Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60ChroniquesComptes rendusRichir (Alice), L’Écriture du fan...

Chroniques
Comptes rendus

Richir (Alice), L’Écriture du fantasme chez Jean-Philippe Toussaint et Tanguy Viel. Diffraction littéraire de l’identité

Leiden / Boston, Brill / Rodopi, coll. Faux Titre, n°  429, 2019, 288 p.
Maxime Thiry
p. 180-182
Référence(s) :

Richir (Alice), L’Écriture du fantasme chez Jean-Philippe Toussaint et Tanguy Viel. Diffraction littéraire de l’identité, Leiden / Boston, Brill / Rodopi, coll. Faux Titre, n°  429, 2019, 288 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Alice Richir livre un condensé des résultats de la recherche doctorale qu’elle a terminée en 2016. Elle y fait résonner les conclusions auxquelles l’ont menée ses analyses des romans de Jean-Philippe Toussaint et de Tanguy Viel avec les intuitions qui ont donné l’impulsion à l’étude. Ces intuitions partent du lieu commun qui voudrait que le roman contemporain opère, depuis une trentaine d’années, un «  retour au récit  » traditionnel d’héritage balzacien, sans pour autant renoncer aux innovations du Nouveau Roman. Richir relativise toutefois les termes de cette doxa  : si l’acte de raconter demeure problématique, sa remise en cause n’aboutit plus nécessairement à un éclatement des catégories romanesques. En contrepoint des diégèses à l’œuvre dans les romans, Toussaint et Viel déploient plutôt un registre virtuel fait de fictions secondes. Réhabilitant l’imaginaire, leurs écritures semblent moins soucieuses de déconstruire le récit que d’attirer l’attention sur la mise en récit  ; elles donnent voix à des narrateurs inconsistants, qui échappent à l’ordre symbolique et dont les projections fantasmatiques engendrent autant de «  diffractions littéraires de l’identité  ».

2Richir décline sa réflexion en trois grands temps, qui lui permettent d’interroger tour à tour les stratégies d’esquive, de distanciation voire d’étrangéisation des sujets narrateurs  ; les processus d’ébranlement auxquels ils soumettent le récit, ainsi que leurs implications esthétiques  ; et, pour finir, l’incursion de dispositifs optiques dans la matière textuelle, œuvrant à la virtualisation du rapport que le sujet entretient avec le réel.

3L’entame de la première partie, intitulée «  Identifications inconsistantes, énonciations hétérogènes  », aborde d’emblée le défaut d’identification des narrateurs par le biais du «  stade du miroir  » théorisé par Lacan et que Richir diagnostique comme défaillant. En réponse à l’impossibilité de se saisir en tant que sujets unifiés, les narrateurs optent pour une série de stratégies de renonciation ou de truchement, les amenant à adopter une posture qui rappelle celle du Bartleby de Melville. Plutôt que flegmatiques ou simplement passifs, les personnages de Viel et de Toussaint font preuve d’involontarisme  : leurs «  modes d’énonciation obliques  » (p. 59) leur permettent de «  préserver leur incon-sistance  » et de «  se soustraire à tout signifiant qui prétendrait épingler leur singularité  » (p. 19). Richir nuance toutefois la comparaison au personnage de Melville, ne serait-ce que parce que les auteurs qu’elle étudie écrivent à une autre époque, qui a montré les limites et les dérives d’une simple identification du moi au lien social. Le désarroi des personnages-narrateurs face à leur dessaisissement du soi apparaît alors comme une invitation à «  considérer l’identité comme un processus plutôt que comme un principe immuable  » (p. 57), fait de récits et de mises en récits, d’une pluralité de discours susceptible de révéler quelque chose du sujet.

4La deuxième partie explore la façon qu’ont les auteurs d’«  [é]crire le fantasme  », au moyen d’un appareillage méthodologique et conceptuel qui prolonge et précise le mouvement amorcé en première partie, articulant psychanalyse freudo-lacanienne et théorie littéraire. Cette articulation se révèle tout à fait opérante, dans la mesure où Richir utilise le concept du fantasme non seulement comme projection d’une fiction seconde, répondant au désir du narrateur, mais aussi voire surtout comme «  moyen de se dire en dehors des déterminations symboliques qui lui sont conférées par les autres  » (p. 68). Ce faisant, la logique du fantasme qu’elle met au jour permet tout autant d’apporter des réponses supplémentaires aux questions posées en première partie, que d’expliquer certaines tendances à l’œuvre au sein des cultures contemporaines, dont les littératures proposent une radiographie. Ainsi, alors que Toussaint avoue dans ses romans – et plus particulièrement dans sa tétralogie – les insuffisances du récit par rapport à une «  vérité qui s’affirme comme mensongère  » (p. 100) que se créent ses narrateurs, Viel réhabilite la fiction en rappelant son appartenance au réel, notamment lorsqu’elle prend la forme du fantasme, c’est-à-dire lorsqu’elle sert de mise en scène (et en récit) au désir du sujet en quête de ressaisissement dans l’échange signifiant. Dans les deux cas, le fantasme agit comme «  principe générateur de la narration  » (p. 176), qui mine la vraisemblance diégétique par l’exacerbation et la subversion des dispositifs romanesques qui la supportent. Ce faisant, le fantasme ouvre une nouvelle voie dans l’expérimentation du réel, irréductible au «  savoir  » et aux formalisations que lui font subir la science  ; une voie qui donne sa place au sujet ou plutôt, qui lui permet d’interroger sa place dans le réel, à la fois en coupure avec celui-ci et inclus en son sein.

5La troisième partie de l’essai se propose de boucler la boucle et interroge le recours singulier des deux écrivains aux images – photographiques dans le cas de Toussaint et cinématographiques dans le cas de Viel –, considérées comme médiations permettant aux sujets de se ressaisir. Intitulée «  Image littéraire et virtualité  », cette partie explore successivement les romans L’Appareil-photo de Toussaint et Cinéma de Viel. Richir en retire une série de dispositifs ou d’interfaces que les écrivains mobilisent dans leurs autres romans, sous des formes moins évidentes, tantôt comme moyen de «  résister au caractère insoluble du moi comme à la part perdue du réel qui échappe éternellement au sujet qui voudrait la saisir  » (p. 223)  ; tantôt comme outil de démultiplication des niveaux diégétiques qui, par surimpression, fait coexister virtuel et actuel, et configure une image littéraire fantasmée, lieu de «  l’apparition subjective  » (p. 232) du narrateur. Le dispositif optique œuvre ainsi à la représentation d’un «  narrateur spectateur  » qui, prenant conscience de sa dépossession par la distance qui le sépare de son image, «  réinvesti[t] par l’imaginaire la scène de sa propre diffraction  » (p. 258).

6Destiné à un lectorat averti, en raison de l’ancrage psychanalytique des analyses menées, l’essai apporte néanmoins un éclairage efficace et accessible aux poétiques de Toussaint et de Viel. Si la plupart des analyses sont menées au plus près des textes et en révèlent de ce fait tant la complexité que la richesse, elles ne font jamais l’économie d’observations plus générales sur l’œuvre complète (au jour de l’étude) des romanciers. Cela permet à Richir de mettre en lumière plusieurs trajectoires dans leurs carrières, d’en préciser les ruptures et les continuités. Parmi celles-ci, elle met au jour de façon convaincante le recours à une logique du fantasme qui irrigue autant qu’elle bouleverse la production romanesque des auteurs étudiés. Face à la suprématie du visible, les narrateurs expriment un malaise contemporain par leur difficulté à se saisir en tant que sujet. Pour pallier cela, ils court-circuitent la linéarité diégétique des textes qui les portent par le déploiement d’images fantasmatiques ayant la particularité d’emprunter leur mode de manifestation aux dispositifs optiques, plus à même de figurer le lieu de leur subjectivation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Thiry, « Richir (Alice), L’Écriture du fantasme chez Jean-Philippe Toussaint et Tanguy Viel. Diffraction littéraire de l’identité »Textyles, 60 | 2021, 180-182.

Référence électronique

Maxime Thiry, « Richir (Alice), L’Écriture du fantasme chez Jean-Philippe Toussaint et Tanguy Viel. Diffraction littéraire de l’identité »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4113

Haut de page

Auteur

Maxime Thiry

Université Catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search