Navigation – Plan du site
Ouvrir l'album

Avec Élisabeth Ivanovsky

Michel Defourny
p. 13-26

Texte intégral

1Lors de mes interventions à l’étranger, on me demande souvent quelles seraient les caractéristiques de l’album en Belgique francophone. Vaste question que celle-là. J’ai l’habitude de répondre que la Belgique francophone est une terre de brassage, ouverte aux quatre vents. Une terre d’accueil où les cultures se rencontrent, se croisent et se fécondent. Et de citer quelques noms qui ont contribué et qui contribuent à forger notre réputation internationale. Pensons à Kitty Crowther, marquée par la culture anglaise de son père, à Anne Brouillard qui a si bien illuminé ses albums de la lumière des pays du Nord dont sa mère est originaire, à Albertine Deletaille, d’origine hollandaise, devenue belge à la suite de son mariage, et dont les conceptions éducatives ont contribué pendant des années au succès des albums du Père Castor. Comment ne pas évoquer Mario Ramos, attaché au Portugal de son père ? Je me souviens du plaisir qu’il avait éprouvé lors d’une rencontre à Porto où nous étions invités tous deux et au cours de laquelle il avait rencontré une classe d’adolescentes d’une quinzaine d’années. Ce Belge était manifestement chez lui là-bas. Comment ne pas citer les albums de Dominique Mwankumi qui nous fait ressentir la chaleur de l’Afrique centrale à travers ses couleurs ?

2Au nombre de ces créateurs, à la croisée des cultures, il y a, bien sûr, Élisabeth Ivanovsky. Depuis peu, l’artiste est remise à l’honneur dans les pays francophones grâce aux éditions MeMo. Les vingt-quatre livrets qui constituent la collection « Pomme d’api» parus entre 1941 et 1946 ont été réédités en 2007. En 2010, la maison nantaise a proposé Cirkus, une œuvre de 1933, puis, en 2017, quatre titres de 1944, Jouez fleurette !, Général Coquelicot, Ourson acrobates, Bonshommes des bois. Enfin, en 2017, MeMo a publié une monographie rédigée par l’un de ses fils, Georges Meurant. Sous-titré Sur la page blanche, tout est possible, cet ouvrage remarquablement illustré permet de découvrir l’ensemble des facettes du talent d’Ivanovsky. Je suis heureux d’avoir contribué, avec les Trois Ourses et les éditions MeMo, à la redécouverte de son œuvre, puisque j’ai mis en relation les Trois Ourses, l’éditrice Christine Morault et Georges Meurant qui gérait les affaires de sa mère.

3J’ai rencontré Élisabeth Ivanovsky, en compagnie d’Élisabeth Lortic et Michèle Cochet, lors d’un entretien qu’elle nous avait accordé pour la Revue des Livres pour enfants. Des extraits de cette conversation sont parus dans le numéro 187 (juin 1999) de la revue éditée par la Joie par les livres-Centre national du Livre pour enfants, attaché à la Bibliothèque nationale de France. Et puis, nous avons échangé quelques lettres. Enfin, comme le projet de réédition des petits « Pomme d’api » prenait forme, je me suis rendu une nouvelle fois à Boitsfort pour solliciter l’accord de leur auteure. C’est alors que la vieille dame, qui allait mourir peu après, m’a répété combien elle avait été heureuse de vivre en Belgique, un pays où elle avait été accueillie, où les poètes et les enfants avaient apprécié son œuvre, où elle avait rencontré son mari, où étaient nés ses trois enfants, et où elle avait pu se livrer à son art. Si Élisabeth Ivanovsky aimait profondément la Belgique, jamais elle n’oublia ni sa terre d’origine ni sa langue maternelle, le russe, qu’elle parlait avec une élégance qui surprenait ses compatriotes de passage chez nous.

4J’évoquerai d’abord brièvement l’enfance et les années de formation de l’artiste, antérieures à sa venue en Belgique, ses études à la Cambre et les premiers livres qu’elle publia en Belgique en me focalisant sur Cirkus où elle est très proche du constructivisme, puis sur la série « Pomme d’api», véritable synthèse entre son passé russe et l’intérêt qu’elle a manifesté pour son pays d’adoption.

Enfance et années de formation

5Élisabeth Ivanovsky est née en 1910, à Kichineff, dans un pays de step-pes, la Bessarabie. La région, située entre l’Ukraine et la Roumanie, faisait alors partie de l’Empire russe, puis de l’Union Soviétique. La famille vivait dans l’aisance. Tout changea à la suite de la Révolution. Il fallut quitter la confortable datcha, abandonner tous les biens et apprendre à vivre « dans une minuscule maisonnette de paysan en torchis ». Lorsque l’illustratrice se raconte à son fils Serge en 2001, elle évoque son plus ancien souvenir lié au marquage corporel d’une surface blanche : « Je dois avoir deux ans. Je suis dans la chambre de mes parents. Par terre, il y a une feuille de papier blanc. Je ne sais pourquoi mes pieds sont mouillés. À un certain moment, je pose le pied mouillé sur le papier. Aujourd’hui je distingue encore l’empreinte de mon petit pied.»

6Lorsque, à l’âge de 5 ou 6 ans, Ivanovsky dessine dans les cahiers que lui offre son père, elle manifeste un goût prononcé pour le contact avec les matières. « Je dessine avec des crayons à la cire. Ils ont une odeur particulièrement agréable. C’est un ravissement […]. On peut superposer les couches de couleurs, les gratter avec une pointe ou un canif lorsqu’elles sont suffisamment épaisses. Mais le summum est de chauffer une cuillère à soupe et de frotter la cire au moyen de celle-ci. Les couleurs se fondent alors. » Ce besoin d’expérimenter se retrouvera tout au long de sa vie. Très tôt, elle est attirée par la littérature. Le pouvoir des mots et leur mystère, le rythme de la phrase, la sonorité des vers qui deviennent quelquefois chanson l’enchantent. Elle n’a pas oublié les premières lectures faites à haute voix par sa mère. Dans l’une de ses lettres, comme elle savait que je m’étais intéressé au Struwwelpeter du docteur Hoffmann, elle m’écrit : « L’Histoire de Pauline m’était connue dans ma toute petite enfance. Ma mère nous la lisait en vers russes. Est-ce pour la grâce des vers, ou pour être plus près des enfants russes, mais Pauline s’appelait Katienika (petite Catherine). Tout autant, il s’agissait des allumettes (spitchki) et les deux chats pleuraient Katienika, près du tas de cendre. » Elle poursuit, me transcrivant la complainte d’une amoureuse délaissée qu’une servante chantait, dans la cuisine de la datcha familiale.

7Écoutons encore notre artiste évoquer, pour « La Revue des Livres pour enfants », son goût pour les livres et les images :

À 7 ans, j’ai découvert, grâce à un oncle, une collection de livres occidentaux. Ils étaient dans le tiroir d’une armoire que je tirais de temps en temps. C’était un vrai bonheur, je me souviens d’un gros volume en anglais et en français. Parmi mes préférés, il y avait Les Mille et une nuits à la belle reliure dorée avec des gravures très fouillées ; il y avait aussi les Contes de Grimm avec les illustrations à l’aquarelle de « Petite table couvre-toi » : prairie très verte, buissons d’églantiers fleuris : le paradis. À cette époque, il y avait beaucoup de livres sur la nature mais pas spécialement pour enfants. Tous les grands écrivains russes ont écrit pour les enfants : Dostoïevski, Le Petit garçon à la fête de Noël du Christ, Tchekhov, le meilleur, Châtaigne, Léon Tolstoï, Boucle d’or et les trois ours, façon russe, très gaie, très drôle, et Maxime Gorki, tellement rigolo. Les écrivains n’appauvrissaient pas la langue en voulant la mettre à la portée de l’enfant. Un enfant aime trouver les mots qu’il ne connaît pas. Il y a une telle saveur dans le mot que l’on ne comprend pas. Il faut trouver un langage qui va au cœur de l’enfant sans l’appauvrir. Mon attachement pour l’illustration a commencé très tôt. Avec mon frère, nous lisions beaucoup et nous faisions des livres que nous cousions. On était inspiré par l’ambiance des contes d’Oscar Wilde : dans ses contes, on sentait la steppe.

8À 13 ans, Élisabeth entre à l’École des Arts de Kichineff où elle se montre réceptive aux démarches du constructivisme. La révolution bolchevique avait balayé les anciennes pratiques académiques et, désormais, le dépouillement était de rigueur. Il fallait faire avec peu. Rejeter tout superflu, épurer. Par ailleurs, l’adolescente apprécie l’atmosphère de l’institution ouverte aux discussions. Au terme de ses études, la jeune fille âgée de 18 ans est invitée dans les Carpates par l’État roumain – la Bessarabie étant devenue roumaine à la suite du Traité de Versailles. Elle effectue des copies de fresques et de mosaïques à Curtea de Agres, l’une des plus vieilles cités du pays où subsistent d’importants monuments religieux d’influence byzantine et post-byzantine. Élisabeth Ivanovsky a vécu là-bas des moments heureux. Lorsqu’elle nous parlait des fêtes du 15 août, de la foire à l’orée du bois, des échoppes en branchages, des costumes populaires, des musiciens, danseurs et chanteurs traditionnels, son visage s’illuminait par-delà les années. Si les travaux réalisés à l’époque ont été perdus, peut-être en trouve-t-on des traces dans Saint Georges et le dragon, dans La Légende de Saint Nicolas de la série « Pomme d’api », de même que dans les images hiératiques qui accompagnent le Saint Nicolas d’Henri Ghéon.

9Différentes collaborations parmi lesquelles l’illustration d’un abécédaire et de manuels d’apprentissage de la lecture publiés à Bucarest en 1930 permettent à la jeune femme de faire des économies ; elle a l’intention de se rendre en Belgique afin de parachever ses études à l’École des Arts Appliqués de la Cambre à Bruxelles. Nous sommes à un moment de l’histoire où de nombreux créateurs russes gagnent l’Europe occidentale. Plusieurs de ses compatriotes ont vécu en France et y ont travaillé, notamment pour le Père Castor. Certains n’y ont fait qu’un bref séjour, avant de rentrer chez eux comme Ivan Bilibine ou Nathan Altman ; d’autres s’y sont installés définitivement comme Nathalie Parain née Tchelpanova, Alexandre Chemetov, Hélène Guertik, Alexandra Exter ou encore Fedor Rojankovsky.

En Belgique

10Élisabeth Ivanovsky aurait pu opter pour Paris et la France, puisqu’elle parle couramment le français comme sa mère. Elle aurait pu choisir l’Allemagne, puisque, comme sa mère également, l’allemand ne lui fait pas difficulté. Mais elle opte pour la Belgique. La vie y est moins chère et la jeune femme n’a guère d’argent. Le côté provincial de ce petit pays la rassure par rapport à la vie parisienne trop trépidante. C’est un pays qui lui est familier à travers les œuvres de nombreux auteurs, Max Elskamp, Georges Rodenbach, Charles De Coster et Maurice Maeterlinck. Et c’est ainsi qu’elle arrive à Bruxelles, à l’Institut Supérieur des Arts décoratifs, installé dans les locaux de l’ancienne abbaye de la Cambre. Cette institution fondée en 1926 avait ouvert ses portes aux étudiants en 1928, sous la houlette d’Henri Van de Velde, l’un des Maîtres de l’Art Nouveau, architecte et designer, qui avait dirigé la Kunstgewerbeschule de Weimar, préfiguration du Bauhaus.

11Nous sommes en 1932, Ivanovsky s’inscrit en classe d’illustration sous la direction de Joris Minne. C’était un maître exigeant. « Joris Minne, écrit Serge Creutz, a du caractère, donc mauvais caractère.» Dans cet atelier, quelles que soient les qualités du professeur, la jeune femme regrette le peu de place accordé au débat. Toujours est-il que la communication entre le maître et l’élève ne fut pas des plus aisées. Herman Tierlinck, poète, romancier, dramaturge de langue flamande, futur successeur d’Henri Van de Velde à la direction de l’école, la séduit davantage. Il était chargé du cours « Théorie et Pratique du théâtre ». Cet homme, au témoignage de tous, avait la capacité d’enthousiasmer ses élèves. Avec lui, Ivanovsky découvre que l’illustration est art de la mise en scène et art de la couleur.

La Légende de Saint-Nicolas

12Parmi les travaux réalisés à La Cambre, j’ai un faible pour La Légende de Saint-Nicolas, cinq linos réalisés à la main, en 1933. L’art de l’icône et le constructivisme se rejoignent. Examinons la quatrième gravure. Saint-Nicolas domine de sa stature l’ensemble de la composition. Il se penche affectueusement afin de bénir de sa dextre les trois petits enfants. La courbe est d’autant mieux marquée qu’elle croise en oblique la crosse de l’évêque, dont la volute est orientée dans la direction opposée à celle du visage du saint. La mitre et la barbe, en miroir, mettent en évidence le visage bienveillant du vieillard qui sourit en regardant les enfants aux mains jointes et aux têtes rondelettes. À l’écart, en haut sur le côté gauche, le boucher, son grand couteau à la ceinture, prend la fuite en direction du village suggéré par quelques façades de maisons. Sa précipitation est telle qu’il en perd un sabot. Ses jambes courtes en mouvement et ses bras boudinés forment presque un carré qui encadre le « rond » de son ventre surmonté par le rond de son visage, au nez rougeoyant, et dont l’expression traduit la terreur devant la scène en train de se dérouler. On pourrait poursuivre l’analyse de cette image où les cercles et les courbes se répondent, de l’auréole du saint à l’arrondi de la bassine, de la volute de la crosse à celle de la queue du chat. Les mains de chacun des personnages sont aussi travaillées que l’art de la suggestion – telle la présence d’un pan mur auquel est accroché un jambon que l’on devine, pan de mur qui conduit le regard vers l’ouverture par laquelle le boucher va passer de l’intérieur à l’extérieur et qui ouvre sur le village. Et bien sûr, il y a cette extraordinaire confrontation entre la couleur et le noir.

La Légende de Saint-Nicolas, 1933

La Légende de Saint-Nicolas, 1933

Cirkus

13En cette même année 1933, dans la solitude et dans des conditions d’inconfort que l’on ose à peine imaginer, Élisabeth Ivanovsky réalise Cirkus, un portfolio de sept pochoirs en pleines pages, publié à Anvers, en tirage limité. Lors d’une conversation avec Serge Meurant, en 2001, l’illustratrice confie :

Pour le cirque, le professeur nous avait proposé de réaliser des pochoirs sur ce thème pour un album de 6 pages. Je possède toujours le cahier dans lequel je dessinai le premier jet, qui ne me posa aucune difficulté parce que j’aimais beaucoup le cirque et que j’avais fait beaucoup de croquis de ces cirques ambulants que l’on voyait à Kichineff : certains venaient de Hongrie, avec des loups à défaut de tigres, et des aigles. Cette production personnelle m’a pris tout l’été 1933. À l’époque, je ne possédais pas de table dans ma mansarde. Je posais donc mon carton à dessein sur le lit.

14Cirkus est marqué par le constructivisme. De page en page, les numéros s’enchaînent : dressage de tigres, voltige de trapéziste, performance d’éléphants, saut de chiens, danse équestre, jonglerie finale. Chaque scène est construite avec une rigueur stupéfiante. La répétition à l’identique des figures confère une allure chorégraphique à l’ensemble. Souvent dans un spectacle de cirque, au mouvement succède un moment d’immobilisation, à l’éclat de la fanfare fait suite le silence lorsque la tension est à son comble. Ivanovsky réussit dans ses images à rendre ce moment paradoxal qui conjugue mouvement et immobilisation. Voyez, par exemple, l’immobilité des trois tigres assis sur leur tabouret, pendant qu’un quatrième s’élance, s’allonge et saute en souplesse par-dessus l’obstacle, sous l’œil attentif du dompteur.

Élisabeth Ivanovsky, Cirkus

Élisabeth Ivanovsky, Cirkus

© MeMo éditions

15Dans ces images, l’espace est ordonné à partir de diagonales. La diagonale, signe de dynamisme, charpente maintes œuvres constructivistes comme on le constate, par exemple, dans les travaux d’El Lissitzky et d’Alexandre Rodtchenko. Ainsi, lorsque le trapéziste défie les lois de la pesanteur, deux obliques se rencontrent en haut du chapiteau. Le triangle qu’elles construisent contraste avec les deux arcs de cercle qui attirent le regard, celui qui suggère l’arène et celui que forment le trapèze et le voltigeur dont la silhouette est réduite à une courbe. La simplification des formes et leur géométrisation qui confine à l’abstraction, voire au signe, constitue une autre composante du langage constructiviste. Dans Cirkus, l’art du pochoir atteint la perfection, tant dans le travail de découpe que dans la façon dont la couleur, ses nuances et ses dégradés jouent avec les formes et l’espace.

Élisabeth Ivanovsky, Cirkus

Élisabeth Ivanovsky, Cirkus

© MeMo éditions

De Desclée de Brouwer à Pomme d’Api

16Au fil des années, Élisabeth Ivanovsky accumule les titres. En feuilletant la biobibliographie très complète Once upon a Time publiée par Serge-Aljosja Stommels et Albert Lemmens, on est sidéré devant l’activité déployée par la jeune artiste que remarque, lors d’un jury, le poète et romancier Franz Hellens. Celui-ci l’introduira chez Desclée de Brouwer : beaucoup de ses titres publiés chez l’éditeur brugeois paraîtront simultanément en français et en flamand. Elle puise son inspiration, à la fois dans le fond populaire russe, dans des textes de tradition occidentale, mais aussi dans des œuvres contemporaines. Non contente d’illustrer des livres pour enfants, elle œuvre également en direction des adultes. Parmi les quatre-vingts titres auquel elle collabora entre 1931 et 1939, citons Le Paysan et l’Ours (1934), Grands et Petits et Deux Contes russes avec Alexandre Van Ermengem (les deux en 1934), Un tas d’histoires, avec Jeanne Cappe (1936), Saint Nicolas, avec Henri Ghéon (1936), Histoire de Bass-Bassina-Boulou, avec Franz Hellens (1936), Les Minutes insolites, avec Marcel Lecomte (1936). En 1937, l’illustratrice fait la connaissance de René Meurant, administrateur du Journal des Poètes et lui-même poète, qui deviendra son mari. La connivence fut grande entre ces deux fortes personnalités. Celle-ci trouvera une remarquable concrétisation dans la collection « Pomme d’api ».

17Entre 1941 et 1946, l’artiste illustre quatre séries de six livrets destinés à de jeunes lecteurs. La Belgique occupée par l’Allemagne nazie souffrait alors de pénurie. Le papier était devenu une denrée rare qu’il fallait économiser. Georges Houyoux, directeur des Éditions des Artistes, René Meurant qui écrit les textes et Élisabeth Ivanovsky transforment un manque en un atout : le format des livres est rapetissé aux dimensions d’une boîte d’allumettes, tandis que le nombre de pages est réduit. Des feuilles de passe d’une imprimerie de papier peint, légèrement colorés de rose, de bleu, de beige sont récupérées. Commence alors une aventure artistique, poétique et culturelle d’exception qui rencontre un extraordinaire succès, en ces temps de morosité et d’inquiétude.

18Les vingt-quatre petits livres de la collection « Pomme d’api » forment une vraie bibliothèque où voisinent différents genres constitutifs de la littérature de jeunesse, notamment dans les rapports qu’elle entretient avec la culture orale populaire, ses croyances et ses traditions encore très vivantes, à l’époque, en Belgique francophone : comptines, randonnées et chansons (Une poule sur un mur), récits hagiographiques (La Légende du grand Saint Hubert), Contes de partout (Jean de la lune), Célébrations des fêtes liées à l’enfance (Saint Nicolas), initiation à l’humour et au non-sens (Le Monde à l’envers), sagesse des nations (Le charbonnier est roi chez lui), fables à morale ou récit édifiant (Qui a volé le nid ?), livre d’activités et d’observation (Devinettes), livres d’apprentissages premiers (Je sais mon ABC) ou encore récits poétiques du soir et du coucher (avec Au pays bleu des étoiles).

Entre la Belgique et la Russie

19Dans cette collection, l’art de l’icône et les audaces du constructivisme rejoignent les aventures de l’art occidental. Si la plupart des chansons et comptines reprises dans la collection « Pomme d’api » sont familières et communément répandues dans l’ensemble des régions de langue française, comme Une poule sur un mur ou L’Alouette et le Pinson, l’une d’entre elles appartient au folklore liégeois : Pauvre Mouche, que René Meurant a traduit du wallon. Cette randonnée de la mouche prise dans une toile d’une araignée (menacée par un martinet, lui-même guetté par un chat que veut mordre un chien, lui-même poursuivi par une femme et son bâton, que veut bâtonner un homme à son tour) accompagnait les « cramignons » liégeois, farandoles qui, lors de la ducasse paroissiale, parcouraient les rues au rythme d’airs dansants interprétés par une fanfare.

20Cet enracinement régional se retrouve dans deux récits hagiographiques et une chanson traditionnelle. À l’époque, le livre religieux destiné aux enfants constituait une part importante de l’édition belge. La maison Desclée de Brouwer, qui publiait aussi bien en flamand qu’en français et où étaient parus plusieurs albums d’Ivanovsky, était très active dans ce domaine, avec, entre autres, de nombreux livres illustrés par Jeanne Hebbelynck et peu après par les sœurs Bolland. La Légende du grand Saint Hubert a pour cadre les ténébreuses forêts d’Ardennes et la vallée de la Meuse où naquit Pépin de Herstal à la cour duquel vivait Hubert, fils du duc d’Aquitaine. Le jeune homme, qui menait une vie dissolue, bravait les interdits. Il s’adonnait à la chasse avec excès, même pendant la Semaine Sainte. Après une apparition miraculeuse, Hubert se tourna vers Dieu. Succédant à Saint Lambert, il devint évêque de Liège-Maastricht-Tongres. Il mourut en 727. Patron des chasseurs, il est invoqué contre la rage et sa fête est encore célébrée avec faste, au son des cors, dans la petite ville ardennaise de Saint-Hubert où s’élève une belle abbatiale qui témoigne de l’importance du culte de ce saint.

21Enracinement régional et religieux également, dans Saint Georges et le dragon. Les deux adversaires bien connus par La Légende dorée de Jacques de Voragine sont mis à l’honneur, chaque année, le dimanche de la Trinité, sur la Grand-Place de la ville de Mons, capitale du Hainaut. Notons que Saint Georges fêté en Wallonie l’était tout autant dans la « sainte » Russie qui avait pour patron Saint Nicolas. Pour la troisième fois, notre artiste illustrera la légende des petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs, si chère au cœur des petits Belges.

Entre constructivisme et art occidental

22Nous avons vu combien Élisabeth Ivanovsky avait été marquée par la formation initiale qu’elle avait reçue à Kichineff, combien elle était soucieuse de ne « retenir que les lignes essentielles », de styliser les formes en tendant avec souplesse vers une légère géométrisation. Nous l’avons vue décomposer avec expressivité les mouvements d’un corps. Cet art, on le retrouve dans les petits « Pomme d’api » – la fuite du garçonnet mise en scène dans Et moi de m’encourir permet d’en donner une idée.

23Chez Ivanovsky, la couleur utilisée avec audace ne se soucie guère de réalisme. Le rouge, l’orangé, le bleu, le jaune et le vert entrent dans des compositions qui sont d’abord plastiques. Par ailleurs, à la Cambre, la jeune artiste russe a pu approfondir sa connaissance de l’art occidental. On décèle çà et là différentes influences, notamment dans le traitement d’humanisation poétique, amusante et parfois farfelue des animaux, des insectes et des fleurs. On songe au style caricatural de Grandville ou à la postérité de Walter Crane du mouvement Arts and Crafts et dont l’influence s’était étendue à l’ensemble de l’Europe occidentale. En lisant Saint Georges et le dragon, dont les images encadrées comme pour leur donner un statut de tableau, évoquent par leur hiératisme l’univers des icônes, on pensera sans doute aussi, pour la scène centrale du combat, aux tableaux de Paolo Uccello. La majesté de Melchior, Balthazar et Gaspard, dans Noël, la somptuosité des coiffes de chacun d’eux pourraient évoquer lointainement Le Cortège des Rois Mages de la Chapelle privée des Médicis à Florence, que peignit Benozzo Gozzoli.

Intelligence de l’image et de la mise en scène

24Par-delà les influences ou les sources, par-delà les qualités plastiques qui caractérisent son œuvre, Élisabeth Ivanovsky impressionne par sa maîtrise de la page en tant que lieu scénique. Texte et images s’articulent avec dynamisme, dans ces pages de format réduit, tandis que l’inventivité de l’artiste laisse pantois. Loin d’être des illustrations soumises au texte, les images, isolées ou dans leur succession, traduisent une vision qui intensifie le propos ou le fait rebondir en élargissant la portée avec humour, naïveté feinte ou lyrisme. À aucun moment, l’artiste ne se répète. Chacun des 24 albums s’impose par sa singularité et ses couleurs. Si la mise en page accélère le mouvement dans Pauvre Mouche dont la dernière double page est construite sur une diagonale descendante, dans Qui a volé le nid ?, elle favorise la concentration, en détachant en ombre chinoise chaque silhouette noire sur un fond coloré. Ce dernier dont la fonction presque musicale privilégie le rythme se met soudain, en fin d’album, au service du sens ; le rouge est cette fois associé à la honte du jeune voleur qui cherche à se cacher sous le lit. Dans Le lièvre a des oreilles où l’artiste a opté pour une atmosphère traditionnelle russe ou dans Saint Nicolas, c’est grâce aux attitudes des personnages, à leurs poses, à l’expression de leur visage, à leur costume que le texte prend corps.

25Dans ses mises en scène, l’artiste habille parfois les animaux ou même les étoiles qui chantent dans le ciel, le registre est alors celui de la féerie et de son merveilleux, comme dans L’Alouette et le Pinson ou dans Au pays bleu des étoiles. L’on pourrait poursuivre l’évocation de chacun des titres, en écoutant, par exemple, le concert que font trois fois, trois grenouilles qui semblent bien s’amuser ou en admirant dix poussins qui forment une belle pyramide, dans Sais-tu compter ?

26Aujourd’hui encore, des adultes se souviennent des émotions de leur enfance et du bonheur qu’ils avaient connu avec ces petits livres, qu’ils lisaient, chantaient, récitaient, et avec lesquels ils jouaient, les rangeant, les classant, les comptant. Les perdant, tant ils étaient petits, puis les retrouvant tant ils les aimaient. Mais avec le temps, tout se perd, et les petits « Pomme d’api » furent oubliés pendant longtemps, trop longtemps. Aujourd’hui, Christine Morault et les Trois Ourses les ont ressuscités avec éclat. Rien cependant n’aurait été possible sans le soutien des trois enfants de l’illustratrice et de René Meurant. Élisabeth Ivanovsky, entre la Russie et la Belgique, est une grande artiste à redécouvrir. Alors qu’un peu partout dans le monde, nous redécouvrons le patrimoine de la littérature de jeunesse, il était grand temps qu’elle trouve sa juste place parmi les créateurs les plus importants du vingtième siècle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Légende de Saint-Nicolas, 1933
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3707/img-1.png
Fichier image/png, 127k
Titre Élisabeth Ivanovsky, Cirkus
Crédits © MeMo éditions
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3707/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Élisabeth Ivanovsky, Cirkus
Crédits © MeMo éditions
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3707/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3707/img-4.png
Fichier image/png, 2,7M
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3707/img-5.png
Fichier image/png, 467k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Defourny, « Avec Élisabeth Ivanovsky », Textyles, 57 | 2019, 13-26.

Référence électronique

Michel Defourny, « Avec Élisabeth Ivanovsky », Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3707 ; DOI : 10.4000/textyles.3707

Haut de page

Auteur

Michel Defourny

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals