Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59VariaLa poétique du jeu dans Le Passag...

Varia

La poétique du jeu dans Le Passage des Anges d’Odilon-Jean Périer

Valériane Rifflart
p. 229-240

Texte intégral

  • 1 Guyaux (André), « Avant-propos », dans Guyaux (André), dir., Textyles, n° 25, Odilon-Jean Périer(...)

1En janvier 1926, un auteur belge âgé de seulement vingt-quatre ans voit son unique roman, intitulé Le Passage des anges, paraître aux éditions Gallimard. Il s’agit d’Odilon-Jean Périer, qui à l’époque a déjà saisi l’occasion de prendre part à la vie littéraire : il publie dans les Signaux de France et de Belgique, anime le Disque vert aux côtés de Franz Hellens, et est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes, eux aussi édités par la maison Gallimard. Malheureusement, le jeune Bruxellois trouvera la mort deux ans seulement après la parution de son roman. Contrairement à son œuvre poétique, Le Passage des anges n’a fait à lui seul l’objet d’aucune littérature critique. Pourtant, à l’image de sa poésie, le roman de Périer se distingue notamment par l’élégance du style et par une réflexion tantôt subtile, tantôt évidente, au sujet de la poésie, allant de la recherche de l’inspiration à l’acte de création. En outre, la création d’ordre romanesque y est également questionnée, tant dans sa réalisation que dans le degré de réalité dont elle peut jouir. Dans l’avant-propos du dossier de la revue Textyles essentiellement consacré à l’œuvre poétique de l’auteur, André Guyaux demandait : « Quels paradoxes définiront l’indéfinissable Périer1 ? » Or, il s’avère que, à l’instar de son auteur, Le Passage des anges suscite le même questionnement, et cela en raison des nombreuses métalepses qui le parcourent. Pour ces diverses raisons, le roman de Périer mérite une attention toute particulière, c’est pourquoi nous nous proposons dans cet article de réaliser une étude de celui-ci, laquelle sera centrée autour de la métalepse. Comme nous le verrons à travers l’analyse des effets de cette figure, l’usage que fait Périer de la métalepse s’avère révélateur d’une dimension de la poétique du roman : celle du brouillage avec le réel et du jeu comme unique façon de vivre librement. Notons que seuls seront analysés quelques extraits sélectionnés selon leur degré de représentativité du texte dans toute sa complexité, notre but étant de rendre un compte précis de cette dernière sans nous égarer dans une abondance d’exemples qui aurait nui à la clarté du propos.

Porosité des frontières entre les niveaux narratifs

2Dès le deuxième chapitre du roman, intitulé « Miracle », le lecteur est étonné de voir inséré sans transition dans le corps du texte un poème. Celui-ci laisse entrevoir une équivalence surprenante entre les univers intradiégétique et extradiégétique, ou, autrement dit, entre fiction et réalité :

Trois anges marchent sur la terre

Et nous regardent dans les yeux.

Danse, aventure élémentaire,

Que peut-on désirer de mieux ?

Bien habillés, sans cris, sans ailes,

Sont-ils plus discrets qu’il ne faut ?

— Reconnaissez des mains si belles,

Cette grandeur dans le repos…

— Des anges sont entre les hommes

Qui ose dire : peu m’importe ?

— (Cache les rêves qu’on te donne

  • 2 Périer (Odilon-Jean), Le Passage des anges, Bordeaux, Éditions Finitude, coll. Utopies, 2007, p. (...)

Et le nom d’ange que tu portes2.)

  • 3 Pier (John) et Schaeffer (Jean-Marie), Métalepses. Entorses au pacte de la représentation, Paris (...)

3Ce poème est énoncé par un je implicite qui n’est autre que Périer lui-même. Ce dernier s’adresse tantôt à la figure du lecteur, tantôt à un des anges du roman, lesquels en sont les personnages principaux. Un regard est alors échangé entre des personnages, les anges, et les êtres faits de chair et d’os que sont Périer et le lecteur : il s’agit là d’une métalepse. En effet, la métalepse consiste en la transgression des différents niveaux narratifs3, et est en cela contraire au pacte de la représentation, lequel implique qu’il y ait, dans toute représentation, une frontière nette et infranchissable entre ces niveaux. Or, ce n’est pas seulement dans ce poème mais bien dans l’ensemble du Passage des anges qu’une ambiguïté plane autour de la frontière entre les mondes extradiégétique (réalité) et intradiégétique (fiction). Dans le cas présent, la « terre » du premier vers désigne-t-elle en fait la ville, c’est-à-dire l’univers intradiégétique, ou renvoie-t-elle à la terre du monde « réel » ? De la même façon, il est impossible d’affirmer avec certitude que « les hommes » dont il est question dans la dernière strophe sont les habitants de la ville intradiégétique, ou les habitants de la véritable planète Terre. Ainsi, les habitants de la ville fictive et les hommes appartenant à la réalité, dont font forcément partie l’auteur et le lecteur, sont rassemblés en un seul et même groupe ; quant aux anges, ils entrent alors en contact avec l’ensemble de ce groupe. Le lecteur est de la sorte engagé dans l’histoire racontée par Périer, de la même façon que celle-ci est amenée sur le plan du réel.

Révélation partielle de la dimension fictive

4Si le contrat fictionnel ressort toutefois presque intact de ce poème en raison de la subtilité du rapprochement entre les différents niveaux narratifs, le début du troisième chapitre consiste en une métalepse pour le moins perturbante, qui met à mal ledit contrat :

Dans un décor de mélodrame (les maisons et les arbres truqués, la danse solennelle des nuages) — comme sur une phrase de musique s’avance un chœur bien composé — dans la ville que j’ai créée pour qu’ils s’y amusent, Misère, Michel et Alpha avancent de front, du même pas. (PA, p. 21)

  • 4 Pour un développement de l’aspect truqué de la ville dans l’ensemble du récit, voir Rifflart (Va (...)

5C’est dans ces lignes qu’apparaît pour la première fois un je énonciateur explicite. Ce dernier est en l’occurrence sujet d’une phrase mettant en scène l’acte de production du récit, et renvoie donc indéniablement à l’auteur du roman. L’illusion fictionnelle est brisée : la ville présentée dans les chapitres précédents comme réelle selon le contrat fictionnel est de fait ramenée à son statut de pure invention par l’auteur de la fiction. Il y a en cela rupture du contrat. La ville est d’abord assimilée à un « décor de mélodrame » dont le caractère factice et théâtral est ironiquement exposé. Périer compare de la sorte sa position d’auteur de roman à celle d’un metteur en scène. La comparaison se poursuit lorsque la ville est comparée à « une phrase de musique ». Lors de la création de celle-ci, Périer n’a laissé aucun détail au hasard ; tout comme une phrase musicale fournit les éléments nécessaires à la réalisation d’un morceau, la ville fait partie de l’ensemble qu’est le roman, et elle détient les éléments essentiels à une réalisation du début du récit qui soit fidèle à ce que Périer a imaginé. Dans cet ensemble, les anges apparaissent comme « un chœur bien composé », c’est-à-dire qu’ils sont la voix du roman, et qu’ils suivent le récit prévu par l’auteur lors de leur arrivée dans la ville. Le rôle créateur de Périer tel qu’il l’expose dans cette métalepse se résume finalement à donner le ton : il est à l’origine du cadre dans lequel les anges pourront évoluer à leur guise. Ces derniers ont donc eux aussi un rôle considérable à jouer dans la création du roman. Quant à l’invraisemblance qui ressort de la nature truquée de la ville, elle a pour effet d’accroître le degré de réalité dont jouissent les anges à ce stade du récit. Aussi, la remise en cause de l’existence d’une ville fictionnellement crédible et l’apparition explicite de l’auteur dans le récit provoquent-elles un choc soudain, ainsi qu’une grande confusion qui ne fera que prendre de l’ampleur au fil des pages. La révélation de cette dimension factice de la ville, qui se retrouve à partir de cette métalepse dans l’ensemble de la suite du roman, tourne en ridicule tout ce qui était dépeint et le sera d’ailleurs encore dans les chapitres suivants comme solennel, voire symbolique. Enfin, la présentation de la ville comme décor accueillant la diégèse ne peut consister en une simple expression métaphorique de l’acte de création. L’exposition de maisons et d’arbres dans leur nature truquée, ainsi que l’ironie rendue évidente dans la danse (d’apparence) solennelle des nuages opèrent un basculement dans l’univers intradiégétique ; autrement dit, il ne s’agit plus d’un procédé métaphorique, mais bien d’une nouvelle fiction intégrée à la diégèse, qui ne manquera pas d’être subtilement rappelée à de nombreuses reprises dans le roman4. En usant de métalepses, Périer se joue non seulement des règles sacrées de l’invention littéraire, mais il va encore plus loin en intégrant à la diégèse l’un des artifices fondamentaux de la représentation théâtrale qu’est le décor : Le Passage des anges est de nombreuses fois assimilé à une pièce de théâtre, si bien qu’il y a dans ce procédé une sorte de comble de la représentation, en ce sens que Périer transforme en fiction l’un des piliers sur lesquels repose toute fiction. En fin de citation, la raison pour laquelle la ville a été créée est quant à elle dévoilée : c’est « pour qu’ils s’y amusent » que l’auteur a conçu ce décor. Ainsi, le roman sera le résultat d’un jeu qui se précisera au fil du récit.

Les Règles du jeu

6Le quatrième chapitre montre justement l’ange Michel se prenant à ce jeu atypique. Il rencontre une jeune fille, Louison, qui tombe amoureuse de lui et croit cet amour réciproque. Lorsque l’ange tente de lui dire au revoir, elle ne peut comprendre cet acte que comme la conséquence d’une obligation à laquelle serait soumis le jeune ange : elle se figure qu’il est soldat. Dans une tentative d’échapper à cette Louison qu’il trouve bien encombrante, Michel ment en confirmant qu’il est engagé dans l’infanterie. S’ensuivent alors plusieurs pages dans lesquelles l’ange a tout d’un soldat : il rejoint le camp, évolue parmi ses nouveaux compagnons, porte l’uniforme… À condition de considérer que le récit enchâssé inventé par Louison est de cette façon intégré au premier niveau intradiégétique, il s’agit là d’un nouveau procédé métaleptique. La bizarrerie provoquée par cette métalepse vient du fait que l’instance narrative réfère à Michel en tant que « soldat » dans la partie du chapitre montrant celui-ci dans un camp d’infanterie, ainsi que du comportement de ce dernier qui agit effectivement comme s’il était un véritable soldat. C’est en se prenant à ce jeu, auquel participe le narrateur, qu’il écrit une lettre d’amour à Louison, grave leurs initiales sur un arbre, et finit par tomber amoureux de la jeune fille. Ce dernier élément rend le mensonge réel : le jeu a alors des conséquences véritables sur la suite de l’aventure de Michel au sein du roman, en ce qu’il restera amoureux de Louison même après avoir quitté ses vêtements de soldat. C’est cette influence réelle sur le premier niveau intradiégétique qui donne un caractère métaleptique au procédé. Il ne s’agit en effet pas uniquement d’un mensonge passager dont le lecteur aurait été averti et qui ne concernerait qu’un bref passage dans le récit. La logique narrative s’en trouve perturbée, mais la lenteur du procédé, qui n’a effectivement pas lieu soudainement ou en une seule phrase, ainsi que l’adéquation avec la fiction de Louison diminuent considérablement la nature transgressive du procédé.

7La subtilité de cette métalepse reflète en revanche la finesse des frontières qui séparent les différents niveaux diégétiques dans Le Passage des anges : ce n’est pas un élément de la diégèse qui marque en premier lieu le basculement métaleptique d’un niveau intradiégétique à un autre, mais bien la narration. C’est en effet l’emploi du terme soldat par Périer qui signale la réalité de ce qui paraissait n’être qu’un mensonge de l’ange. Après quoi, l’élément de la diégèse soutenant la réalité fictionnelle de ce qui n’était à l’origine qu’un simple jeu n’est autre que l’acte de Michel gravant leurs initiales sur un tronc d’arbre : « Quelle imprudence ! Ce geste rituel l’engageait. » (PA, p. 41) Ainsi, l’acte d’écriture semble jouir d’un pouvoir bien réel dans Le Passage : il est évident que tout auteur en jouit à sa guise, mais Périer en tant que narrateur remet ce pouvoir entre les mains des anges, qui construisent leur réalité comme ils le souhaitent à travers lui, de sorte que le pouvoir créateur de ceux-ci et celui de Périer se confondent. Quant au bref extrait cité plus haut, il tourne en dérision non seulement ce « geste rituel » des jeunes amoureux, mais aussi la symbolique que l’on pourrait voir derrière cet acte : l’ange écrit sur la ville, et la marque de cette nouvelle réalité. L’ironie est d’ailleurs complète en ce que cet acte d’écriture influence réellement le cours du récit, ou du moins il est présenté comme étant à l’origine du véritable amour de Michel pour Louison. En définitive, ce procédé métaleptique montre et démontre, à la fois sérieusement et ironiquement, le miracle d’une écriture qui abolit les frontières entre le réel et l’irréel.

8Un deuxième poème inséré dans la narration au septième chapitre permet d’éclaircir les caractéristiques du jeu qui détermine tout le roman et qui s’avère être autant le fait des anges que celui de l’auteur :

— Comme fait ce petit garçon

(Profitez de cette leçon)

Pour s’amuser il faut se prendre

Au jeu des grands.

Qu’importent leurs cérémonies !

On s’en console en poésie.

— Mais apprenons à leur mentir

Avec plaisir.

Nous leur ferons aimer les fées

S’agenouiller dans la rosée,

Perdre la tête pour un chant,

— Perdre leur temps. (PA, p. 68-69)

9Périer commence par présenter la poésie comme un espace réconfortant face aux « cérémonies » des adultes, lesquels suivent les règles de leur propre jeu. Il évoque ensuite la poésie en tant qu’elle est un moyen de leur faire « perdre la tête ». Or, il s’avère justement que le solennel n’a de cesse d’être moqué dans Le Passage des anges. Périer y tourne en effet le solennel en dérision en le mêlant au jeu, et cela tant au niveau diégétique, comme lorsqu’il représente un personnage rendant ludique une mission pourtant capitale et décisive confiée par le maître spirituel de la ville, qu’au niveau métadiégétique, quand, pour ne citer qu’un exemple majeur, il expose la nature truquée de la ville tout entière. Il y a, en cela, une dimension réflexive puissante dans ce poème, et en particulier dans la dernière strophe : la mission, à laquelle Périer invite son lecteur, de répandre cette sorte de folie merveilleuse dans le monde réel (extradiégétique), est doublement à l’œuvre dans le roman. En effet, d’une part, certains personnages font bel et bien croire pour un temps aux habitants de la ville que les anges existent, et d’autre part, Périer fait croire son lecteur aux contes de fées, et lui fait en même temps perdre la tête en affirmant le contraire à travers certaines métalepses. Aussi, les poèmes présents dans le roman consistent parfois de façon évidente en un espace réconfortant face auxdites « cérémonies des adultes », en ce qu’ils rendent possible la croyance au merveilleux, caractéristique de l’enfance. La réflexivité au sein de ce poème expose donc l’une des visions de la poésie qu’a Périer, ainsi que l’usage qui peut en être fait selon lui.

Une Confusion recherchée

10Dans le dixième chapitre, le texte est interrompu par une ligne pointillée, sous laquelle se trouve un long paragraphe adressé au lecteur, dont Périer ne cesse de se jouer :

— Mon lecteur, un moment.

Croyez que je regrette d’intervenir ici en personne, mais il y a entre nous plus d’un malentendu qu’il serait fâcheux de laisser s’aggraver, — ou malhonnête de ma part ; et si, quoique [sic] vous en pensiez, je connais mieux mes personnages (et leur secret) que vous ne faites, je crains que vous ne m’ayez suivi jusqu’ici que sous conditions… Que si même vous avez pris quelque agrément aux aventures de Michel, d’Alpha, de Misère, dans une Ville à mesure d’homme, n’est-ce pas que vous attendiez que leur histoire prît enfin une sorte de sens, et que vous comptiez sur la conclusion de mon roman pour en éclairer les prémices ?

Je crois de mon devoir de vous en avertir : ce conte n’a pas de nécessité si profonde, ses héros ressemblent simplement à quelques personnes que j’aime et qu’il m’a plu de croire un instant douées de toutes sortes de grâces ou facilités, mettons que leurs aventures soient celles que j’ai le plus envie de vivre, excusez-moi.

Je vous prie enfin de ne pas chercher de symboles dans ce livre (quelques flagrants qu’ils y paraissent) ou, du moins, de ne pas me les attribuer sans précautions. (PA, p. 114-115)

11Même si cette adresse au lecteur n’est pas la première du roman, l’auteur la présente comme un écueil qu’il aurait préféré éviter, donnant ainsi à ce passage un statut particulier. Il présuppose, comme en d’autres endroits du récit, une certaine attitude de son lecteur, et tente de pallier l’illusion que ce dernier pourrait s’être faite en supposant « une sorte de sens » au roman. Périer nie alors l’existence d’une « nécessité si profonde » à son œuvre, contrairement, selon ses dires, à ce que le récit pourrait de temps à autre faire croire. Il ne dément donc pas la présence d’un sens dans son roman, ni celle de symboles, mais il commente de façon claire la relation qu’il entretient avec ses personnages. Il dit en effet avoir une meilleure connaissance que le lecteur de ses personnages et du secret qu’ils garderaient, ce qui n’implique donc pas forcément qu’il ait une connaissance absolue de ceux-ci. Quant à l’usage du déterminant possessif mes au sujet de ces personnages, il démontre que ces derniers appartiennent à Périer, et qu’ils n’ont ainsi pas d’existence indépendante de la diégèse. Il est surprenant de voir Périer affirmer le caractère fictif de ses personnages notamment en les qualifiant de « héros », bien qu’il précise que ceux-ci lui ont été inspirés par des personnes qu’il a réellement connues, car il les présentait à plusieurs reprises dans les chapitres précédents comme des êtres doués d’un libre arbitre. Il résulte de ce paradoxe un accroissement du caractère à la fois multiple et insaisissable de la réalité des anges.

12Vient ensuite l’identification du roman à un conte précédemment évoquée : de prime abord, conte prend le sens de « récit d’aventures imaginaires destiné à distraire, à instruire en amusant5 ». Or, au cinquième chapitre, Périer évoquait « le conte de fées que [le lecteur] avait eu le sentiment de découvrir entre les lignes qui précèdent [ce chapitre] » : dans ce passage, il niait implicitement que son roman soit un conte de fées, ce qu’il semble pourtant affirmer dans le cas présent. Il présente d’ailleurs à ce sujet ses excuses au lecteur, car celui-ci aurait pu croire que le roman avait une nécessité profonde et que ses héros étaient de véritables anges, et non des personnages inspirés de personnes réelles. Cette dernière croyance du lecteur n’aurait en effet rien d’étonnant dans la mesure où Périer a explicitement affirmé l’existence véritable des anges plus tôt dans le roman. Il est en définitive indéniable que l’auteur sème une grande confusion quant à ce qui est vrai ou faux, réel ou fictionnel. Notons également qu’une phrase prononcée par Michel et adressée à Louison au quatrième chapitre se rapproche étrangement de ces excuses énoncées par Périer, ce qui ne manque pas d’amener un parallélisme entre ange et auteur dont nous traiterons ensuite : « pardonne-moi ce conte, tu penses bien que je ne suis pas un ange » (PA, p. 41).

L’Union de l’ange et du poète

13L’ultime poème du Passage des anges touche à plusieurs des aspects fondamentaux du roman que nous avons déjà pu aborder en détail, à l’exception du parallèle entre les anges et Périer :

— Ange, bel ange, le seul qui

Me reste à aimer dans ce livre

Hélas, je ne puis pas te suivre

Au-delà de ma poésie.

Il faut laisser tout ce que j’aime,

Et l’aventure, et le courage,

Il faut revivre sans tes ailes,

Devenir vieux, devenir sage.

— Adieu, — mais peut-être qu’en songe…

— Mais si le plus beau des mensonges

Est une image de nous-mêmes…

— C’est dans mon miroir que je t’aime. (PA, p. 153)

  • 6 Périer (Odilon-Jean), Poèmes, Lecture de Jean-Pierre Bertrand, Bruxelles, Labor, coll. Espace no (...)

14Périer s’adresse dans celui-ci à l’ange Alpha, et lui dit au revoir. Seule la poésie lui permettait d’être en contact avec l’ange, et lorsqu’Alpha (soit le dernier ange qui existe encore) quitte la ville, c’est que, logiquement, le roman touche à sa fin. La poésie de Périer apparaît ainsi explicitement comme un espace permettant de toucher aux miracles, voire au divin. En effet, cette dimension divine peut être soutenue par l’affirmation dans un poème de Périer selon laquelle toute poésie qui mérite d’être qualifiée de « vraie » poésie doive « compter avec Dieu6 », mais aussi par le caractère religieux traditionnellement attribué aux anges, bien que l’auteur ne s’exprime pas à ce sujet dans le roman. À la première strophe, le commentaire à propos de la relation de Périer avec l’ange revient à émettre un commentaire sur l’intégralité de l’œuvre : cette dernière a été réalisable uniquement grâce au contact avec l’ange que permet la poésie de Périer, poète et anges sont donc liés par l’écriture. Une fois qu’Alpha quitte l’univers poétique qu’est Le Passage des anges, il n’est plus possible pour Périer de le suivre, et ce dernier cesse alors d’écrire. Quant à l’image évoquée dans les trois derniers vers, elle témoigne de ce parallèle qui existe entre ange et poète, lequel mérite que l’on s’y attarde.

15Dès le troisième chapitre, les anges sont assimilés à Périer lorsque celui-ci leur confie la tâche de poursuivre le roman ; il remet entre leurs mains le pouvoir créateur qui est le fondement même de sa position d’auteur. Il leur donne pour mission de s’amuser dans la réalisation de cette entreprise, mission qu’il poursuit lui aussi à travers la narration. Cet objectif central ne sera atteint que par l’ange Alpha, dont les aventures consistent en la recherche de cet amusement à travers la création, et en la réalisation de la création qu’est le roman. Alpha est d’abord représenté comme écrivant un journal intime. Il s’y interroge non seulement sur l’univers dans lequel il vient d’être envoyé, mais surtout sur le moyen par lequel il pourrait exercer une influence sur les hommes et transformer la ville à son image. Sa position initiale d’écrivain le rapproche tout particulièrement de Périer, et leur proximité tend à devenir une équivalence à mesure que le récit progresse : lorsqu’au neuvième chapitre, l’ange laisse son journal pour agir sur ce monde, il détient un réel pouvoir de création, en ce qu’il provoque de véritables conséquences sur l’univers intradiégétique. Il se prend au jeu des hommes en ajoutant les règles du sien ; à titre d’exemple, l’on peut mentionner son choix de prendre part aux élections : « [Il] décida de mener une campagne dans le sens de la liberté la plus folle, — sans programme. » (PA, p. 104) Par cet acte, il joue le jeu de la politique, mais il suit des règles différentes, qui se résument en une liberté absolue. Le jeu qu’il opère vis-à-vis des citadins et de ce qui est désigné comme « leurs cérémonies » s’apparente à celui de Périer envers le lecteur et le pacte de la représentation : le non-respect de ce pacte équivaut à se jouer de sa dimension officielle.

  • 7 Dans le premier chapitre du roman, des anges arrivent dans la ville mais perdent rapidement leur (...)

16Il existe, en plus de cela, un autre lien entre l’ange, cette fois en tant que figure, et l’auteur : il s’agit de la poésie. Cette dernière, dans l’ultime poème du roman, est en effet présentée comme le lieu où se rencontrent ange et poète. Si le rapport entre Périer et la poésie est évident, il est nécessaire d’expliciter celui qui unit cette dernière à la figure de l’ange, telle qu’elle apparaît dans le roman. Un premier élément minimal démontrant ce lien consiste en la mention systématique de la poésie lorsqu’il est question de ce qui caractérise les anges. Ils sont également associés l’un à l’autre lors de la rencontre de Michel avec un personnage précisément appelé « poète Narcisse », qui montre au moins un goût des anges pour la poésie, voire un don pour l’inspirer, comme c’était, quoi qu’il en soit, le cas des premiers anges arrivés dans la ville7. Enfin, la figure de l’ange est décrite comme un miracle. Or, il s’avère que la poésie est elle-même représentée comme miraculeuse en ce qu’elle a justement le pouvoir de faire exister les miracles : « Mais ces miracles de plein jour / N’étonnent plus qu’en poésie » (PA, p. 134), « Hélas, je ne puis pas te suivre [Alpha] / Au-delà de ma poésie » (PA, p. 153). Le secret de cette poésie réside ainsi dans son rapport intrinsèque à la figure de l’ange : l’un ne pourrait exister sans l’autre, de la même façon qu’il n’y a pas de poésie sans poète, ni de poète sans poésie.

Une poétique du jeu

17À terme, cette étude du Passage des anges a permis d’exposer un point important dans la poétique d’Odilon-Jean Périer, qui se caractérise par la recherche d’un idéal. En effet, plus que de décrire le monde, sa poésie le façonne à son image : l’univers poétique de Périer inspire et aspire à une liberté créatrice absolue, à laquelle se heurte une multitude de règles et de schémas préconçus. C’est une poétique du jeu comme unique façon de vivre absolument. Ce jeu est désiré, libérateur, et dangereux ; dangereux notamment en ce que celui qui décide d’y prendre part s’y implique entièrement – il n’y a pas de retour en arrière –, mais aussi en ce qu’il agit sur la collectivité et non juste sur l’individu. Quant à la métalepse, Périer l’exploite de telle sorte qu’elle entre en parfaite adéquation avec cette poétique : il ne s’en sert pas pour briser totalement l’illusion fictionnelle ; au contraire, le lecteur se trouve face à un univers intermédiaire, tout aussi réel qu’irréel. Nous avons enfin pu observer que le jeu ainsi caractérisé fonctionne en miroir : dans le jeu des anges se reflète celui de Périer. Ce parallèle est lui-même à l’image de la relation entre l’ange Alpha et Périer telle qu’elle est construite par le récit et commentée dans l’ultime poème du roman : l’auteur voit en la figure de l’ange un alter ego, auquel il est lié par la poésie. Par les aventures des anges dans la ville, lesquelles composent Le Passage des anges, la création littéraire, tant dans son processus que dans son résultat, s’impose comme un nouvel art de vivre.

Haut de page

Notes

1 Guyaux (André), « Avant-propos », dans Guyaux (André), dir., Textyles, n° 25, Odilon-Jean Périer, Le Cri, 2004, p. 7-8. url : https://journals.openedition.org/textyles/496.

2 Périer (Odilon-Jean), Le Passage des anges, Bordeaux, Éditions Finitude, coll. Utopies, 2007, p. 19. Dorénavant indiqué entre parenthèses PA suivi du numéro de page.

3 Pier (John) et Schaeffer (Jean-Marie), Métalepses. Entorses au pacte de la représentation, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, coll. Recherches d’histoire et de sciences sociales, 2005, p. 11.

4 Pour un développement de l’aspect truqué de la ville dans l’ensemble du récit, voir Rifflart (Valériane), Le Jeu de l’ange. Études du Passage des anges d’Odilon-Jean Périer à travers les procédés métaleptiques, mémoire de master, Université de Liège, 2019, p. 50-51.

5 cnrtl. url : https://www.cnrtl.fr/definition/conte/1

6 Périer (Odilon-Jean), Poèmes, Lecture de Jean-Pierre Bertrand, Bruxelles, Labor, coll. Espace nord, 2005, p. 162.

7 Dans le premier chapitre du roman, des anges arrivent dans la ville mais perdent rapidement leur nature divine suite aux interventions de psychiatres les ayant ainsi ramenés à la raison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valériane Rifflart, « La poétique du jeu dans Le Passage des Anges d’Odilon-Jean Périer »Textyles, 58-59 | 2020, 229-240.

Référence électronique

Valériane Rifflart, « La poétique du jeu dans Le Passage des Anges d’Odilon-Jean Périer »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3817

Haut de page

Auteur

Valériane Rifflart

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search