Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60ChroniquesComptes rendusLaroche (Daniel), Une chanson bon...

Chroniques
Comptes rendus

Laroche (Daniel), Une chanson bonne à mâcher. Vie et œuvre de Norge

Préface de Pierre Piret, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2019, 266 p.
Gérald Purnelle
p. 177-179
Référence(s) :

Laroche (Daniel), Une chanson bonne à mâcher. Vie et œuvre de Norge, Préface de Pierre Piret, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2019, 266 p.

Texte intégral

1La recherche évoluant, tout comme les approches appliquées à la littérature, la tendance ne semble plus être à la production de monographies consacrées à des auteurs singuliers  ; l’heure est davantage aux vues d’ensemble, aux questions transversales, aux thèmes particuliers. Mais la démarche n’a pas pour autant totalement disparu  : s’agissant de nos poètes, on se souvient, entre autres et à diverses époques récentes, de la sorte de biographie de l’œuvre qu’était le Marcel Thiry de Charles Bertin (1997), ou de l’exercice analogue mené par Laurent Béghin dans Robert Vivier ou la religion de la vie (2013). De ces monographies, qui mêlent en un récit unique le parcours biographique et la description diachronique de l’œuvre, se distingue un autre type d’étude  : des ouvrages scindés en deux parties, l’une purement biographique, l’autre développant une analyse ciblée de l’œuvre. C’était le cas de l’appréciable ouvrage de José Havet, consacré au poète Louis Daubier, dont il analysait l’œuvre au prisme de trois angles propres à la structure de celle-ci (Louis Daubier, Poésie transparence et tentations contradictoires, 2013). C’est aussi à cette forme double que ressortit l’excellente contribution de Daniel Laroche, Une chanson bonne à mâcher. Vie et œuvre de Norge.

2Comme le dit l’auteur lui-même, l’ouvrage ne prétend pas épuiser son sujet en couvrant tous les aspects de son objet, ni livrer l’étude définitive consacrée au poète — laissant ainsi ouverte la lecture de Norge. Il constitue toutefois une solide approche de l’œuvre, fortement ancrée sur une méthode totalement adéquate. Celle-ci se fonde sur plusieurs principes scrupuleusement respectés  : éviter de pratiquer la lecture complice, de chercher à toute force une unité, de postuler une homogénéité qu’en l’occurrence, cette œuvre ne possède pas  ; ne pas s’appuyer a priori sur les déclarations du poète lui-même pour expliquer son œuvre. Entre ordre chronologique et approche globale et transversale, Daniel Laroche choisit donc la première option. On relèvera surtout que, tout en s’appuyant sur les sciences humaines et les avancées cumulées de la recherche en études littéraires, Daniel Laroche tire sa méthode, ou davantage encore les angles sous lesquels l’œuvre est étudiée, de celle-ci même.

3Le premier chapitre, consacré à la biographie, est essentiellement factuel  : tirant l’information des sources premières (entretiens, correspondances, revues, etc.), le biographe ne romance pas son récit  : seuls les faits avérés sont rapportés, et l’ensemble tend à dessiner un parcours marqué par quelques moments marquants  : les relations familiales et conjugales, l’entrée en littérature, les relations littéraires et l’insertion dans les réseaux, les revues, les cercles, les rapports conflictuels avec les surréalistes, en 1926, autour de la représentation de la pièce Tam-tam, la Seconde Guerre mondiale, les publications de recueils et les changements de paradigmes poétiques, l’émergence de l’œuvre au sortir de la guerre, les activités professionnelles. Une telle biographie est d’abord un outil de référence, qui se signale par sa sobre complétion.

4Les quatre chapitres suivants examinent chacun une question saillante dans la poétique et l’œuvre de Norge. C’est donc celle-ci qui génère la grille de lecture qui lui est appliquée. Daniel Laroche identifie les axes fondamentaux qui définissent et distinguent l’œuvre, puis développe, en recourant aux instruments appropriés (rhétorique, sémantique, histoire littéraire, psychanalyse), la méthode d’approche propre à chaque aspect. Le deuxième chapitre a pour objet le «  tableau du monde  » manifesté par l’œuvre, et plus précisément le «  biocentrisme  » de Norge, véritable «  moteur thématique et imaginaire  »  ; la poésie de Norge est innervée par la vie comme force torrentielle, l’élan vital bergsonien, la volonté de vivre schopenhauérienne, le vouloir-vivre nietzschéen. Les thèmes, relevant bien de l’imaginaire du poète, en sont la naissance de la vie, la germination, la gestation, la génération, mais aussi la manducation et la violence qui lui est associée. L’oralité (souffle, voix, ingestion) s’avère tout à la fois un axe majeur de cet imaginaire et de la poétique de Norge. Le chapitre s’achève sur le constat (qui constitue une des avancées récurrentes de l’ouvrage de Daniel Laroche, par lesquelles certaines idées reçues sont contestées ou remises en cause, et certains aspects de l’œuvre mis au jour) selon lequel ce vitalisme, loin de dénoter un humanisme voire un spiritualisme foncier, que l’on prête habituellement au poète, trahit une vision pessimiste de l’existence et du monde.

5Le troisième chapitre, intitulé «  Une poétique du réemploi  », traite de l’intertextualité chez Norge, et plus précisément d’une «  démarche créative  » particulièrement représentative chez lui, consistant à «  prendre pour matériau poétique des entités préexistantes, telles que légendes anciennes, fables, genres paralittéraires, recueils de dictons, etc.  ». Sont ainsi mobilisés les fonds biblique, mythologique et merveilleux, la littérature (médiévale), la culture populaire et le folklore enfantin, la parémiologie. Convoquant Kristeva, Riffaterre et surtout Genette, Daniel Laroche montre que Norge pratique bien davantage la recréation que la réécriture, une méthode créative «  déplaçant avec force les valeurs classiques de personnalité, d’originalité ou d’actualité  ». Tantôt classique tantôt populaire, mais nullement passéiste, le poète ne cherche pas a priori la cohérence, mais bien le renouvellement et la diversité. C’est bien l’inscription de Norge, souvent alléguée, dans le courant néoclassique, qui est ici réexaminée et remise en cause.

6Le quatrième chapitre, intitulé «  Le pluriel rhétorique  », s’intéresse de plus près à la langue, à l’écriture et au style de Norge, en recourant à la «  batterie conceptuelle de la rhétorique  », étendue à la poétique et à la stylistique. Sont ainsi examinés, dans une analyse fine, fouillée et riche, à nouveau, les aspects de l’œuvre qui en émergent de manière saillante, tels que le verboludisme, l’alternance des registres, tons et formes métriques, le rire et l’humour, la «  primauté de l’allocutif  ». Se fait également jour un jeu de contradictions et de paradoxes qui mettent en question le statut du sujet lyrique et son rapport à l’auteur.

7Le dernier chapitre, «  Dieu l’introuvable  », aborde la question idéologique, éthique et spirituelle de l’auteur. Daniel Laroche relève l’absence quasi-totale d’engagement politique ou social de Norge dans son œuvre, qu’il s’agisse des crises ou des guerres, sa défiance à l’égard des partis politiques, et singulièrement à l’égard du communisme. Le poète, qui s’occupe davantage «  de la nature humaine supposée éternelle  », a pu toutefois préciser ses positions hors de son œuvre, dans sa correspondance ou ses entretiens. Sur le plan spirituel et métaphysique, Daniel Laroche, selon sa méthode, identifie et développe un axe majeur de l’œuvre dans sa dimension sémantique  : la quête d’un «  dieu introuvable  », progressivement détaché du modèle chrétien, un dieu «  tantôt paternel, tantôt indifférent, tantôt cynique  ». Au-delà du doute à cet égard se dessine une interrogation sur le sens de la vie et sur la mort. Sur le plan éthique, l’auteur dégage chez Norge un «  code sapientiel  » plus empirique que systémique, variable, circonstanciel, fait de recherche du consensus, de stoïcisme et d’épicurisme, rejetant les certitudes et les dogmes. À nouveau, l’étude, menée sur un matériau textuel et sémantique mouvant, peu cohérent, parvient à identifier des lignes de force qui transcendent cette diversité sans générer un sens unique qui n’existe guère chez le sujet Norge.

8La conclusion de Daniel Laroche va forcément dans le même sens  : on ne peut parler d’évolution chez un tel poète, mais de «  variabilité chronique  », voire d’instabilité. Interrogeant ce trait majeur de l’homme et de l’œuvre, l’auteur fait droit à son ambiguïté, son indécision, son «  balancement irrépressible et incurable  » entre foi et scepticisme, dans un monde marqué par l’ordre et le désordre, le vitalisme et la barbarie  : sans céder «  purement et simplement à [son] démon destructeur et déstructurant  », Norge a produit une œuvre dont la logique secrète serait «  la poursuite — jamais explicitée par l’auteur, qui n’en était certes pas conscient — de la fragmentation, du décloisonnement généralisé, du retour au non-structuré archaïque  ».

9La démonstration, appuyée sur l’étude globale menée sur quatre chapitres éclairants, est convaincante  : elle fait droit à l’œuvre sans la dénaturer ni en forcer le sens, elle illustre l’application judicieuse d’une méthode multiple et appropriée à un matériau complexe, tout aussi riche que fuyant. On tient ici la contribution décisive qu’attendait cette œuvre majeure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Laroche (Daniel), Une chanson bonne à mâcher. Vie et œuvre de Norge »Textyles, 60 | 2021, 177-179.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Laroche (Daniel), Une chanson bonne à mâcher. Vie et œuvre de Norge »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4096 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4096

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search