Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56ChroniquesLa chronique des Archives et Musé...Le fonds Désiré-Joseph d’Orbaix

Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le fonds Désiré-Joseph d’Orbaix

Saskia Bursens
p. 181-186

Texte intégral

  • 1 Le site 14-18 (http://1418.aml-cfwb.be) a proposé mensuellement, de juillet 2014 à novembre 2018, (...)
  • 2 Site Fonds des AML : http://fonds.aml-cfwb.be/liste?c=ISAD 00137.

1Les archives du poète Désiré-Joseph d’Orbaix ont (trop) longtemps patienté dans l’antichambre des « fonds en attente ». Léguées aux AML en 1992 par son petit-fils, le journaliste et poète Renaud Denuit (fils de Marie-Claire d’Orbaix), elles firent par le passé l’objet de plusieurs incursions ciblées dans le cadre de projets d’expositions. Mais c’est le centenaire de la Première Guerre mondiale, et plus particulièrement l’élaboration du site 14-181 des Archives & Musée de la Littérature, qui a remis le fonds à l’avant-plan, pointant le rôle capital de Désiré-Joseph d’Orbaix en tant que fondateur et animateur de la revue La Bataille Littéraire (1919-1924). Cette fois, le rendez-vous ne fut pas manqué : entre 2018 et 2019, les sept mètres linéaires d’archives ont été entièrement classés et décrits. Une vue d’ensemble de type ISADG (avec rubriques hiérarchisées) est désormais disponible sur le site Fonds des AML2, laissant apparaître quatre catégories principales : les textes de l’auteur – prose et poésie – classés chronologiquement ainsi que les articles ; les dossiers nominatifs et correspondances illustrant, entre autres, le réseau tissé par le directeur de revue ; les dossiers sur l’écrivain et l’instituteur, ainsi que les archives familiales (dont les dossiers iconographiques) ; et enfin la bibliothèque d’imprimés.

  • 3 Debouck/d’Orbaix sera instituteur jusqu’en 1921, année où il est nommé inspecteur adjoint puis pr (...)
  • 4 d’Orbaix (Désiré-Joseph), « Sonates. II », op. cit., p. 45.
  • 5 Voir les numéros non reliés extraits du fonds sous la cote MLR 00312.
  • 6 Manuscrits et épreuves de Vies agrestes, ainsi qu’un dossier de presse, sont consultables sous la (...)
  • 7 Lemonnier (Camille), Lettre à Désiré-Joseph Debouck, juin 1911, ML 12793/0012/003.

2Désiré-Joseph Debouck, de son vrai nom, naît à Thorembais-les-Béguines dans le Brabant wallon, le 27 juin 1889. Poursuivant la voie tracée par son père, maître d’école du village, Désiré-Joseph sort diplômé de l’École Normale de Nivelles en 1908 et débute sa carrière d’instituteur à Saint-Gilles-lez-Bruxelles3. Il quitte donc sa Hesbaye natale et s’installe dans la commune d’Uccle (qui lui dédie une rue depuis 1955). Mais Debouck restera un éternel exilé dans la ville et les paysages de son enfance, où « l’argile ose parler aux cieux4 », hanteront toute son œuvre. Ainsi, ses premiers contes publiés en 1909 dans Le Thyrse5 ont-ils pour titre « Pages agrestes » ou « Histoires naturelles ». La même année paraissent les Contes wallons auxquels succèdent les récits de Vies agrestes6 préfacés par un encourageant Georges Virrès. Ce recueil édité chez Vromant en 1911 (et réédité en 1913), obtient une excellente critique et l’enthousiasme abonde dans la correspondance. Épinglons la lettre de Camille Lemonnier qui, charmé par le style du jeune auteur, lui écrit en juin 1911 : « Vous sensibilisez la nature en lui transfusant le doux charme qui vous fait vivifier les êtres et les choses. La charrue, la biche, le puits, le seuil de la maison ne sont pas moins inanimés chez vous que le chien, la mouche, le vieux dindon et l’homme lui-même7. »

  • 8 Chacun d’eux fait l’objet d’un dossier nominatif dans le fonds.
  • 9 Pasquier (Alex), Heures de littérature, Dutilleul, [1960], p. 143.

3Dans le Bruxelles d’avant-guerre, les groupes d’intellectuels se rencontrent joyeusement mais non sans passion dans les cafés du centre et de la Porte de Namur. Parmi eux, Fernand Crommelynck, Horace Van Offel et Georges Ramaekers font grande impression sur Debouck8. C’est lors d’une de ces réunions qu’il croise un jeune avocat, Alix – dit plus tard Alex – Pasquier (1888-1963). Tout les oppose : Debouck est fervent catholique et admirateur de Maurras, Pasquier anticlérical et libre-exaministe. Leurs opinions se heurtent aussitôt mais, comme raconte Pasquier : « […] sa bonne foi était si entière et son bon cœur si évident que nous contractâmes dès ce jour une des plus grandes amitiés qui pût unir deux hommes9 ».

  • 10 Dossier ML 11242/0024.

4Mais l’heure n’est pas aux réjouissances. En août 1914, l’Allemagne envahit la Belgique. Debouck vit les années sombres de l’Occupation dans la capitale belge, à la tête de ses classes de primaire. Les archives en rappellent quelques souvenirs touchants, comme ces rédactions d’écoliers entre 1916 et 191810. L’écriture est une échappatoire au quotidien. Contes, poèmes, réflexions et souvenirs, tous les écrits de Debouck étiquetés « Première Guerre mondiale » sont rassemblés sous la catégorie ISAD 00137/0001/002. Un seul mot d’ordre pour lui : ne pas publier et s’astreindre à quatre années de silence et de misère.

  • 11 Plusieurs exemplaires sont consultables aux AML, dont celui de Georges Eekhoud portant sur la cou (...)

5Le 22 novembre 1918, soit onze jours à peine après la signature de l’Armistice, Le Thyrse publie un numéro spécial, intitulé Manifeste des écrivains belges11. À côté des hommages à Émile Verhaeren, Prosper-Henri Devos et Camille Maubel, la revue s’ouvre sur un texte vibrant et sans concessions de Debouck qui, la bouche enfin « débâillonnée », y fustige aussi bien les écrivains qui publièrent sous l’Occupation, que les flamingants, les pacifistes et les profiteurs qui ont cru pouvoir prendre « les places qu’ils voyaient vides ». Si Georges Eekhoud et Edmond Picard, sans être nommément cités, ne sont pas épargnés, le manifeste s’inscrit aussi et surtout dans la volonté de « reconstruire en même temps qu’on réparera la Belgique matérielle, la Patrie des idées et des sentiments ». Quelques pages plus loin, l’« Hommage à la France » d’Alix Pasquier formalise le rapprochement univoque à la France, tendance qui se renforcera dans l’entre-deux-guerres.

  • 12 Debouck (Désiré-Joseph), Brouillon de lettre aux membres du Collège des Bourgmestres et Échevins (...)
  • 13 Debouck (Désiré-Joseph), « Premiers Coups de canon », dans La Bataille littéraire, n° 1, 23 janvi (...)
  • 14 On retrouve pour chacun d’eux un dossier nominatif plus ou moins fourni, avec manuscrits d’articl (...)

6Quelques semaines plus tard, Debouck et Pasquier prolongent leur action, saisis par l’urgence de ranimer un mouvement littéraire belge, d’« une léthargie voisine de la mort12 ». Pour les deux compères, ce renouveau passe par la création d’une revue. Elle portera un titre fort et sonore, que l’on doit à Debouck : La Bataille littéraire. Car, en ces temps de paix retrouvée, il s’agit bien d’un combat et tous « les Écrivains belges et leurs Alliés de France sont conviés à y prendre une part héroïque […]13 ». Malgré le scepticisme ambiant et les moyens limités, le premier numéro sort de presse le 23 janvier 1919, véritable exploit en soi. L’accueil de la presse est plutôt chaleureux tant en Belgique qu’en France et de nombreux jeunes (et moins jeunes) rejoignent progressivement l’ambitieuse aventure. Citons : Roger Avermaete, Pierre Bourgeois, Constant Burniaux, Fernand Crommelynck, Herman Grégoire, Franz Hellens, Armand Massonet, Paul Neuhuys, Pierre Nothomb, Odilon-Jean Périer, Edmond Vandercammen, Horace Van Offel, René Verboom… Parmi les sympathisants français : Marcel Arland, Nicolas Beauduin, Jean Cassou, Albert Gleizes, Edmond Haraucourt, Francis Jammes, Charles Le Goffic, Fernand Mazade, Pascal Pia14… Notons que plusieurs de ces contributeurs fondent également, à la même époque, des revues littéraires, phénomène qui montre bien la richesse des échanges et des réseaux propre à l’immédiat après-guerre.

  • 15 Debouck et Pasquier rêvèrent d’abord à un journal quotidien.
  • 16 Voir la catégorie ISAD 00137/0002/004/20.

7La revue, hebdomadaire sur feuilles volantes la première année15, devient mensuelle au format fascicules à partir de 1920. Elle se veut ouverte à tous les écrivains de talent, hors de toute coterie ou parti politique, mais elle vise aussi à perpétuer le souvenir des écrivains morts durant la guerre. C’est par exemple le cas de l’emblématique Prosper-Henri Devos (1889-1914), auteur prometteur d’Un Jacobin de l’an CVIII (1910) et de Monna Lisa (1911), dont la mort sur le front de l’Yser au début de la guerre a marqué les esprits. Dès mai 1919, Debouck multiplie les articles en son honneur et initie une série de commémorations dont le point culminant sera l’érection d’un monument dans le parc d’Anderlecht en 1922. Des dossiers très complets relatifs à Devos et, chose assez rare, des manuscrits de Devos sont présents dans les archives16.

  • 17 Grégoire (Herman), « Le Roman régionaliste », dans La Bataille littéraire, n° 2, février 1924, p. (...)
  • 18 Voir l’important dossier Monde nouveau sous la cote ML 12794/0021 et le dossier de presse de La B (...)
  • 19 À noter qu’un autre projet de revue occupera Debouck/D’Orbaix entre 1929 et 1930 : La Gaule, maga (...)

8Si durant ses six ans d’existence, La Bataille littéraire eut pour but de faire connaître les écrivains belges, le goût de la bataille devint peu à peu amer, laissant la place au doute. Herman Grégoire l’affirme17 : « Un grand peuple représenté par une littérature de pauvres ne va pas loin. » En juillet 1924, la « vaillante » publication s’éteint sans bruit, absorbée par la revue parisienne Le Monde nouveau18 du Franco-Hollandais Ebed Vandervlugt19.

  • 20 Impressionnants dossiers concernant Le Don du maître sous les cotes ML 12519/0006, ML 12781/0001, (...)
  • 21 d’Orbaix (Désiré-Joseph), manuscrit de 2 pages non daté, ML 12780/0041.

9Il est alors temps pour Debouck de développer plus avant son œuvre et les éditions du Monde nouveau lui en donnent justement l’occasion. À ce stade, Debouck a déjà publié un grand nombre de contes et poèmes dans les périodiques, avec notamment, sous le titre « Le Bon Magister », quelques-unes des plus belles pages de son livre, Le Don du maître20. En 1922, Le Monde nouveau publie ce mélange de poèmes et de proses évoquant la grandeur et les souffrances de la vie du maître d’école. L’ouvrage connaît un réel succès et sera réédité une dizaine de fois. Le Don du maître marque aussi un tournant : Désiré-Joseph Debouck disparaît et l’auteur opte définitivement pour le pseudonyme d’Orbaix, rappelant le village voisin de Thorembais où naquit sa mère. Pour l’anecdote, on peut voir sur un petit manuscrit antérieur l’auteur s’essayer à différentes graphies de ce nouveau patronyme : « Dorbay », « d’Orbay », « d’Orbais21 ».

  • 22 Voir l’intéressante correspondance entre d’Orbaix et Streuvels sous la cote ML 12797/0009.
  • 23 Enfant prodige, Pierre d’Orbaix illustra également le recueil du Village envolé. Peintre, poète e (...)
  • 24 Pasquier (Alex), Heures de littérature, op. cit., p. 140.
  • 25 Bernier (Armand), « In Memoriam D.-J. d’Orbaix », dans Le Thyrse, 1er septembre 1953, p. 342

10En 1926, Le Monde nouveau publie le roman Le Temps des coquelicots, traduit en néerlandais par Stijn Streuvels sous le titre De Tijd der kollebloemen (1927)22. Un recueil de proses courtes suit en 1929, La Campagne enchantée. Puis, mis à part les proses de Contes et nouvelles en 1934 et Le Cœur imaginaire en 1942, la poésie va s’imposer. À commencer par Ciels perdus en 1932, illustré d’une aquarelle de Pierre d’Orbaix, le fils du poète, alors âgé de 8 ans23. Le recueil obtient le prix de la Commune d’Uccle et celui de la Province du Brabant. Suivent : Cloche interdite (1934), Ogives (1935), L’Élégie de la reine (en hommage à la reine Astrid, 1936) et Le Village envolé (1937). L’accueil est excellent. La simplicité du langage poétique touche le lecteur. La source d’inspiration est encore et toujours son « obsédante Hesbaye24 » mais comme dira Armand Bernier : « […] il ne faut en faire ni un poète régionaliste, ni un poète bucolique […]. La nature campagnarde était pour D. J. d’Orbaix, un moyen de rejoindre l’homme et par l’homme d’accéder à l’universel25. »

  • 26 ISAD 00137/0001/003 pour l’entre-deux-guerres ; ISAD 00137/0001/004 pour la Seconde Guerre mondia (...)

11Dans les archives, les dossiers repris sous la rubrique « Textes de maturité26 » sont très complets, reprenant les manuscrits dans leurs différentes versions, la correspondance aux éditeurs, les dossiers de presse, le courrier des lecteurs…

  • 27 Voir les derniers échanges de d’Orbaix avec Flouquet sous la cote ML 12790/0005.
  • 28 Édition posthume aux Éditions des Artistes-Georges Houyoux, en 1954. Voir le dossier ML 12783/000 (...)

12Durant la Deuxième Guerre mondiale, les Éditions des Artistes publient encore trois recueils : Les Complaintes de l’absence (poèmes douloureux autour de l’absence du fils mobilisé, 1940, Prix Edgar Poe), Le Cœur imaginaire (1942) et Le Beau Dimanche (1942). En 1943, une édition anthologique, L’Offrande, paraît clandestinement dans la collection des Cahiers des poètes catholiques de Pierre-Louis Flouquet27. D’Orbaix n’aura pas le temps d’en voir l’édition finale, il meurt le 20 août 1943 d’une maladie du cœur, laissant un dernier recueil à paraître, Cérès ou l’argile qui vit28.

  • 29 ML 12805/0007bis (presse) et ML 12807/0005 (correspondance).
  • 30 Bodart (Roger), Lettre de condoléances à Mme d’Orbaix, 24 août 1943. ML 12807/0005/002. Voir auss (...)
  • 31 Gevers (Marie), Lettre de condoléances à Mme d’Orbaix, 22 août 1943, ML 12807/0005/008. Voir auss (...)

13Les dossiers « nécrologiques29 » montrent à quel point le décès du poète, au cœur des années sombres, émut profondément le milieu littéraire belge. Parmi les lettres reçues par sa veuve, pointons celle de Roger Bodart, ancien élève de d’Orbaix en qui son maître avait reconnu le poète à venir : « Il ne me restera plus qu’à reprendre sa prose, ses poèmes si chargés à la fois du poids de la terre et de celui de l’Esprit30 » ou celle de Marie Gevers : « Son œuvre était encore en pleine ascendance – chaque livre dépassait le précédent, en force, forme et… bonté, cette qualité si rare31. »

14Les archives d’Orbaix intéresseront le chercheur à plus d’un titre : intérêt pour le pédagogue investi dans sa mission, intérêt pour un homme d’action au centre d’un réseau littéraire de l’entre-deux-guerres et intérêt pour un poète qui gagnerait à être (re)découvert.

Haut de page

Notes

1 Le site 14-18 (http://1418.aml-cfwb.be) a proposé mensuellement, de juillet 2014 à novembre 2018, plus de 150 notices illustrées d’une sélection d’archives conservées aux AML. Ce travail de longue haleine s’est conclu par la publication de l’ouvrage La Guerre de nos écrivains. Une Chronique littéraire de 14-18.

2 Site Fonds des AML : http://fonds.aml-cfwb.be/liste?c=ISAD 00137.

3 Debouck/d’Orbaix sera instituteur jusqu’en 1921, année où il est nommé inspecteur adjoint puis principal de l’enseignement primaire. En 1933, il sera nommé inspecteur linguistique et ce jusqu’à sa mort, en 1943. Les dossiers concernant sa carrière dans l’enseignement sont repris sous la catégorie ISAD 00137/0004/001.

4 d’Orbaix (Désiré-Joseph), « Sonates. II », op. cit., p. 45.

5 Voir les numéros non reliés extraits du fonds sous la cote MLR 00312.

6 Manuscrits et épreuves de Vies agrestes, ainsi qu’un dossier de presse, sont consultables sous la cote ML 12780/0030.

7 Lemonnier (Camille), Lettre à Désiré-Joseph Debouck, juin 1911, ML 12793/0012/003.

8 Chacun d’eux fait l’objet d’un dossier nominatif dans le fonds.

9 Pasquier (Alex), Heures de littérature, Dutilleul, [1960], p. 143.

10 Dossier ML 11242/0024.

11 Plusieurs exemplaires sont consultables aux AML, dont celui de Georges Eekhoud portant sur la couverture la mention ironique : « quels écrivains ? ». Voir ML 08657/0044.

12 Debouck (Désiré-Joseph), Brouillon de lettre aux membres du Collège des Bourgmestres et Échevins de Bruxelles, 28 février 1919, ML 12804/0001. Il y demande l’obtention de subsides pour La Bataille littéraire.

13 Debouck (Désiré-Joseph), « Premiers Coups de canon », dans La Bataille littéraire, n° 1, 23 janvier 1919, p. 2. La collection complète de la revue est à consulter sous la cote MLR 00916. Les dossiers d’archives sont regroupés sous la catégorie ISAD 00137/0003/002.

14 On retrouve pour chacun d’eux un dossier nominatif plus ou moins fourni, avec manuscrits d’articles, textes poétiques ou proses, correspondance… Voir la catégorie ISAD 00137/0002.

15 Debouck et Pasquier rêvèrent d’abord à un journal quotidien.

16 Voir la catégorie ISAD 00137/0002/004/20.

17 Grégoire (Herman), « Le Roman régionaliste », dans La Bataille littéraire, n° 2, février 1924, p. 29.

18 Voir l’important dossier Monde nouveau sous la cote ML 12794/0021 et le dossier de presse de La Bataille littéraire, sous ML 12804/0003.

19 À noter qu’un autre projet de revue occupera Debouck/D’Orbaix entre 1929 et 1930 : La Gaule, magazine bimensuel illustré entendant défendre la civilisation française, héritière de la civilisation gauloise… Une équipe assez proche de celle de La Bataille littéraire entoure alors d’Orbaix. Une collection quasi complète de cette revue est disponible sous la cote MLR 06789.

20 Impressionnants dossiers concernant Le Don du maître sous les cotes ML 12519/0006, ML 12781/0001, ML 12782/0011.

21 d’Orbaix (Désiré-Joseph), manuscrit de 2 pages non daté, ML 12780/0041.

22 Voir l’intéressante correspondance entre d’Orbaix et Streuvels sous la cote ML 12797/0009.

23 Enfant prodige, Pierre d’Orbaix illustra également le recueil du Village envolé. Peintre, poète et architecte, Pierre est le frère de Marie-Claire, elle-même poète. Un dossier lui est consacré sous la cote ML 12807/0007.

24 Pasquier (Alex), Heures de littérature, op. cit., p. 140.

25 Bernier (Armand), « In Memoriam D.-J. d’Orbaix », dans Le Thyrse, 1er septembre 1953, p. 342

26 ISAD 00137/0001/003 pour l’entre-deux-guerres ; ISAD 00137/0001/004 pour la Seconde Guerre mondiale.

27 Voir les derniers échanges de d’Orbaix avec Flouquet sous la cote ML 12790/0005.

28 Édition posthume aux Éditions des Artistes-Georges Houyoux, en 1954. Voir le dossier ML 12783/0005.

29 ML 12805/0007bis (presse) et ML 12807/0005 (correspondance).

30 Bodart (Roger), Lettre de condoléances à Mme d’Orbaix, 24 août 1943. ML 12807/0005/002. Voir aussi la correspondance Bodart/d’Orbaix sous la cote ML 12787/0011.

31 Gevers (Marie), Lettre de condoléances à Mme d’Orbaix, 22 août 1943, ML 12807/0005/008. Voir aussi la correspondance Gevers/d’Orbaix sous la cote ML 12791/0004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saskia Bursens, « Le fonds Désiré-Joseph d’Orbaix »Textyles, 56 | 2019, 181-186.

Référence électronique

Saskia Bursens, « Le fonds Désiré-Joseph d’Orbaix »Textyles [En ligne], 56 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3619

Haut de page

Auteur

Saskia Bursens

Archives et Musée de la Littérature

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search