Navigation – Plan du site
Ouvrir l'album

Benoît Jacques. Tresser traits et sons

Frédéric Paques
p. 113-124

Texte intégral

  • 1 Animateur, illustrateur américain extrêmement célèbre, notamment pour son adaptation illustrée du (...)
  • 2 Defourny (Michel), Benoît Jacques. Auteur, artiste, auto-éditeur, dans Le Carnet et les instants, (...)
  • 3 Entretien sur le salon de Montreuil 2012, avec l’auteur, dans Griffon, n° 238, sept.-oct. 2013, p (...)

1Rares sont les auteurs-illustrateurs qui parviennent, vaille que vaille au cours de leur carrière, à cultiver une singularité artistique loin des courants dominants, sans aucune concession aux diktats du monde de l’édition. Benoît Jacques est un de ceux-là, inlassable travailleur du trait et de la langue, auteur de plusieurs dizaines de livres, tous très différents, mais également très reconnaissables. Benoît Jacques est né à Bruxelles en 1958. Après des études à l’Académie Royale des Beaux-Arts, puis à La Cambre, il s’expatrie en Angleterre où il travaille pour le célèbre studio Pentagram Design. Puis il part aux États-Unis, où il collabore avec R. O. Blechman1, avant de s’établir en France, à Montigny-sur-Loing2. Depuis trente ans, Benoît Jacques édite des livres, ses propres livres. Discret mais opiniâtre, l’artiste a fini par laisser son empreinte dans le paysage éditorial de l’album jeunesse et de la bande dessinée. Mais son travail transcende les catégories : Benoît Jacques crée des livres illustrés dont les formes sont sans cesse renouvelées. Il ne semble par ailleurs pas vouloir s’adresser à un public prédéfini. Pour lui, la littérature jeunesse est une catégorie peu pertinente. « Jeunesse, ça ne veut rien dire. Qu’est-ce que c’est que cette catégorisation ? Elle ne fonctionne pas car on est tous différents. Quand on me demande un livre pour un garçon de 5 ans, je réponds toujours, je ne sais pas, je ne connais pas l’enfant. […] Grands, petits, adultes tous peuvent être concernés par une expression sincère3. » Cela ne l’empêchera pas d’orienter une bonne part de sa production vers un public plus enfantin au tournant des années 2000, mais toujours en préservant une double lecture.

Benoît Jacques Books

  • 4 L’auteur a des propos très durs concernant son livre Louisa paru à L’École des loisirs. « Quand l (...)
  • 5 D’après des propos de l’auteur recueillis à l’occasion d’une table ronde lors du 23e festival int (...)
  • 6 Ibid.

2Cette réticence à se laisser enfermer dans des catégories a un prix. Un aspect étonnant et fondamental de l’œuvre de Benoît Jacques est bien le fait que la majorité de ses livres sont autoédités4. Cette manière de travailler offre à l’auteur une indépendance absolue. L’impératif commercial est évacué au profit d’une très grande liberté de création… à mi-temps. Le travail d’éditeur est assumé par l’auteur et lui prend une part substantielle de ses journées de travail. Jacques réfléchit à ses livres en tant qu’objet, imaginant leur format et leur maquette, choisissant le papier, contactant les imprimeurs. Il assume également la tâche de distributeur, en ce compris la gestion des stocks5. Le rapport avec les libraires, ses premiers critiques, n’est pas en reste : il envoie ses livres dans des paquets personnalisés et n’hésite pas à partir à leur rencontre. Toutes ces contraintes ne sont pas nécessairement mal vécues par l’auteur. Il avoue ainsi qu’il ne comprend pas comment un artiste pourrait être créatif à temps plein. Ces moments passés à ne pas créer constituent une jachère pour son esprit, et ils lui permettent de repartir ensuite sur de nouveaux projets avec une inspiration renouvelée6.

  • 7 Le logo de la maison d’édition Benoît Jacques Books est un personnage en équilibre précaire sur u (...)

3Mais cette manière de fonctionner n’est pas exempte de difficultés : chaque livre représente un risque financier pour Benoît Jacques. Un échec peut entraîner la faillite de l’entreprise. Une nouvelle parution est un pari, un quitte ou double7. Chacune nécessite aussi une débauche de temps et d’énergie. En cela, le processus de production des œuvres de Jacques influe intimement sur leur contenu. Benoît Jacques évoque souvent la nécessité de ne pas se répéter, pour ne pas s’ennuyer. Chaque projet doit avoir pour qualité première de susciter l’enthousiasme de l’auteur, pour lui permettre de trouver la formidable énergie de le mener à bien de bout en bout. Il en découle un catalogue très varié : livres muets, romans, bandes dessinées, livres illustrés, flip books, tout cela dans des formats et au moyen de techniques très divers. On peut néanmoins discerner dans toute cette production une constante absolue : le jeu.

Ludique en jeu

  • 8 « Benoît Jacques : un créateur génial et déjanté qui s’autoédite », dans Lumière sur le Noir. Une (...)

4L’enjeu principal des livres de Benoît Jacques est ludique. Et plus précisément : « [Sa] manière de fonctionner est celle de quelqu’un qui joue avec le matériau du langage comme du langage de l’image8. » À chaque nouveau livre, le défi que semble se poser l’auteur est de se donner une ou plusieurs contraintes fortes, qui concernent le texte, l’image ou les deux ensemble. Car dans tout jeu, il y a des règles. À chaque fois, le lecteur est invité à comprendre ces règles et à s’amuser de la manière dont Benoît Jacques les applique avec malice, se permettant des écarts plus ou moins grands. Lire un de ses livres, c’est entrer en connivence avec l’auteur. Il fait partie de ces artistes dont l’univers est absolument singulier, mais plus encore, nous semble très rapidement familier. Chaque livre est comme une déclinaison de ce regard décalé sur les choses, entre intelligence vive, ironie mordante, bienveillance amusée et stupidité assumée. Au-delà de l’histoire qui nous est (parfois) racontée, c’est bien à un jeu avec l’auteur que nous sommes conviés.

Traces et sons

  • 9 L’exemple le plus évident est la gradation de la taille des lettres dans La Nuit du visiteur. Lue (...)

5Jouer avec l’image, chez Benoît Jacques, c’est souvent retourner vers une certaine matérialité. Après tout, un dessin, ce sont avant tout des traits ou des taches juxtaposés. Ces traits, ces taches sont la conséquence du geste d’un être humain. Jacques rend apparents ces indices, chacun de ses dessins se donne à voir autant pour ce qu’il est que pour ce qu’il représente. Cette manière graphique pourrait être perçue au premier abord comme de la « maladresse », dans le sens où elle rappelle un peu les dessins d’enfants. Une observation plus approfondie révèle pourtant rapidement la virtuosité de l’auteur. Chaque trait sonne « juste », chaque élément graphique est ingénieusement synthétisé, dans un langage qui s’affranchit des règles (perspective, anatomie) pour chercher l’expressivité maximale. De la même manière, pour Jacques, jouer avec le texte, c’est souvent retourner vers le langage parlé, vers l’articulation des sons (ou la désarticulation de ceux-ci). La plupart des livres de l’auteur semblent avoir été conçus pour être lus à haute voix. Et il s’en amuse : les mots sont écorchés, l’orthographe est remise en question, la typographie invite au jeu, à l’interprétation9. Les sons répétés, rimés sont presque omniprésents. L’essence des textes et images, leur trame visible ou audible, nous sont données à voir et à lire.

Raconter par le trait

6Le mode opératoire de Benoît Jacques est présent dès ses premiers ouvrages, avec une certaine radicalité. Ainsi, dans Play it by ear (1989), l’artiste s’empare d’un code, celui de la notation musicale (notes, portées, clé…). Ce code est, par essence, opaque pour le non-initié. Tout juste celui-ci peut-il inférer de la complexité d’un morceau par le nombre de notes et l’apparente difficulté posée par l’enchevêtrement de barres et de ronds qui se succèdent sur la portée. C’est à partir de cette connaissance basique que l’auteur brode de courtes saynètes, parfois de simples images sans narration particulière, en usant de l’expressivité du trait. Le lecteur non averti pourrait d’entrée de jeu se sentir exclu, s’il ne connaît pas la notation musicale. À l’opposé, le mélomane comprend directement que quelque chose cloche : ces partitions n’ont aucun sens… Heureusement, l’auteur donne des clés sous la forme de titres. La première page, Ouverture, présente une partition qui s’enroule comme un store. Un peu plus loin, Little piece for beginner/Petite pièce pour débutant, porte un titre clairement ironique, puisque la portée semble surchargée de notes extrêmement rapprochées les unes des autres. Les clés changent à chaque ligne, le nombre de dièses et bémols est impressionnant. Tout porte à croire que ce morceau est d’une complexité monstrueuse. Un peu plus loin, The Maestro and the Apprentice joue sur le dialogue entre deux portées, l’une supposément jouée par le maestro, pleine de notes et de traits de liaisons complexes, et l’autre, celles de l’apprenti pratiquement vide à l’exception de quelques notes éparses.

Play it by Ear, 1989

Play it by Ear, 1989

7Le trait avec lequel les notes du Maestro sont tracées est élégant et sûr, sans hésitation aucune, alors que les notes de l’apprenti sont tremblées, biffées ou raturées. Dès lors, le lien entre le titre et ces portées s’éclaire, et le lecteur peut s’imaginer les deux personnages en action, le Maestro exécutant sans peine sa partition complexe, l’air supérieur, peut-être jetant des regards courroucés sur son apprenti, en sueur, les mains tremblantes, tâchant de ne pas rater la note prochaine. La magie opère : dépassant le code relativement opaque, le trait raconte.

Des images et des traces, des mots et des sons

8Ce goût pour la trace expressive, on le retrouve dans presque tous les travaux de Benoît Jacques, dès les premiers petits ouvrages de la collection « Brin de Livre ». Ses usages de la plume, de l’aquarelle ou de la gouache laissent entrevoir la matière : encre qui se répand dans le papier griffé par un outil de métal, aquarelle aqueuse de La Genèse (1997), technique mixte empâtée de La Vallée enchantée (2013), C’est bizarre (2006) ou Nul en calcul (2006). Cette expressivité du trait est une constante dans tout le travail de Benoît Jacques, quelles que soient les techniques utilisées. Ainsi, le tirage original de Wa Zo Kong (2005 et 2009) est réalisé au moyen de deux techniques de gravure, l’une en relief, la linogravure, pour le texte, l’autre en creux, l’eau-forte, pour le dessin.

Wa Zo Kong, 2005

Wa Zo Kong, 2005
  • 10 Le paumage est l’action d’enlever l’encre avec la paume afin de préserver les zones non gravées d (...)
  • 11 Arts brut, primitif et enfantin renvoient, dit sans nuances, au lieu et au temps où l’écriture et (...)
  • 12 On apprendra plus tard que l’auteur du livre, Beno Wa Zak, est un poète « qui vécut en Palachine, (...)

9Le texte figure systématiquement sur la page de gauche, l’image sur la « belle page », celle de droite. Un épais cadre noir enserre textes et images. Le texte linogravé porte la marque du burin dans les contours accidentés des lettres épaisses, et présente çà et là le « grain » d’un linoléum qui n’est ni parfaitement lisse ni encré. Les images à l’eau-forte laissent voir des piquetages de taches d’encre, signe d’un paumage10 volontairement imparfait. Le trait est griffonné, grossier, spontané et expressif. Cet aspect renvoie à l’art brut ou primitif, et aux dessins d’enfants11, influences de l’auteur. Mais le texte utilisé frappe également par l’étrangeté de son orthographe. En voici les trois premières pages : « Lou Wa Zo Kong Hékong », « Kiyé Kong ? », « Lou Wa Zo12 ». Le « palachinois » utilisé, d’abord identifié par le lecteur comme une langue étrangère, n’est autre qu’une transcription grossière des sons de la langue française abusant de lettres supposées exotiques : « k », « w », ou « y ». Notons que les trois premières pages évoquent irrésistiblement les méthodes des cours de langues et permettent une compréhension directe du système. De plus, les phrases sont volontairement simplistes et répétitives. Texte et image, tous deux exprimés de manière très brute, se rejoignent pour créer une histoire d’une ineptie parfaitement réjouissante. Scandale au Château suisse (2004), réalisé un an auparavant, est très comparable à Wa Zo Kong. Les images, très brutes, sont elles aussi réalisées par la technique de l’eau-forte et l’auteur utilise également un pseudonyme (Benedetto Giacomo). Mais loin de simplifier outrancièrement le langage, Benoît Jacques le complexifie, ou plutôt, le rend difficilement énonçable, en usant presque exclusivement de sons sifflants et chuintants. La matérialité sonore des mots se rappelle ainsi au souvenir du lecteur à haute voix. On peut aussi évoquer Titi Nounours et la sousoupe au pilipili, c’est le « langage bébé » qui est utilisé par l’auteur. Il sature ses phrases d’allitérations « Oh le joli toutou ! Est-ce que ce chienchien ne préférerait pas un susucre plutôt que ce vilain nonos ? »

Titi Nounours et la sousoupe au pilipili, 2002

Titi Nounours et la sousoupe au pilipili, 2002

Répétition et variation

10Comme nous avons pu le constater avec les exemples précédents, l’auteur use régulièrement de dispositifs basés sur la répétition. Ainsi, dans La Nuit du visiteur (2008), une scène se répète, occasionnée par la surdité de la grand-mère (« Pouvez-vous répéter s’il vous plaît ? »).

La Nuit du visiteur, 2008

La Nuit du visiteur, 2008
  • 13 On notera que les différents passages ne sont pas parfaitement « calés », laissant encore une foi (...)

11Mais chaque répétition donne lieu à une variation dialoguée et illustrée dont l’intensité augmente. Le loup, de plus en plus impatient, s’énerve et hausse le ton, alors que la Mère-Grand, inlassablement, lui demande de répéter. Le texte, typographié en blanc sur fond noir, occupe la page de gauche lorsque c’est le loup qui parle, celle de droite quand c’est la Mère-Grand. L’action de tourner la page s’apparente donc à une porte qui s’ouvre de l’extérieur vers l’intérieur et vice-versa. Chaque image se compose de deux ou trois passages de couleur13, selon que l’on voit une scène extérieure (noir et gris) ou l’intérieur de la maison de la Mère-Grand (noir, gris et rouge). Je te tiens (2003) est également basé sur la répétition et l’augmentation d’intensité.

Je te tiens, 2003

Je te tiens, 2003

Art séquentiel

  • 14 Remarquons que cet éditeur partage avec Benoît Jacques une haute exigence de qualité pour le livr (...)
  • 15 Jacques (Benoît), L’Enquête qui piétinait, url : https://benoitjacques.com/bjbooks/lenquete/.

12Expérimentateur infatigable, amateur d’images répétées, Benoît Jacques s’est aussi essayé – cela n’étonnera personne – à la bande dessinée. L (L’Association, 2010) est un album muet, sorte de journal intime en « dessin automatique », qui a permis à l’auteur d’exorciser une douloureuse histoire personnelle. Album très noir, au trait griffé et tourmenté, il fait figure d’exception dans le parcours de l’artiste, par son ampleur et son ton dramatique. Quant à Comique Trip (2001), il est réalisé avec la contrainte d’utiliser des textes et parfois des images issues de divers catalogues, journaux ou publication divers. Jojo la plume (2017) est un ensemble d’histoires courtes publiées pour la plupart dans la revue Lapin, de l’éditeur français l’Association, également éditeur de L14. La compilation de ces récits met particulièrement en lumière l’attrait de Benoît Jacques pour l’invention langagière, que ce soit à partir de mots imaginaires (Les Flubards, Language protocol, Kokpa pas pakko) ou du détournement de langages existants (El Eurpanitchos Assimil. Lessonias ouane, Het Vakantie in Greece. Een avantuur van Bob met Bobeet). Jacques revisite avec malice certains grands classiques comme Pifou, Tintin ou Bob et Bobette, toujours avec cette obsession de détournement du langage. Notons enfin la bande dessinée publiée sur le site de l’auteur qui renoue, non sans malice, avec l’âme feuilletonesque du genre à travers un récit policier à suivre, L’Enquête qui piétinait15.

Pur dessin

  • 16 Il est à noter que les premières planches de L comprenaient du texte que l’auteur a biffé.

13L n’est pas le seul livre de Benoît Jacques qui se passe de texte16. Le Jardin du trait (1995) est une longue improvisation de 320 pages, non narrative, où l’auteur joue sur la musicalité du trait et des formes, des pleins et des vides, qui riment, se répètent, se répondent. Il crée ainsi une rythmique visuelle. Le quatrième de couverture porte cette inscription, écrite en spirale : « Il y a un passage mystérieux qui relie le dessin à l’écriture. Un endroit lointain où une graphie primitive annonce les prémices d’un alphabet. »

Le Jardin du trait, 1995

Le Jardin du trait, 1995
  • 17 Terme utilisé par l’auteur pour la description de son livre (https://benoitjacques.com/boutique, (...)

14Certes, Le Jardin du trait se passe de texte, mais il reste en relation étroite avec celui-ci. Articulé autour d’un court texte central, Vivre (un poème pour) (2011) se présente comme un « bouquet17 » d’images enserrant ces quelques lignes, suite de conseils simples et touchants pour tenter de multiplier les instants où l’on saisit la vie. Les images sont colorées, lumineuses, et évoquent puissamment ces instants fugaces.

Hors les livres

  • 18 Defourny (Michel), op. cit., p. 90.

15Benoît Jacques a fait beaucoup de livres, parfois même des éditions limitées, mais il a aussi touché à beaucoup d’autres moyens d’expression sur des supports multiples et parfois inattendus. On retrouve ses illustrations dans de nombreuses revues prestigieuses : du Guardian au New Yorker en passant par Libération, Die Zeit ou El País. On a pu voir ses dessins sur de véritables « planches » (de bois) de bande dessinée ou sur des broderies réalisées en collaboration avec une brodeuse malgache, Harizo Rakotomola18. Chacun de ces projets porte sa marque : humour, imagination débridée, et goût pour les matériaux bruts, manufacturés, et pour la rugosité des matières.

« Le livre, c’est magique »

  • 19 « Entretien sur le salon de Montreuil 2012, avec l’auteur », dans Griffon, n° 238, septembre-octo (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

16Foisonnant, bruissant et plein de vie, l’œuvre de Benoît Jacques n’en finit pas de se réinventer autour des fondamentaux : texte, image, mais aussi, support, reliure, impression. En soignant à l’extrême tous ces aspects, l’auteur « rend ainsi hommage à ces inventeurs qui nous ont donné les moyens d’écrire19 ». Plus encore, Benoît Jacques considère la création comme un tout, faisant partie intégrante d’une « manière d’être au monde20 ». Sa responsabilité n’englobe pas que le contenu d’un livre, mais aussi tout ce qui découle de sa fabrication et de sa mise à disposition, car à la fin, « ce qui est aussi création, c’est la réception du public autour de nous qui provoque les échanges21 ». Avec Benoît Jacques, les livres, c’est la vie.

Haut de page

Notes

1 Animateur, illustrateur américain extrêmement célèbre, notamment pour son adaptation illustrée du Jongleur de Notre-Dame (1953) d’après Anatole France.

2 Defourny (Michel), Benoît Jacques. Auteur, artiste, auto-éditeur, dans Le Carnet et les instants, n° 177, du 1/06 au 30/09/2013, FWB, Lettres belges de langue française, p. 90.

3 Entretien sur le salon de Montreuil 2012, avec l’auteur, dans Griffon, n° 238, sept.-oct. 2013, p. 3.

4 L’auteur a des propos très durs concernant son livre Louisa paru à L’École des loisirs. « Quand le livre est sorti, pour moi, c’était une catastrophe. C’est un petit objet triste. » (Entretien filmé de Benoît Jacques avec Dominique Maes à la librairie Passa Porta à Bruxelles en 2013, visible à cette adresse https://www.youtube.com/watch?v=GiTI1lI8ABE&t=1543s)

5 D’après des propos de l’auteur recueillis à l’occasion d’une table ronde lors du 23e festival international de la bande dessinée de Liège, jeudi 11 février 2016. L’équilibre fragile peut aussi être mis en danger par un succès trop grand. Le prix Baobab reçu à Montreuil en 2011 a entraîné une multiplication des commandes du livre, mais également du temps nécessaire à les traiter, au détriment des moments de création.

6 Ibid.

7 Le logo de la maison d’édition Benoît Jacques Books est un personnage en équilibre précaire sur un monocycle.

8 « Benoît Jacques : un créateur génial et déjanté qui s’autoédite », dans Lumière sur le Noir. Une sélection de 209 livres jeunesse sur le thème du Noir dans la littérature jeunesse, FWB - Culture. Lettres et Livres, Service Général du Livre, Bruxelles, 2010, p. 19

9 L’exemple le plus évident est la gradation de la taille des lettres dans La Nuit du visiteur. Lue à haute voix, il est fort à parier que l’histoire se terminera par des hurlements…

10 Le paumage est l’action d’enlever l’encre avec la paume afin de préserver les zones non gravées de la plaque (et donc de révéler les zones blanches).

11 Arts brut, primitif et enfantin renvoient, dit sans nuances, au lieu et au temps où l’écriture et le dessin sont indifférenciés.

12 On apprendra plus tard que l’auteur du livre, Beno Wa Zak, est un poète « qui vécut en Palachine, probablement vers la fin de l’ère Glang ». (Jacques [Benoît], La Légende de Pioung Fou. Livre 1. L’auberge de Tinong Binong, Montigny-sur-Loing, Benoît Jacques Books, 2012, 3e de couverture)

13 On notera que les différents passages ne sont pas parfaitement « calés », laissant encore une fois transparaître la matérialité et le processus de création de l’image.

14 Remarquons que cet éditeur partage avec Benoît Jacques une haute exigence de qualité pour le livre en tant qu’objet, autant que pour son contenu.

15 Jacques (Benoît), L’Enquête qui piétinait, url : https://benoitjacques.com/bjbooks/lenquete/.

16 Il est à noter que les premières planches de L comprenaient du texte que l’auteur a biffé.

17 Terme utilisé par l’auteur pour la description de son livre (https://benoitjacques.com/boutique, le trouvant/vivre-un-poeme-pour/).

18 Defourny (Michel), op. cit., p. 90.

19 « Entretien sur le salon de Montreuil 2012, avec l’auteur », dans Griffon, n° 238, septembre-octobre 2013, p. 4.

20 Ibid.

21 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Play it by Ear, 1989
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3756/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Wa Zo Kong, 2005
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3756/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Titi Nounours et la sousoupe au pilipili, 2002
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3756/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre La Nuit du visiteur, 2008
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3756/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Je te tiens, 2003
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3756/img-5.png
Fichier image/png, 697k
Titre Le Jardin du trait, 1995
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/3756/img-6.png
Fichier image/png, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Paques, « Benoît Jacques. Tresser traits et sons », Textyles, 57 | 2019, 113-124.

Référence électronique

Frédéric Paques, « Benoît Jacques. Tresser traits et sons », Textyles [En ligne], 57 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3756 ; DOI : 10.4000/textyles.3756

Haut de page

Auteur

Frédéric Paques

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals