Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59Georges EekhoudEekhoud le caméléon

Georges Eekhoud

Eekhoud le caméléon

Profil et parcours linguistique d’un médiateur (pour prolonger un livre récent1)
Rainier Grutman
p. 127-152

Texte intégral

Flirter avec les frontières

  • 1 Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque. Le « hard labour » de Georg (...)
  • 2 Simons (Ludo), « Anvers : ville de Henri Conscience ou de Georges Eekhoud ? », dans Septentrion, (...)

1Dans un article où il compare Henri Conscience et Georges Eekhoud en tant qu’écrivains d’Anvers, Ludo Simons note au sujet du second : « Eekhoud, marginal de la libido comme de la langue, désargenté pour avoir dilapidé l’héritage de parents tôt disparus, candidat-officier renvoyé de l’École des Cadets et reconverti dans le journalisme à Bruxelles, ne trouva jamais à s’intégrer dans la société2. » Bien qu’elle trahisse la mentalité de l’époque – on ne parlerait plus aujourd’hui de « marginalité », s’agissant des préférences sexuelles d’Eekhoud – la formule « marginal de la libido comme de la langue » fait mouche à cause des parallèles qu’elle établit. Entre la libido et la langue (ou « lalangue », dans l’orthographe lacanienne) d’une part, entre les domaines (socio) sexuel et (socio) linguistique d’autre part, deux domaines où Eekhoud, faisant fi des conventions, flirtait volontiers avec les frontières.

  • 3 Eekhoud (Georges), « Jan Vogelzang et Frans Printemps », dans Mercure de France, vol. cxxxii, n°  (...)
  • 4 Ibid., p. 28.
  • 5 Ibid., p. 27.
  • 6 Ibid.

2On les trouve associés dans une nouvelle des Dernières Kermesses qui commence par une sorte d’éloge de la « bâtardise » comme fait naturel et où l’on peut lire que « l’ambigu de la race nous intrigue autant que l’équivoque du sexe3 ». Le premier de ces qualificatifs s’applique au protagoniste, Jan Vogelzang, fils d’un père flamand et d’une mère française, et chez qui, de ce fait, « le Nord et le Midi se donnaient […] la réplique, […] une émission latine adoucissa[n]t une diphtongue flamande4 ». C’est qu’en plus d’être le résultat d’un croisement entre deux ethnies (« Du Parisien il tenait la cambrure dégourdie […] ; mais du Flamand il avait déjà adopté la carrure plus épaisse »), il incarne le croisement linguistique : Jan parlait « également la langue paternelle et l’idiome maternel, […] à telle enseigne qu’il eût pu aussi brillamment donner la réplique à quelque gavroche que tenir tête aux plus mal embouchés des rôdeurs de l’Escaut5 ». Quant au deuxième qualificatif, on l’attribuera plus volontiers au narrateur de la nouvelle, qui couve d’un regard non exempt de convoitise l’effet « des plus harmonieux » que produit chez ce jeune homme la rencontre des races et des langues. Selon ses propres dires, il le « scrut[e] avec [une] indiscrétion plutôt sympathique6 » :

  • 7 Ibid., p. 27. Plus loin, le tempérament équilibré de « ce Poldérien mi-français mi-flamand à la f (...)

Un charme singulier émanait de ce jeune villageois. Il semblait qu’en sa personne composite les nerfs du Français combatissent [sic] la consistance un peu lourde du Flamand et, réciproquement, que la pondération, la solidité de celui-ci fissent contrepoids à l’instabilité et à la turbulence méridionales7.

3Mais il ne faut pas attendre la fin de sa carrière pour découvrir l’intérêt d’Eekhoud pour l’hybridité. Dès 1894, il consacre un tableau de son Histoire vivante de l’épée (sous-titre de L’Escrime à travers les âges) à « la chevalière d’Éon », soulevant la question, fort débattue au xviiie siècle, du sexe de ce célèbre espion de Louis XV. Eekhoud fait dire à un de ses personnages, Lord Brougham :

  • 8 Eekhoud (Georges), L’Escrime à travers les âges. Histoire vivante de l’épée, en dix tableaux épis (...)

Le piquant de ce mystère c’est que lorsque notre hôte portait des vêtements d’homme, il faisait songer à une femme et qu’à présent, vêtu en demoiselle, on dirait souvent un cavalier travesti, d’autant plus qu’il mêle toujours quelque chose du vêtement masculin aux cotillons de la bachelette8 !…

  • 9 Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1 (...)

4On sait la place qu’occupe « l’équivoque du sexe » dans son œuvre depuis la lecture queer qu’en a proposée Mirande Lucien dans une série d’éditions de textes, parues pour la plupart à l’enseigne des éditions lilloises gkc (GayKitschCamp), puis dans sa thèse, Eekhoud l’étranger, soutenue à l’Université Charles-De-Gaulle Lille III en 1997 et publiée sous le titre Eekhoud le rauque9. Vingt ans plus tard, la critique se penche sur la dimension interculturelle de son œuvre. Elle se trouve au centre de la thèse soutenue par Maud Gonne à la kuleuven en 2015 et intitulée « Mon hard labour à moi ». Traduction ou recyclage culturel ? Le rôle médiateur de Georges Eekhoud au tournant du vingtième siècle. Une version remaniée vient d’en paraître sous le titre Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque.

5Le cadre théorique des deux thèses est fort différent. Là où Lucien s’inspire surtout de la psychanalyse, Gonne s’abreuve plus volontiers aux sources de la sociologie, puisant notamment dans les travaux de Pierre Bourdieu et de Bruno Latour. Les deux chercheuses réussissent à décloisonner les lettres belges, qui en situant Eekhoud dans le réseau international des « uranistes » ou « invertis-nés », comme on disait à l’époque, qui en insistant sur la dimension interculturelle et traductionnelle de sa trajectoire « entre Anvers, Paris et Bruxelles ».

  • 10 Eekhoud (Georges), « Souvenirs », dans La Belgique artistique et littéraire, t. 35, n° 123 1er j (...)
  • 11 Virrès (Georges), « Discours », dans barlff, vii, 3, 1929, p. 90.

6Elles nous fournissent aussi un portrait plus complet d’une figure complexe, dont le parcours échappe à bien des oppositions binaires. D’une part, comme on vient de le voir dans le portrait de Jan Vogelzang, Eekhoud injecte une dose d’homosexualité dans la doctrine naturaliste des tempéraments, davantage appliquée aux cas cliniques de rut hétérosexuel (de Zola à Lemonnier en passant par les Goncourt et Maupassant). D’autre part, « quoique le français soit [s]a langue maternelle, la langue de [s]a pensée et de [s]a sensibilité, et qu’[il] estime les traditions latines au-dessus de toutes les autres », Eekhoud dit avoir un « faible pour la littérature et l’art d’expression flamande10 ». Un autre francophone de Flandre, le Limbourgeois Georges Virrès (Henry Briers à l’état civil), citera ces lignes de 1914 dans l’éloge de son prédécesseur à l’Académie royale de langue et de littérature françaises, réunie en séance publique le 13 octobre 1928, avant de conclure : « Voilà ce que pensait […] le plus Flamand des écrivains de langue française11. »

  • 12 Van Puymbrouck (Herman), Georges Eekhoud en zijn werk, Antwerpen-Amsterdam, De Nederlandsche boe (...)
  • 13 Je résume Van Puymbrouck : « Hij schreef Fransch, en dit was stellig een dwaling, doch een dwali (...)
  • 14 Je traduis Van Puymbrouck : « mocht hij de taal van het volk niet meer tot de zijne maken, hij h (...)

7Du côté des néerlandophones, Eekhoud avait également droit à cette sorte de dénomination d’origine contrôlée. Herman Van Puymbrouck prend longuement la peine d’expliquer « l’anomalie12 » que constituait à ses yeux l’écriture française en Flandre, mais il distingue Eekhoud de « franskiljons » comme Lemonnier, Verhaeren ou Maeterlinck. Eekhoud, dit-il en substance, écrit également en français en raison de son origine sociale et de son éducation mais prit conscience de cette « erreur » (dwaling) plus tard, trop tard certes pour pouvoir changer de langue d’écriture, mais non pour se rapprocher du peuple flamand13. Obligé « d’écrire en français ou de ne pas écrire du tout », il tenait à son identité flamande : « incapable de faire sienne la langue du peuple », Eekhoud « l’entoura néanmoins d’une adoration et d’un amour auxquels on ne peut pas s’attendre d’habitude de la part d’un Belge francophone14 ».

8Eekhoud était en contact avec Van Puymbrouck pendant la rédaction de cette biographie. Des lettres d’août 1912 le montrent fournissant des renseignements sur sa double ascendance maternelle et paternelle, priant le biographe d’« insister sur [s]on éducation française » mais de noter « qu’il n’y a[vait] point de fransquillonisme ou de haine du flamand chez les [s]iens. Seulement le français était la langue de la haute bourgeoisie, du gros commerçant et des patriciens. » (ER, p. 19 et HL, p. 91) Chose curieuse cependant, alors même qu’il n’hésite pas à se présenter sous un jour favorable, Eekhoud ne cherche à aucun moment à contredire ou à démentir l’affirmation de Van Puymbrouck selon laquelle il n’avait guère réussi à s’approprier le flamand écrit, ce qui lui aurait pourtant attiré les sympathies du public néerlandophone auquel s’adresse cette biographie… Il ne le fera pas non plus dans les annotations portées sur son propre exemplaire, conservé à la bibliothèque patrimoniale d’Anvers (Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience). Ce sont à mon avis autant d’indices du fait qu’il ne voulait pas revendiquer ce qu’il ne pouvait pas objectivement revendiquer, à savoir une maîtrise active du flamand/néerlandais qui lui eût permis d’écrire et de publier dans cette langue. Plusieurs autres indices dans ce sens apparaîtront au fil des pages qui suivent. Pris ensemble, ils conduisent à une seule conclusion : Eekhoud était probablement bilingue dans la vie quotidienne mais son usage du flamand local (le brabançon d’Anvers) se limitait à une pratique orale. Jointe à sa connaissance scolaire de l’allemand et de l’anglais, cette pratique devait certes lui faciliter la lecture (et la traduction) du néerlandais. En revanche, l’état actuel de nos connaissances ne permet pas d’affirmer hors de tout doute qu’il aurait produit des textes ou des traductions en néerlandais. Comme nous le verrons maintenant, les exemples a contrario allégués dans la thèse de Maud Gonne ne résistent pas à un examen plus serré et ne permettent pas de dire d’Eekhoud qu’il était un écrivain bilingue (c’est-à-dire ayant lui-même écrit en deux langues).

Souvenirs suisses et confidences anglaises

  • 15 Voir sa lettre de 1893 à Henry van de Velde, révélée par Guiette (Robert), Max Elskamp, Paris, S (...)
  • 16 Mirande Lucien a étudié le soin qu’il prit à effacer les traces trop visibles de ses propres pré (...)

9Qu’il ait apprécié la langue savoureuse du terroir et du peuple anversois, il n’y a pas lieu d’en douter. Comme Max Elskamp15, Anversois lui aussi, il regrettait d’être coupé du flamand, qui n’était pas pour eux un « patois » conspué mais un parler aimé. Contrairement à Elskamp toutefois, Eekhoud allait davantage intégrer l’identité flamande à sa posture d’écrivain. Sa grande capacité d’adaptation n’est pas sans rappeler le caméléon, image d’ailleurs utilisée par Maud Gonne (HL, p. 104). On peut l’expliquer de plusieurs façons. La psychologie ferait intervenir les astuces que doit développer l’homosexuel obligé de rester « dans le placard » et de cacher son identité réelle dans une société certainement pas prête à accueillir cette différence16. La sociologie, quant à elle, se pencherait sur son habitus. Une telle enquête révélerait deux choses qui méritent d’être soulignées. La première a trait au profil social d’Eekhoud, la deuxième à son parcours linguistique.

10Concernant le premier aspect, Mirande Lucien (ER, p. 13-196) a remis les pendules à l’heure. Après de patientes recherches dans les archives doublées d’interviews, elle a fini par dynamiter le roman familial qu’Eekhoud s’était construit et que ses biographes successifs s’étaient contentés de répéter. Loin de pouvoir revendiquer le pedigree bourgeois qu’ils lui prêtent volontiers, Eekhoud était issu des classes « moyennes » appelées au xixe siècle à combler l’abîme séparant la noblesse de la paysannerie (les « états » de l’Ancien Régime), puis le patronat des ouvriers. Du fait de leur statut intermédiaire, elles identifient sans peine les vecteurs de la mobilité sociale. Parmi ceux-ci, et en bonne position, la scolarisation dans la langue « légitime » (Bourdieu) parce que cautionnée par l’État. Dans la Flandre où grandit Eekhoud (né le 27 mai 1854), ce ne pouvait être que le français, même si les occupations de ses parents les mettaient encore en contact quotidien avec le peuple d’Anvers. Selon l’acte de mariage de 1853, ils étaient respectivement commis (klerk) et commerçante (koopvrouw) (ER, p. 26). Eekhoud lui-même était donc moins éloigné, socialement parlant, du flamand que des fils de notables comme Maeterlinck ou d’industriels comme Verhaeren.

11Mais il y a un autre élément, plus intéressant à mon avis parce qu’il nous renseigne sur le parcours personnel d’Eekhoud. Quand il évoque son « faible pour la littérature et l’art d’expression flamande », l’auteur en explique comme suit la logique sous-jacente :

  • 17 Eekhoud (Georges), « Souvenirs », op. cit.

Ayant eu l’occasion plus tard de connaître à fond l’allemand et l’anglais, je me serais trouvé ridicule et même quelque peu odieux (n’en déplaise à beaucoup de Belges de mes amis) en m’entêtant à ignorer précisément celle des langues germaniques que parle encore exclusivement (tant pis pour elle aussi) une bonne moitié de la population de nos provinces17.

  • 18 Nature, 5 décembre 1872, p. 89.

12Cet apprentissage des langues, Eekhoud le fit loin de la Belgique. Âgé d’à peine onze ans, le jeune orphelin est envoyé en Suisse par son oncle et tuteur Henri Oedenkoven. Pendant cinq ans, de 1865 à 1870, il fréquente l’institut Breidenstein de Granges, dans le canton de Soleure (ER, p. 29-32). À l’époque, nous apprend un entrefilet de la prestigieuse revue scientifique Nature, cet établissement exclusif était fréquenté par 88 élèves qui ensemble, représentaient quatorze nationalités. En plus, nous dit-on, « These scholars speak nine different languages between them18. » Mirande Lucien rappelle pour sa part la pratique qui consistait à mettre dans une même chambre deux ou trois élèves d’origines diverses dans le but de leur faire pratiquer différentes langues (ER, p. 29).

  • 19 Eekhoud (Georges), « Les origines et les étapes d’une carrière », dans Le Thyrse, t. v, juin 190 (...)
  • 20 Ibid.

13Eekhoud évoquera plus tard « l’étude des principales langues modernes » à l’institut Breidenstein, où eut également lieu « [s]on initiation aux chefs-d’œuvre de toutes les littératures », lus « en grande partie dans la langue originale : Shakespeare, Dante, Goethe, Schiller, Heine, sans parler de presque tous les grands Français et des génies de l’Antiquité : Sophocle, Homère, Eschyle, Virgile, Aristophane et Platon19 ». Un seul auteur belge a droit à une mention : Henri Conscience, qui lui apportait « l’âme et le corps du pays natal20 » (même si Eekhoud l’a vraisemblablement lu dans la traduction de Léon Wocquier, l’original flamand ne devant guère être disponible en Suisse).

14C’est dans ce milieu cosmopolite que le jeune Georges va aiguiser ses talents de caméléon. C’est là, au contact des fils de la grande bourgeoisie européenne, qu’il acquiert l’habitus de la « bonne société », qui restera sa marque distinctive. C’est également pendant ces cinq années – à l’âge crucial de la puberté – qu’il va se façonner une personnalité, développer une curiosité et une ouverture d’esprit inhabituelles pour son milieu d’origine, devenir une sorte d’hermaphrodite social, culturel et linguistique – sans oublier ce qu’on pourrait appeler sa bi-curiosité ou son bilinguisme sexuels. Lucien (ER, p. 30) parle à ce sujet d’une « crise d’identité sociale, dont les effets se sont fait sentir tout au long de sa vie ». Elle insiste aussi sur l’originalité du corps professoral à l’institut, composé de « professeurs étrangers qui, trop imprégnés d’idées libérales, [avaient] dû quitter leur[s] pays après 1848 » (ER, p. 29). Voilà une formation bien différente de celle que pouvaient offrir les pères jésuites du collège Sainte-Barbe de Gand, fréquenté par Verhaeren et Rodenbach, Maeterlinck, Charles van Lerberghe et Grégoire Le Roy.

  • 21 Voir Roland (Hubert), « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne », dans Aron (Pa (...)
  • 22 Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », dans Otten (Michel) et al. (dir.), Études (...)
  • 23 Lettre du 19 juin 1897 à Sander Pierron, reproduite dans Eekhoud (Georges), Mon bien aimé petit (...)
  • 24 Journal d’Eekhoud, 3 avril 1915 (ER, p. 103 ; HL, p. 189).
  • 25 Voir ER, p. 137-141 et plus récemment, Dupont (Wannes), Free-Floating Evils: A Genealogy of Homo (...)

15Eekhoud apprend à bien se débrouiller en anglais, en allemand et même (Suisse oblige) en italien. Des années plus tard, il lit encore assez couramment cette langue pour traduire Giovanni Verga, mais il enseigne en français « Calderòn Della [sic] Barca » (comme il l’appelle dans son journal le 27 mars 1903). Sa maîtrise de l’allemand lui permet de juger de la qualité des traductions de ses œuvres21. Elle lui sert aussi d’intermédiaire pour traduire Ibsen : sa version des Prétendants à la couronne (parue dans la Jeune Belgique en avril-juin 1892) ne part pas du texte norvégien (Kongs-Emnerne) mais de la traduction allemande de Maria von Borch22. Et quand il doit « turbiner23 » pour Hoste, Eekhoud n’hésite pas à farcir les « romans de colportage » que ce dernier lui « donnait à traduire » du flamand, de chapitres entiers tirés de Grimmelshausen, lus en allemand et rapidement traduits en français pour l’occasion24. À tout ceci s’ajoute le rôle important de l’allemand dans la réflexion européenne sur ce qu’on commence alors à appeler l’homosexualité25 : la bibliothèque personnelle d’Eekhoud comprend des ouvrages de Magnus Hirschfeld, Richard Kraft-Ebbing et Eugène Wilhelm (dit Numa Praetorius).

  • 26 Eekhoud (Georges), Mon bien aimé petit Sander, op. cit., p. 137, sic.

16Quant à l’anglais, Eekhoud s’en sert volontiers dans ses lettres à son amant Sander Pierron. Voici un exemple, daté du 28 avril 1897 : « O dearest boy, how I am sad to think you have such horrid task to do but better days will shine and in expecting them we are together is it not26. » Les syntagmes calqués sur la syntaxe française rendent ce texte peu idiomatique et plutôt hybride, à vrai dire : how I am sad to think you have (par opposition à how sad I am when I think of you having to etc.) traduit littéralement « comme je suis triste de penser que tu as » ; is it not cache mal « n’est-ce pas » (la question tag correcte en anglais aurait été « aren’t we ? » ou « are we not? »). C’est également en anglais qu’il consigne dans son journal le récit de ses escapades homosexuelles, par (auto) censure sans doute mais aussi en raison de la place privilégiée qu’occupe cette langue dans son imaginaire libidinal. Même si sa maîtrise est loin d’être parfaite, l’anglais est pour Eekhoud l’idiome des pensées intimes (un peu comme pour Stendhal, lequel cédait volontiers la parole en anglais à « Dominique » dans ses œuvres autobiographiques).

  • 27 Voir ses « Notes sur le théâtre élisabéthain » conservées aux Archives & Musée de la Littérature (...)
  • 28 Mertens (Georges), The Duchess of Malfi en traduction française, mémoire de licence inédit en ph (...)
  • 29 Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », op. cit., p. 77-84.
  • 30 Voir Boudart (Laurence), « Cosmopolitisme et traduction chez les symbolistes belges », dans Arno (...)

17N’oublions pas enfin son intérêt pour Marlowe, Webster, Ford, Beaumont et Fletcher. Eekhoud commente ces dramaturges élisabéthains dans ses cours27 et dans une série d’articles pour La Société nouvelle. Il va surtout les traduire. Vu le temps et l’énergie qu’il leur a consacrés, on peut regretter que ses traductions de l’anglais n’aient plus guère retenu l’attention depuis les travaux lointains de Georges Mertens28 et de Raymond Pouilliart29. Elles ont toutes paru en volume et sont de loin les plus importants travaux de ce type dans la carrière d’Eekhoud. Leur analyse s’impose et viendrait utilement compléter le portrait comme médiateur « entre germanité et latinité » (HL, p. 26), aux côtés de Maeterlinck (également traducteur de Ford) et de deux autres Georges : Destrée (le frère du tribun socialiste) et Khnopff30 (le frère du peintre symboliste).

Le déficit flamand

  • 31 Selon le témoignage d’Albert Ayguesparse, qui fut son élève en 1918, dans une lettre à Mirande L (...)
  • 32 Bladel (Maurice), L’Œuvre de Georges Eekhoud, Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1922, p. 10.
  • 33 Eekhoud (Georges), « Souvenirs », op. cit.

18Le long séjour en Suisse expliquerait pourquoi Eekhoud n’a « pas l’accent flamand31 », à la différence de Verhaeren ou Maeterlinck, par exemple. Loin de sa Flandre natale, il aurait même eu « le loisir d’oublier le flamand, appris en marge du français, sa langue natale » selon la biographie autorisée de Maurice Bladel32. « Longtemps absent d’Anvers et même de la Belgique », dira en 1914 le principal concerné, « je me remis ou plutôt je me mis à l’étude du flamand […] dès ma rentrée au pays33 ». Notons la rectification et l’aveu qu’elle implique. Tout en célébrant le peuple flamand, Eekhoud ne se sent pas assez à l’aise pour se servir de sa langue, du moins à l’écrit. Dans son journal, où il n’emploie jamais le flamand pour s’exprimer à la première personne mais tout au plus pour rapporter des paroles entendues, cette discrétion fait singulièrement contraste avec la présence appuyée de l’anglais, auquel Eekhoud recourt très volontiers, y compris pour ses pensées intimes.

  • 34 Gilkin (Iwan), « Deux livres belges », dans La Jeune Belgique, xiv, 1895, p. 153.

19La langue du terroir flamand brille également par son absence dans ses lettres, ses préfaces et même ses dédicaces, y compris dans des situations pourtant propices à son emploi. Maud Gonne (HL, p. 92-93) fournit à cet égard un exemple si éloquent qu’on a envie de parler d’un acte manqué, comme les freudiens. Elle a découvert que la dédicace choisie par Eekhoud en 1913 pour remercier Herman Van Puymbrouck, son biographe flamand, en plus d’être rédigée en français (ce qui perpétue l’« erreur » dénoncée par ce dernier), reprend textuellement celle qui avait orné jadis (en 1886) un tout autre livre, à savoir les Milices de Saint-François… En 1913, Eekhoud dit communier avec « ceux de chez nous », puis célébrer « [s]a race, [s]on terroir et [s]on sang ». Trente ans plus tôt, ces mêmes élans patriotiques visaient non pas la Flandre mais le pays tout entier. Elles s’adressaient en outre au directeur de La Jeune Belgique, Iwan Gilkin, un parnassien peu friand d’extravagances flamandes, pourfendeur notamment d’Émile Verhaeren et de son style qualifié de « baragouin d’Apache34 ». Si le nouveau destinataire de la dédicace n’y vit que de feu – Van Puymbrouck en fit intercaler une photographie entre les pages 16 et 17 de son livre – l’ironie cruelle de ce recyclage n’échappera à personne : en s’y livrant, Eekhoud faisait-il preuve de naïveté ou d’inconscience ?

  • 35 Voir Vandenbussche (Liselotte), « Een heerlijke symbiose. Auteur-vertaler Lode Baekelmans en Geo (...)

20Son nom orne aussi quelques préfaces de livres parus en néerlandais, mais ce sont des traductions. Le fait est avéré pour Jacob Israël de Haan, qui « a traduit en néerlandais la préface de son propre livre [Pathologieën, 1908], rédigée en français par Eekhoud » (HL, p. 235 n. 31). Il n’y a pas lieu de supposer un autre scénario pour les Vacantiekrabbels (1917, sic) de Lode Baekelmans – qui avait alors déjà traduit plusieurs nouvelles d’Eekhoud35 – ou l’essai de Lode Monteyne (1917) sur Charles De Coster. Affirmer qu’en tant que préfacier, Eekhoud « utilise tantôt le français tantôt le néerlandais » (HL, p. 67) me paraît donc pécher par optimisme.

  • 36 Il signait « Joop » ses lettres à son « beste Meester » (qui répondait toujours en français). Vo (...)
  • 37 Cyriel Buysse est le seul néerlandophone à ne pas s’adresser à lui dans sa langue maternelle mai (...)

21Le même constat vaut pour la correspondance d’Eekhoud, qui ne contient de sa part que des lettres en français, avec peu ou pas d’exceptions (comme nous le verrons plus loin). C’est en français qu’il répond à ses correspondants néerlandophones, que ceux-ci lui écrivent des Pays-Bas, comme l’Amstellodamois de Haan36, ou de la Belgique flamande, comme Stijn Streuvels, Pol de Mont ou Cyriel Buysse37. Il s’adresse également en français à Giovanni Verga, qui donne suite en italien à sa demande de traduire des extraits de La Lupa et Cavalleria Rusticana (ER, p. 287). Même dans sa correspondance avec le militant socialiste et gay Edward Carpenter, dont il possédait un ouvrage en anglais, Eekhoud semble s’en être tenu au français.

  • 38 Berg (Christian), « Le Chemin de Damas de Georges Eekhoud », dans Romanica Gandensia, n° 12, 196 (...)

22Qu’il ne se soit pas senti tenu de s’adapter au régime linguistique d’un disciple (de Haan) ou d’un homme de son âge (Buysse), cela se conçoit. Mais Eekhoud omet également de le faire dans une relation épistolaire asymétrique où il n’est pas en position de force. Il adresse ainsi des remerciements presque obséquieux, mais en français, à un homme de lettres flamand établi. Rendant compte dans le Handelsblad d’Anvers de l’essai d’Eekhoud sur Conscience, August Snieders lui conseille de revenir à son instinct flamand et d’abandonner le « pittoresque » (selon le titre de son dernier recueil de vers, paru à Paris en 1878). Le même jour, le jeune Eekhoud (alors âgé de 27 ans) répondra dans une lettre retrouvée et reproduite par Christian Berg38 :

Croyez que je n’oublierai jamais ce précieux appui que vous me donnez. Dès maintenant mon œuvre sera essentiellement flamande. Comme vous l’écrivez si bien, j’ai vu clair et je m’amende. J’ai rencontré mon chemin de Damas en traçant les pages qui vous ont plu, c’est mon cœur de Flamand qui a parlé et qui s’est débarrassé du fatras exotique, du faux, du clinquant parisien.

Avec les encouragements d’écrivains de votre autorité j’espère pouvoir servir en soldat dévoué notre chère cause flamande. […] Je vous le répète comptez sur moi.

  • 39 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, n° 153, septembre 1902, p (...)
  • 40 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, n° 154, octobre 1902, p.  (...)

23Cette lettre est datée du 29 septembre 1881, année que va épingler Eekhoud vingt ans plus tard dans ses articles du Mercure de France. En septembre 1902, il encourage les jeunes écrivains « flamands de race, de sentiment, et d’éducation » à changer de cap, à « choisir la langue néerlandaise pour leur instrument, afin de s’interpréter avec plus d’ardeur, et de se rapprocher plus étroitement de leurs lecteurs naturels39 ». Le mois suivant, il leur enjoint de prendre le « parti héroïque et logique [d’]adopter le néerlandais, leur langue maternelle, pour leur langue littéraire40 ». Après avoir souligné que ce choix avait été « matériellement impossible » pour les hommes de sa génération, il déclare « en toute conviction et en toute sincérité » qu’il en ferait autant maintenant :

  • 41 Ibid., p. 249.

Aujourd’hui, si je savais le flamand et si j’étais en âge de débuter dans les lettres, je ne serais plus arrêté par les considérations qui me guidaient en 1881 ; je me servirais avec prédilection de cette vraiment belle langue dans laquelle écrivirent les Vondel et les Bilderdijk et dans laquelle excellent aujourd’hui les Stijn Streuvels et les Pol de Mont41.

24N’interprétons pas la formule « si je savais le flamand » comme voulant dire qu’Eekhoud l’ignorait totalement. Tout porte à croire qu’il parlait le brabançon, dialecte typique de la province anversoise où il avait passé les onze premières années de sa vie (de 1854 à 1865), puis où il était retourné vivre de 1873 à 1881, année de son déménagement à Bruxelles. Mais il n’avait pas appris à écrire le flamand, ni en Belgique ni en Suisse, de telle sorte qu’il en entreprend l’étude seulement à son retour de Suisse, selon le témoignage déjà cité. Or Eekhoud, alors âgé de dix-neuf ans, a depuis longtemps passé le seuil critique où l’apprentissage d’une langue se fait sans heurt, de sorte que sa réticence à écrire dans « cette vraiment belle langue » ne s’explique que d’une seule manière : il en était tout bonnement incapable.

  • 42 Maeterlinck (Maurice), « Commémoration inutile », dans Le Figaro, 5 juillet 1902, p. 1. Voir Van (...)

25Notons également le timing de ces chroniques souvent citées. Eekhoud les écrit pendant l’été de 1902, quand la question linguistique fait les manchettes en raison des déclarations fracassantes de Maeterlinck dans Le Figaro du 5 juillet. Il y avait qualifié d’« inutile » la commémoration de la Bataille des Éperons d’or, dont on s’apprêtait à souligner le 600e anniversaire, et avait tiré à boulets rouges sur le « parti flamingant », composé selon ses dires « d’une poignée d’agitateurs que leur naissance obscure au fond des fermes et une éducation tardive ont rendus incapables d’apprendre le français ». Dans la foulée, il s’était moqué du « vaseux jargon » dans lequel « ils prétendent retremper l’âme de la Flandre42 ».

  • 43 Maeterlinck (Maurice), « Un anniversaire inutile », dans Le Figaro, 14 juillet 1902, p. 2. Voir (...)

26Devant la levée de boucliers, Maeterlinck publiera le 14 juillet 1902 une sorte d’amende honorable où il cherchera à réhabiliter « Le flamand véritable, tel que l’écrivent les Cyriel Buysse, les Stijn Streuvels, les Pol de Mont, tel que l’écrivait un excellent poète mort récemment, Guido Gezelle43. » Ce n’est pas par hasard que trois mois plus tard, Eekhoud mentionne les mêmes noms : il avait à l’esprit (voire sous les yeux) les textes de Maeterlinck au moment de méditer ses chroniques.

  • 44 Lettre de Georges Eekhoud à Pol de Mont, 23 juillet 1902 (cote kbr mss : II 7830/1).

27Pendant ce même mois de juillet, Eekhoud contacte l’un des écrivains en question, Pol de Mont, pour lui demander des renseignements sur la littérature flamande en vue d’une « histoire de l’âme flamande par l’histoire du verbe flamand44 ». Et de lui recommander ses articles à paraître dans le Mercure de France :

  • 45 Lettre de Georges Eekhoud à Pol de Mont, 11 septembre 1902 (cote kbr mss : II 7830/2). Pol de Mo (...)

Vous y trouverez des déclarations de nature, je crois, à réjouir votre brave cœur flamand. Dans la chronique pour octobre j’insiste sur le flamand à adopter comme langue littéraire par les écrivains (ajouté : belges) de l’avenir (ajouté : du moins par ceux de nos provinces flamandes) et j’explique comment et pourquoi les J[eune] B[elgique] flamands de 1881 à 1895 et de ce jour, se virent contraints de s’interpréter et de se produire en langue française45.

28Pol de Mont était toutefois bien plus militant que ne le laisse entendre le ton paternaliste (« votre brave cœur flamand ») d’Eekhoud. Avec August Vermeylen, c’était le principal animateur des lettres flamandes, ayant comme ce dernier un réseau international. Sa correspondance, consultée à la Bibliothèque royale de Belgique, contient des lettres reçues en français, en italien, en espagnol et même en catalan. Pol de Mont était en contact épistolaire avec plusieurs membres du Félibrige et de la Renaixença catalane (Victor Balaguer, notamment), ce qui en dit assez sur son engagement dans la cause des « petites littératures », comme dira plus tard Kafka.

  • 46 Giraud (Albert), « Lettre à M. Pol de Mont », dans La Jeune Belgique, xvi, n° 35, 12 septembre 1 (...)
  • 47 Présidée par Max Rooses (dont Eekhoud va traduire plusieurs textes), cette commission est compos (...)

29À peine quelques années plus tôt, en 1896, au xxiiie congrès de langue et littérature néerlandaises (Nederlandsch Taal- en Letterkundig Congres) réuni à Anvers, de Mont avait dénoncé la « désertion » de Maeterlinck, Verhaeren, Giraud, Eekhoud, Rodenbach, Lemonnier, Le Roy, Elskamp, « tous fils des Flandres qui se sont rangés sous la bannière de la littérature française ». Selon le résumé (hostile) de ce discours paru dans La Jeune Belgique46, il aurait dit que leurs œuvres sont « écrites dans une langue étrangère » et « ne peuvent exercer aucune influence civilisatrice sur notre peuple ; elles sont perdues aussi pour la gloire de la race flamande ». Et de Mont de conclure à l’urgence de fonder une université néerlandophone en Flandre. C’est en effet grâce à lui que fut créée, lors du même congrès, une commission47 chargée d’étudier et promouvoir l’idée d’une telle université. Son rapport, rendu public en 1897 par Julius Mac Leod, proposait la reconversion linguistique progressive de celle de Gand (parce qu’à la différence des universités « libres » de Louvain et de Bruxelles, également francophones, elle dépendait directement de l’État belge). Ce projet fit grand bruit dans Landerneau. Sans que l’on sache si Eekhoud signa la pétition officielle contre une telle « flamandisation » (comme le firent Maeterlinck et Verhaeren), il s’y disait encore opposé bien plus tard, en 1913 :

  • 48 Eekhoud (Georges), « Peter Benoit (souvenirs) », dans La Belgique artistique et littéraire, t. 3 (...)

Je serais partisan de la création d’une université flamande mais non pas de la « flamandisation » de l’Université française de Gand. Je considérerais comme une faute et un attentat souverainement vandalesque et impolitique toute « flamandisation » de ce genre48.

30Comment interpréter alors le fait d’écrire en français à un flamingant aussi notoire que de Mont ? Sans être un impair, c’était une maladresse, même si l’habitude de correspondre en français était répandue dans les milieux flamands. S’il avait voulu s’attirer les sympathies d’un homme aux positions politiques aussi nettes, l’emploi de sa langue – ou à tout le moins une explication concernant son non-emploi – aurait été vu comme un geste de bonne volonté. Soit Eekhoud n’était pas assez sensible à cette dimension, soit, encore une fois, il était simplement incapable d’écrire dans la langue de son correspondant.

  • 49 Voir HL, p. 104 et déjà Gonne (Maud) et Vandemeulebroucke (Karen), « Deux générations de médiate (...)

31C’est à Maud Gonne49 que revient la découverte d’une possible exception à cette règle, la seule jusqu’à preuve du contraire. En effet, dans une lettre du 13 juillet 1905, Eekhoud emploie une formule de salutation néerlandaise, suivie de deux phrases dans cette langue :

Waarde vriend Vic,

Ik zal u gaarne eenige bladzijden over [Élisée] Reclus bezorgen maar wat later. Nu heb ik hoegenaamd geenen tijd want ik heb veel vertalingen te doen. – Plus tard je te ferai un article, le plus soigné possible sur le séjour de Reclus parmi nous […] mais, à présent, je te le répète, je n’ai plus une minute à moi, sauf celles que je me donne pour me reposer de mes « travaux forcés ».

32Le « cher ami Vic », c’est Victor Resseler, journaliste à Anvers, où il dirige la revue anarchiste Ontwaking et devient plus tard libraire-imprimeur. La fonction du néerlandais est conative : elle sert à établir le contact avec l’interlocuteur dans la langue de ce dernier. Une fois ce contact établi, on passa à la langue habituelle du reste de leur correspondance (à en juger par les autres lettres à Resseler citées par Gonne) et d’Eekhoud épistolier de manière plus générale.

33Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une lettre en néerlandais mais d’une lettre qui commence en néerlandais. Or, comme quiconque ayant eu des correspondants étrangers aura pu en faire l’expérience, on peut faire écho à des lettres reçues dans une autre langue en reprenant certaines formules sans en avoir une maîtrise très solide. Autrement dit, il ne faut pas s’exagérer l’effort qui consiste à commencer une lettre dans une langue donnée, d’autant que le genre épistolaire a volontiers recours à des formules toutes faites pour les salutations et les entrées en matière. Quant au manque de temps invoqué par Eekhoud, c’est un topos en soi (même quand il correspond à une réalité). Passons sur le gallicisme « veel vertalingen te doen » (calque de « beaucoup de traductions à faire ») pour regarder le contenu. Eekhoud avoue être en retard pour un article promis. Il a donc intérêt à amadouer quelqu’un qui contribue au rayonnement de son œuvre (Resseler et son beau-père, Lode Baekelmans, traduisent l’un et l’autre des nouvelles d’Eekhoud). Le choix du néerlandais devient ainsi un signe de connivence plutôt qu’un outil de communication véritable. Enfin, a-t-on assez remarqué que cette lettre, la seule où Eekhoud se soit servi du néerlandais, date du 13 juillet ? C’est deux jours après la commémoration de la bataille de Courtrai. Sans être officiellement la Fête de la Flandre à l’époque, c’est déjà le chantier d’un « lieu de mémoire » (comme dirait Pierre Nora). Et depuis l’affaire Maeterlinck de 1902, Eekhoud sait à quoi s’en tenir…

Le rasoir d’Ockham

  • 50 Eekhoud (Georges), Kees Doorik of Een bloedig half-vasten, omgewerkt uit het Fransch door August (...)
  • 51 La langue de Conscience lui devait être particulièrement accessible, truffée qu’elle était de ga (...)
  • 52 Willemyns (Roland), « Gezelle en het West-Vlaamse taalparticularisme », dans Couttenier (Piet), (...)
  • 53 Vandenbussche (Liselotte), « Het Frans als doorgeefluik van een Vlaams verleden : Hendrik Consci (...)
  • 54 Eekhoud publie sa traduction sous un titre bilingue (« Hoppe-Bellen-Fleurs de Houblon », dans Ch (...)
  • 55 Les peintres néerlandais du xixe siècle (1899), Cinquante chefs-d’œuvre d’Antoine Van Dyck (1900 (...)
  • 56 Jacques Jordaens et son œuvre (1905).

34S’il ne l’écrivait guère, Eekhoud lisait bien le néerlandais. Mécontent de la version de La Nouvelle Carthage parue dans Vooruit en 1894, il demande à August Peeters (le traducteur de Kees Doorik50) de reprendre ce travail en s’en tenant plus strictement au texte. Pour l’Anversois qu’il était, la langue de Conscience51, Snieders, Rooses ou Resseler, originaires de la même ville, posait sans doute moins de problèmes que celle de Gezelle ou Streuvels, marquée par le courant « particulariste52 » ouest-flamand. Eekhoud traduira la plupart de ces auteurs, parfois dans le cadre d’un de ses propres textes – comme la chronique du Mercure de France (juillet 1904) consacrée à Gezelle ou l’hommage à Rikke Tikke Tak de Conscience intégré à un de ses contes53 – mais le plus souvent dans des publications à part. On lui doit ainsi la version française de nouvelles de Snieders54 et Streuvels, puis d’études sur la peinture dues à la plume de Max Rooses55 ou Paul Buschmann56. Parfois, il s’agit d’un échange de bons services. Eekhoud et Streuvels se sont traduits réciproquement, par exemple, assurant ainsi leur rayonnement respectif : Streuvels envoie ses traductions aux Pays-Bas (De Nieuwe Gids, Groot-Nederland), tandis qu’Eekhoud publie la sienne à Paris, dans le Mercure de France.

35Faut-il en conclure que « la production de Georges Eekhoud relève d’un va-et-vient incessant et quotidien entre le français et le néerlandais, entre Paris, Bruxelles, Anvers et, en moindre mesure, Amsterdam » (HL, p. 87) ? Nous touchons ici aux limites de la thèse interculturelle présentée dans Contrebande littéraire et culturelle à la Belle-Époque : plusieurs titres de chapitres et de sections, mais aussi la conclusion du livre (voir le schéma synthétique de la p. 206), laissent entendre qu’Eekhoud aurait écrit en néerlandais ou aurait traduit (voire se serait traduit) en néerlandais. Aucun des dossiers étudiés par Maud Gonne n’apporte cependant la preuve de cette pratique du bilinguisme. Il est plus probable qu’Eekhoud s’est borné à jouer son rôle de médiateur en écrivant et en traduisant en français. Ce scénario est non seulement le plus plausible, compte tenu du profil linguistique d’Eekhoud, mais aussi le plus conforme à l’important principe logique connu sous le nom de « rasoir d’Ockham » et qui consiste à se contenter dans une démonstration de l’hypothèse suffisante la plus simple.

36Ainsi, lorsque des textes d’Eekhoud circulent en néerlandais, c’est selon toute vraisemblance grâce à des traductions faites par autrui, qu’elles soient signées ou non (ce qui arrivait souvent dans les revues). Il ne suffit pas que des textes portant son nom paraissent sans mention de traducteur dans Onze Kunst (1902-1906) et Ontwaking (1902-1909) pour qu’il devienne un « chroniqueur bilingue » (comme l’affirme Gonne à plusieurs reprises dans la section 3.2, HL, p. 71-86). De même, qu’il ait prêté sa plume (mais pas son nom) à plusieurs publications populaires dirigées par Julius Hoste, lequel en sortait des versions parallèles (ce qui ne veut pas dire identiques) en français et en néerlandais pour des raisons commerciales, ne fait pas de lui un « feuilletoniste bilingue » (selon le titre du quatrième chapitre de Contrebande littéraire […]).

37Ce dernier épisode occupe toute la deuxième partie du livre (HL, p. 109-224). C’est la part la plus clandestine de la carrière d’Eekhoud. Mirande Lucien l’avait révélée dans son édition de la correspondance avec Pierron, mais il revient à Maud Gonne d’avoir creusé le dossier. Il s’agit d’une initiative de Julius Hoste (père), connu pour avoir fondé (en 1888) Het Laatste Nieuws, journal libéral qui existe toujours. Très engagé dans la vie culturelle et intellectuelle flamande à Bruxelles, Hoste avait auparavant convaincu le bourgmestre Buls de créer un théâtre flamand permanent dans la capitale belge. Hoste écrivit lui-même plusieurs pièces pour ce théâtre, tels De Kleine Patriot (1883) et De Brusselsche Straatzanger (1882). En 1897, il tire de ce dernier mélodrame un feuilleton français de 1 680 pages, Le Petit Mendiant ou Chanteur de rues bruxellois, cosigné avec un certain Gabriel d’Estrange, qui n’est autre qu’Eekhoud (du moins dans un premier temps). De leur collaboration naîtront encore : Le Pont vivant – 1856 pages basées sur un autre mélodrame, The Span of Life (1892) de l’Américain Sutton Vane –, un feuilleton de 625 pages inspiré de la guerre des Boxers en Chine et, en 1904, La Chanteuse populaire d’Anvers. Grand roman dramatique inédit par Gabriel d’Estranges (ER, p. 102-104).

38Nous sommes ici en pleine « littérature industrielle » (pour parler comme Sainte-Beuve), dans cette « sphère de grande production » (Bourdieu) où la quantité et la rapidité l’emportent sur la qualité, le revenu réel et immédiat sur le capital symbolique, le nombre de lecteurs sur les « happy few », le travail plus ou moins collectif et plus ou moins anonyme sur le texte « griffé ». S’explique dès lors le recours à un pseudonyme. Plus curieux est le fait que les versions flamandes de ces feuilletons, parues après les originaux français, soient également signées d’Estrange (parfois avec Hoste). Mirande Lucien en avait déduit qu’Eekhoud en était « vraisemblablement le traducteur » (ER, p. 102), erreur corrigée par Maud Gonne, qui montre que l’antériorité de la publication française n’implique pas l’antériorité de sa rédaction : « Eekhoud est le traducteur français du [Brusselsche Straatzanger] bien que sa version ait été publiée avant la version de Bruylants et Hoste. » (HL, p. 140 et 148-151).

  • 57 Les lecteurs de Textyles connaissent son adaptation de la Légende d’Ulenspiegel grâce à Beyen (M (...)

39Si Hoste est le destinateur (au sens greimassien) du projet, ce dernier repose sur tout un « micro-réseau de collaborateurs » (HL, p. 127-141) qui comprend encore Jan Bruylants fils57, lequel avait déjà fourni à Hoste des feuilletons flamands (dont Baekelant, totalisant plus de 1500 pages) et des comédies populaires sous divers pseudonymes. Selon Gonne, Bruylants et Eekhoud travaillaient ensemble en tant qu’« écrivains-traducteurs » dans une « entreprise croisée » (HL, p. 140), l’un complétant vraisemblablement le travail de l’autre et chacun dans sa propre langue. Il n’est en effet pas nécessaire de supposer qu’Eekhoud était « peut-être également capable de composer des récits en flamand » (HL, p. 139).

40La formulation (« peut-être ») est prudente ici. Ailleurs dans Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque, elle l’est nettement moins. Souvent, faute de mention explicite du statut traduit d’un texte, on suppose simplement qu’il ne l’a pas été, avant d’en attribuer la paternité à Eekhoud, sans apporter de preuves qui auraient rendu une telle hypothèse falsifiable. D’où une erreur de méthode et un certain nombre d’interprétations trop enthousiastes. En effet, qu’aucun traducteur ne soit nommé ne veut aucunement dire que tel texte n’a pas été traduit. Pour déplorable qu’elle nous paraisse aujourd’hui, quand les droits des traducteurs et traductrices sont relativement bien protégés, la pratique de les passer sous silence était courante à l’époque. Plus on remonte dans le temps, plus de telles traductions non déclarées sont légion.

  • 58 Une comparaison de l’article d’Eekhoud sur la rétrospective de la Société Royale belge des aquar (...)

41L’illustrent encore les critiques d’art d’Eekhoud qui parurent à la fois dans Onze Kunst et L’Art Flamand et Hollandais. Ces deux revues étaient publiées au début du xxe siècle par l’éditeur anversois Buschmann, en coédition avec L. J. Veen, maison sise à Amsterdam, pour ce qui est de la version néerlandaise, et avec la Librairie d’Art et d’Histoire de Gérard Van Oest (qui avait des filiales bruxelloise et parisienne) pour la version française. Il suffit de les comparer pour voir qu’il s’agit de publications absolument parallèles. Eekhoud58 publie dans l’une et l’autre revue, tantôt en français tantôt en traduction néerlandaise. C’est également le cas du Wallon Maurice Des Ombiaux (toujours sans mention de traducteur, alors que son ignorance du néerlandais fait peu de doute…). Quant aux textes du Flamand Max Rooses, on sait que leurs versions françaises furent préparées par nul autre qu’Eekhoud (voir sa lettre à Buschmann du 3 août 1911). Pourquoi supposer alors qu’Eekhoud lui-même aurait « travaillé dans les deux langues » et « écrit des articles directement en néerlandais » ? Plutôt que de conclure à l’autotraduction généralisée, n’est-il pas plus probable que Buschmann a « systématiquement fait traduire ses chroniques vers le néerlandais » (HL, p. 78-80), comme il le fit pour les autres collaborateurs ?

42Le même raisonnement peut parfaitement s’appliquer au dossier d’Ontwaking. La participation d’Eekhoud à cette revue anarchiste anversoise passait aussi par la traduction allographe. De plus, cette fois-ci, on connaît l’identité du traducteur : Maud Gonne (HL, p. 102-103 ; 240) cite plusieurs lettres d’entre 1904 et 1907 où Eekhoud aborde le sujet, voire remercie de sa traduction le directeur de la revue, Victor Resseler. Dans son journal intime, on lit le 20 octobre 1904 que « Resseler a traduit pour Ontwaking les portraits de mes chers Voyous [de velours] », qui viennent alors de paraître. Il arrive à Resseler de publier des textes d’Eekhoud en néerlandais avant leur parution en français : c’est le cas des Libertins d’Anvers (volume sorti en 1912 mais dont des fragments paraissent dans Ontwaking dès 1908). Il ne s’ensuit pas nécessairement qu’Eekhoud aurait « écrit un premier jet en néerlandais » (HL, p. 102).

  • 59 Eekhoud (Georges), Persoonlijke herinneringen aan het intieme leven van Peter Benoit, Antwerpen, (...)

43En plus d’être le traducteur de plusieurs nouvelles d’Eekhoud (sous le pseudonyme Segher Rabauw), Resseler en était l’imprimeur. Elles parurent d’abord à l’enseigne de la librairie Ontwaking (Bernard Vital, Burch Mitsu, De goede les, 1901-1902), puis de l’imprimerie ’t Kersouwken, dont Resseler était également le propriétaire. C’est de ces dernières presses que sort en 1909 une brochure de 28 pages intitulée Persoonlijke herinneringen aan het intieme leven van Peter Benoit et signée par Georges Eekhoud59. Benoit (1834-1901) était considéré comme un « apôtre » de la musique flamande : après une carrière internationale en français (Prix de Rome 1857) sous le nom de Pierre Benoit, il transforma l’École de musique d’Anvers en un Conservatoire flamand où l’enseignement se fit en néerlandais, une première à l’époque. Cet ardent défenseur de sa « moederspraak » (selon le titre d’une chanson composée en 1889) devint de son vivant encore un symbole de l’émancipation flamande.

44On comprend donc pourquoi Resseler aurait pu présenter le texte d’Eekhoud comme ayant été écrit dans la langue maternelle du compositeur. En effet, rien dans le paratexte de ces « souvenirs personnels de la vie intime de Peter Benoit » n’en signale le caractère traduit. Je ne crois pas pourtant qu’il faille y voir « un original en néerlandais dont Eekhoud serait le seul et unique auteur », comme l’affirme Maud Gonne (HL, p. 103). En suivant cette logique (peu logique en l’occurrence, car elle risque de transformer en traduction autographe toute traduction non explicitement identifiée comme allographe), on pourrait ajouter à la bibliographie d’Eekhoud d’autres traductions non revendiquées comme telles vers des langues qui ne lui étaient pas tout à fait inconnues… Or, que les traducteurs (encore plus « invisibles » à l’époque qu’aujourd’hui) soient restés anonymes ne suffit pas pour attribuer un texte traduit à l’auteur de l’original. L’absence des uns n’implique pas la présence de l’autre.

  • 60 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1901, p. 247.
  • 61 Eekhoud (Georges), « A Flemish National Composer – Peter Benoit », dans The Speaker : The Libera (...)

45Cette même logique pourrait faire croire qu’Eekhoud a écrit en anglais : après tout, cette langue occupe une place plus importante que le néerlandais dans sa correspondance et dans son journal… Il est ainsi curieux de voir, toujours par rapport à Peter Benoit, qu’Eekhoud fait part de sa mort, survenue le 8 mars 1901, tant en anglais qu’en français, presque simultanément qui plus est. En avril, il consacre une partie de sa chronique parisienne au décès du « grand musicien flamand dont je vous ai parlé à maintes reprises60 ». Ce même mois paraît dans la revue londonienne The Speaker61 une nécrologie en bonne et due forme, signée par Eekhoud, qui ne dérive aucunement des pages du Mercure de France et qui ne mentionne aucun traducteur. S’agit-il pour autant d’un texte d’Eekhoud en anglais, comme le voudrait la logique mentionnée ? Vu sa maîtrise approximative de cette langue (illustrée plus haut à partir d’une lettre à Sander Pierron), c’est très peu probable.

  • 62 Eekhoud (Georges), Peter Benoit. Sa Vie. Son Esthétique et son Enseignement. Son Œuvre, Bruxelle (...)

46Vérification faite, le texte anglais d’avril 1901 est une traduction qui reprend, sous une forme abrégée (selon la technique de la contraction de texte), le premier chapitre d’un livre français sur le même compositeur62, paru en 1897 et lui-même issu de conférences prononcées en 1892. Ce recyclage s’explique par les difficultés financières d’Eekhoud. Une lettre du 27 février 1901 le montre aux abois, sollicitant l’aide d’André Fontainas à Paris :

Peter Benoit est mourant. Ne me prendrait-on pas quelque part une étude sur ce musicien si original et sur son œuvre théorique ? Revue de Paris, Revue blanche, Nouvelle Revue ? Ou pour un grand journal ?

47Dans le ps de cette lettre (citée par Mirande Lucien, ER, p. 100), Eekhoud dit avoir écrit à Edward Carpenter « pour pouvoir collaborer à l’une ou l’autre revue anglaise. On paie bien là-bas et une seule collaboration suffirait pour me tirer d’affaire. » Malgré la réponse « décourageante » (ER, p. 100) de Carpenter, nous savons qu’Eekhoud a trouvé preneur en Angleterre pour sa nécrologie de Peter Benoit. Il réussira même à placer quatre autres articles dans The Speaker dans le courant de la même année (HL, p. 250-251) : un sur Edmond Picard et trois états présents des arts et lettres en Belgique (qu’il vaudrait la peine de comparer avec ses chroniques du Mercure de France). J’ignore l’identité de l’intermédiaire d’Eekhoud, mais la rédaction du Speaker comprenait plusieurs personnes parfaitement capables de traduire du français vers l’anglais (G. K. Chesterton, Hilaire Belloc…). Ces articles, il n’y a donc pas lieu de supposer qu’Eekhoud les ait écrits ou traduits lui-même en anglais.

  • 63 Eekhoud (Georges), « Peter Benoit (souvenirs) », op. cit., p. 245, n. 1.

48La même chose vaut à mon avis pour les Persoonlijke herinneringen à Benoit, imprimées en 1909 par Victor Resseler (qui les réimprimera d’ailleurs après la mort d’Eekhoud, en 1934, signe possible qu’il estimait en posséder au moins en partie la propriété intellectuelle). Ce texte néerlandais sera partiellement recyclé dans les « Souvenirs » que confie Eekhoud en 1913 à la Belgique artistique et littéraire. Malgré ce décalage et malgré l’absence de nom de traducteur, la version française, la dernière à être publiée, me paraît néanmoins être la première (et la seule) qu’ait écrite Eekhoud lui-même. En 1913, il la présente comme un « Fragment d’un ouvrage en préparation63 ». Connaissant ses rapports avec Resseler, qui avait traduit plusieurs de ses nouvelles, est-il inconcevable qu’Eekhoud lui ait donné à traduire le texte français, gardant l’original par-devers lui en vue d’un nouveau livre, mais dont seul le fragment de La Belgique littéraire et artistique finira par voir le jour ?

Les limites du bilinguisme belge

  • 64 Gonne (Maud) et Vandemeulebroucke (Karen), « Deux générations de médiateurs. Portraits de Charle (...)

49Même si l’exercice a quelque chose de fastidieux, il fallait passer en revue ces activités d’Eekhoud en tant que « médiateur interculturel exploitant largement le contexte hybride belge suivant des intérêts personnels ou collectifs64 ». À la lumière de ses chroniques de 1902, on pourrait même le qualifier de médiateur au sens juridique de « personne tierce ayant pour tâche de désamorcer un conflit entre deux parties adverses ». Sa conscience aiguë des différences (sociales, linguistiques, culturelles et même sexuelles) confère en effet à cet anarchiste flamandophile et homosexuel un statut d’exception parmi les écrivains de sa génération.

  • 65 Ibid., p. 36.

50N’empêche que sa relative (in)compétence linguistique indique aussi les limites de son implication et de son « agentivité » (agency). Car un agent agit (en sociologie, le terme traduit le mot allemand Handelnde chez Max Weber). De ce point de vue, il n’est pas interdit d’étendre à Eekhoud ce que Gonne et Vandemeulebroucke constatèrent au sujet de Charles Potvin : « Un véritable médiateur dans le sens d’un usager actif de la langue flamande, Potvin ne l’est guère. » Certes, sa pratique de la langue parlée est bien plus assurée que celle de Potvin, mais Eekhoud prononce lui aussi ses discours en français « et se sert toujours du français dans sa correspondance professionnelle et privée avec les Flamands néerlandophones65 ». Dans les divers transferts littéraires et culturels auxquels il a été associé, Eekhoud a pu « assum[er] simultanément différents rôles d’écriture et de traduction » (HL, p. 51), mais toujours en français.

51Bien sûr, le lien entre les connaissances linguistiques et la médiation littéraire n’est ni causal ni direct. Nul besoin d’être un polyglotte doué, comme l’étaient à l’époque Marcel Schwob ou Georges Hérelle, puis un peu plus tard Valery Larbaud, pour jouer un rôle d’intermédiaire. Le montrent dans la France du xixe siècle Nerval, Baudelaire et Proust « réfractant » Goethe, Poe et Ruskin dans des traductions assez peu fidèles, mais qui ont résisté au temps. Le cas d’Eekhoud est différent toutefois. D’abord parce qu’il peut faire la navette entre deux langues et deux cultures endogènes et indigènes, propres à son pays natal. Ensuite, parce que les aléas de sa socialisation et de sa scolarité lui ont permis de développer un habitus interculturel qui n’est pas tributaire de la seule Belgique mais doit beaucoup au séjour suisse de sa jeunesse.

  • 66 Eekhoud (Georges), « Les origines et les étapes d’une carrière », dans Le Thyrse, t. v, juin 190 (...)
  • 67 Eekhoud (Georges), « L’âme belge », dans La Belgique artistique et littéraire, t. i, n° 1, octob (...)
  • 68 Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Weisgerber (Jean), dir., (...)

52Le milieu cosmopolite dans lequel il avait trempé à cette occasion n’empêchera pas le quinquagénaire d’affirmer en 1903 qu’il a toujours « exalt[é] les autochtones […] et les “patriaux” aux dépens des cosmopolites et des internationalistes », comme il avait pris « le parti des vaincus contre les vainqueurs, des annexés contre les conquérants, des faméliques contre les repus66 ». À la même époque, Eekhoud souscrit très volontiers (par conviction autant que par loyauté à l’égard d’Edmond Picard, qui l’avait défendu au procès d’Escal-Vigor) au discours sur « l’âme belge », « si longtemps méconnue ou bafouée au profit de je ne sais quels dilettantisme et cosmopolitisme d’énervés et de névropathes67 ». Son adhésion au « mythe nordique » décrit par Jean-Marie Klinkenberg68 se voit tant dans la référence picturale que dans l’évacuation de facto de la langue de la Flandre, qui se trouve réduite à un « milieu » (paysage, climat, mœurs) au sens presque tainien.

  • 69 Eekhoud (Georges), « L’âme belge », op. cit., p. 7.
  • 70 Ibid., p. 8.

53Chez Eekhoud, cette conformité au discours de l’époque, poncifs y compris, se double cependant d’une sensibilité réelle à la dualité linguistique de la Belgique. Lui-même reconverti dans la peinture des rudes mœurs locales de Kees Doorik après d’éphémères amours parnassiennes (sur le conseil de Snieders, comme nous l’avons vu), il adopte une posture où la Belgique occupe une place privilégiée comme entre-deux, comme terrain d’entente voire comme terre de fusion : « Tout en préservant leurs qualités propres, Flamands et Wallons se sont unis presque aussi étroitement que par une combinaison chimique69. » Et de noter les écrivains issus de mariages mixtes, puis les francophones aux noms flamands (tel Émile Kayenberg, « nom très néerlandais du fier poète de langue française admiré sous le pseudonyme d’Albert Giraud ») et les Flamands aux noms « éminemment français » (comme Frank Lateur, nom de baptême du « délicieux conteur flamand qui signe Styn Streuvels70 »).

54À aucun moment pourtant, cette valorisation de l’hybridité (qu’il étendit à d’autres domaines, comme je l’ai rappelé au début) ne semble avoir débouché chez Eekhoud sur une pratique bilingue de l’écriture et encore moins sur l’autotraduction. Tout indique au contraire qu’il était très réticent à se servir du flamand pour la création (ou, selon l’hypothèse défendue ici, incapable de le faire). Ce qui soulève une question plus générale : pourquoi la Belgique littéraire du xixe siècle, qui pouvait puiser dans un bassin considérable de personnes bilingues au sein de la population lettrée (du fait d’un enseignement secondaire et supérieur très largement francisé en Flandre), n’a-t-elle pas compté davantage d’écrivains bilingues, je veux dire par là qui aient fait œuvre bilingue en écrivant effectivement dans les deux langues ? Pourquoi, autrement dit, la Flandre n’a-t-elle pas eu son Frédéric Mistral ? Malgré les apparences, Georges Eekhoud n’était pas cet écrivain bilingue, pour toutes les raisons déjà données, auxquelles s’ajoute celle-ci, fournie par le principal intéressé :

  • 71 Eekhoud (Georges), « Peter Benoit (souvenirs) », op. cit., p. 248 n. 2, sic. En occitan, le poèm (...)

Lamartine écrivait en français et Mistral en provençal. Cela ne les empêcha point de se vouer une mutuelle admiration, et d’être l’un et l’autre de grands poètes de leur Langue d’oc. Mais grâce au français le chantre d’Elvire devait devenir bien autrement universel que le chantre de Mireille71.

Haut de page

Notes

1 Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque. Le « hard labour » de Georges Eekhoud entre Anvers, Paris et Bruxelles, Leuven University Press, 2017. Afin de ne pas alourdir inutilement l’appareil de notes, tout renvoi à cet ouvrage sera fait, dans le corps du texte, à l’aide de l’abréviation HL, suivie de la pagination.

2 Simons (Ludo), « Anvers : ville de Henri Conscience ou de Georges Eekhoud ? », dans Septentrion, vol. 12, n° 1, avril 1983, p. 3-9, p. 7.

3 Eekhoud (Georges), « Jan Vogelzang et Frans Printemps », dans Mercure de France, vol. cxxxii, n° 497, 1er mars 1919, p. 25.

4 Ibid., p. 28.

5 Ibid., p. 27.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 27. Plus loin, le tempérament équilibré de « ce Poldérien mi-français mi-flamand à la fois gaulois et thiois » sert de contre-exemple au sort « bien autrement tragique » « d’une notable partie de l’élite belge » et notamment des « poètes gallo-flamands » comme Eekhoud, victimes de « notre dualisme, notre duplicité, notre sorte d’hermaphrodisme racique ou plutôt culturel » (ibid., p. 31). D’où le statut de « conte autobiographique » que donne à ce texte Mus (Francis), « La réception du régionalisme dans l’œuvre de Georges Eekhoud. Le cas des Dernières Kermesses », dans Les Lettres romanes, vol. 66, n° 3-4, 2012, p. 562.

8 Eekhoud (Georges), L’Escrime à travers les âges. Histoire vivante de l’épée, en dix tableaux épisodiques, musique : Daneau, De Boeck, Bruxelles, J. Lebègue, 1894, p. 68.

9 Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999. Les renvois à cet ouvrage seront également incorporés au texte, à l’aide de l’abréviation ER, suivie de la pagination.

10 Eekhoud (Georges), « Souvenirs », dans La Belgique artistique et littéraire, t. 35, n° 123 1er juin 1914, p. 238.

11 Virrès (Georges), « Discours », dans barlff, vii, 3, 1929, p. 90.

12 Van Puymbrouck (Herman), Georges Eekhoud en zijn werk, Antwerpen-Amsterdam, De Nederlandsche boekhandel-Van Holkema & Warendorf, 1914, p. 13.

13 Je résume Van Puymbrouck : « Hij schreef Fransch, en dit was stellig een dwaling, doch een dwaling waar hij niet te buiten kon. Hij had in ’t Fransch leeren denken en deze opvoeding als een normale leeren beschouwen. Stilaan werd hij zich van de ongerijmdheid dezer opleiding bewust. Maar het is niet meer in de dertiger jaren, wanneer men reeds een zwaren arbeid achter den rug heeft om een werktuig te leeren beheerschen, dat men dit werktuig voor een ander gaat verwerpen. Op het oogenblik, dat hij het besef kreeg van de kloof, welke tusschen hem en zijn volk bestond, had Georges Eekhoud zich reeds te vèr gewaagd en was de terugkeer onmogelijk. Hij had nog maar te kiezen: in het Fransch te schrijven of… niet te schrijven. In zijn keus kon hij niet aarzelen. » (ibid., p. 14)

14 Je traduis Van Puymbrouck : « mocht hij de taal van het volk niet meer tot de zijne maken, hij heeft haar toch omringd met een vereering en een liefde, welke men gewoonlijk van een Fransch-sprekenden Belg niet mag verwachten. » (ibid., p. 14-15) Pendant la guerre, ces pages seront reprises sous le titre « Georges Eekhoud en het Vlaamsch » dans la revue activiste Vlaamsch Leven, n° 47, 26 août 1917, p. 744-745.

15 Voir sa lettre de 1893 à Henry van de Velde, révélée par Guiette (Robert), Max Elskamp, Paris, Seghers, 1955, p. 56-57 et de manière plus générale : Berg (Christian), « Max Elskamp et les langues », dans Bivort (Olivier), dir., La Littérature symboliste et la Langue, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 149-161.

16 Mirande Lucien a étudié le soin qu’il prit à effacer les traces trop visibles de ses propres préférences sexuelles dans « “Un savoureux enfer”. Naissance d’un roman : Voyous de velours ou l’Autre Vue de Georges Eekhoud », dans Aron (Paul), dir. Textyles, n° 8, Surréalismes de Belgique, 1991, p. 301-314.

17 Eekhoud (Georges), « Souvenirs », op. cit.

18 Nature, 5 décembre 1872, p. 89.

19 Eekhoud (Georges), « Les origines et les étapes d’une carrière », dans Le Thyrse, t. v, juin 1903, p. 25-38, p. 26.

20 Ibid.

21 Voir Roland (Hubert), « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne », dans Aron (Paul) et Bertrand (Jean-Pierre), dir., Textyles, n° 13, Lettres du jour (i), 1996, p. 193-203 et ER, p. 179-182.

22 Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », dans Otten (Michel) et al. (dir.), Études de littérature française de Belgique offertes à Joseph Hanse à l’occasion de son 75e anniversaire, Bruxelles, Jacques Antoine, 1978, p. 71-87, p. 73. Von Borch traduisait des trois langues scandinaves (Knut Hamsun, August Strindberg, J.-P. Jacobsen) en plus de l’anglais (Charlotte Brontë).

23 Lettre du 19 juin 1897 à Sander Pierron, reproduite dans Eekhoud (Georges), Mon bien aimé petit Sander : lettres de Georges Eekhoud à Sander Pierron (1892-1927), Lille, Question De Genre/gkc, 1993, p. 143.

24 Journal d’Eekhoud, 3 avril 1915 (ER, p. 103 ; HL, p. 189).

25 Voir ER, p. 137-141 et plus récemment, Dupont (Wannes), Free-Floating Evils: A Genealogy of Homosexuality in Belgium, thèse de doctorat en histoire, Université d’Anvers, 2015, p. 213-257, ainsi que Rosenfeld (Michael), « Gay Taboos in 1900 Brussels : The Literary, Journalistic and Private Debate Surrounding Georges Eekhoud’s Novel Escal-Vigor », dans Dix-Neuf, 22, 1-2, 2018, p. 98-114.

26 Eekhoud (Georges), Mon bien aimé petit Sander, op. cit., p. 137, sic.

27 Voir ses « Notes sur le théâtre élisabéthain » conservées aux Archives & Musée de la Littérature (cote ml 2774/5).

28 Mertens (Georges), The Duchess of Malfi en traduction française, mémoire de licence inédit en philologie romane, kuLeuven, 1974 (dir. José Lambert).

29 Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », op. cit., p. 77-84.

30 Voir Boudart (Laurence), « Cosmopolitisme et traduction chez les symbolistes belges », dans Arnoux-Farnoux (Lucile), Chevrel (Yves) et Humbertmougin (Sylvie), (dir.), L’Appel de l’étranger : traduire en langue française en 1886, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2015, p. 195-211 et Dessy (Clément), « Georges Khnopff ou la reconversion cosmopolite de l’homme de lettres », dans Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), Textyles, n° 45, Les Passeurs, 2014, p. 47-67.

31 Selon le témoignage d’Albert Ayguesparse, qui fut son élève en 1918, dans une lettre à Mirande Lucien du 21 juin 1992 (ER, p. 110).

32 Bladel (Maurice), L’Œuvre de Georges Eekhoud, Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1922, p. 10.

33 Eekhoud (Georges), « Souvenirs », op. cit.

34 Gilkin (Iwan), « Deux livres belges », dans La Jeune Belgique, xiv, 1895, p. 153.

35 Voir Vandenbussche (Liselotte), « Een heerlijke symbiose. Auteur-vertaler Lode Baekelmans en Georges Eekhoud », dans Filter, xvii, 2, 2010, p. 51-58.

36 Il signait « Joop » ses lettres à son « beste Meester » (qui répondait toujours en français). Voir l’édition des Brieven van en aan Jacob Israël de Haan 1899-1908 préparée par Rob Delvigne et Leo Ross, basée sur la thèse de ce dernier soutenue à l’université d’Amsterdam en 1994 ; une version numérique est disponible à l’adresse suivante : https://www.dbnl.org/titels/titel.php?id=haan008brie02.

37 Cyriel Buysse est le seul néerlandophone à ne pas s’adresser à lui dans sa langue maternelle mais en français. Cela surprend peu si l’on connaît l’attitude ambiguë à l’égard du flamand qu’avait à cette époque Buysse. On lira à ce sujet le chapitre « Tussen twee talen (1895-1896) » dans l’excellente biographie de van Parys (Joris), Het leven, niets dan het leven. Cyriel Buysse en zijn tijd, Antwerpen-Amsterdam, Houtekiet-Atlas, 2007, p. 207-234 et Grutman (Rainier), « 1932 : la question linguistique en littérature », dans Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier), dir., Histoire de la littérature belge 1830-2000, Paris, Fayard, 2003, p. 357-367.

38 Berg (Christian), « Le Chemin de Damas de Georges Eekhoud », dans Romanica Gandensia, n° 12, 1969, p. 93-105, p. 104. Quand il racontera lui-même sa conversion « du simili-Musset et du pseudo-Lamartine » au roman de mœurs flamand, Eekhoud passera sous silence le rôle joué par Snieders : voir Eekhoud (Georges), « Les origines et les étapes d’une carrière », dans Le Thyrse, t. v, juin 1903, p. 28-30.

39 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, n° 153, septembre 1902, p. 805-812, p. 810.

40 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, n° 154, octobre 1902, p. 243-251, p. 246.

41 Ibid., p. 249.

42 Maeterlinck (Maurice), « Commémoration inutile », dans Le Figaro, 5 juillet 1902, p. 1. Voir Van Elslander (Antonin), « Maurice Maeterlinck et la littérature flamande », dans Annales de la Fondation M. Maeterlinck, n° 8, 1962, p. 94-116, qui reproduit les textes ; van Parys (Joris), Het leven, niets dan het leven, op. cit., p. 297-302 et Grutman (Rainier), « Maeterlinck et les langues de Flandre : attitudes et représentations », dans FrancoFonie, n° 5, 2015, p. 94-115 (article disponible en ligne sur les sites Research Gate et Academia.edu).

43 Maeterlinck (Maurice), « Un anniversaire inutile », dans Le Figaro, 14 juillet 1902, p. 2. Voir aussi afmm, n° 8, 1962, p. 121.

44 Lettre de Georges Eekhoud à Pol de Mont, 23 juillet 1902 (cote kbr mss : II 7830/1).

45 Lettre de Georges Eekhoud à Pol de Mont, 11 septembre 1902 (cote kbr mss : II 7830/2). Pol de Mont lira les chroniques d’Eekhoud et en traduira in extenso les propos louangeurs dans une annexe (p. 479-480) à son article sur « de Frans-Belgiese lyriek van na 1880 », dans Groot-Nederland, 1903, I, p. 467-480.

46 Giraud (Albert), « Lettre à M. Pol de Mont », dans La Jeune Belgique, xvi, n° 35, 12 septembre 1896, p. 281-282, p. 281.

47 Présidée par Max Rooses (dont Eekhoud va traduire plusieurs textes), cette commission est composée du juge Julius Obrie et de Julius Mac Leod, professeurs à l’université de Gand, des députés Juliaan De Vriendt (qui donnera son nom à la Loi d’égalité de 1898), Juliaan Van der Linden et Florimond Heuvelmans, de Julius Sabbe et du bourgmestre d’Anvers, Jan Van Rijswijck. Pol de Mont lui-même en sera le secrétaire. Neerlandia (le mensuel de l’Algemeen Nederlandsch Verbond) rend longuement compte du congrès d’Anvers dans sa livraison de septembre 1896 ; la livraison suivante nous apprend que grâce aux contacts établis avec les délégués de l’Alldeutschen Verband, de Mont fera une tournée de conférences en Allemagne. Ses sympathies pangermaniques lui coûteront très cher après 1918.

48 Eekhoud (Georges), « Peter Benoit (souvenirs) », dans La Belgique artistique et littéraire, t. 32, n° 106, 15 août 1913, p. 245-261, cit. p. 245 n. 2.

49 Voir HL, p. 104 et déjà Gonne (Maud) et Vandemeulebroucke (Karen), « Deux générations de médiateurs. Portraits de Charles Potvin et Georges Eekhoud », dans Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), Textyles, n° 45, op. cit., p. 41.

50 Eekhoud (Georges), Kees Doorik of Een bloedig half-vasten, omgewerkt uit het Fransch door August Peeters, Amsterdam, Maatschappij voor goede en goedkoope lectuur, 1919. La lettre d’Eekhoud date du 27 février 1920, donc peu de temps après cette retraduction de son premier roman – une première traduction, de la main de Rafaël Verhulst, en avait paru en feuilleton dans Tyl Uilenspiegel en 1902 (ER, p. 289).

51 La langue de Conscience lui devait être particulièrement accessible, truffée qu’elle était de gallicismes et d’idiotismes anversois, au point de déconcerter plus d’un Flamand. À l’université de Louvain, le chanoine David (Jan-Baptist) l’a fustigée dans ses Tael – en letterkundige aenmerkingen, Leuven, Vanlinthout, 1856.

52 Willemyns (Roland), « Gezelle en het West-Vlaamse taalparticularisme », dans Couttenier (Piet), dir., Een eeuw Gezelle, Leuven, Peeters, 2000, p. 63-74. Maud Gonne (HL, p. 99) a localisé le brouillon d’une traduction de Streuvels dans le journal d’Eekhoud, dont « les compétences traductionnelles […] semblent optimales. La prose flamande (voire ouest-flamande) de Streuvels ne lui pose pas de problème majeur. Eekhoud pratique le mot à mot, ne paraphrase pas et suit fidèlement la syntaxe néerlandaise. »

53 Vandenbussche (Liselotte), « Het Frans als doorgeefluik van een Vlaams verleden : Hendrik Conscience in handen van Georges Eekhoud », dans De Negentiende Eeuw, 37/3, 2013, p. 241-256 et HL, p. 74-75 ; 97-98.

54 Eekhoud publie sa traduction sous un titre bilingue (« Hoppe-Bellen-Fleurs de Houblon », dans Chronique des Beaux-Arts et de la Littérature, n° 1, 1885, p. 337-346) et s’en inspire pour sa propre nouvelle, « Clochettes de houblon », dans Nouvelles Kermesses, Bruxelles, Veuve Monnom, 1887.

55 Les peintres néerlandais du xixe siècle (1899), Cinquante chefs-d’œuvre d’Antoine Van Dyck (1900) et Les peintres flamands du xixe siècle (1902).

56 Jacques Jordaens et son œuvre (1905).

57 Les lecteurs de Textyles connaissent son adaptation de la Légende d’Ulenspiegel grâce à Beyen (Marnix), « Uilenspiegel cléricalisé par un libéral exemplaire ? Les adaptations de La Légende par Jan Bruylants Jr. (1904 et 1921) », dans Klinkenberg (Jean-Marie), dir., Textyles, n° 54, Relire La Légende d’Ulenspiegel, 2019, p. 13-24.

58 Une comparaison de l’article d’Eekhoud sur la rétrospective de la Société Royale belge des aquarellistes dans les livraisons de juillet-décembre 1906 (Onze Kunst, t. x, p. 19-21 ; L’Art Flamand et Hollandais, t. v, p. 21-23) montre que le texte néerlandais est traduit du français.

59 Eekhoud (Georges), Persoonlijke herinneringen aan het intieme leven van Peter Benoit, Antwerpen, ’t Kersouwken, 1909, 28 p. (réédition Antwerpen, V. Resseler, 1934, 36 p.).

60 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, avril 1901, p. 247.

61 Eekhoud (Georges), « A Flemish National Composer – Peter Benoit », dans The Speaker : The Liberal Review (Londres), vol. 4, n° 79, 6 avril 1901, p. 11-12.

62 Eekhoud (Georges), Peter Benoit. Sa Vie. Son Esthétique et son Enseignement. Son Œuvre, Bruxelles, Veuve Monnom, 1897, p. 7-22. La troisième partie avait paru auparavant dans L’Art Moderne, xii, 21, 22 mai 1892, p. 163-165.

63 Eekhoud (Georges), « Peter Benoit (souvenirs) », op. cit., p. 245, n. 1.

64 Gonne (Maud) et Vandemeulebroucke (Karen), « Deux générations de médiateurs. Portraits de Charles Potvin et Georges Eekhoud », op. cit., p. 42.

65 Ibid., p. 36.

66 Eekhoud (Georges), « Les origines et les étapes d’une carrière », dans Le Thyrse, t. v, juin 1903, p. 33.

67 Eekhoud (Georges), « L’âme belge », dans La Belgique artistique et littéraire, t. i, n° 1, octobre 1905, p. 5-27, p. 8. Ce texte d’une conférence prononcée au Kursaal d’Ostende le 12 juillet 1905 (soit au lendemain de la commémoration des Éperons d’or) paraît dans le numéro inaugural de cette revue, tout de suite après l’appel « Au public belge » (p. 1-4), ce qui en fait une sorte de manifeste. Quant à la phrase citée, elle fait écho, consciemment ou non, au célèbre diagnostic posé par le psychiatre Nordau dans Entartung : Nordau (Max), Dégénérescence, traduit de l’allemand par Auguste Dietrich, Paris, Alcan, 1894, 2 vol.

68 Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Weisgerber (Jean), dir., Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues (1880-1850), Bruxelles, Labor, 1991, p. 101-110.

69 Eekhoud (Georges), « L’âme belge », op. cit., p. 7.

70 Ibid., p. 8.

71 Eekhoud (Georges), « Peter Benoit (souvenirs) », op. cit., p. 248 n. 2, sic. En occitan, le poème épique de Mistral s’intitulait en fait Mirèio ; Mireille est le titre de l’autotraduction française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rainier Grutman, « Eekhoud le caméléon »Textyles, 58-59 | 2020, 127-152.

Référence électronique

Rainier Grutman, « Eekhoud le caméléon »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3916

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search