Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60TémoignagesAux origines de la planète Piemme

Témoignages

Aux origines de la planète Piemme

Jacques De Decker
p. 123-126

Texte intégral

1Étrange relation que celle qui me lie à Jean-Marie Piemme. Il ne doit pas y avoir beaucoup moins d’un demi-siècle que nous nous connaissons. Je me souviens qu’il était, avec Michèle Fabien, présent à la première du Rouge et le Noir que nous avions, Albert-André Lheureux et moi, concocté au départ de Stendhal à la demande de Claude Étienne au Rideau de Bruxelles. Ma fille Irina était sur le point de naître et elle a eu 47 ans cette année, c’est dire. S’ils étaient présents ce soir-là, c’est que nous nous connaissions depuis quelque temps pour avoir participé à des discussions préparatoires au bouleversement de la vie théâtrale dans ce qui s’esquissait au sein d’une communauté française de Belgique qui en était encore à ses vagissements. Nous ne nous doutions pas que, dans ce qui allait suivre, nous ne chômerions pas…

2Mais le cadre de cette «  première  » (triomphale, au demeurant, d’autant plus surprenante que jusqu’à la dernière minute nous étions certains que nous allions au désastre, le maître des lieux ne nous ayant d’ailleurs pas dissimulé ses réelles inquiétudes) était déjà l’augure de nos relations qui allaient suivre, et qui seraient attentives, mais distantes, fondées sur quelques différences entre nous qui n’étaient pas limpides, mais sensibles, et ne s’éclaireraient que lorsque, parvenus à l’âge que nous avons atteint, le temps finisse par veiller à les aplanir.

3J’en sais maintenant beaucoup plus sur Jean-Marie que lui n’en sait sur moi. C’est qu’il a abondamment exploré le conditionnement social et culturel qui l’a forgé, et s’en est ouvert, en particulier dans ses très riches écrits personnels (Accents toniques) qui occupent à ce jour deux volumes, l’un édité, l’autre plus confidentiel. Pour ma part, je n’ai pas atteint cette sérénité qui autorise l’introspection et surtout la rétrospection.

4Je sais seulement que des points fondamentaux nous distinguent. Mon attachement viscéral à la Belgique, d’abord, fondé d’une part sur le goût de l’arbitraire qui a présidé à la naissance du pays, et au fait que j’en suis un produit parfaitement conjoncturel. Dépourvu de racines autres que flamandes, je suis un francophone d’apprentissage, et qui a mis d’autant plus de zèle à cette acquisition que j’ai toujours douté de son excellence (cela fera sourire de la part du titulaire de la fonction que j’exerce encore durant quelque temps). Je suis par ailleurs fils d’artiste-peintre, ce qui m’a donné, peut-être erronément, de tout temps l’impression d’échapper au conditionnement social. C’est dire que nos planètes d’origine sont largement dissemblables.

5D’une certaine façon, cette différence a garanti qu’entre nous une distance s’est installée qui a permis, de mon côté, l’objectivité du discours critique. Parce que les circonstances ont fait que je me suis trouvé en position quasi-officielle d’adopter à l’égard de son œuvre créatrice la posture du journaliste (ce qui n’était pas le cas avec Patrick Roegiers, par exemple, à qui m’a lié, jusqu’à la brouille, une réelle complicité).

6Qu’on ne s’y trompe pas, cependant  : je n’ai jamais eu la vocation et certainement pas l’ambition de me retrouver chroniqueur théâtral dans un grand quotidien. Je publiais, en collaborateur indépendant, depuis l’âge de vingt-cinq ans, des comptes rendus littéraires dans les colonnes du Soir et il arrivait que des lecteurs, sachant ma passion pour le théâtre, me demandent pourquoi je n’intervenais pas aussi en cette matière qui me tenait manifestement à cœur. Chaque fois, je me récriais  : «  Jamais de la vie  ! disais-je. J’aime trop le théâtre pour cela  !  » Je me souviens d’avoir textuellement utilisé cette formule, répondant à une question de Claude Étienne que je tenais pour le «  grand old man  » du théâtre belge francophone. Et puis, il s’est trouvé, en 1979, qu’Yvon Toussaint, fraîchement nommé rédacteur en chef, m’a engagé à temps plein au Soir, et que j’ai donc interrompu mon enseignement du néerlandais à l’EII de Mons. Son intention était de me confier la coordination du service culturel, Jean Tordeur étant sur le point de partir à la retraite. Et par voie de conséquence je me suis vu contraint de parler aussi du théâtre parce que l’équipe, au moment du départ d’André Paris, chroniqueur en titre depuis des décennies, manquait d’effectif pour assurer la rubrique.

7Cette mission nouvelle m’a forcé à un examen de conscience. Mon attachement au théâtre n’était pas objectif, il était créatif. Mais je me suis donné pour règle de m’interdire tous autres critères d’appréciation que la reconnaissance des qualités et des faiblesses des spectacles dans le cadre de leurs ambitions respectives. C’est que je m’adressais à une audience qui se calculait par milliers de lecteurs, aux goûts, aux attentes, aux aspirations des plus divers. Et je me suis toujours gardé de vexer celui qui avait apprécié une comédie bien troussée parce qu’elle n’avait pas l’ambition d’un spectacle à l’ampleur artistique affichée. D’où de nombreux malentendus avec une profession qui me faisait savoir qu’elle aurait davantage encore apprécié mes compliments (Marc Liebens me l’a un jour déclaré clairement) si je n’en avais pas adressé (dans d’autres termes et dans un autre esprit) par ailleurs à une production diamétralement opposée par son esthétique et ses intentions. Il faut dire aussi que jamais, au grand jamais, je n’ai usé du «  je  » dans l’un de mes papiers. Un journaliste parle au nom de son support, pas en son nom propre. J’ai d’ailleurs encore connu le temps où les comptes rendus étaient anonymes. Au demeurant, quand Virginia Woolf a démoli Ulysses dans le Times Literary Supplement, c’était sans signer son forfait…

8Il n’empêche. Vu à distance, je pense que, en dépit de ce pluralisme auto--contraint, je n’ai pas manqué à une autre ambition  : celle de révéler, à la large audience que je m’efforçais de conserver, l’annonce de grands événements théâtraux. La critique théâtrale a ses exigences  : on peut, en critique littéraire, parler d’un grand livre des semaines, voire des mois après sa parution. La durée de programmation d’un spectacle dramatique, surtout dans un pays où le potentiel maximal de public est limité (et cette tendance, sauf exception, va en s’aggravant), impose que sa recension ne se fasse pas attendre.

9Il faut dire que l’émotion, face une vraie réussite, est un réel stimulant. Pour citer quelques exemples, j’ai ressenti cela (je m’en tiens aux spectacles vus en Belgique) devant des mises en scène de Krejca au National ou au Jean Vilar, des spectacles de Henri Ronse (ces comptes rendus-là, il m’a encouragé à les réunir plus tard en un recueil publié à la Lettre Volée), devant L’Homme qui avait le soleil dans sa poche de Louvet au Varia (Piemme en était le dramaturge au sens allemand du terme), devant la «  La pilule verte  » montée par Martine Wijckaert à la caserne Dailly et précisément ce soir-là, à Liège, à la première de Neige en décembre de Jean-Marie Piemme dans la mise en scène de François Beukelaers (étrange comme la Flandre a été bonne conductrice de son propos, ce qui s’est vérifié à Malines quelques années plus tard). J’étais accompagné de mon amie de jeunesse Véronique-Marie De Keyzer qui, avant de devenir députée européenne, enseignait la psychologie sociale à l’Université de Liège à ce moment-là et avait été de l’aventure de l’Esprit Frappeur trente ans plus tôt. Je puis l’avouer maintenant  : l’intensité exceptionnelle de cette soirée en la Cité ardente a déclenché le processus d’écriture de mon deuxième roman, Parades amoureuses, où la Meuse est très présente.

10La joie de découvrir un auteur en pleine possession de ses moyens, parce que, peut-être à son insu (encore que…) il s’est longuement préparé à ce saut dans l’inconnu est l’heureuse surprise à laquelle tout chroniqueur, je pense, aspire. Pour ce qui me concerne, elle me fut réservée ce soir-là et a laissé dans ma mémoire le plus vivace des souvenirs. Ce commentaire sur lequel je ne suis dans un premier temps pas arrivé à mettre la main (mais Jean-Marie, depuis, m’a permis d’en reprendre connaissance), je l’avais situé dans l’orbite de John Le Carré et ce pour deux raisons. Parce que, d’une part, comme chez l’immense romancier anglais, il y plongeait dans les abysses de l’énigme existentielle et que dans le même temps il préservait cette épaisseur de mystère où Pascal situe le propre de l’homme. À partir de là, on était en droit d’attendre le déploiement d’une œuvre. Et c’est là que l’itinéraire piemmien n’a, depuis, jamais déçu et peut être situé, dans la dramaturgie française contemporaine, en première catégorie, au demeurant pas très peuplée (il faut dire que la loi du marché débauche bien des talents vers l’alimentation des écrans de toutes dimensions, avec les inévitables contraintes mercantiles que cela comporte).

11Dans la suite immédiate de ce fracassant début, j’ai pu, avant de mettre un terme, avec un certain soulagement, à mon parcours de chroniqueur théâtral, saluer quelques autres saillies créatrices de l’auteur, comme si, confirmé par l’accueil de son fracassant début, il prenait plaisir à changer de registre et, comme je l’écrivais à propos de Sans mentir, face à la politique-spectacle opposait une riposte «  qui dénoncerait les menées du spectacle de la politique, qui en démasquerait les grimaces, qui en démonterait les gags, qui en déshabillerait les histrions  ». Cette farce, dont l’impact fut démultiplié par la télévision, fut une des premières confirmations que venait de se révéler un auteur de théâtre aux potentialités insoupçonnables.

12Il est un autre critère d’évaluation d’un dramaturge, c’est sa résistance à la transposition langagière, ce que l’on appelle communément l’adaptation, variante dramaturgique de la traduction. Mes compétences de néerlandiste m’ont permis, en octobre 1993, d’en juger lors de la création, par la compagnie malinoise Theater Teater de la pièce Ça va craquer (encore inédite à l’époque) que Frans Denissen avait traduite sous le titre Het gaat barsten. La représentation m’a enthousiasmé et fait écrire  : «  On n’a jamais tant ri, tant vibré, tant accusé le coup à la représentation d’une œuvre de l’auteur de Commerce gourmand. Ici, la férocité de son humour, la tendresse de sa vision des victimes du jeu social, son étonnante virtuosité langagière sont pleinement rencontrées. […] La langue de Piemme, à la fois allusive, symptomatique et forte, trouve ici une puissance insoupçonnée.  » En début d’article, je faisais remarquer que certaines pièces importantes de Ghelderode, Barrabas ou Pantagleize par exemple, avaient été créées, dans les années 1930, par le Vlaams Volkstoneel avant de l’être en français. Par cette aventure linguistique transfrontalière, Piemme entrait dans le club très fermé de nos dramaturges majeurs…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques De Decker, « Aux origines de la planète Piemme »Textyles, 60 | 2021, 123-126.

Référence électronique

Jacques De Decker, « Aux origines de la planète Piemme »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4031

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search