Navigation – Plan du site
Ouvrir l'album

Ernest et Célestine ou l’éloge de la simplicité

Wendy Huygen
p. 43-54

Texte intégral

  • 1 Lorsque nous évoquerons son travail d’illustratrice pour la jeunesse, nous utiliserons son pseudo (...)

1Plus connue sous le pseudonyme Gabrielle Vincent1, Monique Martin, de son vrai nom, est l’une des figures incontournables de l’illustration au xxe siècle. Si nous retenons son nom aujourd’hui, c’est essentiellement pour son travail d’illustration qui lui permettait de répondre à des besoins alimentaires, mais son investissement artistique premier était la peinture, à laquelle elle a consacré sa vie. Le présent article visera à retracer brièvement le parcours de cette artiste singulière et à dégager les grandes logiques et les motifs saillants de l’œuvre qui l’a rendue célèbre, en interrogeant le style de l’auteure-illustratrice et les thèmes qu’elle développe.

De Monique Martin à Gabrielle Vincent

  • 2 Pour plus d’informations, nous renvoyons le lecteur au site de la fondation Monique Martin : http (...)
  • 3 Defourny (Michel), « Hommage à Gabrielle Vincent », sur Calameo, Lectures n° 77 – 1994, url : htt (...)
  • 4 (1867-1939) Illustrateur britannique spécialisé dans les dessins de contes et de récits fantastiq (...)
  • 5 (1879-1976) Illustrateur de Winnie-the-Pooh.
  • 6 Mathieu (François), « Un jour, Gabrielle Vincent rompit avec le mythe mièvre du nounours et de la (...)

2Née le 9 septembre 1928, à Ixelles, Monique Martin grandit dans un milieu sensible à l’art. Dès son plus jeune âge, elle développe une personnalité artistique perceptible dans les ébauches et esquisses qu’elle multiplie à cette période2. Diplômée de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, en 1951, elle reçoit la plus grande distinction et les félicitations du jury pour sa toile La Mise au tombeau, qui se démarque de la production des années 1950par un style sobre et des tons très doux. Elle tente alors de se spécialiser dans le noir et blanc, avant d’introduire de la couleur dans ses compositions au début des années 1960. C’est à ce moment-là qu’elle exploite une technique comme le lavis et des matériaux comme l’aquarelle, le pastel ou encore la peinture à l’huile. C’est également à cette époque que des expositions commencent à lui être consacrées, dévoilant ses premières productions. Rapidement, elle est reconnue par ses pairs et encensée par la critique qui souligne « la force, la sobriété et la sensibilité de son art3 ». Constatant que seul un petit cercle de privilégiés a accès à ses tableaux, elle éprouve des difficultés à se séparer de ses œuvres qu’elle aimerait voir rayonner davantage. Elle continue à exposer son travail dans les écoles ou dans les bibliothèques, souhaitant que son art soit à la portée de tous. C’est pourquoi elle songe à publier ses dessins dans des albums. Grande admiratrice de peintres tels que Rembrandt, maître du clair-obscur, ou l’Italien Morandi, l’artiste a également été influencée par deux grands noms de l’illustration pour la jeunesse : elle appréciait, d’une part, le trait sombre et nerveux d’Arthur Rackham4 et, d’autre part, la sobriété d’Ernest Howard Shepard5. Cultivant un certain goût pour le mystère, elle a toujours refusé de commenter ou d’exprimer son opinion sur son œuvre à la presse. Elle affirmait : « Tout est dit dans mes dessins, ils parlent pour moi6. » Au cours de sa vie, elle compilera plusieurs séries de dessins dans des recueils, comme Jacques Brel (1989), Au désert (1991) ou encore Au palais (1995). Monique Martin s’éteint le 24 septembre 2000, laissant derrière elle une œuvre estimée à pas moins de dix mille pièces.

  • 7 Defourny (Michel), Le Livre et l’Enfant. Recueil de textes de Michel Defourny, Belgique, De Boeck (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Claes (Vincent), « Ernest et Célestine orphelins. Cet automne-là », dans Le Journal du Médecin, n (...)
  • 10 Un jour, un chien fut d’abord signé sous son vrai nom en 1982, avant d’être publié sous le pseudo (...)
  • 11 Fano (Daniel), « Le livre pour enfants doit ses lettres de noblesse à Ernest et Célestine », dans (...)

3Comme le précise Michel Defourny, Gabrielle Vincent est « une figure marquante de l’album en [Fédération Wallonie-Bruxelles de] Belgique7 » et elle « compte sans doute parmi les plus grands créateurs d’albums pour enfants dans la seconde moitié du xxe siècle8 ». Cette spécialisation n’était toutefois pas le premier choix de l’intéressée : en 1970, elle publie Le Petit Ange à Bruxelles aux éditions Blanchart ; il s’agit d’un premier album, qu’elle destine davantage aux adultes qu’aux enfants et qu’elle signe de son nom civil. En 1981, elle publie Ernest et Célestine ont perdu Siméon chez Duculot/Casterman : elle considère dans un premier temps cette production comme alimentaire et, face au peu de considération dont bénéficie l’illustration pour la jeunesse, elle décide de signer ses albums sous le pseudonyme de Gabrielle Vincent. Dans les années 1980, avec la série Ernest et Célestine, elle fait don aux enfants de son double talent de dessinatrice et de conteuse en créant des histoires autour de deux personnages éponymes qui deviendront de « véritables classiques de la littérature pour la jeunesse9 ». En 1981, à la Foire de Bologne, Ernest et Célestine ont perdu Siméon rencontre un vif succès auprès des éditeurs étrangers. Ainsi le premier opus de la série marque-t-il le début d’une renommée internationale qui va croître au fil du temps, gagnant l’Europe, le Japon et l’Amérique. À côté des vingt-six Ernest et Célestine, Gabrielle Vincent a signé d’autres albums dont les plus connus sont Un jour, un chien10 (1982), Désordre au paradis (1989), La Petite Marionnette (1992), La Montgolfière (1996), ou encore la série Federico et Papouli (1994). À l’heure actuelle, force est de constater l’héritage que Gabrielle Vincent a laissé derrière elle, inspirant des illustratrices belges contemporaines telles qu’Anne Brouillard, Anne Herbauts ou Kithy Crowther. Selon les mots de Daniel Fano, « elle a révolutionné le monde de l’édition du livre pour enfants11 ».

Des souris, des ours et des hommes

  • 12 Ce duo est au centre des récits. Il existe quantité de personnages secondaires (leurs amis, leurs (...)
  • 13 Ottevaere-van Praag (Ganna), Le Roman pour la jeunesse. Approches, définitions, techniques narrat (...)
  • 14 Melmoux Montaubin (Marie-Françoise), « L’enfant et l’animal dans la littérature de jeunesse du se (...)
  • 15 « Ces immortels compagnons de nos enfances », sur Classes BNF, url : http://classes.bnf.fr/rendez (...)
  • 16 Selon le Trésor de la Langue française, l’anthropomorphisme consiste à « représenter ou concevoir (...)

4Réalisées entre 1981 et 2000, à l’aquarelle et au fusain, les vingt-six petites histoires d’Ernest et Célestine racontent le quotidien d’un ours adulte habitant avec une petite souris12. La littérature pour la jeunesse abonde en récits mettant en scène des animaux dotés de caractéristiques humaines : comme l’écrit Ganna Ottevaere-van Praag, « depuis le xviiie siècle, la narration destinée aux enfants transpose la réalité dans le monde des animaux13 ». Marie-Françoise Melmoux-Montaubin postule à ce sujet que « l’anthropomorphisation des animaux facilite l’identification du jeune lecteur à un animal14 ». L’animal, « qu’il soit à l’image de l’enfant, vivant comme lui (Babar), ou qu’il ait une histoire propre au milieu de ses congénères (Bambi)15 », entraîne une certaine distanciation de l’enfant vis-à-vis des sujets abordés et de son vécu dans le monde réel. Il convient toutefois de faire la distinction entre animaux anthropomorphes et humains représentés sous forme animale16 : dans les livres adressés aux enfants, il n’est pas rare de voir des chats, des loups, ou des lapins qui parlent, qui ont des sentiments, voire, dans certains cas, qui sont habillés ou portent des accessoires humains. Aussi ne s’étonne-t-on plus de voir un loup communiquer avec un lapin, un chien triste d’avoir perdu ses maîtres…

  • 17 En novembre 2012, à l’occasion de l’ouverture du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montr (...)
  • 18 Fano (Daniel), « Le livre pour enfants doit ses lettres de noblesse à Ernest et Célestine », op. (...)

5Dans l’univers d’Ernest et Célestine, les adultes sont des ours et les enfants des souris, deux animaux qui apparaissent fréquemment dans la littérature pour la jeunesse17. Toutefois, Ernest n’est pas un véritable ours et Célestine ressemble plus à une petite fille qu’à une souris. S’agit-il d’animaux anthropomorphes ou plutôt d’humains zoomorphes ? Le monde dans lequel évoluent les protagonistes laisse peu de place au doute : ils vivent dans une maison meublée, vont à la pharmacie, à l’école, chez le photographe ou au musée ; les deux héros présentent en outre un degré d’humanité très élevé. Dotés d’un prénom, utilisant le langage humain – sans que personne ne s’émeuve du dialogue noué entre un ours et une souris – pour exprimer leurs sentiments et leurs émotions, Ernest et Célestine se comportent comme des êtres humains : ils sont affublés de vêtements, de chaussures ou de chapeaux, et ils se tiennent debout et marchent (Ernest, censé être un plantigrade, n’apparaît jamais à quatre pattes). Cette humanisation est significative chez Célestine, dont le corps rappelle celui d’une petite fille, dotée de deux mains et de deux jambes – surprenant, aussi, pour le lecteur trop cartésien de voir une souris arrivant à la taille d’un ours ; ce contraste entre un ours et une souris « hors proportion, montre bien qu’il s’agit d’humains en représentation18 ».

Un univers consolateur

6À travers l’ensemble des albums, des informations concernant les personnages apportent de nouveaux éléments concernant leur identité. Ernest Lebon, dont le patronyme significatif est révélé dans l’album Ernest est malade, est un ours qui vient de Roumanie (Une chanson). Tout au long de sa vie, il est passé sans cesse d’un métier à un autre, enchaînant clown dans un cirque, moniteur dans des colonies de vacances, musicien, balayeur, gardien de musée, etc. Lorsqu’il était balayeur de rue, il a découvert une petite souris abandonnée dans une poubelle et l’a recueillie chez lui. Il incarne avant tout une figure paternelle attentive : il s’inquiète pour Célestine, note son évolution (« elle m’a regardé », « elle m’a souri », La Naissance de Célestine), se plie toujours en quatre pour répondre à ses volontés (Le Caprice de Célestine), la rassure, la console, l’écoute et veille à ce qu’elle ne manque jamais de rien.

Gabrielle Vincent, Ernest est malade

Gabrielle Vincent, Ernest est malade

© Casterman - Avec l’aimable autorisation de l’auteur et des Éditions Casterman

  • 19 Kotwica (Janine), « Gabrielle Vincent », dans Dictionnaire encyclopédique du Livre de jeunesse, c (...)

7Célestine est quant à elle une petite souris tour à tour « coquette, espiègle, enjôleuse, colérique, exigeante19 » qui peut se montrer parfois capricieuse. Adoptée à la naissance, elle souffre d’un sentiment d’abandon : elle a sans cesse besoin d’être rassurée, de savoir qu’elle est aimée et qu’Ernest ne l’abandonnera jamais. Dans certains albums, nous discernons d’ailleurs des mises en scène où elle joue à être perdue (Ernest et Célestine au musée, Le Labyrinthe) pour éprouver le bonheur d’être retrouvée. C’est aussi pour cela qu’elle pose constamment des questions sur ce qui l’entoure. À travers toutes ces interrogations, l’enfant se reconnaît facilement en elle. Cependant, même si elle n’a jamais connu ses parents biologiques, le bonheur qu’elle partage au quotidien avec Ernest lui fait oublier le drame de sa naissance.

8De prime abord, la relation entre l’ours et la petite souris n’est pas clairement déterminée. Le lecteur suppose qu’Ernest est un adulte et que Célestine est une enfant sans savoir s’ils entretiennent réellement une relation de paternité et de filiation. Il faut attendre la sortie du quatorzième album, La Naissance de Célestine, en 1987, pour que l’origine de la rencontre des deux protagonistes soit enfin dévoilée. Ernest a trouvé Célestine dans une poubelle et, attendri, a décidé de l’adopter. Ainsi, même s’ils n’ont pas de lien de parenté, l’ours aime la souris comme un père aime sa propre fille et réciproquement. Dans Les Questions de Célestine, Ernest explique patiemment à Célestine où il l’a trouvée et comment elle était (« Tu étais tellement petite… tellement jolie… Je t’ai entendue… et je t’ai prise… et je t’ai déposée là, dans mon col. ») Puis, sans se lasser, il évoque tout ce qu’il a fait pour elle. Dès le départ, Ernest incarne la figure paternelle, bien que Célestine sache depuis toujours qu’il n’est pas son vrai père (observons que le mot papa n’apparaît jamais). Ernest se comporte comme un père solide et protecteur, qui a la responsabilité de l’organisation de leur vie à deux. Toutefois, même si Ernest est l’adulte, à certains moments, un équilibre s’installe entre eux et efface leur différence d’âge. Il arrive aussi que Célestine ne soit plus l’enfant qui cherche le réconfort de l’adulte mais que, au contraire, elle épaule l’ours : elle le soigne lorsqu’il tombe malade (La Chute d’Ernest, Ernest est malade) ; elle prend des initiatives comme l’encourager à ressortir son violon pour aller gagner un peu d’argent afin de réparer le toit avant l’hiver (Musiciens des rues) ; comme les enfants, elle évoque les sujets tabous tels que la maladie et la mort ou l’adoption alors qu’Ernest a du mal à en parler (Cet été-là ; Les Questions de Célestine). C’est pourquoi leur relation vacille constamment entre la paternité et une amitié fondée sur la complicité, générant ainsi un rapport idéal où chacun bénéficie d’une relative autonomie.

L’art d’une vie simple

9Tout au long des albums, les deux protagonistes parviennent à s’inventer un univers paradisiaque en quasi-autarcie, trouvant le bonheur dans la générosité et la complicité. Loin d’être des héros au sens étymologique du terme, Ernest et Célestine ne recherchent pas d’aventures extraordinaires : ils vivent les petites mésaventures du quotidien (la perte d’un doudou, un pique-nique qui tombe à l’eau, une chute, etc.) et en tirent des leçons, fondées sur le dialogue et l’écoute mutuelle. De plus, ils ne viennent pas d’un milieu aisé et éprouvent parfois quelques difficultés financières à répondre à des besoins comme réparer leur toit (Musiciens de rues), organiser un réveillon de Noël (Noël chez Ernest et Célestine), préparer une chambre pour accueillir une tante (La Chambre de Joséphine). Parvenant toujours à trouver une solution pour sortir d’un mauvais pas, ils se moquent gentiment des conventions et se satisfont des petits plaisirs gratuits, dressant en cela un éloge de la simplicité heureuse (il n’y a pas besoin d’être riche pour être heureux). Vivant de récupération et de fabrication artisanale (La Tante d’Amérique, Le Patchwork), ils se présentent comme des précurseurs d’une écologie alternative et du développement durable ; peu enclins à l’apitoiement, ils n’ont de cesse de redoubler l’univers fictionnel dans lequel ils s’inscrivent en jouant, en se déguisant et en s’inventant des histoires en « faisant comme si » : comme s’il ne pleuvait pas (Ernest et Célestine vont pique-niquer), comme si Ernest avait trouvé Célestine dans une poubelle (Les Questions de Célestine), comme si Ernest était une nounou (Le Caprice de Célestine) ; de même, Célestine se déguise pour distraire Ernest lorsque celui-ci ne peut plus quitter son lit (Ernest est malade).

10Évoluant à une époque sensiblement proche de la nôtre, Ernest et Célestine occupent un espace rural, à distance du consumérisme et de la frénésie des grandes villes. On ne trouve pas, dans leur environnement, d’appareils électroménagers, de voiture, de télévision – ce qui participe également à la configuration d’une « vie simple », où les protagonistes n’ont besoin que du strict nécessaire pour être heureux et ne s’encombrent pas du superflu. Cette simplicité est également fonction d’une forme d’autarcie : sans véritables rêves ni ambitions, Ernest et Célestine sont surtout deux personnages heureux de s’être trouvés et de pouvoir cheminer ensemble.

11Généralement, les histoires commencent dans la maison d’Ernest, un endroit à l’écart, un peu désordonné mais chaleureux, où il fait bon vivre comme en témoigne le plaisir de leurs amis quand ils y sont invités (Bolero, la tante d’Amérique, les enfants souris comme humains). Néanmoins, nous pouvons retrouver l’ours et la petite souris dans d’autres lieux, mais ceux-ci sont liés à la vie quotidienne : Ernest et Célestine se promènent en rue, dans la forêt, dans le jardin public, vont au cirque, au musée, construisent une cabane et, quelquefois, sont invités dans d’autres maisons (par exemple, celle de Gazou), mais ils ne sillonnent pas le monde et ne se mêlent pas à des univers extraordinaires.

Gabrielle Vincent, Musiciens des rues

Gabrielle Vincent, Musiciens des rues

© Casterman - Avec l’aimable autorisation de l’auteur et des Éditions Casterman

  • 20 Vincent (Gabrielle), La Naissance de Célestine, Bruxelles, Casterman, coll. Les Albums Casterman, (...)

12Les histoires d’Ernest et Célestine abordent des thèmes universels qui « vont à l’essentiel : aux sentiments échangés. [Elles] racontent la vie de tous les jours, avec une incroyable simplicité20. » Les problèmes du quotidien y sont traités avec légèreté, en misant sur le bon sens et la tendresse. Ainsi sont évoqués des thèmes tels que la naissance, les incidents banals comme une tasse cassée (La Tasse cassée) ou la perte d’une peluche (Ernest et Célestine ont perdu Siméon), la jalousie (Chez le photographe), les caprices (Les Caprices de Célestine), la peur (Le Labyrinthe, La Grande Peur), la créativité (La Chambre de Joséphine), la tolérance (La Cabane), le partage et la générosité (La Cabane, Noël chez Ernest et Célestine), captés et discutés au détour d’instants singuliers. Il arrive aussi que des questionnements plus profonds se fassent jour, autour de l’adoption (La Naissance de Célestine), de l’abandon (Les Questions de Célestine), du deuil, de la maladie et de la mort (Cet été-là), de la pauvreté (Musiciens des rues, Une chanson), qui permettent de voir avec l’enfant des problèmes auxquels il est sensibilisé et qui ne sont pas évidents à expliquer pour l’adulte.

L’articulation du texte et de l’image

13Gabrielle Vincent était avant tout une artiste-illustratrice ; chez elle, l’image primait sur le texte. Après avoir imaginé le story-board de ses récits respectifs, elle dessinait un nombre important de planches sous forme de brouillon. Ensuite, avec son éditeur, elle prenait soin de sélectionner les plus évocatrices qui figureraient dans l’album. Il semblerait que le texte ait été un impératif éditorial, ajouté a posteriori. Parfois, il fallait même attendre une ou plusieurs éditions pour qu’il apparaisse. D’ailleurs, certains albums sont dépourvus de texte ou en ont très peu. Le dessin seul suffit à raconter l’histoire comme, par exemple, dans La Naissance de Célestine, La Tasse cassée ou La Grande Peur.

14Dans la série Ernest et Célestine, le texte, constitué exclusivement de dialogues, est très dépouillé ; on ne trouve aucun verbe introducteur. Seuls les tirets permettent de marquer le changement d’interlocuteur, et le style direct permet de renforcer l’intensité du présent. De la sorte, chaque instant est vécu comme un moment fort auquel l’enfant peut s’identifier. Ce sont ces dialogues parfois embryonnaires qui permettent d’assurer la narration – excepté dans La Naissance de Célestine où le narrateur est Ernest lui-même (« Comment nous nous sommes rencontrés, Célestine et moi ? C’est aux parents que je vais le raconter… ») La plupart du temps, le narrateur iconique est privilégié : c’est le dessin qui raconte. L’illustratrice mise sur son trait pour reproduire la palette des sentiments et des comportements, parvenant à ce que les paroles semblent dispensables. Cela permet de laisser à celui qui raconte l’histoire une plus grande marge d’improvisation et de s’approprier l’histoire. Chaque lecture peut ainsi être une nouvelle découverte, un moment de complicité avec l’enfant qui peut, lui aussi, raconter.

15En outre, comme c’est le cas dans les bandes dessinées, le changement de typographie assume différentes fonctions. L’usage de l’italique exprime les pensées, la lecture d’un texte ou les chansons. Il permet de différencier le discours direct et l’intériorité des personnages (« Qu’est-ce qu’ils se disent ? Ernest ne parle pas comme ça d’habitude. Je ne comprends pas », Une chanson). Quant aux mots écrits en lettres majuscules, ils indiquent le haussement de ton ou l’insistance (« Le violon, c’est fini pour moi Célestine. FI-NI. », dans Musiciens des rues ; « COMMENT ?/ OÙ ? /QUAND ? », dans Les Questions de Célestine).

16Il faut également souligner que le langage de Célestine n’est pas infantilisant (il n’y a ni lexique, ni syntaxe spécifiques qui indiqueraient hors contexte un langage différent de celui de l’adulte) ; elle a le même niveau de langue qu’Ernest, ce qui concourt à la mettre sur un pied d’égalité avec l’adulte. De cette manière, même si la petite souris se comporte parfois comme une enfant, une relation d’égal à égal est maintenue. Par ailleurs, bien que les dialogues soient composés dans un style direct, le langage est relativement soutenu (« Je suis préoccupé, je ne suis pas présentable. », Cet été-là). De temps à autre, on rencontre des mots plus rares, des références culturelles ou des allusions à des objets de savoir (les héros manient le dictionnaire, évoquent une « diète », un « labyrinthe », des « copies de tableau » ou « L’Infant Balthazar Carlos à cheval de Velasquez », etc.) qui donnent à penser que ces histoires ne s’adressent pas directement à des enfants mais doivent passer par l’intermédiaire d’un adulte pensé comme relais pédagogique.

  • 21 Fano (Daniel), op. cit.
  • 22 Defourny (Michel), « Hommage à Gabrielle Vincent », op. cit.

17L’œuvre de Gabrielle Vincent peut également s’envisager sous l’angle de la suggestion. D’une part, ses dessins sont estompés : le contour n’est jamais complètement fermé, les traits s’évanouissent, rendant une impression d’inachevé. Ce sont donc les couleurs qui donnent du volume aux formes. D’autre part, cet art de la suggestion se manifeste à travers les blancs laissés entre chaque planche : tout n’est pas dit ni montré, laissant à l’imagination le soin de combler les vides, les non-dits. Arnaud de la Croix, éditeur chez Duculot Jeunesse de 1987 à 1993 et ami de Monique Martin, avance à ce sujet que « le trait de Gabrielle Vincent est extrêmement réduit, simple, [et] relève volontairement de l’art pauvre. […] Elle travaillait à conserver la spontanéité du brouillon pour chaque image21. » Michel Defourny renchérit en soutenant que « Gabrielle Vincent rend au mot “croquis” toute sa force étymologique de croqué sur le vif22. »

18*

19Les deux œuvres le plus souvent citées pour souligner le talent de Gabrielle Vincent sont Un jour, un chien et la série Ernest et Célestine. On peut se demander ce qui a pu plaire à ce point au public dans ces petites tranches de vie : l’esthétique des illustrations a joué un grand rôle mais, nous semble-t-il, ce qui séduit l’enfant comme l’adulte, c’est la relation idéale entre les deux protagonistes, le rapport plein de tendresse et de complicité entre un adulte et un enfant. Gabrielle Vincent a mis en fiction un rapport que ses récits ont permis d’actualiser au quotidien : en littérature pour la jeunesse, on le sait, l’adulte joue un rôle médiateur crucial. C’est souvent lui qui choisit d’acheter un livre plutôt qu’un autre, surtout lorsqu’il s’agit d’albums : il doit être séduit par l’esthétique et par le message. C’est encore à l’adulte que revient fréquemment le rôle de faire parler les personnages, à sa façon. Les animaux de l’univers de Gabrielle Vincent invitent l’enfant et l’adulte à s’identifier parce qu’ils ne sont pas des héros inaccessibles mais qu’ils sont, au contraire proches des réalités du quotidien. Les thèmes universels abordés rapprochent et accompagnent l’enfant et l’adulte dans la résolution de certaines questions fondamentales.

Ernest et Célestine, de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012

Ernest et Célestine, de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012

20En décembre 2012, l’adaptation cinématographique d’Ernest et Célestine par Benjamin Renner, accompagné par Stéphane Aubier et Vincent Patar (les réalisateurs des séries Pic-Pic et André et Panique au village, à l’esprit potache bien différent de l’univers de Gabrielle Vincent), a remis ces deux héros sur le devant de la scène, en leur conférant une esthétique nouvelle, privilégiant le dynamisme et le rire à la suggestion et la douceur des albums. L’ours et la souris, qui sont devenus des incontournables de la littérature pour la jeunesse, sont de cette façon assurés de pouvoir continuer à vivre leur complicité, sur les écrans cette fois.

Haut de page

Notes

1 Lorsque nous évoquerons son travail d’illustratrice pour la jeunesse, nous utiliserons son pseudonyme pour la nommer.

2 Pour plus d’informations, nous renvoyons le lecteur au site de la fondation Monique Martin : http://www.fondation-monique-martin.be/.

3 Defourny (Michel), « Hommage à Gabrielle Vincent », sur Calameo, Lectures n° 77 – 1994, url : http://www.calameo.com/books/001070373c7318c7395a4 (consultation juillet 2019).

4 (1867-1939) Illustrateur britannique spécialisé dans les dessins de contes et de récits fantastiques.

5 (1879-1976) Illustrateur de Winnie-the-Pooh.

6 Mathieu (François), « Un jour, Gabrielle Vincent rompit avec le mythe mièvre du nounours et de la souricette, et mit au monde l’ours Ernest et la souris Célestine », dans L’Humanité, 2 novembre 2000, url : http://www.humanite.fr/node/236294.

7 Defourny (Michel), Le Livre et l’Enfant. Recueil de textes de Michel Defourny, Belgique, De Boeck, 2009, p. 22.

8 Ibid.

9 Claes (Vincent), « Ernest et Célestine orphelins. Cet automne-là », dans Le Journal du Médecin, n°1292, Enfance, 29 septembre 2000.

10 Un jour, un chien fut d’abord signé sous son vrai nom en 1982, avant d’être publié sous le pseudonyme Gabrielle Vincent lors de la 2e édition, la même année. Par ailleurs, une nouvelle édition augmentée est sortie en 2006.

11 Fano (Daniel), « Le livre pour enfants doit ses lettres de noblesse à Ernest et Célestine », dans Vers l’avenir, 24 septembre 2002, p. 9.

12 Ce duo est au centre des récits. Il existe quantité de personnages secondaires (leurs amis, leurs voisins, le pharmacien, le gardien du musée, etc.), mais la plupart d’entre eux restent anonymes. Quelques-uns sont personnifiés comme, par exemple, Boléro, un ancien instituteur devenu sans-abri, Pétula, la tante Joséphine ou le petit Rodolphe. On trouve aussi ponctuellement des êtres humains, comme Gazou, amie de longue date d’Ernest, et des enfants.

13 Ottevaere-van Praag (Ganna), Le Roman pour la jeunesse. Approches, définitions, techniques narratives, Bern, Frankfurt am Main, 2000, p. 178.

14 Melmoux Montaubin (Marie-Françoise), « L’enfant et l’animal dans la littérature de jeunesse du second xixe siècle », Université d’Artois, 2011/2012, url : http ://www.equipe19.univ-paris diderot.fr/Colloque%20animal/Melmoux-Montaubin.pdf.

15 « Ces immortels compagnons de nos enfances », sur Classes BNF, url : http://classes.bnf.fr/rendezvous/pdf/personnages.pdf.

16 Selon le Trésor de la Langue française, l’anthropomorphisme consiste à « représenter ou concevoir un être non humain ou une chose sous la forme ou avec les traits d'un être humain », tandis que le zoomorphisme est défini comme le « fait de représenter ou de se représenter quelque chose sous une forme animale ». Voir Quemada (Bernard), dir., Trésor de la Langue française, Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècles (1789-1960), Paris, Klincksieck-Gallimard, 1971-1994, « anthropomorphiser », [En ligne], sur Atilf, url : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3041562990; et « Zoomorphisme », [En ligne], sur Atilf, url : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3425932905;.

17 En novembre 2012, à l’occasion de l’ouverture du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil, Babelio.com, le réseau social du livre et des lecteurs, a réalisé une étude afin de déterminer le « top 20 » des animaux les plus populaires en littérature pour la jeunesse. Celle-ci portait sur une sélection des 2 400 livres jeunesse (de l’album au roman) mettant en scène les animaux ayant le plus de succès auprès des lecteurs. La souris occupe la cinquième place avec 224 apparitions ; tandis que l’ours la suit à la sixième place avec 144 occurrences.

18 Fano (Daniel), « Le livre pour enfants doit ses lettres de noblesse à Ernest et Célestine », op. cit.

19 Kotwica (Janine), « Gabrielle Vincent », dans Dictionnaire encyclopédique du Livre de jeunesse, cercle de la Librairie, 2013, url : http://www.janinekotwica.com/publications/gabrielle-vincent.

20 Vincent (Gabrielle), La Naissance de Célestine, Bruxelles, Casterman, coll. Les Albums Casterman, 2012, postface d’Arnaud de la Croix.

21 Fano (Daniel), op. cit.

22 Defourny (Michel), « Hommage à Gabrielle Vincent », op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gabrielle Vincent, Ernest est malade
Crédits © Casterman - Avec l’aimable autorisation de l’auteur et des Éditions Casterman
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3725/img-1.png
Fichier image/png, 374k
Titre Gabrielle Vincent, Musiciens des rues
Crédits © Casterman - Avec l’aimable autorisation de l’auteur et des Éditions Casterman
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3725/img-2.png
Fichier image/png, 324k
Titre Ernest et Célestine, de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3725/img-3.png
Fichier image/png, 473k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wendy Huygen, « Ernest et Célestine ou l’éloge de la simplicité », Textyles, 57 | 2019, 43-54.

Référence électronique

Wendy Huygen, « Ernest et Célestine ou l’éloge de la simplicité », Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3725 ; DOI : 10.4000/textyles.3725

Haut de page

Auteur

Wendy Huygen

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals