Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le fonds Adrien Jans

Mélanie Michelet
p. 185-190

Texte intégral

  • 1 Dans les collections des AML, nous trouvons à son nom : La Vigie, Paris, André Silvaire, 1958, M (...)
  • 2 L’ensemble des écrits manuscrits et dactylographiés d’Adrien Jans appartenant à ce fonds sont ré (...)

1En novembre 1970, les Archives & Musée de la Littérature reçoivent un don d’Adrien Jans (1905-1973), composé d’une soixantaine de livres issus de sa bibliothèque personnelle. Ces ouvrages constituent la deuxième bibliothèque d’auteur répertoriée au sein des AML (MLA 00066 à MLA 00127) et, selon les registres annuels d’acquisition, ce fonds initial est consolidé en janvier 1987 et au cours de l’année 2001, via des achats d’archives, auprès de sa veuve, la baronne Geneviève Bastin, elle-même autrice1. L’ensemble des manuscrits, correspondances et coupures de presse est archivé dans nos collections sous la cote générique ISAD 2232. Sa volumétrie modeste (un peu plus de deux mètres linéaires seulement) est inversement proportionnelle à son intérêt : sortir de l’ombre un écrivain élégant et sensible, engagé avec finesse dans la vie des lettres de son temps.

Un passeur littéraire diligent et discret

2Adrien Jans demeura pour toujours l’enfant qui naquit en 1905 sur les terres scaldéennes près d’Edegem et qui rêvait devant les arbres du domaine de Missembourg.

  • 3 Nothomb (Pierre), « Réception de M. Adrien Jans », dans Bulletin de l’Académie royale de langue (...)
  • 4 « […] Adrien Jans est un pilier, dès ses débuts, de la page littéraire, il est le plus prolixe ( (...)
  • 5 Jans (Adrien), « Discours » dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature franç (...)

3À 15 ans, il vient étudier à Bruxelles pour obtenir le titre de Docteur en droit, puis à Louvain pour recevoir le diplôme de Bachelier en philosophie thomiste. Il y fait ses premiers pas journalistiques avec la fondation de La Nouvelle équipe aux côtés d’Yvan Lenain et Marcel Lobet. Au fil des années, il cumule les postes de journaliste avec, notamment, des participations régulières à La Métropole d’Anvers, La Libre Belgique, La Nation belge, Le Patriote littéraire, le Quotidien (même son exil pyrénéen en 19403 ne ralentit pas sa productivité). Dans les années 1950, il remplace Henri Liebrecht à la direction du Soir illustré et reprend la rubrique littéraire du Soir4. Son métier de journaliste lui permet de mesurer « l’importance que représente le travail quotidien dans le bourdonnement de la salle de rédaction où l’on est sans cesse en contact avec le réel, où les exigences les plus diverses rappellent ses responsabilités à qui choisit le métier d’écrire5. »

  • 6 Site internet de la maison de la poésie. Fiche sur Jean Tordeur url : www.maisondelapoesie.be.

4Qui s’intéresse à la littérature belge a sûrement déjà lu un article signé « A. J. ». Son rôle était primordial, tout comme son impact sur les écrivains et journalistes. Il contribua, notamment, à lancer sa carrière de journalistique de Jean Tordeur au journal Le Soir6.

  • 7 Dans le cadre de cette célébration qui clôture le 75e anniversaire de l’AEB, un hommage est rend (...)

5À sa retraite, il devient secrétaire du jury du Prix Rossel. Ses distinctions honorifiques sont nombreuses : académicien dès 1965, président de l’Association des écrivains belges de 1971 à 19737, président des Scriptores Catholici, président de la section belge de l’Association internationale des critiques littéraires, pour ne citer que quelques exemples, tous orientés vers la promotion des lettres belges.

  • 8 Jans (Adrien), dir., Lettres vivantes. Deux générations d’écrivains français en Belgique (1945-1 (...)
  • 9 Tordeur (Jean), « Le brutal départ d’un ami et d’un témoin », dans Le Soir, 1973, ML 03054/0045.

6Dans ce même esprit, il s’implique également dans la création de collections littéraires belges de qualité : rédaction d’essais sur des figures littéraires comme Louise Labé ou Rabelais pour la collection « Carrefour des Lettres » de Brepols, direction de la « Collection anthologique belge » à La Renaissance du livre où il entame l’essai Lettres vivantes : deux générations d’écrivains français en Belgique (1945-1975)8, ouvrage dont il n’eut pas le temps de rédiger l’avant-propos. Adrien Jans décède d’une crise cardiaque, quelques heures après avoir présidé un colloque sur Charles Péguy à la Bibliothèque royale9.

7Albert Ayguesparse qui le remplace inopinément pour la préface et pour la coordination finale de cet ouvrage de référence, précise :

  • 10 Ayguesparse (Albert), « Avant-propos », dans Jans (Adrien), dir., Lettres vivantes, op. cit., p. (...)

Poète et romancier de talent, Adrien Jans a été surtout essayiste. La critique littéraire fut, pendant toute sa vie d’écrivain, sa préoccupation majeure. Il aimait découvrir et goûter les qualités profondes d’une œuvre […] le présent ouvrage que La Renaissance du livre lui avait demandé de composer devait permettre à Adrien Jans de dénoncer la carence et de combler la lacune de la méconnaissance de la littérature belge10.

Un écrivain multiple et accompli

8Les paysages scaldéens ont marqué son premier recueil de poésie Clairs-obscurs publié chez René Henriquez en 1933, avec un frontispice et trois dessins de Maurice Van Essche, son beau-frère. D’autres recueils suivront : Le Chant des âmes (Maison du poète, 1942), La Colonne ardente (La Librairie des lettres, 1954) et Ivoiriennes (Seghers, 1968).

  • 11 Voir Jans (Adrien), « La pureté de la flamme », dans [collectif] Stanislas d’Otremont, ce voyage (...)
  • 12 Henrard (Jacques), « Le Régionalisme », dans Lettres Vivantes, Bruxelles, La Renaissance du livr (...)

9Cet amoureux des Ardennes, qui séjournait souvent dans sa maison de Rochehaut, dans la vallée de la Semois et rendait régulièrement visite à son ami Stanislas d’Otremont11, a trouvé dans ces paysages un cadre propice à la rédaction de son roman Le Manant (1953) et D’un autre sang (1956)12, ouvrages publiés aux Éditions des artistes et conservés, bien évidemment, aux AML.

10Quant aux essais, domaine où il fut prolixe, Adrien Jans a publié d’abord La Pensée de Jacques Rivière (La Cité chrétienne, 1938), suivi par Jules Supervielle (Cahiers du Journal des poètes, 1940), Maxence Van der Meersch (La Sixaine, 1946), Paul Claudel et la Belgique (Solédi, 1946), André Baillon : les meilleures pages (La Renaissance du livre, 1961) et Marie Gevers (Méyère, 1964). Plus généraux, ses essais sur La Poésie française contemporaine (Casterman, 1943) et Un art de lire (Baude, 1950) prouvent l’étendue de sa curiosité.

  • 13 Jans (Adrien), La Vie de Ghelderode, Paris, Hachette, 1972, MLTA 06195.

11La présence des ouvrages d’Adrien Jans est récurrente dans plusieurs bibliothèques d’auteurs consultables aux AML. En témoignent les bibliothèques de Charles Bertin, Lucien Christophe, Albert Ayguesparse, Joseph Hanse, Jean Stevo, Robert O. J. Van Nuffel ou encore Paul Willems. Les publications d’Adrien Jans sont souvent dédicacées. Pour la veuve de Michel de Ghelderode, Adrien Jans signait cette confession : « Pour Madame de Ghelderode en espérant que ce livre ne la déçoive pas. En respectueux et amical hommage13. »

12Dans Nos lettres : association des écrivains belges de langue française, Michel Joiret dresse son portrait :

  • 14 Joiret (Michel), « Adrien Jans, un homme de bonne foi », dans Nos lettres. Association des écriv (...)

L’érudit, le chrétien fervent, l’infatigable chercheur, le romancier, le journaliste et le poète sont autant de miroirs qui reflètent son ondoyante personnalité. Aucune de ces multiples facettes ne peut se dissocier des autres. Mais si Adrien Jans fut le témoin attentif d’une longue (et capitale) séquence de la littérature de langue française, il fut aussi – et combien le souvenir nous en est précieux –, le parangon d’une époque qui se dilue quelquefois dans les impatiences de notre temps14.

Un fonds d’archives modeste mais de vue large, fidèle à son auteur

13Épinglons ici quelques archives particulièrement significatives.

14Parmi les manuscrits, on relèvera le discours en l’honneur d’Henri Davignon, prononcé le 28 mars 1966, lors de son investiture au fauteuil numéro 11 de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, qui met une fois de plus en lumière son combat pour les lettres belges :

  • 15 « Discours de M. Adrien Jans » dans Le Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature (...)

Ce fut par Jan Swalue que j’abordai l’œuvre d’Henri Davignon, quelques années après la publication de ce roman, alors que je débutais dans mes expériences littéraires. Cette rencontre eut la valeur d’une révélation : celle de la littérature française de Belgique à laquelle mes études gréco-latines et mêmes universitaires étaient restées étrangères. Il reste d’ailleurs, aujourd’hui encore, beaucoup à faire en ce domaine15.

  • 16 Roman qui a obtenu le Prix Van den Corput de l’Académie luxembourgeoise, ML 10405/0001-0006.

15De nombreux essais sur des auteurs belges d’expression française (André Baillon, Marie Gevers, Michel de Ghelderode, Roger Kervyn de Marcke ten Driessche, Georges Mogin, Marcel Moreau, Charles Plisnier, Marcel Thiry, etc.) ainsi que sur des figures littéraires françaises (Francis Carco, Paul Fort, Max Jacob, Henry de Montherlant, François Rabelais, André de Richaud, Robert Sabatier, Jules Supervielle, Paul Valéry, mais aussi Céleste Albaret !) se retrouvent également dans ses cahiers. Ils côtoient les manuscrits du roman Le Manant16, l’histoire D’un autre sang, le récit de Marie des forêts, ou encore la nouvelle L’Accusé. On y trouve aussi quelques proses sans titre et des poèmes. Notons que les manuscrits des études littéraires sont parfois accompagnés de la version publiée, collée par l’auteur à la suite de l’autographe.

  • 17 Jans (Adrien), « Le Concours scolaire de 1970 », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et (...)

16Le soin réservé par l’auteur à ses cahiers paginés est frappant. Leur état est immaculé et la rédaction de même nature : exempte de ratures et de fioritures, d’une écriture discrète, serrée et ordonnée. Ces cahiers et feuillets bien tenus dévoilent un homme de lettres élégant qui, dans son discours pour Le Concours scolaire de 1970 à l’ARLLFB, s’appliquait à conseiller : « Ne négligez pas la rigueur dans l’écriture : l’esprit en tire parti17. »

17Les dossiers de correspondances, quant à eux, se montrent diserts au sujet du réseau littéraire qu’entretenait l’auteur. Le nombre et la qualité de ses interlocuteurs sont impressionnants : Marcel Arland, Hervé Bazin, Charles Bertin, Jacques Biebuyck, André Billy, Charles Breisdorff, Maurice Carême, Gilbert Cesbron, Pierre Clerdent, Henri Davignon, Paul Dewalhens, Guy Des Cars, Joseph Duhamel, Philippe Dumaine, Pierre Emmanuel, Maurice Genevoix, Marie Gevers, Michel de Ghelderode, Jean Giraudoux, Robert Goffin, Paul Guth, Franz Hellens, Léone Henri-Jaspar, Émile Henriot, Félix Houphouet-Boigny, Hubert Juin, Armand Lanoux, Jean Libert, Princesse de Ligne, Raïna Malgaud, Françoise Mallet-Joris, François Mauriac, André Maurois, Henry de Montherlant, Serge Montigny, Angéline d’Oultremont, Édouard Peisson, Georges Pitoeff, Gérard Prévot, Raymond Poincaré, Daniel Rops, Jules Romain, Marie-Thérèse Rossel, Jean Rousselot, Noël Ruet, Robert Sabatier, Pierre-Henri Simon, André Soubiran, Irène Stecyk, Jules Supervielle, Maurice Toesca, Daniel Van Damme, Charleston Van Goethem. Il n’est pas étonnant dès lors de trouver des lettres d’Adrien Jans dans les fonds Michel de Ghelderode (MLT 05298), Marie Gevers (FS55 00024), Pierre Goemare (ML 06754), George Houyoux (ML 10405), Andrée Jacobs-Jacqmotte (ML 07899), Suzanne Lilar (ML 08499), Marcel Lobet (ML 03858), David Scheinert (ML 09305) et Paul Willems (MLT 01090).

  • 18 ML 12872/0010/005.
  • 19 ML 12872/0010/012.
  • 20 ML 12872/0010/020.

18S’il est question d’amitiés et d’admirations partagées, ces échanges épistolaires ne versent pas dans l’intimité mais davantage dans les témoignages de gratitude en réponse aux portraits et aux notes de lecture publiés dans Le Soir, notamment. Visiblement, Adrien Jans a su gagner la confiance et l’estime de nombreux écrivains belges, qu’il a fait connaître dans ses critiques. Tandis que Maurice Carême reconnait que « […] rares sont les écrivains qui [comme Adrien Jans] sont excellents dans trois genres aussi différents que la poésie, le roman et la critique littéraire18 », Marie Gevers nous apprend que son frère, Jean Gevers, et le père d’Adrien Jans sont confrères au Palais de justice d’Edegem et qu’elle relit « avec une douce émotion19 » l’étude du livre d’Adrien Jans consacré à son travail d’écrivaine. Quant à Jean Libert, il partage avec son ami un poème qu’il vient de composer à Lourdes le 16 juin 194020. On mentionnera aussi les nombreuses félicitations pour l’élection de Jans au poste d’académicien, et des mentions au PEN club.

19Les articles de presse rassemblent une grande partie des critiques littéraires et théâtrales belges et françaises publiées par l’auteur de 1936 à 1958, numérotées et classées par ses soins. On peut y lire des articles publiés dans La Libre Belgique, dans la rubrique « Les livres qui paraissent » de L’Essor du Congo, dans Le Quotidien, L’Occident et Le Soir. À cette liste s’ajoutent des articles signés « D. A », « S. P. », « R. N. » ou « Gaston-D. » dont nous laissons aux chercheurs le soin de commenter la présence.

  • 21 Sion (Georges), « Deuil dans lettres. Poète, essayiste, journaliste : Adrien Jans : un demi-sièc (...)

20Écrivain et passeur des lettres qui marqua « un demi-siècle d’intense présence littéraire21 », Adrien Jans a ouvert de nombreuses perspectives en littérature belge d’expression française. Figure de l’ombre, il résumait ainsi l’éthique de son travail :

  • 22 Jans (Adrien), « Discours », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature fran (...)

21[…] venant d’être élu en cette académie, on me posa plusieurs fois, vous le pensez bien, cette question : « Quelle impression cela vous fait-il ? » Je répondais : « Pendant quelques jours on se sent quelqu’un et un peu vedette. Bientôt on se retrouve soi-même. » Je crois que l’homme ne peut conquérir sa vérité que par la connaissance de ses mesures, en pratiquant envers les autres et envers soi la vertu de discrétion : celle-ci compte, il est vrai, parmi les plus difficiles à acquérir22.

Haut de page

Notes

1 Dans les collections des AML, nous trouvons à son nom : La Vigie, Paris, André Silvaire, 1958, MLPO 03230 (il s’agit de poèmes dédiés à son père le colonel Jules Bastin), et Duo à quatre voix, [s. d.], MLTB 05014 (un tapuscrit d’une pièce de théâtre).

2 L’ensemble des écrits manuscrits et dactylographiés d’Adrien Jans appartenant à ce fonds sont répertoriés sous les cotes ML 05760 à 05766 et ML 12872/0001-0009. Les dossiers de correspondances sont ordonnés sous les cotes ML 05763 et ML 12872/0010/001-046. Les critiques de presse, rangées sous la cote ML 05762.

3 Nothomb (Pierre), « Réception de M. Adrien Jans », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, tome XLIV, n° 2, 1966, MLR 00301/1966/002/01.

4 « […] Adrien Jans est un pilier, dès ses débuts, de la page littéraire, il est le plus prolixe (14,6 % des contributions). Il aborde aussi bien des auteurs belges francophones que des Français ou des étrangers. » (Fréché [Bibiane], « La Vie littéraire selon Le Soir », dans Aron (Paul), dir., Textyles, n° 39, Les écrivains-journalistes, 2010, p. 101-102.

5 Jans (Adrien), « Discours » dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, tome XLIV, n° 2, 1966, MLR 00301/1966/002/02.

6 Site internet de la maison de la poésie. Fiche sur Jean Tordeur url : www.maisondelapoesie.be.

7 Dans le cadre de cette célébration qui clôture le 75e anniversaire de l’AEB, un hommage est rendu aux 6 présidents disparus qui se sont succédé depuis 1920 : Octave Maus (par Foulon), Hubert Krains (par Denuit), Georges Rency (par Gascht), Alex Pasquier (par d’Orbaix), Georges Dopagne (par Delaby), Adrien Jans (par Sion). Enregistrement du discours d’hommage, MLPI 00697.

8 Jans (Adrien), dir., Lettres vivantes. Deux générations d’écrivains français en Belgique (1945-1975), Bruxelles, La Renaissance du livre, 1975, p. 9-10, MLA 02754.

9 Tordeur (Jean), « Le brutal départ d’un ami et d’un témoin », dans Le Soir, 1973, ML 03054/0045.

10 Ayguesparse (Albert), « Avant-propos », dans Jans (Adrien), dir., Lettres vivantes, op. cit., p. 11-16.

11 Voir Jans (Adrien), « La pureté de la flamme », dans [collectif] Stanislas d’Otremont, ce voyageur pathétique, [s. l.], Nivelles, Éditions de la Francité, coll. Mobilisation de conscience, 1974, p. 60-65, CDDI 00116/0001.

12 Henrard (Jacques), « Le Régionalisme », dans Lettres Vivantes, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1975, p. 102.

13 Jans (Adrien), La Vie de Ghelderode, Paris, Hachette, 1972, MLTA 06195.

14 Joiret (Michel), « Adrien Jans, un homme de bonne foi », dans Nos lettres. Association des écrivains belges de langue française, mars 2016, n° 18, p. 29, MLR 00162/2016/018/01.

15 « Discours de M. Adrien Jans » dans Le Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, tome XLIV, n° 2, 1966, p. 99.

16 Roman qui a obtenu le Prix Van den Corput de l’Académie luxembourgeoise, ML 10405/0001-0006.

17 Jans (Adrien), « Le Concours scolaire de 1970 », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, tome XLVIII, n° 3-4, 1970, p. 271, MLR 00301/1970/003/01.

18 ML 12872/0010/005.

19 ML 12872/0010/012.

20 ML 12872/0010/020.

21 Sion (Georges), « Deuil dans lettres. Poète, essayiste, journaliste : Adrien Jans : un demi-siècle d’intense présence littéraire », dans Le Soir, 25/09/1973, ML 03054/0044.

22 Jans (Adrien), « Discours », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, Tome XLIV, n° 2, 1966, MLR 00301/1966/002/02.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Michelet, « Le fonds Adrien Jans », Textyles, 57 | 2019, 185-190.

Référence électronique

Mélanie Michelet, « Le fonds Adrien Jans », Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3671 ; DOI : 10.4000/textyles.3671

Haut de page

Auteur

Mélanie Michelet

Archives et Musée de la Littérature

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals