Navigation – Plan du site
Ouvrir l'album

Ouvrir l’album

L’album pour la jeunesse : façons de lire, manières de voir
Denis Saint-Amand et David Vrydaghs
p. 7-12

Texte intégral

1Ce dossier fait suite à une journée d’études Textyles organisée le 3 novembre 2017 à l’Université de Namur. Cet événement et son présent prolongement procèdent d’un constat de déséquilibre entre l’important rayonnement de la production belge en matière de littérature pour la jeunesse et le peu d’intérêt que lui accordent à la fois l’institution universitaire et la critique littéraire. Les numéros publiés jusqu’à présent par Textyles portent certes sur un domaine tenu pour périphérique sinon mineur au sein de la « République mondiale des lettres », mais ils n’en concernent pas moins des « grands noms » de ce domaine, c’est-à-dire des auteurs consacrés, participant à des degrés divers du panthéon des lettres belges : ce sont, parmi d’autres, des Maeterlinck, Verhaeren ou Henri Michaux et, plus récemment, des Savitzkaya et Jean-Philippe Toussaint. La revue a également accueilli des dossiers transversaux portant sur des réalités institutionnelles spécifiques au cas belge, sur des mouvances ou sur des tendances thématiques, qu’il s’agisse du surréalisme, des rapports entre musique et littérature, entre peinture et littérature, du fantastique réel ou de la figuration romanesque du milieu littéraire. Il y a quelques années, la bande dessinée, problématique féconde s’il en est, en particulier dans le contexte belge, a fait l’objet d’un double numéro fourni : il nous a semblé que, dans son sillage, le moment était venu d’ouvrir un espace de réflexion spécifique à la façon dont la littérature d’enfance se déploie dans le cadre belge.

  • 1 Entendons par littérature « traditionnelle », celle qui est enseignée dans les salles de classe, (...)

2Les albums pour la jeunesse ont longtemps été délaissés par la critique académique en vertu d’une hiérarchie arbitraire et d’une histoire de la littérature pensée comme catalogue de « grands auteurs » et de « grandes œuvres » sélectionnés sur la base de leur prétendue noblesse d’esprit. Une telle conception a fait disparaître une série d’acteurs du monde des lettres aujourd’hui tenus pour mineurs mais qui ont pu assumer des rôles nodaux du temps de leur vivant, de la même façon qu’elle a ostracisé la bande dessinée, les romans-feuilletons, la littérature d’aventure et l’ensemble des productions que l’on a longtemps fédérées sous l’appellation « paralittératures » – appellation qui ne procède pas d’un mépris, mais que les chercheurs ayant commencé à se pencher sur ces questions dans les années 1970 (Jacques Dubois, Marc Angenot ou Charles Grivel) ont forgée pour montrer que les mécanismes de production, de diffusion et de légitimation qui les dynamisent ne sont pas les mêmes que ceux qui régissent la littérature « traditionnelle1 ».

  • 2 Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, (...)
  • 3 Durand (Pascal) et Habrand (Tanguy), Histoire de l’édition en Belgique, Paris-Bruxelles, Les Impr (...)
  • 4 À son sujet, voir Boulaire (Cécile), « Le Centre de littérature de jeunesse de la Ville de Liège  (...)

3Si la littérature pour la jeunesse a longtemps été tenue à l’écart de l’université, le champ de production belge s’est de son côté signalé par son dynamisme. On sait depuis longtemps la capacité du milieu éditorial belge à investir des créneaux jugés peu légitimes par les grands éditeurs parisiens et à se spécialiser en cela dans des genres et modèles susceptibles d’être récupérés ultérieurement par le centre2. Dans leur Histoire de l’édition en Belgique, Pascal Durand et Tanguy Habrand reviennent en détail sur l’évolution de la production destinée à la jeunesse, qui a longtemps cheminé avec l’édition religieuse et s’est parfois confondue avec la bande dessinée, avant de « se structurer dans l’après-guerre en opposant un pôle de divertissement, ajusté aux circuits de la grande distribution, à un pôle visant de plus en plus les professionnels de l’éducation et de la médiation3 ». En sus du circuit éditorial, le milieu belge se distingue par sa capacité à développer des structures favorisant la découverte de la littérature jeunesse : ce sont des institutions dévolues spécifiquement à la promotion de cet univers, tels que le Centre de Littérature Jeunesse de la Ville de Liège4, le Centre de Littérature de jeunesse de Bruxelles (CLJBxl), la Maison de la Littérature de Jeunesse Le Wolf ou le Centre de littérature de jeunesse André Canonne de La Louvière ; ce sont des librairies spécialisées, comme La Parenthèse à Liège, Long Courrier à Tilff, Au P’tit Prince à Nivelles ou Am Stram Gram à Uccle ; ce sont des rencontres en librairie ou dans les écoles, comme celles permises par le projet « Écrivains en classe » porté par le service de la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais aussi à l’occasion d’événements appelés à se pérenniser comme le Jungle Festival, à Liège, ou le Cosmos Festival, à Schaerbeek ; ce sont encore des prix, qui assurent à la fois le rayonnement de la production et sa légitimation, mais qui permettent aussi au jeune public de se lier avec l’album, à l’image du prix Bernard Versele qui, depuis 1979, permet aux élèves de l’enseignement primaire de découvrir chaque année une nouvelle sélection de livres et de choisir parmi eux celui qui les a le plus séduits.

  • 5 Nières-Chevrel (Isabelle), Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, 200 (...)
  • 6 Prince (Nathalie), La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, (...)
  • 7 Lévêque (Mathilde), Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, (...)
  • 8 Chelebourg (Christian), Les Fictions de jeunesse, Paris, PUF, 2013.
  • 9 Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, (...)
  • 10 Boulaire (Cécile), Lire et choisir ses albums, Paris, Didier Jeunesse, 2018 ; Le Moyen Âge dans l (...)
  • 11 Defourny (Michel), Père Castor et les artistes russes, Paris, Flammarion, 2018 ; Le Livre et l’en (...)

4Du côté de l’université, on voit depuis plusieurs années se développer les recherches portant sur la question : dans le domaine francophone, elles se traduisent par des publications analytiques importantes, telles que celles d’Isabelle Nières-Chevrel5, Nathalie Prince6, Mathilde Lévêque7, Christian Chelebourg8 ou Matthieu Letourneux9, mais aussi Cécile Boulaire10 et Michel Defourny11, que nous avons la chance de compter parmi les contributeurs du présent dossier. En sus des articles et ouvrages, l’intérêt nouveau du monde académique pour la littérature de jeunesse se mesure par l’organisation de colloques et de journées d’étude, par la production de MOOCs et par le développement de revues dédiées spécifiquement à la question, telles que Strenæ (disponible en ligne sur la plateforme revues.org) et La Revue des livres pour enfants de la BNF, que dirige Marie Lallouet. Témoigne aussi de ce développement d’un intérêt académique l’ouverture récente, en France, de plusieurs chaires et de postes en littérature de jeunesse – qui montrent aussi la façon dont l’université tente aujourd’hui de rattraper le décalage avec un secteur du livre jeunesse très dynamique et qui, solidement établi sur le plan institutionnel, constitue un petit monde à part.

5*

  • 12 Hamon (Philippe), Imageries (2001), Paris, Corti, 2007, p. 335-336.
  • 13 Nières-Chevrel (Isabelle), « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gag (...)

6Mais qu’en est-il exactement de l’objet qui nous intéresse plus particulièrement dans ce dossier ? Dérivé de l’adjectif albus (« blanc »), le mot album désigne originellement une « surface blanche » appelée à être remplie – d’écriture, de peinture ou de dessins. Au xixe siècle, âge d’or de la bourgeoisie et durant lequel les valeurs de la mémoire et de la collection prennent de l’ampleur, on voit se développer l’album du voyageur, l’album de lithographies et de photographies ou l’album amicorum, littéralement « livre des amis », qui, pour le dire avec Philippe Hamon, consiste en « un recueil d’autographes manuscrits (vers, dessins, pensées, bons mots, fragments de morceaux de musique, petites caricatures, phrases de remerciements ou d’amitié, etc.) rassemblés sur les pages blanches d’un album qui est à la disposition d’une petite société d’amis, et qui est souvent attaché à un lieu fixe (salon, café, atelier, collège…) que fréquente cette société, et rédigés au fur et à mesure par les hôtes du lieu12 ». Le caractère labile de cet objet est l’une des raisons de son intérêt, mais aussi l’un des problèmes qu’il pose au chercheur. Comme le relève Isabelle Nières-Chevrel, l’album est embarrassant en raison de la double acception (au moins) que le mot possède dans le domaine de l’édition jeunesse : « il désigne l’ensemble des livres pour enfants dans lesquels l’image prime sur le texte, mais aussi – à l’intérieur de cette désignation globale – des livres dont les effets de sens reposent sur les interactions du texte, de l’image et du support, des livres qui sont, comme les bandes dessinées, des iconotextes13 ». Ces albums destinés à la jeunesse apparaissent sous cette désignation générique dès le début du xixe siècle : ils consistent en de petits ouvrages au format oblong, illustrés par des lithographies ou des gravures en hors-texte. Le modèle, depuis, n’a cessé d’évoluer, de se transformer et de défier les cadres établis : on trouve des albums d’enfance de tous formats, misant sur des esthétiques multiples, tantôt réalistes tantôt abstraites, engageant toutes les thématiques imaginables et fondées sur des axiologies parfois antagonistes.

7En souhaitant « ouvrir l’album », nous voulions ici inviter à une réflexion sur les modes de fonctionnement de cet objet singulier dans le domaine belge, et, par métonymie, sur les différents rouages de l’univers qui l’accueille, le diffuse et assure sa promotion. Le présent dossier rassemble pour cette raison des contributions adoptant un regard sociologique (sur les trajectoires de certains acteurs du monde de la littérature pour la jeunesse en Belgique et sur leurs façons de se mouvoir dans ce milieu), herméneutique ou poéticien (proposant des lectures et interprétations des discours et des formes qui se déploient dans l’album pour la jeunesse), voire plus directement pédagogique (envisageant alors des pistes pour lire l’album en classe). S’il part à la rencontre de plusieurs figures majeures de la littérature pour la jeunesse en Belgique, d’Élisabeth Ivanovsky à Gabrielle Vincent, en passant par Anne Brouillard, Benoît Jacques et Anne Herbauts, ce numéro n’a évidemment pas pour ambition de rendre compte de la totalité des forces vives qui dynamisent cet univers : gageons toutefois qu’ouvrir l’album, c’est aussi se donner les moyens d’ouvrir à l’album, de lui frayer un chemin là où on l’attend moins et de poser à son sujet des questions novatrices.

Haut de page

Notes

1 Entendons par littérature « traditionnelle », celle qui est enseignée dans les salles de classe, pour reprendre une formule célèbre de Barthes (« La littérature, c’est ce qui s’enseigne, un point c’est tout »), qui n’est tautologique qu’en apparence. Voir Barthes (Roland), « Réflexions sur un manuel », dans L’Enseignement de la littérature. Colloque de Cerisy 1969, Bruxelles-Paris, De Boeck-Duculot, 1981.

2 Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Espace Nord, 2005.

3 Durand (Pascal) et Habrand (Tanguy), Histoire de l’édition en Belgique, Paris-Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2018, p. 299. Voir aussi Defourny (Michel) et Habrand (Tanguy), « L’édition pour la jeunesse en Belgique francophone : de l’imprimerie à la mondialisation », dans Pinhas (Luc), dir., Situations de l’édition francophone d’enfance et de jeunesse, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 21-44.

4 À son sujet, voir Boulaire (Cécile), « Le Centre de littérature de jeunesse de la Ville de Liège », dans Strenæ, n° 2, 2011, [En ligne], url : http://journals.openedition.org/strenae/409.

5 Nières-Chevrel (Isabelle), Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, 2009.

6 Prince (Nathalie), La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

7 Lévêque (Mathilde), Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, PUR, 2011.

8 Chelebourg (Christian), Les Fictions de jeunesse, Paris, PUF, 2013.

9 Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2017, et Boulaire (Cécile) et Hervouet (Claudine), dir., L’Avenir du livre de jeunesse, BNF, 2010.

10 Boulaire (Cécile), Lire et choisir ses albums, Paris, Didier Jeunesse, 2018 ; Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, PUR, 2003, et Boulaire (Cécile), dir., Le Livre pour enfants. Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, PUR, 2006.

11 Defourny (Michel), Père Castor et les artistes russes, Paris, Flammarion, 2018 ; Le Livre et l’enfant, Bruxelles, De Boeck, 2015.

12 Hamon (Philippe), Imageries (2001), Paris, Corti, 2007, p. 335-336.

13 Nières-Chevrel (Isabelle), « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album. Le parti pris des images, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2012, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Saint-Amand et David Vrydaghs, « Ouvrir l’album », Textyles, 57 | 2019, 7-12.

Référence électronique

Denis Saint-Amand et David Vrydaghs, « Ouvrir l’album », Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3703

Haut de page

Auteurs

Denis Saint-Amand

Articles du même auteur

David Vrydaghs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals