Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-59Georges EekhoudGeorges Eekhoud, éthologue du siè...

Georges Eekhoud

Georges Eekhoud, éthologue du siècle de Shakespeare

Clément Dessy
p. 169-196

Texte intégral

  • 1 Verhaeren (Émile), « Chronique littéraire : Georges Eekhoud », dans Le Peuple, 1er octobre 1891, (...)
  • 2 Feuillet « Amitiés et camaraderies parisiennes » du dossier « Souvenirs et témoignages », aml, Br (...)

1Georges Eekhoud est souvent présenté comme un écrivain attaché au terroir de la Campine et à Anvers, sa ville d’origine. Cette perception régionaliste de son œuvre coexiste pourtant avec l’image, prégnante à l’époque, d’un écrivain ouvert sur le monde et les cultures étrangères. Comme Verhaeren l’indique : « À le voir d’esprit ouvert à la curiosité universelle, à le suivre commentant, traduisant, sollicitant les poètes anglais, scandinaves, allemands, italiens, on le croirait cosmopolite1. » Les connaissances qu’Eekhoud a des langues étrangères datent de son séjour au pensionnat de l’Institut Breidenstein en Suisse, entre 1866 et 1869, où il apprend l’anglais, l’allemand et l’italien. Ses compétences dépassent de loin celles de la plupart des écrivains de sa génération : il traduit depuis l’italien (Giovanni Verga), l’allemand (Hendrik Ibsen, Gerhardt Hauptmann), le néerlandais (Stijn Streuvels, Hendrik Conscience), mais aussi, et surtout, l’anglais. Ses réseaux littéraires s’étendent au-delà du monde francophone et il s’en prévaut, comme le montre une note personnelle où il énumère ses « amitiés parisiennes » et prend soin de dresser la liste, par pays, de ses contacts internationaux2 : en Italie (Vittorio Pica et Giovanni Verga), en Allemagne (Eugène Wilhem ou Magnus Hirschfled), au Portugal (Eugenio de Castro), aux Pays-Bas (Jacob Israël de Haan), en Angleterre (Edward Carpenter et William Sharp)…

  • 3 Verhaeren (Émile), « Chronique littéraire : Georges Eekhoud », art. cit.
  • 4 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, t. 41, n° 147, mars 1902, (...)
  • 5 Eekhoud (Georges), « Communion nostalgique (Transposition d’un air connu) », dans Le Cycle patibu (...)

2Verhaeren note le caractère « cosmopolite » des influences d’Eekhoud : « Son essai sur Shakespeare et son temps prouve combien les Anglo-Saxons ont sollicité ses goûts. Également les véristes ultramontains, pendant longtemps, furent conquérants de son attention généreuse. En France, Léon Cladel lui fut cher3. » On pourrait y ajouter en vrac les auteurs antiques, le théâtre espagnol des xvie et xviie siècles, la littérature romantique allemande ou encore l’école esthétique anglaise. On hésiterait toutefois à appliquer au romancier l’étiquette de « cosmopolite », sachant que lui-même n’a employé le terme que de façon négative pour désigner la nuisance d’élites étrangères sur les identités culturelles locales et populaires, comme lorsqu’il évoque l’identité du « vieux Bruxellois » qui pourrait céder « la place à l’élément bâtard et cosmopolite, à l’uitlander, aux intrus wallons ou étrangers4 » ou encore la nostalgie dans l’exil, « cette peine, que ne connaîtront jamais les inconscients bâtards et les papillons cosmopolites5 ».

3En réalité, il faut articuler l’attachement au terroir et l’ouverture au monde pour mieux comprendre le projet littéraire d’Eekhoud. Ce phénomène s’observe en particulier dans son appropriation du monde des Élisabéthains. Le « siècle de Shakespeare », selon le titre de son essai de 1893, a laissé une marque profonde dans son œuvre, peut-être même davantage que chez Maurice Maeterlinck, qui fut tant de fois surnommé le « Shakespeare belge ». Allusions et citations de Shakespeare émaillent les œuvres du romancier, mais c’est surtout le nombre d’études, de traductions, d’enseignements et sa production dramatique qui rendent cette influence notable. La Renaissance anglaise a guidé Eekhoud tout au long de sa vie, et ce, depuis la Suisse, où il découvre Shakespeare dans la langue originale. Cette influence n’est pas une simple question de « goûts », car ce que l’on pourrait appeler le programme shakespearien d’Eekhoud dépasse le cadre de la réception passive ou de la médiation culturelle. Les traductions, adaptations, critiques ou conférences qu’Eekhoud a données dans ce cadre ne sont pas que des activités subsidiaires ou alimentaires ; il faut envisager le soin, la complémentarité et la cohérence que l’auteur leur a apportés. Le romancier contribue à faire connaître les dramaturges élisabéthains et jacobéens au sein de l’espace francophone, mais il élabore en même temps une méthode qui lui est propre et qui engage son affectivité dans sa relation aux savoirs historiques. On observera ici comment l’écrivain intègre l’histoire littéraire à ses modes de création et comment, à travers la Renaissance anglaise, il déploie une grille de lecture applicable à l’ensemble de son projet littéraire. Autour de ce siècle shakespearien, Eekhoud met en scène ses affinités personnelles et élabore sa persona littéraire.

Le « siècle de Shakespeare » : une vision critique et esthétique

  • 6 Herold (André-Ferdinand), « Au siècle de Shakespeare, par Georges Eekhoud », dans Mercure de Fran (...)
  • 7 La table des matières (cote e147/38) et les épreuves de cet ouvrage se trouvent à la Letterenhuis (...)
  • 8 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, t. xxxii, septembre 1899, (...)

4Au siècle de Shakespeare (1893) rassemble une première série d’études, publiées de janvier à avril 1892 dans La Société nouvelle. Présenté par la critique comme « une excellente préface aux livres et aux traductions que nous promet M. Eekhoud6 », le livre apparaît comme le premier volet d’un plus vaste projet. Dès cette période, Eekhoud a préparé la publication de ses Études élisabéthianes [sic] et il en annoncera la publication jusqu’au Terroir incarné (1923), dans lequel figurent encore à paraître des Études élisabéthiennes [sic]7. Celles-ci devaient reprendre une série d’études, celle de « La Pléiade shakespearienne », parues dans La Société nouvelle, sur John Webster, Ben Jonson, John Ford, Philip Massinger, Beaumont & Fletcher, Christopher Marlowe, ainsi que plusieurs autres articles parus dans La Belgique artistique et littéraire, le Mercure de France et La Vie intellectuelle jusqu’en 19128, à propos des sonnets de Shakespeare, d’Antoine Van Dyck à la cour de Londres et du théâtre espagnol.

  • 9 Ginisty (Paul), dans La République française, cité dans « Les Lettres belges à l’étranger », dans (...)
  • 10 Lambert (José), « Shakespeare en France au tournant du xviiie siècle. Un dossier européen », dans (...)
  • 11 Naugrette (Florence), « Shakespeare vivant ? Romantisme pas mort ! “Gilles” Shakespeare, ange tut (...)
  • 12 Ibid., §19.
  • 13 Naugrette (Florence), « Comment lire William Shakespeare de Victor Hugo ? », dans Bouchardon (Mar (...)

5Dans cet « attachant et vivant travail de M. Georges Eekhoud » paru en 1893, Paul Ginisty perçoit des filiations : « Cette peinture avait été magnifiquement ébauchée par Hugo dans son William Shakespeare ; M. Eekhoud s’est plu à la précision des détails9. » William Shakespeare de Hugo, paru en 1864, constitue un jalon après les apports de Stendhal, Alfred de Vigny et Émile Deschamps. Le dramaturge anglais, dont la vision française était encore tributaire de Voltaire10, y est converti en modèle de « génie », en écho à la doctrine romantique. Hugo donne à voir Shakespeare comme une incarnation de l’Angleterre de son temps, l’instrumentalisant pour s’opposer au bon goût français et au classicisme, mais aussi pour dénoncer le régime impérial et la bourgeoisie11. La langue du dramaturge, que Voltaire trouvait mauvaise, devient pour lui un objet d’admiration et d’exaltation du populaire pour dénoncer la hiérarchie sociale des scènes dramatiques en France12. Par l’alternance des registres et la polyphonie générique entre essai, (auto)biographie, manifeste et pamphlet, le livre de Hugo s’avère « inclassable13 ». Devant initialement servir de préface rétrospective à la traduction des Œuvres complètes (1859-1865) effectuée par le fils de Hugo, François-Victor, le texte porte la trace d’une réflexion sur l’acte de traduction, réflexion qu’il prolonge dans un texte marginal, « Les Traducteurs », repris dans ses Propos philosophiques.

  • 14 Ginisty (Paul), art. cit.
  • 15 Il cite Hugo, ailleurs, dans des notes pour une « Conférence sur Shakespeare », aml, cote 2774/4.
  • 16 Eekhoud (Georges), Au siècle de Shakespeare, Bruxelles, Lacomblez, 1893.
  • 17 Delabastita (Dirk), D’Hulst (Lieven), « Introduction », dans European Shakespeares, op. cit., p.  (...)

6Ginisty signale qu’Eekhoud aborde « un sujet qui, dans notre langue du moins, est loin d’avoir été épuisé14 ». Dans la tradition historiographique française, son apport est original. S’il ne cite apparemment pas Hugo15, il se réfère, en revanche, en bon écrivain naturaliste, à Hippolyte Taine et à son imposante Histoire de la littérature anglaise (1863). Au siècle de Shakespeare est influencé par la théorie des milieux, le romancier se proposant, avant d’étudier les dramaturges, « de peindre leur époque, de les montrer dans leur atmosphère, leur entourage et leur milieu16 ». En choisissant d’aborder l’ensemble des dramaturges élisabéthains et jacobéens, le romancier prolonge les entreprises hugolienne et tainienne, utilisant le nom de Shakespeare comme une métonymie, procédé souvent observé dans les études portant sur le dramaturge. Il importe donc d’interroger les réalités que ce recours au nom désigne17.

7L’œuvre de Shakespeare, monument de la Weltliteratur, ouvre à Eekhoud une voie d’internationalisation. L’école esthétique et le mouvement décadent anglais ont déjà suscité un regain d’intérêt pour les autres dramaturges de son époque : John Addington Symonds a publié plusieurs études sur le sujet comme les Shakspeare’s Predecessors in the English Drama (1884) ; Algernon Charles Swinburne, qu’Eekhoud cite souvent pour ses « Sonnets on English Dramatic Poets » (1882) et ses études : A Study of Shakespeare (1880) ainsi que les articles de presse qui composeront le recueil The Age of Shakespeare (1908). Swinburne fut un fervent défenseur de The Duchess of Malfi par John Webster, qu’Eekhoud traduit en 1893. La pièce est produite en 1892 par l’Independent Theatre Society de Londres, dans une version adaptée par William Poel, qui se veut plus fidèle à l’original. Le témoignage d’Edith Cooper (une des deux femmes poètes publiant sous le pseudonyme de Michael Field) rappelle l’événement que fut la représentation pour les décadents anglais :

  • 18 Cité dans The Duchess of Malfi, ed. Leah S. Marcus, Londres, Methuen Drama, coll. John Webster Ar (...)

‘The Duchess of Malfi’ at the Opera Comique! Fitz-Gerald gloats over executions behind us; [Richard] Le Gallienne wanders about like a young Dante in the shades; Oscar [Wilde] sits as if blowing bubbles of enjoyment, so pervasive are his smiles — they float through the milieu. Arthur Symons comes up an instant & speaks… hollowly – does not arrest my attention & goes off. I catch his face in a mirror18.

  • 19 Les articles et traductions des articles de Brandes se trouvent dans les archives d’Eekhoud, aml,(...)
  • 20 Carpenter (Edward), « L’amour homogénique et sa place dans une société libre », dans La Société n (...)

8Eekhoud s’inspire aussi des travaux de Georg Brandes, notamment pour son article sur les sonnets de Shakespeare, poèmes dont l’ambiguïté portait à débattre du destinataire19. Or, le sujet a également suscité l’intérêt d’Oscar Wilde qui lui a dédié un de ses contes célèbres, The Portrait of Mr. W. H. (1889), ou encore d’Edward Carpenter qui mentionne ces poèmes dans ses études sur l’homosexualité, dont celle traduite (anonymement) dans la revue déjà citée plus haut, La Société nouvelle20.

  • 21 Voir les documents sur les dramatistes élisabéthains, aml, cote 2774/5/12.
  • 22 Eekhoud (Georges), Notes de cours sur Swinburne, Letterenhuis (Anvers), cote 145554/a-b-c, dossie (...)

9Ces deux filons, le naturalisme, eu égard à la place de Taine dans l’essai, et la décadence anglaise, forment les assises esthétiques du programme shakespearien d’Eekhoud. Dans son cours sur Jonson, Eekhoud vante les qualités de réalisme du dramaturge anglais, dépassant une formule zolienne qu’il critique par ailleurs : « Parallèle entre Ben Jonson et Balzac : tous deux agrandissent, magnifient le vice, ils rendent l’avare, par exemple, artistiquement sublime – En quoi ils diffèrent des naturalistes genre Zola21. » D’un autre côté, Eekhoud affirme devoir « remonter aux “Élisabéthains” pour retrouver cette franchise, cette sensualité, cette opulence de métaphores22 » qu’il trouve dans la poésie de Swinburne.

  • 23 Eekhoud (Georges), « Conférence sur Shakespeare », aml, cote 2774/4.
  • 24 Voir Evangelista (Stefano), British Aestheticism and Ancient Greece. Hellenism, Reception, Gods i (...)
  • 25 Repris dans Le Cycle patibulaire (1896) et paru pour la première fois en revue dans L’Art jeune ( (...)

10Des références au paganisme apparaissent dès Au siècle de Shakespeare et Eekhoud voit dans le grand Will une « expression du néo-paganisme23 ». Ces références se retrouvent surtout dans la préface à la traduction d’Édouard ii de Marlowe (1896), où ce dernier est systématiquement présenté comme un « païen ». Or, le mouvement décadent anglais, par ses prédilections hellènes, utilise volontiers la référence au paganisme et à l’Antiquité pour désigner la liberté morale, et bien entendu l’homosexualité24. Eekhoud n’ignore pas ce code puisqu’il évoquera Wilde en « poète » et « martyr païen, torturé au nom de la justice et de la vertu protestantes25 » dans sa dédicace au Tribunal au chauffoir.

  • 26 Herold (André-Ferdinand), « Au siècle de Shakespeare, par Georges Eekhoud », art. cit., p. 84.
  • 27 Krains (Hubert), « Chronique littéraire [Au siècle de Shakespeare] », dans La Société nouvelle, 9(...)
  • 28 Ibid.

11Au siècle de Shakespeare est un « curieux livre26 ». Les critiques sont intrigués par le caractère inhabituel de ce « petit ouvrage d’érudition qui a […] la supériorité du charme qu’un esprit d’artiste communique d’habitude aux matières qu’il éclaire27 ». Eekhoud ne souhaite pas seulement se poser en savant et faire découvrir des auteurs méconnus : il veut mettre au point une approche personnelle, différente d’une critique de type académique. D’après Hubert Krains : « Les critiques et les érudits de profession, uniquement préoccupés de voir juste, doivent souvent se prémunir contre leur imagination et réprimer les entraînements de leur cœur. » La nouveauté se trouverait dans la « surabondance de vie » qu’apporte la « plume du poète28 » qui se fait critique.

12Eekhoud apporte des prolongements fictionnels à une documentation traditionnelle, érudite et précise. Pour lui, les œuvres littéraires sont en quelque sorte un répertoire de sensations, de comportements qui lui servent à reconstituer l’atmosphère d’une époque évanouie, celle de la vie londonienne entre 1550 et 1640 :

  • 29 [Anonyme], « Au siècle de Shakespeare par Georges Eekhoud », dans L’Art moderne, 13e année, n° 4, (...)

Au siècle de Shakespeare, c’est un large et superbe décor, brossé avec ampleur et richesse, plein de couleur et de relief, et déroulant, sur les bords de la Tamise, le pays anglais tel qu’il était au temps du dramaturge génial d’Hamlet et du Roi Lear. L’écrivain fait surgir un Londres passé, un Londres lointain dont les eaux du fleuve tragique qui le baigne ne se souviennent plus d’avoir reflété les tours et les murailles, et dont il ne reste à l’heure présente, avec les œuvres des poètes de ces périodes, que quelques monuments formidables qui ont pu porter, sur leurs épaules de pierre, des faix d’années29.

  • 30 Eekhoud (Georges), Au siècle…, op. cit., p. 8.

13Pour parvenir à une « reconstitution », Eekhoud « sui[t] les Anglais de ce temps-là à la campagne, à la ville, à la Cour et au théâtre » et « [s’inspire] des renseignements contenus dans les écrits des poètes et de leurs commentateurs30 ». Le partage entre les deux régimes est parfois indécidable, d’autant qu’Eekhoud utilise l’écriture et l’imagination pour suppléer aux absences de la documentation :

  • 31 Ibid., p. 103-104.

Si le parler des Renaissants du xvie siècle anglais est volubile et tarabiscoté, qu’on n’aille pas croire pour cela à de l’affectation ou à de la maladie. C’est au contraire un excès de santé. Aujourd’hui on n’obtiendrait pareil entrain qu’au moyen de la morphine. Et encore ! L’oxygène que l’on respire alors n’est peut-être pas supérieur à celui que nous inhalons, mais certes, chez les Anglais d’Élisabeth et les Italiens des Médicis, le sang circule allègrement, les poumons et le cœur ont plus de jeu31.

  • 32 Ibid., p. 18-20.
  • 33 Ibid., p. 95.

14Le moindre aspect semble digne d’être commenté : la misère des classes populaires, les habitudes alimentaires et vestimentaires, l’atmosphère des banquets, la prostitution et l’adultère, la vie des théâtres… Eekhoud nous traduit la recette d’une boisson, le posset, qu’on retrouve dans Macbeth ou Les Joyeuses commères de Windsor, « à l’intention des gourmets de lettres qui seraient tentés de célébrer la mémoire de Shakespeare par des libations archaïques ». Il passe ensuite au sack, expliquant que les allusions à son goût « de cheval » proviennent de ce que « les marchands y faisaient mariner de la viande32 ». Peintures ou gravures viennent parfois informer la reconstitution33.

15À la différence de Hugo, Eekhoud adopte peu le registre du pamphlet ou de l’autobiographie dans ses études. Au siècle de Shakespeare se caractérise toutefois par une ambiguïté générique, où la personnalité et les opinions de l’auteur sont palpables. L’écrivain ne s’intéresse pas seulement au théâtre, c’est toute la Renaissance anglaise qui l’enthousiasme et qu’il s’imagine en Éden de littérature et Utopie de liberté, loin des oppressions sociales et religieuses :

  • 34 Ibid., p. 148.

Rien alors, de notre épouvantable bâillement fin de siècle, rien surtout de cette agitation à vide, de ce struggle for noise, de cette lutte pour la réclame, de cette sophistication encore pire que l’apathie universelle. Tout ce monde de la Renaissance ressent encore plus qu’il ne pense, et pense tout haut et vibre, et s’épanche34.

  • 35 Eekhoud (Georges), Note de cours, « Ordre à suivre », aml, ml 2774/5/17.

16La Renaissance anglaise d’Eekhoud est une période de foisonnement intellectuel et artistique, d’exaltation affective et sensuelle, d’émancipation morale et sexuelle. Elle prolongerait la Renaissance italienne par la voie théâtrale : « L’Italie si artiste de la Renaissance n’a pas une littérature en rapport avec la peinture et la sculpture à cette époque. Elle est extraordinairement lettrée, humaniste, elle est peu créatrice35. » Dans la même note, vraisemblablement destinée à ses cours, Eekhoud ajoute :

C’est dans le théâtre anglais que sont le mieux représentées les mœurs à la fois violentes et raffinées de l’Italie des Borgia et des Médicis.

  • 36 Ibid.

Ce sont les dramatistes anglais qui ont le mieux mis au théâtre les princes sensuels, élégants, rusés et féroces, artistes en tout genre même en homicide, les princes selon le cœur de Machiavel36.

  • 37 Le Bœuf (Henry), « Revue littéraire. La Duchesse de Malfi (Webster) trad. par G. Eekhoud », dans (...)
  • 38 Krains (Hubert), « Chronique littéraire [Au siècle de Shakespeare] », art. cit., p. 432.
  • 39 Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve-d’Ascq, Septentrion, 1999, p. 87.
  • 40 Krains (Hubert), « Chronique littéraire [Mes communions] », dans La Société nouvelle, 11e année, (...)

17Pour Henry Le Bœuf : « Cette période littéraire, où les passions s’assouvissent furieusement, où la nature s’épanche violemment et sans frein, était bien faite pour séduire son âme fougueuse, fortement éprise de réalités non complexes et curieuse de sensations larges et puissantes37. » Moins cérébrale que physique, pour Eekhoud, elle se définit par les sens et se donne à appréhender à travers eux. L’exploration suggère donc un plaisir sensuel et esthétique au critique : « Quand il lisait Shakespeare, Ben Jonson, Webster, […] M. Eekhoud a dû éprouver d’ineffables jouissances spéciales que les artistes seuls comprendront38. » Si, comme l’indique Mirande Lucien, Eekhoud s’identifie à Marlowe39, l’écrivain se projette en réalité dans tout un espace-temps : « La société anglaise au xvie siècle devait correspondre assez exactement à l’idéal que l’auteur de Mes communions se fait de l’existence40. » La Renaissance anglaise d’Eekhoud lui correspond aussi sur le plan idéologique : elle est le repoussoir d’une fin de siècle mercantile et d’une prude Angleterre victorienne.

  • 41 Voir La Société nouvelle de janvier à avril 1892 (t. 1, 8e année).
  • 42 Henry de Kehlmark voit l’un de ses monologues sur les costumes du terroir qualifié de « conférenc (...)
  • 43 Dessy (Clément), « Le naturalisme au service du roman historique : Les Libertins d’Anvers de Geor (...)
  • 44 Giraud (Albert), « Chronique littéraire », dans La Jeune Belgique, t. xii, 13e année, n° 1, janvi (...)

18Le projet ne s’avoue pas pour autant fictionnel, sans quoi il ne se distinguerait plus du roman historique, alors que l’écrivain entend ouvrir une voie nouvelle dans l’élaboration des savoirs. Eekhoud donne un nom à sa méthode : la première publication en revue portait le sous-titre d’« essai d’éthographie41 ». Une expression similaire, « essai d’éthologie42 », c’est-à-dire une étude de comportement dans son milieu, sera appliquée aux Libertins d’Anvers (1911), livre dans lequel Eekhoud porte la méthode à son paroxysme, à propos des dissidences religieuses et des hérésies nées à Anvers, au xvie siècle43. Toutefois, l’étude d’un milieu pour expliquer l’œuvre littéraire ne constitue rien d’autre qu’un prétexte pour justifier une approche qui va en réalité bien plus loin que celle de Taine, voire de Jules Michelet. Albert Giraud ne s’y trompe pas : « Cette série de tableaux, que M. Georges Eekhoud a brossés de son pinceau le plus opulent, m’apparaît comme le complément indispensable des magistrales études de M. Taine44. »

La « communion artistique » comme pédagogie

  • 45 Pierron (Sander), « Chronique littéraire. À l’Université Nouvelle », dans Le Coq rouge, n° 2, jui (...)

19On sait combien la fonction de journaliste a contribué à étendre les réseaux d’Eekhoud, dès 1881 à L’Étoile belge, puis à La Réforme, au Mercure de France, à L’Éventail. On a peu noté, par contre, que si l’écrivain a réussi à s’imposer comme un maître pour toute une génération d’écrivains et d’artistes (Pierre Broodcoorens, André Baillon, Jean Tousseul, Henri Kerels ou Hugo van Walden), c’est parce qu’il fut un « maître-écrivain45 », dans le sens scolaire du terme. Dès le début des années 1890, Eekhoud enseigne l’histoire littéraire dans le cadre de cours pour adultes à Schaerbeek et à Saint-Gilles, mais aussi dans les Écoles normales, à l’Académie royale des Beaux-Arts et même au sein de l’Université Nouvelle de Bruxelles (résultant d’une scission de l’Université de Bruxelles, menée par des courants socialistes et anarchistes). Selon ses intérêts multiples, Eekhoud couvre un nombre étendu de périodes et de pays : le théâtre espagnol (Calderón de la Barca, Lope de Vega), la littérature française (depuis la Chanson de Roland jusqu’à l’époque contemporaine), la littérature fantastique, mais aussi, et bien sûr, la littérature anglaise.

  • 46 Ibid., p. 100.
  • 47 Bladel (Maurice), L’Œuvre de Georges Eekhoud, Bruxelles, Éditions de la Renaissance d’Occident, 1 (...)
  • 48 Pierron (Sander), « À l’Université Nouvelle », art. cit., p. 100-101.

20En juin 1895 s’achève sa première année académique comme professeur de littérature comparée à l’Université Nouvelle de Bruxelles avec un cours consacré à « la littérature anglaise de la période élisabéthéenne46 ». Eekhoud innove dans le contenu des enseignements ainsi que dans sa performance d’orateur. Maurice Bladel le voit en « causeur charmant et imagé plutôt que conférencier », qui « captive par son juvénile enthousiasme47 ». Sander Pierron évoque dans Le Coq rouge un « enseignement unique et nouveau » qui « n’est pas donné d’une manière conventionnelle » : le romancier « parle à ses élèves comme à de jeunes amis, comme à des disciples48 ». Le cours, public, confine au cénacle comme lieu d’élection et de révélation esthétique :

  • 49 Ibid., p. 101.

Parfois, arrivé à un passage sublime, le conférencier s’arrêtait, improvisait une chaleureuse et fervente digression comme stimulé par la splendeur des écrits inoubliables et éternels dont il nous entretenait avec tant de goût. Certains après-dîners il s’emportait véritablement sur les ailes d’or de ses rêves et de son émerveillement, et avec lui nous nous élevions dans les sphères du beau et de l’idéal pour atteindre les sommets de l’art suprême et incomparable qu’incarne à nos âmes admiratives l’œuvre d’un siècle que nous vénérons entre tous les grands siècles49.

  • 50 Ibid., p. 100-102.

21La capacité du critique à immerger le lecteur dans l’ambiance d’une époque se traduit en rituel esthétique dans le contexte didactique : « Il a déployé devant nos yeux éblouis la vie étrange d’alors, les mœurs libres et passionnées de toute la population de la Grande Bretagne. » Les « après-dîners », qu’évoque Pierron, rappellent l’atmosphère d’un cénacle, dont les réunions prolongeraient la communauté d’affect en sociabilités festives. Eekhoud utilise ses cours pour porter un message contre les décadences de son temps. Lorsqu’il évoque le personnage d’Hamlet, le maître « fait ressortir l’engourdissement qui a saisi la plupart des jeunes écrivains […] qui s’abandonnent à eux-mêmes […]. Symbolistes sans originalité, petits prosateurs fades, rimailleurs écœurants auxquels se joignent même quelques écrivains bien doués, se complaisent dans cet état qui annihile toute conception hardie et féconde50. »

  • 51 Ibid., p. 102.
  • 52 Terme qu’Eekhoud emploie lui-même dans son journal à propos de ses cours.
  • 53 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », dans La Société nouvelle, 19e année, 2e sér (...)

22Le caractère hybride que l’écrivain confère à ses leçons, partagées entre recherche érudite et émotion esthétique, s’apparente à celui de ses essais. Cours et articles fonctionnent en étroite relation, ce que confirme l’annonce faite par Pierron de la publication des « leçons » shakespeariennes « en une série de trois volumes51 ». Armand Eggermont, qui décrit l’ambiance mystique de ce cours « unique en Belgique », une « communion52 », regrette (en 1913) que seule une « infime partie [en soit] publiée53 » :

  • 54 Ibid., p. 282-283.

Il faut assister à une leçon à l’Académie pour se rendre compte de l’immense attrait que la littérature exerce sur les jeunes imaginations ; mais où trouver professeur et auditeurs en telle communion ? […] Eekhoud ne considère pas les études littéraires comme de fastidieux exercices de rhétorique. Il ne fait pas la chasse aux figures de style. Son enseignement ne dessèche pas, ne s’arrête pas à une tragédie, un roman ou un poème comme le botaniste compulse un herbier, comme le paléontologue examine un fossile. La vie, c’est elle que l’auteur découvre partout, c’est elle qu’il retrouve dans les civilisations mortes, c’est elle qu’il aime et fait aimer. Donc pas d’alignement de dates. Les biographies ne sont données que pour autant qu’elles expliquent les œuvres ou qu’elles ne soient œuvres elles-mêmes par la fantaisie des aventures […]. Et combien joyeusement il entreprend la bonne besogne, il renverse les idées préconçues, il éclaire tout à la flamme de sa sympathie, de son ardente et forte personnalité. Il remet au plan exact ; il transfigure ce qui semblait étiolé par les analyses de pions54.

  • 55 Pierron (Sander), « À l’Université Nouvelle », art. cit., p. 100.
  • 56 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », art. cit., p. 284.
  • 57 Eekhoud (Georges), « De la sensibilité dans la littérature moderne », dans Akademos, n° 8, 15 aoû (...)

23Parlant des « poëtes », Eekhoud sait communiquer « leur milieu, leurs allures indomptées, l’ardeur et l’énergie de leurs impulsions physiques ou morales55 ». Une continuité s’établit entre l’exaltation de l’enseignant et celle supposée de ses modèles. La Renaissance anglaise lui sert à exalter une énergie et une ferveur. D’après Eggermont : « On aura une idée des tendances générales du cours à lire l’étude consacrée à la sensibilité dans la littérature moderne (voir Akademos ou, en traduction Ontwaking)56. » Or, dans cet article, Eekhoud se représente en ultime avatar d’une histoire millénaire de la littérature, sensible et sensuelle : « La littérature n’eut d’ailleurs de délices et de valeur pour moi que parce qu’elle me permettait de m’interpréter, de m’exprimer, d’affirmer un impérieux besoin de large et totale sympathie humaine57. »

La traduction et l’appropriation par la langue

  • 58 Eekhoud (Georges), « Conférence sur Shakespeare », aml, cote 2774/4.
  • 59 Maeterlinck traduit Annabella de John Ford (1895) et Macbeth (1909-1910) ; Marcel Schwob Hamlet ( (...)
  • 60 Voir « The Maid’s Tragedy, Melantius (Adaptation de Georges Eekhoud) » de Beaumont et Fletcher da (...)

24Que Taine ait vu en Shakespeare un « violateur du langage58 » ne pouvait qu’inspirer Eekhoud et le pousser à se mettre directement aux prises avec la langue des dramaturges élisabéthains en les traduisant, comme l’ont aussi fait Maeterlinck et Marcel Schwob59. Il publie, en 1893, La Duchesse de Malfi de John Webster (The Duchess of Malfi, aujourd’hui traduit sous le titre de Duchesse d’Amalfi) ; en 1895, Philaster ou l’amour qui saigne de Francis Beaumont et John Fletcher (Philaster or Love Lies a-Bleeding) et, en 1896, Édouard ii de Christopher Marlowe (Edward ii). Ces traductions ont préalablement paru dans La Société nouvelle. D’autres passages traduits, non publiés, de John Ford et de Beaumont et Fletcher se trouvent dans le journal et les manuscrits d’Eekhoud60.

  • 61 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », art. cit., p. 285-286.
  • 62 Voir Dessy (Clément), « Swinburne et la Belgique fin de siècle : médiations et appropriations d’u (...)

25Armand Eggermont décrit l’écrivain comme « un adapteur [sic] prestigieux », citant, en exemple, ses pièces, mais aussi « l’admirable Communion Nostalgique (transposition du Rikke-Tikke-Tak de Conscience), et, pour servir à ses cours, des passages entiers, voire des nouvelles ou des poèmes, de Vondel, de Streuvels, de Swinburne, d’Ibsen, de Heine et d’autres auteurs61 ». Les notes de cours signalent qu’Eekhoud a traduit plusieurs poèmes de Swinburne, reprises dans ses feuilletons62. Toutes les traductions n’aboutissent pas à une publication en volume ou revue, l’écrivain ayant l’habitude d’en utiliser comme supports de cours.

  • 63 Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque. Le « hard labour » de Georg (...)

26Les traductions d’Eekhoud n’ont pas toutes le même degré d’implication ni la même relation au texte. Les traductions « non littéraires63 » d’études de peinture flamande, à partir du néerlandais (Max Rooses, Paul Buschmann) l’ont plus requis comme médiateur que comme écrivain. Ce sont les traductions « littéraires » (du néerlandais, de l’italien, mais surtout, de l’anglais) qui ont le plus engagé sa signature d’auteur, c’est-à-dire une forme d’auctorialité traductive.

  • 64 Sur ces lettres, voir ibid., p. 99-100.

27On possède peu de commentaires d’Eekhoud sur ses pratiques de traduction, si ce n’est dans des lettres, comme celles à Stijn Streuvels, qui n’affichent, le plus souvent, que des lieux communs : Eekhoud valorisant l’auteur traduit en décrivant la difficulté de sa tâche et la singularité linguistique de l’original64. Maud Gonne commente avec intérêt un métadiscours repris dans la nouvelle « Communion nostalgique (transposition d’un air connu) ». Ce texte met en scène une discussion au sujet d’une « transposition » d’un texte de Conscience, qui est reproduit en son sein. Le « transposeur » y explique la façon dont il comprend la traduction, recherchant « l’esprit de l’œuvre » :

  • 65 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », art. cit., p. 286.

Je ne verserai pas dans l’erreur, dit-il – pour rester poli – que je reproche aux traducteurs français de Conscience, en traduisant phrase par phrase et mot par mot la médullaire prose flamande. Non, je transposerai cette nouvelle à votre intention ; je vous la raconterai telle que je la sens, je vous la ferai lire entre les lignes à l’aide d’équivalents français65

  • 66 Gonne (Maud), Contrebande littéraire…, op. cit., p. 98.
  • 67 Delsemme (Paul), « Le style coruscant », dans La Littérature fin de siècle, une littérature décad (...)

28Comme l’indique Maud Gonne, cette « mise en scène traductionnelle » appelle « une entreprise herméneutique, proche du commentaire66 ». Eekhoud entend s’élever au-dessus du « mot par mot » et critique une traduction qui ne dépasserait pas la surface linguistique du texte. La recherche d’« équivalents français » n’est toutefois pas à comprendre comme une mise aux normes linguistiques de la langue cible, ainsi que le pratiquent la plupart des traducteurs de l’époque. Ces équivalents, qui cherchent à reproduire une sensation (« je la sens »), perçue dans un au-delà du texte (« entre les lignes »), Eekhoud les produit dans un style « coruscant67 » ou artiste qui le rend si reconnaissable par ses lecteurs. Comme le note Maud Gonne, dans cette circonstance, Eekhoud ne se présente pas comme un « traducteur ». C’est sans doute en raison du supplément d’âme qu’il prétend apporter au texte.

  • 68 Dumur (Louis), « Théâtre », dans Mercure de France, juin 1896, p. 442.
  • 69 Lucien (Mirande), « Préface », dans Marlowe (Christopher), Édouard ii, Lille, GayKitschCamp, 1994 (...)

29À propos de Philaster, Louis Dumur écrit qu’il s’agit d’« une traduction excellente, peut-être beaucoup trop excellente, car elle peut faire illusion, devenant en maintes pages, sans doute, supérieure au texte68 ». Ce témoignage rejoint certaines conclusions de Raymond Pouilliart qui distingue Philaster des deux autres traductions, La Duchesse de Malfi et Édouard ii, qui sont, à ses yeux, plus proches du texte source. Notons qu’Eekhoud traduit les vers en prose, mais qu’à part quelques ellipses, il suit la progression du texte. Dans La Duchesse de Malfi, il réutilise aussi explicitement certains fragments déjà traduits par Taine dans son Histoire de la littérature anglaise. De façon générale, il tend à enrichir les descriptions et les effusions affectives d’éléments métaphoriques. Mirande Lucien remarque aussi qu’il accentue les scènes de torture dans Édouard ii69.

  • 70 Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », dans Otten (Michel) et al., dir., Études de (...)
  • 71 Gonne (Maud), Contrebande littéraire…, op. cit., p. 99.

30Pouilliart explique le choix de qualifier d’« adaptation » sa traduction de Marlowe comme une forme de prudence due aux « difficultés » posées à Eekhoud par les traductions précédentes, dont Philaster : « Tout se passe comme si Eekhoud s’était voulu d’abord traducteur, puis avait senti les difficultés de l’entreprise et avait oscillé entre une fonction de recréateur et d’adaptateur70. » Maud Gonne semble implicitement envisager la transposition « herméneutique et facile » comme l’évitement d’une tâche ingrate71. Il ne faut point se méprendre sur ce point précis. Eekhoud n’adapte pas par facilité : il s’approprie la pièce comme le suggère la prévalence de son nom par rapport à ceux de Beaumont et Fletcher et l’absence de mention « traduction » sur la couverture. La pièce traduite par Eekhoud est d’ailleurs une seconde adaptation puisque l’écrivain l’avait déjà « transposée » dans un conte en prose, « Bellario », repris dans la première édition de Mes communions en 1895 (le conte disparaîtra de l’édition de 1897, la pièce ayant été publiée entre-temps). Si Philaster apparaît la plus « adaptée », c’est donc aussi parce qu’elle est davantage digérée et que c’est la deuxième fois qu’Eekhoud la réécrit.

  • 72 Nous réservons cette tâche pour un prochain article.

31Nous n’analyserons pas ici les multiples variantes produites par Eekhoud dans ses traductions72, mais l’exemple nous permet d’interroger les notions de « fidélité » et de « littéralité ». Sur le premier point, l’alternance n’est pas toujours radicale entre fidélité et adaptation : on se souviendra qu’Eekhoud entend avantager l’œuvre en la transposant plutôt qu’en se soumettant strictement à sa trame linguistique. Il faut en deuxième lieu se méfier de la définition que l’on donne à la littéralité ainsi que du préjugé d’exactitude qu’on lui attache : pour certains traducteurs, la littéralité, c’est le respect de la littera, c’est-à-dire de la « lettre » et du contenu, et cela peut conduire à des aménagements qui ne répondent pas à un serrage du texte mot à mot.

  • 73 Larbaud (Valery), Sous l’invocation de Saint Jérôme, Paris, Gallimard, 1946, p. 62.
  • 74 Ibid., p. 69-70.
  • 75 Morris (Lloyd R.), « Introduction », dans Eekhoud (Georges), The New Carthage, New York, Duffield (...)

32Valery Larbaud réfléchira plus tard aux devoirs du traducteur : « Que devra-t-il faire pour ne pas trahir, et pour éviter, d’une part le mot à mot insipide et infidèle à force de servile fidélité, et d’autre part la “traduction ornée73” ? » Il ajoute qu’« En dehors de son sens matériel et littéral, tout morceau de littérature a, comme tout morceau de musique, un sens moins apparent, et qui seul crée en nous l’impression esthétique. » Et il va même plus loin en défendant l’idée selon laquelle « pour rendre ce sens littéraire des ouvrages de littérature, il faut d’abord le saisir ; et il ne suffit pas de le saisir : il faut le recréer74 ». En un sens, cette invitation n’est pas différente du projet d’Eekhoud. Tout en imprimant significativement sa signature, Eekhoud n’envisage pas la traduction littéraire comme une traduction dérégulée ou fantaisiste : il souhaite exalter l’œuvre en se l’appropriant, après avoir atteint une connaissance intime des textes. Comme pour ses essais et ses cours, cette relation dépend des sensations perçues « entre les lignes » (« comme je la sens ») par l’écrivain-traducteur. Son préfacier à l’édition anglaise de La Nouvelle Carthage l’indique en termes justes : Eekhoud fut à la fois un « translator and interpreter75 » des Élisabéthains.

L’écriture dramaturgique par la « sympathie »

  • 76 Gourmont (Remy de), « Les Nouveaux venus », dans La Revue des revues, 1er mai 1896, p. 204.

33Les travaux d’Eekhoud montrent une assimilation des dramaturges par l’étude et l’émotion. Ce mouvement vers la Renaissance anglaise ne serait toutefois pas achevé si Eekhoud lui-même ne s’immergeait en elle. Dans une première version du « masque » qu’il lui a consacré, Remy de Gourmont écrivait : « Si Georges Eekhoud se connaissait mieux, il devrait être déjà Beaumont, Ford ou Massinger76. » Dans Le Livre des masques, Gourmont supprime cette invitation à la métempsychose, mais il file l’idée dramaturgique :

  • 77 Gourmont (Remy de), Le Livre des masques, Paris, Mercure de France, 1896, p. 123-124.

Il y a peu de dramaturges parmi les nouveaux venus, j’entends d’observateurs fervents du drame humain, doués de cette large sympathie qui engage un écrivain à fraterniser avec tous les modes et toutes les formes de la vie. […] M. Georges Eekhoud est un dramaturge, un passionné, un buveur de vie et de sang. Ses sympathies sont multiples et très diverses ; il aime tout, « Nourrissez-vous de tout ce qui a vie. » Obéissant à la parole biblique, il se fortifie à tous les repas que le monde lui offre77.

  • 78 Lettre 267 de Gourmont à Eekhoud, [19 avril] 1897, dans Correspondance, éd. Vincent Gogibu, t. 1 (...)

34Il insiste, jusque dans sa correspondance, lorsqu’il répond, à l’envoi de Philaster : « ce que j’attends de vous c’est un drame original où vous déploierez tout votre génie78 ».

  • 79 H. M., « Philaster », dans L’Éventail, n° 34, neuvième année, 10 mai 1896, p. 2.

35Poète, mais romancier, Eekhoud est loin d’être étranger au monde du théâtre. Outre ses multiples chroniques sur la vie théâtrale et musicale à Bruxelles, plusieurs de ses œuvres ont été produites sur scène. Philaster a été représenté le 5 mai 1896 au Théâtre communal de Bruxelles dans une mise en scène de Dasset, un ouvrier relieur, par les amateurs du cercle L’Avenir, la section dramatique de la société ouvrière, sous les auspices de la Maison du Peuple. La critique est très enthousiaste : seul L’Éventail émet quelques réserves sur la troupe et le jeu. On aurait dû « confier la plupart des rôles à des femmes ou au moins de faire un travesti du rôle de Philaster, comme on l’a fait pour le Pelléas de Maeterlinck au théâtre de l’Œuvre ». On sourit à lire le critique éreinter « l’accent hétéroclite des comédiens improvisés [qui] maltraitait à l’excès la belle langue où M. Eekhoud a transposé le dialogue » et à imaginer la pièce jouée sur l’accent chantant du Mariage de Mlle Beulemans : « C’est pour décrasser le “parler belge” des jeunes gens qu’on a établi une classe de déclamation au Conservatoire de Bruxelles […]79. »

  • 80 Eekhoud y a assisté à Paris. On en conserve même les tickets d’entrée (aml, cote 2965/5).
  • 81 « Variétés. Georges Eekhoud », dans La Cocarde, 2 avril 1897.

36La pièce a aussi été montée en avril 1896 pour trois matinées de littérature dramatique étrangère du Théâtre de l’Odéon, lorsque Paul Ginisty, qui avait déjà encensé l’essai d’Eekhoud en 1893, obtint la direction de cette institution. Les représentations sont précédées d’une conférence de Léopold Lacour80. Léon Bazalgette remarque qu’avec ce « drame exquis et fort adapté », ce n’est que « la seconde fois [qu’]Eekhoud entre en contact avec le public français » puisque la réédition au Mercure de son « volume de nouvelles puissamment suggestives, le Cycle patibulaire81 » n’avait eu lieu qu’un an plus tôt et que sa réception est demeurée plus confidentielle. Pour Bazalgette, le théâtre permet à Eekhoud de se faire connaître auprès d’un public plus large en France. Le succès des représentations a été sous-estimé : le texte et la mise en scène sont bien reçus dans la presse française et internationale, tandis que la limite de trois représentations est liée à la formule même des matinées.

  • 82 Voir, par exemple, l’annonce dans L’Ermitage, 7e année, n° 11, novembre 1896, p. 328.
  • 83 Voir lettre de Maeterlinck à Lugné-Poe où il lui conseille la lecture des traductions de Webster (...)

37Comme l’indique l’annonce du programme 1896-1897 du Théâtre de l’Œuvre82, des velléités de monter Édouard ii se manifestèrent (l’année d’Ubu Roi !), mais elles n’aboutirent pas. Maeterlinck, dont la propre traduction Annabella (issue de’Tis Pity She’s a Whore par John Ford) avait été mise en scène la saison précédente, a recommandé la lecture des études d’Eekhoud et sa Duchesse de Malfi à Aurélien Lugné-Poe, le directeur du théâtre83.

  • 84 Voir, par exemple, Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », art. cit., p. 79.
  • 85 Ruttiens (Raoul), « Georges Eekhoud au Pilori. Conférence de combat », dans La Geste. Action & Cr (...)
  • 86 Eekhoud (Georges), « John Ford », dans La Société nouvelle, t. 2, juillet 1896, n° 139, p. 108-11 (...)

38Le plus grand succès théâtral d’Eekhoud vient avec L’Imposteur magnanime : Perkin Warbeck (1902). Contrairement à certaines allégations84, le texte n’est pas une traduction de la pièce de John Ford. Il s’agit d’une véritable création, décrite comme « inspirée de ces études85 », qu’Eekhoud a réalisées. L’écrivain connaissait bien sûr l’œuvre de Ford qu’il loue comme étant « peut-être la plus concrète et homogène » de ses tragédies. Dans son article sur Ford, Eekhoud en donne même un extrait en langue originale et des fragments traduits par ses soins. Le héros de la pièce serait un « martyr », pour lequel « Ford ne prend point parti », et ce, bien qu’« il présente Perkin sous un jour très affectif et les couleurs les plus nobles et les plus aimables86 ».

  • 87 Eekhoud a échangé plusieurs lettres et ouvrages avec Douglas en 1897, voir Lucien (Mirande), « Ge (...)
  • 88 Docquois (Georges), « Les poèmes de Lord Alfred Douglas », dans Le Journal, 8 mai 1896, p. 2. Dan (...)

39Le choix du sujet fait également écho au poème monologué « Perkin Warbeck » que Lord Alfred Douglas a publié dans son recueil de poèmes en 1896, et qu’il a fait parvenir, sur papier Hollande, à Eekhoud en 1897 puisque Gide lui avait transmis les compliments de l’écrivain belge qui avait déjà lu l’ouvrage. Douglas enverra Le Cycle patibulaire à Wilde, son amant87. Au volume, soigneusement relié, de Douglas, conservé dans les archives, sont jointes une lettre de Douglas et une interview, tirée de la presse, où le poète évoque ses influences, dont Webster et Marlowe, rappelant étrangement celles d’Eekhoud : « Eh bien ! en choisissant ce sujet de l’amour hellénique (et pourquoi plutôt hellénique qu’anglais, par exemple, ou européen ?) je suis l’exemple de Shakespeare dans ses sonnets et celui de Marlowe. » Il y ajoute que ce dernier « dans sa superbe et “incorporelle” tragédie d’Édouard ii, est plus grand que lui ». Le poème dédié à Warbeck « nous le montre seul en sa prison, la veille de son exécution à Tyburn88 ». La coïncidence du sujet avec l’incarcération de Wilde ne semble pas innocente.

  • 89 Conservé aux aml, au recto de notes de cours, cote ml 2788.
  • 90 Demolder (Eugène), « Perkin Warbeck », dans L’Art moderne, n° 47, 21e année, 24 novembre 1901, p. (...)
  • 91 Picard (Edmond), « L’Imposteur magnanime », dans Le Peuple, 4 janvier 1903, p. 1.

40L’Imposteur magnanime paraît dans la revue Durendal en juin et juillet 1902 puis en volume, à l’Imprimerie scientifique, chez Charles Bulens (qui édite la même revue). Elle est dédiée « À mes amis Eugène et Claire Demolder », Demolder qu’Eekhoud connaît depuis la fin des années 1880 et dont il s’est rapproché au moment du Coq rouge (1895-1897). L’année précédente, en 1901, Demolder avait publié un pamphlet anti-anglais, L’Agonie d’Albion, qui a pu justifier cette dédicace d’une pièce anglaise, réconciliante, par Eekhoud. La dédicace apparaît dès le manuscrit89 et Demolder rédige une critique élogieuse de la pièce avant même sa publication90. Cette publicité serait concertée, de même que la sorte de rappel, début 1903, par Edmond Picard, qui se fend d’un autre article pour attirer l’attention sur le texte91.

  • 92 Lucien (Mirande), « Préface » à Édouard ii, op. cit., p. 6.
  • 93 [Anonyme], L’Éventail, n° 22, xxive année, 29 janvier 1911, p. 2.
  • 94 La reliure d’un exemplaire de la pièce tient lieu de récompense de ce prix, aml, cote mla 1177.
  • 95 [Anonyme], « Nos écrivains à l’étranger », dans Le Petit bleu du matin, 3 mars 1909, p. 1.
  • 96 En 1911, Paul André explique : « Les théâtres de Bruxelles et d’ailleurs ont ignoré cette œuvre. (...)
  • 97 La traduction en anglais d’Escal-Vigor (publiée à Bruxelles) ne survient qu’en 1909 et celle de L (...)

41Contrairement à ce qui a été dit, la pièce n’a pas été « très mal accueillie92 » ; L’Éventail la présente même comme « unanimement reconnue93 ». Dès sa publication, l’œuvre est saluée. Réputée injouable pour ses nombreux monologues et ses personnages, elle tardera à être montée et sera quelque peu oubliée. En 1907, le drame est récompensé au concours d’œuvres dramatiques d’auteurs belges à Ostende en 190794. Cela semble lui rendre de la visibilité, puisqu’en mars 1909, la presse annonce que « M. Henry Irving [Harry Brodribb Irving], du Shaftesbury-Theatre, le fils du glorieux interprète de Shakespeare » vient d’acquérir le « droit exclusif » pour traduire et jouer la pièce « dans les pays de langue anglaise95 ». Pendant plusieurs années, on annonce les représentations, mais celles-ci ne semblent pas avoir eu lieu96. En tout cas, L’Imposteur magnanime est la première œuvre d’Eekhoud qui suscite un tel intérêt outre-Manche97.

  • 98 Cette musique, Armand Eggermont, (sans doute trop) enthousiaste, la qualifie de « très moderne », (...)
  • 99 [Anonyme], L’Éventail, n° 22, xxive année, 29 janvier 1911, p. 2.
  • 100 Ibid.
  • 101 Lettre de Paul La Gye à Georges Eekhoud, avril 1915, aml, cote 2964/13.

42Cette reconnaissance, devancée à l’étranger, semble avoir suffi pour susciter des projets. Le 21 janvier 1911, Perkin Warbeck est représenté au Théâtre communal, rue de Laeken, par le Cercle royal Euterpe dans une mise en scène d’H. Jahan (ancien acteur de l’Odéon) et sur une musique originale de Paul La Gye98. Troupe d’amateurs, le Cercle Euterpe est « une des meilleures sociétés dramatiques de Bruxelles99 » et sert alors d’alternative aux scènes officielles, en l’absence de théâtres d’art bruxellois sur le modèle parisien. À cette époque, le Cercle ne monte que des œuvres d’écrivains belges100. Le succès de la représentation est mentionné dans la presse française dans Le Gil Blas, Le Figaro, Le Gaulois ou Comœdia. La pièce est rééditée en 1911 dans la collection « Théâtre Junior » de la Librairie Moderne. Du 3 au 7 novembre 1912, c’est au tour du Théâtre royal flamand de monter la pièce dans une traduction de Prosper Verbaere. En 1915, La Gye écrit à Eekhoud pour solliciter son autorisation de créer un opéra à partir de sa pièce101. La pièce sera encore montée en hommage à Eekhoud le 8 mai 1929 par la Renaissance d’Occident au Théâtre Royal français d’Anvers et elle sera donnée sur les ondes radio de l’inr le 30 mai 1952 ! Le succès n’est pas planétaire, mais il est sans conteste honorable.

43Le choix du sujet est éminemment symbolique. Perkin Warbeck, né à Tournai, est une figure historique qui a joué un rôle dans la succession royale anglaise après la Guerre des Deux-Roses dans les dernières années du xve siècle. Il a revendiqué ses droits à la couronne anglaise en prétendant être en réalité Richard de la maison d’York, le fils disparu du roi Édouard vi. Il débarque du continent, obtient le soutien des Écossais avant d’être capturé, dénoncé puis exécuté. Ce personnage, qui établit une connexion entre les anciens Pays-Bas et l’Angleterre, a tout pour exalter Eekhoud. À la différence de la pièce de Ford, le texte d’Eekhoud met l’accent sur la psychologie du personnage du jeune Warbeck. Dès le début, celui-ci se sent instrumentalisé, ayant été enlevé à son milieu populaire pour sa ressemblance avec le véritable héritier et poussé, presque malgré lui, sur la voie d’un destin qui le dépasse. Un long monologue à son ami Frans de Bruxelles nous dévoile une forme de passivité du personnage face aux événements :

  • 102 Eekhoud (Georges), L’Imposteur magnanime, op. cit., p. 67-68.

Un jour, l’après-midi, nous nous ébattions en attendant l’heure de reprendre le travail lorsqu’un cavalier de mine imposante déboucha sur le parvis. C’était ce même Frion qui devait désormais me suivre comme mon ombre. […] Il ne tiendrait qu’à moi, disait-il, de mener la vie d’un baron, d’avoir des armures magnifiques et des palefrois plus richement caparaçonnés que le sien, de manger de la volaille et d’autres friandises dans de la vaisselle d’or, de ne boire que du vin doux et parfumé d’aromates et de ne plus jamais mettre la main à un outil, sauf à la poignée ciselée et enrichie de pierreries d’une épée. Seulement, pour me rendre digne de cette transfiguration, il me fallait consentir à partir avec lui, sans dire adieu à ma mère et sans songer à la revoir jamais… J’acceptai sur le champ, le cœur moins gros qu’il eût convenu ; toutefois l’influence d’un hanap de vin épicé que le tentateur me fit lamper d’un trait pour m’étourdir, ne fut pas étrangère à ma résolution102.

44Le drame d’Eekhoud raconte un déracinement et un dilemme. Amoureux et marié à Catherine Gordon, le cœur pur de Warbeck le pousse à vouloir confesser son imposture, mais la crainte de perdre celle qu’il aime le condamne à persister dans le mensonge. Warbeck est aimé, il est soutenu par le peuple contre les nobles et le clergé ; même son rival, Henry vii, ému par sa beauté et sa grandeur d’âme, vit une révélation et s’imagine lui céder le trône :

  • 103 Ibid., p. 134.

Dans sa blanche cuirasse d’acier poli sur laquelle éclatait l’or de ses boucles blondes, avec ses traits illuminés par une exaltation prophétique, où la douceur se mêlait à l’héroïsme, il m’évoquait ce vitrail de notre chapelle abbatiale représentant le grand saint Georges, protecteur de ce royaume103.

45C’est sans compter la machination du comte d’Oxford qui fait croire à l’imposteur que seul un aveu pourra le soustraire à la condamnation alors que Warbeck est si près de réussir. Quittant l’imposture qui lui messied tant, rassuré par l’amour inconditionnel que lui porte Catherine, Warbeck confesse le mensonge et précipite son exécution.

  • 104 Maubel (Henry), « L’Imposteur magnanime », dans Le Petit bleu du matin, 13 mars 1909, p. 1.
  • 105 Eekhoud (Georges), L’Imposteur magnanime : Perkin Warbeck, Bruxelles, Charles Bulens, 1902, p. 25
  • 106 Ibid., p. 157.

46Pour Henry Maubel, ce personnage : « C’est la lutte d’une âme ; c’est le conflit d’un être avec la société. Ceux qui connaissent Eekhoud le retrouveront là. Son Perkin est bien un de ses héros. Il l’a modelé selon ses aspirations104. » Le conflit qui oppose liberté d’aimer et pression sociale est un thème majeur de la pièce. On reconnaît en Warbeck la lignée des héros très attirants d’Eekhoud : jeunes, beaux, innocents, déracinés et en rupture avec les assignations sociales. Warbeck est un « belître105 », sujet de descriptions charnelles et désireuses dont Eekhoud a le secret : « […] ta chair, ta chair encore si fraîche et si friande, ton corps, le bienvoulu des ribaudes et qui semblait voué pour longtemps à d’autres étreintes que celles de la corde de l’infamie106 ! » Lui-même abusé par son imposture, il est entraîné dans une ascension qui lui coûte son identité ; la nostalgie le poursuit :

  • 107 Ibid., p. 56.

47Si tu voulais, Catherine, nous savourerions mieux là-bas, en ces plantureuses contrées qu’arrose l’Escaut, les délices de notre roman d’amour. Nous nous blottirions, par exemple, dans une chaumière à la lisière d’une de ces forêts séculaires dont les hautes futaies rythment de si balsamiques berceuses à la cordiale cité de Bruxelles107

48Même lorsqu’il s’enthousiasme pour sa nouvelle partie, c’est parce qu’il ressent en elle l’ancienne :

  • 108 Ibid., p. 23.

Plus d’une fois les plages où j’abordais me furent si maternelles qu’il me semblait avoir jeté l’ancre au pays natal. Mais depuis ces blondes contrées de Brabant et de Flandre où s’écoula ma première jeunesse, je n’avais jamais salué ciel aussi radieux et d’aussi consolant augure que celui de votre hospitalière Écosse108.

  • 109 Ibid., p. 41.
  • 110 Verhaeren (Émile), « Georges Eekhoud », dans La Revue blanche, t. 11, août 1896, p. 109.

49Promis aux plus hautes fonctions, Warbeck rappelle Henry de Kehlmark (Escal-Vigor) ou Édouard ii sacrifiant leurs titres pour l’amour de Guidon ou Gaveston. Son malaise, c’est aussi celui de Laurent Paridael qui fuit la bourgeoisie de sa famille adoptive ou de Loïet le Couvreur, meneur malgré lui d’une sédition hérétique (Les Libertins d’Anvers) : « Je rougis de honte, à l’idée des foules qui m’acclamaient, de ces seigneurs qui me traitent en égal et même en suzerain109. » C’est Eekhoud même qu’on lit à travers lui : « L’homme tenant tout entier dans ses livres, on peut le définir grâce à eux. Il est de cette race d’écrivains passionnés d’outrance, dont l’Angleterre, au temps d’Élisabeth, produisit la plus large floraison. […] Comme ses devanciers, il est payen [sic] et panthéiste dans l’âme110. » Le fait que ce Tournaisien soit qualifié de « flamand » a fait sourciller, même parmi ses admirateurs : Hubert Krains le désigne comme Wallon ; Louis Delattre ou Léopold Rosy rappellent que Tournai fut française et non flamande. Mais Eekhoud s’approprie ses personnages : il en revêt la peau et joue leur rôle tel un acteur. Sa « sympathie » dramaturgique, c’est aussi en ce sens qu’on peut la comprendre.

Eekhoud élisabéthain et la mise en scène de soi

  • 111 Eekhoud (Georges), « Deux poètes “élisabéthians” et la Révolution des Pays-Bas », dans L’Écho des (...)

50En 1907, Eekhoud donne un bien curieux article intitulé « Deux poètes “élisabéthians” et la Révolution des Pays-Bas » dans L’Écho des étudiants. Il y raconte comment sir Philip Sidney et Ben Jonson ont combattu « pour l’indépendance des Pays-Bas, contre les armées de la tyrannie espagnole ». Flatté que Jonson soit venu « guerroyer sur notre sol en faveur de nos ancêtres persécutés », l’écrivain romance sa présence à Ostende en 1591 : « Nous nous représentons les assiégés, Belges et Anglais, montés sur les murs et encourageant du geste et de la voix leur juvénile champion [Jonson], tandis que du camp des Castillans retentissent des jurons et des imprécations sonores. » Cet épisode, Eekhoud n’en doute pas, aura été déterminant dans l’œuvre du dramaturge : « Sans doute en débutant comme comédien […] se reportait-il avec attendrissement vers les dunes, les prairies et les bois de la Flandre, et le souvenir des jours dolents passés en faction sur les remparts ou enfermé dans les casemates d’Ostende se parait-il pour lui du charme de la lointaine et enthousiaste jeunesse111… » Warbeck, Jonson : la fiction historique les rassemble et les fait se ressembler.

  • 112 Lettre d’Eggermont à Eekhoud, 22 janvier 1911, aml, cote 2964/5.
  • 113 « Appréciations », dans La Société nouvelle, 19e année, 2e série, n° 6, décembre 1913, p. 305.
  • 114 Giraud (Albert), « Chronique littéraire », art. cit., p. 78.
  • 115 Eggermont (Armand), « Perkin Warbeck », art. cit., p. 321
  • 116 Krains (Hubert), « Chronique littéraire », art. cit., p. 433.

51Les dramaturges élisabéthains participent à l’identité littéraire d’Eekhoud. Pour Armand Eggermont, il est le « frère sauvage et aimant de Shakespeare112 ». Pour Jehan Rictus, il est le vrai « Shakespeare belge113 ». Pour Albert Giraud, il a « un enthousiasme quasi anglais114 ». Dans L’Imposteur magnanime, Eekhoud met en scène le mythe d’une connivence transnationale, une histoire qui relie sa Flandre à sa Renaissance anglaise. Sa pièce « [aurait] sa place bien plus marquée dans le théâtre anglais que dans le théâtre belge dont elle est franchement à la tête par son évocation historique, sa vie, la complexité des caractères, le tragique des revirements, le rythme de la langue, la prose ardente et pleine115 ». Voilà Eekhoud incorporé à la pléiade shakespearienne. Ne vivait-il déjà pas parmi eux ? « Certes, en suivant les allées et venues de tel personnage de Shakespeare ou de Webster, M. Eekhoud a dû plus d’une fois être victime d’une illusion et se croire devant un de ces Flamands réprouvés dont il fouille avec tant d’acuité les cœurs nébuleux116. »

52Eekhoud connaît et rappelle dans ses livres, comme Les Libertins d’Anvers, les échanges historiques qui ont existé entre la Flandre et la Grande-Bretagne depuis le Moyen Âge. Dans Au siècle de Shakespeare, il se laisse tenter par de suggestives comparaisons :

  • 117 Eekhoud (Georges), Au siècle de Shakespeare, op. cit., p. 145-146.

J’ai souvent pensé que le gros des habitués du Globe ressemblait à ces humbles qu’amorcent et que passionnent les représentations de marionnettes de Toone, l’impresario de la rue du Miroir, au cœur des Marolles bruxelloises, ou plutôt qu’ils tenaient, les braves groundlings de cette assemblée de débardeurs, chaloupiers, harengères, aux cottes et aux vareuses imprégnées de varech, de graillon et de tabac, qui s’entassaient, à Anvers, il y a quelques années encore […]117.

  • 118 Eekhoud (Georges), Escal-Vigor, op. cit., p. 9.
  • 119 Ibid., p. 12.
  • 120 Rosenfeld (Michael), « Gay Taboos in 1900 Brussels : The Literary, Journalistic and Private Debat (...)
  • 121 Eekhoud (Georges), Au siècle de Shakespeare, op. cit., p. 8.
  • 122 Eekhoud (Georges), Escal-Vigor, op. cit., p. 13.
  • 123 Ibid., p. 17.
  • 124 Maurras (Charles), « Barbares et Romans », dans La Plume, n° 53, 1er juillet 1891, p. 229-230.

53Ces liens que tisse l’écrivain répondent à une aspiration. Eekhoud n’invente-t-il pas, dans son célèbre roman Escal-Vigor (1899), un royaume imaginaire qui réunirait ses terres d’élection ? « Smaragdis ou l’île smaragdine dépend du royaume mi-germain et mi-celtique de Kerlingalande118 » ; une terre « où des vaches broutaient cette herbe humide et succulente d’un vert presque fluide qui avait valu à l’île son nom de Smaragdis ou d’Émeraude119 ». Or, Kerlingaland était bien le nom d’une région côtière flamande aux xiie et xiiie siècles120 et Eekhoud, dans Au siècle de Shakespeare, désigne « la joyeuse Angleterre, l’île smaragdine, riche en pâturages121 ». Dans le roman, on apprend que « Kehlmark fut élevé sur le continent, dans la capitale du royaume de Kerlingalande122 » et que Smaragdis est un royaume « très protestant », acquis au « luthérianisme » malgré « l’impiété latente et explosive de la population123 ». Si ce n’était le luthérianisme, on pourrait reconnaître là le « grand Royaume du Nord », rassemblant l’Angleterre, la France du Nord et les Flandres, que redoutait tant Charles Maurras en 1891124. À moins qu’il ne s’agisse d’un Doggerland, ressuscité des flots par Eekhoud, cette bande de sable qui reliait encore la Grande-Bretagne au continent il y a dix mille ans et qui inspira à H. G. Wells sa nouvelle « A Story of the Stone Age » en 1897 ?

54Le tropisme shakespearien d’Eekhoud n’est pas qu’une façade d’érudition. Il lui sert d’abord de ticket d’internationalisation vers la France et le Royaume-Uni. Comme Maeterlinck, Eekhoud utilise Shakespeare pour se distinguer des traditions littéraires françaises et viser la littérature mondiale. La Renaissance anglaise lui permet en outre d’élaborer une approche et un rapport à l’histoire qui lui est propre ; chez Eekhoud, dont l’« âme [est] profondément panthéistique » selon Bazalgette, la notion du sacré ne se communique pas par la cérébralité, elle se donne par la réalité concrète des corps, des émotions, des sens. Ces communions avec le passé, Eekhoud les explore par ses traductions, ses essais, ses cours. À travers elles, il réinvente et communique par l’écriture ses rêves d’appartenance identitaire en posant en écrivain flamand de la Renaissance anglaise.

Haut de page

Notes

1 Verhaeren (Émile), « Chronique littéraire : Georges Eekhoud », dans Le Peuple, 1er octobre 1891, p. 1.

2 Feuillet « Amitiés et camaraderies parisiennes » du dossier « Souvenirs et témoignages », aml, Bruxelles, cote ml 2766.

3 Verhaeren (Émile), « Chronique littéraire : Georges Eekhoud », art. cit.

4 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, t. 41, n° 147, mars 1902, p. 849.

5 Eekhoud (Georges), « Communion nostalgique (Transposition d’un air connu) », dans Le Cycle patibulaire, Bruxelles, Kistemaeckers, 1892, p. 119.

6 Herold (André-Ferdinand), « Au siècle de Shakespeare, par Georges Eekhoud », dans Mercure de France, t. viii, n° 41, mai 1893, p. 85.

7 La table des matières (cote e147/38) et les épreuves de cet ouvrage se trouvent à la Letterenhuis à Anvers, les dernières versions des textes ayant été numérotées et corrigées par Eekhoud à partir des tirages en revues.

8 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, t. xxxii, septembre 1899, p. 253-259 ; « Clowns et graciosos », dans La Belgique artistique et littéraire, t. xxiv, 6e année, n° 70, juillet 1911, p. 5-29 ; « L’ami et la maîtresse de Shakespeare. – Lord William Herbert et Lady Mary Fitton », dans La Vie intellectuelle, n° 3, septembre 1912, p. 134-141 ; n° 4, octobre 1912, p. 198-207.

9 Ginisty (Paul), dans La République française, cité dans « Les Lettres belges à l’étranger », dans L’Art moderne, 12e année, n° 28, 10 juillet 1892, p. 220.

10 Lambert (José), « Shakespeare en France au tournant du xviiie siècle. Un dossier européen », dans Delabastita (Dirk) et D’Hulst (Lieven), éd., European Shakespeares. Translating Shakespeare in the Romantic Age, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, 1993, p. 25-44.

11 Naugrette (Florence), « Shakespeare vivant ? Romantisme pas mort ! “Gilles” Shakespeare, ange tutélaire et figure identificatoire de Victor Hugo », dans Actes des congrès de la Société française Shakespeare, n° 35, §16, 2017, url : http://journals.openedition.org/shakespeare/3823 ; doi : https://doi.org/10.4000/shakespeare.3823.

12 Ibid., §19.

13 Naugrette (Florence), « Comment lire William Shakespeare de Victor Hugo ? », dans Bouchardon (Marianne) et Guéret-Laferté (Michèle), dir., L’Œuvre inclassable, publications numériques du cérédi, « Actes de colloques et journées d’étude (issn 1775-4054) », n° 18, 2016, url : http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?comment-lire-william-shakespeare.html.

14 Ginisty (Paul), art. cit.

15 Il cite Hugo, ailleurs, dans des notes pour une « Conférence sur Shakespeare », aml, cote 2774/4.

16 Eekhoud (Georges), Au siècle de Shakespeare, Bruxelles, Lacomblez, 1893.

17 Delabastita (Dirk), D’Hulst (Lieven), « Introduction », dans European Shakespeares, op. cit., p. 9-10.

18 Cité dans The Duchess of Malfi, ed. Leah S. Marcus, Londres, Methuen Drama, coll. John Webster Arden Early Modern Drama, 2009, p. 100-101.

19 Les articles et traductions des articles de Brandes se trouvent dans les archives d’Eekhoud, aml, cote 2774/1.

20 Carpenter (Edward), « L’amour homogénique et sa place dans une société libre », dans La Société nouvelle, t. 2, n° 141, septembre 1896, p. 303.

21 Voir les documents sur les dramatistes élisabéthains, aml, cote 2774/5/12.

22 Eekhoud (Georges), Notes de cours sur Swinburne, Letterenhuis (Anvers), cote 145554/a-b-c, dossier e 147/80.

23 Eekhoud (Georges), « Conférence sur Shakespeare », aml, cote 2774/4.

24 Voir Evangelista (Stefano), British Aestheticism and Ancient Greece. Hellenism, Reception, Gods in Exile, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009.

25 Repris dans Le Cycle patibulaire (1896) et paru pour la première fois en revue dans L’Art jeune (Stella), n° 8-9, 15 septembre 1895, pp. 162-178.

26 Herold (André-Ferdinand), « Au siècle de Shakespeare, par Georges Eekhoud », art. cit., p. 84.

27 Krains (Hubert), « Chronique littéraire [Au siècle de Shakespeare] », dans La Société nouvelle, 9e année, t. 1, n° 99, mars 1893, p. 431.

28 Ibid.

29 [Anonyme], « Au siècle de Shakespeare par Georges Eekhoud », dans L’Art moderne, 13e année, n° 4, 22 janvier 1893, p. 26.

30 Eekhoud (Georges), Au siècle…, op. cit., p. 8.

31 Ibid., p. 103-104.

32 Ibid., p. 18-20.

33 Ibid., p. 95.

34 Ibid., p. 148.

35 Eekhoud (Georges), Note de cours, « Ordre à suivre », aml, ml 2774/5/17.

36 Ibid.

37 Le Bœuf (Henry), « Revue littéraire. La Duchesse de Malfi (Webster) trad. par G. Eekhoud », dans La Revue Rouge, deuxième année, n° 6 et 7, juin-juillet 1893.

38 Krains (Hubert), « Chronique littéraire [Au siècle de Shakespeare] », art. cit., p. 432.

39 Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque, Villeneuve-d’Ascq, Septentrion, 1999, p. 87.

40 Krains (Hubert), « Chronique littéraire [Mes communions] », dans La Société nouvelle, 11e année, t. 1, n° 124, avril 1895, p. 561.

41 Voir La Société nouvelle de janvier à avril 1892 (t. 1, 8e année).

42 Henry de Kehlmark voit l’un de ses monologues sur les costumes du terroir qualifié de « conférence éthologique » (Eekhoud [Georges], Escal-Vigor, Paris, Mercure de France, 1899, p. 32).

43 Dessy (Clément), « Le naturalisme au service du roman historique : Les Libertins d’Anvers de Georges Eekhoud (1912) », dans Aron (Paul) et Sadoun-Édouard (Clara), dir., Les Cahiers naturalistes, n° 90, Le naturalisme belge, septembre 2016, p. 217-231.

44 Giraud (Albert), « Chronique littéraire », dans La Jeune Belgique, t. xii, 13e année, n° 1, janvier 1893, p. 77-78.

45 Pierron (Sander), « Chronique littéraire. À l’Université Nouvelle », dans Le Coq rouge, n° 2, juin 1895, p. 10.

46 Ibid., p. 100.

47 Bladel (Maurice), L’Œuvre de Georges Eekhoud, Bruxelles, Éditions de la Renaissance d’Occident, 1922, p. 51.

48 Pierron (Sander), « À l’Université Nouvelle », art. cit., p. 100-101.

49 Ibid., p. 101.

50 Ibid., p. 100-102.

51 Ibid., p. 102.

52 Terme qu’Eekhoud emploie lui-même dans son journal à propos de ses cours.

53 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », dans La Société nouvelle, 19e année, 2e série, n° 6, décembre 1913, p. 284.

54 Ibid., p. 282-283.

55 Pierron (Sander), « À l’Université Nouvelle », art. cit., p. 100.

56 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », art. cit., p. 284.

57 Eekhoud (Georges), « De la sensibilité dans la littérature moderne », dans Akademos, n° 8, 15 août 1909, p. 266 [texte issu d’une conférence donnée le 3 décembre 1908 au Cercle Artistique d’Anvers].

58 Eekhoud (Georges), « Conférence sur Shakespeare », aml, cote 2774/4.

59 Maeterlinck traduit Annabella de John Ford (1895) et Macbeth (1909-1910) ; Marcel Schwob Hamlet (1897) et Macbeth (1902-1905).

60 Voir « The Maid’s Tragedy, Melantius (Adaptation de Georges Eekhoud) » de Beaumont et Fletcher dans le premier cahier du journal (1895-1903), aml, cote ml 2954/1, ainsi que l’extrait traduit « Aminto et Melantius », aml, cote ml 2774/5.

61 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », art. cit., p. 285-286.

62 Voir Dessy (Clément), « Swinburne et la Belgique fin de siècle : médiations et appropriations d’une littérature sadique », dans Gillard-Estrada (Anne-Florence) et Giudicelli (Xavier), dir., Origines et réception du Mouvement esthétique, Reims, Presses universitaires de Reims, à paraître.

63 Gonne (Maud), Contrebande littéraire et culturelle à la Belle Époque. Le « hard labour » de Georges Eekhoud entre Anvers, Paris et Bruxelles, Leuven, Leuven University Press, 2017, p. 97.

64 Sur ces lettres, voir ibid., p. 99-100.

65 Eggermont (Armand), « Les “communions” artistiques », art. cit., p. 286.

66 Gonne (Maud), Contrebande littéraire…, op. cit., p. 98.

67 Delsemme (Paul), « Le style coruscant », dans La Littérature fin de siècle, une littérature décadente ?, Actes du colloque international, Luxembourg, Revue luxembourgeoise de littérature générale et comparée, 1990, p. 149-159.

68 Dumur (Louis), « Théâtre », dans Mercure de France, juin 1896, p. 442.

69 Lucien (Mirande), « Préface », dans Marlowe (Christopher), Édouard ii, Lille, GayKitschCamp, 1994, p. 8.

70 Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », dans Otten (Michel) et al., dir., Études de littérature française de Belgique offertes à Joseph Hanse à l’occasion de son 75e anniversaire, Bruxelles, Jacques Antoine, 1978, p. 79.

71 Gonne (Maud), Contrebande littéraire…, op. cit., p. 99.

72 Nous réservons cette tâche pour un prochain article.

73 Larbaud (Valery), Sous l’invocation de Saint Jérôme, Paris, Gallimard, 1946, p. 62.

74 Ibid., p. 69-70.

75 Morris (Lloyd R.), « Introduction », dans Eekhoud (Georges), The New Carthage, New York, Duffield & Company, 1917, n. p.

76 Gourmont (Remy de), « Les Nouveaux venus », dans La Revue des revues, 1er mai 1896, p. 204.

77 Gourmont (Remy de), Le Livre des masques, Paris, Mercure de France, 1896, p. 123-124.

78 Lettre 267 de Gourmont à Eekhoud, [19 avril] 1897, dans Correspondance, éd. Vincent Gogibu, t. 1 (1867-1899), Paris, Sandre, 2010, p. 329.

79 H. M., « Philaster », dans L’Éventail, n° 34, neuvième année, 10 mai 1896, p. 2.

80 Eekhoud y a assisté à Paris. On en conserve même les tickets d’entrée (aml, cote 2965/5).

81 « Variétés. Georges Eekhoud », dans La Cocarde, 2 avril 1897.

82 Voir, par exemple, l’annonce dans L’Ermitage, 7e année, n° 11, novembre 1896, p. 328.

83 Voir lettre de Maeterlinck à Lugné-Poe où il lui conseille la lecture des traductions de Webster par Eekhoud pour voir ce que donne « le genre élisabéthain », dans Lugné-Poe (Aurélien), La Parade, t. i, Le Sot du tremplin, Paris, Gallimard, 1930, p. 270.

84 Voir, par exemple, Pouilliart (Raymond), « Georges Eekhoud traducteur », art. cit., p. 79.

85 Ruttiens (Raoul), « Georges Eekhoud au Pilori. Conférence de combat », dans La Geste. Action & Critique, numéro spécial, mars 1920, p. 15.

86 Eekhoud (Georges), « John Ford », dans La Société nouvelle, t. 2, juillet 1896, n° 139, p. 108-111.

87 Eekhoud a échangé plusieurs lettres et ouvrages avec Douglas en 1897, voir Lucien (Mirande), « Georges Eekhoud », dans Bulletin des Amis d’André Gide, vol. 21, n° 97, André Gide et ses amis belges. i Les amitiés symbolistes 1891-1914 (janvier 1993), p. 67-68.

88 Docquois (Georges), « Les poèmes de Lord Alfred Douglas », dans Le Journal, 8 mai 1896, p. 2. Dans Douglas (Alfred), Poems. Poèmes, Paris, Mercure de France, 1896.

89 Conservé aux aml, au recto de notes de cours, cote ml 2788.

90 Demolder (Eugène), « Perkin Warbeck », dans L’Art moderne, n° 47, 21e année, 24 novembre 1901, p. 1-2.

91 Picard (Edmond), « L’Imposteur magnanime », dans Le Peuple, 4 janvier 1903, p. 1.

92 Lucien (Mirande), « Préface » à Édouard ii, op. cit., p. 6.

93 [Anonyme], L’Éventail, n° 22, xxive année, 29 janvier 1911, p. 2.

94 La reliure d’un exemplaire de la pièce tient lieu de récompense de ce prix, aml, cote mla 1177.

95 [Anonyme], « Nos écrivains à l’étranger », dans Le Petit bleu du matin, 3 mars 1909, p. 1.

96 En 1911, Paul André explique : « Les théâtres de Bruxelles et d’ailleurs ont ignoré cette œuvre. […] Quoi qu’il en soit, voici un drame, publié depuis de nombreuses années, salué avec une franche admiration par la critique, traduit en anglais et accepté d’enthousiasme sous cette forme par Henry Irving, le fils du célèbre tragédien, qui le jouera à Londres dans quelques mois. » (André [Paul], « Les Théâtres », dans La Belgique artistique et littéraire, 6e année, t. xxii, n° 65, février 1911, p. 228)

97 La traduction en anglais d’Escal-Vigor (publiée à Bruxelles) ne survient qu’en 1909 et celle de La Nouvelle Carthage qu’en 1917.

98 Cette musique, Armand Eggermont, (sans doute trop) enthousiaste, la qualifie de « très moderne », « s’apparent[ant] à Debussy et à Puccini. Les thèmes se mêlent, se superposent, se heurtent en remarquables polyphonies » (Eggermont [Armand], « Perkin Warbeck », dans La Société nouvelle, 16e année, 2e série, t. iii, n° 9, mars 1911, p. 321).

99 [Anonyme], L’Éventail, n° 22, xxive année, 29 janvier 1911, p. 2.

100 Ibid.

101 Lettre de Paul La Gye à Georges Eekhoud, avril 1915, aml, cote 2964/13.

102 Eekhoud (Georges), L’Imposteur magnanime, op. cit., p. 67-68.

103 Ibid., p. 134.

104 Maubel (Henry), « L’Imposteur magnanime », dans Le Petit bleu du matin, 13 mars 1909, p. 1.

105 Eekhoud (Georges), L’Imposteur magnanime : Perkin Warbeck, Bruxelles, Charles Bulens, 1902, p. 25.

106 Ibid., p. 157.

107 Ibid., p. 56.

108 Ibid., p. 23.

109 Ibid., p. 41.

110 Verhaeren (Émile), « Georges Eekhoud », dans La Revue blanche, t. 11, août 1896, p. 109.

111 Eekhoud (Georges), « Deux poètes “élisabéthians” et la Révolution des Pays-Bas », dans L’Écho des étudiants, 11 janvier 1907.

112 Lettre d’Eggermont à Eekhoud, 22 janvier 1911, aml, cote 2964/5.

113 « Appréciations », dans La Société nouvelle, 19e année, 2e série, n° 6, décembre 1913, p. 305.

114 Giraud (Albert), « Chronique littéraire », art. cit., p. 78.

115 Eggermont (Armand), « Perkin Warbeck », art. cit., p. 321

116 Krains (Hubert), « Chronique littéraire », art. cit., p. 433.

117 Eekhoud (Georges), Au siècle de Shakespeare, op. cit., p. 145-146.

118 Eekhoud (Georges), Escal-Vigor, op. cit., p. 9.

119 Ibid., p. 12.

120 Rosenfeld (Michael), « Gay Taboos in 1900 Brussels : The Literary, Journalistic and Private Debate Surrounding Georges Eekhoud’s Novel Escal-Vigor », dans Dix-Neuf, 22, 1-2, 2018, note 5, p. 14.

121 Eekhoud (Georges), Au siècle de Shakespeare, op. cit., p. 8.

122 Eekhoud (Georges), Escal-Vigor, op. cit., p. 13.

123 Ibid., p. 17.

124 Maurras (Charles), « Barbares et Romans », dans La Plume, n° 53, 1er juillet 1891, p. 229-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Dessy, « Georges Eekhoud, éthologue du siècle de Shakespeare »Textyles, 58-59 | 2020, 169-196.

Référence électronique

Clément Dessy, « Georges Eekhoud, éthologue du siècle de Shakespeare »Textyles [En ligne], 58-59 | 2020, mis en ligne le 13 mai 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.3923

Haut de page

Auteur

Clément Dessy

Université de Warwick

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search