Navigation – Plan du site
Ouvrir l'album

Anne Herbauts, poète

Cécile Boulaire
p. 55-70

Texte intégral

Illustration 1

Illustration 1

Anne Herbauts, Par-delà les nuages, Angoulême, Editions de l’An 2, 2004. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.

1La bande dessinée, élevée au rang de « 9e art », a depuis longtemps développé un discours abondant sur sa propre pratique – théorie, mais aussi discours réflexifs des auteurs –, tandis que l’album reste à cet égard un médium sans tradition de retour sur soi. Peut-être parce que les destinataires des albums sont considérés comme immatures : à quoi bon réfléchir « à haute voix » sur l’élaboration d’objets qui sont destinés à de très petits enfants que ces secrets n’intéresseraient pas ? Cependant, dans ce paysage, l’artiste belge Anne Herbauts fait figure d’exception. Jeune encore, elle a souvent eu l’occasion de s’exprimer sur son art, sa manière de créer. Ses réflexions sont lumineuses, il serait absurde de les paraphraser. J’ai donc choisi de me pencher non pas sur sa manière mais sur son œuvre: examiner en détail l’ensemble des livres qu’elle a publiés en une vingtaine d’années, pour essayer de dégager ce qui me paraît être le mouvement d’une force créatrice exceptionnelle. Exceptionnelle par son volume : près de quarante livres comme autrice-illustratrice, à quoi il faut ajouter ceux pour lesquels elle est simple illustratrice. Mais exceptionnelle surtout par sa puissance esthétique et la densité de son propos. Au sein de cette œuvre encore en cours se dessinent trois ensembles, qui me paraissent révélateurs de trois moments de l’élaboration d’un art.

Le temps de la recherche

2Dans le premier moment, la jeune artiste revient de manière presque obsessionnelle sur ce que pourrait être un « art poétique » : qu’est-ce que créer ? comment s’exprimer ? quel fil tirer, ou suivre ? Bouillonnante, cette période est celle d’une intense maturation esthétique, inquiète et exigeante. Anne Herbauts sort de l’Académie des beaux-arts de Bruxelles (1994-1997). Elle n’y a pas appris à « bien » dessiner, à « illustrer », comme on peut le faire dans certaines écoles. Ce qu’elle paraît y avoir découvert, c’est qu’être artiste impliquait d’ouvrir sa propre voie dans la matière de la création. Sa matière ? Tout à la fois le langage et l’image, mais aussi le livre, avec son espace et sa matérialité. Certes, on la verra faire de petites excursions dans le domaine du film d’animation ou de la création plastique en trois dimensions, mais pour chaque fois revenir au livre avec une conscience toujours accrue de sa spécificité et de son infinie profondeur. Mais pour l’instant, au tournant des années 2000, elle cherche sa voie et, comme certaines personnes qui ont besoin de réfléchir à haute voix, elle s’interroge à longueur d’album sur ce qu’est raconter – sur quoi raconter – sur ce qu’elle ressent et la manière dont son art peut lui permettre de l’exprimer.

  • 1 Herbauts (Anne), Édouard et Armand. Boa, Paris/Tournai, Casterman, 1997 ; Allons voir plus loin, (...)
  • 2 Herbauts (Anne), Le Petit Souci, Paris/Tournai, Casterman, 2000.

3Après quelques petites aventures du chien et du lapin Édouard et Armand1, Anne Herbauts crée en 1998 son premier grand album chez Casterman, Que fait la lune la nuit ? Dès ce premier titre important, l’artiste affirme sa position : elle sera du côté des questions plus que des réponses, de la face cachée et nocturne des choses plutôt que du côté de la lumière éclatante des certitudes. Son univers graphique s’élabore lui aussi. Au moment où le monde de l’album est colonisé par les illustrateurs-graphistes, elle revendique un usage artisanal de la peinture – non pas la peinture épaisse et couvrante, aux contrastes violents, imposée dans les années 1980 par des artistes comme Solotareff ou Antoon Krings, mais une peinture volontiers translucide, usant des tons rompus et des demi-teintes. Ce ne sera pas « bien dessiné » : pas de contours ou de lignes droites, les personnages d’Anne Herbauts seront tremblés, ébauchés au crayon, maladroitement remplis de couleur, dépassant perpétuellement de leurs propres limites. De fait, ses personnages habitent les confins, les zones limites : ils sont nocturnes (alors que les enfants sont réputés craindre la nuit), ils cherchent leur place dans les interstices (l’« heure vide » entre le jour et la nuit), ils expérimentent longuement les états moroses de l’humeur (le « petit souci »). On est loin des héros solaires qui combattent leurs cauchemars et font triompher l’esprit de conquête. Dès Le Petit Souci2, Anne Herbauts semble s’installer à une place qui ne lui est pas disputée : elle sera du côté de l’indicible, de l’émotion enfantine difficilement verbalisable, de l’inquiétude ontologique mêlée à la jubilation sensuelle de ceux qui n’ont pas (encore) les mots. Voilà ce que l’artiste partage avec les enfants à qui elle adresse ses livres.

  • 3 Herbauts (Anne), L’Heure vide, Paris/Tournai, Casterman, 2000.

4Dans ses tout premiers albums, elle reste sagement dans le sillage du « bon » livre pour enfants : les anecdotes d’Édouard et Armand sont gentiment absurdes et cocasses ; la mélancolie de l’ours Archibald trouve sa résolution dans la profération d’un mot magique, « maman ». Mais très vite Anne Herbauts abandonne ces rivages familiers pour s’aventurer dans des eaux plus troubles. Présenté sous l’aspect d’un conte étiologique, L’Heure vide3 se dérobe finalement à sa fonction explicative : cette « heure vide » est précisément ce qui ne peut ni se qualifier, ni même se désigner avec rigueur, c’est à peine un moment, juste un intervalle entre un « pas encore » et un « déjà plus ». Ce qui m’intéresse dans cet album est son inachèvement – un trait qui caractérise toute la production d’albums de cette première période. Car si l’on y prête vraiment attention, le conte imaginé par Anne Herbauts ne « tient » pas. Partie pour nous expliquer l’origine de ce moment crépusculaire, elle semble abandonner en route un projet qui ne l’intéresse déjà plus (ou n’a jamais été qu’un prétexte ?), pour broder sur ce qui, en revanche, forme le cœur de son geste artistique : tenter de s’expliquer à elle-même pourquoi elle fait des livres. Deux éléments de réponse sont semés dans cet album – le lecteur attentif en trouvera d’autres dans les albums suivants. Le premier est dans le texte, lorsque l’autrice tente de définir ce qu’est l’heure vide : « L’heure où il fait encore trop clair pour allumer la lampe. L’heure où il fait déjà trop sombre pour poursuivre la lecture, la couture. Alors on reste, le livre ouvert, pages blanches et claires, illisibles. On pense, on rêve. »

5Le second indice est dessiné : tombé sous le charme de l’inaccessible princesse de l’aube, le personnage de l’Heure Vide, muet d’émotion, ne trouve rien d’autre à faire que de cueillir une rose blanche qu’il met dans son carnet. Cette silhouette d’adolescent diaphane qui ne trouve sa place nulle part – toujours ébauché en arrière-plan, ou coincé dans la pliure centrale du livre –, c’est évidemment la figure de l’artiste. « Lecture » et « couture » sont associées, or l’Heure Vide est coiffé d’un dé à coudre, son écharpe retenue par une longue aiguille à repriser. « Penser » et « rêver », de même, sont mis en parallèle, et le livre qu’on ne pouvait pas encore ou plus lire verra bientôt ses pages blanches remplies par le patient travail du héros : amasser, pour en tenir chronique, les preuves matérielles de la beauté du monde, même si l’on est exclu de leur jouissance directe. L’acte de création est donc dans cette collecte patiente et désintéressée des signes de la magnificence ; il suppose de savoir se tenir dans un inconfortable entre-deux, et semble se payer d’un terrible tribut : l’impossibilité de jouir soi-même de cette beauté dont on est le chroniqueur.

  • 4 Herbauts (Anne), Autoportrait, Esperluète, 2002.

6On pourrait trouver cette interprétation tirée par les cheveux. Si je me l’autorise, c’est parce que l’année qui suit la publication de L’Heure vide paraît aux éditions Esperluète un Autoportrait4 dont le narrateur présente bien des traits communs avec l’Heure Vide. Purement auto-réflexif, le livre ne s’adresse pas aux enfants. Il se présente comme une méditation, presque douloureuse, sur le processus visant à « se dire », un exercice très concret, en texte et en images, pour se cerner. Apparaissent deux lignes fortes : d’une part la manifestation d’un mal-être (« au bord des larmes », « je m’enlise »), d’autre part, l’extraordinaire difficulté résidant dans l’expression. Tout se dérobe : les lignes comme les mots – et par-dessus tout, les sentiments. Bref, c’est très difficile, car l’artiste peine à utiliser ses instruments d’expression, mots et images, pour parler d’elle-même, et surtout, elle ne sait pas quoi dire : « Il faudrait que je dise quelque chose. Que j’écrive pour dire quelque chose. »

7Plus encore que la détestation des limites, des règles, des formes préétablies, ce qui frappe dans ces tentatives auto-[bio]graphiques est la manière dont le fond lui-même se dérobe : que dire, que raconter ? Cette interrogation vaut, en réalité, pour les albums narratifs eux-mêmes : tout au long de cette période en effet, le problème d’Anne Herbauts semble être de trouver quoi raconter, et comment le raconter.

  • 5 Herbauts (Anne), L’Arbre merveilleux, Paris/Tournai, Casterman, 2001.
  • 6 Herbauts (Anne), Lundi, Paris/Tournai, Casterman, 2004.
  • 7 Herbauts (Anne), La Princesse au petit poids, Paris/Tournai, Casterman, 2003.

8La question du récit paraît en effet embarrasser l’artiste. Il y a bien des notions qui l’intéressent, et qui ont trait au récit : par exemple, le temps, qui est déjà au cœur de L’Heure vide et nourrira aussi l’intrigue de L’Arbre merveilleux5, et bien sûr de Lundi6. Mais un sujet ne fait pas un récit, et pour l’instant, Anne Herbauts a du mal avec ses récits. L’Arbre merveilleux prend d’abord l’apparence d’un conte, mais se dégrade bien vite en une série de péripéties qui s’enchaînent les unes aux autres sans cette nécessaire clôture induite par le conte. La Princesse au petit poids7 suit un fil narratif plus clair, mais qui semble davantage le prétexte à faire défiler une étonnante galerie de personnages – défilé au terme duquel l’histoire se clôt abruptement, saisissant le lecteur. Non, décidément, construire une histoire n’est alors pas le fort d’Anne Herbauts. Pourtant, tout indique que cette continuité du propos narratif est au centre de sa réflexion artistique. En témoigne le motif récurrent du fil rouge, parfois accompagné de sa bobine. Dans L’Arbre merveilleux, les deux personnages échappés à la routine dérobent à la Sorcière faiseuse d’histoire une bobine qu’ils lancent en avant : « un fil magique, un fil d’histoire ». Dans l’image, le fil s’envole au-dessus d’une forêt étouffante, et les personnages partent à sa suite – mais un « fil » ne suffit pas, il faut des péripéties, et qu’elles soient motivées. Or, Anne Herbauts, qui deux ans plus tard illustrera un Alice au pays des merveilles, n’est pas encore au stade où ses albums seront construits autour d’actions et de motivations : comme chez Carroll, c’est davantage le hasard des rencontres qui motive l’avancée du récit.

9On pourrait trouver ce jugement sévère. Ce serait mal comprendre ce qui se joue alors dans l’œuvre de l’artiste. En 2002, elle publie, dans la collection « traits féminins » que Thierry Groensteen a souhaité ouvrir aux éditions de l’An 2 pour mettre en valeur les talents féminins de la bande dessinée, un nouvel opus auto-fictif, sous le titre Cardiogramme. Au premier abord, ce livre évoque une peine de cœur et s’articule justement autour du motif de l’organe cardiaque, avec ses artères et ses veines. Au-delà de l’anecdote, l’album raconte aussi et surtout l’histoire d’une émancipation artistique. Parce que l’An 2 publie de la bande dessinée, Anne Herbauts ouvre son livre sur une page qui respecte le gaufrier traditionnel de la bd, mais c’est pour s’en libérer dès la page suivante, et expérimenter un usage très libre de la page comme espace séquentiel. Ce faisant, elle révèle, bien plus que dans ses albums pour enfants, le mécanisme de la création narrative. Les histoires chez elle progressent par association : de traits, de mots, de l’un à l’autre. Les associations de sons (« j’en doute / Déroute ») succèdent aux associations de traits (un réseau sanguin devient la ramure d’un arbre) et, en deux dessins superposés, Anne Herbauts se révèle : « Parfois un regard / fait chavirer l’histoire », écrit-elle, tandis qu’un trait ferme et horizontal, qui se terminait par un petit bateau, devient un trait plein de boucles aboutissant à un moteur d’avion (illustration 2).

Illustration 2

Illustration 2

Anne Herbauts, Cardiogramme, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2002, p. 23. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.

10Plus loin encore, une simple spirale devient une ligne courbe que chevauche un cavalier puis, comme si nous prenions de la distance, cette ligne paraît être une spirale plus grande encore, et le cavalier, moderne Don Quichotte, galope vers un moulin. L’ours, qui dans cet album est le narrateur-protagoniste, est le porte-parole de l’artiste, déplie alors son « art poétique » : le trait, ébauché par le crayon de l’artiste, est à la fois une limite (qui sépare) et un fil (qui noue, relie). Tout en haut de la page 38, l’ours tient à la main un long fil qui a commencé à gauche comme un trait horizontal : « Je reste sur le fil », dit-il, avant de poursuivre : « je suis à la limite / je n’ai pas encore trouvé ce qu’elle sépare » (illustration 3).

Illustration 3

Illustration 3

Anne Herbauts, Cardiogramme, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2002, p. 38. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.

11Traits horizontaux de l’horizon et du sol, tracés verticaux des artères qui portent la vie, mais aussi des falaises vertigineuses, spirales qui s’enroulent à l’infini : Anne Herbauts explore dans cet album la multiplicité des tracés possibles, dont la combinaison permettrait de tout dessiner, mais qui portent chacun leur poids, manifestement trop lourd, de responsabilités. Même le fil, nécessaire lien d’un espace à un autre, d’un événement au suivant dans une histoire, lui paraît chargé de trop de prégnance. Pourtant, quelque chose est là, précisément, dans la force de ce fil, de ce trait horizontal, qui conserve toute sa puissance quand certains de ses récits s’épuisent dans la succession désordonnée des personnages. Ainsi dans La Princesse au petit poids, histoire d’un malheur, elle aussi, puisque la princesse semble « ne pas faire le poids », l’image la plus forte est celle d’une corde à linge, tracé ferme sur lequel sèche le mouchoir à petit pois dont la princesse n’a plus besoin dès lors qu’elle est consolée de son malheur. L’image, présente sur la page de titre, revient aux deux tiers de l’album auquel elle confère alors une respiration : à la succession confuse des fausses solutions, cette ligne droite apporte un contrepoids bienvenu, sous la forme d’une clarification, d’une ouverture graphique (illustration 4).

Illustration 4

Illustration 4

Anne Herbauts, La Princesse au petit poids, Tournai, Casterman Jeunesse, 2003. © Éditions Casterman S.A./Anne Herbauts.

12Cette première période est donc celle d’une intense recherche artistique. Il importe visiblement moins, pour Anne Herbauts, de « réussir » un album classique (ce qu’elle saurait manifestement faire), que de rester la plus fidèle possible à la force propre au trait et au langage. C’est une recherche sans concession, dont Par-delà les nuages en 2004, fournit un nouveau témoignage. De nouveau aux éditions de l’An 2, ce volume offre dès la couverture (deux plats et deux larges rabats, illustration 1) un somptueux paysage de montagnes, et la première double page, en un sage gaufrier, en développe la composition. « Le monde / était fait de versants. / D’un côté / et de l’autre : les pentes », dit le texte, tandis que, case après case, Anne Herbauts s’autorise enfin à composer avec ses lignes fondamentales : une horizontale, puis deux premières obliques qui forment un versant, puis deux autres pour l’autre versant. Il ne reste qu’à nourrir ce schéma en remplissant au crayon les zones ainsi délimitées pour donner le sentiment du volume et de la profondeur. Magistrale leçon de dessin, qui révèle la force démiurgique du tracé (illustration 5).

Illustration 5

Illustration 5

Anne Herbauts, Par-delà les nuages, Angoulême, Editions de l’An 2, 2004, p. 4-5. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.

13Mais aussi magnifique programme narratif, puisque nous lisons sur la page en regard « Tous, sur la pente, / cherchaient un horizon. / Le refuge de l’horizontale. » C’est la première fois qu’un de ses livres non destiné aux enfants s’affranchit de l’expression autobiographique et pourtant, on sent que l’artiste parvient enfin à exprimer de manière plus directe le fond de sa nature inquiète : « sur la pente », cherchant « le refuge de l’horizontale ». Tout au long de l’album, nous verrons de petits humains, attachants et un peu pathétiques, s’accrocher au flanc des montagnes et tenter de se relier les uns aux autres en ébauchant de fragiles pylônes (deux verticales, quelques croisillons), reliés les uns aux autres par des fils tendus à bout de bras. L’ensemble dessine une petite fable (portant peut-être sur la vanité et l’orgueil), mais l’essentiel n’est pas là à mes yeux : il réside dans le fait que l’artiste, dans cet album, approfondit sa recherche sur la puissance créatrice de son propre trait. Et l’on comprend alors que si jusqu’à présent les histoires de ses albums pour enfants ont pu paraître si bizarres, si inachevées ou malhabiles, c’est parce qu’elle ne peut pas envisager d’histoire qui ne soit pas intégralement produite par le hasard fécond de la rencontre entre traits et mots – or elle découvre avec Par-delà les images qu’il faut un peu aider le hasard.

  • 8 Herbauts (Anne), Silencio, Casterman, 2005.

14Lundi, publié en 2004, est à mes yeux le premier album pour enfants véritablement abouti d’Anne Herbauts. C’est comme si l’artiste avait enfin décidé d’assumer sa difficulté à construire une « vraie » histoire. Lundi sera une simple méditation poétique sur le temps, Anne Herbauts semblant faire sienne cette devise exprimée dans Par-delà les nuages : « préservons nos pensées aériennes ». Le texte est plus ramassé : l’artiste a mesuré la puissance d’évocation des mots de même que, dans l’album précédent, elle a domestiqué celle des traits. Elle sent désormais qu’il faut peu de mots si l’on veut que le lecteur suive le fil de leurs associations (elle le redira dans Silencio8). Graphiquement, le livre est aussi plus économe. Si elle a renoncé aux outrances baroques de La Princesse et d’Alice, c’est pour affirmer avec plus d’aplomb la fécondité de son catalogue désormais resserré de motifs fétiches : le fil et l’aiguille, la maison et la cafetière (en fait, ici une théière), la chaise rouge et l’oiseau. Dans Par-delà, elle renonçait à la multiplicité des traits pour construire un paysage complet en seulement cinq lignes : ici, elle brode à partir d’un réservoir restreint de personnages et de motifs, et de la même manière, son propos gagne en puissance. Nul besoin, désormais, de faire semblant de construire un conte : Lundi parle « seulement » du temps, des manières dont on cherche à le mesurer en le nommant (par les noms des jours ou par des adverbes), mais aussi et surtout de sa fuite inéluctable, à la fois terriblement belle et angoissante. N’est-ce pas un motif universel de réflexion, autant chez les philosophes que chez les poètes ? L’album d’Anne Herbauts n’a pas moins de force que certains fragments pré-socratiques : Lundi revient, pourtant ce n’est pas le même qu’à la première page, car celui-ci a disparu inéluctablement… L’album, qui bénéficie d’une fabrication irréprochable (couverture évidée, embossage, travail tout en subtilité sur l’épaisseur du papier et sa transparence) et mentionne pour la première fois la coopération, à la mise en page, de l’artiste et professeur Anne Quévy, convainc le lecteur qu’il a eu raison de rester fidèle à Anne Herbauts depuis le début de sa carrière : l’obscurité brouillonne des premières tentatives, prometteuses bien que bancales, était la trace d’un talent en perpétuelle recherche, et cette recherche opiniâtre est en train d’aboutir.

  • 9 Herbauts (Anne), La Lettre, Casterman, 2005
  • 10 Herbauts (Anne), L’Idiot, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2005.
  • 11 Ibid., p. 21.
  • 12 Ibid., p. 35.

15L’année suivante le confirme : Silencio (Casterman), La Lettre9 (Casterman), L’Idiot10 (l’An 2) sont de belles réussites. Dans L’Idiot, le gaufrier de la bande dessinée, d’abord rejeté parce qu’il représentait la contrainte formelle sclérosante, est réinvesti de manière plastique : dépouillé de sa valeur séquentielle, il est réinventé comme une forme poétique, au service d’une écriture toute en métamorphoses. Sous nos yeux, le motif fétiche de la cafetière se transforme en un éléphant : Anne Herbauts maîtrise désormais sa propre écriture, jouant des associations de formes et des mots-valises. À l’occasion de chaque dessin, arbre, jardin ou chaise, Anne Herbauts fait de ce livre une profession de foi : dessiner, c’est soustraire, choisir, refaire ; il faut parfois dessiner de la main gauche, « pour reposer [l]a main droite, pour qu’elle s’étonne encore. Pour qu’elle ne s’habitue pas11. » (C’est un exercice qu’elle pratiquait aux Beaux-Arts.) Quant aux mots, c’est à une semblable libération qu’elle invite dans sa « recette » pour dessiner un jardin, quasi-leçon de linguistique qui réfléchit sur la manière de nommer les quantités, qui revendique la polysémie (« si les mots ont des racines, les mots ont des branches ») et la nécessité des mots-valises : « Quand tu parles, tu empiles. / Oui, c’est des morceaux d’images, les mots sont trop petits pour une seule chose12. »

16On sent ici l’artiste en pleine possession de son art, qui est un art double, mots et dessins. Quelques années auparavant, elle semblait tétanisée par la responsabilité que conférait le pouvoir de tracer un trait ; ici, elle étale son plaisir à pouvoir repousser les limites du langage comme celles de la représentation canonique (perspective et manières de « bien faire » sont délaissées avec jubilation). Cette harmonie nouvelle née de la libération des mots et des images se ressent aussi dans Silencio et dans La Lettre, ou mieux encore, dans le petit film d’animation dont La Lettre est le prétexte, Et Jean s’est perdu dans ses pensées. On y croise un homme oiseau qui semble pêcher – en réalité, il laisse tremper un sachet de thé au bout de sa canne : « Chut ! J’infuse mes pensées. Il faut prendre le temps de vieillir ses pensées. Attention à mon infusion : pas d’effusions ! Le fil des pensées va au fil de l’eau : laissons-le dériver. »

17Ne croit-on pas entendre l’artiste elle-même promouvoir le jeu des libres associations, de la lenteur, de la poésie préférée aux confessions trop intimes de ses débuts ? Silencio, quant à lui, se présente comme un conte philosophique et étiologique sur le silence et le vacarme, et la nécessité de trouver un équilibre. Silencio, fils du tyran, chargé de contraindre la population au mutisme, laisse à la mort du père le vacarme envahir le royaume. C’est graphiquement qu’Anne Herbauts nous convainc qu’une telle débauche de bruits n’est pas acceptable : l’image ne respire pas. « On ne s’entendit pas », dit le texte, mais ce que le lecteur voit, c’est qu’il n’identifie rien ni personne dans ce fatras de formes et de couleurs (illustration 6).

Illustration 6

Illustration 6

Anne Herbauts, Silencio, Paris, Casterman, 2005. © Editions Casterman S.A./Anne Herbauts.

18Merveilleuse manière de revendiquer l’équivalence de ce qui est dit et de ce qui est montré, des mots et des images. Silencio, personnage blanc, viendra s’intercaler entre les figures, qui dès lors se détacheront avec grâce sur le blanc du papier, de même que les paroles portent plus quand elles sont entendues dans un silence attentif. Avec ces trois albums, il semble qu’Anne Herbauts en ait fini avec sa première période, marquée par la recherche. Ils constituent tous trois son « art poétique » : elle possède désormais son propre langage, et va pouvoir donner toute sa mesure à sa créativité.

Le temps de la maturité

  • 13 Herbauts (Anne), Sans début ni fin. Petite parabole, Esperluète, 2008.
  • 14 Herbauts (Anne), Toc toc toc, Casterman, 2011
  • 15 Herbauts (Anne), Les Moindres Petites Choses, Casterman, 2008.
  • 16 Herbauts (Anne), De quelle couleur est le vent ?, Casterman, 2010.

19S’ouvrent alors des années de plénitude artistique. De Petites Météorologies (2006) à Je t’aime tellement que (2013), elle livre neuf albums qui sont presque tous des chefs-d’œuvre. Elle va y explorer successivement toutes les dimensions de son médium de prédilection, l’album. D’abord, sa matérialité : Petites Météorologies est un grand album muet, dont les pages ménagent de petits volets à ouvrir, révélant des surprises au sein des paysages. Sans début ni fin13 explore la forme du leporello. Toc toc toc14 est un album de carton fort en forme de maison et suppose une manipulation qui est jeu autant que lecture, puisque l’enfant est invité à toquer sur les pages rigides, comme pour se faire ouvrir. Les Moindres Petites Choses15 offre au lecteur la splendeur de pages se dépliant en doublant leur surface, de sorte que, devant certaines doubles pages, on se retrouve face à un immense panorama. De quelle couleur est le vent16, pensé pour s’adresser aussi à des enfants non-voyants, travaille toutes les textures, proposant au toucher aussi bien des reliefs embossés que des textures laquées obtenues par des vernis sélectifs. Ainsi, après avoir tenté une brève incursion dans le domaine du film d’animation (avec La Lettre et L’Idiot), Anne Herbauts revient au livre pleinement consciente que ce médium offre bien plus de richesses qu’il n’impose de contraintes. Suivie par des éditeurs (Casterman, Esperluète) qui ont confiance dans son talent, elle sait tirer parti de toutes les possibilités matérielles offertes par les industries graphiques contemporaines, jamais pour l’esbroufe, toujours avec une fine conscience de l’effet poétique de ses choix.

20Graphiquement, elle donne le meilleur d’elle-même, poussant son langage pictural jusque dans ses ultimes retranchements. En effet, l’usage récurrent des mêmes motifs, repris de titre en titre, aurait pu dériver en système, ce qu’elle évite habilement en faisant de ses cafetières, maisons, fenêtres et oiseaux des ponctuations formelles, révélant un langage sans le caricaturer. Ainsi, le motif de la bobine et du fil rouge, qui avait tant hanté ses premières productions, revient dans Sans début ni fin sous la forme d’une pelote de laine rouge, photographiée en relief sur la couverture et se déroulant tout au long du leporello de sorte que les personnages puissent jouer à s’y suspendre, s’y poser ou l’enjamber. Pleinement consciente de sa dimension métaphorique un peu usée, Anne Herbauts ravive la forme en l’utilisant pour sa valeur première : le fil rouge est tout simplement… un fil qui est rouge, et qui guide les personnages.

  • 17 Herbauts (Anne), De Temps en temps, Esperluète, 2006, n.p.

21C’est dans De Temps en temps, publié chez Esperluète en 2006, qu’elle approfondit de manière spectaculaire son registre graphique. Reposant sur un usage assumé du collage, ici de grandes surfaces empruntées à des cartes, des papiers d’emballage estampés ou du papier peint, l’album est une nouvelle méditation sur l’acte de créer. Alors qu’elle a réfléchi au geste de dessiner dans L’Idiot, ici le découpage lui permet d’éviter, précisément, le dessin, dont elle dit se méfier parce que « de temps en temps, je m’appliquais à bien dessiner. Très vite, je ne savais plus jusqu’où allait le bien dessiné, et où s’arrêtait l’image. » Découper, c’est produire une forme visible sans recourir au dessin. Mais il y a plus : l’album nous révèle que le geste de découper produit deux formes, celle qui est délimitée par la coupe (par exemple : une cafetière), mais aussi, en creux, la contre-forme. Plaçant en vis-à-vis une page bleue de laquelle se détache la forme évidée d’une cafetière, et sur l’autre page quelques nuages de vapeur, bleus sur fond blanc, s’échappant de cette cafetière, Anne Herbauts réfléchit au sens des mots : « de temps en temps, je me demandais pourquoi ces mots vent, mer, sel, ciel, arbre, merle revenaient toujours dans mes images17 » (illustration 7).

Illustration 7

Illustration 7

Anne Herbauts, De temps en temps, Noville-sur-Mehaigne, Esperluète Éditions, 2006. Avec l’aimable autorisation des éditions Esperluète et de l’auteur.

22En plaçant dans la même phrase « mots » et « images » en légende d’une double page jouant sur le découpage et sa contre-forme, elle semble suggérer que les ciseaux opèrent, dans le visible, le même découpage que le mot dans le dicible : aussi net, arbitraire, simplificateur, mais laissant autour de lui autant de sens qu’il n’en enferme dans ses limites. On retrouve la réflexion liminaire sur la ligne qui sépare en même temps qu’elle trace, mais plus d’angoisse ici : il y a autant de beauté dans ce qui reste que dans ce qui a été découpé pour être mis en valeur. Dans le même album, décidément d’une richesse inépuisable, Anne Herbauts trouve un magnifique raccourci graphique pour exprimer l’essence de son art. Dans une page qui dit « de temps en temps, un mot et une image se frottent et cela me procure une jouissance : un acte d’amour abstrait, merveilleux. Mais je le garde secret », elle dessine un tigre souriant dissimulé derrière des sortes de bosses découpées dans du kraft de couleur. Le haut de la page est noir, au point que lorsque ces bosses aux formes grossières rencontrent le fond noir, on ne sait pas bien si elles se glissent derrière ou passent par-dessus : la zone d’intersection a été rehaussée d’un vernis brillant qui donne à cet espace de recouvrement un éclat splendide, mais discret, noir sur noir. Cette page inhabituelle (le tigre est absent du bestiaire de l’artiste) me paraît l’une des clés de son esthétique : ce vernis d’un sombre éclat rehausse la zone d’intersection, ce « frottement » entre les formes, mots et images, qui sont les matériaux de son art.

23Enfin, c’est thématiquement que cette période révèle sa plénitude. Si elle a commencé sa carrière en explorant les confins et en exprimant un mal-être diffus, cette période est révolue : désormais la perte, la médiocrité, et même la mort sont les sujets d’une transfiguration radicale. Dans Sans début ni fin. Petite parabole, elle fait voir la beauté du dénuement. Prenant à contre-pied les euphémismes hypocrites du langage ordinaire (« sans domicile », « sans papier »), elle invente un peuple de « sans » qui révèlent une humanité profonde : les sans bras « disaient “je t’embrasse” », les sans noms « s’appelaient de part et… d’autres répondaient », les sans regard « voyaient loin ». Le poème, aussi fantastique qu’il est, en réalité, engagé, se clôt sur cette strophe magnifique :

Tous étaient des hommes.
Ils étaient cent, cent vingt,
cent mille, cent milliards,
que sais-je, car, à venir encore,
viendra demain.
Tous étaient des hommes.
Tous étaient beaux.
Tous étaient sans.
Pourtant…

  • 18 Herbauts (Anne), Les Moindres Petites Choses, Casterman, 2008, n.p.

24Ode au dépouillement, invitation à voir au-delà du manque, l’album déploie la même humanité qu’on lisait déjà dans L’Idiot (l’idiot, c’est l’artiste, celui qui ne veut pas dessiner en recopiant des formes), et qui trouvera son accomplissement magistral dans Les Moindres Petites Choses. Dans celui-ci, nous suivons Madame Avril. Broc, arrosoir, chaise rouge, tronc de bouleau, fenêtre : les syllabes élémentaires d’un langage graphique, présentes depuis le commencement de l’œuvre, semblent avoir ici trouvé leur juste place. Nous suivons le quotidien de cette femme discrète et passionnée, dépassée parfois par ses pensées, ses émotions, ses impressions, ouverte à l’infime comme au sublime. L’album est une réussite absolue. Réinvestissant les inquiétudes subjectives déployées par Anne Herbauts dans ses premiers livres pour adultes, il offre, à hauteur d’enfant, des réponses graphiques au trouble des expériences enfantines. Oui, il arrive parfois, même (surtout ?) dans l’enfance, qu’on soit troublé par « quelque chose de trop fragile », qu’on « n’arrive pas à dire », ou qu’on soit bouleversé par une vague réminiscence, « quelque chose d’une lumière. Elle ne sait plus bien18. » À l’inverse de tant de livres pour enfants qui explorent l’ailleurs ou inventent un univers fantastique, Anne Herbauts creuse ici le quotidien, ces « moindres petites choses » dont elle dévoile qu’elles peuvent mener au sublime, pour qui sait percevoir. Le dispositif plastique, permettant de donner à voir, en déployant une page de plus, le champ de vision de Madame Avril, fonctionne ici comme un puissant révélateur : non seulement le lecteur voit ce qu’elle voit, mais le geste de tourner la page, en déployant l’espace, semble ouvrir sur la profondeur d’une perception subjective, d’une émotion débordante. C’est particulièrement fort lorsque « Madame Avril se souvient » et que le dépliement de la page remplace l’image d’un tronc de bouleau sec et vertical par une prairie vert tendre au-dessus de laquelle s’envolent de lumineux draps blancs tendus sur une corde à linge – nous ressentons alors, comme elle, ce « quelque chose d’une lumière » dont on ne se souvient plus avec précision, mais qui est l’essence de cette mémoire involontaire si troublante. Même puissance lorsque « Madame Avril cherche le mot quelque chose, quelque chose… Quelque chose de si grand qu’on ne peut l’entendre. » Alors à l’image d’un merle perché sur un rameau de pin se substitue un somptueux paysage de montagnes et glaciers, et la rupture d’échelle provoque en nous ce hoquet d’émotion qui est sans doute l’écho de ce que ressent le personnage. Devant cette manière si troublante d’évoquer les impressions fugaces et indicibles qui font la trame de la vie ordinaire (émotions sans cause apparente, souvenirs involontaires, tristesse disproportionnée ou joie subite), on ne peut qu’être ébloui – et murmurer, comme Madame Avril, « Qu’allons-nous faire de tant de bonheur ? »

  • 19 Herbauts (Anne), Theferless, Casterman, 2011.

25Si Les Moindres Petites Choses atteint un sommet d’expressivité, d’autres très grands albums paraissent dans les mêmes années. De quelle couleur est le vent ? est poésie pure, et jeu, et sensualité. Theferless19 travaille pour la première fois la forme du « texte illustré », isolant sur des pages distinctes le conte et les images – jusqu’à ce que timidement, à mesure que guérit l’hirondelle et que la vie se réinstalle dans cette famille fossilisée, des morceaux d’image se glissent dans le texte et paraissent le réveiller. C’est parce que la vie revient dans la petite maison de la forêt que la très vieille peut enfin s’abandonner à la mort et, étrangement, c’est très doux, car tous les personnages ont retrouvé le goût de sentir :

Le bleu du ciel donne le vertige.
L’air éclate.
Mais ils restent dehors. Dehors.
Ils ont un ciel entier à travers la gorge, le cœur.

26La plénitude, celle qui permet de connaître la couleur du vent, d’accepter comme une offrande la beauté des « moindres petites choses » et même la nécessité de la mort, la plénitude éclate dans chacune des pages de Je t’aime tellement que. L’album, dont les couleurs détonnent dans l’œuvre d’Anne Herbauts, est comme un point culminant dans cette période de maturité artistique. Autocentré (le texte dit « je » et s’adresse à un « tu » éperdument aimé), il est aux antipodes des petits crayonnés du début, au point que les premières pages, très blanches, n’utilisent que l’encre violente des trois couleurs de la quadrichromie : un jaune solaire, un bleu éclatant, un rose presque comique d’être si vif. Les motifs canoniques défilent au hasard des pages, transfigurés par la joie : le cœur de Cardiogramme vibre des trois couleurs mal superposées qui le composent, la chaise rouge ne tient pas dans la page, les éléphants semblent voler, les montagnes ont perdu leur pesanteur et laissent voir un ciel immense. De nouvelles couleurs (jaune d’or, bleu vert, vert cru), de nouveaux motifs (le porte-conteneurs, la mare) apparaissent, et l’album déploie tous les registres plastiques de l’artiste (du méticuleux croquis botanique au découpage blanc sur blanc, du pochoir au collage, de l’encre opaque au crayon léger), fait exploser le texte en jeux de mots et formules surréalistes jubilatoires : « Je t’aime comme l’automne et l’hiver boutonnés dans la même chaussette », « je t’aime tellement que les iguanodons de passage s’arrêtent et prennent des photos », « j’étais gigantesque de toi ». Déclaration de bonheur amoureux, le livre se clôt sur une image merveilleuse reprenant comme à l’envers la falaise vertigineuse qui refermait Cardiogramme. En 2002, le petit ours crayonné se perchait morose au bord du vide (« J’ai laissé, quelque part, le vide d’une illusion perdue, d’une absence, d’un regret. Ne pas trop se pencher… ») En 2013, un couple d’oiseaux-humains, au bord de la falaise, lève son regard vers l’immensité d’un paysage portuaire : « Je récolte des mots très doux qui fondent au creux des doigts quand on les goûte. » (illustration 8)

Illustration 8

Illustration 8

Anne Herbauts, Je t’aime tellement que, s.l, Casterman, 2013. © Editions Casterman S.A./Anne Herbauts.

27Anne Herbauts n’a jamais été aussi légère, et le registre solaire de cet album reste à ce jour unique. Il me semble à la fois parachever et clore la période de maturité artistique. L’artiste est parvenue au sommet de son esthétique, elle a publié des albums majeurs, aussi profonds que subtils, à la poésie insolente et à la beauté sidérante.

Le temps des récits

28La période qui s’ouvre alors pourrait être celle d’une redite ou d’un approfondissement. Il n’en est rien, et c’est ce qui fascine. On se souvient que ses débuts d’autrice-illustratrice étaient faits d’une inquiétude absolue : comment dire, que raconter, et comment ? Comment construire un style qui soit sans artifice ni concession ? La période que j’appelle de « maturité » me paraît être celle où Anne Herbauts prend, de manière décisive, le parti de la manière. Se libérant (provisoirement) de l’embarrassante question narrative, elle explore le faire et compose des albums qui ne sont pas des récits : albums-jeux, albums-litanies, albums-questions, album-déclaration. Ce choix lui permet de se libérer de la question de l’intrigue, pour se concentrer sur la poésie iconotextuelle, et la manière dont celle-ci permet d’exprimer l’indicible.

  • 20 Herbauts (Anne), Un jour Moineau, Casterman, 2014.
  • 21 Herbauts (Anne), L’Histoire du géant, Esperluète, 2015.
  • 22 Herbauts (Anne), Sous la montagne, Casterman, 2015.
  • 23 Herbauts (Anne), Broutille, Casterman, 2016.
  • 24 Herbauts (Anne), Une Histoire grande comme la main, Casterman, 2017.
  • 25 Herbauts (Anne), La Galette et la Grande Ourse, Casterman, 2009.
  • 26 Lobel (Arnold), Sept Histoires de souris, traduction D. Chagot, Paris, L’École des loisirs, 1974 (...)

29Pourtant le récit est revenu par la bande. Theferless est bel et bien un récit – conte ou fable – parfaitement mené. C’est désormais cette question du récit qui va occuper l’artiste, pleinement maîtresse de son langage. Un Jour moineau20 est un conte, avec son héros, sa péripétie (un matin une géante bloque la porte), sa résolution (on la réveille en faisant un gâteau odorant). Dans L’Histoire du géant21, Anne Herbauts se confronte au texte long, toujours dans un univers de conte. Sous la montagne22 mêle lui aussi conte et fable : sous le récit il y a aussi un message à deviner, autour de l’escabelle rouge et des propos sibyllins du chat : « L’échelle n’est que bouts de bois. Le point de vue est magique. » Il va pleuvoir est un récit enfantin, l’histoire de l’escapade de deux enfants hérissons, sans magie ni morale cachée. Broutille23 reprend la structure classique des récits pour tout-petits en succession de rencontres. Une Histoire grande comme la main24 paraît, plus encore que La Galette et la Grande Ourse25, un hommage à Arnold Lobel et ses Sept Histoires de souris26: ici ce sont cinq récits enclos dans un même livre. Pourquoi ce retour du récit ? Dans un entretien accordé à Télérama en 2018, Anne Herbauts en donne la clé :

  • 27 Herbauts (Anne), « Il vaut mieux donner des livres qui ne sont pas lisses aux enfants », dans Tél (...)

Depuis que je suis maman, j’ai un autre rapport au livre, je lis beaucoup et je me rends compte que j’ai maintenant besoin de narrations fortes parce que les histoires, les contes, ça nourrit beaucoup quand même. Le boom des livres graphiques a été très important parce qu’il a cassé l’image un peu sage du livre jeunesse, mais je trouve qu’il y a de plus en plus de livres super beaux graphiquement mais où il manque de la narration27.

  • 28 Herbauts (Anne), Les koalas ne lisent pas de livres, Esperluète, 2018.
  • 29 Herbauts (Anne), Je ne suis pas un oiseau, Esperluète, 2019.

30Longtemps, Anne Herbauts a eu quelque chose à dire, et besoin pour cela d’un langage pictural et poétique, dont elle a peaufiné la recherche jusqu’à la perfection. Désormais, elle a des histoires à raconter, parce qu’elle a un enfant à qui les raconter. Rien que de totalement sincère dans ce parcours artistique et humain, qui ne sacrifie ni aux modes, ni au joli ou au bien fait, encore moins à la quête du succès. Chaque étape est nécessaire, chaque démarche est profonde, infiniment approfondie, chaque engagement authentique – autant quand il s’agit de reconnaître avec tendresse la sur-occupation des parents de jeunes enfants (Les koalas ne lisent pas de livres28) que lorsqu’il est question de la tragédie des noyades de migrants (Je ne suis pas un oiseau29). Ce « temps des récits » ne fait que s’ouvrir : Anne Herbauts a désormais tant d’histoires à raconter.

Conclusion

31Ils ne sont pas si nombreux, les artistes de l’album qui, en vingt ans, produisent une œuvre à la fois si abondante et si dense. À vrai dire, le cas d’Anne Herbauts est vraiment singulier : pas seulement par le nombre et la qualité de ses livres, mais par l’exigence d’une œuvre se refusant à la facilité. Souvent récompensés par des prix littéraires, ses livres ne se vendent pourtant pas comme des petits pains : beaucoup d’adultes les trouvent trop étranges, ou arides, ou inquiétants. Elle revendique ce refus du « lisse » et poursuit avec opiniâtreté un chemin personnel, sans faire de concessions ni mentir aux enfants qui la lisent. Ils ont, en ouvrant ses livres, une chance infinie : celle d’une rencontre avec une adulte qui n’a perdu ni ses capacités d’émerveillement, ni ses questionnements obstinés. Quelqu’un qui sait ce qui se joue de puissant en deçà des concepts verrouillés, des idées toutes faites et des formules vidées de leur sens par l’usure, et qui y consacre des pages belles et troublantes. Anne Herbauts, depuis vingt ans, offre aux enfants de la poésie pure : c’est rare et précieux.

Haut de page

Notes

1 Herbauts (Anne), Édouard et Armand. Boa, Paris/Tournai, Casterman, 1997 ; Allons voir plus loin, 1998 ; À la plage, 1999 ; Drôles de numéros, 2002. Les couvertures et les illustrations contenues dans cet article sont protégées par le droit d’auteur, elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Editions Casterman S.A. et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

2 Herbauts (Anne), Le Petit Souci, Paris/Tournai, Casterman, 2000.

3 Herbauts (Anne), L’Heure vide, Paris/Tournai, Casterman, 2000.

4 Herbauts (Anne), Autoportrait, Esperluète, 2002.

5 Herbauts (Anne), L’Arbre merveilleux, Paris/Tournai, Casterman, 2001.

6 Herbauts (Anne), Lundi, Paris/Tournai, Casterman, 2004.

7 Herbauts (Anne), La Princesse au petit poids, Paris/Tournai, Casterman, 2003.

8 Herbauts (Anne), Silencio, Casterman, 2005.

9 Herbauts (Anne), La Lettre, Casterman, 2005

10 Herbauts (Anne), L’Idiot, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2005.

11 Ibid., p. 21.

12 Ibid., p. 35.

13 Herbauts (Anne), Sans début ni fin. Petite parabole, Esperluète, 2008.

14 Herbauts (Anne), Toc toc toc, Casterman, 2011

15 Herbauts (Anne), Les Moindres Petites Choses, Casterman, 2008.

16 Herbauts (Anne), De quelle couleur est le vent ?, Casterman, 2010.

17 Herbauts (Anne), De Temps en temps, Esperluète, 2006, n.p.

18 Herbauts (Anne), Les Moindres Petites Choses, Casterman, 2008, n.p.

19 Herbauts (Anne), Theferless, Casterman, 2011.

20 Herbauts (Anne), Un jour Moineau, Casterman, 2014.

21 Herbauts (Anne), L’Histoire du géant, Esperluète, 2015.

22 Herbauts (Anne), Sous la montagne, Casterman, 2015.

23 Herbauts (Anne), Broutille, Casterman, 2016.

24 Herbauts (Anne), Une Histoire grande comme la main, Casterman, 2017.

25 Herbauts (Anne), La Galette et la Grande Ourse, Casterman, 2009.

26 Lobel (Arnold), Sept Histoires de souris, traduction D. Chagot, Paris, L’École des loisirs, 1974 (Mouse Tales, 1972).

27 Herbauts (Anne), « Il vaut mieux donner des livres qui ne sont pas lisses aux enfants », dans Télérama, 21 février 2018.

28 Herbauts (Anne), Les koalas ne lisent pas de livres, Esperluète, 2018.

29 Herbauts (Anne), Je ne suis pas un oiseau, Esperluète, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Crédits Anne Herbauts, Par-delà les nuages, Angoulême, Editions de l’An 2, 2004. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Illustration 2
Crédits Anne Herbauts, Cardiogramme, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2002, p. 23. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Illustration 3
Crédits Anne Herbauts, Cardiogramme, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2002, p. 38. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration 4
Crédits Anne Herbauts, La Princesse au petit poids, Tournai, Casterman Jeunesse, 2003. © Éditions Casterman S.A./Anne Herbauts.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Illustration 5
Crédits Anne Herbauts, Par-delà les nuages, Angoulême, Editions de l’An 2, 2004, p. 4-5. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’An 2 et de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Illustration 6
Crédits Anne Herbauts, Silencio, Paris, Casterman, 2005. © Editions Casterman S.A./Anne Herbauts.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Illustration 7
Crédits Anne Herbauts, De temps en temps, Noville-sur-Mehaigne, Esperluète Éditions, 2006. Avec l’aimable autorisation des éditions Esperluète et de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Illustration 8
Crédits Anne Herbauts, Je t’aime tellement que, s.l, Casterman, 2013. © Editions Casterman S.A./Anne Herbauts.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3732/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Boulaire, « Anne Herbauts, poète »Textyles, 57 | 2019, 55-70.

Référence électronique

Cécile Boulaire, « Anne Herbauts, poète »Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3732 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3732

Haut de page

Auteur

Cécile Boulaire

Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals