Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Entretiens«  J’ai banni le stylo avec délic...

Entretiens

«  J’ai banni le stylo avec délice  »

Entretien avec Jean-Marie Piemme
Laurence Boudart
p. 127-136

Texte intégral

1En 2013, alors que je lui demandais à pouvoir disposer d’un texte manuscrit pour une exposition que les Archives & Musée de la Littérature préparaient sur le théâtre, Jean-Marie Piemme avait répondu ceci  :

Je rédige directement à l’ordinateur. J’ai banni le stylo avec délice. Je hais l’encre. Ça remonte à ce temps-là, (loin  !), où s’est constitué mon dégoût physique pour ma façon de tracer les mots sur le papier, ma graphie. Aujourd’hui, je signe encore mes chèques à la main c’est à peu près tout. Avec l’ordinateur, me voilà débarrassé de la cohorte des commentaires mi-ironiques mi-furieux qui accompagnaient mes premiers pas dans l’apprentissage de la graphie  : «  il s’en met partout  », «  tu ne pourrais pas faire attention  », «  va te laver les doigts et la figure, tu en as même sur le nez  !  », «  Madame Piemme, excusez-moi, ce ne sont pas des cahiers, ce sont des torchons, oui Monsieur l’instituteur, je le lui dis sans arrêt, je le punis vous savez  », et surtout me voilà délivré d’un geste qui m’a révulsé toute ma vie  : tracer des lettres sur une feuille.

Lorsque j’écris à l’ordinateur, c’est l’autre en moi qui écrit, celui qui fait moins de taches ou pourrait même ne pas en faire du tout. J’ai toujours été deux. De surcroît, l’ordinateur favorise un de mes penchants préférés, à vrai dire très incompatible lui aussi avec la pratique élégante de la graphie  : l’exercice forcené de la correction. J’aime revenir mille fois sur une phrase, l’écrire de telle façon, la changer, changer encore, retrouver la première formulation, laisser dormir six mois, changer à nouveau, etc. Dans le monde de l’encre et du papier, cette pratique conduit à l’accumulation des ratures (aïe  ! voilà le spectre du torchon) ou alors, chaque fois qu’une correction se présente, il faut réécrire entièrement la feuille  ! Pratique maniaque insensée, avec les pages qui s’accumulent, et aussitôt terminée le premier tour de corrections l’envie de changer qui vous revient lentement comme la vague sur le sable. Avec l’ordinateur, je cours, je vole, je change, je joue. Ouf  !

  • 1 Mes remerciements les plus sincères à Jean-Marie Piemme.

2Cette confession spontanée m’a amenée à vouloir approfondir certaines questions avec l’auteur, pour qui la pratique de l’écriture numérique semble aller de soi et même donner lieu à une forme de jubilation. Or, il appartient à la génération qui s’est trouvée confrontée à l’informatique et ses outils à l’âge adulte. Son apprentissage de l’écriture en tant que moyen de communication s’est donc forgé au contact de l’écriture manuscrite, puis de la machine à écrire. De quelle manière a-t-il intégré l’informatique dans son travail créatif  ? Comment l’outil numérique influence-t-il sa pratique d’écriture  ? Quelles sont les implications qui, selon lui, découlent de ce médium  ? Telles sont quelques-unes des questions que j’ai souhaité lui poser au cours d’un entretien qui s’est tenu au domicile de l’auteur, à Bruxelles, le 22 avril 20151.

Laurence Boudart  : L’écriture numérique présuppose de passer par un médium autre que le papier et le crayon, et même autre que la machine à écrire. Pour vous, qu’est-ce que l’usage de l’ordinateur détermine en termes de pratique d’écriture  ?

Jean-Marie Piemme  : C’est peu dire que je n’aime pas ma graphie quand j’écris à la main. Je la hais. Le premier mérite de l’ordinateur est de me donner une alternative. La machine à écrire m’apaisait déjà. J’ai commencé à écrire par la machine à écrire, sans en être un spécialiste – je tapais à deux doigts. Mais jamais je n’ai écrit de textes au crayon ou au stylo. Lorsque j’ai acquis un ordinateur, je croyais naïvement que c’était une machine à écrire perfectionnée. Je me suis vite aperçu que ce n’était pas le cas.

Il n’y a pas d’écriture sans une certaine intimité avec le texte écrit. Cette intimité est productive, c’est un moteur. Mais dans le travail, à un moment donné, elle doit être brisée. Si la brisure ne se fait pas, c’est la porte ouverte à l’auto-complaisance, à l’aveuglement. Évaluer ce qu’on a écrit (probablement la chose la plus délicate dans le travail d’écriture), retravailler, passent par l’éloignement. Le temps peut produire celui-ci  : si j’abandonne le texte et que je le reprends six mois plus tard, il y a de grandes chances qu’une certaine lucidité soit au rendez-vous. En tout cas, chez moi c’est ce qui se passe.

Le travail à l’ordinateur me donne un effet similaire. L’ordinateur m’apporte une extériorité. L’ordinateur n’est pas du tout le prolongement de ma main. Il est en face de moi, ce qui induit déjà une espèce de situation de confrontation. C’est une machine, elle me fait face et elle peut poser certains problèmes de faisabilité, des problèmes techniques, des problèmes de gestion de l’appareil, tout simplement. Donc, il y a déjà entre elle et moi, une tension, une espèce d’affrontement.

J’ai le sentiment – mais je ne veux pas généraliser – que cela m’est bénéfique. Cette situation de confrontation m’aide bien plus que le crayon ou le stylo sur la feuille de papier, par exemple, parce que la machine n’est clairement pas moi. D’une certaine manière, le crayon, le stylo, c’est encore moi, c’est comme une extension de ma main  ; c’est une main un peu plus perfectionnée, comme si j’avais un doigt qui pouvait écrire directement. Avec l’écriture numérique, la différence est la suivante  : la médiation de l’instrument est évidente, et cette réalité me mobilise. Elle m’arrache d’emblée à mon moi quotidien. Avec elle, j’ai la possibilité de ne plus être exactement la même personne. Quand je me mets à l’ordinateur, je ne suis plus que celui qui, à la minute précédente, n’écrivait pas. Cela facilite le processus créatif.

Mais il y a plus. La machine me met aussi en position d’ouvrier. Je suis devant une machine, je dois la faire fonctionner. Quand je dis ouvrier, je mets des guillemets, mais la comparaison m’importe. Avec une machine, un ouvrier construit quelque chose. D’une machine quelconque, un ouvrier va «  sortir  » un objet. Le rapport de l’ouvrier à la machine est très intéressant. De l’objet que l’ouvrier construit, on ne dira jamais qu’il est l’expression de l’ouvrier. S’il a un tour, une fraiseuse ou une aléseuse et qu’il y travaille, on ne dira pas que l’ouvrier s’exprime dans l’objet qu’il crée  : on dira qu’il fabrique quelque chose. Moi, je me sens dans cette position-là. Je fabrique, je ne m’exprime pas. Avec l’ordinateur, je suis d’emblée dans une position de composition, de construction. Là peut-être réside l’avantage principal que je vois à l’écriture numérique.

Par ailleurs, d’une certaine manière – et je l’ai souvent dit – la langue française ne m’est pas naturelle. Elle l’est bien sûr au sens où mon père et ma mère me l’ont apprise mais j’ai longtemps parlé le wallon. Je vivais en situation de bilinguisme et j’ai dû conquérir quelque chose pour parler français. J’ai dû renoncer à quelque chose, même si l’apprentissage des deux langues était simultané. Je n’ai pas parlé en premier le wallon pour ensuite passer au français. Mais j’ai quand même dû, à un moment donné, délaisser le wallon pour le français. En conséquence, l’idée de l’expression est compliquée pour moi car une expression, c’est quelque chose de presque spontané. Une expression, c’est comme une orange qu’on presse et dont le jus coule, c’est ça l’expression. Or, je n’ai pas ce rapport-là à la langue française. Chez moi, ça ne coule pas. Même la parole banale, commune, ne vient pas toute seule. J’ai un rapport de combat avec la langue, bien qu’elle me soit d’une très grande familiarité. Donc chaque confrontation à la langue française est une espèce de bras de fer avec ce que je voudrais écrire, ce que je n’arrive pas à écrire, ce que je ne devrais pas écrire, etc. Et dans ce bras de fer, l’ordinateur m’aide parce qu’il n’est pas organiquement lié à moi, parce que c’est un objet extérieur.

Proust dit que le je de la vie n’est pas le je qui écrit. Le je de l’écriture est un autre. D’une certaine façon, l’ordinateur donne une version terre à terre de cette idée-là. Lorsque je suis dans la confrontation avec la machine, c’est un autre je qui se met à parler, ce n’est pas celui de la vie, que les gens connaissent, le je de ma vie sociale. C’est un autre je que moi-même, que je ne connais pas trop bien d’ailleurs et que j’apprends à connaître à travers les textes que j’écris. Voilà pour moi le bénéfice global du rapport à la machine.

LB  : Parlons maintenant des conditions de travail. Le fait d’écrire exclusivement à travers l’ordinateur, vous cadre-t-il, vous limite-t-il même ou, au contraire, vous offre-t-il une forme de libération  ?

JMP  : Écrire en numérique ne change rien au fait, par exemple, que je préfère travailler le matin plutôt que le soir. Ni non plus au fait que je préfère travailler dans un endroit que je connais plutôt que dans un endroit que je ne connais pas. Je n’écris pas dans le train (même si le train stimule fortement ma pensée et mon imaginaire) ni dans l’avion (là, rien) ni quand je suis à l’extérieur (trop de sollicitations). Donc cela ne change rien à ces déterminations-là, mais cela influe sur la liberté que je me donne.

L’ordinateur me permet de travailler par expérimentation. Je prends un morceau de phrase, puis un autre. Je les mets ensemble et je vois ce que cela donne. Je me dis que cela tient, le montage donne du sens. Ou au contraire que cela ne tient pas, qu’il manque quelque chose. Je procède toujours par expérience. On pourrait le faire bien évidemment à la main, mais le temps serait ralenti terriblement et, à un moment donné, on s’épuiserait. Avec l’ordinateur, les combinaisons sont infinies alors qu’elles ne le sont pas physiquement avec la page. Et pour moi, cette liberté-là est importante parce que, justement, je ne suis pas quelqu’un de l’expression. Je ne suis pas quelqu’un qui libère un premier jet comme ça, directement, mais quelqu’un qui construit des phrases, les met en rapport les unes avec les autres, modifie des paragraphes, regarde comment la phrase change de sens si j’emploie tel mot au lieu de tel autre, ce que cela me donne comme impulsion, etc. Mais au-delà de l’utilité pratique, il faudrait encore dire que ce jeu de combinaison / confrontation possible avec grande facilité par l’outil contribue largement à ma joie d’écrire. L’ordinateur est aussi mon terrain de jeu. La disponibilité qu’il me donne remplit mes jours.

LB  : Est-ce à dire que le fait de voir sur l’écran le «  dessin  » du texte vous aide dans ce processus combinatoire  ?

JMP  : Je n’ai pas besoin de lire le texte à haute voix – je le lis dans ma tête – mais visuellement, je le sens visuellement, si j’ose dire. La voyant sur écran, je repère vite la non-concordance de deux phrases, le trou qu’il y a entre elles, et ce trou, j’ai besoin de le matérialiser en traçant un grand blanc entre les deux. Un blanc qu’il va falloir remplir. Je crée donc des discontinuités graphiques dans mon texte

D’une façon plus générale, je ne possède pas d’idée a priori de la phrase à écrire, de ce que je dois y mettre. J’ai une impulsion puis une autre, j’essaie de les rapprocher, je déplace des morceaux du texte pour les placer dans d’autres contextes. Parfois, je me demande ce que le texte donnerait si je mettais le début à la fin par exemple, ce que cela changerait, comment la narration en serait affectée, quelle incidence cela aurait sur les personnages. Ces expérimentations me stimulent. Si, sans incidence, je peux déplacer à la fin une phrase placée au début, c’est soit qu’il y a un défaut de nécessité quelque part, soit qu’il y a des éléments encore inconnus dans l’écriture du texte, du non perçu par moi, qui pourrait être exploité si je mets la main dessus. L’ordinateur me permet une succession infinie de modifications. Je peux changer toutes les minutes si je le souhaite. À la machine à écrire, ce processus-là était déjà présent, mais il était excessivement laborieux. Si je dois à chaque fois re-dactylographier ma page pour vérifier l’effet de l’une ou l’autre permutation, je m’épuise dans les changements. Cela bloque ma dynamique d’écriture. Je m’enlise. Découper des bouts de feuilles aux ciseaux et coller ne m’emballent pas plus.

Les phrases que j’écris sur l’ordinateur me poussent en avant, elles m’encouragent à continuer alors que si je produis les mêmes phrases sur une feuille de papier, j’ai l’impression d’avancer dans un marécage. Plus j’avance et plus j’ai l’impression de m’enfoncer, de m’embourber. Je ne sais plus ce que j’ai écrit, je perds la visibilité des choses. Mon geste d’écriture s’en trouve stérilisé. Et à cela s’ajoute le fait que j’ai horreur des ratures. Donc l’ordinateur m’a délivré de tout cela, des ratures, de ma graphie. La graphie qu’il me propose, je peux même la changer. Quand tout à coup, je suis saturé par la vision de mon texte dans une telle police, j’en change, et une stimulation nouvelle apparaît. Je change des éléments matériels et ce changement renouvelle mon regard sur les choses, parce que les mots ne tombent plus à la même place sur l’écran, ils n’ont pas la même apparence visuelle  : tout cela contribue à me relancer. Casser l’habitude, briser le rapport automatique que je pourrais avoir avec la page, l’écriture numérique m’en donne la possibilité. Pour moi, c’est un gain de liberté et de plaisir considérable.

Et puis, il y a la fonction informative de l’ordinateur. Lorsque je travaille à l’ordinateur, je suis connecté à internet et ce que je peux rechercher comme informations au niveau du contenu, une simple recherche sur Google me permet de le trouver. Dans ce cas, l’information qui apparaît soit me désarçonne, soit me conforte. Mais peu importe. Dans les deux cas, c’est bénéfique. Si cela me désarçonne, cela entraîne de nouvelles questions, attire mon attention sur de nouveaux problèmes. Et si cela me conforte, je peux continuer à creuser dans cette direction-là. Internet offre aussi un accès plus simple à tout le matériel linguistique emmagasiné, aux dictionnaires des synonymes par exemple.

LB  : Justement. Lorsque vous écrivez, vous interrompez-vous pour consulter des outils d’aide linguistique  ? En quoi ce support vous est utile  ?

JMP  : Si je bloque sur une phrase, je peux commencer à chercher tous les synonymes des mots que j’y ai mis. Il est très rare qu’il n’y ait pas, tout à coup, un synonyme qui me surprenne. Et à partir de là, sans bien sûr que cela fonctionne à chaque fois, dès l’instant où je me rends compte qu’un autre mot aurait été possible sans que j’y aie pensé, un nouveau champ d’investigation s’ouvre à moi. Cet autre mot, qui est synonyme, possède néanmoins d’autres connotations. Le sens est sans doute le même mais les connotations divergent et ces connotations peuvent ouvrir sur une nouvelle idée, donner de nouvelles pistes à l’écriture. En cas de blocage, ce recours est très utile. Sans doute pourrait-on le pratiquer avec un simple dictionnaire papier. Mais on comprend qu’il y a plus de lourdeur à manipuler un dictionnaire papier qu’à se promener sur la toile. Et les possibilités de ce qu’on trouve sur la toile (notamment par les renvois) sont plus larges que celles qui sont contenues dans les dictionnaires papiers.

Il faut préciser  : je suis quelqu’un d’assez impatient dans l’écriture. Si j’ai besoin d’un renseignement, je ne me vois pas arrêter ce que je fais, passer trois jours dans une bibliothèque pour essayer de trouver ce que je cherche avant de revenir à mon clavier. Si je le faisais, j’aurais perdu l’impulsion. Je ne veux pas non plus remettre à plus tard cette recherche. Les résultats, j’en ai besoin maintenant. Si je ne les ai pas, cela va me déconcentrer jusqu’au blocage. Grâce au numérique et à internet, il existe donc une immédiateté forte du renseignement qui fait que je peux suivre mon énergie, sans interruption ni frustration. Et pour moi, c’est fondamental de rester dans l’énergie de l’écriture. Je ne suis pas un auteur qui attend patiemment l’information dont il a besoin et qui reprend le travail, une fois celle-ci obtenue. Dès l’instant où je suis sur la piste, je ne la lâche pas. Elle vient de loin, elle a besoin d’être nourrie, mais, si je la perds, je vais mettre du temps à la rattraper. Peut-être même que je ne la rattraperai jamais. Donc je n’aime pas trop les interruptions du flux. L’avantage de la machine, c’est que ce flux n’est (presque) jamais interrompu.

LB  : Qu’en est-il des différentes étapes de travail  ? Les gardez-vous ou considérez-vous, en quelque sorte, que seul le produit fini importe  ?

JMP  : Ce n’est pas tant que je considère que seul le produit fini importe. Si je commence à garder toutes les variantes, à un moment donné, je suis noyé. Parfois, il y a tellement de variantes qu’il faudrait un logiciel spécifique ou un secrétariat à temps plein pour gérer le tout. Au début, je le faisais. Je trouvais qu’il était très intéressant de tout garder. Je me suis vite rendu compte que c’était un vrai marécage, que je m’enfonçais là-dedans, que je perdais du temps à chercher  : fantasmatiquement, je croyais les anciennes formulations bien meilleures que celles que j’étais en train d’écrire. Ensuite, quand, après avoir fouillé dans les dossiers, je les retrouvais, je m’apercevais que ce n’était pas vraiment le cas. Alors j’ai opté pour la solution radicale. C’est-à-dire que je ne garde rien – enfin, je ne garde pas les traces des corrections. Cela me force à prendre mes responsabilités, notamment en cas de suppression. Donc je réfléchis à deux fois avant d’effacer. Et au final, je ne garde que les versions dites définitives. Ce n’est pas nécessairement la version définitive parce que je peux arriver à une version définitive 1, que je crois définitive mais, pour laquelle, deux mois plus tard, j’ai une autre impulsion. Donc je me retrouve avec une version définitive 2. Ainsi je peux avoir des versions définitives successives.

  • 2 Piemme (Jean-Marie), Dialogue d’un maître avec son chien sur la nécessité de mordre ses amis, Ac (...)

Souvent, je décide de garder la première et la dernière version et d’éliminer les versions intermédiaires, qui ne comportent généralement que des corrections de langue  : j’ai changé une phrase, un mot, j’ai ajouté un petit bout de réplique. Mais je ne garde pas toutes les étapes, seulement les grands moments. Par exemple, dans Dialogue d’un chien2, la première version a été la bonne à 95  %, il ne restait plus que 5  % du texte à changer. Et ce qui était à changer n’a pas été conservé. Seule existe la version finale.

LB  : Ne regrettez-vous jamais d’avoir éliminé certaines versions intermédiaires  ?

JMP  : Non. Cela va même plus loin. Il m’est arrivé de perdre des versions par accident, en poussant sur le mauvais bouton ou parce que j’ai oublié d’enregistrer le document. Je l’ai donc complètement perdu. Passé le premier moment de frustration, d’énervement et de mauvaise humeur, je me suis mis à recommencer immédiatement à écrire ce que je venais de perdre. On se souvient alors d’une ligne générale dont on repart et cela produit un effet d’écrémage, de condensation qui, d’une certaine manière, n’est pas négatif du tout. C’est ennuyeux, on ne peut pas en faire une méthode de travail et je ne vais pas mettre tout à la poubelle à chaque fois pour mieux recommencer. Mais, en attendant, je constate que je préfère toujours la version refaite à celle que j’ai perdue. Comme je me souviens assez précisément des versions, je me rends compte que le fait de reprendre la matière alors qu’elle a déjà été travaillée me la fait envisager autrement. Donc, d’une certaine façon, même l’accident d’ordinateur est bénéfique.

LB  : L’écriture sur support numérique permet aussi d’utiliser d’autres outils, comme la recherche lexicale, l’étude du nombre d’occurrences d’un mot. Y avez-vous recours et, dans l’affirmative, en quoi cela vous est-il bénéfique  ?

  • 3 Le chiffre mille a été atteint, voir le site 1000repliques.net et l’article de Paul Pourveur dan (...)
  • 4 Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion de la Fédératio (...)

JMP  : Parfois, quand je marche dans la rue, je me souviens tout à coup d’une phrase que j’aurais écrite. Ensuite, de retour à la maison, je vais voir dans le document si c’est bien cette phrase-là que j’ai écrite ou ce mot-là que j’ai employé. Un de mes textes s’appelle Mille répliques. Métaphoriquement, j’ai décidé d’en écrire mille même si, pour l’instant, il n’y en a que quatre cents, dont chacune va d’une ligne à deux pages3. Elles sont potentiellement numérotées de 1 à 1 000 et ne sont pas encore ordonnées. Si on souhaite les mettre en scène, il est nécessaire de sélectionner celles que l’on veut utiliser parmi les quatre cents parce qu’il est impossible de les prendre toutes. Ce procédé des 1 000 répliques, c’est un peu comme mon journal d’écriture, sauf qu’au lieu de raconter ma vie, je raconte ce qui me passe par la tête. Je note en termes de répliques ce que j’ai vu, que j’aime, que je n’aime pas. Ce sont des petits morceaux que parfois je peux reprendre dans une pièce, comme une espèce de réserve ou de réservoir à répliques. On en a déjà tiré des mini-spectacles. À l’insas4, par exemple, David Strosberg a demandé à trente étudiants de choisir chacun 5 répliques et de les défendre, ce qui faisait tout de même 150 répliques, un gros paquet en somme – cinq heures et demie de spectacle. Pourquoi est-ce que je raconte cela  ? Parce que, grâce à la recherche dans le document, je peux m’apercevoir que j’écris deux fois la même réplique ou à peu près. Ou bien encore parce que je dois vérifier régulièrement si je ne les ai pas déjà écrites. Par moments, j’écris cela sur un bout de table, rapidement, j’écris trois lignes que je ré-élabore ensuite. En les retravaillant, je me rends parfois compte que j’ai formulé ailleurs les choses de la même façon. Donc, grâce au numérique, je tape d’abord tous les mots-clés de mes répliques et je vérifie sur les quatre cents s’il n’existe pas quelque chose de similaire ou si j’ai repris tel quel un bout de réplique quelque part, que j’avais déjà utilisé ailleurs. Je ne me souviens pas forcément de tout. Comme ce projet s’étale dans le temps et que ce sont des choses qui viennent comme cela, qui surgissent – 2 phrases, 3 lignes – je les oublie aussi vite que je les écris. Pour arriver à m’y retrouver, j’utilise les outils informatiques.

LB  : Une dernière question en guise de provocation. Étant donné votre aversion pour l’écriture manuscrite et même, finalement, pour la machine à écrire, pensez-vous que, sans l’écriture numérique, vous n’auriez finalement jamais écrit  ?

JMP  : Oui, c’est possible. En tout cas, je n’aurais pas écrit la même chose, en volume notamment. Là, c’est très clair. Il existe une telle facilité de rapport avec la machine que cela m’a aidé à multiplier les textes et, ce faisant, j’ai évolué dans l’écriture, j’ai bougé. Si on écrit un texte tous les deux ans, le résultat peut sans doute être très bon. Mais si on en écrit un tous les trois ou quatre mois, il arrive forcément un moment où l’écriture s’assouplit. Un apprentissage se met en place et plus on écrit, plus il est facile de se mettre à l’écriture. On n’a plus les mêmes angoisses. On sait mieux quelles sont les erreurs à ne pas commettre. Et pourtant la difficulté reste entière. La mise au travail est plus facile, mais la difficulté du travail reste constante. La multiplication de l’écriture n’aurait pas été possible, dans mon cas, avec une machine à écrire. De cela, je suis absolument convaincu. Le contact avec l’ordinateur, avec l’écriture numérique, est assez dynamique en fin de compte. Cette position me différencie, c’est vrai, d’un certain nombre de mes amis qui, eux, aiment la plume, aiment le papier, le geste de leur main sur le papier. Au fond, ils se servent de l’ordinateur comme d’une machine à écrire. Ils rédigent tout à la main puis dactylographient tout. Chez moi, c’est vraiment le contraire. Il n’y a pas de secondarité de l’outil sur l’écrit.

On parle parfois de l’angoisse de la page blanche, je peux tout à fait la comprendre. Mais dans mon cas, lorsque l’écran est blanc, ce n’est pas l’angoisse qui m’assaille, c’est plutôt un appel que je ressens. Je peux regarder longtemps mon écran, sans rien écrire et puis, à force de le regarder, des phrases se libèrent. Je peux les tester, les enlever, les reprendre, les oublier, les retrouver, ce que je ne pourrais jamais faire à la main. Je crois qu’il faut être patient pour écrire à la main et moi, je ne le suis pas.

Haut de page

Notes

1 Mes remerciements les plus sincères à Jean-Marie Piemme.

2 Piemme (Jean-Marie), Dialogue d’un maître avec son chien sur la nécessité de mordre ses amis, Actes Sud Papiers, Arles, 2008.

3 Le chiffre mille a été atteint, voir le site 1000repliques.net et l’article de Paul Pourveur dans le présent dossier.

4 Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Boudart, « «  J’ai banni le stylo avec délice  » »Textyles, 60 | 2021, 127-136.

Référence électronique

Laurence Boudart, « «  J’ai banni le stylo avec délice  » »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4044

Haut de page

Auteur

Laurence Boudart

Archives et musée de la littérature

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search