Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59ChroniquesComptes rendusQuaghebeur (Marc), Histoire, Form...

Chroniques
Comptes rendus

Quaghebeur (Marc), Histoire, Forme et Sens en Littérature. La Belgique francophone, tome 2, L’ébranlement (1914-1944)

Bruxelles, pie Peter Lang/Archives et musée de la Littérature, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, vol. 45, 2017.
Daniel Laroche
p. 295-299
Référence(s) :

Quaghebeur (Marc), Histoire, Forme et Sens en Littérature. La Belgique francophone, tome 2, L’ébranlement (1914-1944), Bruxelles, pie Peter Lang/Archives et Musée de la Littérature, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, vol. 45, 2017.

Texte intégral

1Voici né le tome 2 d’une série qui devrait en compter cinq, soit un total approximatif de 2 100 pages. Comme dans le premier volume, le corpus brassé est d’une richesse appréciable et d’une grande diversité – littéraire et para-littéraire –, avec les effets à la fois stimulants et saturants qui peuvent en résulter chez le lecteur. Cette abondance est justifiée par ce qui apparaît comme le projet scientifique de l’auteur : mettre en lumière le positionnement plus ou moins conscient des écrivains belges francophones par rapport aux évènements historiques et sociaux de leur passé lointain ou récent. L’étude attentive d’œuvres sélectionnées ad hoc alimente peu à peu un tableau comparatif de ces positionnements, de leurs variantes, de leurs contradictions, de leur diachronie. Ambitieuse, l’entreprise ne manque ni de cohérence ni de productivité. Toutefois, Marc Quaghebeur ne théorise pas ses objectifs et sa méthodologie : il ne définit pas ses concepts clés, ne cite pas – sauf dans la Dédicace du tome 1 – ses grands inspirateurs dont Lucien Goldmann, ne situe pas sa propre démarche face aux autres approches intellectives de la littérature. Il prévoit d’expliquer tout ceci à la fin du dernier volume. En attendant, le lecteur est contraint d’induire lui-même tant bien que mal, au gré des pages, les hypothèses et postulats qui fondent le projet quaghebeurien : la possibilité lui échappe de confronter les analyses textuelles avec un exposé principiel, ce qui déroge aux usages en matière de publications scientifiques.

2Prenons le vocable « Histoire », assurément l’un des signifiants-maitres de l’ouvrage. La majuscule semble renvoyer à Karl Marx et à sa célèbre proposition, au début de L’Idéologie allemande, selon laquelle il n’y a qu’une seule science, la science de l’histoire, celle-ci devant être entendue non comme récit historien, mais comme historicité radicale des processus économiques, sociaux ou culturels. Or, sous l’appellation « -l’Histoire », Marc Quaghebeur cerne surtout l’exercice du pouvoir par les puissants, avec ses conséquences souvent néfastes sur les populations : règnes de Charles Quint et de Philippe ii, Indépendance de 1830, rôle de Léopold ii et colonisation du Congo, guerre de 1914-1918, dictature hitlérienne, etc. Comme l’a brillamment montré l’école française des Annales, il existe pourtant des évolutions moins aisément perceptibles mais tout aussi névralgiques : celles de la démographie, des échanges commerciaux, de l’éducation, des techniques, de l’alimentation, etc. Elles aussi se répercutent dans la production littéraire. Par exemple, le roman régionaliste fin xixe et début xxe siècle – Hubert Krains, Hubert Stiernet, Georges Garnir, Louis Delattre, etc. – offre sans conteste un reflet décalé de l’industrialisation du pays, avec la crise de la société rurale traditionnelle et le développement de la classe ouvrière qui se sont ensuivis. Il est vrai que ces changements présentent un caractère progressif, peu « événementiel », qui les rend moins exploitables par les écrivains et par les historiens de la littérature. Au moins l’une de ces évolutions discrètes est prise en charge avec constance par l’auteur : le rapport à la langue et à la culture françaises, louvoyant du purisme à la transgression linguistique et de la francophilie à la belgitude.

3L’« Histoire » convoquée dans l’essai quaghebeurien est donc une version fragmentaire de ce qui est advenu sur le territoire belge avant et après l’Indépendance. Elle est constituée par la récolte des allusions et des évocations explicites – mais aussi de certaines omissions – que les écrivains ont insérées dans leurs livres au prix d’une inévitable fictionnalisation. Hormis l’usage de la majuscule, il serait malavisé d’en faire grief à l’auteur, qui a le droit de choisir tant l’objet matériel que l’objet formel de sa recherche, pour autant que ces choix soient clairement annoncés et qu’il s’y tienne. Surgit alors une difficulté nouvelle. Dans l’Avant-propos du volume 1, Marc Quaghebeur présentait comme « lignes de faîte » de son ouvrage « l’enracinement et l’articulation des faits littéraires dans et à l’Histoire, quel que soit leur niveau », affirmant « le lien génétique entre l’Histoire et les Formes ». En son caractère très synthétique, la formulation suggère une conception étroitement déterministe de la production littéraire, conception que viendront partiellement démentir les analyses particulières. Le vocable « les Formes » n’est pas plus précis. On s’attendait à ce qu’il désigne les différents genres littéraires et/ou les options idiolectales propres à chaque écrivain. Or, il n’en est rien : proche de l’allemand Gestalt ou du français structure, le terme concerne plutôt les champs de la thématique, de la fabulation et de l’imaginaire, installant par le fait même une ambiguïté gênante.

4L’auteur ne reprend pas la définition goldmannienne de l’œuvre littéraire comme expression de la conscience d’un groupe social, dont l’écrivain ne serait que le porte-parole. Pour lui, l’influence « génétique » de l’Histoire peut s’exercer directement sur l’esprit et la pratique de l’individu créateur, sans nécessairement transiter par une « doxa » collective. Hélas implicite, cette position mériterait d’être argumentée. Par contre, l’appréhension dialectique de la relation histoire-littérature est constamment activée, les effets idéologiques de l’œuvre sur le public étant soulignés à mainte reprise. Ceci dit, quels sont, durant la période 1914-1944, les grands positionnements des écrivains belges face aux évènements historiques ? L’agression allemande de 1914 provoque une forte mais éphémère réaction patriotique, avec idéalisation du Roi-Chevalier, tout en discréditant le mythe d’une Belgique « confluent latino-germanique ». La littérature fantastique exprime sur un mode totalement métaphorique le « réel frappé de plein fouet par l’Histoire récente ». Comme d’autres avant--gardistes, Paul Nougé sape la bien-pensance bourgeoise et travaille à faire advenir un autre monde. Mais, pour beaucoup d’écrivains, les années 1920-1930 se caractérisent par l’élusion des vicissitudes économico--politiques et un repli dans « l’Art pour l’Art ». Seul un Victor Serge prend en charge de manière explicite et novatrice la réalité sociale des années de guerre et d’entre-deux-guerres. Quant à l’invasion de 1940, elle suscite chez plusieurs auteurs, dont Ghelderode et Hergé, une réaction « familialiste ou mythique ».

5La manière dont Marc Quaghebeur interprète ces divers positionnements prête parfois à discussion. Ainsi, l’on ne saurait se satisfaire des formules « travail du mythique plus aisément repérable dans le fantastique pur », ou « fantastique et fantastique réel engrangent l’impact des désillusions venues des charniers de 1914-1918 ». Le récit fantastique – c’est là l’un de ses traits dominants – fait une place éminente à la peur, à l’angoisse et au pressentiment de la mort ; on peut former l’hypothèse qu’après 1918, il transpose sur le mode fictionnel l’expérience traumatisante vécue par les nombreux témoins et acteurs de la guerre, afin précisément de l’exorciser par le biais de la fabulation. Autre exemple, la qualification de « romancière engagée » à propos de Neel Doff. Celle-ci a certes dépeint la grande misère dans laquelle se sont déroulées son enfance et sa jeunesse, mais à aucun moment cette anamnèse n’a débouché sur quelque revendication sociale ou politique… Au vrai, l’essentiel n’est pas dans de telles approximations interprétatives, mais dans l’enjeu final que vise le « panorama des positionnements ».

6Quelle part exacte de la littérature met-on en évidence quand on choisit pour clé analytique le rapport des œuvres à l’évènementiel historique ? Cette approche néopositiviste, au contraire des études de type sémiotique ou psychanalytique, a pour corollaire d’occulter la dimension spécifique de l’écriture en tant que travail, élaboration textuelle mettant en œuvre les ressources conjointes du lexique, de la syntaxe, de la phraséologie, de la rhétorique, de la narratologie ; du coup, elle tend à exclure de son champ l’inventivité proprement langagière de la littérature, la prééminence des chaînes de signifiants et de l’inter-textualité, bref, la « littérarité » des œuvres. Dès lors, comment nommer ce que circonscrit effectivement la démarche quaghebeurienne ? Il s’agit, pourrait-on dire, d’un « matériau de construction », matériau à la fois thématique, diégétique et imaginaire : il donne de l’épaisseur à la fable, contribue à sa dramatisation, nourrit son code idéologique. Un tel ciblage, certes, n’a rien de répréhensible. Mais il ferme la porte à toute évaluation qualitative, que postule pourtant Marc Quaghebeur quand il évoque « un lien que les chefs-d’œuvre mettent particulièrement en évidence » (tome 1, « Avant-propos »), ou qualifie Valère Gille d’« écrivain mineur ».

7Deuxième trait : l’entreprise n’est pas idéologiquement neutre. Elle se fonde sur la disjonction exclusive historisme vs anhistorisme. Systématiquement, l’auteur accorde de bons points aux écrivains qui ont su prendre en charge le « réel » – terme lui aussi très équivoque –, et de mauvais à ceux qui se sont réfugiés dans le mythe, le lyrisme, la métaphore, la dénégation. L’élève modèle du premier groupe est le très peu belge Victor Serge, qui mérite les mentions « acuité », « puissance de méditation sur le réel », « l’une des consciences révolutionnaires les plus vives », « suraiguë », « sidérante ». Quant à l’autre pôle, le verdict est sévère : « mise au rancart de -l’Histoire », « autocloisonnement de l’institution littéraire », « déni stupéfiant », « hypostase du français », « déshistoire », « infra-mythologie », etc. Entre ces deux extrêmes s’échelonnent divers écrivains (Crommelynck, Hellens, Michaux, etc.) dont l’auteur met en balance failles et mérites. Cette pratique appréciative est omniprésente dans le tome 2 comme elle l’était déjà dans le tome 1. Pour l’essentiel, le projet quaghebeurien n’est donc pas scientifique : il est moralisateur.

8Ce projet est aussi polémique, en faveur d’une spécificité de la littérature belge francophone. En témoignent les formules « belgité », « la cohérence et la singularité du champ littéraire belge », « les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que [mon] livre restitue ». Un tel plaidoyer paraît au moins fragile. D’abord, les positions des différents écrivains face aux évènements réels sont très disparates, voire antagonistes. Suggérer qu’elles auraient toutes un commun dénominateur – l’anhistorisme ? – serait auto-contradictoire : sans compter celles qui n’ont pas été prises en considération, les œuvres abordées par Marc Quaghebeur montrent que les échos des évènements historiques sont nombreux dans la littérature belge. Même une tendance forte à l’anhistorisme, si elle était démontrée, ne suffirait pas à fonder la « cohérence » d’une production littéraire multiforme et changeante. Au minimum, une comparaison précise avec les littératures voisines – y compris en ce qui concerne les « irréguliers du langage » – devrait être effectuée avant de pouvoir affirmer quelque spécificité belge.

9Quelques mots enfin sur le style quaghebeurien, riche en formulations abstraites et en à-peu-près. Trois échantillons. À propos du lyrisme de Charles Plisnier : « le fusionnel n’est pas piégé mais se déploie aux extrémités de ses possibles ». Suite à la guerre 1914-1918, « quelque chose d’ontologique se met en effet en place, qui confine à une sorte d’absolu, va ravager le xxe siècle ». « Connectée mais moins dialectique que la fin de siècle qui précède, la vie culturelle de la capitale n’en demeure pas moins un vivier de contradictions et d’avancées dont les ferments les plus vivaces n’irrigueront pas forcément les dominantes des années d’après-guerre. » Ce jargon n’est pas sans effet sur le sens même de l’ouvrage, avec au moins deux effets regrettables : brouiller les grandes et indéniables qualités de sa recherche, en réserver l’accès à un cénacle d’experts. Car, malgré ses fragilités, l’entreprise quaghebeurienne a quelque chose de stimulant par la diversité des œuvres étudiées, la découverte de textes méconnus, l’originalité des analyses, les multiples questions soulevées, et… les libertés prises avec son propre projet théorique et méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Laroche, « Quaghebeur (Marc), Histoire, Forme et Sens en Littérature. La Belgique francophone, tome 2, L’ébranlement (1914-1944) »Textyles, 58-59 | 2020, 295-299.

Référence électronique

Daniel Laroche, « Quaghebeur (Marc), Histoire, Forme et Sens en Littérature. La Belgique francophone, tome 2, L’ébranlement (1914-1944) »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3852

Haut de page

Auteur

Daniel Laroche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search