Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59ChroniquesLa chronique des Archives et Musé...Le fonds Constant Burniaux

Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le fonds Constant Burniaux

Jean Lacroix
p. 291-294

Texte intégral

1Même si son œuvre ne fait plus aujourd’hui l’objet que de rares rééditions, le nom de Constant Burniaux demeure dans la mémoire littéraire belge comme celui d’un serviteur des lettres de qualité. En 1985, dix ans après son décès, son épouse, Jeanne Taillieu disparaît à son tour. Le fils du couple, Robert Burniaux, lui aussi écrivain, connu sous le pseudonyme de Jean Muno, confie alors aux Archives & Musée de la Littérature un conséquent fonds d’archives. Celui-ci forme en quelque sorte un héritage familial, puisqu’au-delà de ce qui concerne Constant Burniaux, il donne également accès aux travaux de Jeanne Taillieu – quelques ouvrages pédagogiques et pour la jeunesse –, et à des documents qui éclairent les relations complexes du trio Burniaux/Taillieu/Muno. Ce Fonds Burniaux est maintenant répertorié, classé et inventorié ; il est disponible pour les lecteurs sous la cote générale isad 174, avec une extension de près de 11 mètres linéaires.

2Né à Bruxelles le 1er août 1892, Constant Burniaux est le fils d’un ouvrier sertisseur d’origine française et d’une mère gantoise. Son enfance est marquée par une hématurie, qui exige une longue convalescence au cours de laquelle le garçon lit beaucoup. À 14 ans, il rêve de devenir instituteur et s’inscrit à la Section Normale de l’athénée Charles Buls, où Georges Eekhoud et Herman Teirlinck figurent parmi le corps enseignant. Une fois son diplôme obtenu, il est affecté dans un établissement bruxellois pour enfants handicapés mentaux. Mais la Première Guerre mondiale éclate : il est mobilisé en qualité de brancardier. Après les hostilités, Burniaux enseigne à nouveau dans le même contexte. Tôt tenté par l’écriture, il avait publié avant le conflit des impressions de voyages dans des revues publicitaires. La paix revenue, il collabore au Peuple, au xxe siècle ou à La Bataille littéraire, notamment avec des poèmes en prose, dont certains formeront l’ossature de son premier livre Sensations et souvenirs de la guerre, publié en 1920, bientôt suivi du Poème romanesque, puis du Film en flamme en 1923. Cette même année, il se marie avec Jeanne Taillieu, elle aussi enseignante, qui deviendra directrice d’école. Un fils naît l’année suivante : Robert, futur Jean Muno.

3Les écrits de Constant Burniaux intéressent la maison d’éditions Rieder à Paris ; celle-ci va accueillir cinq de ses romans. Personnalité fragile, l’écrivain déprime en milieu scolaire. En 1937, il demande sa retraite anticipée pour se consacrer pleinement à l’écriture et aux voyages. Jusqu’à son décès, survenu le 9 février 1975, il fait paraître plus de cinquante volumes : romans, récits, nouvelles, contes pour enfants, poèmes, essai. Il signe aussi de nombreuses collaborations et chroniques littéraires et artistiques en quotidiens ou en revues : Le Soir, Le Soir illustré, Marginales, Le Journal des Poètes, la Revue Générale belge… Le 22 décembre 1945, il est élu à l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique.

4Dans sa variété, le Fonds Constant Burniaux des aml est significatif d’une production abondante. Précis, méticuleux, l’écrivain tient avec minutie un relevé, presque quotidien, de ses écrits et de leur publication, consigné dans quatre carnets autographes. Astreinte bienvenue, qui devient un outil de travail de premier ordre pour les chercheurs ! Son épouse prendra le relais lorsque l’écriture de son mari, en fin de vie, deviendra indécise, assurant ainsi la globalité des références. Burniaux constitue par ailleurs, de manière chronologique, des dossiers de presse répartis en 65 fardes, ainsi qu’un dossier personnel qu’il intitule « Io » dans lequel on trouve des documents sur sa carrière littéraire et sur sa vie personnelle.

5Le Fonds a la particularité de conserver, à de rares exceptions près, la totalité des manuscrits des ouvrages publiés, soit, outre les premiers déjà cités, les romans : L’Aventure de Jacques, La Bêtise, Crânes tondus, Les Désarmés, Fah l’enfant, La Femme et l’Enfant, La Fille du ciel, La Grotte, L’Odeur du matin, Rose et M. Sec, Les Sœurs de notre solitude, le cycle de cinq ouvrages Les Temps inquiets (Clémence, Jeunesse !, Route minée, Les Abandonnés, La vérité est dans les cœurs, parus de 1944 à 1952, Burniaux ayant renoncé à publier pendant la Seconde Guerre mondiale), Une petite vie, Un pur, La Vertu d’opposition (posthume). Suivent les contes, récits ou nouvelles (Les Âges de la vie, L’Amour de vivre, L’Aquarium, L’Autocar, D’humour et d’amour, Kalloo, le village imaginé, Marines, La Vie plurielle, Le Village), la poésie (six recueils entre 1927 et 1965) et un essai sur Louis Piérard. Deux fardes de conférences font aussi partie du classement. Tout aussi précieux que les carnets, un important ensemble de 88 fardes réunit les textes destinés par Burniaux à des revues, journaux ou magazines. C’est dire si la vision globale de l’œuvre est ainsi offerte, avec la réalité de l’écriture journalière, les plans, les esquisses, les révisions, les corrections, les ajouts et les suppressions. Des collaborations sont rangées à part : y figurent les textes conséquents destinés au volume des Lettres françaises de Belgique paru en 1958 à La Renaissance du Livre, de nombreuses coupures de presse, des publications précoces en journaux, en exemplaires originaux, à l’époque où Burniaux signait du pseudonyme « Constant Burinam ». On constate aussi la présence d’un grand nombre de manuscrits inédits : écrits de jeunesse, carnets de voyage, notes diverses, poèmes, récits, contes, nouvelles, romans.

6Fait notable, l’écrivain a tenu également un journal intime pendant de nombreuses années. Réparti sur plusieurs dizaines de carnets, il débute en 1910 pour s’achever en 1949. La période de la Première Guerre mondiale est interrompue dès fin juillet 1914 pour reprendre en janvier 1919. En revanche, les notes qui couvrent le second conflit – époque, rappelons-le, où Burniaux a décidé de « casser sa plume » –, sont détaillées ; des fragments en ont été utilisés dans des romans et des recueils de prose. Des coupures de presse y sont collées, des tickets de ravitaillement sont joints, on y trouve des témoignages sur l’Occupation, des notations sur les économies de papier à faire, car Burniaux réutilise de vieilles copies pour de nouveaux écrits… On a accès dans ce journal global à des indications sur son métier d’écrivain et ses activités littéraires. Il existe aussi un manuscrit de quatre cahiers autographes, intitulé Le Livre de mon père, qui court jusqu’à l’évocation des premiers pas de l’homme sur la lune en 1969. Les années 1914-1918 composent un ensemble de quatorze carnets autographes de petit format, plus facilement utilisables sur le front, portant des mentions comme « Pensées » ou des esquisses de contes ou nouvelles, ou encore un dictionnaire de mots en italiens.

7Cette dernière remarque qui pourrait paraître anodine ouvre la porte à la correspondance conservée, souvent éclairante, qui permet d’entrer plus avant dans l’intimité et le milieu familial de l’écrivain.

8Un premier bloc concerne une centaine de documents, lettres et cartes, adressés par Burniaux aux siens pendant la Première Guerre mondiale. Un deuxième lot est construit autour des « marraines de guerre », initiative destinée à maintenir par courrier le moral des soldats. On y notera une cinquantaine de lettres avec Rosina Garlandini, une Italienne dont le soutien, bientôt affectif, demeura toutefois sans suite, et la centaine de lettres échangées à partir de 1917 avec la Suissesse Marguerite Guigou, dont les affinités littéraires procurent un précieux enrichissement intellectuel au peu expansif Burniaux. Cette période est illustrée aussi notamment aussi par les courriers avec le peintre Eugène Narcisse, dont les conseils aideront l’écrivain à se faire publier après la guerre.

9Les 25 lettres échangées entre Burniaux et sa fiancée en 1922-1923 trahissent une constante qui sera celle du couple pendant les cinquante années qui vont suivre : deux êtres écorchés éprouvant de l’incompréhension pour le ressenti de l’autre, dynamique qui s’étendra au trio père-mère-fils lorsque Robert, l’enfant unique, grandira. On peut suivre l’évolution du malaise familial à partir de 1935 jusqu’en 1970, à la faveur, notamment, des courriers de voyage liés aux congrès du Pen Club ou aux vacances. On sait que, dans son œuvre publiée, Jean Muno a exprimé, en termes durs, vis-à-vis de son père, son sentiment d’incompréhension et de rejet. Le Fonds apporte à cet égard des clarifications. On constatera par contre, en dehors de quelques lettres administratives, la quasi-absence de courrier significatif reçu ou échangé avec le milieu littéraire.

10La carrière de Constant Burniaux est illustrée encore par les multiples contrats d’édition et d’adaptation de ses œuvres ; le même matériel pour le petit nombre de livres pour la jeunesse publiés par son épouse y est joint. On découvre aussi des carnets de dessins effectués par Burniaux pendant qu’il pratiquait son métier d’enseignant ainsi que des objets personnels : une valise, une machine à écrire, des papiers et documents divers. En revanche, pas de traces d’une éventuelle bibliothèque…

11Jeanne Burniaux n’a cessé, pendant les dix années où elle a survécu à son mari, de tenter de maintenir son œuvre vivante. Plusieurs projets à visée anthologique en témoignent, ainsi qu’un manuscrit de présentation d’une exposition réalisée à Jette en 1976. Des pages autographes y ont été exposées, qui n’ont hélas pas retrouvé leur place d’origine. Cela explique – perte ou négligence – que certains manuscrits précieusement conservés pendant tant d’années ne soient plus tout à fait complets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lacroix, « Le fonds Constant Burniaux »Textyles, 58-59 | 2020, 291-294.

Référence électronique

Jean Lacroix, « Le fonds Constant Burniaux »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3846

Haut de page

Auteur

Jean Lacroix

Collaborateur externe des aml

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search