Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60ChroniquesComptes rendusBénit (André), Légendes, intrigue...

Chroniques
Comptes rendus

Bénit (André), Légendes, intrigues et médisances autour des « archidupes ». Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Belgique. Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche. Récits historique et fictionnel

Bruxelles, Peter Lang, 2020.
Martine Renouprez
p. 169-172
Référence(s) :

Bénit (André), Légendes, intrigues et médisances autour des « archidupes ». Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Belgique. Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche. Récits historique et fictionnel, Bruxelles, Peter Lang, 2020.

Texte intégral

1Spécialisé dans les rapports entre histoire et fiction, tout particulièrement dans la littérature belge, André Bénit s’intéresse cette fois aux figures de la princesse de Belgique, Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, et de Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche, unis pour le meilleur et pour le pire dans la mésaventure étrange et hasardeuse de l’Empire du Mexique. Une destinée de deux monarques dont les choix se révéleront boiteux à tous points de vue – tant dans leur mariage que lors de l’épopée mexicaine. Une histoire de surcroît dense en mystères non élucidés, ce qui alimentera, d’une part, nombre de recherches d’historiens et, d’autre part, l’imagination des écrivains, tant en Belgique qu’en France et au Mexique.

2L’ouvrage intitulé Légendes, intrigues et médisances autour des «  archidupes  », qui se lit comme un roman, nous offre une synthèse saisissante et précise de l’ensemble de la littérature produite autour de ces souverains. Le récit de leur vie est rapporté en six chapitres relatant chronologiquement les grands événements qui marquèrent leur mauvaise fortune. Chacun d’eux se divise en trois pans  : d’un côté, les récits historiques qui reprennent les faits au plus près des vérités révélées par de sérieuses recherches à travers archives, correspondances et témoignages, de l’autre, les récits fictionnels qui, tout en laissant libre cours aux fantasmes des romanciers et des dramaturges et en sondant les ressorts affectifs qui motivent les personnages, suppléent aux manques de l’histoire. Il est vrai que les nombreuses incertitudes relatives aux faits sont autant de brèches par lesquelles s’infiltrent fables et divagations fantaisistes. Une réflexion de l’auteur vient brièvement soupeser, à la fin de chaque période étudiée, ce qu’il faut retenir de ces narrations qui se réclament soit de la vérité, soit de l’invention. Une postface de Marc Quaghebeur cautionne le sérieux et l’originalité de la structure de l’ouvrage, et rappelle la constante interférence de l’imagination romanesque avec la réalité ainsi que la propension de certains historiens à embellir ou à corser l’histoire en se fondant sur des rumeurs non vérifiées.

3Les romanciers et dramaturges belges n’ont pas été en reste dans le développement des intrigues autour des monarques. En matière de romans, André Bénit retient et explore La Passion mexicaine, d’Horace Van Offel (1932), L’Épopée des Habsbourg. Charlotte, l’Impératrice fantôme, de Robert Goffin (1937) et, plus récemment, La Séduction des hommes tristes de Françoise Lalande (2010) ainsi que Charlotte, Princesse de Belgique, archiduchesse d’Autriche et impératrice du Mexique. L’empire de la folie, de Patrick Weber (2011). Il prend également en compte les romans-feuilletons de Janine Lambotte, Charlotte et Maximilien. L’Empire des archidupes (1993), ainsi que ceux de Patrick Roegiers dans La Spectaculaire Histoire des rois des Belges (2007). Bien évidemment, des extraits des pièces de théâtre de Liliane Wouters (Charlotte ou La Nuit mexicaine, 1989) et de Michèle Fabien (Charlotte, Sara Z., Notre Sade, 2000), considérées aujourd’hui comme des classiques, sont largement repris et analysés.

4Les secrets à élucider concernent, entre autres, autant l’ascendance que la descendance du couple impérial. Si la princesse Charlotte est bien la fille de Léopold Ier, bonapartiste depuis son plus jeune âge, celle-ci se plaisait à croire les ouï-dire selon lesquels son mari, Ferdinand Maximilien de Habsbourg, fils de Sophie de Bavière et de François-Charles d’Autriche, était en réalité l’héritier de son idole, l’enfant naturel de Sophie et du duc de Reichstadt, de cet Aiglon pour qui sa belle-mère eut un affectueux penchant. Un secret de famille qu’elle se garda bien de révéler à son mari et qui fut peut-être le support de son inconditionnelle admiration à son égard. Mais quelle est la part de fantasme et de vérité dans ce rêve généalogique  ?

5Par ailleurs, la relation entre les époux fit l’objet des pires spéculations à la suite du constat de leur stérilité. S’il ne faisait pas de doute que Charlotte était amoureuse, Maximilien l’aurait, quant à lui, épousée par convention ou pour sa belle dot, sans jamais consommer le mariage. Mille preuves contribuent à montrer qu’il fuyait son épouse… et une descendance illégitime serait issue de ses multiples maîtresses mexicaines. L’adoption d’un héritier acheva d’outrager l’Impératrice. Charlotte, quant à elle, serait cependant tombée enceinte. À la suite de quelles amourettes  ? Serait-ce du colonel Alfred Van der Smissen qui dirigeait la légion belge  ? L’enfant lui aurait-il été dérobé à la naissance, à la suite d’un accouchement advenu dans le plus grand secret lors de son retour en Europe  ? Jamais une grossesse impériale n’aura fait l’objet d’une telle occultation  ! Et cet enfant ne serait autre que le futur général Maxime Weygand, lequel aurait bénéficié dès son plus jeune âge des plus hautes protections. Rien n’est pourtant plus incertain que ces racontars qui firent le lit de l’imagination d’un public avide de scandale.

6Mais s’il ne s’agissait que de cela  ! De nombreuses inconnues subsistent concernant l’attribution de cet Empire au Mexique. Cette nomination a-t-elle servi à éloigner Maximilien de son frère l’Empereur François-Joseph Ier désireux de régner sans l’ombre d’un puîné  ? Napoléon III était-il conscient qu’il envoyait le couple vers une souricière, l’Empire du Mexique ne pouvant résister à l’avancée des Juaristes  ? Éblouis par le miroitement d’un règne glorieux, Maximilien et Charlotte s’embarquent donc dans l’aventure sans prêter attention au sobriquet d’«  archidupes  » qui, avant même qu’ils n’atteignent l’Amérique, déjà les ridiculisait. Ce qui est certain, c’est que lorsque l’Empereur s’absente, retenu en province par de multiples occupations supposément frivoles, c’est en personne avertie que Charlotte prend en mains les rênes du gouvernement. Son caractère est indiscutablement celui d’un chef d’État. Elle force l’admiration de son entourage. Et lorsque la situation l’exige, elle n’hésite pas à se rendre en Europe pour y demander, à Paris, le soutien de Napoléon III, à Rome, celui du Saint-Père. Cette détermination s’émaille cependant d’une folie naissante dont l’origine fait, elle aussi, l’objet d’infinies spéculations. Charlotte aurait-elle été empoisonnée au Mexique  ? La paranoïa qu’elle développe envers la nourriture est-elle fondée  ? Veut-on encore l’éliminer à Paris, puis à la Cour d’Autriche, où on décide, semble-t-il, de l’enfermer  ? Mille et une anecdotes se plaisent à donner du relief aux scènes de crise qui se déchaînent lors des visites qu’elle effectue auprès des plus hautes instances dans le but de sauver un Empire qui s’en va irrémédiablement à vau-l’eau. Les ragots se répandent comme la poudre, concernant aussi bien un verre d’orangeade qu’elle renverse suspicieuse devant Napoléon, que le chocolat chaud du Pape qu’elle boit goulûment, elle qui ne s’abreuve à Rome que de l’eau de la fontaine de Trevi. Bref, elle dérange et on se plaît à raconter qu’elle est dérangée.

7Le dénouement tragique de l’arrestation et de l’exécution de son mari fusillé à Queretaro le 19 juin 1867 lui sera longtemps caché  ; elle n’en sera informée que bien après qu’elle a été rapatriée dans sa famille à Bruxelles. Les circonstances de la mort de l’Empereur manquent elles aussi de clarté. Le colonel Miguel López l’a-t-il trahi ou a-t-il suivi strictement ses ordres  ? L’Empereur a-t-il été induit sciemment en erreur par le Père Fischer, un prélat qui le convainc de rester sur place, alors qu’il souhaitait abdiquer et repartir en Europe  ?

8Pendant près de soixante ans, Charlotte de Belgique vivra recluse dans sa folie, prise de graphorrhée, s’épanchant dans de longues lettres où émergent cependant les points forts de son inconscient, le moindre n’étant pas celui de se sentir de nature masculine et de signer une partie de sa correspondance du nom de Charles. Curieusement ni les récits historiques contemporains ni les fictions les plus récentes n’évoquent cette possibilité aujourd’hui considérée comme plausible, une piste que l’auteur de ce passionnant essai n’a toutefois guère envisagée  : l’affirmation selon laquelle l’Impératrice Charlotte pouvait être un homme trans. Sans aucun doute, l’étude minutieuse de l’entièreté de sa correspondance permettrait-elle, de ce point de vue, de revisiter une folie peut-être issue des nombreuses contraintes et censures imposées à une personne déclarée femme au xixe siècle. C’est d’ailleurs sur cette conclusion, sur ce vœu, que se clôt l’ouvrage. On devine par cet épilogue que la recherche concernant la souveraine belge est loin d’être terminée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Renouprez, « Bénit (André), Légendes, intrigues et médisances autour des « archidupes ». Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Belgique. Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche. Récits historique et fictionnel »Textyles, 60 | 2021, 169-172.

Référence électronique

Martine Renouprez, « Bénit (André), Légendes, intrigues et médisances autour des « archidupes ». Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Belgique. Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche. Récits historique et fictionnel »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4073

Haut de page

Auteur

Martine Renouprez

Universidad de Cádix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search