Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60ChroniquesComptes rendusČečović (Svetlana), Roland (Huber...

Chroniques
Comptes rendus

Čečović (Svetlana), Roland (Hubert) et Béghin (Laurent), dir. Réception, transferts, images. Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940)

Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 2018, 194 p.
Michael Rosenfeld
p. 172-174
Référence(s) :

Čečović (Svetlana), Roland (Hubert) et Béghin (Laurent), dir. Réception, transferts, images. Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940), Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 2018, 194 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage contient huit articles issus des présentations faites au colloque Réception, transferts, images. Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940), organisé à Louvain-la-Neuve, les 10 et 11 février 2014. Les contributions présentent des perspectives nouvelles sur la circulation et les transferts interculturels entre la Russie (avant et après la révolution d’octobre 1917), la France et la Belgique. La période étudiée est étendue et permet ainsi de se pencher sur les romanciers russes dits «  classiques  », comme Dostoïevski et Tolstoï, ceux de l’ère soviétique avant 1940 et également sur les œuvres produites par les émigrés russes en France et en Belgique. En parallèle, c’est une période féconde pour la littérature belge qui trouve un public de lecteurs en Russie. Les contributions sont regroupées autour de plusieurs enjeux  : la place de la Belgique au sein de cette médiation culturelle, la réception des littérature(s) russe(s) en Belgique, les médiateurs et les réseaux ou encore comment les cultures francophones belges et françaises sont représentées dans la littérature russe.

2L’avant-propos de Svetlana Čečović et Hubert Roland permet au lecteur de saisir les enjeux de ces transferts culturels et le rôle crucial que jouent certains des médiateurs et des réseaux de passeurs qui font le pont entre ces trois pays. Svetlana Čečović et Hubert Roland retracent également l’historique du domaine de recherches des échanges multilatéraux entre la Belgique francophone et flamande, la France et la Russie. Il s’agit d’un axe de recherche croissant, comme l’indiquent plusieurs articles du dossier thématique «  Les passeurs. Médiation et traduction en Belgique francophone  » du n°  45 de la revue Textyles (2014), ainsi que la thèse de Svetlana Čečović (2016) à ce sujet.

3Dans son article, Martina Stemberger étudie le rôle étonnant que joue la Belgique comme espace intermédiaire entre ces pays. Elle dévoile notamment la façon dont la France, la Belgique et la Russie se trouvent décrites dans des textes littéraires ou des récits de voyages et s’interroge sur l’image de l’«  autre  » dans l’entre-deux-guerres, tel qu’il se retrouve dans ces textes sous les regards distincts de penseurs belges (Joseph Douillet, Jules Destrée, Émile Vandervelde), français (Georges Duhamel, André Gide) et russes (Guéorgui Ivanov, Il’ja Ehrenbourg). Wim Coudenys, quant à lui, développe la question de la réception des différentes littératures russes en Belgique entre 1918 et 1940. Il distingue ainsi entre la littérature russe classique de la fin du xixe siècle, celle soviétique après 1917 et finalement celle écrite par des immigrés russes en France et en Belgique à cette époque. Il propose de comprendre comment ils sont perçus par une analyse approfondie des traductions néerlandaises et françaises de ces œuvres. Wim Coudenys examine également la contribution importante des médiateurs des cultures belges francophones et flamandes en Russie aux transferts interculturels entre les deux pays. Les réseaux de circulation sont également au centre de l’article d’Elena Galtsova, qui se penche sur deux de ces médiateurs entre la littérature russe et belge et leur rôle crucial à cette époque. La correspondance entre le romancier, poète et essayiste Franz Hellens et la traductrice Maria Vesselovskaïa témoigne d’une liaison professionnelle et amicale de longue durée. Elena Galtsova étudie non seulement leurs échanges épistoliers, particulièrement féconds pour retracer les questions de réception et celles du travail de traduction, elle offre aussi une perspective inédite sur le développement de la carrière de la traductrice. Cette dernière a en effet une influence importante sur la diffusion des lettres belges en Russie, notamment par ses traductions de Georges Rodenbach et Georges Eekhoud. Elena Galtsova montre également comment des romanciers russes comme Dostoïevski ont eu une influence importante sur les écrits de Franz Hellens. Laurent Béghin étudie un autre moyen de transmettre les savoirs d’une culture à une autre, notamment la création de la «  slavistique universitaire  » durant les années 1920 en Belgique et le rôle pionnier que joue Wacław Lednicki dans le développement de cette discipline d’étude au sein du monde académique belge.

4Quant à l’influence de la littérature russe sur les transferts culturels, quatre des contributeurs proposent des perspectives originales de sa réception en France et en Belgique, ou encore examinent la façon dont les deux pays sont représentés au sein des œuvres littéraires russes. Svetlana Čečović étudie la réception des œuvres des grands romanciers russes comme Tolstoï et Dostoïevski en se penchant sur leurs adaptations théâtrales au théâtre bruxellois du Parc entre 1900 et 1930. Comme elle le développe, la transformation de ces romans pour la scène permet d’atteindre un public plus étendu. Svetlana Čečović étudie plus particulièrement les recensions de ces adaptations, notamment celles de Louis Dumont-Wilden ainsi que son rôle de médiateur de la culture russe en Belgique. Karine Alaverdian, quant à elle, étudie comment Léon Tolstoï représente la pédagogie des langues européennes dans plusieurs de ses romans, principalement La Guerre et la paix et Anna Karénine. Renvoyer à ces cultures étrangères permet au romancier d’indiquer les idéologies politiques slavophiles ou européanistes des familles de la noblesse russe peintes au sein de ces œuvres. Alexandre Stroev présente une interview inédite accordée par Dmitri Merejkovski au quotidien L’Aurore le 13 août 1906, ainsi que la réception des écrits du poète et romancier russe en France à la fin du siècle. Enfin, Dimitri Tokarev étudie la façon dont les recueils de poésie de deux poètes russes émigrés, Boris Poplavsky et Nicolas Gronsky, sont vus au sein des cercles littéraires de Russes émigrés en France durant les années 1930. Plus révélateur encore est le regard russe émigré sur la culture et les paysages belges qu’on retrouve dans certains des poèmes de Nicolas Gronsky, qui lui permettent de faire un lien «  entre la Belgique et la Russie nordique  », bel exemple de transfert culturel à cette époque.

5Les huit contributeurs développent leurs sujets selon plusieurs axes de recherche et regroupent des questions théoriques et méthodologiques qui permettent d’aborder le rôle des passeurs culturels et celui de la réception des écrivains russes en France et en Belgique. Les approches éclectiques adoptées par les différents contributeurs permettent d’approfondir les connaissances des réseaux multilatéraux complexes des transferts entre les cultures belges, françaises et russes et de leurs interactions. Si les articles abordent des écrivains ou des perspectives différentes, les points communs entre eux attestent de la richesse de l’ouvrage et laissent à espérer que ces axes de réflexions seront développés plus amplement dans des travaux futurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Rosenfeld, « Čečović (Svetlana), Roland (Hubert) et Béghin (Laurent), dir. Réception, transferts, images. Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940) »Textyles, 60 | 2021, 172-174.

Référence électronique

Michael Rosenfeld, « Čečović (Svetlana), Roland (Hubert) et Béghin (Laurent), dir. Réception, transferts, images. Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940) »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4083

Haut de page

Auteur

Michael Rosenfeld

Université catholique de Louvain et Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search