Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60ChroniquesComptes rendusColinet (Paul), Vendredi – Une co...

Chroniques
Comptes rendus

Colinet (Paul), Vendredi – Une correspondance surréaliste

préface et notes de Xavier Canonne, Bruxelles, Ludion, 2020, 1056 p.
Philippe Dewolf
p. 174-177
Référence(s) :

Colinet (Paul), Vendredi – Une correspondance surréaliste, préface et notes de Xavier Canonne, Bruxelles, Ludion, 2020, 1056 p.

Texte intégral

1Est-ce grâce à ses rencontres et à sa complicité avec Tom Gutt, Marcel Mariën, Louis Scutenaire et Irène Hamoir – parmi bien d’autres –, que Xavier Canonne manifeste un esprit propre aux surréalistes qui peut se traduire par des saillies où se mêlent une grande acuité critique, une orientation politique marquée et, surtout, un sens de l’à-propos dans les circonstances les plus triviales et les plus exceptionnelles, les plus délicates comme les plus révoltantes  ? Oui, le surréalisme est aussi une affaire de mœurs qui n’ont rien à voir avec celles décrétées «  bonnes  » pour le casier judiciaire, mais il y a tout simplement, dans la ligne générale du surréalisme, des choses qui se font, se disent et s’écrivent, tandis que d’autres ne se font, ne se disent et ne s’écrivent pas. Xavier Canonne en est parfaitement conscient, conscience qui s’est traduite en une indéfectible amitié vis-à-vis de Robert Willems et de son épouse Odette, un couple merveilleux de malice distillée sur le mode de la retenue et, pour ce qui concerne Robert, un immense talent de dessinateur et de collagiste, tout aussi subtil qu’aimablement discret. De par ses contacts privilégiés avec les Willems, Canonne a été amené à prendre en charge les destinées d’un trésor peu banal  : la correspondance que Paul Colinet, l’oncle des Willems, adressait à ses neveux alors partis aux colonies, le Congo belge. Fort de son expérience comme éditeur des Marées de la Nuit, Canonne avait entre les mains une pêche miraculeuse qu’il a multipliée de sorte à lui éviter un destin de bouteille à la mer.

2Cette correspondance, adressée selon un rituel immuable, tous les vendredis du 11 novembre 1949 au 5 octobre 1951, Colinet l’intitule au nom du jour d’expédition qui est aussi celui où les Willems, Paul Colinet et Marcel Piqueray se rencontraient avant 1949. Vendredi représente donc la bagatelle de cent lettres, ou plutôt livraisons, puisque ce courrier réparti sur plus de mille pages se présente sous l’apparence d’un journal, certes manuscrit, mais conçu dans les règles de l’art, trois colonnes à la une tracées avec ou, le plus souvent, sans l’appoint d’une règle ou d’une latte. Colinet savait y faire puisqu’il s’était déjà fait la main, en 1945, avec la revue Le Ciel bleu dont la titraille se présente aussi en caractères manuscrits. Si Colinet tient les ficelles de Vendredi, Marcel Piqueray le seconde brillamment à la manœuvre. Grande est leur connivence qui remonte au moins à 1941 où Colinet écrit ce très bel exergue au premier recueil publié des frères Piqueray  : «  Exercice exigent de lecture ralentie.  » La recommandation est restée valable dix ans plus tard, bien que la régularité de Vendredi ait réclamé un mouvement d’écriture soutenu, ne souffrant guère de retard. La plupart des surréalistes du groupe de Bruxelles répondent à l’appel de Colinet en apportant un concours variable à Vendredi  : avec un petit air de famille pour Colinet – qui signe parfois «  Oncle Paul  », Scutenaire – «  grand-père Scut  », et certains membres du cercle familial des Willems parmi lesquels «  Tante Lulu  ». Parmi les surréalistes et apparentés, épinglons dans le premier cercle Paul Nougé, René Magritte, Irène Hamoir, Marcel Lecomte, Marcel Mariën, Christian Dotremont, Max Bucaille, Marcel Havrenne, voire Pierre Alechinsky et, dans une constellation plus éloignée, Armand Permantier, Edmond Kinds, Charles Sanders, Bruno Capacci, Rachel Baes, Suzanne Van Damme. Ici également se retrouvent plusieurs collaborateurs du Ciel bleu.

3À première vue, Vendredi pourrait apparaître comme un fourre-tout ouvert au tout-venant. Mais à y regarder de près, il y a un programme, variable d’une livraison à l’autre selon les disponibilités et l’inspiration de chacun, avec l’apparition progressive de certains numéros thématiques, une constante assez fréquente dans la vie d’un périodique  : sont ainsi abordés l’élégance, la machine, Duke Ellington, etc. Mais il faut attendre le n°  46, à mi-parcours de l’aventure, pour voir Colinet s’expliquer dans l’équivalent d’un bref éditorial  :

Vendredi, gazette hebdomadaire abondamment illustrée, comptant parmi ses collaborateurs plusieurs génies des deux sexes, organe sur l’importance duquel il est difficile d’attirer suffisamment l’attention, moniteur manuscrit qui n’a que deux lecteurs environ, présente ses vœux de bonheur d’un poids immense, en mettant à profit le premier anniversaire de mariage civil et religieux des dits Lecteurs qui, de toute façon, sont géniaux.

4Vendredi représente donc un cadeau de mariage à répétition où l’on ne se répète pas. Les fêtes chrétiennes (Noël, Pâques) font l’objet de numéros spéciaux, malgré l’opprobre anticlérical des surréalistes, mais Colinet a toujours répugné à verser dans les exclusives comminatoires, bien qu’il lui arrive (deux fois plutôt qu’une) d’avoir le trait mordant, d’une affectueuse acidité. Et quand viennent les vacances, que Colinet passe dans la commune de Harre située aux confins des provinces de Liège et de Luxembourg, Vendredi devient Vendredharre.

5Franchement délurée, la bande s’en donne à cœur joie pour mettre le lecteur à l’épreuve par un contenu que l’on retrouverait dans un journal ou un périodique «  normal  » et normé  : mots croisés pas piqués des hannetons, rébus soi-disant faciles en regard de ceux qui le sont moins, devinettes, charades, bandes dessinées dont les légendes ont été rebattues comme au rami, petites annonces, offres d’emploi et blagues de potache en wallon namurois découpées dans la gazette humoristique L’Arsouye, brèves pièces de théâtre, critiques artistiques bidon, comptes rendus de concerts de jazz-hot, partition musicale pour orchestre et chœurs pléthoriques, casse-tête mathématique, tout semble devoir farine au moulin. Et ce, pour quoi  ? Pour jouer. Jouer au plus fin aussi, ou au détective, car les textes et les images sont cryptés. Exemple  : le titre d’un dessin de Marcel Piqueray est Lianes lient base. L’image et sa légende sont dûment commentées par Colinet, entre les lignes forcément, de sorte que par permutation des mots on induise que Piqueray vise Liliane Baels, princesse de Réthy et seconde épouse de Léopold III, dont les noces illégalement célébrées sous l’Occupation exploseront comme bombe au visage de leurs altesses. Sévère et hautaine, la future «  Première Dame de Belgique  » ne bénéficiera jamais de la sympathie de ses compatriotes et, s’il faut en croire le dessin de Piqueray, son portrait tiendrait dans l’image d’un rideau de scène brun sur le point de se lever ou plus vraisemblablement s’abaisser. Dans la même veine caricaturale à sous-entendu politique, Piqueray déforme à loisir la tronche et le patronyme du ministre Paul Van Zeeland et du baron Henri Carton de Wiard, grand partisan du retour sur le trône du coupable souverain. Quant à son fils et successeur, alias «  Bowdweyn  », Piqueray l’a couronné d’un couvre-chef de chef de gare bariolé aux couleurs nationales. Hasard des circonstances ultérieures, les manuscrits de Vendredi ont été aiguillés vers la Fondation roi Baudouin  ! Cela dit, la découverte des textes que Marcel Piqueray a écrits pour Vendredi permet de dater avec précision ceux qu’il reprendra bien plus tard dans les Non inhibited poems et Monument Tobacco.

6Vendredi contient aussi des nouvelles du pays d’ordre privé telles que le récit d’un déjeuner pris par Colinet, Permantier et Piqueray dans un restaurant ixellois de la chaussée de Wavre  : la description – par le menu – de la carte et de la clientèle vaut le détour, on s’y croirait. Colinet est d’ailleurs un prodigieux diariste, ce qui se traduit encore par l’allègre relation, étape par étape, d’une séance de titrage d’un tableau par Magritte et Mariën, le tableau étant dû à un vieux peintre amateur féru de pittoresque auquel ils rendaient visite. Tous événements que Colinet présente sous l’angle de «  Choses vraies  ».

7Bien des questions risquent cependant de rester sans réponse  : saura-t-on jamais si les collaborateurs et collaboratrices de Vendredi ont eu l’occasion de lire les textes des uns et des autres, des unes et des autres  ? Et où diable sont passés les Cahiers de Vendredi  ? En attendant, on peut imaginer lire Vendredi tous les vendredis, deux années durant, pour refaire l’expérience telle que l’ont vécue les heureux destinataires. De quoi faire ses choux gras d’un jour réputé maigre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dewolf, « Colinet (Paul), Vendredi – Une correspondance surréaliste »Textyles, 60 | 2021, 174-177.

Référence électronique

Philippe Dewolf, « Colinet (Paul), Vendredi – Une correspondance surréaliste »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4086

Haut de page

Auteur

Philippe Dewolf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search