Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59Georges EekhoudLa réception du « giovane e valor...

Georges Eekhoud

La réception du « giovane e valoroso scrittore belga » dans l’Italie de la Belle Époque

Federica D’Ascenzo
p. 153-168

Texte intégral

  • 1 Dessy (Clément), « Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens », dans (...)
  • 2 Les accords de Plombières, signés le 21 juillet 1858 entre Napoléon iii et le ministre Cavour po (...)
  • 3 D’Antuono (Nicola), Vittorio Pica. Un visionario tra Napoli e l’Europa, Roma, Carocci, 2002, p.  (...)
  • 4 Voir la réponse d’Edmond Picard à Jules Huret au sein de l’Enquête sur l’évolution littéraire (p (...)
  • 5 Alors qu’en 1893 Antonio Sante Martorelli est convaincu que la littérature belge doit réussir à (...)
  • 6 Dessy (Clément), « Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens », op. (...)
  • 7 Dumoulin (Michel), « Italie et Belgique dans le xixe siècle européen. L’historiographie des rela (...)

1Figure incontournable de la littérature belge francophone des xixe et xxe siècles, Georges Eekhoud n’a pas bénéficié dans l’Italie de la Belle Époque du même accueil que ses compatriotes et contemporains Georges Rodenbach, Maurice Maeterlinck, Émile Verhaeren ou Camille Lemonnier. Soumise aux dynamiques propres à la diffusion d’une jeune littérature dont la langue d’expression est cependant largement connue du public de la culture cible, dépendante des « tendances internes du champ littéraire italien » et des rapports que celui-ci « entretient vis-à-vis du champ français1 », la réception de l’œuvre d’Eekhoud apparaît davantage subordonnée à l’espace historique et social dans lequel elle s’insère et aux prises de position politiques de l’auteur aussi bien sur le plan fictionnel que réel. Pourtant, la littérature belge, qui pénètre en Italie par le biais des écrivains et médiateurs culturels du réseau franco-belge, est accueillie avec enthousiasme en cette fin de siècle. Malgré les tensions politiques qui caractérisent les rapports entre la France et l’Italie durant le xixe siècle2, les racines communes aux deux cultures, qui ont fait des deux pays des interlocuteurs culturels séculaires et privilégiés, orientent naturellement l’attention des écrivains italiens vers la littérature française quand l’Italie éprouve le besoin de chercher la modernité culturelle au-delà de ses frontières. Le cosmopolitisme culturel que celle-ci cultive durant la fin de siècle représente une tentative pour faire face au retard économique et social causé par la division du pays, l’absence d’une véritable langue et d’une vision culturelle nationales, en relançant la tradition de l’universalisme médiéval et catholique3. L’intérêt pour les écrivains belges se développe quand ceux-ci entreprennent la construction d’une identité littéraire cohérente en mesure de couronner l’édifice national et que certaines homologies apparentent l’Italie post-unitaire, désireuse de se déprovincialiser et de concrétiser sur le plan idéologique une unité politique désormais acquise, à la Belgique qui essaie de forger son unité artistique. Après une phase d’admiration de l’Italie envers la France, en partie détériorée par les rapports politiques tendus entre les deux nations, le jeune État italien assimile la position de la Belgique à la sienne notamment dans la nécessité de se recentrer par rapport à une position périphérique et inévitablement subalterne vis-à-vis de Paris4. La Belgique et sa littérature vont ainsi être perçues à l’aune des rapports fluctuants entre l’Italie et la France. Le projet de constitution d’une « âme belge » en vue d’assumer le syncrétisme culturel de la nation5, de même que la stigmatisation de l’attitude de vassalité de l’Italie envers la France désignée comme gallomania, témoignent d’une disposition ambivalente vis-à-vis de la culture hégémonique française et d’un souci partagé d’autonomisation littéraire. Si, au début des années 1880, l’Italie francophile semble rejeter l’élément germanophile qui caractérise la littérature belge et la décentre par rapport à la latinité6, la composante flamande va par la suite focaliser la réflexion de la critique italienne et, la crise avérée du naturalisme aidant, le Mythe du nord va devenir pour les critiques italiens une garantie d’originalité et de singularité de la Belgique par rapport à la culture de langue française. Le rôle de terre d’accueil assumé par la Belgique pour nombre d’intellectuels européens en exil depuis le début du xixe siècle et la politique éditoriale d’Henry Kistemaeckers, qui en constitue le prolongement sur le plan littéraire, contribuent à façonner une image nouvelle de la Belgique littéraire, parfois plus à l’avant-garde que son modèle français – phénomène que les intellectuels italiens attribuent à cet attachement du peuple belge à sa liberté que l’invasion allemande de 1914 mettra définitivement au jour. En confirmant les relations d’entente nouées entre les deux pays depuis le Risorgimento, la condamnation unanime de la part des intellectuels italiens de la neutralité violée de « l’héroïque petite Belgique » renferme ainsi une valeur symbolique allant au-delà de la défense d’un principe7.

Georges Eekhoud médiateur culturel dans l’Italie fin de siècle

  • 8 Pica (Vittorio), « Notizie », dans Cronaca Sibarita, n° 2, 1er novembre 1884, p. 8. « […] l’un d (...)
  • 9 Voir Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentri (...)
  • 10 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, n° 224, 15 octobre 1906, (...)
  • 11 Pica (Vittorio), « L’umorismo nell’arte », dans All’avanguardia. Studi sulla letteratura contemp (...)

2C’est dans ce contexte de relations historiquement et culturellement mouvantes que doit être tout d’abord analysée la présence de Georges Eekhoud et de son œuvre sur la scène médiatique italienne. Dès 1884, Vittorio Pica, cosmopolite fervent et divulgateur attitré de la littérature française contemporaine, signale dans la revue napolitaine Cronaca Sibarita la publication de Kermesses chez Henry Kistemaeckers et présente Eekhoud comme « uno dei più simpatici e valorosi campioni di quel gruppo di scrittori fiamminghi, che sotto il nome di “Jeune Belgique” strenuamente combattono contro i parrucconi a favore dell’arte verista8 ». Pica évoque également Kees Doorik mais loue la supériorité du recueil de portraits flamands de 1884 fournissant un tableau complet de la vie populaire de la Belgique. Eekhoud est alors déjà en contact avec Giovanni Verga dont il traduit des extraits qui seront publiés dans La Jeune Belgique9. Plus tard, dans sa chronique de Bruxelles pour le Mercure de France, il commentera un article de Gustave Kahn sur Verga paru dans cette même revue et revendiquera la découverte de l’auteur sicilien par les jeunes écrivains belges de sa génération, défendant ouvertement une plus grande influence exercée par les véristes italiens sur les « conteurs de langue française ou flamande » par rapport aux naturalistes de l’école de Zola10. C’est toujours en le qualifiant de « giovane e valoroso scrittore belga » que Pica cite à nouveau Eekhoud quelques années plus tard à propos de la traduction française d’une nouvelle d’Edgar Allan Poe publiée par l’auteur flamand dans La Jeune Belgique11.

  • 12 Voir Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque. Le « hard labour » de (...)
  • 13 Sur les rapports de Vittorio Pica avec le milieu littéraire belge, voir Russo (Amanda), « Vittor (...)
  • 14 Eekhoud (Georges), « Rassegna belga (Misura e Pittura) », dans La Rassegna internazionale della (...)
  • 15 Nemi (Aleramo [Sibilla], dite), « Tra libri e riviste », dans La Nuova Antologia, n° 178, 1er ju (...)

3Le rôle de médiateur actif de Georges Eekhoud aussi bien dans les réseaux nationaux qu’internationaux de l’époque n’a plus besoin d’être démontré12. En le consacrant au niveau national et international, la « Chronique de Bruxelles » qu’il tient au Mercure de France de 1897 à 1914 lui vaut son droit d’entrée dans une revue italienne de la Belle Époque. Introduit à La Rassegna internazionale della letteratura e dell’arte contemporanea probablement par des collaborateurs de cette revue qui gravitent dans le réseau franco-italien comme Vittorio Pica13, Remy de Gourmont ou Riccardo Forster, Eekhoud en devient le correspondant belge de 1901 à 190214. Sa première chronique répond à l’intérêt majeur des Italiens pour les arts plastiques belges par rapport à la littérature, alors que la deuxième, qui illustre ce réveil des lettres belges ayant permis à partir de 1880 la réalisation de l’unité littéraire nationale, se concentre sur l’actualité littéraire. Eekhoud présente la production de Verhaeren, propose un bref compte rendu des Délices du Brabant de Sander Pierron et de la Bruyère ardente de Georges Virrès en faisant ressortir les caractéristiques formelles, stylistiques et thématiques propres à ces auteurs flamands. La recension des œuvres de Léopold Courouble, Edmond Picard et Thomas Braun, et l’évocation dans les textes successifs des musiciens Edgar Tinel et Joseph Mertens, des sculpteurs Jef Lambeaux, Constantin Meunier et Paul de Vigne, complètent ce panorama des arts belges, dont Eekhoud signale constamment la composante flamande. La dernière chronique, en ouvrant sur l’actualité politique et les agitations des socialistes en faveur du suffrage universel, fournit un aperçu indirect sur les tendances politiques de l’auteur, ses sympathies envers la gauche radicale et son refus du cléricalisme. Durant cette même année 1901, La Nuova Antologia se fait ouvertement l’écho d’une des chroniques que Georges Eekhoud écrit pour la revue anglaise The Speaker15qui résume d’ailleurs la deuxième chronique de La Rassegna –, ce qui laisserait supposer que sa notoriété de divulgateur des lettres belges en cette fin de siècle est désormais acquise. L’auteur de la rubrique de La Nuova Antologia, Nemi, n’est autre que Sibilla Aleramo, autrice liée aux milieux féministes et socialistes italiens les plus influents de l’époque.

  • 16 « Échos – Une protestation », dans Mercure de France, n° 129, septembre 1900, p. 848-849.
  • 17 « Échos – Contre le procès Georges Eekhoud », dans Mercure de France, n° 130, octobre 1900, p. 2 (...)
  • 18 Vorluni traduira un essai de Gourmont : Gourmont (Remy de), La Fisica dell’amore (Saggio sull’is (...)
  • 19 « Échos – Le Procès Georges Eekhoud et Camille Lemonnier », dans Mercure de France, n° 131, nove (...)
  • 20 Pica (Vittorio), « Letterati belgi », dans Fanfulla della Domenica, n° 51, 23 décembre 1900, p.  (...)
  • 21 Ricciardi (Lorenzo), « George [sic] Eekhoud – L’Escal-Vigor », dans Flegrea, n° 4, 20 février 19 (...)
  • 22 Ibid., p. 319. « Georges Eekhoud ne fait pas dans la subtilité, mais dans la psychologie crue. I (...)
  • 23 Ibid., p. 322-323. « Avec sa rude simplicité, il heurte et choque, il ne s’avance pas avec douce (...)

4Ces chroniques semblent cantonner Eekhoud dans un rôle d’ambassadeur des arts belges puisqu’à cet activisme ne correspond pas en retour un intérêt pour sa production littéraire. La presse italienne n’a aucunement fait allusion au prestigieux Prix quinquennal qui lui a été décerné en 1893 pour La Nouvelle Carthage. Les années où Eekhoud tient sa chronique pour La Rassegna sont celles qui font suite au succès de scandale obtenu lors du procès de son roman Escal-Vigor, qui a visiblement accru sa réputation sur le territoire italien. Parmi les noms des littérateurs français qui signent dans le Mercure de France une lettre de soutien en faveur de l’écrivain belge lors du procès apparaissent ceux de Filippo Tomaso Marinetti16, considéré à l’époque comme un écrivain symboliste de langue française, et de Giuseppe Vorluni17, collaborateur de La Nouvelle Revue Internationale, bien connu de la rédaction du Mercure de France et auteur d’une étude sur Remy de Gourmont que Flegrea18 publiera six mois après l’article sur Eekhoud de Lorenzo Ricciardi. Le Mercure de France signale en outre l’envoi d’une lettre de protestation de Vittorio Pica19. En 1900, ce dernier insère le romancier anversois dans un panorama efficace de la littérature belge contemporaine qu’il estime encore peu connue en Italie20. Le critique cite la plupart des œuvres d’Eekhoud, souligne son extraordinaire capacité d’exprimer l’intimité de l’âme flamande et de peindre les mœurs des habitants de sa Flandre d’origine. Mais c’est à Lorenzo Ricciardi que l’on doit le premier article entièrement consacré à l’auteur belge, un compte rendu détaillé d’Escal-Vigor21 qui défend l’auteur de « l’accusa di immoralità » au nom d’une liberté d’aimer comme symbole du refus de toute forme d’oppression de l’individualité. Le critique propose une lecture décadente du névrosé Henry de Kehlmark et considère les personnages du roman comme des êtres d’exception ; l’homosexualité est acceptée, en dernière instance, en vertu de son caractère exceptionnel. Ricciardi exalte les capacités de conteur de l’écrivain : « Georges Eekhoud non sottilizza, non fa psicologia cruda », précise-t-il, « non ci presenta anatomizzati e sezionati i sentimenti dei personaggi e l’anima del dramma: egli racconta22 », révélant ainsi l’une des raisons de l’absence du romancier du panorama italien : « Con quella sua rude semplicità egli [Eekhoud] urta e pervade, non guadagna terreno lentamente ; in modo che desta sempre un sentimento netto, preciso : l’attrazione o la repulsione23. »

Bénéfices et méfaits de la Première Guerre mondiale : une réception mitigée

  • 24 Camusso (Giovanni), « Letterati contemporanei : Georges Eekhoud », dans Emporium, n° 253, janvie (...)
  • 25 Face aux menaces de désagrégation du pays de la dernière décennie du xixe siècle, Eekhoud revien (...)
  • 26 Si nombre de revues italiennes de la fin de siècle, comme Flegrea, se font le porte-parole d’un (...)

5L’intérêt que les revues italiennes manifestent envers les lettres belges dans les années 1880, souvent de façon plus ou moins vis-à-vis de la France, enregistre un regain à l’occasion de la Première Guerre mondiale, au moment où l’Italie essaie de se dégager de la Triple Alliance, déclare sa neutralité et commence à se rapprocher de la Triple Entente. C’est alors que Giovanni Camusso, dans Emporium, dresse le portrait littéraire et biographique le plus complet de Georges Eekhoud, dans le cadre de la série d’articles inaugurée par Riccardo Forster et consacrée aux « Letterati contemporanei24 ». Camusso reconnaît à Eekhoud une renommée internationale. Partant de ses origines flamandes, il analyse sa prose sincère et évoque notamment sa défense de l’identité nationale belge25 qui le protège des influences étrangères, faisant de lui l’un des maîtres du nationalisme littéraire et le présentant comme l’auteur le plus flamand de la littérature belge francophone. Les nombreuses citations en français tirées des œuvres de l’auteur mettent au jour l’importance de la Campine et de ses habitants. L’article énumère d’autres probables raisons du tiède accueil réservé à l’auteur dans la Péninsule : cette communion sincère et partagée du narrateur avec les parias de la Flandre, le panthéisme et l’anarchisme qui traversent ses romans et ses nouvelles, son tempérament ardent et fougueux ont situé l’œuvre d’Eekhoud, expression la plus authentique de la littérature populaire belge contemporaine, aux antipodes de cet art aristocratique ou d’exception qui avait enflammé la fin de siècle italienne26.

  • 27 Destrée (Jules), En Italie avant la guerre 1914-1915, préface de Maurice Maeterlinck, Bruxelles- (...)
  • 28 Voir Roland (Hubert), « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne », op. cit. et S (...)
  • 29 Défenseur de la neutralité de la Belgique, Lazzeri est l’auteur de Una Storia del Belgio (Milano (...)
  • 30 Lazzeri (Gerolamo), Interpreti dell’anima belga, Bologna, Nicola Zanichelli, 1919.
  • 31 Ibid., p. 191-193.
  • 32 Lazzeri (Gerolamo), éd., Novelle belghe, Milano, Primato Editoriale, 1921, p. 61-82.

6Ce mouvement amorcé en faveur d’Eekhoud subira toutefois les contrecoups de la neutralité culturelle affichée par l’auteur durant la guerre alors que Jules Destrée, propagandiste de la cause belge, cherche à faire connaître à l’Italie le véritable visage de ses alliés d’alors et infléchir sa position27. Cohérent vis-à-vis de sa démarche libertaire qui le pousse à revendiquer l’autonomie de l’écrivain, sensible aux sollicitations de la Flamenpolitik à travers la maison d’édition Insel qui publie des traductions de ses œuvres en Allemagne28, l’attitude de l’écrivain anversois entraîne sa condamnation publique dans le Manifeste des écrivains belges du 22 novembre 1918. Après avoir milité en faveur de l’unité nationale avant la guerre, Eekhoud est accusé de ne pas s’être opposé à l’activisme flamingant durant le conflit. À la fin de la guerre, l’intellectuel socialiste Gerolamo Lazzeri29 l’introduit dans son volume sur les Interpreti dell’anima belga30 au nombre des représentants de la littérature belge d’expression française depuis 1880, alors qu’il consacre un chapitre à part à chacun des auteurs belges désormais classiques : Charles De Coster, Camille Lemonnier, Émile Verhaeren et Maurice Maeterlinck. Lazzeri situe cependant Eekhoud, « fiammingo autentico », tout de suite après Lemonnier pour la qualité de son œuvre et passe brièvement en revue les caractéristiques de sa poétique. Il souligne l’esprit rebelle d’Eekhoud, intéressé à la racaille et affichant son mépris pour la richesse, l’ordre et la loi. La fascination du narrateur belge pour la nature, mais surtout son attention constante pour la région désolée de la Campine, qui n’exerce pas sur le lecteur le charme que peut susciter la Flandre légendaire, caractérisent une prose beaucoup plus soucieuse de son attachement au terroir qu’au succès littéraire. Lazzeri s’attarde sur l’instinct révolutionnaire et vital de ses personnages, que l’auteur n’hésite pas à peindre avec les tons d’un réalisme parfois révoltant, et le met en rapport avec la langue robuste et incisive du peuple qu’Eekhoud privilégie. L’originalité et la profondeur de l’art eekhoudien résident ainsi, selon le critique italien, dans le parti pris qui consiste à représenter en pleine conscience un monde rude et peu connu, bien loin des clichés thématiques de l’époque31. Lazzeri reprendra presque mot pour mot son analyse dans une anthologie des narrateurs belges, publiée deux ans plus tard32, qui comprend la traduction de la nouvelle « Hiep-Hioup ! » tirée du Cycle patibulaire.

La diffusion occulte de l’anarchisme eekhoudien : l’Italie vecteur d’internationalité

  • 33 Sur l’attitude de Georges Eekhoud envers le mouvement anarchiste, que Paul Aron explique en part (...)
  • 34 Ibid., p. 119.
  • 35 Eekhoud (Georges), « Une mauvaise rencontre », dans La Société nouvelle, n° cxv-cxvi, juillet-ao (...)
  • 36 Avant de figurer dans Mes communions (Paris, Mercure de France, 1892), la nouvelle avait d’aille (...)
  • 37 Eekhoud (Georges), « La Bonne Leçon », dans Le Cycle patibulaire, Paris, Mercure de France, 1896 (...)
  • 38 Eekhoud (Georges), « La Bonne Leçon », dans La Société nouvelle, n° cxxxii, décembre 1895, p. 71 (...)
  • 39 La faction anarchiste en Italie, en partie affaiblie par la fondation du Parti socialiste en 189 (...)
  • 40 Eekhoud (Georges), La Buona Lezione. In memoria di Santo Caserio, Paterson (N.J.), Libreria Soci (...)
  • 41 Gori (Pietro), Sante Caserio. Appunti storici, Buenos Aires, Libreria Sociologica, 1906.
  • 42 Merlino (Francesco Saverio), Perché siamo anarchici?, Paterson, Libreria Sociologica, 1906.
  • 43 La première version du Cycle patibulaire fut publiée en 1892 chez Kistemaeckers. Eekhoud, décidé (...)
  • 44 Dans Gli Anarchici, publié en 1894, Cesare Lombroso consacre un chapitre aux criminels par passi (...)
  • 45 Lucini (Gian Pietro), Il verso libero. Proposta. Anastatica dell’edizione 1908 di Ragion poetica (...)

7La présence limitée mais tangible de Georges Eekhoud sur la scène littéraire italienne de la Belle Époque a pour pendant la diffusion plus large de ses orientations politiques, ce qui explique en partie l’ostracisme dont l’écrivain a été victime dans la Péninsule. Celui-ci découle non seulement de la défense des marginaux ou des « voyous » dans son œuvre et des prises de position publiques dues à son militantisme et à son activisme culturel d’intellectuel de gauche33, mais aussi d’une circulation de ses textes en marge des circuits littéraires officiels, au sein d’un réseau anarchiste qui se tisse au tournant du xixe siècle et qui dépasse les frontières des états nationaux. Eekhoud collabore à nombre de revues libertaires, ou qui du moins affichent des sympathies anarchistes, comme Les Entretiens politiques et littéraires, La Révolte, Les Temps nouveaux, La Revue rouge, La Société nouvelle, et bien entendu Le Coq rouge, qu’il fonde lui-même, et L’Art Jeune avec laquelle la revue d’Eekhoud fusionne. La Société nouvelle rassemble à partir de 1893, par l’intermédiaire d’Élisée Reclus, l’élite de l’anarchisme européen34. Eekhoud y publie en 1894 la nouvelle « Une mauvaise rencontre » où il mêle anarchisme et homosexualité35. En 1896, la Bibliothèque des Temps Nouveaux, où paraissent les écrits d’anarchistes tels que Reclus, Charles-Albert, Kropotkine ou Malatesta, fait paraître Burch Mitsu, récit dédié au fondateur de La Société nouvelle, Fernand Brouez, mettant en scène la révolte des pêcheurs d’Ostende contre leurs concurrents anglais36. Cette même année 1896 voit paraître la deuxième édition du Cycle patibulaire qui contient cinq nouveaux contes par rapport à la première édition de 1892 ; l’un d’eux, « La Bonne Leçon37 », préalablement publié sans dédicace dans La Société nouvelle38, a pour protagoniste l’anarchiste lombard Sante Caserio, responsable de l’assassinat du président Sadi Carnot le 24 juin 1894. La politique de répression pratiquée alors par Francesco Crispi contre le mouvement ouvrier et la poussée socialiste, qui a exaspéré le climat anarchiste de l’Italie fin de siècle, explique ainsi une certaine suspicion à l’égard du fondateur du Coq rouge39. « La Bonne Leçon », dédiée au créateur du Mercure de France, Alfred Vallette, ne passe pas inaperçue auprès des milieux anarchistes italiens, qui se l’approprient indirectement à travers une traduction italienne publiée par la Libreria Sociologica, la maison d’édition anarchiste de Paterson au New Jersey40. La situation politique en Italie et les assassinats qui se succèdent au tournant du siècle ont en effet contraint de nombreux militants socialistes et anarchistes à se réfugier aux États-Unis, à Paterson, citadelle de l’anarchisme où, depuis une vingtaine d’années, s’est formé un mouvement d’ouvriers anarchistes provenant d’Italie, doté d’une revue, La Questione sociale, et d’une maison d’édition, La Libreria Sociologica, publiant exclusivement en italien. Pietro Gori, considéré comme le probable complice de Caserio, y publie en 1906 un livre sur ce dernier41 ; l’activiste anarchiste et théoricien socialiste Francesco Saverio Merlino, collaborateur de La Société nouvelle et défenseur de l’anarchiste Gaetano Bresci lors du procès pour l’assassinat du roi Humbert ier, compte lui aussi parmi les auteurs de la maison d’édition42. L’absence de la date de publication sur cet opuscule de seize pages empêche de formuler des hypothèses précises sur l’identité du traducteur ; il semble cependant plausible que la traduction anonyme, publiée avec un sous-titre plus explicite par rapport à la version française43, a été réalisée dans ce milieu et durant la première décennie du xxe siècle – époque à laquelle a été fondée la Libreria Sociologica. Elle révèle que les positions politiques de Georges Eekhoud sont davantage connues et partagées auprès des anarchistes italiens que ne le sont sa production littéraire et ses choix esthétiques auprès de la critique. Le traducteur en tout cas opère une recontextualisation de la nouvelle et assure à Eekhoud un écho international au sein du réseau anarchiste, opération à laquelle l’écrivain belge a dû très certainement donner son consentement. En insérant le texte dans un circuit qui en amplifie la portée politique, il souligne le rôle que la traduction est appelée à assumer comme véhicule d’idées et vecteur d’échanges. Les références explicites au sein de la nouvelle n’ont pas dû échapper aux lecteurs contemporains : le village d’origine de Caserio, Motta Visconti, les allusions au caractère doux de l’anarchiste, à la pauvreté de sa famille, à son apprentissage comme boulanger à Milan sont des informations dont les journaux ont amplement parlé lors de l’assassinat du président français et du procès qui a condamné à mort le jeune Italien44. Le récit retrace sous forme de fantasmagorie et avec des accents lyriques les principales étapes de la vie de Caserio, dont la position anarchiste dérive de la condition misérable de la classe prolétaire italienne. La narration adopte le point de vue de l’institutrice de Sante qui, dans sa vision, entrevoit le futur de son élève préféré et l’exhorte à la révolte. Le poète aux tendances anarchistes Gian Pietro Lucini fournira en 1908 dans Ragion poetica e programma del verso libero une interprétation très fine de la nouvelle en révélant une référence intertextuelle qui contribue à déterminer le champ politique virtuel qui la sous-tend : l’institutrice portraiturée ne serait autre que Ada Negri, socialiste de la fin du xixe siècle et poète de la classe ouvrière, qui enseigna effectivement à Motta Visconti. Le romancier belge, connaisseur du milieu socialiste européen – en l’occurrence italien –, aurait ainsi imaginé une rencontre idéale entre une jeune Ada Negri, dont les premiers recueils de « rude poesia proletaria » et de défense des plus misérables ne sont pas sans rappeler les sujets de la prose eekhoudienne45. Lucini, qui déplore l’évolution vers la piété charitable et bourgeoise de la poésie d’Ada Negri, célèbre son passé d’ex-rebelle à travers l’allusion voilée à l’éloge indirect que lui aurait fait Georges Eekhoud en l’insérant dans son récit :

  • 46 Lucini (Gian Pietro), Il verso libero. Proposta. Anastatica dell’edizione 1908 di Ragion poetica (...)

Attualmente, Ada Negri, signora Garlanda, dedita a tutte le opere di caritatevole pietà, che la beneficenza laica e borghese permette ad una ex ribelle, non potrebbe andar orgogliosa, come un giorno, di aver suscitata la corresponsione e l’elogio di Georges Eekhoud : quando nel Cycle patibulaire, la vedeva giovanetta bruna e bruciata di febbre e d’entusiasmo, portare la buona parola della rivendicazione, nella piccola scuola di Motta Visconti, soffocata nelle nebbie delle risaje d’inverno e poco protetta in estate dalla scarsa ombria al lento e continuo miasma della malaria. Si dice che Santo Caserio ascoltasse avidamente alla voce calda ed affaticata e ne bevesse l’intimo perché : a quella libertà intravista a lampeggiare tra le tenebre della sua coscienza embrionale si era troppo promesso e consacrato. L’Eekhoud imaginava quei colloqui e la sua grande arte non solo li fa possibili ma presenti; conferma la favola bellissima46.

8La pénétration de la littérature belge d’expression française dans l’Italie de la Belle Époque se réalise ainsi dans le sillage du désir de renouvellement qui caractérise la fin du xixe siècle italien et qui conduit la littérature de la Péninsule à s’ouvrir à des mouvements littéraires transalpins plus expérimentaux. Inévitablement déterminée par l’évolution de l’accueil que l’Italie réserve à la littérature belge francophone, la réception de Georges Eekhoud s’établit sur la base de son capital symbolique mais surtout de la portée révolutionnaire d’une œuvre qui touche des thèmes souvent audacieux et semble encourager un anarchisme que l’Italie s’efforce alors d’enrayer. L’attachement du romancier et du nouvelliste au terroir flamand met en avant un pluriculturalisme, certes particulier à la Belgique, mais qui relève plus de l’exception que de catégories générales plus facilement accessibles à l’étranger. La défense des parias et la peinture d’instincts et de passions extrêmes se heurtent à la structure sociale et à la stratification culturelle italiennes, sans doute pas encore prêtes pour accueillir le message libertaire de l’œuvre eekhoudienne, dont le réalisme s’accompagne d’une adhésion compatissante au destin des marginaux. L’activité de valeureux défenseur de la liberté de Georges Eekhoud, qui débouche sur des prises de position ouvertement anarchisantes, a permis cependant d’établir auprès d’une élite le portrait d’un véritable intellectuel.

Haut de page

Notes

1 Dessy (Clément), « Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens », dans La Revue des revues, n° 58, automne 2017, p. 87-88.

2 Les accords de Plombières, signés le 21 juillet 1858 entre Napoléon iii et le ministre Cavour pour s’opposer à la domination autrichienne sur le territoire italien, jettent les bases de l’appui concret que la France fournira à l’indépendance de la Péninsule mais recouvrent déjà des objectifs politiques divergents : si Napoléon iii favorise l’indépendance, il ne souhaite pas l’unité politique du pays et protège les intérêts des États pontificaux. La signature de l’armistice entre la France et l’Autriche, à la suite de la Seconde Guerre d’indépendance italienne, entame les rapports avec le Royaume de Sardaigne. L’entreprise de Garibaldi va en outre se heurter aux visées de Napoléon iii sur l’Italie. Après 1870, la rivalité entre les deux pays se joue sur le plan colonial et le contrôle de l’Afrique du Nord ; elle donne lieu à une sorte de revanchisme de la part de l’Italie qui adhère à la Triple Alliance en 1882. Les épisodes xénophobes anti-italiens de juin 1881 à Marseille, ceux d’Aigues-Mortes en 1893 traduisent la tension entre les deux pays, qui vivent alors la période la plus difficile de leurs rapports diplomatiques, politiques et économiques.

3 D’Antuono (Nicola), Vittorio Pica. Un visionario tra Napoli e l’Europa, Roma, Carocci, 2002, p. 92-94.

4 Voir la réponse d’Edmond Picard à Jules Huret au sein de l’Enquête sur l’évolution littéraire (préface et notices de Daniel Grojnowski, Paris, José Corti, 1999, p. 369-376), ainsi que Papini (Giovanni), « Non per la Francia ma contro la Germania (14 febbraio 1915) », dans Opere viii. Politica e civiltà, Milano, Mondadori, 1963, p. 314-319.

5 Alors qu’en 1893 Antonio Sante Martorelli est convaincu que la littérature belge doit réussir à repousser le mouvement flamand si elle veut conserver sa cohésion identitaire nationale (« La Letteratura nazionale belga », dans La Cultura, n° 45-46, 4 décembre 1893, p. 344-346), Giulio Caprin (« La Bibbia fiamminga », dans Il Marzocco, n° 24, 12 juin 1910, p. 2-3), quelques années plus tard, constate que des auteurs comme Verhaeren ou Maeterlinck, tiraillés de part et d’autre entre la France et l’Allemagne, ne sont ni français, ni allemands, ni belges mais tout simplement flamands. Ces caractéristiques vont dorénavant accompagner la plupart des commentateurs italiens : les défenseurs de l’âme flamande seront en général des intellectuels qui ont dû assimiler la culture nationale au détriment d’une identité régionale voire locale particulièrement prononcée, comme Giulio Caprin, originaire de Trieste. L’adjectif fiammingo sera utilisé comme synonyme de belga – parle de « letteratura fiamminga d’espressione francese » en se référant à Charles De Coster (Gerolamo [Lazzeri], « Introduzione », dans Verhaeren [Émile], Il Belgio sanguinante, Lanciano, G. Carabba, 1917, p. ix) –, ou assumera une connotation régionaliste à laquelle l’Italie est historiquement sensible. L’une des premières anthologies de poètes belges, publiée par Francesco Meriano, s’intitule Anime fiamminghe. Piccola antologia dei poeti belgi (Bari, Humanitas, 1915).

6 Dessy (Clément), « Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens », op. cit., p. 90. La renommée d’Eekhoud, le plus flamand des auteurs francophones de sa génération, aussi bien en Russie qu’en Allemagne durant la dernière décennie du xixe siècle en est la preuve. Voir Polderman (Fabrice), « L’œuvre de Georges Eekhoud à l’étranger », dans La Société Nouvelle, décembre 1893, p. 274-278 ; Roland (Hubert), « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne », dans Aron (Paul) et Bertrand (Jean-Pierre), dir., Textyles, n° 13, Lettres du jour (i), 1996, p. 193-203.

7 Dumoulin (Michel), « Italie et Belgique dans le xixe siècle européen. L’historiographie des relations italo-belges », dans Ciampani (Andrea), Tilly (Pierre) et Viaene (Vincent), éds., Italia e Belgio nell’Ottocento europeo. Nuovi percorsi di ricerca, Roma, Istituto per la Storia del Risorgimento italiano, 2003, p. 7.

8 Pica (Vittorio), « Notizie », dans Cronaca Sibarita, n° 2, 1er novembre 1884, p. 8. « […] l’un des plus plaisants et valeureux champions de ce groupe d’écrivains flamands, qui sous le nom de Jeune Belgique luttent vigoureusement contre les vieux fossiles en faveur de l’art vériste ».

9 Voir Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 287 et Gousseau (Josette), éd., Sicilia e Belgio. Specularità e interculturalità, Palermo, s. n., 1995, p. 126-128.

10 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, n° 224, 15 octobre 1906, p. 614-615.

11 Pica (Vittorio), « L’umorismo nell’arte », dans All’avanguardia. Studi sulla letteratura contemporanea, Napoli, Pierro, 1890, p. 6. La nouvelle en question est « Comment écrire un Article-Blackwood », dans La Jeune Belgique, n° 7, 5 juillet 1885, p. 349-358.

12 Voir Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque. Le « hard labour » de Georges Eekhoud entre Anvers, Paris et Bruxelles, Louvain, Leuven University Press, 2017 ; Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), dir., Textyles, n° 45, Les passeurs. Médiation et traduction en Belgique francophone, 2014 ; Gonne (Maud), « Recyclages, croisements et transferts dans l’œuvre de Georges Eekhoud », dans Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 2, 2015, p. 396.

13 Sur les rapports de Vittorio Pica avec le milieu littéraire belge, voir Russo (Amanda), « Vittorio Pica in Belgio fra le pagine de L’Art moderne e de La Jeune Belgique (1885-1913) », dans mdccc 1800, n° 7, juillet 2018, p. 145-158.

14 Eekhoud (Georges), « Rassegna belga (Misura e Pittura) », dans La Rassegna internazionale della letteratura e dell’arte contemporanea, vol. v, 1901, p. 184-196 ; « Rassegna belga », Ibid., vol. vi, 15 juillet 1901, p. 118-127 ; « Rassegna belga », dans Ibid., vol. vi, 1er septembre 1901, p. 334-341 ; « Rassegna belga », dans Ibid., vol. vii, 1901, p. 375-381 ; « Cronaca belga », dans La Rassegna internazionale, vol. viii, 15 février 1902, p. 357-364. Voir Kalantzis (Alexia), « Un réseau franco-italien : les écrivains du Mercure de France en Italie (1895-1910) », dans La Revue des revues, n° 58, automne 2017, p. 77-85.

15 Nemi (Aleramo [Sibilla], dite), « Tra libri e riviste », dans La Nuova Antologia, n° 178, 1er juillet 1901, p. 167-168. Les chroniques italiennes et anglaises ont en effet de nombreux sujets communs. Voir Dessy (Clément), « Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens », op. cit., p. 96.

16 « Échos – Une protestation », dans Mercure de France, n° 129, septembre 1900, p. 848-849.

17 « Échos – Contre le procès Georges Eekhoud », dans Mercure de France, n° 130, octobre 1900, p. 287-288.

18 Vorluni traduira un essai de Gourmont : Gourmont (Remy de), La Fisica dell’amore (Saggio sull’istinto sessuale), Bari, Laterza, 1905. Remy de Gourmont collaborera à la revue napolitaine Flegrea à partir de 1901 et parlera de Lemonnier et d’Eekhoud, arbitrairement poursuivis en justice, comme des « meilleurs romanciers de la Belgique française » (Gourmont [Remy de], « La Littérature française en 1900 », dans Flegrea, n° 1, 5 janvier 1901, p. 19-31).

19 « Échos – Le Procès Georges Eekhoud et Camille Lemonnier », dans Mercure de France, n° 131, novembre 1900, p. 573-575. Pour le probable brouillon de cette lettre, voir Russo (Amanda), « Un ponte culturale fra l’Italia e il Belgio : lettere inedite di Vittorio Pica (1887-1920) », dans L’uomo nero. Materiali per una storia delle arti della modernità, n° 14-15, mars 2018, p. 243.

20 Pica (Vittorio), « Letterati belgi », dans Fanfulla della Domenica, n° 51, 23 décembre 1900, p. 1.

21 Ricciardi (Lorenzo), « George [sic] Eekhoud – L’Escal-Vigor », dans Flegrea, n° 4, 20 février 1901, p. 316-323. Le nom de Lorenzo E. C. Ricciardi apparaît trois fois dans Flegrea : avant l’article sur Escal-Vigor, il publie un texte, Apoteosi (n° 5, 5 marzo 1900, p. 461-465) ; par la suite, un long compte rendu de La Vie des abeilles de Maurice Maeterlinck (n° 3, 5 novembre 1901, p. 243-253). Voir à ce propos : « Flegrea » (1899-1901), saggio introduttivo, indici e appendice a cura di Alfredina D’Ascenzo, Pescara, Edizioni Campus, 2001. La présence de Lorenzo Ricciardi dans une revue cosmopolite comme Flegrea porte à croire qu’il devait appartenir à la nouvelle génération de la célèbre famille Ricciardi de Naples, dont l’un des représentants est le célèbre journaliste Michele Ricciardi (connu aussi sous le pseudonyme de Mikaël), membre du cénacle littéraire la Società dei Nove Musi fondée en 1890 à Naples, dont firent partie entre autres Benedetto Croce, Vittorio Pica, Matilde Serao, Gabriele D’Annunzio, Vittorio Spinazzola, Edoardo Scarfoglio. Lorenzo Ricciardi ne figure cependant pas dans Rovito (Teodoro), Letterati e giornalisti italiani contemporanei. Dizionario bio-bibliografico, seconda edizione rifatta e ampliata, Napoli, Teodoro Rovito Ed., 1922, ce qui laisse présupposer que son activité journalistique fut épisodique et vraisemblablement limitée au groupe de jeunes intellectuels que Riccardo Forster rassembla autour de lui et autour du programme aristocrate et décadent de la revue Flegrea. Cela expliquerait également le caractère audacieux de cette défense d’Escal-Vigor.

22 Ibid., p. 319. « Georges Eekhoud ne fait pas dans la subtilité, mais dans la psychologie crue. Il ne dissèque pas les sentiments des personnages ni ne les présente de façon anatomique : il raconte. »

23 Ibid., p. 322-323. « Avec sa rude simplicité, il heurte et choque, il ne s’avance pas avec douceur ; de telle sorte qu’il suscite toujours un sentiment net et précis d’attraction ou de répulsion. »

24 Camusso (Giovanni), « Letterati contemporanei : Georges Eekhoud », dans Emporium, n° 253, janvier 1916, p. 22-30. Camusso est également l’auteur de « Il Belgio e la guerra (attraverso le figurazioni della stampa internazionale) », dans Emporium, n° 240, 1914, p. 414-425. Les articles sur les écrivains contemporains étaient relayés par la série réservée aux artistes, pour laquelle Vittorio Pica écrit la plupart des portraits des artistes belges.

25 Face aux menaces de désagrégation du pays de la dernière décennie du xixe siècle, Eekhoud revient sur des positions de défense de la cohésion nationale autour de 1905 en publiant l’article d’ouverture de La Belgique artistique et littéraire sur « L’Âme belge ».

26 Si nombre de revues italiennes de la fin de siècle, comme Flegrea, se font le porte-parole d’un projet cosmopolite qui passe à travers une divulgation des littératures étrangères, et notamment de l’esthétique décadente et symboliste, Vittorio Pica définit de façon nette, dans sa conférence sur l’« Arte aristocratica » lue au Circolo Filologico de Naples le 3 avril 1892, les deux tendances de la littérature européenne de l’époque – l’art aristocratique et l’art démocratique. La littérature aristocratique ou « d’exception » est incarnée, pour le critique napolitain, par Mallarmé, Verlaine, Villiers de l’Isle-Adam, Laforgue, Rimbaud, Poictevin, Péladan, Barrès en France ; Hannon, Van Arenbergh, Verhaeren, Rodenbach, Giraud, Gilkin, Maeterlinck en Belgique ; Dante Gabriel Rossetti en Angleterre, Edgar Allan Poe aux États-Unis, enfin Carlo Dossi et Gabriele D’Annunzio en Italie. Voir Pica (Vittorio), « Arte aristocratica » e altri scritti su naturalismo, sibaristimo e giapponismo (1881-1892), a cura di Nicola D’Antuono, Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane, 1995, p. 243-270.

27 Destrée (Jules), En Italie avant la guerre 1914-1915, préface de Maurice Maeterlinck, Bruxelles-Paris, Librairie Nationale d’Art et d’Histoire-G. Van Oest et Cie, 1915 ; Destrée (Jules), En Italie pendant la guerre, Bruxelles-Paris, Librairie Nationale d’Art et d’Histoire-G. Van Oest et Cie, 1916.

28 Voir Roland (Hubert), « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne », op. cit. et Schaepdrijver (Sophie de), « Antimémoire d’une antimémoire. Les occupations de l’écrivain belge Georges Eekhoud », dans Laserra (Annamaria), Leclercq (Nicole) et Quaghebeur (Marc), dir., Mémoires et Antimémoires littéraires au xxe siècle. La Première Guerre mondiale, Berne, Peter Lang, 2008, p. 19-32.

29 Défenseur de la neutralité de la Belgique, Lazzeri est l’auteur de Una Storia del Belgio (Milano-Roma-Napoli, Società Editrice Dante Alighieri, 1918). Il traduit en plein conflit mondial La Belgique sanglante et Les Ailes rouges de la guerre d’Émile Verhaeren (Il Belgio sanguinante, op. cit. ; Le Rossi Ali della guerra, Lanciano, G. Carabba, 1917), la pièce Le Cloître (Il Chiostro. Dramma, Lanciano, G. Carabba, 1918), et par la suite quelques œuvres d’autres écrivains belges francophones : Des Ombiaux (Maurice), Amor selvaggio. Romanzo, Milano, Modernissima, 1923 ; Lemonnier (Camille), Un Maschio, Milano, Delta, 1929 ; Lemonnier (Camille), Canzone di campane, Milano, Rizzoli e C., 1933.

30 Lazzeri (Gerolamo), Interpreti dell’anima belga, Bologna, Nicola Zanichelli, 1919.

31 Ibid., p. 191-193.

32 Lazzeri (Gerolamo), éd., Novelle belghe, Milano, Primato Editoriale, 1921, p. 61-82.

33 Sur l’attitude de Georges Eekhoud envers le mouvement anarchiste, que Paul Aron explique en partie par la méfiance de l’auteur à l’égard des partis de masse, voir Aron (Paul), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913). L’expérience et l’art social d’Edmond Picard à Émile Verhaeren, Bruxelles, Labor, 1985 et Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, op. cit.

34 Ibid., p. 119.

35 Eekhoud (Georges), « Une mauvaise rencontre », dans La Société nouvelle, n° cxv-cxvi, juillet-août 1894, p. 101-117.

36 Avant de figurer dans Mes communions (Paris, Mercure de France, 1892), la nouvelle avait d’ailleurs paru dans La Société nouvelle (n° xc, juin 1892, p. 712-728 et n° xciii, septembre 1892, p. 287-299) avec la même dédicace à Fernand Brouez.

37 Eekhoud (Georges), « La Bonne Leçon », dans Le Cycle patibulaire, Paris, Mercure de France, 1896, p. 261-282.

38 Eekhoud (Georges), « La Bonne Leçon », dans La Société nouvelle, n° cxxxii, décembre 1895, p. 713-725.

39 La faction anarchiste en Italie, en partie affaiblie par la fondation du Parti socialiste en 1892, compte de nombreux partisans. Flegrea donne un riche aperçu de ce qu’elle considère comme un problème endémique du pays : voir « Flegrea » (1899-1901), op. cit., p. 42-45. L’attitude anarchisante telle qu’on l’enregistre auprès de certains cadets de la classe aristocratique relève d’une prise de position libertaire qui inclut implicitement, comme chez Eekhoud, la défense de l’homosexualité.

40 Eekhoud (Georges), La Buona Lezione. In memoria di Santo Caserio, Paterson (N.J.), Libreria Sociologica, s.d. Je désire remercier la directrice de la Biblioteca del Museo nazionale del Risorgimento italiano de Turin, Mme Edi Perino, pour m’avoir fourni sans délai la copie de l’un des rares exemplaires de ce volume disponible sur le territoire italien.

41 Gori (Pietro), Sante Caserio. Appunti storici, Buenos Aires, Libreria Sociologica, 1906.

42 Merlino (Francesco Saverio), Perché siamo anarchici?, Paterson, Libreria Sociologica, 1906.

43 La première version du Cycle patibulaire fut publiée en 1892 chez Kistemaeckers. Eekhoud, décidé à donner droit de cité aux « irrésistibles revendications qui couvent dans les masses, dans les enfers du siècle », conseilla toutefois à l’éditeur un tirage limité par peur de la censure (voir Lucien [Mirande], Eekhoud le rauque, op. cit., p. 116). Les deux recueils les plus anarchistes d’Eekhoud, Le Cycle patibulaire et Mes communions, sont les premiers ouvrages qu’il publie en France, au Mercure de France. Mirande Lucien précise que la plupart des collaborateurs du Mercure de France et des Entretiens politiques et littéraires sont présents dans les sommaires des revues anarchistes dans les années 1890 (ibid., p. 114).

44 Dans Gli Anarchici, publié en 1894, Cesare Lombroso consacre un chapitre aux criminels par passion et analyse notamment le cas de Sante Caserio. La plupart des détails repris par Eekhoud dans sa nouvelle figurent dans le livre de Lombroso qu’Eekhoud a pu lire en italien – la première traduction française datant en effet de 1897. Mirande Lucien cite une page du journal d’Eekhoud datée du 10 janvier 1895 où celui-ci envisage effectivement d’écrire une nouvelle sur Caserio (ibid., p. 83).

45 Lucini (Gian Pietro), Il verso libero. Proposta. Anastatica dell’edizione 1908 di Ragion poetica e programma del verso libero. Grammatica, ricordi e confidenze per servire alla storia delle lettere contemporanee, éd. Pier Luigi Ferro, Novara, Interlinea, 2008, p. 117-118. Filippo Tomaso Marinetti publie un poème dédié « À Madame Ada Negri » dans la revue Poesia (n° 3-4-5, avril-mai-juin 1906) où il évoque de nombreux aspects de la vie et de la poétique d’Ada Negri repris dans la nouvelle d’Eekhoud.

46 Lucini (Gian Pietro), Il verso libero. Proposta. Anastatica dell’edizione 1908 di Ragion poetica e programma del verso libero. Grammatica, ricordi e confidenze per servire alla storia delle lettere contemporanee, op. cit. « Aujourd’hui, Ada Negri, Madame Garlanda, qui se dévoue à toutes les œuvres de charité que la bonté laïque et bourgeoise permet à cette ancienne rebelle, ne pourrait s’enorgueillir d’avoir un jour suscité l’affection et l’éloge de Georges Eekhoud : quand, dans Le Cycle patibulaire, il la voyait comme une jeune fille brune, brûlant de fièvre et d’enthousiasme, porter la bonne parole des revendications dans la petite école de Motta Visconti, étouffée dans les brouillards des rizières en hiver et mal protégée par la rareté de l’ombre des miasmes lents et persistants de la malaria en été. On dit que Santo Caserio avait l’habitude d’écouter avec avidité sa voix chaude et fatiguée et qu’il buvait ses paroles avec intensité, parce qu’il était déjà promis et s’était trop dédié à la liberté, dont il entrevoyait les vibrations à travers les ténèbres de sa conscience naissante. Eekhoud a imaginé ces échanges et son grand art les rend non seulement possibles mais concrets ; il rend réelle cette belle histoire. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federica D’Ascenzo, « La réception du « giovane e valoroso scrittore belga » dans l’Italie de la Belle Époque »Textyles, 58-59 | 2020, 153-168.

Référence électronique

Federica D’Ascenzo, « La réception du « giovane e valoroso scrittore belga » dans l’Italie de la Belle Époque »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3917

Haut de page

Auteur

Federica D’Ascenzo

Università degli studi « G. D’Annunzio » (Chieti-Pescara, Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search