Navigation – Plan du site
Ouvrir l'album

Anne Brouillard et le génie des lieux

Christophe Meunier
p. 27-42

Texte intégral

  • 1 Brouillard (Anne), La Grande Forêt. Le pays des Chintiens, Paris, Pastel, 2016.

1Dans le dernier ouvrage d’Anne Brouillard, publié en 2016 chez Pastel et intitulé La Grande Forêt1, on trouve trois cartes. Elles prennent à chaque fois l’espace d’une page entière, voire de deux. Il y a la carte de Chintia, cette vaste île imaginaire, venue du fin fond de l’enfance d’Anne Brouillard. Il y a la carte de la région septentrionale du Lac Tranquille. Il y a enfin la carte de la Grande Forêt. On peut également ajouter à ces trois vues zénithales celle, oblique, des abords du Lac Tranquille, de l’espace proche des héros, que l’on peut trouver à la fin de l’album. Trois cartes, une vue oblique, quatre représentations d’un même espace à différentes échelles. C’est la première fois dans l’œuvre abondante de notre auteure que la carte joue un rôle aussi important.

  • 2 Houellebecq (Michel), La Carte et le Territoire, Paris, Flammarion, 2010, p. 80.

2La première carte qui figure en dos de couverture est une carte politique de Chintia, sur laquelle les frontières ont dessiné des territoires identifiés par des tons et des noms différents. Comme une première étape dans l’appropriation de l’espace imaginaire, celui-ci est d’abord morcelé en onze territoires. La deuxième carte nous conduit dans une partie de ceux présentés dans la première : le Pays du Lac Tranquille. Cette carte est à mettre en relation avec la vue aérienne et oblique du même espace. L’angle de vue est différent. La carte met en relation les divers objets géographiques qui la composent (le lac, la mer, les reliefs, les bois, les chemins, les habitations). Quelques lieux, des maisons, sont identifiés par une toponymie commençant très souvent par le mot « chez » : « Chez Killiok », « Chez le Chat Mystère », « Chez Kwé et Kwè », etc. La carte, de nouveau, territorialise. Si l’on se souvient de l’étymologie du mot « chez », venant du latin casa, on est forcé de constater que la carte assigne des morceaux de territoires à des protagonistes que le lecteur sera amené à rencontrer. Si, comme pour le personnage de Jed, dans La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq, la carte est le territoire, en revanche, pour Anne Brouillard, elle n’est pas « plus intéressante2 ». Elle peut, de la même manière que le territoire lui-même, dissimuler, travestir des réalités. La vue oblique que l’on trouve à la fin donne la vie à ce territoire. Des personnages s’y déplacent. Cette vue n’est accompagnée d’aucune nomenclature. Cette dernière n’est plus nécessaire. La carte nous avait introduits dans un territoire inconnu. Nous l’avons parcouru avec les personnages de l’histoire. Par sa précision, la carte nous a permis de saisir toutes les dimensions du territoire, d’en comprendre sa configuration, d’y repérer certains lieux remarquables et d’y tracer des itinéraires. Nous en faisons maintenant partie. Anne Brouillard a réussi ce tour de force : nous embarquer dans son imaginaire.

  • 3 Buci-Glicksmann (Christine), L’Œil cartographique de l’art, Paris, Galilée, 1996, p. 26.
  • 4 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Capitalisme et schizophrénie 2. Mille plateaux, Paris, Minu (...)
  • 5 Delaunay (Nelly), Comment l’œuvre d’Anne Brouillard peut s’organiser en constellations à partir d (...)
  • 6 Ibid., p. 14.

3La philosophe Christine Buci-Gluksmann voit dans la carte « un percept qui organise des affects et des agencements dans et à partir d’un lieu3 ». Les cartes d’Anne Brouillard révèlent les grandes passions de leur auteure, l’emboîtement du monde en pelures d’oignon autour de l’espace domestique. Il y a mon chez-moi, mon espace proche et le vaste monde. « La carte ne reproduit pas un inconscient fermé sur lui-même, elle le construit », écrivaient Deleuze et Guattari4. La carte comme le rhizome a des entrées multiples : elle invite au voyage, elle inscrit, circonscrit le territoire. Les territoires dessinés par Anne Brouillard sont les territoires de sa vie. N’avouait-elle pas à Nelly Delaunay5 lors d’un entretien en 2010 que La Grande Forêt était le « livre de sa vie ». On y retrouve un bon nombre de ses personnages, quelques espaces et lieux familiers. La Grande Forêt traduit la façon dont l’imaginaire de son enfance s’est matérialisé à l’âge adulte à travers l’objet-livre6.

  • 7 Si l’identité créative d’un artiste peut être abordée à partir de son trait, de son approche esth (...)
  • 8 Lazzarotti (Olivier), Habiter. La condition géographique, Paris, Belin, 2006.

4J’aimerais montrer à travers cet article que l’identité artistique7 d’Anne Brouillard traduit son identité spatiale intime, ce qu’Olivier Lazzarotti appelle sa « signature géographique8 ». Trois thématiques, dans ce domaine, nous semblent récurrentes dans toute l’œuvre de notre auteure. Anne Brouillard aime représenter les gares, les trains, aime s’attacher à ce que les Grecs nomment les metaphoraï et que Certeau envisagent comme des producteurs de récit, des connecteurs d’espaces. Anne Brouillard semble également apprécier les grands espaces dans lesquels l’individu entre en communion avec ce qu’on serait tenté de nommer la « Nature ». Enfin Anne Brouillard, à l’opposé de ces grands espaces ouverts, est très attachée à la maison, à l’espace domestique et plus particulièrement peut-être à une maison qu’elle semble vouloir reproduire indéfiniment d’album en album.

Les métaphoraï, récits d’espaces

  • 9 De Certeau (Michel), L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 170.

Dans l’Athènes d’aujourd’hui, les transports en commun s’appellent metaphoraï. Pour aller au travail ou rentrer à la maison, on prend une « métaphore » – un bus ou un train. Les récits pourraient également porter ce beau nom : chaque jour, ils traversent et ils organisent des lieux ; ils les sélectionnent et les relient ensemble ; ils en font des phrases et des itinéraires. Ce sont des parcours d’espaces9.

  • 10 Brouillard (Anne), Voyage d’hiver, Bruxelles, Esperluète, 2013.
  • 11 Casterman (Geneviève), Rue De Praetere, Bruxelles, Esperluète, 1999.

5Chez Anne Brouillard, les moyens de transport et, plus particulièrement les trains, servent de metaphoraï au récit. Ils servent, comme l’écrivait Certeau, à relier des lieux et à organiser l’espace. Voyage d’Hiver10 est sans doute l’album le plus représentatif du récit-itinéraire de par sa forme d’abord – un leporello de 4,5 mètres de long –, mais aussi de par son histoire – un voyage inspiré d’un itinéraire entre Dinant et Namur qu’empruntait régulièrement notre auteure lorsqu’elle habitait Orchimont. Le chemin de fer longe un cours d’eau qui s’apparente à la Meuse sillonnant dans le creux d’une vallée parfois escarpée. Le parcours imaginé par Anne Brouillard part d’une gare en briques (voir figure 1) d’un petit bourg rural et se termine dans une grande gare citadine. Le voyage rend compte d’un degré d’urbanité croissant : petit à petit le trafic fluvial s’intensifie, la vallée encaissée laisse place à une vallée plus large permettant l’étalement urbain. Peu à peu, le trafic automobile est de plus en plus perceptible jusqu’à la présence d’un embouteillage dans un espace où les immeubles se densifient et s’élèvent. L’album traduit le regard que l’artiste porte sur les paysages du quotidien, ceux auxquels les couleurs de l’hiver donnent beaucoup de poésie. À l’origine, cet album était une gigantesque fresque sur toile exposée dans le square Catteau-Mimerel de Roubaix à l’occasion du festival « Livre comme l’air » organisé par la ville en 2009. C’est Anne Leloup, éditrice à l’Esperluète, qui propose à Anne Brouillard l’adaptation en leporello. Sans doute faut-il voir dans cet unique essai de fresque paysagère un clin d’œil au leporello de Geneviève Casterman, Rue De Praetere, publié en 1999 chez l’Esperluète11. Geneviève Casterman et Anne Brouillard, très amies, habitèrent toutes deux un temps cette même rue de Bruxelles. Mais, alors que Geneviève Casterman propose une vue à 360° sur les paysages de son quartier, Anne Brouillard offre un long et lent parcours linéaire le long de la Meuse.

Fig. 1 Voyage d’hiver – gare du départ.

Fig. 1 Voyage d’hiver – gare du départ.

© Éditions Esperluète, 2013.

  • 12 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, Paris, Seuil jeunesse, 2004.
  • 13 Ibid., p. 6 non paginé.
  • 14 Ibid., p. 6 non paginé.

6Dans Le Chemin bleu12, album réalisé lors d’une résidence d’artistes dans le Massif Central, le héros évoque son retour dans le village de son enfance. À l’image du port correspondent les grandes aventures et les voyages lointains vers l’inconnu : « Tant de chemins ont entendu mes pas, tant de lieux ont écouté le silence de mes escales13. » À celle du chemin de fer correspondent les aiguillages et les carrefours qui ramènent vers les territoires connus : « Des aiguillages et des carrefours m’ont tendu les bras. Et voilà que je reviens14. »

  • 15 Brouillard (Anne), Le Voyageur et les oiseaux, Paris, Seuil Jeunesse, 2006.

7Dans Le Voyageur et les oiseaux15, l’action se passe dans une gare, à la terrasse d’un café qui donne sur les quais. Alors que tout s’agite autour de lui, que des individus s’empressent vers leur train sur le départ, accèdent aux quais ou en repartent, le héros prend son temps, lit son journal et fait ses mots croisés. Partira-t-il ? Est-il simplement là, au milieu des petits oiseaux qui viennent picorer le pain sur sa table, pour s’imprégner de l’ambiance particulière des quais de gare, de l’affairement, de l’agitation ou des discussions aux tables voisines ?

  • 16 Ibid., p. 58
  • 17 Brouillard (Anne), Le Temps d’une lessive, Paris, Seuil Jeunesse, 2000.

8La Grande Forêt, espace quasi vierge mais peuplé d’êtres extraordinaires, est traversée par une ligne de chemin de fer qui la relie au reste du Pays du Lac Tranquille. Lorsque Killiok et Véronica, les deux héros, découvrent une gare en pleine nuit, au beau milieu de nulle part, cette gare est extraordinaire puisqu’elle est totalement intégrée aux arbres de la forêt (voir figure 2). Après un périple hasardeux, un des personnages constate en voyant le train arriver : « Il roule dans la bonne direction et les portes s’ouvrent. C’est accueillant16. » Le train ramène les deux héros près de leur domicile, dans la gare du Laboratoire. Mais bien davantage, après s’être perdus dans la Grande Forêt, c’est grâce au train que Killiok et Véronica retrouvent l’ami qu’ils recherchaient. Le train renvoie à l’idée de confort, de chaleur. Il permet de voyager en toute sécurité. Depuis la chaleur du wagon, on peut apprécier l’hiver et ses paysages, la nuit et la froideur de la Grande Forêt. Dans Le Temps d’une lessive17, c’est encore un véhicule apparenté à un train, se déplaçant sans roue, sans rail, mais comportant des wagons confortables réunissant des individus hétéroclites, qui va à la fois sur terre, sous les mers et dans les airs. Et si on demande à Anne Brouillard comment elle explique cette passion pour les trains, elle répond :

Je ne sais pas si je peux vraiment expliquer cet intérêt pour les gares et les trains. Je constate qu’il existe, dans la vraie vie comme dans les livres, et que cela remonte à une époque dont je ne me souviens même pas ! […] J’adore le train. Voyager en train, c’est un peu du temps hors du temps. On n’est ni au départ, ni à l’arrivée. Personne n’attend rien de nous à ce moment-là.

Mais j’adore aussi regarder les trains, les voir partir, arriver… L’odeur des rails me fait vibrer intérieurement, entendre un train de marchandises traverser la nuit me procure des sensations de vrai bonheur. Je me sens chez moi dans les gares. (Courriel du 17 juin 2019).

Fig. 2 La Grande Forêt, p. 57, b. 2.

Fig. 2 La Grande Forêt, p. 57, b. 2.

© L’école des loisirs, 2017.

  • 18 Meunier (Christophe), L’Espace dans les livres pour enfants, Rennes, Presses Universitaires de Re (...)
  • 19 Augé (Marc), Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992, (...)
  • 20 Ibid., p. 42-43.

9Le chemin de fer et ses terminus que sont les gares sont des espaces réticulaires que nous pourrions qualifier de « tubulaires18 ». Le sociologue Marc Augé voit dans les réseaux à grande vitesse des non-lieux, c’est-à-dire « aussi bien les installations nécessaires à la circulation accélérée des personnes et des biens (voies rapides, échangeurs, aéroports) que les moyens de transport eux-mêmes ou les grands centres commerciaux, ou encore les camps de transit prolongé où sont parqués les réfugiés de la planète19 ». Or ce ne sont pas ces réseaux-là qui sont dépeints par Anne Brouillard. Ses chemins de fer prennent le temps, offrent la possibilité de traverser et de regarder le monde dans une structure sécurisante. Pour reprendre les travaux de Marc Augé, le train serait pour Anne Brouillard un moyen de fuir la « surmodernité », où figurent excès de temps, excès d’espaces, surabondance événementielle20.

Les immensités spatiales

10Le réseau tubulaire du chemin de fer relie des lieux et construit des espaces. Ces deux termes méritent d’être définis à la lumière d’une géographie du sensible. Dans Space and Place, Yi-Fu Tuan associe aux deux termes des caractéristiques complémentaires et distinctes :

  • 21 Tuan (Yi-Fu), Space and Place. The Perspective of Experience, Minneapolis, University of Minnesot (...)

Si la sécurité et la stabilité sont attachées au lieu, nous accordons à l’espace l’ouverture, la liberté et la crainte. En outre, si nous pensons l’espace comme ce qui permet le mouvement, alors le lieu est la pause ; chaque pause dans le mouvement rend possible de transformer la localisation en lieu21.

  • 22 Brouillard (Anne), Voyage, Nîmes, Grandir, 1997.

11Voyage22, publié en 1994 par Grandir, est déjà un voyage en train. Au fil des pages, les paysages défilent et les usagers du train laissent libre cours à leur imagination. Les rails traversent des espaces toujours ouverts, relient des gares et des individus que le train prend sur son passage. Dans La Carte et le Territoire, Houellebecq imagine une exposition photographique réalisée par son héros, Jed :

  • 23 Houellebecq (Michel), op. cit., p. 80.

Jed avait affiché côte à côte une photo satellite prise aux alentours du ballon de Guebwiller et l’agrandissement d’une carte Michelin « Départements » de la même zone. Le contraste était frappant : alors que la photo satellite ne laissait apparaître qu’une soupe de verts plus ou moins uniformes parsemée de vagues taches bleues, la carte développait un fascinant lacis de départementales, de routes pittoresques, de points de vue, de forêts, de lacs et de cols23.

12Les grands espaces sont illisibles et sauvages. La carte les territorialise et les organise. Dans la Grande Forêt, espace étendu et inconnu, il existe, d’après la carte détenue par Véronica, des repères : quelques refuges, des marécages, quelques collines, la roulotte de Vari Tchésou, la cabane de Monsieur Hysope. Cependant, lorsque les héros de l’album d’Anne Brouillard se retrouvent plongés dans la réalité du terrain, ils se perdent. Alors commence l’aventure.

13Les grandes étendues de lacs et de forêt sont des paysages empruntés à la Suède. Car, si Anne Brouillard est née à Louvain, en Belgique, elle n’oublie pas qu’une partie d’elle, celle qui lui vient de sa mère, est suédoise. Les paysages ce sont ceux d’une région où Anne allait passer ses vacances lorsqu’elle était enfant : le Dalsland, une région située au sud-ouest de la Suède. Tout nous ramène à l’enfance dans cet espace boisé : les cabanes, la maison de monsieur Hysope, la pierre trouvée au milieu de la forêt.

Fig. 3 Carte de la région du Kroppefjäll.

Fig. 3 Carte de la région du Kroppefjäll.

© C. Meunier.

  • 24 Delaunay (Nelly), op. cit., p. 100.
  • 25 Brouillard (Anne), La Grande Forêt, op. cit., p. 36.

14Ces grandes forêts et ces lacs renvoient à la proximité avec la nature et à la volonté de retrouver une vie en équilibre avec la Terre. « La terre tourne est un album que j’ai réalisé sans stress à côté de ce fameux lac Teakersjön dans la commune de Dalskog en Suède. Il a même été peint à l’eau du lac », confie Anne Brouillard à Nelly Delaunay24 (voir figure 3). La pierre que Killiok et Véronica découvrent dans la Grande Forêt existe bien en Suède, il s’agit de Kyrksten, la « pierre de l’église », dans le sud de la forêt vallonnée qui recouvre le Kroppe Fjäll, sur la paroisse de Sundals-Ryr. Cette pierre qui a suscité plusieurs légendes comporte des inscriptions reprenant des hymnes et des textes bibliques. Non loin de la pierre, il existe une vieille cabane abandonnée, qui, dit-on, aurait accueilli un ermite. Cette cabane inspira celle du vieil Hysope, sage-scientifique ermite de La Grande Forêt. C’est dans cette grande forêt du Dalsland qu’Anne Brouillard semble retrouver le contact avec la Terre. Les bébés-mousse25, qui se protègent en enfouissant leur corps dans la terre, ne laissant dépasser qu’une coiffe de mousse, sont des êtres imaginaires qui traduisent bien cette fusion entre l’humain et l’humus.

  • 26 Roger (Alain), La Théorie du paysage, Paris, Champ-Vallon, 1995, p. 445.

15Dans Voyage d’hiver, des paysages de la Belgique (les villages et la ville) sont mélangés à quelques paysages suédois (les bords de lac et la forêt, voir figure 4). Le train permet la divagation. Les paysages, c’est-à-dire ce qui est placé devant les yeux du lecteur-voyageur, deviennent pays, c’est-à-dire le territoire traversé. Le philosophe Alain Roger parle « d’empaysement26 ». Il ne s’agit pas d’un empaysement brutal qui, de fait, nous dépayserait, mais bien d’un empaysement lent et doux. Fuyant, la surmodernité, comme nous avons pu le supposer plus haut, Anne Brouillard aime à circuler de manière apaisée. Les voyages dans ces espaces ouverts l’amènent à rêver, voire à se souvenir.

Fig. 4 Voyage d’hiver

Fig. 4 Voyage d’hiver

© Éditions Esperluète, 2013.

  • 27 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, op. cit., p. 8.

16Chez Anne Brouillard, les grands espaces sont ruraux. Ils inspirent l’aventure mais également le retour aux sources. Dans Le Chemin bleu, par exemple, le hameau dans lequel le personnage arrive, et qui est inspiré du hameau de La Mazière à Saint-Priest-des-Champs dans le Puy-de-Dôme, se trouve dans un espace isolé et reculé. Mais dès lors que les souvenirs réapparaissent et que le personnage décide de poser ses valises, l’espace devient lieu, le lieu de l’anamnèse : « J’entre. Je pose ma valise. J’ouvre les volets, et le soleil coule à l’intérieur. Je suis bien. J’écoute, et le silence des murs m’offre des rêves mêlés de souvenirs27. »

  • 28 Werlen (Benno), « Géographie culturelle et tournant culturel », dans Géographie et Cultures, 2003 (...)
  • 29 Brouillard (Anne), Petites Histoires étranges, Paris, Syros, 1992.
  • 30 Delaunay (Nelly), op. cit., p. 85.
  • 31 Brouillard (Anne), La Grande Forêt, op. cit., p. 8.

17Il y a, chez Anne Brouillard, deux « manières d’être au monde », pour reprendre une expression de Benno Werlen28, celle de Killiok et celle de Véronica. Killiok, un petit chien noir, est un personnage récurrent dans l’œuvre de notre auteure. On rencontre pour la première fois ce chien noir qui deviendra progressivement Killiok dans son deuxième album, Petites Histoires étranges29. Dans ses traits qui finiront par se stabiliser, Killiok a quelque chose des Moumines, ces petits trolls créés par la Finlandaise suédophone Tove Jansson. « Je me rappelle quand j’avais neuf ans, je redessinais des Moumines tout le temps. Il peut ressembler effectivement, peut-être au niveau du nez, et même dans ses attitudes, ce n’est pas conscient. Killiok comme Moumine a suivi une évolution », confiait Anne Brouillard à Nelly Delaunay30. Dans La Grande Forêt, Killiok est casanier, contemplatif. Il aime le confort d’un intérieur douillet et craint l’aventure et l’imprévu, les voyages qui l’éloigneraient de sa maison. Véronica, quant à elle, « rêve de voyager et conserve précieusement une collection de cartes des différentes régions de la Chintia31 ». Le détail des sacs à dos des deux personnages (p. 12) laisse encore entendre ces différentes façons d’envisager l’espace et la vie.

18Le géographe Yi-Fu Tuan concluait en 1977 :

  • 32 Tuan (Yi-Fu), op. cit., p. 54.

L’espace est un symbole commun de liberté dans le monde occidental. L’espace évoque l’ouverture, il suggère le futur et invite à l’action […]. Comparé à l’espace, le lieu est un endroit calme et stable. Les êtres humains ont besoin à la fois de lieux et d’espaces. La vie est mouvement dialectique entre abri et aventure, lien et liberté32.

La maison, là où tout commence et là où tout finit

19La maison de Killiok (voir figure 5) est une maison que l’on retrouve souvent dans le travail d’Anne Brouillard. C’est une maison à deux étages, aux multiples fenêtres. Les combles, sous un toit à pans coupés (à la manière des maisons que l’on peut trouver en bord de Meuse, à Dinant par exemple), sont également éclairés par de grandes fenêtres. Dans les notes préparatoires à La Grande Forêt, Anne Brouillard en décrit ainsi l’intérieur :

  • 33 Brouillard (Anne), Notes pour la réalisation de La Grande Forêt, non publié.

La maison de Kiliok se trouve sur une petite colline – une petite hauteur – aux abords du lac. C’est une maison très confortable, remplie de livres intéressants. À l’étage, il y a une longue-vue. On peut donc regarder toute la vie aux abords du lac – ainsi que l’arrivée des nuages33.

Fig. 5 La Grande Forêt, p. 70-71.

Fig. 5 La Grande Forêt, p. 70-71.

© L’école des loisirs, 2017.

  • 34 Brouillard (Anne), La Grande Forêt, op. cit., p. 13.

20La maison de Killiok est un havre de paix, un repaire. Killiok n’y vit pas retranché, il y vit en observateur du monde et en hôte fidèle et bienveillant. La maison de Killiok se dresse sur une hauteur au bord du lac et en bordure de la forêt. La nuit, les lumières intérieures la transforment en sémaphore34. Elle existe, comme Killiok d’ailleurs, pour apporter réconfort et apaisement.

  • 35 Ibid.
  • 36 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, op. cit., p. 22, non paginé.
  • 37 Ibid., p. 30.

21« Véronica a sa maison au bord de la rivière. Quel genre de maison est-ce donc ? Une maison en pierre, haute de plafond, avec des pièces un peu vides et résonnantes. Véronica possède le globe35 », note Anne Brouillard. À l’opposé de celle de Killiok, la maison de Véronica est froide et assez impersonnelle. Elle a tout du refuge entre deux aventures. Véronica n’est pas casanière. Sa maison lui sert à préparer son nouveau déplacement, toujours plus loin, dans la Grande Forêt. Elle y conserve le globe et les cartes, les outils qui permettent respectivement de rêver au voyage et d’en organiser l’itinéraire. Dans Le Chemin bleu, le globe présent dans la salle de classe est associé au ballon rouge de l’enfance. Le ballon est l’objet transitionnel qui attache l’enfant à son hameau ; le globe celui qui l’invite à quitter ce lieu : « Enfant, je me disais : je partirai un jour avec le cheval voir l’autre côté de la forêt36 » ; et l’auteure continue : « C’est autour de la Terre que je veux tourner37. »

  • 38 Brouillard (Anne), Petit Somme, Paris, Seuil Jeunesse, 2014.

22Dans Petit Somme38, une petite maison de bois fume au milieu d’une clairière. À l’intérieur, une femme y prépare le repas et tous les animaux de la forêt s’approchent. La clairière devient un lieu de fraternité entre les animaux et les humains. La maison est en harmonie écologique avec son environnement au point où la clairière est pensée comme un territoire habité et partagé par les humains et les non-humains.

  • 39 Brouillard (Anne), L’Orage, Nîmes, Grandir, 1998.

23L’idée de la maison-repaire, davantage que du refuge, est récurrente chez notre auteure. Elle remplit plusieurs fonctions : elle nourrit, réchauffe, protège et rassure. Elle est également ouverte sur l’extérieur, comme une vaste fenêtre sur le monde. La maison, à l’instar de la première double-page de L’Orage39, réfléchit l’espace extérieur. Cette première planche nous montre un miroir réfléchissant le jardin, encadré par deux portes-fenêtres donnant sur deux pièces de la maison. Sur le côté droit de l’image, un escalier sombre permet d’accéder à l’étage (voir figure 6).

Fig.6 L’Orage, p.1-2.

Fig. 6 L’Orage, p. 1-2.

© Éditions Grandir, 1998.

24L’image de la dernière planche de L’Orage reprend celle de la première. Entre les deux, nous avons découvert le rez-de-chaussée de la maison, traversé le salon et la cuisine. Nous avons suivi les chats, maîtres des lieux. Nous sommes passés de l’intérieur vers l’extérieur puis de l’extérieur vers l’intérieur, au gré d’une météo capricieuse et du passage de l’orage (voir figure 7). Ce parcours à travers le rez-de-chaussée nous a permis d’appréhender l’extrême porosité de la maison. Ses vastes ouvertures permettent l’accès aux vastes espaces extérieurs et aux aventures multiples comme elles facilitent le retour précipité face aux intempéries. Les deux enfants, qui habitent certainement la maison, se sont trop éloignés et ont dû trouver un abri de fortune avant de rejoindre leur demeure.

Fig. 7 Plan de la maison de L’Orage (1998) et le parcours du chat noir.

Fig. 7 Plan de la maison de L’Orage (1998) et le parcours du chat noir.
  • 40 Brouillard (Anne), Berceuse du merle, Paris, Seuil Jeunesse, 2011.
  • 41 Ibid., p. 15 non paginé.

25Anne Brouillard aime à jouer avec cette porosité offerte par les fenêtres toujours ouvertes de la maison. Dans Berceuse du merle40, elle promène un œil cinématographique à travers une maison dans laquelle vient de naître un enfant. La première image que nous avons de la maison est celle de la chambre du bébé dont la porte est ouverte sur la cuisine où une mère, encore une fois, prépare à manger. Puis, nous nous approchons de la fenêtre entrouverte où un merle apparaît sur une branche. Nous sortons alors de la chambre et nous nous retrouvons dans l’arbre où se tient le merle qui prend soudain son envol au-dessus de la cour. En bas, le père et ses deux aînés jouent dans une cour pavée close par de hauts murs mais dont la grille est entrouverte. Nous nous approchons des enfants et du père au moment où ce dernier s’apprête à tirer dans un ballon. Le tir mal maîtrisé propulse le ballon dans l’arbre et nous nous élevons avec lui dans les airs. Nous avons alors une vue générale sur le quartier où se trouve la maison familiale : « Et tout autour la ville bourdonne41. » Nous nous approchons alors du ballon que le merle a suivi. Ce dernier nous invite à rentrer au premier étage de la maison, dans la cuisine. Le repas est prêt et nous suivons la mère qui va chercher l’enfant dans sa chambre. Elle écarte les rideaux et salue les autres membres de la famille, toujours dans la cour (voir figure 8).

Fig. 8 Itinéraire du récit dans Berceuse du merle (2011).

Fig. 8 Itinéraire du récit dans Berceuse du merle (2011).
  • 42 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, op. cit., p. 11, non paginé.

26Si nous nous fions au schéma de l’itinéraire que l’œil du lecteur a suivi à travers l’album, nous observons une spirale qui s’est enroulée autour de l’arbre et de la façade de la maison. La douceur des images et de leur lente succession, alternant vues générales et plans resserrés, traduit le bonheur qui s’est installé dans ce foyer. La spirale que nous venons de décrire lie la maison à la figure de l’arbre, bien enraciné et au feuillage imposant. La maison, c’est aussi cette stabilité de l’arbre qui défie le temps. Le personnage du Chemin bleu associe également la maison, qui fut son école, à l’arbre de la cour : « L’arbre écoutait nos jeux, nos cris. Il recevait nos secrets. Son ombre tournait autour de lui et dessinait un chemin bleu sur le sol. Le temps passait. L’arbre ne bougeait pas. Depuis, j’ai voyagé42… » Quoiqu’il se passe, la maison réunit ses habitants, elle garde le passé et les souvenirs qui s’y créent. Les enfants grandissent, partiront très probablement mais toujours auront la possibilité de revenir par la grille laissée entrouverte.

  • 43 Brouillard (Anne), La Vieille Dame et les souris, Paris, Seuil Jeunesse, 2007.

27Et quand la maison disparaît, démolie par des plans de rénovation comme dans La Vieille Dame et les souris43, c’est une souffrance. La vieille dame, qui doit abandonner cette maison et qui y a accumulé tant de souvenirs, déménage à l’instar de ces voisins. La démolition avance progressivement. Les souris qui peuplaient les autres maisons rasées se sont réfugiées chez la vieille dame qui tente d’abord de les sauver en les attrapant et les conduisant dans la forêt. Mais c’est peine perdue. À la double page finale, les souris quittent la maison et partent investir les sous-sols des maisons voisines, y compris des plus modernes comme pour nous dire que la vie continue. Déménager est une souffrance, emménager est une nouvelle aventure.

28La question de l’habiter est donc une interrogation centrale dans l’œuvre d’Anne Brouillard. Entre mobilité de l’aventure dans les espaces lointains ou proches et stabilité de l’espace domestique, les récits d’Anne Brouillard nous ramènent à nos propres nostalgies, à nos propres interrogations et à nos propres vies. C’est le plus souvent dans la maison que se préparent les aventures qui vont construire le personnage, et, à travers lui, l’enfant-lecteur. Les albums que nous avons choisis lui montrent les frontières qu’il devra franchir, lui présentent à la fois la porosité et l’étanchéité des quatre murs qui clôturent l’espace domestique. Étanches, ils le protègent des agressions sociales et climatiques. Poreux, ils laissent entrer le merveilleux du monde extérieur.

  • 44 Meunier (Christophe), op. cit., p. 220.
  • 45 Ponge (Francis), « Les escargots », dans Le Parti Pris des choses [1942], dans Œuvres complètes I(...)

29Les récits d’espaces d’Anne Brouillard sont comme une illustration de ce que j’avais nommé le « syndrome de l’escargot44 ». Ce syndrome renvoie à un habiter organique, qui tire sa maison de son propre corps, qui dévore du paysage jusqu’à l’empaysement, qui porte sa maison dans sa tête. Les albums d’Anne Brouillard ont, dans leurs temporalités et dans leurs spatialités, quelque chose qui a à voir avec ce syndrome et qu’un poème de Francis Ponge, dédié aux escargots pourrait tout à fait illustrer : « Les escargots aiment la terre humide. Go on, ils avancent collés à elle de tout leur corps. Ils en emportent, ils en mangent, ils en excrémentent. Elle les traverse. Ils la traversent… Il colle si bien à la nature, il en jouit si parfaitement de si près45. »

Haut de page

Notes

1 Brouillard (Anne), La Grande Forêt. Le pays des Chintiens, Paris, Pastel, 2016.

2 Houellebecq (Michel), La Carte et le Territoire, Paris, Flammarion, 2010, p. 80.

3 Buci-Glicksmann (Christine), L’Œil cartographique de l’art, Paris, Galilée, 1996, p. 26.

4 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Capitalisme et schizophrénie 2. Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 20.

5 Delaunay (Nelly), Comment l’œuvre d’Anne Brouillard peut s’organiser en constellations à partir de et autour de son album La Terre tourne, Mémoire de Master, Université du Maine, 2011, p. 88.

6 Ibid., p. 14.

7 Si l’identité créative d’un artiste peut être abordée à partir de son trait, de son approche esthétique, elle peut l’être également par les thèmes qu’il aborde régulièrement et la manière dont ces thèmes sont traités. Cet article s’intéressera principalement à ces deux derniers aspects.

8 Lazzarotti (Olivier), Habiter. La condition géographique, Paris, Belin, 2006.

9 De Certeau (Michel), L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 170.

10 Brouillard (Anne), Voyage d’hiver, Bruxelles, Esperluète, 2013.

11 Casterman (Geneviève), Rue De Praetere, Bruxelles, Esperluète, 1999.

12 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, Paris, Seuil jeunesse, 2004.

13 Ibid., p. 6 non paginé.

14 Ibid., p. 6 non paginé.

15 Brouillard (Anne), Le Voyageur et les oiseaux, Paris, Seuil Jeunesse, 2006.

16 Ibid., p. 58

17 Brouillard (Anne), Le Temps d’une lessive, Paris, Seuil Jeunesse, 2000.

18 Meunier (Christophe), L’Espace dans les livres pour enfants, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 125.

19 Augé (Marc), Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992, p. 48.

20 Ibid., p. 42-43.

21 Tuan (Yi-Fu), Space and Place. The Perspective of Experience, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1977, p. 5.

22 Brouillard (Anne), Voyage, Nîmes, Grandir, 1997.

23 Houellebecq (Michel), op. cit., p. 80.

24 Delaunay (Nelly), op. cit., p. 100.

25 Brouillard (Anne), La Grande Forêt, op. cit., p. 36.

26 Roger (Alain), La Théorie du paysage, Paris, Champ-Vallon, 1995, p. 445.

27 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, op. cit., p. 8.

28 Werlen (Benno), « Géographie culturelle et tournant culturel », dans Géographie et Cultures, 2003, n° 47, p. 19.

29 Brouillard (Anne), Petites Histoires étranges, Paris, Syros, 1992.

30 Delaunay (Nelly), op. cit., p. 85.

31 Brouillard (Anne), La Grande Forêt, op. cit., p. 8.

32 Tuan (Yi-Fu), op. cit., p. 54.

33 Brouillard (Anne), Notes pour la réalisation de La Grande Forêt, non publié.

34 Brouillard (Anne), La Grande Forêt, op. cit., p. 13.

35 Ibid.

36 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, op. cit., p. 22, non paginé.

37 Ibid., p. 30.

38 Brouillard (Anne), Petit Somme, Paris, Seuil Jeunesse, 2014.

39 Brouillard (Anne), L’Orage, Nîmes, Grandir, 1998.

40 Brouillard (Anne), Berceuse du merle, Paris, Seuil Jeunesse, 2011.

41 Ibid., p. 15 non paginé.

42 Brouillard (Anne), Le Chemin bleu, op. cit., p. 11, non paginé.

43 Brouillard (Anne), La Vieille Dame et les souris, Paris, Seuil Jeunesse, 2007.

44 Meunier (Christophe), op. cit., p. 220.

45 Ponge (Francis), « Les escargots », dans Le Parti Pris des choses [1942], dans Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de La Pléiade, 1999, p. 24-25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Voyage d’hiver – gare du départ.
Crédits © Éditions Esperluète, 2013.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 2 La Grande Forêt, p. 57, b. 2.
Crédits © L’école des loisirs, 2017.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 3 Carte de la région du Kroppefjäll.
Crédits © C. Meunier.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-3.png
Fichier image/png, 674k
Titre Fig. 4 Voyage d’hiver
Crédits © Éditions Esperluète, 2013.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 5 La Grande Forêt, p. 70-71.
Crédits © L’école des loisirs, 2017.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 6 L’Orage, p. 1-2.
Crédits © Éditions Grandir, 1998.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 7 Plan de la maison de L’Orage (1998) et le parcours du chat noir.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-7.png
Fichier image/png, 353k
Titre Fig. 8 Itinéraire du récit dans Berceuse du merle (2011).
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3715/img-8.png
Fichier image/png, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Meunier, « Anne Brouillard et le génie des lieux », Textyles, 57 | 2019, 27-42.

Référence électronique

Christophe Meunier, « Anne Brouillard et le génie des lieux », Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3715 ; DOI : 10.4000/textyles.3715

Haut de page

Auteur

Christophe Meunier

inspe Centre Val de Loire / Université d’Orléans – Laboratoire iNtrU / Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals