « Romans de Nothomb », contient quatre romans de l’auteure29. Non seulement Hu dirige cette collection, mais il est aussi le traducteur de trois des quatre romans parus. Il utilise cependant trois pseudonymes pour éviter d’éveiller des soupçons30. Pour aider à la compréhension, il rédige une partie intitulée « Sur l’auteure et son œuvre » qui vient juste après le texte dans les quatre livres et il regroupe également plusieurs interviews de l’auteure ainsi que des commentaires critiques sur son œuvre, publiés dans des journaux français, belges, suisses et même monégasques. Les sources sont variées, notamment à travers les orientations de la presse sélectionnée, puisque nous trouvons des articles de Marie Claire, du Magazine Littéraire, de Charlie Hebdo tout comme du Figaro. En s’appuyant sur le personnage d’Amélie Nothomb, l’éditeur souhaite produire des best-sellers. Chaque livre présente aussi des extraits de trois à dix pages des trois autres romans de la collection, afin de montrer une continuité du style de l’auteure. Une postface écrite par Hu raconte non seulement les succès de l’écrivaine en Europe et sa rencontre avec elle tout en donnant un résumé des autres romans de l’auteur (traduit ou non).

20L’éditeur met en avant le lien de l’écrivaine avec la Chine, comme le reflète la première phrase de la deuxième de couverture : « Amélie Nothomb, née au Japon, élevée en Chine, résidant actuellement à Paris. » En 2004, Hu décide d’éditer Le Sabotage amoureux, une œuvre qui fictionnalise l’enfance chinoise de l’auteure, dans la collection dite « Nœud chinois ». Cosmétique de l’ennemi est inséré dans le même volume. Malgré tous ces efforts, les deux collections n’ont pas connu de ventes satisfaisantes. Chaque titre est évalué par à peine 100 lecteurs, les titres les plus appréciés en Europe, comme Stupeur et Tremblements, ne faisant pas exception.

21Hu n’abandonne pas : « ce serait ridicule si elle ne se vend pas bien », dit-il quand il transmet sa traduction des Catilinaires à Shanghai 99, future maison d’édition de la deuxième collection d’« Œuvres d’Amélie Nothomb » (à partir de 2007). La seconde maison a réussi à produire un best-seller : Les Catilinaires ont été évaluées par 2 686 lecteurs, soit 25 fois plus que la moyenne de la première collection, et ont donné lieu à une réédition en 2010, dans la collection « Bibliothèque des best-sellers étrangers du nouveau siècle ». Par la suite, la maison Shanghai 99 a elle-même effectué le choix des œuvres à traduire, et a confié ses commandes à Hu. Jusqu’en 2016, Hu a traduit six romans pour cette collection, dont Hygiène de l’assassin, cette fois en signant de son vrai nom.

22Néanmoins, l’élan s’estompe très vite. Le deuxième ouvrage de la collection ne comptabilise que 469 commentaires, le nombre de la dernière publication redescend jusqu’à cent.

23Les différents mécanismes d’introduction mis au jour à travers les trois différents auteurs abordés n’accordent pas un rôle important au traducteur (sauf pour Hu Xiaoyue qui est à la fois éditeur et traducteur d’Amélie Nothomb). Si, dans le cas de Maeterlinck, l’étiquette du prix Nobel conduit à une entrée dans le marché de la jeunesse en plein essor et à une homogénéité de publication (en ce compris les traductions plagiées) qui n’implique plus une exigence stricte quant à la compétence du traducteur, les sept traducteurs de Toussaint, célèbres ou non, se dissimulent derrière le personnage fort de Chen Tong. Chen paraît indifférent à la grande hétérogénéité des profils des traducteurs d’une collection d’auteur, ce qui n’est pas fréquent. Il faut dire qu’il publie Toussaint en tant qu’artiste, avec un rapport de force moins équilibré entre éditeur et traducteur.

Une littérature marginale, non sans activistes

24À côté de la traduction systématique de certains auteurs notables, la littérature belge francophone en Chine est dispersée chez d’autres éditeurs. Le manque d’un répertoire chronologique des livres belges traduits, établi par les institutions belges officielles, nous a contraint à nous adresser à des sources officieuses. En cherchant le mot « Belgique » dans la description intégrale de l’ouvrage sur le site de l’Association nationale de la référence de la bibliothèque, en combinaison avec les œuvres étiquetées comme « belges » sur Douban, puis en supprimant les œuvres en néerlandais et en laissant de côté la publication des quatre écrivains mentionnés ci-dessus, voici le tableau que nous pouvons donner de la publication en Chine contemporaine (1992-2018) des œuvres littéraires francophones belges (par ordre de l’année de parution) :

  • 31 Lang Weizhong, professeur retraité de l’Université des Études Étrangères du Guangdong, résidant a (...)
  • 32 Guan Xiaoming (né en 1953), directeur de la section littérature aux éditions Art et Littérature d (...)
  • 33 Douban ne montre pas le chiffre exact de commentaire quand celui-ci est moins de dix.
  • 34 Ai Qing (1910-1996), poète phare de l’époque moderne de Chine. Il a fait ses études d’art en Fran (...)
  • 35 Yang Songhe (né en 1941), professeur et directeur de thèse à l’Institut des Relations Internation (...)
  • 36 Shen Dali (né en 1938), écrivain, historien, professeur titulaire, directeur de thèses doctorales (...)
  • 37 Zhou Xiaoshan (né en 1976), maître de conférences de Chinois à l’Université d’Artois, a reçu le P (...)

Titre

Auteur

Traducteur

Année de parution

Année de parution en Chine

Éval. sur Douban

La Légende d’Ulenspiegel

Charles De Coster

Bai Xiang

1867

1983 (rééd. en 1994 et 2001)

18

La Légende d’Ulenspiegel

Charles De Coster

Yang Yuanliang/Lang Weizhong31/Guan Xiaoming32

1867

2014 (retraduction)

<1033

Collection Classiques littéraires belges

Émile Verhaeren. Choix de Poèmes

Émile Verhaeren

Ai Qing34/Yan Hansheng

1855-1916

2002

<10

Un mâle

Camille Lemonnier

Gu Weiwei

1881

2002

<10

Bruges-la-Morte

Georges Rodenbach

Lang Weizhong

1892

2002

13

Un homme si simple

André Baillon

Zhou Ling

1925

2002

<10

L’Araignée noire du malheur. Poèmes choisis

Maurice Carême

Hu Xiaoyue

1899-1978

2002

<10

Les Plaines. Les Villes. Choix de Poèmes

Émile Verhaeren

Yang Songhe35

1855-1916

2012

62

Bruges-la-Morte

Georges Rodenbach

Shen Dali36

1892

2002 (2e traduction)

<10

L’Enragé

Dominique Rolin

Han Shuzhan

1978

2001

<10

Œdipe sur la route

Henry Bauchau

Han Shuzhan

1990

1995

<10

La Plage d’Ostende

Jacqueline Harpman

Zhou Xiaoshan37/Zhang Yuanyuan

1991

2001

<10

Survivre avec les loups

Misha Defonseca

Hu Xiaoyue

1997

2006

151

Lettres d’amour en héritage

Lydia Flem

Jin Wen

2002

2014

28

Comment j’ai vidé la maison de mes parents

Lydia Flem

Jin Wen

2004

2014

82

Le Bonheur des petits poissons

Pierre Ryckmans

Yang Nianxi

2008

2014

64

L’Enlacement

François Emmanuel

Pan Wenzhu

2008

2018

53

Poèmes de Liliane Wouters

Liliane Wouters

Hu Xiaoyue

1996

<10

Maître et Maisons de thé. Poèmes choisis

Werner Lambersy

Hu Xiaoyue

2000

<10

Les anthologies

Anthologie des nouvelles belges

Wen Yiduo

1934 (réédition en 2015)

<10

Anthologie de la poésie francophone de la Belgique

Jiang Huosheng

1997

<10

Anthologie de la littérature belge francophone

Wang Bingdong

2005

11

  • 38 À lui seul, Le Rouge et le Noir compte une dizaine de traductions au cours des années 1990.

25Les œuvres classiques datant d’avant le xxe siècle représentent la moitié des œuvres (c’est-à-dire 9 sur 18, les trois anthologies non comprises). Par rapport aux retraductions et au nombre de rééditions – presque absurde – de certains classiques français38, la place donnée aux œuvres belges semble modeste.

  • 39 Ce livre qui se présentait comme un témoignage véridique était une pure fiction.

26Seule Lydia Flem a vu une deuxième œuvre achetée par un éditeur chinois. Un seul roman a pu accumuler plus de cent commentaires pour représenter un « bon livre » du point de vue du marché : Survivre avec les loups, qui s’est révélé, en 2008, être une supercherie littéraire39. Le volume de vente de la littérature francophone belge demeure dérisoire en Chine.

  • 40 Comme il est difficile de repérer les auteurs qui s’autoéditent et qui coopèrent avec nombre de p (...)
  • 41 Entretien avec Chen Xin, le 22 décembre 2018.

27Pour les œuvres contemporaines (de L’Enragé en 1978 à Lettres d’amour en héritage en 2002), le temps de réaction du marché chinois (écart entre l’année de la parution de l’œuvre originale et celle en Chine) est en moyenne de dix ans, ce qui représente une attention modeste. Ces œuvres récentes introduites en Chine sont toutes publiées en France. Nos enquêtes auprès d’éditeurs belges – des maisons qui sont qualifiées pour être subventionnés par le Service de la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles40 – prouvent leur manque d’échange avec le marché chinois. Parmi les dix éditeurs belges qui nous ont répondu, La Lettre volée nous a indiqué avoir vendu un essai d’un auteur français début 2018 à un éditeur chinois. À cela s’ajoute Les Impressions nouvelles qui ont signé un contrat pour trois publications liées au Nouveau Roman avec Chen Tong. Voilà à peu près tout le bilan pour une période s’étendant de 1992 à aujourd’hui. Selon Chen Xin, chargée de projets culturels de Wallonie-Bruxelles International (wbi) à Pékin de 2014 à 2018, les éditeurs belges n’éprouvent pas vraiment l’envie d’avoir à faire avec le marché chinois, car « avec les éditeurs chinois qui parlent mal l’anglais, la communication est difficile ». C’est pourquoi wbi à Pékin joue parfois un rôle d’agence de droits pour les auteurs belges en leur trouvant un éditeur chinois41.

  • 42 Il s’agit de Survivre avec les loups et de La Légende d’Ulenspiegel version 2014.
  • 43 Prix de la traduction littéraire du français vers le chinois, créé en 2009 à l’initiative de l’Am (...)

28La grande majorité des maisons d’édition chinoises qui ont publié les œuvres citées plus haut sont spécialisées en littérature, mais peu sont renommées pour la littérature étrangère. Seule la maison d’édition Littérature du Peuple y est présente deux fois42, les éditions Shanghai Translation ou Yilin (Forêt de traduction) manquent. Parmi les traducteurs, deux d’entre eux ont reçu le prix Fulei43 ou sont des professeurs prestigieux, mais les meilleurs traducteurs ne sont pas mobilisés. Même s’ils sont souvent considérés comme faisant partie de la littérature française, les auteurs belges ne bénéficient donc pas des mêmes ressources que les français.

  • 44 Les éditions Mer et Ciel étaient trop chargées et Hu devait trouver une autre maison pour cette c (...)
  • 45 Précisément il s’agit de Jacques De Decker, Jean-Luc Outers, Liliane Wouters et Werner Lambersy. (...)
  • 46 Par exemple, à la suite du roman Bruges-la-Morte, l’éditeur a inséré vingt extraits de textes d’a (...)
  • 47 Voir Hu (Xiaoyue), « Voix pour la littérature belge », dans Lire en Chine, le 29 janvier 2003.
  • 48 Entretien par mail avec Hu Xiaoyue le 23 janvier 2018.

29Néanmoins, malgré ce sombre bilan, plusieurs projets attirent l’attention. La première collection de littérature belge en Chine date de 2002 : la collection « Classiques littéraires belges », dirigée par Hu Xiaoyue, est publiée par les éditions du Peuple de la province du Henan44. Une première série de cette collection regroupe cinq titres : un recueil d’Émile Verhaeren et un autre de Maurice Carême, Un mâle de Camille Lemonnier, Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach et Un homme si simple d’André Baillon. Selon la présentation de la collection, les titres sont sélectionnés avec l’aide du Ministère de la Communauté française, de l’Association des écrivains belges de langue française, d’auteurs et de poètes belges45. Une préface de vingt pages établie par Hu présente la place et l’histoire de la littérature belge et insiste sur son indépendance à l’égard de la France. À la suite de l’œuvre principale sont annexés d’autres textes liés thématiquement46, une chronologie et une liste des publications de l’auteur. Le traducteur donne aussi une postface. Il est donc regrettable qu’avec de tels soins et efforts, la collection n’ait pas encore rencontré d’échos auprès du public. Hu a mentionné qu’une deuxième série était en cours d’édition, dans laquelle seraient aussi publiés Maurice Maeterlinck, Alain Bosquet, Marcel Thiry, Jacqueline Harpman et Amélie Nothomb47. Cependant, cette suite n’a pas encore paru à ce jour, notamment à cause de la réaction peu enthousiaste du marché48.

  • 49 Dai Wangshu, connu lors de son séjour en France sous le nom de Tai-Van-Chou. Poète et traducteur, (...)

30À ces publications dirigées par des éditeurs professionnels s’ajoutent trois anthologies initiées par le milieu académique. L’Anthologie des nouvelles belges est éditée et traduite par le célèbre poète Dai Wangshu (1905-195049) en 1934. Cet ouvrage regroupe des auteurs flamands et wallons, et compte, pour la partie francophone, treize auteurs dont Charles De Coster, Émile Verhaeren et Maurice Maeterlinck. La version de 2015 fait partie de la collection « Réédition des classiques de la République de Chine » conservés à la Bibliothèque Nationale.

31L’Anthologie de la poésie francophone de la Belgique, parue avec l’aide de la Communauté française, est le quatrième des sept tomes de la collection « Recherche et Traduction de la poésie d’expression française », dirigée et traduite par Jiang Huosheng, professeur et ancien directeur du département français de l’Université de Wuhan. Après une préface de 17 pages sur l’histoire de la poésie belge francophone, 29 poètes, d’Émile Verhaeren à Guy Goffette, sont présentés et traduits.

  • 50 En 2009, le même Wang Bingdong traduit pour la première fois toute la série des Aventures de Tint (...)

32En 2005, Wang Bingdong, professeur retraité de l’Université des Langues Étrangères de Pékin (bfsu) publie pour sa part une Anthologie de la littérature belge francophone, préparé de longue date (depuis 1998), aux éditions Littérature du Peuple, dans laquelle il présente une centaine d’extraits de 61 auteurs de la fin du xixe siècle à nos jours. Il comporte une préface de Hu Xiaoyue (celle de la collection « Classiques littéraires belges ») et une autre de Marc Quaghebeur. La même année, Wang reçoit le Prix de la traduction littéraire de la Communauté française pour cette œuvre de 550 pages50.

Facteurs institutionnels : circuits et entraves

  • 51 Jusqu’en 1980, l’université relève directement du Ministère des Affaires étrangères. Pour connait (...)
  • 52 Pour des raisons personnelles, Wang Bingdong n’a pu nous accorder un entretien. Ses premiers cont (...)

33Wang Bingdong et Hu Xiaoyue sont donc deux acteurs clés manifestant une attention particulière à la littérature belge francophone. La première rencontre de Wang avec la Belgique remonte à 1984, année où Wang devient directeur du département français de bfsu. L’université dans laquelle il travaille est conçue pour être « le berceau des cadres diplomatiques51 ». Cette année-là, après la visite de Raymond Renard, le président de l’époque du département de linguistique de l’Université de Mons, a eu lieu entre les deux dirigeants de département des discussions pour de futures coopérations, dont la proposition de Wang concernant l’envoi d’ouvrages d’auteurs belges de langue française pour la bibliothèque universitaire. En 1985, des liens sont noués avec les Archives & Musée de la Littérature, et l’intention est déjà claire pour des créations au niveau institutionnel consacrées aux études sur la littérature francophone belge au sein du département52. Cependant, à l’époque où le milieu académique chinois rattrapait vigoureusement la traduction et les études de la littérature française après une rupture quasi-totale pendant les années d’extrême gauche, les conditions pour créer un organisme dédié à une présence belge n’étaient pas réunies, et il a fallu attendre 25 ans après l’initiative du pionnier pour qu’un Centre de recherche de la Communauté française de la Belgique soit finalement fondé à bsfu.

  • 53 Voir la postface d’Anthologie de la littérature belge francophone, p. 547. Le centre rassemble pl (...)
  • 54 Même la série de Tintin que Wang traduira quelques années plus tard, il l’a découverte à travers (...)

34Malgré l’absence d’une institution comme support dans les premières années, le département de français du bsfu a joué le rôle de base d’échanges culturels. En 2001, à l’occasion du 30e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, sous la direction de Wang, est publié, au sein de bsfu, un recueil d’études sur la Belgique (histoire, régime, langue, littérature, etc.). Le fait que le recueil soit préfacé par les deux ambassadeurs respectifs témoigne du niveau diplomatique du projet, dont l’éclat retombe en effet sur le bsfu plutôt que sur Wang qui dut attendre plusieurs années avant que ce projet ne se réalise. Ce dernier, personnellement, au cours des échanges avec le milieu académique et littéraire belge mais aussi en construisant la plus grande bibliothèque de la littérature belge francophone en Chine53, s’était rendu compte de la médiocre connaissance de la Chine à l’égard des auteurs belges, et surtout, du manque de distinction d’avec la littérature française54. Son intérêt pour cette littérature est alimenté par tous les contacts que l’université lui avait permis d’avoir avec la Belgique. Il continue d’ailleurs son travail après sa retraite, afin de le concrétiser davantage, notamment à travers ses diverses traductions.

  • 55 Hu est diplômé de master en 1988, la visite de Lambersy était encore fraîche dans les mémoires.
  • 56 Entretien par mail avec Hu Xiaoyue le 14 mars 2018.

35Quant à Hu, il eut son premier contact avec la Belgique au début des années 1990, quand il éditait la collection « Poésie du monde ». Un traducteur qu’il a contacté, professeur à l’Université de Wuhan, l’a présenté à Alain Bosquet, qui l’a présenté à son tour à Liliane Wouters. Grâce à Wouters, il a approché la Fondation Maurice Carême. À la même époque, son directeur de mémoire de master à l’Université de Hangzhou l’a introduit à l’œuvre de Werner Lambersy, qui était venu d’ailleurs en Chine en 198655. Dans le petit cercle littéraire belge, en tant qu’éditeur et traducteur professionnel, Hu se fait très vite une place56.

36Les parcours de ces deux personnages vers la littérature belge résultent de structures académiques. L’un bénéficiait d’une clairvoyance partiellement due à sa plateforme placée en haut du système universitaire chinois, l’autre, travaillant dans le monde éditorial, avait un accès plus direct au milieu littéraire belge. Retenons aussi qu’une fois parvenus à ce champ rarement exploré, Wang et Hu ne l’ont jamais quitté. Leurs travaux sont continuellement encouragés par des aides gouvernementales de la Belgique. Par rapport à celles de la France, les aides de la Belgique sont plus concentrées et destinées à un nombre moindre de bénéficiaires. Alors qu’il est assez rare de trouver trois fois le même nom sur la liste des bénéficiaires du cnl, Wang (pour son anthologie), Hu (pour la collection des classiques belges et de Nothomb) et l’équipe de Chen Tong (pour les œuvres de Toussaint) sont tous allés au Collège européen des Traducteurs littéraires de Seneffe au moins quatre fois. À Seneffe, Jean-Philippe Toussaint organise presque chaque année un séminaire de traduction autour de son dernier roman durant une semaine ou plus avec ses traducteurs. Ce genre de pratique, qui permet de fidéliser les traducteurs, n’est pas réalisable au citl.

  • 57 Entretien du 20 décembre 2018 avec Che Lin, directrice du département de français du bfsu de 2014 (...)
  • 58 Par exemple : Bricmaan (Corinne), « La langue française de Belgique », dans Apprentissage du Fran (...)

37Côté local en Chine, le Centre de recherche au sein de bfsu imaginé par Wang dans les années 1980 représente aujourd’hui un front de la diffusion des lettres belges en Chine. Depuis sa fondation en 2010, il est dirigé par un lecteur ou une lectrice belge qui enseigne le fle dans le département et organise des activités culturelles. Il ou elle assure progressivement le cours de « littérature francophone », qui concerne notamment les auteurs belges57. Conséquence directe : pour la promotion 2019, parmi une douzaine d’étudiants de master, au moins deux ont pour sujet de mémoire la littérature fantastique belge. Ce lecteur ou cette lectrice publie aussi des articles sur le sujet dans la revue du département pour le milieu académique chinois58. En fait, ce département de français accueille trois centres de recherches : de Belgique, du Québec et de Suisse. La visibilité de la Belgique est néanmoins la plus forte grâce à la présence permanente du lecteur ou de la lectrice, tandis que les directions des deux autres Centres sont assurées par les professeurs chinois du département. Depuis 2018, wbi octroie un nouveau titre et un reprofilement à ces lecteurs ou lectrices : attaché(e) de liaison académique et culturelle (alac), avec un contrat à plus long terme et un statut plus élevé.

  • 59 En 2018, la délégation Wallonie-Bruxelles de Pékin est officiellement remplacée par une représent (...)
  • 60 L’Ambassade prend en charge les billets des écrivains qui viennent régulièrement en Chine, ainsi (...)
  • 61 Entretien avec Chen Xin le 22 décembre 2018. Selon les informations regroupées de la part de Zhao (...)

38Les chargées de projets culturels de l’Ambassade de Belgique en Chine sont peu au fait du travail de ces personnes clés qui ont œuvré bien avant elles et avant la création d’une Délégation Wallonie-Bruxelles à Pékin en 200959. Chen Xin connait seulement Chen Tong et ignore les noms de Hu Xiaoyue ou de Wang Bingdong60. Une première raison de cette situation pourrait être le manque de bilan chronologique des livres belges traduits ou une liste des projets subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Par conséquent, un fonctionnaire n’est au courant que des livres dont il s’est occupé pendant son mandat, à moins que ce responsable ait des connaissances littéraires étendues. Ensuite, avec l’essor du secteur jeunesse en Chine, la plus grande partie du travail en matière de livres est liée à la bande dessinée ou aux albums illustrés. En moyenne, deux ou trois auteurs de bande dessinée ou illustrateurs sont invités en Chine par an tandis que la fréquence pour la littérature est à peine un écrivain par an61. Il est donc logique que, dans leur carnet d’adresses, les maisons d’édition renommées en matière de littérature étrangère, comme les éditions Littérature du Peuple, Shanghai Translation ou Yilin (Forêt de traduction), soient à la traîne derrière des maisons d’édition privées, plus jeunes et commerciales, qui peuvent réagir plus rapidement aux nouvelles tendances du marché. Le fait que Chen mentionne la faible compétence en anglais des éditeurs chinois et leur communication difficile avec les éditeurs étrangers montre que les échanges avec les spécialistes fonctionnent mal.

  • 62 Entretien du 2 mai 2017 avec Silvie Philippart de Foy, chargée de la promotion internationale des (...)

39Le budget diminue aussi, tant à Pékin qu’à Bruxelles. D’un côté, Bruxelles a fermé en 2015 la Délégation Wallonie-Bruxelles à Pékin, ainsi que les postes de lectorat à Shanghai, à Xi’an et à Wuhan. Le lecteur de bfsu est le seul qui subsiste et le bureau de Chen Xin se trouve donc avec cinq postes en moins et ne conserve que deux fonctionnaires, l’un chargé de projets culturels, l’autre de projets d’éducation. En 2014, le budget d’aide à la traduction de la Promotion des lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles a diminué de moitié, de 140 000 euros à 70 000 euros par an. Il est remonté à 103 000 euros en 2017, mais avec l’obligation de soutenir des secteurs supplémentaires, comme la bande dessinée62.

  • 63 Entretien avec Chen Xin le 22 décembre 2018.
  • 64 Entretien par mail avec Armel Job le 31 octobre 2018.
  • 65 Entretien par mail avec Laurent Demoulin le 1er novembre 2018.
  • 66 Entretien avec Jean-Philippe Toussaint le 19 octobre 2018.
  • 67 Entretien par mail le 30 octobre 2018 avec Benoît Peeters, fondateur et directeur général des édi (...)

40La Belgique rencontre encore d’autres difficultés puisque les matières culturelles relèvent des Communautés, tandis que les consulats à Shanghai et à Canton, comme l’Ambassade à Pékin avec laquelle travaille Chen Xin, sont des structures relevant de l’État fédéral, qui ne disposent pas de service culturel. La seule chargée des projets culturels est une Chinoise. Chen Xin, dont la carte de visite est à l’en-tête de l’Ambassade de Belgique et de wbi, et dont le bureau est situé à l’Ambassade, sait très bien qu’elle travaille pour la seconde institution. Quand elle organise des activités, elle ne met pas toujours le logo de « l’Ambassade de Belgique » aux côtés de celui de wbi sur les supports de communication, car « ce n’est pas l’État belge qui nous finance, et je ne suis pas non plus employée fédérale. Ce que nous cherchons à promouvoir, c’est Wallonie-Bruxelles63. » Néanmoins, cette étiquette implique déjà une connaissance du système belge, lequel n’est pas du tout évident pour le public chinois. D’ailleurs, les auteurs et les éditeurs belges n’aident guère wbi de ce point de vue, car l’identité belge n’est pas une question essentielle à leurs yeux. Armel Job n’est pas « un Belge honteux64 », Laurent Demoulin ne nie jamais sa nationalité, « mais celle-ci ne se traduit que par de petites différences culturelles superficielles par rapport aux écrivains français ou québécois ou suisses francophones65 ». Jean-Philippe Toussaint considère plus logique d’être publié en Chine parmi les auteurs de Minuit qu’aux États-Unis dans une collection d’auteurs belges66. Ces hommes de lettres ne se trouvent pas limités par l’identité belge dans la création littéraire et n’en sont pas non plus militants. Il est aussi tout naturel pour ces écrivains publiés en France d’aller à l’étranger à l’invitation de l’Ambassade de France. Quant aux éditeurs belges, ils ne font aucune distinction de nationalité, et ne soutiennent pas davantage les auteurs belges de leur catalogue que les auteurs étrangers67. De ce fait, à l’étranger, les auteurs belges, qu’ils le veuillent ou non, ont du mal à se distinguer de leurs collègues français.

Conclusion

  • 68 Voir Hu (Xiaoyue), « Voix pour la littérature belge », dans Hebdomadaire Lire en Chine, 29 janvie (...)

41L’éditeur Hu Xiaoyu dit espérer au moins que les lecteurs chinois ne prendront jamais Maeterlinck, qui a reçu le prix Nobel, pour un écrivain français68. Cette « ligne rouge » n’a pas été franchie, mais en même temps, la littérature belge francophone n’est pas une entité à part entière en Chine, sauf pour quelques passionnés ou militants qui y sont conduits par des voies académiques ou institutionnelles.

  • 69 China Translation Yearbook 2005-2006, les éditions Waiwen, 2007, p. 525.

42Du point de vue de la quantité des œuvres traduites, de temps de réaction, du volume de vente et des ressources mobilisées, la place de la littérature belge francophone reste très marginale en Chine. Alors que la littérature n’est pas le secteur qui bénéficie le plus de l’attention et du soutien de l’État belge, qu’il n’existe même pas de répertoire officiel pour connaître l’histoire et l’actualité des échanges littéraires, il est logique que les institutions n’aient pas les moyens de toucher les éditeurs et les traducteurs les plus importants de la littérature étrangère en Chine. Entre les déclarations identitaires de la Communauté française et l’indifférence des écrivains et des éditeurs belges envers ces questions, la promotion de la Francophonie pourrait être une opportunité. Bel exemple, Wang Bingdong le pionnier, envoyé dans les années 1980 en Algérie en tant que lecteur de chinois69, a organisé une « Journée de Francophonie » à bfsu deux ans après la visite du professeur de l’Université de Mons. Maintenant que la Francophonie est un domaine beaucoup plus en vogue qu’en 1986, quand on comprend en Chine sur une plus grande échelle qu’une œuvre écrite en français pourrait être issue d’autres terres que la France, qu’une région comme la Wallonie ou le Québec peut avoir une voix dans leur État, on peut alors leur donner un espace distinct. Le milieu académique et lettré en Chine commence déjà à réagir à cette tendance, à l’heure où un tiers des activités culturelles que wbi organise à Pékin se fait dans le cadre de la Francophonie. Ainsi le département de français de bfsu a changé son nom à l’occasion de l’inauguration de la faculté comme « Faculté d’études françaises et francophones » en novembre 2018. Il reste à espérer que le public chinois s’en rende compte.

Annexes

Liste des parutions de Jean-Philippe Toussaint

  • 70 Yu Zhongxian (né en 1954), ancien rédacteur en chef de la revue Shijie Wenxue (Littératures du Mo (...)

Titre

Date de parution

Date de parution en Chine

Traducteur

Collection

Éval. sur Douban

La Salle de bain

1985

1996 (rééd. en 2014)

Sun Liangfang

Expérimentations artistiques (1996)

Œuvres de Toussaint (2014)

383 (1996)

115/60/63 (2014)

Monsieur

1986

L’Appareil-photo

1989

La Réticence

1991

2004 (rééd. en 2014)

Jiang Xiaowen

Expérimentations artistiques (2004)

Œuvres de Toussaint (2014)

194 (2004)

43/36/33 (2014)

La Télévision

1997

Li Jianxin

Autoportrait (à l’étranger)

1999

Zeng Xiaoyang

Faire l’amour

2002

2006 (rééd. en 2014)

Yu Zhongxian70

Œuvres de Minuit (2006)

Œuvres de Toussaint (2014)

438 (2006)

49 (2014)

Fuir

2005

La Mélancolie de Zidane

2006

2009 (rééd. en 2014)

Gong Linlin

Œuvres de Minuit (2009)

Œuvres de Toussaint (2014)

161 (2009)

60 (2014)

La Vérité sur Marie

2009

2014

Li Jianxin

Œuvres de Toussaint

29

L’Urgence et la Patience

2012

2014

Zeng Xiaoyang

Œuvres de Toussaint

59

Nue

2013

2017

Xu Ningshu

Œuvres de Toussaint

37

Football

2015

2018

Yu Zhongxian

Œuvres de Toussaint

38

Liste des parutions d’Amélie Nothomb

  • 71 Yuan Li (née en 1977), directrice du département de français à l’Université de Fudan.

Titre

Date de parution

Date de parution en Chine

Traducteur

Collection

éval. sur Douban

Hygiène de l’assassin

1992

2013

Hu Xiaoyue

Nouvelles classiques

172

Hygiène de l’assassin

1992

2000

Hu Xiaoyue

Romans de Nothomb

105

Le Sabotage amoureux

1993

2004

Hu Xiaoyue

Nœud chinois

74

Cosmétique de l’ennemi

2001

Les Catilinaires

1995

2007

Hu Xiaoyue

Œuvres d’Amélie Nothomb

2 686

Les Catilinaires

1995

2010

Hu Xiaoyue

Romans de Nothomb

687

Mercure

1998

2000

Yuan Li71

Romans de Nothomb

92

Stupeur et Tremblement

1999

2000

Hu Xiaoyue

Romans de Nothomb

89

Métaphysique des tubes

2000

2002

Hu Xiaoyue

Œuvres d’Amélie Nothomb

89

Ni d’Ève ni d’Adam

2007

2011

Hu Xiaoyue

Œuvres d’Amélie Nothomb

469

Le Voyage d’hiver

2009

2011

Hu Xiaoyue

Œuvres d’Amélie Nothomb

413

Une forme de vie

2010

2012

Hu Xiaoyue

Œuvres d’Amélie Nothomb

196

Tuer le père

2011

2016

Hu Xiaoyue

Œuvres d’Amélie Nothomb

99

La Nostalgie heureuse

2013

2015

Duan Huimin

101

Haut de page

Notes

1 url : http://book.douban.com/

2 url : http://www.kongfz.com/

3 url : http://www.ucdrs.superlib.net/. Le sigle « ucdrs » signifie « United Combined Digital Reference Service »

4 Dans le secteur du livre, le chiffre des ventes en ligne dépasse celui des ventes hors ligne en 2016. Voir le Rapport annuel du marché au détail de livre, Kaijuan, 2016.

5 Zhao (Zhirong), Fang (Jiaming), « L’influence des commentaires en ligne sur la vente des livres : étude positiviste basée sur le site du Douban », dans Recueil de la réunion annuelle chinoise 2015 (10e édition) de la science de gestion, 2015. Toutes les traductions du chinois vers le français sont faites par l’auteure, sauf mention contraire.

6 Huang (Ke), « Bouche-à-oreille en ligne et la vente : le mécanisme d’influence », dans Édition en Chine, vol. 24, décembre 2015, p. 31.

7 Xu (Yongjie), « Comment évaluer le volume des ventes d’un livre », dans View on Publishing, vol. Z1, 2014.

8 Du (Hui), « Évaluer les volumes des ventes effectives et connaître le retour du marché », dans Journal de média et de publication de la Chine, le 29 avril 2014, vol. 2038. L’auteur précise aussi qu’étant donné le profil des utilisateurs de Douban, ce critère n’est applicable que pour les livres de littérature, d’art et de sciences sociales.

9 Entretien du 16 décembre 2016 avec Wang Xiaoyue, l’ancienne éditrice de Shanghai Translation Publishing House.

10 Bao (Guobao), « Conception de la vie de Maeterlinck », dans Journal de Tsinghua, 1918.

11 Song (Chunfang), « Évolution du théâtre du romantisme », dans Magazine Orient, février 1920.

12 Mao Dun, de son vrai nom Shen Dehong, est un écrivain, critique littéraire et journaliste. Un des plus célèbres romanciers de l’aile gauche de la Chine moderne, ministre de la Culture de 1949 à 1965.

13 Dans Délibération et Transformation, volume 1, n° 4.

14 Zhao (Chengyi), Pelléas et Mélisande, dans la Renaissance, volume 2, n° 2, 1920 ; Lunsou, Alladine et Palomides, dans Mensuelle Fiction, volume 12, n° 3-4, 1921 ; Xu (Bingchang) & Qiao (Cengqu), La Princesse Maleine, dans Mensuelle Fiction, volume 13, n° 1-4, 1922.

15 Voir Huang (Aihua), « Distribution et influence au début du xxe siècle du théâtre moderniste occidental en Chine », dans Recherches académiques, 25 janvier 2002 et Zhang (Guoshen), « Maeterlinck et son théâtre symboliste », dans Littérature étrangère, vol. 5, 1999.

16 Zhang Yuhe, ancien directeur adjoint du département de français à l’Université des langues étrangères de Shanghai, a traduit Monsieur Croche et autres écrits, L’Amour de la musique de Claude Debussy, et a aussi participé à la traduction des volumes iv et xviii de la Comédie Humaine de Balzac.

17 Li Yumin, ancien professeur de l’École Normale du Capital. Traductions représentatives : Notre Dame de Paris, Les Misérables de Victor Hugo, Une vie, Bel ami, Boule de Suif de Maupassant, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas père.

18 Tan Lide (née en 1944), directrice de collection de l’Institut des Littératures Étrangères de l’Académie des Sciences sociales de Chine, traductrice notamment de Duras, de Sagan et de Modiano.

19 Il s’agit d’un recueil de ses œuvres dans la collection « Œuvres Prix Nobel » des éditions Littérature et Art du Temps. Le 3 novembre 2006, l’hebdomadaire Croisements des Textes a révélé qu’il est impossible que le seul traducteur Li Si ait traduit pour cette collection toutes les œuvres de plusieurs langues. La collection est le résultat du plagiat des différentes versions de traduction. Malgré toutes les critiques des figures de proue du milieu littéraire et de la traduction, la maison d’édition n’a jamais fait l’objet d’une condamnation. Quand le tumulte s’est apaisé, une réédition de ce plagiat a même eu lieu en 2010.

20 L’expression a pour origine le Chicken Soup for the Soul, une série de livres de développement et d’épanouissement personnel écrits par Jack Canfield à partir de 1993. Les Chinois appellent les livres d’épanouissement personnel, surtout ceux qui sont faciles à lire, « bouillons de poulet », ce qui est plutôt péjoratif.

21 Cependant, les pièces de théâtre de Maeterlinck continuent d’être mise en scène. Pour la période après l’an 2000, L’Oiseau bleu inspire multiples d’adaptations pour les enfants (et aussi leurs parents). La Princesse Maleine et Pelléas et Mélisande sont moins présents, mais le public intéressé y a facilement accès.

22 Chen explique ainsi pourquoi il inclut des œuvres littéraires dans cette collection d’art publiée par une maison d’édition de Beaux-Arts : « Un caractère évident de l’art contemporain est le croisement de formes. Si à ce phénomène, nous ne proposons pas un croisement adéquat, cette collection ne fera alors pas preuve de modernité, les lecteurs non-artistes n’auraient pas moyen à comprendre l’art d’aujourd’hui. » Voir url : http://www.douban.com/gruop/topic/4688154/.

23 Faire l’amour n’a pas pu avoir d’isbn, le titre de l’œuvre était jugé provocateur. L’éditeur a décidé de résoudre le problème en combinant celui-ci avec Fuir dans un seul livre portant seulement ce dernier titre.

24 Il s’agit en fait d’une deuxième partie de la « Collection de Minuit ». Une première partie (1999-2001) regroupe des auteurs comme Claude Simon, Marie N’Diaye, Gilles Deleuze, etc.

25 Quand les premiers 5 000 exemplaires en 1996 de La Salle de bain / Monsieur / L’Appareil-photo ont été vendus, l’auteur a demandé s’il y aurait une deuxième impression, et Chen Tong lui a répondu : « Non, ça suffit pour le moment. » (Entretien avec Jean-Philippe Toussaint le 19 octobre 2018)

26 Entretien avec Chen Tong le 24 novembre 2017.

27 Voir la liste des œuvres traduites et publiées de Toussaint en annexe.

28 Voir la postface de Stupeur et Tremblements, Éditions Mer et Ciel, 2002, p. 205.

29 Voir la liste des œuvres traduites et publiées d’Amélie Nothomb en annexe.

30 Éditer sa propre traduction serait, selon lui, mal vu par le monde éditorial. Voir Journal Jin, 31 août 2013.

31 Lang Weizhong, professeur retraité de l’Université des Études Étrangères du Guangdong, résidant actuellement en Australie. Il a traduit entre autres Les Misérables de Victor Hugo et Le Voyage en Amérique de Chateaubriand.

32 Guan Xiaoming (né en 1953), directeur de la section littérature aux éditions Art et Littérature de Hunan, traducteur des Confessions, de Madame Bovary, des Liaisons dangereuses et des nouvelles de Flaubert et de Zola.

33 Douban ne montre pas le chiffre exact de commentaire quand celui-ci est moins de dix.

34 Ai Qing (1910-1996), poète phare de l’époque moderne de Chine. Il a fait ses études d’art en France de 1929 à 1932. Il est le père de l’artiste Ai Weiwei.

35 Yang Songhe (né en 1941), professeur et directeur de thèse à l’Institut des Relations Internationales, professeur associé de l’Université de Xiamen, a travaillé à l’Ambassade de Chine en Belgique de 1977 à 1980.

36 Shen Dali (né en 1938), écrivain, historien, professeur titulaire, directeur de thèses doctorales à l’Université des Langues Étrangères de Pékin. Auteur de nombreux romans et traducteur du français en chinois ou du chinois en français. En 1990, il a été nommé Chevalier de l’ordre des Arts et Lettres par le ministère de la Culture française et réside maintenant en France.

37 Zhou Xiaoshan (né en 1976), maître de conférences de Chinois à l’Université d’Artois, a reçu le Prix Fu Lei en 2015 pour sa traduction du Liseur du 6 h 27 de Jean-Paul Didierlaurent.

38 À lui seul, Le Rouge et le Noir compte une dizaine de traductions au cours des années 1990.

39 Ce livre qui se présentait comme un témoignage véridique était une pure fiction.

40 Comme il est difficile de repérer les auteurs qui s’autoéditent et qui coopèrent avec nombre de petits éditeurs, nous avons choisi les éditeurs sur cette liste comme échantillon : http///www.promotiondeslettres.cfwb.be/index.php?id=13733.

41 Entretien avec Chen Xin, le 22 décembre 2018.

42 Il s’agit de Survivre avec les loups et de La Légende d’Ulenspiegel version 2014.

43 Prix de la traduction littéraire du français vers le chinois, créé en 2009 à l’initiative de l’Ambassade de France en Chine avec des intellectuels chinois francophones.

44 Les éditions Mer et Ciel étaient trop chargées et Hu devait trouver une autre maison pour cette collection. Entretien par mail avec Hu Xiaoyue le 23 janvier 2019.

45 Précisément il s’agit de Jacques De Decker, Jean-Luc Outers, Liliane Wouters et Werner Lambersy. Mail du 23 janvier 2018 de Hu Xiaoyue à l’auteure de l’article.

46 Par exemple, à la suite du roman Bruges-la-Morte, l’éditeur a inséré vingt extraits de textes d’auteurs belges sur la ville de Bruges, et encore huit extraits sur les quatre autres villes mentionnées dans le roman.

47 Voir Hu (Xiaoyue), « Voix pour la littérature belge », dans Lire en Chine, le 29 janvier 2003.

48 Entretien par mail avec Hu Xiaoyue le 23 janvier 2018.

49 Dai Wangshu, connu lors de son séjour en France sous le nom de Tai-Van-Chou. Poète et traducteur, fondateur de l’école dite « moderniste » de la Chine. Il part pour la France en 1932, où il étudie à l’institut franco-chinois de Lyon. Dai Wangshu a traduit de très nombreux auteurs et œuvres du français vers le chinois.

50 En 2009, le même Wang Bingdong traduit pour la première fois toute la série des Aventures de Tintin et Milou. Il reçoit l’Ordre de Léopold ii en 2012 pour ses travaux de traduction.

51 Jusqu’en 1980, l’université relève directement du Ministère des Affaires étrangères. Pour connaitre le rôle de l’institution dans la diplomatie de la rpc, voir http://www.bfsu.edu.cn/overview.

52 Pour des raisons personnelles, Wang Bingdong n’a pu nous accorder un entretien. Ses premiers contacts avec la Belgique nous ont été relatés par un de ses correspondants principaux à l’époque, Marc Quaghebeur, alors directeur des Archives et Musée de la Littérature, lors de notre entretien le 20 juin (par mail) et le 17 juillet 2019. La voie d’introduction de la Belgique que Wang frayait à tâtons avec Quaghebeur mérite une étude plus en profondeur.

53 Voir la postface d’Anthologie de la littérature belge francophone, p. 547. Le centre rassemble plus de 4 000 livres dont la majorité relève du secteur littéraire. Voir « Centre de recherche de la Communauté française de Belgique », Études Francophones, vol. 1, 2016.

54 Même la série de Tintin que Wang traduira quelques années plus tard, il l’a découverte à travers les livres de ce Centre de recherche. Voir son interview à l’occasion de la sortie du film Les Aventures de Tintin. Le Secret de La Licorne : url : http://yule.sohu.com/20111118/n326044839.shtml.

55 Hu est diplômé de master en 1988, la visite de Lambersy était encore fraîche dans les mémoires.

56 Entretien par mail avec Hu Xiaoyue le 14 mars 2018.

57 Entretien du 20 décembre 2018 avec Che Lin, directrice du département de français du bfsu de 2014 à 2018.

58 Par exemple : Bricmaan (Corinne), « La langue française de Belgique », dans Apprentissage du Français, vol. 3, 2011 et « Petite histoire du chocolat belge », dans Apprentissage du Français, vol. 2, 2012. Crêteur (Stéphanie), « La Littérature francophone de Belgique en 2017 », dans Études Francophones, vol. 3, 2018.

59 En 2018, la délégation Wallonie-Bruxelles de Pékin est officiellement remplacée par une représentation multi-services (voir https://gouvernement.wallonie.be/home/presse/publications/publication-presse--actualites-2.publicationfull.html), mais elle est de facto fusionnée avec l’awex à Pékin déjà en 2015. Depuis, les agents de l’ancienne délégation ont quitté leur local indépendant pour travailler au sein de l’Ambassade. Entretien avec Chen Xin le 22 décembre 2018.

60 L’Ambassade prend en charge les billets des écrivains qui viennent régulièrement en Chine, ainsi Jean-Philippe Toussaint, pour les activités que son éditeur organise. C’est par l’intermédiaire de cet auteur que son ami Laurent Demoulin est entré en contact avec Olivier Pan, traducteur chinois travaillant pour Chen Tong. L’éditeur s’est par la suite montré intéressé par la publication de son roman Robinson. Quand Demoulin est venu en Chine en 2018 pour donner des conférences sur Simenon, Chen Xin, la chargée de projets culturels, l’a accompagné à Canton lors de son rendez-vous avec son futur éditeur Chen Tong.

61 Entretien avec Chen Xin le 22 décembre 2018. Selon les informations regroupées de la part de Zhao Bo (successeur de Chen Xin) et de Marc Quaghebeur, les écrivains suivants ont visité la Chine à l’invitation de wbi (ou d’autres institutions mais wbi a joué un rôle durant leur séjour) : Jean-Philippe Toussaint (2014), Geneviève Damas, Jean Claude Kangomba, Nicolas Ancion (2015, tous les trois à l’occasion du festival littéraire « Les nuits d’encre » qui a eu lieu en Chine pour fêter le 20e anniversaire de jumelage de Bruxelles avec Pékin), Thomas Gunzig, Isabelle Wéry (2017, à l’occasion de deuxième édition du festival littéraire EU-chinois), Laurent Demoulin (2018).

62 Entretien du 2 mai 2017 avec Silvie Philippart de Foy, chargée de la promotion internationale des littératures belges francophones à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

63 Entretien avec Chen Xin le 22 décembre 2018.

64 Entretien par mail avec Armel Job le 31 octobre 2018.

65 Entretien par mail avec Laurent Demoulin le 1er novembre 2018.

66 Entretien avec Jean-Philippe Toussaint le 19 octobre 2018.

67 Entretien par mail le 30 octobre 2018 avec Benoît Peeters, fondateur et directeur général des éditions Les Impressions nouvelles.

68 Voir Hu (Xiaoyue), « Voix pour la littérature belge », dans Hebdomadaire Lire en Chine, 29 janvier 2003.

69 China Translation Yearbook 2005-2006, les éditions Waiwen, 2007, p. 525.

70 Yu Zhongxian (né en 1954), ancien rédacteur en chef de la revue Shijie Wenxue (Littératures du Monde), traducteur littéraire, professeur et directeur de thèse à l’Académie des sciences sociales de Chine et à l’Université de Xiamen. Membre permanent du jury du prix Fu Lei. Il a reçu en 2018 le prix Lu Xun de traduction, la plus haute distinction chinoise en traduction, nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 2002.

71 Yuan Li (née en 1977), directrice du département de français à l’Université de Fudan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wei Yuan, « La littérature belge francophone en Chine contemporaine : bilan, circuits et facteurs institutionnels »Textyles, 56 | 2019, 155-180.

Référence électronique

Wei Yuan, « La littérature belge francophone en Chine contemporaine : bilan, circuits et facteurs institutionnels »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3607

Haut de page

Auteur

Wei Yuan

Université de Xiamen / Université libre de Bruxelles / EAST (East Asian Studies)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search