Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59ChroniquesComptes rendusDrum (Henri), Luégi ya kondé (la ...

Chroniques
Comptes rendus

Drum (Henri), Luégi ya kondé (la fille de Kondé)

Présentation de Thérèse Raedt, avec la collaboration de Roger Little, Paris, L’Harmattan, coll. Autrement mêmes, n° 137, 2018.
Pierre Halen
p. 300-303
Référence(s) :

Drum (Henri), Luégi ya kondé (la fille de Kondé), Paris, L’Harmattan, coll. Autrement mêmes, n° 137, 2018.

Texte intégral

1La collection Autrement mêmes, publiée par L’Harmattan sous la direction de Roger Little, compte aujourd’hui 144 volumes. Elle « présente en réédition des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées, tombés dans le domaine public et qui traitent, dans des écrits de tous genres normalement rédigés par un écrivain blanc, des Noirs ou, plus généralement, de l’Autre » (site de l’éditeur, 11/12/2019) ; son catalogue est assez éclectique : de la littérature coloniale ou exotique « française » concernant l’Afrique, l’Indochine, le Maghreb ou les Antilles et les Amériques en général, du théâtre, des mémoires, des anthologies thématiques ou critiques, des essais d’histoire littéraire (anciens) et même des œuvres d’auteurs africains, d’autrefois comme Lamine Senghor ou d’aujourd’hui comme Boris Boubacar Diop. De nombreux curiosa, mais aussi des ouvrages qui n’étaient pas oubliés comme ceux de Lucie Cousturier, de Jean-Richard Bloch ou d’Alan Locke. Le titre de la collection, il est vrai, autorise beaucoup de choses de par son ambivalence, et c’est, en un sens, tant mieux.

2Le n° 137, publié fin 2018, est le tout premier, et le seul jusqu’ici, qui soit dû à la plume d’un auteur belge (si l’on ne tient pas compte du fait que Louis Charbonneau, natif de la Nièvre, qui fut longtemps commerçant en Afrique centrale, finit par s’établir à Gand… et par entretenir de bonnes relations avec Henri Drum). Ceci reflète certes en partie l’importance toute relative de la production belge dans l’ensemble francophone, mais bien davantage sans doute la faible curiosité, ces dernières décennies, des chercheurs du Royaume pour la partie exotique, aventureuse et coloniale du patrimoine littéraire national en langue française. Ceci, en dehors des initiatives dédiées de Marc Quaghebeur aux Archives et Musée de la Littérature, qui ont connu d’importantes réalisations mais sont restées assez isolées des départements d’études littéraires des universités belges francophones. Ce constat ne vaut ni pour la Flandre ni pour les centres d’études belges à l’étranger et les chercheurs belges expatriés en Europe ou en Amérique. Cette nouvelle édition de Luéji ya Kondé est d’ailleurs due à l’initiative d’une collègue en poste à l’Université de l’Utah, Thérèse De Raedt, dont les diverses publications en français et en anglais illustrent l’ouverture des études littéraires aux études culturelles dans un monde globalisé, et la place relative que peuvent y occuper la Belgique, le Congo et leurs relations.

3Un mot au sujet de l’auteur, généralement très peu connu, de ce petit roman : Henri Drum est le nom de plume de Gustave Van Herreweghe, né à Bruxelles en 1898 ; il enseigna d’abord le latin et le grec à Ixelles, et chercha ensuite sa voie avant de partir, à 30 ans, pour le Congo avec le statut d’agent territorial de 2e classe, donc au plus bas de l’échelle administrative. Il y fit 9 « termes », avant de mettre fin à sa carrière en 1955 ; alors remarié ou nouvellement marié, il s’établit à Bruxelles où il collabora à la préparation du pavillon du Congo de l’Exposition de 1958, et plus tard devint rédacteur pour l’Ambassade d’Arabie saoudite. On ne connaît pas la date de son décès, que je situerais, pour l’avoir rencontré à cette époque, à la fin des années 1980. On ignore malheureusement aussi ce que seraient devenues ses archives, et singulièrement les cahiers toilés où étaient consignées à peu près sept années de programmation des émissions de la Radio Congo Belge, la première radio du continent à émettre en langues africaines ; Drum avait en effet été chargé de mettre celle-ci en place à Léopoldville après la Seconde Guerre mondiale et il y officia avec de jeunes collaborateurs congolais dont le nom n’est pas oublié au pays : surtout Albert Mongita, auteur dramatique, peintre et futur directeur du Ballet National du Zaïre, mais aussi Maurice Kasongo, Pauline Lisanga. Henri Drum, après 1945, joua aussi un rôle, avec le poète et journaliste André Scohy et les speakers congolais de la rcb, dans le petit Groupe culturel belgo-congolais qui constitua à Léopoldville un cénacle dont l’importance reste encore à étudier.

4Luéji ya kondé est une œuvre narrative dont le genre littéraire est incertain puisqu’elle peut être vue comme une épopée retranscrite, un récit de fondation traduit et adapté, ou une version romancée d’un mythe. Mais cette question est sans doute secondaire : l’essentiel est qu’il s’agisse de la reprise en prose française d’une légende orale contant l’origine, ou à tout le moins une séquence historique déterminante dans l’histoire du grand groupe des Lunda, établis partie dans la province du Katanga, partie dans l’Angola actuel. L’histoire elle-même présente un aspect romanesque, mettant en évidence les amours de la jeune Reine Luéji avec Chibinda Ilunga, un chasseur d’origine étrangère, et les conséquences politiques qui vont s’ensuivre, singulièrement sur la création des groupes tshokwe et lwena. La présentation qu’en donne Thérèse De Raedt est bien documentée et solide. Elle ne s’attarde pas beaucoup sur les aspects proprement littéraires de la narration, en dehors d’une approche structurale un peu sommaire ; de même, elle évoque assez peu d’éléments d’une histoire littéraire coloniale proprement dite, de toute façon mal connue, mais elle se réfère néanmoins avec pertinence aux essais généraux de Pierre Ryckmans ainsi qu’à telles études récentes de Pierre-Philippe Fraiture (autre chercheur belge expatrié, le seul à ma connaissance à s’être intéressé à l’écrivain). L’essentiel de son analyse porte sur le sens politique de la reprise littéraire d’une telle légende, qui était connue par les écrits de certains explorateurs (l’Allemand Paul Pogge, le Portugais Henrique A. de Carvalho) et par des administrateurs coloniaux amateurs d’ethnographie autant qu’attentifs aux questions de « politique indigène ». Thérèse De Raedt, qui s’est bien documentée sur la question, notamment grâce aux publications d’Édouard Bustin et de Tharcisse Matadiwamba K. M., remet clairement le récit dans un contexte où était débattue, généralement, l’idée d’indirect rule (donc celle du renforcement de l’autorité coutumière et/ou locale, ancêtre des revendications fédéralistes), et, plus localement et plus pratiquement, la question de savoir quel groupe ethnique pouvait ou devait être regroupé avec quel autre dans quel ensemble, et pour quelle raison. La perspective de la reconstitution d’une grande entité lunda ne fut pas retenue par le gouvernement central, qui, jusqu’à l’indépendance, préféra toujours l’option centralisatrice et unitaire. Le second enjeu est plus thématique : la légende montre en effet les bienfaits civilisateurs mais aussi politiques de l’ouverture culturelle à l’étranger ; or, si ceci peut prendre un sens tout particulier dans le contexte colonial où l’étranger vient d’Europe, comme l’a indiqué Pierre-Philippe Fraiture cité ici, la leçon a aussi un sens plus large puisqu’elle avait retenu l’attention dès le xviiie siècle et que rien n’empêche qu’elle vaille encore d’être discutée aujourd’hui.

5En somme, un ouvrage et un commentaire passionnants, qui constituent une invitation à vouloir en savoir plus et sur l’écrivain et sur sa réception en Belgique, à commencer par son éditeur Max Mention. J’ajoute qu’on nous épargne ici les idées partisanes toutes faites et qu’on enquête sur l’histoire en privilégiant les incidences africaines des réalités : autant de belles qualités qui ne se rencontrent pas toujours. Cette édition, complétée par deux documents d’époque à propos des autorisations administratives quémandées par Drum pour retourner (pendant son temps de congé !) dans la région où se passe l’action, est fort bien faite. On peut certes discuter du jeu des illustrations, qui sont empruntées aux deux publications de Pogge et de Carvalho, et ici additionnées, ce qui donne le sentiment d’un apparat un peu éclectique quant aux moyens, aux formats et aux visées des images, dont le texte de Drum publié en 1932 se passait fort bien. Mais il n’y a pas lieu de bouder son plaisir pour autant, et cette petite résurrection mérite d’être saluée pour ce qu’elle est : une invitation à se décentrer un peu… ou à proposer à l’avenir d’autres œuvres « belges » pour la collection.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Drum (Henri), Luégi ya kondé (la fille de Kondé) »Textyles, 58-59 | 2020, 300-303.

Référence électronique

Pierre Halen, « Drum (Henri), Luégi ya kondé (la fille de Kondé) »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3863

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université Paul Verlaine de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search