Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60ChroniquesComptes rendusFrackowiak (Jean-François), La Te...

Chroniques
Comptes rendus

Frackowiak (Jean-François), La Tentation symbolique du roman français au tournant du xxiesiècle. Henry Bauchau, Sylvie Germain, Philippe Le Guillou

Paris, Honoré Champion, coll. Littérature de notre siècle, n°  71, 2019, 435 p.
Myriam Watthee-Delmotte
p. 183-184
Référence(s) :

Frackowiak (Jean-François), La Tentation symbolique du roman français au tournant du xxiesiècle. Henry Bauchau, Sylvie Germain, Philippe Le Guillou, Paris, Honoré Champion, coll. Littérature de notre siècle, n°  71, 2019, 435 p.

Texte intégral

1Programme intellectuel extrêmement intéressant que celui que se propose de développer Jean-François Frackowiak dans ce qui a été une thèse soutenue en 2015 sous la direction de Bruno Blanckeman à La Sorbonne nouvelle-Paris 3. Par la question théorique, d’abord, qui cherche à comprendre en quoi peut consister une pensée du symbole dans un contexte contemporain et en quoi elle permet à certains écrivains un renouvellement des formes romanesques. Par le choix du corpus à étudier ensuite, qui s’attache à explorer trois œuvres où se repèrent des intertextualités puisant à des fonds mythiques différents  : la mythologie grecque chez Henry Bauchau, le légendaire celtique pour Philippe Le Guillou et les références bibliques chez Sylvie Germain. La question de recherche, clairement posée, est de comprendre comment la figuration symbolique peut offrir à un écrivain la possibilité de déployer un imaginaire cohérent qui offre la trame de fonds de son écriture singulière, tout en intégrant un patrimoine culturel collectif issu d’un mode de pensée très éloigné.

2Le principe méthodologique ici adopté est celui de «  saisir le symbole à l’œuvre comme un principe actif, qui permet une figuration particulière, et exerce de manière dynamique une fonction dans la construction sémantique de l’œuvre, par-delà les occurrences de signes, sans s’appuyer sur une clé d’interprétation qui serait fournie par des considérations externes  » (p. 24). L’ouvrage se donne donc un objectif de théorie littéraire tout en s’ancrant dans l’analyse textuelle, et l’approche est, à cet effet, inductive et synthétique, globalisante et non monographique.

3L’étude se déploie en trois volets. La première partie fait le point sur la problématique de la représentation symbolique de la réalité dans le genre romanesque et réfléchit à ce que devient la mimesis en contexte contemporain  ; la proposition est de penser celle-ci en termes de constitution d’un monde cohérent par le langage et non plus comme copie du réel. La deuxième partie interroge les spécificités du roman d’ambition métaphysique en s’attachant à deux fonctions du symbole  : unir et pointer vers l’infigurable. La troisième tente d’élaborer une poétique symbolique du roman tant sur le plan des formes d’écriture que des figures privilégiées.

4En parcourant chacun de ces trois aspects, il s’agit d’analyser les moyens mis en œuvre afin de pouvoir donner une forme à l’irreprésentable, à l’invisible agissant au cœur du réel, en misant sur le caractère heuristique de la fiction. L’observation des trois poétiques romanesques met en lumière la façon dont l’effet d’émerveillement est atteint par la forme de l’écriture elle-même, par le jaillissement du sens inouï attaché à la formulation, et par les motifs convoqués dans une perception du sacré comme immanence. On est ici aux antipodes de l’allégorie baroque qui demande une clé d’interprétation hors texte, car c’est au contraire dans la lecture des possibles sémantiques inscrits dans la langue elle-même que s’active la puissance symbolique des textes.

5La conclusion, outre la synthèse habile de l’étude, propose de comprendre sur l’horizon de ce fonctionnement symbolique la place alternative des trois œuvres étudiées dans le champ littéraire contemporain majoritairement marqué par l’épuisement du sens. La figuration est en effet appelée ici à stimuler l’interprétation et la configuration des signes  ; elle induit une transfiguration qui ouvre au-delà. Il s’agit de «  regarder en face l’envers de l’histoire contemporaine et l’inaperçu du monde visible, ce qui peut aider à discerner le mal lorsqu’il se cache, mais aussi à percevoir des raisons d’espérer au cœur du désenchantement  » (p. 395).

6Cet ouvrage comble assurément une lacune de la recherche scientifique, tant sur le plan de la théorisation des imaginaires littéraires que sur celui de l’historiographie littéraire contemporaine, qu’il contribue à éclairer de biais d’une manière novatrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Watthee-Delmotte, « Frackowiak (Jean-François), La Tentation symbolique du roman français au tournant du xxiesiècle. Henry Bauchau, Sylvie Germain, Philippe Le Guillou »Textyles, 60 | 2021, 183-184.

Référence électronique

Myriam Watthee-Delmotte, « Frackowiak (Jean-François), La Tentation symbolique du roman français au tournant du xxiesiècle. Henry Bauchau, Sylvie Germain, Philippe Le Guillou »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4123

Haut de page

Auteur

Myriam Watthee-Delmotte

F.R.S.-FNRS/ Université Catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search