Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59Georges EekhoudLes « Chroniques de Bruxelles » d...

Georges Eekhoud

Les « Chroniques de Bruxelles » de Georges Eekhoud (1897-1914)

La construction d’«un espace-temps littéraire1 » 
Clara Sadoun-Édouard
p. 77-104

Texte intégral

  • 1 Nous empruntons cette expression au titre de l’ouvrage collectif suivant : Trousson (Raymond), Cels (...)
  • 2 Diaz (José-Luis), « Avatars journalistiques de l’éloquence privée », dans Kalifa (Dominique), Rég (...)
  • 3 Carvalhosa (Sandrine), « Chronique journalistique et causerie : rapports, formes, enjeux », dans (...)
  • 4 Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque : le « hard labour » de Geor (...)
  • 5 Gonne (Maud), « La Wallonie dans les “Chroniques de Bruxelles” de Georges Eekhoud. Une médiation (...)
  • 6 Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq (Nord), Presses Universitaires du Septentr (...)
  • 7 D’autres pistes restent à explorer, notamment, les réutilisations constantes de passages emprunté (...)
  • 8 Lettre d’Émile Verhaeren à Georges Eekhoud de juillet 1897, citée par Mirande (Lucien), Eekhoud l (...)
  • 9 Lettre de Georges Eekhoud à André Fontainas du 27 février 1901, citée par Lucien (Mirande), op. c (...)

1La chronique est souvent, au xixe siècle, assimilée à la « chronique-causerie2 », forme de littérature plaisante et éphémère. Elle apparaît pourtant comme un « genre protéiforme3 », « modelée par l’individualité » de son auteur. Appartenant à un genre perçu comme mineur, conçu pour réagir au gré du temps qui passe, de sa fugacité, de l’actualité, les « Chroniques de Bruxelles » occupent cependant une place singulière au sein du Mercure de France, qui fut, un temps, dans une de ses premières incarnations, sous-titré « Chroniques de Paris ». En effet, la chronique, genre journalistique qui construit de façon évidence un rapport au temps (chronos), se veut éphémère, s’écrit au gré de l’actualité et des humeurs de son auteur. Certes, c’est là la fonction de ces « Chroniques de Bruxelles », organisées en rubriques, plus ou moins fixées, qui découpent la vie culturelle autour de la notion d’actualité, d’« événement » culturel et artistique et de saisonnalité (représentations théâtrales, musicales, expositions, débats, parutions de livres et de périodiques). Elles forment en outre un important corpus et il est difficile d’en rendre compte dans son ensemble sans sélectionner un aspect saillant, notamment en écho avec le reste de son œuvre : on a pu, avec succès, examiner comment Eekhoud y traite de l’actualité littéraire flamande, montrer l’usage qu’il fait des citations et des traductions4, analyser la place qu’il donne aux écrivains wallons5 ou encore s’en servir comme source biographique6, tant la dimension personnelle y est importante7. Cependant, notre proposition de lecture est tout autre, car nous cherchons à rendre compte de ces chroniques dans leur ensemble de manière diachronique. Pour ce faire, il faut revenir à leur origine et aux deux facteurs qui président à leur naissance. Le premier est lié à l’amitié : celle que la rédaction du Mercure a manifestée à Georges Eekhoud par le passé (par exemple, en le défendant en 1891 contre les attaques de La Plume au moment de la parution des Fusillés de Malines et en publiant en 1897 une étude élogieuse d’André Fontainas consacrée à notre auteur). C’est encore l’amitié que nous trouvons dans la lettre d’Émile Verhaeren à son ami Georges Eekhoud qui lui propose de rejoindre l’équipe du Mercure de France, au nom du « brave Vallette qui t’aime bien8 » pour lui donner « une correspondance d’art ». À côté de cette première motivation amicale, on découvre le désir d’Eekhoud, le même qu’il exprimera dans une autre lettre à André Fontainas : celui de disposer d’une tribune parisienne pour rendre hommage à ceux qu’il aime et admire, en l’occurrence au musicien Peter Benoit et communiquer sa vision de la Belgique artistique9. Ces deux facteurs initiaux, amitié et volonté de dire sa perception de la vie culturelle en Belgique, sous-tendent toute la démarche d’Eekhoud dans les « Chroniques » : de ses débuts en 1897 jusqu’à leur interruption en 1914, il s’en sert pour communiquer aux Français comme à ses compatriotes sa vision de la littérature belge, fortement informée par des amitiés, principalement celles nouées pendant l’aventure de La Jeune Belgique. Ces deux facteurs engagent une relation à l’histoire, telle qu’elle a eu lieu, telle qu’elle est perçue par Georges Eekhoud, telle qu’elle se construit et telle qu’elle s’écrit. Aussi Eekhoud renoue-t-il avec le premier sens de chronique comme « recueil de faits historiques regroupés par époques et présentés selon leur déroulement chronologique ». De fait, le temps et l’espace – Bruxelles et, plus généralement, la Belgique – constituent l’enjeu de ces chroniques qui courent de 1897 à 1914. On sait que l’année 1897 marque la fin de l’aventure du Coq rouge, survenue elle-même à la suite de la participation de Georges Eekhoud à l’entreprise éditoriale de La Jeune Belgique (qui, symboliquement, s’achève aussi en 1897). Quant à l’année 1914, bien sûr, c’est le début de la guerre qui provoquera la fin de la collaboration de Georges Eekhoud, mais c’est encore, si l’on reste au niveau du symbole, la finalisation du monument Max Waller (qui ne sera inauguré qu’en 1919). Ce monument, financé par une souscription populaire, incarne dans l’espace public bruxellois ces quelque dix-sept années de collaboration régulière de Georges Eekhoud au Mercure de France : comme elles, le monument représente, à la fois, une réflexion sur le temps, sur un moment de la littérature belge, sur son incarnation et sur la trace qu’il a laissée dans l’urbanisme et dans l’espace mental belge.

Georges Eekhoud, historien d’une histoire solipsiste

2Avant la chronique de Georges Eekhoud, l’actualité culturelle belge est traitée au Mercure, en parallèle et à égalité avec l’actualité culturelle française. Elle ne dispose pas de rubrique particulière contrairement aux littératures étrangères qui sont traitées par des correspondants étrangers, sous le titre, conventionnel, de « Lettres » + un adjectif se référant à un gentilé (Lettres norvégiennes, italiennes, anglaises, etc.). Aussi cette correspondance revêt-elle d’emblée un statut particulier : c’est la seule chronique publiée dans Mercure de France (jusqu’à ce qu’une rubrique « Chronique du Midi » soit créée) et elle ne doit pas non plus traiter uniquement de lettres, mais s’intéresser à la culture au sens large. On peut y voir une étape d’émancipation de la sphère française, sans pour autant bénéficier d’un statut complètement autonome, puisque la Belgique dispose d’un même statut que la région du Midi et son félibrisme. C’est cependant une étape importante et tout se passe comme si le Mercure de France, en 1897, en créant cette rubrique, actait l’entrée de la Belgique artistique et littéraire dans l’histoire. À Georges Eekhoud revient alors la charge de justifier cette prise d’indépendance, ou plutôt cet avènement, par l’énonciation de l’existence d’un mouvement littéraire français de Belgique, indépendant de la France, et par le récit de sa naissance. Nous verrons que les chroniques proposent une construction historique. Par touches successives, d’un mois, d’un trimestre, d’une année à l’autre, Georges Eekhoud y élabore une histoire de l’invention du littéraire en Belgique autour d’un moment particulier, le mouvement Jeune Belgique des années 1880. Si aujourd’hui, les historien.ne.s du littéraire s’accordent, unanimement, à voir dans ce moment l’origine de la littérature belge, ce n’est absolument pas le cas en 1897 quand Georges Eekhoud commence ses « Chroniques ». On assiste donc à la production d’un récit, composé d’une généalogie et d’une chronologie, de ses figures tutélaires, d’une symbolique et d’anecdotes.

  • 10 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune Belgique, arllf, 2000, p. 34.
  • 11 Gilkin (Iwan), « Quinze années de littérature », dans La Jeune Belgique, novembre-décembre 1895.
  • 12 Dumont (Georges-Henri), « Quand le Coq rouge plantait ses ergots sur la Jeune Belgique (1895-1897 (...)
  • 13 Demolder (Eugène), Petit Bleu cité par Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercur (...)

3Certes, en 1897, quand Eekhoud commence à collaborer au Mercure, le récit autour de La Jeune Belgique existe déjà, à commencer par celui qui avait été produit au sein de la revue elle-même, friande d’« autocélébration10 ». Il existe aussi dans la version qu’en avait donnée Francis Nautet dans son Histoire des lettres belges d’expression française (1891-1892) et dans ses Notes sur la littérature moderne (1885-1889). De même, Iwan Gilkin avait développé, dès 1895, l’idée d’une renaissance des lettres belges due à La Jeune Belgique dans ses « Quinze années de littérature11 ». Mais Francis Nautet comme Iwan Gilkin apparaissaient alors davantage comme des acteurs, voire des militants, et non comme des historiens impartiaux « dans un climat de guerre littéraire intensément développée sur tous les fronts12 » de l’année 1895 où le Coq rouge « plantait ses ergots » dans La Jeune Belgique en sécession. Malgré ces récits, la primauté de La Jeune Belgique était alors loin de faire l’unanimité qu’elle connaît aujourd’hui chez les observateurs du fait littéraire et elle pouvait même faire figure « d’injure plaisante13 ». Le récit que Georges Eekhoud propose de la centralité de La Jeune Belgique ne se présente pas d’emblée. Il se construit dans la diachronie, il a besoin du temps long, de l’apaisement des tensions des années 1890, mais il doit aussi s’imposer face à des récits concurrents. Obéissant aux deux célèbres injonctions de La Jeune Belgique, « Ne crains » et « Soyons-nous ! », le discours qu’Eekhoud porte est un combat et une affirmation de soi.

  • 14 Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge. Une antholog (...)
  • 15 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1902.
  • 16 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1908.
  • 17 Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge, op. cit.
  • 18 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1912.

4Le combat de La Jeune Belgique se poursuit dans les « Chroniques de Bruxelles » du Mercure de France qui, comme elle, fait du « passé table rase » pour proclamer sa primauté, à l’exception de quelques figures annonciatrices, à partir de la métaphore du « désert intellectuel14 ». En effet, Georges Eekhoud prolonge son emprunt à la théorie de la génération spontanée. En 1902, il relaie l’idée de la « poussée » d’Émile Verhaeren, selon laquelle « Il n’y a donc pas de public pour les livres français en Belgique et après la tentative de La Jeune Belgique il ne faut pas espérer qu’il n’y en ait jamais15 », et celle de Léon Bazalgette d’une « croissance rapide et vigoureuse en une terre longtemps improductive, de plants qu’une communauté d’essence rattache aux vergers de France16 ». On retrouve là un des traits connus de l’historiographie de La Jeune Belgique, soit l’« abondant recours à des métaphores », voire à des « structures métaphoriques », avec un « volet organique » qui met en scène « une floraison » dans un « terreau » en jouant sur les notions de « léthargie » et de « réveil17 ». Dans ces métaphores végétales, c’est l’idée de spontanéité qui prévaut. Cette idée se retrouve dans l’admiration d’Eekhoud pour les théories historiques de Pirenne qui réfute la conception selon laquelle la Belgique serait « une œuvre récente de la diplomatie européenne » et y voit, au contraire, des Belges sans État, un « ensemble d’individus qui, en dépit du bilinguisme et du morcellement politique, dépendants de la France ou orientés vers l’Allemagne, avaient une culture intellectuelle, des tendances juridiques et politiques, une activité économique commune18 ». Georges Eekhoud est séduit par cette conception qui correspond, à une échelle supérieure, à son récit d’une littérature belge surgie spontanément de l’énergie d’individus singuliers.

  • 19 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1900.
  • 20 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1908.

5Dans ce désert, qui précéderait l’invention de la littérature belge, n’existent que trois figures protohistoriques, au sens d’avant l’histoire littéraire belge initiée par La Jeune Belgique : Charles De Coster, André Van Hasselt et Octave Pirmez. Georges Eekhoud leur rend dûment hommage, surtout aux deux premiers. Ainsi, en 1900, il conseille à ses lecteur.ice.s Thyl Uylenspiegel, « un livre merveilleux ». Il y voit « la figure à la fois espiègle et tendre, luronne et héroïque du Robin Hood flamand » et cite le jugement de « feu Francis Nautet, le fin critique » qui l’« appelait à bon droit une bible nationale pour les Belges19 ». En 1905, il rappelle que Charles De Coster est « considéré comme le père des lettres belges contemporaines ». De même, en 1908, il consacre un portrait à André Van Hasselt et à son œuvre, une « œuvre importante du seul vrai poète de langue française que possédait la Belgique avant cette superbe génération20 ».

  • 21 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1900.
  • 22 Ibid.
  • 23 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1912.
  • 24 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1908.

6Il ne s’agit pas seulement pour Georges Eekhoud de reproduire les admirations de La Jeune Belgique. Ces hommages revêtent également un aspect militant. Quand il rappelle le souvenir de Charles De Coster en 1900, c’est aussi pour déplorer que Thyl l’espiègle soit « une bible que si peu de Belges ont lue21 » et, en 1912, qu’il ne « fût pas un livre populaire, lu par tous les Belges ». Il affiche sa volonté de communiquer le texte au public français « par l’influence du Mercure de France22 » en 1900 et, en 1912, il affirme de nouveau que le livre « mériterait d’être lu hors de nos frontières23 ». Louer Charles De Coster, c’est à la fois s’inscrire dans la continuité esthétique de La Jeune Belgique et, tout en continuant son combat contre un ennemi de l’intérieur, l’apathique public belge, qui ignorerait l’auteur admiré et en le faisant connaître au public français. Le même phénomène se produit quand Georges Eekhoud fait le portrait d’André Van Hasselt. Il relève le « mauvais vouloir opposé à Van Hasselt par le public et surtout par les confrères du poète24 », relate ses difficultés (prix quinquennaux manqués, reproches), résume la Belgique à une triste énumération (« Petit pays, petites idées, petites gens ! ») et fait le récit d’une lutte pour l’émergence d’un champ, contre la bêtise bourgeoise, contre l’influence française au moyen de l’invention de soi et de la célébration des régionalismes.

  • 25 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1910.
  • 26 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1914.

7Dans cette protohistoire, Georges Eekhoud reste fidèle aux affinités électives de La Jeune Belgique et de prime abord hostile à tout ajout. Il accueille froidement l’étude sur Weustenraad (qu’il ne nomme même pas) que Séverin donne dans La Belgique artistique et littéraire, jugeant qu’il s’agit d’une « résurrection charitable, mais en somme assez inopportune, d’un poète belge de 183025 ». Ce n’est que quatre ans plus tard qu’il accepte de l’intégrer dans la lignée des grands anciens, « des rares poètes français de talent qui existaient en Belgique avant la grande renaissance littéraire de 1880 », saluant chez lui ce qui annonce La Jeune Belgique, soit son « caractère spécial, nouveau, belge », son « patriotisme littéraire » et sa « noble ambition de créer sur notre sol, mais en langue française une littérature nationale indépendante de la littérature française26 ».

8À chaque fois, il s’agit, en proposant une histoire de la littérature francophone en Belgique, d’inscrire La Jeune Belgique dans la lignée de ces grands anciens comme il le fait en citant la préface de Grégoire Le Roy à Une nuit de Shakespeare de Horace Van Offel :

  • 27 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1913.

Quand il n’y avait que quatre ou cinq écrivains, on nommait parmi eux Octave Pirmez et Charles De Coster. Plus tard, lorsqu’en dépit de l’hostilité générale je ne sais quel hasard augmenta ce nombre de quelques unités, ce sont encore de beaux noms qui s’y viennent ajouter, ce sont des écrivains de race, ayant leur personnalité propre, écrivant malgré le milieu et l’heure et non des écrivains de rencontre, des parasites de la faveur du jour, comme j’en vois tant aujourd’hui qui n’ont ni tempérament ni pensée, rien qu’un peu de littérature, pas même des lettres. Quelle joie l’on éprouve en découvrant de temps à autre, dans ce fatras, l’œuvre d’un spontané, d’un instinctif, d’un qui a vraiment quelque chose à vous dire27.

  • 28 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1904.
  • 29 Ibid.
  • 30 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1902.
  • 31 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1902.
  • 32 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1904.
  • 33 Messet (H.), « Lettres néerlandaises », dans Mercure de France, mai 1905.

9Au présent comme au passé, l’histoire littéraire belge est peuplée de spontanéité et d’instinct et, dans ces élans spontanés, figurent au premier rang les acteurs du mouvement Jeune Belgique. Rien de littéraire ne s’est fait sans lui, il est à l’origine de tout, l’alpha de toute littérature en Belgique. « En effet, il n’existe pas un nom considérable dans les lettres de ce pays qui ne soit celui d’un poète, d’un conteur, d’un essayiste ou d’un critique ayant fait partie, entre les années 1881 et 1901, du groupe de ces “Renaissants28”. » Il précise, « ici tout ce qui tient actuellement la plume avec une certaine autorité collabora à la vaillante et vivante revue, à la fois œuvre de combat et œuvre créatrice ». De même, il cite Giraud aux accents bibliques pour montrer La Jeune Belgique en David provoquant « en combat singulier la lourde indifférence nationale29 ». Elle a tout fait et elle doit servir de modèle pour toute entreprise passée, présente et à venir, « par amour de l’art, d’un art intègre, à la fois personnel et patrial. Il faut savoir attendre, souffrir et pâtir tant et plus ! Il faut surtout savoir travailler. Sous ce rapport, les Jeune Belgique du mouvement de 1880 à 1885 donnèrent un superbe exemple aux générations qui les suivent30. » De même, pour Eekhoud, c’est sur elle qu’ont pris modèle les écrivains flamands par le passé et il souligne que « de l’aveu même des jeunes écrivains flamands d’aujourd’hui, ce furent les efforts, les conquêtes et les hardiesses du mouvement entrepris dans le domaine intellectuel belge par Max Waller et ses amis, qui stimulèrent et provoquèrent une rénovation parallèle dans les lettres flamandes, notamment chez les écrivains et penseurs du groupe de Van Nu en Straks31 ». C’est encore elle que devra suivre une nouvelle génération d’écrivains flamands à qui Georges Eekhoud explique que, comme « la Jeune Belgique lutta, et victorieusement, pour écarter les préoccupations politiques des lettres belges d’expression française ; il faudra que la jeune Flandre mène une non moins vigoureuse campagne pour en finir avec les bonzes flamands32 ». Enfin, c’est encore son exemple qui lui permet de comprendre l’essor d’une nouvelle littérature flamande menée par Stijn Streuvels, reconnue par le grand voisin étranger, en l’occurrence les Pays-Bas, comme La Jeune Belgique avait été reconnue et accueillie par la France. Or, le correspondant néerlandais du Mercure de France prend la peine de réfuter l’idée (calquée sur la réception des écrivains du mouvement Jeune Belgique par la France) que les Pays-Bas feraient meilleur accueil à Streuvels que la Belgique. Il souligne par-là que l’exemplarité que voit Eekhoud dans La Jeune Belgique relève peut-être chez lui d’un système, plutôt que d’une réalité33. On ne peut guère lui donner tort quand on relève qu’Eekhoud invoque le paradigme de La Jeune Belgique encore et toujours, même à propos de sujets qui ne lui sont pas directement liés, comme, par exemple, l’évolution de l’urbanisme bruxellois, ce qu’il appelle les « métamorphoses » des « aspects matériels de notre bonne ville » :

  • 34 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1900.

Si la physionomie intellectuelle de Bruxelles a déjà beaucoup changé depuis les quelque vingt ans que date la Renaissance littéraire de ce pays due particulièrement à ces trois groupes et revues de la Société Nouvelle, de l’Art moderne et de la Jeune Belgique, les aspects matériels de notre bonne ville subissent des métamorphoses plus fréquentes et plus sensibles encore34.

  • 35 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1904.
  • 36 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1904.

10La mention de La Jeune Belgique revêt ainsi une fonction de gage de qualité, par exemple, un livre publié par la Veuve Monnom doit être lu, car elle « imprima La Jeune Belgique, et un grand nombre des livres dus aux écrivains de cette revue35 » ou, parmi bien d’autres exemples, quand Georges Eekhoud propose un portrait de Mme Jules Brouez, vraisemblablement peu connue des lecteur.ice.s français.es, il souligne les liens de feu son mari avec la revue. Ailleurs encore, Van Drunen est présenté comme une découverte des « Jeunes Belgiques » qui « firent si bien qu’ils en arrachèrent l’auteur à son incognito et qu’ils l’embauchèrent dans leur cénacle dont il demeure un des artistes en vue36 ».

11La Jeune Belgique est non seulement saluée comme l’alpha de la vie littéraire en Belgique, mais aussi comme son oméga. À l’occasion des 75 ans de la Belgique, Georges Eekhoud fait même de son avènement le fait principal de l’histoire récente du pays, « les derniers 25 ans » qui « représentent pour nous l’ère d’un merveilleux réveil littéraire » et appelle à en écrire l’histoire :

  • 37 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1905.

À ce propos, il eût été bien intéressant d’écrire l’histoire de ces 25 ans de littérature et de faire coïncider l’apparition de cet ouvrage avec les cérémonies qui se préparent. L’ensemble des beaux livres qui marquent depuis 1880 […] constitue en effet le plus noble titre de ces cinq lustres à la reconnaissance de la Belgique et au souvenir de la postérité. Je dirai même que c’est de cette renaissance aussi éclatante qu’inespérée que notre patrie aurait le droit de s’enorgueillir en tout premier lieu. N’est-ce pas le meilleur de son âme et de son cœur qu’ont exprimé ses poètes et si je dis poètes, j’entends tous ses écrivains artistes37 ?

  • 38 Bertrand (Jean-Pierre) et Provenzano (François), « Un laboratoire historiographique : l’Enquête s (...)
  • 39 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1905.

12Dans un pays où le littéraire est « jaugé » « à l’aune des valeurs de l’espace public38 », faire l’histoire de La Jeune Belgique revient pour Georges Eekhoud à faire l’histoire du pays lui-même. Il envisage la revue, et le mouvement qui l’accompagne, comme l’événement « à qui nos provinces doivent pour une immense part de ne plus être considérées, dans le concert des pays lettrés, comme une indécrassable et croupissante Béotie39 ? », c’est-à-dire comme un lieu qui puisse exister par lui-même, en dehors de la comparaison défavorable avec Paris, et de l’exil nécessaire qui l’accompagne. Écrire l’histoire de La Jeune Belgique, comme le soulignent les métaphores de renaissance, c’est écrire l’invention d’une identité.

13Cette histoire se construit comme l’avènement d’une ère nouvelle, portée par une parole neuve. On le voit, la métaphore religieuse n’est pas loin. Elle se construit, dans les « Chroniques », sur la glorification de deux écrivains, Camille Lemonnier, en père bienfaisant, et Max Waller, en fils et martyre glorieux, ainsi que sur la présence de ses apôtres, ceux qui ont été associés à la revue.

  • 40 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1900.
  • 41 Dans un chapitre de ses souvenirs consacrés à La Jeune Belgique, intitulé « La vie de café », Val (...)

14Cette mise en avant de La Jeune Belgique prend petit à petit de l’ampleur. Quand, en janvier 1900, Eekhoud parle de « renaissance de 1880 », il ne cite pas encore le nom de la revue et utilise une périphrase, « cette superbe et véhémente pléiade poétique dont Verhaeren fut une des constellations les plus inattendues40 ». En décembre de la même année, le nom La Jeune Belgique fait son apparition, mais pas seule. Elle est accompagnée d’autres noms alors considérés comme d’égale importance. Pour Georges Eekhoud, « la Renaissance littéraire de ce pays » est « due particulièrement à ces trois groupes et revues de La Société Nouvelle, de l’Art moderne et de La Jeune Belgique ». Cependant, une année plus tard, en décembre 1901, Georges Eekhoud consacre la plus grande partie d’une chronique au café Sésino (qui vient de disparaître) et le sanctuarise, à la fois, comme lieu de sociabilité de La Jeune Belgique et lieu de naissance de la nouvelle Belgique artistique et littéraire. Il y explique ses rites, nomme les membres et affiliés, jusqu’aux hôtes de passage dans une ambition anthologique. Il s’agit de se compter, de nommer les happy few, ceux qui « en » étaient dans une rhétorique de la liste. Georges Eekhoud énumère, comme s’il donnait des brevets de noblesse, les noms de « Giraud, Gilkin, Hannon, Rodenbach, Verhaeren, Séverin, Gille, Nautet, Krains, Demolder, Delattre, Sander Pierron, Maubel, Verlant, Goffin, Destrée, Maeterlinck, Van Lerberghe, Le Roy, etc. » soit « ce que l’on appelait non sans raison […] avec une prétention très justifiée, “le mouvement Jeune Belgique” ». On assiste de fait à l’invention d’une aristocratie des lettres et les « Chroniques de Bruxelles » commencent à devenir, pour la Belgique littéraire, ce que sont Les Grandes Chroniques de France de Charles v (1370-1379) pour la monarchie française : un récit des origines qui assoit le règne d’un petit nombre d’élus. Parallèlement, c’est une façon aussi de s’affirmer à la hauteur de Paris, de ce que Valère Gille appelle les « mœurs de la gent littéraire de Paris41 », mais qu’Eekhoud choisit pourtant de rattacher à une filiation londonienne, plus ancienne :

  • 42 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1901.

Durant une dizaine d’années, 1883 à 1893, Sésino avait même été le rendez-vous exclusif de tout ce que Bruxelles comptait de jeunes personnalités littéraires, et le cénacle où les poètes ou romanciers parisiens, de passage à Bruxelles, venaient relancer leurs frères d’armes de Belgique. La liste des habitués de ces Five o’clocks du Sésino serait aussi celle de la plupart des gens de qui, après avoir crânement bataillé, mais sans négliger le vrai travail, la production de nobles poèmes ou de vivantes proses, occupent un rang honorable dans l’histoire intellectuelle de ce pays. Ce Sésino fut un peu pour la renaissance des lettres belges ce que la fameuse taverne de la Sirène, à Londres, avait été pour la pléiade des dramaturges anglais de la période élisabéthaine. Et les combats d’esprits, les wit-combates, qui s’y livrèrent seront peut-être rapportés un jour par le Fuller qui célébrera nos Worthies42.

15« Five o’clocks », « Fuller », « Worthies », « Wit-combates », c’est l’angliciste en Eekhoud qui assimile le mouvement Jeune Belgique à la Renaissance anglaise et non au « boulevard » parisien. On voit le même décentrement dans sa présentation de son leader, Max Waller qu’il rattache à une inspiration germanique et qui apparaît « plus mélancolique que rieur, effronté comme un page, mais sentimental comme une petite fleur du Rhin, petit neveu de Henri Heine dont il avait sans doute retrouvé un fond d’encrier durant son séjour à l’Université de Bonn ».

  • 43 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1901.

16On le voit, dès cette chronique de 1901, dans l’esprit de Georges Eekhoud, la revue domine le mouvement et lui donne son nom. Eekhoud y propose une histoire personnelle et affective, voire affectueuse. Il partage ses souvenirs émus avec ses lecteur.ice.s à la première personne et ses descriptions portent la marque de la subjectivité, parfois de la tendresse, parfois de la nostalgie, souvent de l’admiration. Max Waller est ce « pauvre et étonnant dandy-gavroche », Georges Rodenbach « le délicieux chantre des blancheurs, du silence, des miroirs, des étangs et des béguinages », Émile Verhaeren le « réfractaire aux disciplines, impatient de tout joug, poète fougueux et formidable », Fernand Séverin est « l’auteur souverainement exquis des Poèmes ingénus » au « visage réfléchi et volontaire » à « la parole posée et musicale », Valère Gille à une « blondeur de jeune dieu », etc. Cet exercice de souvenir, d’émotion est aussi un exercice de conciliation. La remémoration permet de dépasser et de surmonter les querelles passées, mentionnées comme en passant, au détour d’un portrait, par exemple celui de Verhaeren « acquis aux innovations dénoncées comme schisme et hérésie par Giraud et Gilkin, mais, tout de même, l’ami et l’admirateur de ces poètes orthodoxes43 ».

  • 44 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, août 1898.
  • 45 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1900.

17De fait, cette conciliation passe par la glorification de La Jeune Belgique. En 1898 encore, soit après la querelle de 1894-1895 qui le vit quitter la revue, Eekhoud s’opposait à l’attribution du prix quinquennal à Giraud, en estimant qu’après avoir manœuvré, ce dernier recevait le « compromettant patronage de la tourbe ou plutôt du néant de nos lettres ». Après avoir rappelé aussi que « depuis 1892, M. Giraud n’a même rien publié », il concluait amèrement : « Voilà à quelle espèce de popularité mènent les mœurs politiques, introduites dans le combat ou mieux le tournoi littéraire44 ! » Or, dès 1900, Eekhoud reprend avec enthousiasme le projet de Demolder pour une Ligue pour le livre belge où « Toutes les tendances artistiques ou philosophiques auraient les mêmes droits ; le même accueil serait fait à Albert Giraud et à Max Elskamp, aux libertines rimes de joie de Hannon et aux vertueux cantiques de Casier. Ils voisineraient sur des rayons que je leur souhaiterais rayons de gloire45. »

  • 46 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1902.
  • 47 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1905.
  • 48 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1906.

18Dans ces rayons glorieux, comme dans la sanctuarisation rétrospective du café Sésino, toute une génération apparaît unie et groupée sous la bannière de La Jeune Belgique dans le souvenir fidèle et amical de Georges Eekhoud. Au centre de ce groupe se dresse, au-dessus des querelles et des rivalités, la figure idéalisée de Max Waller. Georges Eekhoud fera, au cours des années, régulièrement son portrait. En 1902, en réponse à l’âme belge, il voit en lui « l’incarnation de l’âme bruxelloise ». Il semble placer sa propre peinture de la ville dans la filiation de ce poète mort à 29 ans, qui « goûtait les effusions et les gaillardises de nos florissantes cités modernes et jusqu’aux ébaubissements de nos quartiers populaires46 ». En 1905, il souligne le rôle de cet « espiègle gamin » venu « réveiller le bourgeois belge affalé et endormi47 ». Il rappelle constamment qu’il est « le charmant poète sentimental et ironiste, fondateur et directeur de cette “Jeune Belgique” à laquelle nous devons une renaissance littéraire admirée dans le monde entier » (par exemple en 190648). Cette fidélité apparaît comme un acte de dévotion personnelle, notamment quand Georges Eekhoud évoque l’œuvre de Henry de Groux et la « relique » que constitue son portrait du poète. Eekhoud nous fait entrer dans son intimité, celle de son intérieur comme celle de sa mémoire, quand il nous confie :

  • 49 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1900.

Et du même artiste je possède une exquise et mélancolique figure de Max Waller assis dans son cabinet de travail. Double souvenir, et du portraitiste et du modèle, relique que je tiens de l’amitié du poète défunt49.

  • 50 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1908.
  • 51 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1913.

19Incarnant cette « âme bruxelloise », Waller est souvent convoqué dans ces « Chroniques de Bruxelles », par exemple quand Eekhoud évoque Sylvain Bonmariage qui « nous remémore la grâce mélancoliée de Max Waller50 » ou Charles Morisseaux, également décédé prématurément, dont les poèmes sont « dans le genre des meilleures pages de Max Waller51 ».

  • 52 Guyaux (André) et al., La Querelle de la statue de Baudelaire : août-décembre 1892, [actes d’un s (...)

20Par surcroît, le personnage de Max Waller, tel qu’Eekhoud le construit, devient un symbole, celui d’une génération, de son éternelle jeunesse et de son éternelle audace. Aussi, Georges Eekhoud, qui avait milité à La Jeune Belgique, aux côtés précisément de Max Waller, pour la souscription Baudelaire52, fait, pendant plus de 10 ans, campagne dans ses chroniques pour la souscription Waller. C’est à chaque fois l’occasion de rappeler son souvenir, son rôle et celui de La Jeune Belgique. L’intention est manifeste : il s’agit d’inscrire, durablement, dans la ville la présence du poète et du mouvement et, plus encore, d’écrire l’histoire par le monumental. Il s’agit aussi, par le biais de la souscription, d’inviter lecteurs et lectrices à participer, y compris financièrement, à la pérennisation de sa vision de l’histoire littéraire belge.

  • 53 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1902.
  • 54 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1911.
  • 55 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1913.

21À côté de Max Waller, Eekhoud évoque régulièrement la figure de Camille Lemonnier à propos de La Jeune Belgique. Si la présence de Lemonnier dans des chroniques consacrées à la vie belge ne surprend pas, il faut cependant noter que, pour la plupart des contemporains, sa stature et son œuvre dépassent alors largement le mouvement de La Jeune Belgique. Les Parisien.ne.s le connaissent pour sa collaboration scandaleuse au Gil Blas. Georges Eekhoud choisit pourtant de le rattacher à la revue belge dans ses chroniques. Il rappelle qu’« il fut le courageux et brillant initiateur de cette renaissance littéraire53 ». Analysant l’étude que Rency a réalisée à son sujet, il s’intéresse tout particulièrement aux pages consacrées à son rôle dans ce qui lui apparaît comme un âge d’or54. De même, il reproduit dans sa chronique le discours qu’il avait été chargé de prononcer sur la tombe de Lemonnier – lui qui avait déjà fait l’éloge posthume de Waller. Par là, il invite ses lecteur·ices à la cérémonie. Il y salue « le plus héroïque, le plus populaire de nos écrivains français », le « berger » « du royaume du verbe », le poète à l’« influence énorme » « sur toute notre littérature », mais surtout il rappelle son rôle pendant le moment Jeune Belgique : « Dès 1880 et jusqu’à ce jour, il rallia et encouragea tout ce qu’il y avait de jeunes forces littéraires dans notre pays ; il fut le drapeau de la culture française ; le soleil cordial et passionné qui provoqua et activa entre autres à son foyer et à ses rayons intenses la généreuse floraison de La Jeune Belgique55. »

  • 56 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, 16 octobre 1913.
  • 57 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, novembre 1912.
  • 58 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1910.
  • 59 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1911
  • 60 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1912

22À côté de ces grandes figures, Georges Eekhoud évoque constamment les acteurs de la Jeune Belgique, suit leurs publications, leurs rééditions, leur consécration, rend compte des études qui leur sont consacrées, et leur rend hommage quand ils meurent. À chaque fois, c’est l’occasion d’affirmer l’importance de La Jeune Belgique56. Il consacre, parmi tant d’autres, un portrait à Francis Nautet57, à Georges Destrée58 (par le biais du commentaire d’une étude de Pierre Nothomb), à Grégoire Le Roy59, à Hector Chainaye ainsi qu’à d’autres, moins connus comme Dardenne, qu’il signale d’abord comme « ami et illustrateur favori des écrivains du groupe dit de la Jeune Belgique60 ».

23La Jeune Belgique, peut-être sous la plume d’Eekhoud lui-même, avait conclu la nécrologie de Max Waller en ces termes énergiques :

  • 61 La Jeune Belgique, mars-avril 1889.

Serrons les rangs ! Comme l’a dit Georges Eekhoud au bord de cette tombe où s’en allait un peu de nous. Unissons-nous plus étroitement, plus cordialement, pour continuer avec une nouvelle énergie, en dépit de tout et de tous, l’œuvre de Max Waller61.

  • 62 Bertrand (Jean-Pierre) et Provenzano (François), « Un laboratoire historiographique », op. cit.

24Il semblerait que c’est bien là ce que cherche à faire Eekhoud dans les chroniques. Serrer les rangs, réconcilier, et honorer la mémoire de Waller en continuant son œuvre. « Serrer les rangs » c’est bien entreprendre une démarche cooptative, de « conciliation de tous les acteurs62 », au-delà des querelles de successions, de personnalités, d’art social et d’art pour l’art. « Continuer », c’est aussi se servir de ses « Chroniques de Bruxelles » pour relayer, commenter, façonner une histoire du littéraire et de l’artistique belge qui mette La Jeune Belgique au commencement, au centre et à la fin de tout.

Eekhoud historiographe

  • 63 Ibid.

25Si l’on peut voir ces chroniques comme une histoire-célébration d’un âge d’or – le passé glorieux des années 1880 –, elles sont aussi ancrées dans le présent, par leur nature même de chroniques chargées de transmettre l’actualité bruxelloise. Il ne s’agit donc pas seulement de revisiter l’histoire récente, mais aussi de rendre compte du temps présent. Pour ce faire, Georges Eekhoud s’inscrit encore et toujours dans la continuité de La Jeune Belgique. Tout comme Nautet s’était fait acteur et observateur, compagnon de route et de lutte, « historien du présent marqué par le sceau de la révolution63 », Georges Eekhoud présente les événements contemporains comme une histoire en construction, faite de grands jalons historiques d’emblée identifiés comme tels, sur le modèle du banquet Lemonnier du 27 mai 1883. Le présent, tel qu’il est rapporté dans les chroniques, s’inscrit dans la seule progression historique possible pour Eekhoud, soit la reconnaissance de l’importance de La Jeune Belgique et de la valeur de ses acteurs. Aussi, pour lui, commenter l’actualité revient à un geste historiographique, c’est-à-dire rapporter les événements au moment où ils se produisent, les organiser, à la lumière des événements passés – déjà identifiés comme jalons historiques – et les interpréter comme autant de confirmations de son récit historique.

  • 64 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1904.
  • 65 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1902. Le poste de con (...)
  • 66 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1903.
  • 67 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1905.
  • 68 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1902.
  • 69 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1911.
  • 70 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1900.
  • 71 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1901.
  • 72 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1908.
  • 73 Ibid.

26Eekhoud se plaît à rappeler « la formidable levée de… fourchettes organisée, vers 1882 » et le refus du prix quinquennal par Maeterlinck64 comme autant de faits d’armes qui ont créé du collectif, ont gagné les cœurs et les esprits et ont contribué à écrire l’histoire. Il s’en souvient tout particulièrement lors des procès de Bruges qui voient Lemonnier et lui-même poursuivis par les « cafards » et défendus par Picard. Il convie les lecteurs et les lectrices du Mercure – la revue où une première version d’Escal-Vigor, le roman poursuivi, avait été publiée, était également l’éditeur du roman – au cœur même de l’événement. De l’annonce du procès à la plaidoirie de Picard, en passant par les manifestations de soutien des écrivains français et belges, par les enquêtes d’opinion publiée dans la presse et par ses confidences, à la première personne, d’écrivain poursuivi en justice, il livre tout à son lectorat. Bien davantage qu’à la commisération de ses lecteurs et lectrices, il en appelle à leur esprit de corps et il constitue l’événement en une consécration de sa personne par l’intermédiaire des témoignages d’admiration qu’il reproduit. Il cite aussi abondamment les enquêtes journalistiques qui soulignent l’importance de son œuvre. Saluant le verdict comme une « nouvelle victoire pour l’art et la pensée libre », il prend soin de dresser la liste de ses soutiens. Comme dans le banquet Lemonnier, il s’agit de se regrouper, de prendre place les uns à côté des autres et de se compter dans le combat, continué de La Jeune Belgique, contre la Béotie. Ainsi, les chroniques témoignent régulièrement de ses levées de boucliers, par exemple, au moment de la sinécure Wiertz65 – et de sa non-attribution à Lemonnier –, au moment de la loi Woeste, et de l’enquête dans la presse sur la moralité en littérature qui l’accompagne66, au moment de l’anniversaire de la Belgique et d’une histoire littéraire qui serait éditée par ce même « cuistreux chicaneau » Woeste67, au moment du monument Travail de Meunier68, au moment du scandale de la Folle Chanson de Jef Lambeaux69, etc. De même, les enquêtes littéraires, par exemple celles sur la littérature nationale70, sur les tendances de la littérature moderne et les rapports avec la morale71, sur la littérature française en Belgique72 ou encore celle des étudiants de Gand73 sont à chaque fois rapportées, analysées, citées. Là encore, il s’agit de placer des jalons dans la construction d’un groupe et d’une histoire en cours.

  • 74 Par exemple dans Aron (Paul), « Littérature et politique en Belgique francophone », dans Geest (D (...)
  • 75 Par exemple, dans Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque, op. cit., (...)
  • 76 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1901.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid.
  • 79 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1901.
  • 80 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1903.
  • 81 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1907.
  • 82 Ibid.
  • 83 Ibid.
  • 84 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1908.
  • 85 Mouvement mis en abyme dans la pièce.
  • 86 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1910.
  • 87 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1910.

27Le processus d’institutionnalisation est tout particulièrement scruté et interprété, comme la reconnaissance à retardement, d’une vérité historique révélée. On le sait, la question du rôle de l’État, et de l’autonomie des lettres, constitue un élément essentiel de l’histoire littéraire belge. On a souvent pu souligner l’éthos misérabiliste74 des écrivains belges, et ce, à propos de ces mêmes chroniques75. Il est vrai qu’Eekhoud a des mots très durs pour qualifier l’apathie et la bêtise du public belge. D’ailleurs, ses anathèmes contre ses adversaires politiques ou artistiques s’avèrent particulièrement inventifs et plaisants. Il s’en prend ainsi à des ennemis qualifiés tour à tour, à droite et à gauche du spectre politique, de « jacobins socialeux et les pharisiens cagots76 », de « cafards des deux bords77 », de « bashi-bazouks de la morale », de « cuistres du socialisme » ou de « cancrelas de la presse cléricale », de « néfastes touche-à-tout », de « tourbe des envieux, des ratés et des niveleurs à tous crins », de « Robespierrots de ce temps », de « petits Saint-Just, transfuges d’instituteurs de village ou aussi sordides rimeurs que Robespierre lui-même78 », de « musicastres79 », de « monstrueux cacographes de cette époque béotienne80 ». Certains de ces anathèmes fleurissent comme autant de protestation contre le public et contre la conduite du gouvernement belge, mais il en va tout autrement en 1907 quand, à l’occasion de la nomination d’écrivains à des « sinécures », Georges Eekhoud peut noter que « décidément il y a quelque chose de changé dans ce prospère, mais par trop matériel royaume de Belgique jusqu’à présent, à la rigueur, le paradis des peintres, comme le constatait Proud’hon [sic], mais certes l’enfer des écrivains81 ». Il signale surtout, comme un fait marquant de cette reconnaissance, la création d’une « académie de vrais écrivains, d’une académie d’écrivains de langue française », qu’il appelait de ses vœux depuis longtemps82 et salue le travail de l’homme politique Descamp-David, qui « met les littérateurs français en possession de leurs droits », constatant avec bonheur que « notre littérature n’avait jamais été à pareille fête83 ». De même, après avoir longtemps déploré la piètre qualité du public belge, il fait de la réception de la pièce Kaatje de Paul Spaak84 un événement historique : « jamais œuvre d’auteur belge n’aura connu fortune pareille sur une scène de ce pays ». Pour Georges Eekhoud, le succès de la pièce et sa « portée symbolique » signalent une étape du développement de la Belgique artistique et littéraire, de ses acteurs comme de son public. Renonçant aux charmes latins, ceux-ci entrent dans une relation « logique85 ». En décembre 1908, la fête en l’honneur de Lemonnier et la célébration de Verhaeren le font s’interroger avec délice : « Les amis de la littérature seraient-ils devenus légion ? » Et : « Nous aurait-on changé notre pays ? » De même, à la mort de Léopold ii, à l’occasion du triste bilan des lettres sous son règne, Eekhoud relaie le pronostic optimiste de Verhaeren qui compte sur « un nouveau règne plus favorable aux lettres » et la victoire contre une littérature « orthodoxe, de juste milieu et courtisane86 ». De fait, il semble que les espoirs de Verhaeren ne soient pas déçus puisque lors de la visite des nouveaux souverains au Salon des Lettres, le roi semble emprunter jusqu’à la terminologie du mouvement Jeune Belgique quand il constate « que jamais la Belgique n’a connu une efflorescence littéraire égale à celle d’aujourd’hui87 ». C’est dire si le discours, autrefois marginal de la génération de 1880, semble devenu, au moins en surface, dominant.

28On ne peut guère cependant parler de parfait contentement chez Georges Eekhoud. S’il ne s’enferme pas dans le misérabilisme, il se montre vigilant, non seulement dans son rôle d’historien, de producteur de récit, mais aussi dans le rôle de commentateur que lui assigne l’exercice des chroniques. Il convient tout d’abord de constater que le romancier s’acquitte consciencieusement de sa charge et recense, de façon quasi exhaustive, la bibliographie du mouvement littéraire belge. Il s’agit cependant d’une historiographie jalouse, voire tendancieuse, qui, là encore, met La Jeune Belgique au cœur, défend sa centralité – quitte à en apparaître comme le thuriféraire zélé.

  • 88 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1910.
  • 89 Ibid.
  • 90 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1903.
  • 91 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1905.
  • 92 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1905.
  • 93 Gilbert (Eugène), Contemporary French Literature in Belgium, Universal Exhibition of Saint-Louis, (...)

29Georges Eekhoud propose Francis Nautet comme modèle de toute réflexion et de toute narration historienne : c’est « le seul véritable critique littéraire que l’on eût chez nous ». Son « Histoire des Lettres belges d’expression française […] demeure tout de même ce que l’on a écrit jusqu’à présent de plus compréhensif et de plus étudié sur notre renaissance littéraire88 ». Citant Thiéry, il ajoute : « sans flagornerie, sans adoucissement commandé par la camaraderie quoique sans sévérité outrée. Il comprenait89. » Georges Eekhoud met donc la compréhension au cœur de la démarche historienne, presque au sens anglais de « capacité de synthèse », d’« aptitude à faire tenir ensemble tous les éléments pour constituer un récit ». Bien sûr, il s’agit encore du récit du mouvement Jeune Belgique dont Georges Eekhoud suit patiemment l’élaboration. Il mentionne les études de Verhaeren, Mockel et Gilbert avant d’analyser l’« Étude sur la littérature en Belgique » de Krains90. Il y signale les éléments qui coïncident avec son propre récit (par exemple, le trio tutélaire De Coster, Pirmez, Van Hasselt), ainsi que le développement sur La Jeune Belgique qu’il complète en l’enrichissant de noms supplémentaires. Il salue le travail « probe et consciencieux » de Glesener91, mais, à l’occasion du 75e anniversaire de l’indépendance de la Belgique, il forme le souhait « qu’un de nos écrivains fit l’histoire de cette extraordinaire renaissance littéraire à laquelle nous assistons depuis 25 ans ». Il s’estime entendu et déclare que « cette histoire est écrite » avec la traduction (augmentée) de La Littérature française contemporaine en Belgique d’Eugène Gilbert92, étude parue, en langue anglaise, pour l’Exposition universelle de Saint-Louis93. Il se réjouit du fait que l’ouvrage constitue alors « une œuvre complète et définitive », montrant par-là que derrière son désir de compréhensivité se trouve une volonté de figer la narration historique, de la rendre définitive, comme gravée dans le marbre d’un monument.

  • 94 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1906.
  • 95 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1906.

30Toujours en 1905, Georges Eekhoud fait preuve de ce même regard sélectif pour rendre compte de La Vie belge de Camille Lemonnier. Aussi conseille-t-il : « on lira notamment avec profit tout ce qui concerne les origines du renouveau littéraire d’ici : l’influence des proscrits français à Bruxelles, des pages sur Hugo, Dumas et Baudelaire ; d’autres sur Picard, De Coster, Pirmez, les débuts de Lemonnier, la fondation et le rôle héroïque de La Jeune Belgique ». De même, en 1906, il salue la visite à Bruxelles de Vittorio Pica, le célèbre critique italien, et rappelle « la vigoureuse propagande en Italie pour la littérature et l’art de notre pays ». À ses yeux, Pica « parla en excellent français et termes fort choisis de La Jeune Belgique » et « fit l’éloge de tous nos poètes qu’il connaissait fort bien, de nos prosateurs, de nos polémistes94 ». En juillet de la même année, il signale le livre « proprement écrit et honnêtement pensé » d’Eugène Gilbert, « critique consciencieux et impartial s’il en fut ». Le Tableau des Lettres françaises dans la Belgique d’aujourd’hui qui fait là aussi la part belle à la Jeune Belgique « sera consulté avec profit par quiconque désirerait se rendre compte de l’importance, de l’originalité et de la variété de la production littéraire dans notre pays95 ». On le voit, l’éthique entre en compte dans l’entreprise historienne, car adopter une vision de l’histoire littéraire belge centrée autour de La Jeune Belgique, c’est faire œuvre juste, honnête, consciencieuse et impartiale. Le temps second de l’histoire permet de réparer les injustices et les incompréhensions du passé. La production historique, pour Eekhoud historiographe, a une fonction compensatrice.

31Aussi, vers 1911-1912, à peu près au moment où il se félicite de la consécration officielle de ses écrivains, paraissent deux textes qui, successivement, répondent à ses vœux et remplissent pleinement la fonction qu’il assigne à l’histoire littéraire, les « Propos de littérature » de Rency et la « miraculeuse aventure des Jeunes Belgiques » de Thiry. Ces deux jeunes écrivains qui n’ont pu être, du fait de leur âge, ni acteurs ni témoins du mouvement, adoptent en effet une attitude d’admiration et déférence face aux Jeunes Belgiques devenus chenus.

  • 96 Il s’agit du recueil des chroniques que Rency a publiées dans La Vie Intellectuelle. Rency (Georg (...)
  • 97 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mai 1911.

32Georges Eekhoud salue la « franchise » et la « raison » de Rency et prend le soin de citer in extenso sa profession d’allégeance aux mannes de la Jeune Belgique présentée comme un héritage dont il faut se montrer digne. Il salue l’« admirable apostolat » de ces Propos96 qui rapportent « les curieux souvenirs sur les Jeunes Belgiques de Lemonnier, Verhaeren, des Ombiaux ». Il fait preuve d’un même enthousiasme pour le texte de Thiry qui consacre le « miracle » de la Jeune Belgique. Là aussi, il salue les qualités morales du texte, « loyal et courtois », il y apprécie la déférence de l’auteur qui se présente en « humble apprenti » et qui construit une analogie qui fait des Jeunes Belgiques les héros d’une « une épopée », « épopée grandiose […] plus belle que les Iliades antiques ; car les héros d’Homère partaient pour détruire, et ceux-ci s’embarquèrent pour créer » et qui « ont fait sortir d’un sol, autant dire inculte, la floraison qui nous émerveille aujourd’hui ». Pour Eekhoud, ce texte arrive enfin à la hauteur de Nautet et forme un « corollaire [à ses] études plus approfondies, quoique un peu prématurées97 ». Georges Eekhoud obtient enfin le monument qu’il recherchait, une histoire de La Jeune Belgique taillée, pour l’éternité, dans un marbre, antique de surcroît.

  • 98 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1905.
  • 99 L’auteur de la loi sur la moralité littéraire, voir plus haut.
  • 100 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mai 1905.
  • 101 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1910.

33Par ailleurs, Eekhoud l’historiographe se montre-t-il jaloux et prend soin de corriger, voire de réfuter les historiens qui auraient le coup de ciseau moins flatteur ou qui choisiraient un marbre moins pur. En 1905, s’il goûte « notamment les lignes qu’il consacre à Max Waller, à La Jeune Belgique », il reproche à Van den Bosch de confondre « avec trop de largesse de bons écrivains avec de très minimes amateurs » et « les simples publicistes et les artistes de l’écriture, les rimailleurs et les poètes98 ». La même année, il appelle de ses vœux un ouvrage officiel qui pourrait « glorifier la Belgique pour son activité littéraire et artistique », mais il se révolte quand il constate que l’ouvrage, confié à Woeste99, servira « surtout à glorifier la Belgique cléricalisée et tartufiée100 ». On voit les mêmes réserves dans sa réception de l’Histoire des Lettres françaises de Belgique de Chot et Dethier quand il leur reproche « le trop d’indulgence pour d’innombrables gens de lettres qu’ils n’auraient même pas dû citer et qui représentent un mob de plus en plus écœurant et encombrant ». À cette indulgence pour le mob, Eekhoud oppose les études consacrées à Lemonnier, Picard, Verhaeren, Maeterlinck, Demolder et Giraud101.

  • 102 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1908.
  • 103 Ibid.
  • 104 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1909.
  • 105 Wilmotte (Maurice), La Culture française en Belgique : le passé littéraire, les conflits linguist (...)
  • 106 Ibid., p. 38.
  • 107 Ibid., p. 360.

34De critique amical, Georges Eekhoud se fait offensif quand il s’agit de répondre à des attaques. Il prend parti contre Mirbeau et son « automobile 628 E » qui « ne se borna pas, comme la plupart de ses pareilles, à écraser quelque piéton isolé, mais qu’elle a prétendu réduire en bouillie tout un pays et un peuple, à commencer par ses artistes102 ». Là aussi, c’est à la morale qu’il fait appel : « Vous connaissez M. Mirbeau ; il est donc inutile de vous édifier sur ses procédés d’écrivain et sur la valeur de sa critique103. » De même, Eekhoud tranche, longuement et avec autorité, le débat qui interroge les origines catholiques de La Jeune Belgique104. Dans le même ordre d’idée, il réfute comme « un peu tendancieux […] les chapitres consacrés à notre passé littéraire » de La Culture française en Belgique105 de Maurice Wilmotte. Il est vrai que ce dernier y note notamment qu’Albert Giraud « fonda [La Jeune Belgique] en 1880 avec Max Waller, Gilkin et d’autres jeunes gens moins doués106 » et que, surtout, il s’oppose au récit de l’invention du littéraire en Belgique par la revue : « on a cru devoir, en Belgique, proclamer l’avènement de lettres nationales, ce sont ces écrivains-là qui furent hissés sur le pavois, qui prirent la tête et les rênes pour une parade sans portée ni lendemain107 ». En outre, Wilmotte a peut-être, aux yeux d’Eekhoud, le tort d’émettre des réserves sur le mouvement, tout en le résumant à grands traits et en soulignant sa stratégie générationnelle :

La Jeune Belgique parut alors, groupant de très jeunes hommes de lettres, dont certains étaient doués d’un talent, robuste ou mièvre. Ces novateurs avaient au moins une sorte d’expérience ; ils savaient combien le Belge est anti-littéraire, et que les rares places à prendre dans le monde des lettres étaient, chez eux, toutes occupées par des écrivains qui, pour la plupart, retardaient de cinquante ans.

Bien résolus à triompher de l’indifférence publique et à conquérir une notoriété, si mal justifiée chez d’autres à leur sens, ils mêlèrent beaucoup d’amertume et de critique agressive à leur productivité et se montrèrent impitoyables pour les hommes de la génération précédente. Ils ne firent d’exception, soit à dessein, soit parce que l’évidence guidait leur jugement, que pour deux ou trois talents méconnus.

  • 108 Discours à la cérémonie des Cours d’instruction populaire, « La Littérature, école d’éthique et d (...)
  • 109 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1910.
  • 110 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1912.
  • 111 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1912.

35On voit combien les chroniques de Georges Eekhoud accompagnent, amplifient, encouragent l’édification du monument historien de La Jeune Belgique. Au cours des années, le récit d’une Jeune Belgique moteur miraculeux de l’histoire littéraire belge se construit peu à peu, à la faveur de chaque livre de témoignage, de chaque récit historique, mais aussi de chaque bataille médiatique et de chaque enquête journalistique promue en événement. À chaque fois, comme dans l’ensemble de sa critique littéraire, c’est l’idée de la probité qui anime Eekhoud dans son jugement historien et dans sa perception du temps présent, envisagé comme une histoire en construction. Pour l’auteur du discours sur la « Littérature, école d’éthique et d’esthétique108 », il y a l’idée d’une juste réparation, d’une gratification des efforts passés et d’une reconnaissance. Aussi assiste-t-on progressivement à un phénomène parallèle : une fois la grandeur de La Jeune Belgique reconnue par le public et les institutions belges, il s’agit de veiller, avec probité toujours, à l’équanimité du jugement de la postérité. Eekhoud fait alors preuve d’une irritation croissante à l’égard des gagnants du jeu de la gloire et il tente de rétablir la balance, par sa tribune, en faveur de ceux qui n’ont pas eu leur juste part de lumière. Il déplore que Giraud, « cet aristocrate », « n’a pas rencontré de pairs dans son pays » et le montre en « antipode de M. Émile Verhaeren », contrebalançant le danger du « prestige de Verhaeren », en rappelant qu’ils se sont « partagé la direction de notre mouvement poétique109 ». Son irritation apparaît de plus en plus nettement à l’égard de Maeterlinck nobélisé, et il souligne l’« absence complète de nos écrivains » et la présence de « banquiers et négociants » qui « célébrèrent les 200 000 francs de M. Maeterlinck plutôt que son talent d’écrivain110 ». De même, il critique le prix triennal attribué à Maeterlinck pour l’Oiseau Bleu et renchérit sur l’article de La Plume de Des Ombiaux en considérant que le prix doit être un encouragement à un débutant. Il lui semble « ridicule » de consacrer « un auteur de la vogue délirante de Maeterlinck », déjà fort riche de surcroît. C’est ainsi enfin qu’il milite pour un théâtre national, « scène française d’auteurs belges », où « de préférence à des œuvres de Maeterlinck ou de Verhaeren, nous voudrions voir représenter […] des œuvres très belles et non encore estimées à leur valeur, les pièces quasi-inconnues de MM. Henry Maubel, Ivan Gilkin, Albert Giraud et de bien d’autres encore ». Maubel, Gilkin, Giraud ce sont bien là les « perdants » du groupe qu’il voudrait enfin voir reconnus111.

  • 112 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1897.
  • 113 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1914.
  • 114 Ibid.
  • 115 Pour reprendre l’expression de Bertrand et Provenzano dans leur article sur l’enquête sur l’évolu (...)
  • 116 Pour suivre la chronologie établie par Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographi (...)

36Dès sa première chronique au Mercure, Eekhoud se plaint de la faible qualité du public belge, en l’occurrence celui des Expositions, « encore moins compréhensif et cultivé que celui des villes d’eaux et des bains de mer112 ». Sa dernière chronique113, avant que la guerre et ses suites ne mettent un terme à sa collaboration, signale en revanche plusieurs publications de la collection Junior, dont celle d’un roman de Pierre Broodcoorens « un des “Jeunes” que Camille Lemonnier considérait à juste titre comme de sa race et de sa lignée114 ». Elle signale en outre la parution d’un texte de Gilkin dans L’Anthologie des Écrivains belges de langue française. Ces quelques faits d’actualité éditoriale montrent le chemin parcouru. Il y a désormais un public pour lire les textes des anciens de La Jeune Belgique, qui ont alors atteint pour la plupart un statut de classiques consacrés par leur publication dans une édition anthologique et institutionnelle. En outre, le progrès ne s’arrête pas là : il y a aussi désormais un public pour leurs héritiers, de jeunes écrivains qui prolongent le combat des anciens pour une littérature belge de langue française. La floraison n’a pas été éphémère, elle a continué, ou plutôt, elle a pollinisé de nouvelles fleurs. Elle est parvenue à constituer une « race » et une « lignée » qui continue l’œuvre de La Jeune Belgique. À ce progrès, Georges Eekhoud et sa « Chronique de Bruxelles » au Mercure de France prennent part : il y a patiemment et inlassablement contribué à construire et à imposer une histoire littéraire, éternellement éblouie, de la divine surprise de La Jeune Belgique. Bien sûr, et on l’a vu dans le présent article, Eekhoud n’œuvre pas seul. Ses chroniques, loin d’être une parole isolée, reprennent, citent, synthétisent, complètent et commentent d’autres propos, d’autres articles, qui proviennent souvent de ses anciens camarades de l’époque de La Jeune Belgique, qui fournissent l’équivalent d’un véritable laboratoire historiographique115. Il relaie constamment la pensée des Delattre, Demolder, Verhaeren, Picard. Aussi les chroniques, depuis leur surplomb parisien, agissent-elles à la manière d’une chambre d’écho ou plutôt d’une caisse de résonance qui transmet les idées de La Jeune Belgique du xixe siècle au xxe, de Bruxelles à Bruxelles en passant par Paris. Aussi, ces chroniques qui forment un corpus riche et volumineux valent comme documents précieux qui permettent de saisir au cours des années la polyphonie des acteurs d’un mouvement qui peu à peu prend le pouvoir et impose sa vision de l’histoire. En cela, ce corpus permet de suivre au plus près la phase essentielle de l’historiographie belge, celle où il s’agit de « construire l’histoire116 » et Georges Eekhoud s’y montre à la fois acteur, témoin, commentateur et théoricien de cette construction. Quand Eekhoud meurt en 1927, le Mercure de France ne l’a pas oublié. Il publie une nécrologie élogieuse, signée « A. F. » (vraisemblablement André Fontainas, ami d’Eekhoud) :

  • 117 A.F. [Fontainas (André)], « Mort de Georges Eekhoud », dans Mercure de France, juin 1927.

Mort de Georges Eekhoud. Il est né à Anvers en 1854. Il fut, sous la direction de Max Waller, avec Verhaeren, Rodenbach, Gilkin, avec Albert Giraud survivant, un des fondateurs de La Jeune Belgique. Groupe admirable d’écrivains au grand cœur, à la pensée désintéressée, ils ont, pendant un temps assez long, lutté, en dépit des injures et des sottises dont on tentait de les salir ; ils ont suscité, dans ce pays belge endormi de jouissance et de facile béatitude, une vie littéraire, comme, de leur côté et à la même époque, Edmond Picard et Octave Maus suscitaient un réveil prodigieux de la vie artistique. L’œuvre personnelle d’Eekhoud est considérable117. […]

37On peut penser qu’Eekhoud aurait été heureux d’un tel texte qui met Max Waller et La Jeune Belgique au départ de toute son existence, avant son œuvre personnelle et, ce, à tel point que sa longue et abondante collaboration au Mercure n’y est pas mentionnée. Serait-ce à dire que pour le Mercure – ou du moins pour A. F. –, Eekhoud est l’homme d’un seul journal, La Jeune Belgique, qu’il a défendue et promue comme origine et objet de l’histoire littéraire de Belgique ?

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons cette expression au titre de l’ouvrage collectif suivant : Trousson (Raymond), Cels (Jacques), De Decker (Jacques), Engel (Vincent), Goosse (André), Delsemme (Paul), 1920-1995 : un espace-temps littéraire. 75 ans de littérature française en Belgique, Bruxelles, arllfb, 2007. Disponible sur www.arllfb.be.

2 Diaz (José-Luis), « Avatars journalistiques de l’éloquence privée », dans Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève), Vaillant (Alain), dir., La Civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde Éditions, coll. Opus magnum, p. 691-715.

3 Carvalhosa (Sandrine), « Chronique journalistique et causerie : rapports, formes, enjeux », dans Carnets. Revue électronique d’études françaises de l’apef, novembre 2014.

4 Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque : le « hard labour » de Georges Eekhoud entre Anvers, Paris et Bruxelles, Leuven University Press, 2017.

5 Gonne (Maud), « La Wallonie dans les “Chroniques de Bruxelles” de Georges Eekhoud. Une médiation sélective des lettres belges », dans Aron (Paul) et Dessy (Clément), Textyles, n° 58, Georges Eekhoud. Autre vie, autre vue, Hévillers, Ker éditions, 2020.

6 Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq (Nord), Presses Universitaires du Septentrion, 1999.

7 D’autres pistes restent à explorer, notamment, les réutilisations constantes de passages empruntés au reste de l’œuvre, réécrits, recomposés et transplantés qui relient l’œuvre journalistique à l’œuvre fictionnelle tout en créant une architecture secrète qui unissent les œuvres entre elles.

8 Lettre d’Émile Verhaeren à Georges Eekhoud de juillet 1897, citée par Mirande (Lucien), Eekhoud le rauque, op. cit., p. 112 et suivantes.

9 Lettre de Georges Eekhoud à André Fontainas du 27 février 1901, citée par Lucien (Mirande), op. cit., p. 100.

10 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune Belgique, arllf, 2000, p. 34.

11 Gilkin (Iwan), « Quinze années de littérature », dans La Jeune Belgique, novembre-décembre 1895.

12 Dumont (Georges-Henri), « Quand le Coq rouge plantait ses ergots sur la Jeune Belgique (1895-1897) », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, tome lxix, 1991, p. 238-255.

13 Demolder (Eugène), Petit Bleu cité par Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1905, p. 298.

14 Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge. Une anthologie, Lyon, ens Éditions, 2014, p. 7-31.

15 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1902.

16 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1908.

17 Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge, op. cit.

18 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1912.

19 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1900.

20 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1908.

21 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1900.

22 Ibid.

23 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1912.

24 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1908.

25 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1910.

26 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1914.

27 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1913.

28 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1904.

29 Ibid.

30 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1902.

31 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1902.

32 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1904.

33 Messet (H.), « Lettres néerlandaises », dans Mercure de France, mai 1905.

34 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1900.

35 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1904.

36 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1904.

37 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1905.

38 Bertrand (Jean-Pierre) et Provenzano (François), « Un laboratoire historiographique : l’Enquête sur l’évolution littéraire en Belgique (1891-1892) », dans Romantisme, vol. 149, n° 3, 2010, p. 77-89.

39 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1905.

40 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1900.

41 Dans un chapitre de ses souvenirs consacrés à La Jeune Belgique, intitulé « La vie de café », Valère Gille déclare en effet que « Ce sont les mœurs de la gent littéraire de Paris que, par imitation boulevardière, Max Waller a importées chez nous. » (Gille [Valère], La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, Bruxelles, Office de publicité, 1943, p. 37, cité dans Fäcker [Julie], « Lieux d’écrivains », dans Aron (Paul) et Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n° 47, Bruxelles, une géographie littéraire, 2015, p. 109-122)

42 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1901.

43 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1901.

44 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, août 1898.

45 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1900.

46 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1902.

47 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1905.

48 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1906.

49 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1900.

50 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1908.

51 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1913.

52 Guyaux (André) et al., La Querelle de la statue de Baudelaire : août-décembre 1892, [actes d’un séminaire qui s’est tenu à la Sorbonne en 2003-2004 et en 2005-2006], Presses Paris Sorbonne, 2007.

53 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1902.

54 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1911.

55 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1913.

56 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, 16 octobre 1913.

57 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, novembre 1912.

58 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1910.

59 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1911

60 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1912

61 La Jeune Belgique, mars-avril 1889.

62 Bertrand (Jean-Pierre) et Provenzano (François), « Un laboratoire historiographique », op. cit.

63 Ibid.

64 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1904.

65 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1902. Le poste de conservateur du musée Wiertz était considéré comme une sinécure que le gouvernement belge réservait à des écrivains consacrés.

66 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1903.

67 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1905.

68 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1902.

69 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1911.

70 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1900.

71 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1901.

72 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1908.

73 Ibid.

74 Par exemple dans Aron (Paul), « Littérature et politique en Belgique francophone », dans Geest (Dirk de) et Meylaerts (Reine), Literaturen in België, Peter Lang, 2004, p. 241-254 ; dans Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge, op. cit.

75 Par exemple, dans Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque, op. cit., p. 66.

76 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1901.

77 Ibid.

78 Ibid.

79 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, octobre 1901.

80 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1903.

81 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1907.

82 Ibid.

83 Ibid.

84 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1908.

85 Mouvement mis en abyme dans la pièce.

86 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1910.

87 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1910.

88 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1910.

89 Ibid.

90 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juillet 1903.

91 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1905.

92 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mars 1905.

93 Gilbert (Eugène), Contemporary French Literature in Belgium, Universal Exhibition of Saint-Louis, Kingdom of Belgium, Louisiana Purchase Exposition, 1904 (Saint-Louis, Missouri), Belgique, Bruxelles, [1904].

94 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1906.

95 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1906.

96 Il s’agit du recueil des chroniques que Rency a publiées dans La Vie Intellectuelle. Rency (Georges), Propos de littérature, Bruxelles, aeb, 1 912.

97 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mai 1911.

98 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1905.

99 L’auteur de la loi sur la moralité littéraire, voir plus haut.

100 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, mai 1905.

101 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1910.

102 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, janvier 1908.

103 Ibid.

104 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1909.

105 Wilmotte (Maurice), La Culture française en Belgique : le passé littéraire, les conflits linguistiques, la sensibilité wallonne, l’imagination flamande, Paris, Champion, 1912.

106 Ibid., p. 38.

107 Ibid., p. 360.

108 Discours à la cérémonie des Cours d’instruction populaire, « La Littérature, école d’éthique et d’esthétique », août 1914.

109 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1910.

110 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1912.

111 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1912.

112 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, septembre 1897.

113 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, juin 1914.

114 Ibid.

115 Pour reprendre l’expression de Bertrand et Provenzano dans leur article sur l’enquête sur l’évolution littéraire en Belgique, op. cit.

116 Pour suivre la chronologie établie par Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge, op. cit.

117 A.F. [Fontainas (André)], « Mort de Georges Eekhoud », dans Mercure de France, juin 1927.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara Sadoun-Édouard, « Les « Chroniques de Bruxelles » de Georges Eekhoud (1897-1914) »Textyles, 58-59 | 2020, 77-104.

Référence électronique

Clara Sadoun-Édouard, « Les « Chroniques de Bruxelles » de Georges Eekhoud (1897-1914) »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3897

Haut de page

Auteur

Clara Sadoun-Édouard

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search