Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Dossier pédagogiqueAborder le théâtre de Jean-Marie ...

Dossier pédagogique

Aborder le théâtre de Jean-Marie Piemme en classe de français

Laura Delaye

Plan

Haut de page

Texte intégral

L’auteur

Biographie

  • 1 Jean-Marie Piemme, Spoutnik, Bruxelles, Aden, 2008.

1Jean-Marie Piemme naît à Seraing en 1944. Après des études secondaires dans sa ville natale, son père l’envoie « contre son gré1 », dit-il, à l’université. Il s’inscrit donc à l’Université de Liège où il étudie la littérature et se tourne ensuite vers des études théâtrales en Sorbonne.

2En 1975, il soutient sa thèse de doctorat à l’Université de Liège sur le feuilleton télévisé (La Propagande inavouée, approche critique du feuilleton télévisé). À cette époque, il collabore avec l’Ensemble théâtral mobile, le théâtre du Crépuscule et participe à la création du Théâtre Varia à Bruxelles. Il travaille alors avec le « Jeune Théâtre » avant de rejoindre Gérard Mortier au Théâtre de la Monnaie en 1984.

3Quelques années plus tard, il quitte l’équipe de Gérard Mortier pour se consacrer à l’écriture et à l’enseignement. S’en suivront une cinquantaine de textes parmi lesquels Neige en décembre, sa première pièce qui recevra le prix triennal du théâtre de la Communauté française, mais aussi Café des patriotes, Les B@lges (en collaboration avec Paul Pourveur), Éva, Gloria, Léa, La Vie trépidante de Laura Wilson ou, plus récemment, Bruxelles, printemps noir.

4Jean-Marie Piemme a collaboré et collabore encore régulièrement avec de nombreux·ses metteurs·ses en scènes comme Philippe Sireuil, Virginie Thirion, Isabelle Pousseur et Sébastien Bournac.

5L’ensemble de son œuvre est couronnée du prix quinquennal de la littérature en 2015. Piemme est également Citoyen d’honneur de la ville de Seraing.

Bibliographie

Textes théâtraux

  • Neige en décembre, Paris, Actes Sud - Papiers, 1988.

  • Sans mentir, Paris, Actes Sud - Papiers, 1989.

  • Commerce gourmand, Paris, Actes Sud - Papiers, 1991.

  • Le Badge de Lénine, Paris, Actes Sud - Papiers, 1992.

  • Scandaleuses suivi de Les Yeux inutiles, Paris, Actes Sud - Papiers, 1994.

  • Les Forts, les Faibles, Rouen, Éditions Médianes, 1995.

  • Récit de ma naissance, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Livre d’images, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Lettre à une actrice, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Les Petits Bénéfices, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Trompe-l’œil, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Les Grandes Ombres, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Tango tangage, Pièces d’identités, Rouen, Médianes, 1997.

  • Café des patriotes, Bruxelles, Didascalies, 1998.

  • Les Adieux, Bruxelles, Didascalies, 1998.

  • 1953, Bruxelles, Didascalies, 1998.

  • Les Instituteurs immoraux, Bruxelles, Éditions Nocturnes, 1999.

  • Rwanda (coécriture), création en 1999 par le Groupov à Liège, dans une conception et une mise en scène de Jacques Delcuvellerie.

  • Toréadors, Morlanwelz, Éditions Lansman, 1999.

  • La Confession, 1999.

  • Triptyque : Éva, Gloria, Léa, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2000.

  • Peep Show, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2000.

  • Ciel et simulacre. Matériau pour une clownerie entre vitesse et mémoire, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2000.

  • Emballez, c’est pesé !, Chambéry, Éditions Comp’act, coll. L’Auberge de l’Europe, 2001.

  • Les B@lges, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2002.

  • Tango/Tangage - Trompe-l’œil, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2003.

  • L’Illusion - Faim, soif, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2003.

  • L’Instant, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2004.

  • Il manque des chaises, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2005.

  • Boxe, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2006.

  • L’Indicible, création en 2007 au Théâtre Le Public (Bruxelles).

  • Métro 4, texte écrit pour les élèves de la classe d’interprétation dramatique de l’INSAS, 2007.

  • Dialogue d’un maître avec son chien sur la nécessité de mordre ses amis, Paris, Actes Sud Papiers, 2008.

  • Liquidation totale, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2010.

  • Presque stars, Montreuil, Éditions Théâtrales, 2010.

  • La Main qui ment, suivi de Avaler l’océan et de Le Sang des amis, Paris, Actes Sud - Papiers, 2011.

  • Serpents à sornettes, suivi de Chaos manager, Paris, Actes Sud - Papiers, 2012.

  • Les Pâtissières, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2013.

  • L’Ami des Belges, Pédagogie de la grande peur, Scalpons les crânes plats, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2014.

  • La Vie trépidante de Laura Wilson, Narbonne, Camus et compagnie, 2015.

  • Cul et chemise, suivi de Reines de pique, Paris, Actes Sud - Papiers, 2017.

  • Jours radieux, Morlanwelz, Éditions Lansman, 2017.

  • Eddy Merckx a marché sur la lune

  • Irez-vous à Bayreuth cette année ?

  • J’espère qu’on se souviendra de moi

  • Marécages.be

  • Père et fils

  • Sacs à malices

  • Le Carnet noir

  • Partie carrée

  • Rêves d’Occident

  • Bruxelles, printemps noir, suivi de Scandaleuses et de 1953, Bruxelles, Impressions Nouvelles, coll. « Espace Nord », 2018.

  • Sauvez Herbert ! 2020

Récits

  • Tribulations d’un homme mouillé, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2002.

  • Spoutnik, Bruxelles, Aden, coll. La Rivière de Cassis, 2008.

  • Rien d’officiel, Bruxelles, Aden, coll. La Rivière de Cassis, 2010.

Textes théoriques

  • Le Souffleur inquiet, essai sur le théâtre, Bruxelles, Alternatives Théâtrales, n° 20-21, 1984

  • Le Souffleur inquiet, édition augmentée, Bruxelles, Impressions Nouvelles, coll. Espace Nord, 2012.

  • Voyage dans ma cuisine, conversation avec Antoine Laubin, Bruxelles, Alternatives théâtrales, 2008.

  • Un théâtre de la disparition, Éditions Universitaires d’Avignon, coll. Entre-Vues, 2011.

  • L’Écriture comme théâtre, Chaire de poétique de l’Université de Louvain, Éditions Lansman, 2012.

  • Accents Toniques, Journal de théâtre (1973-2017), Bruxelles, Alternatives Théâtrales, 2017.

Les B@lges

Contextes de rédaction et de création

  • 2 Paul Pourveur écrit en néerlandais et en français. Il réalise des scénarios de documentaires, téléf (...)
  • 3 Philippe Sireuil est metteur en scène, professeur et directeur actuel du Théâtre des Martyrs. Il a (...)

6Écrite par Jean-Marie Piemme et Paul Pourveur2, la pièce résulte d’une commande du Théâtre Varia, à l’initiative de Philippe Sireuil3 dans le cadre du projet « Bruxelles 2000 ».

7Il s’agit donc d’un texte écrit à quatre mains par un Wallon (Piemme) et un Flamand (Pourveur) d’origine wallonne qui se plaît à écrire dans les deux langues. La pièce sera créée en français au Théâtre National en 2002 et en néerlandais au Kaaitheater en 2003.

8Lorsque les auteurs entreprennent l’écriture des B@lges, la Belgique est un État fédéral depuis une dizaine d’années. En effet, en 1970, la première réforme de l’État inaugure le long processus de fédéralisation de la Belgique avec la création des communautés culturelles (française, néerlandaise et allemande) et des trois régions (flamande, wallonne et bruxelloise). Dix ans plus tard, la deuxième réforme de l’État aboutit à la Loi spéciale de réforme institutionnelle qui donne lieu à la création des Communautés française et flamande, et de la Région wallonne. En 1988, lors de la troisième réforme de l’État, de nouvelles compétences sont octroyées aux Communautés et Régions. Ce n’est qu’en 1993, année de la quatrième réforme de l’État, que la Belgique devient officiellement un État fédéral.

9Lorsque Jean-Marie Piemme et Paul Pourveur écrivent Les B@lges, les cinquième et sixième réformes de l’État, relatives au nouveau financement et à la modification de certaines compétences n’ont donc pas encore eu lieu. La Belgique est cependant un pays divisé et ce, depuis de nombreuses années.

Résumé

10La pièce est composée de deux parties dont la première est elle-même subdivisée en vingt-deux tableaux ou scènes.

Première partie

11Jimmy, boxeur vedette d’une baraque de foire qui devait faire un aller-retour à Ostende, semble avoir disparu. Le Foireux, Émile et Marcel s’inquiètent… D’autant plus que Jimmy leur avait fait part de ses interrogations.

12Uppercut, la grand-mère de Jimmy, voit l’heure du spectacle approcher et propose un remplacement de Jimmy. Mais ce remplacement effectué à la hâte est une catastrophe : le public n’a pas eu ce qu’il voulait et Annie n’a pas pu vendre ses délicatesses puisqu’il n’y a pas eu d’entracte.

13Alors qu’Annie rappelle à Uppercut qu’il faut trouver une date pour le mariage de Claire et Jean-Marie, Claire – qui voulait se marier en noir – se met à douter et signale qu’elle ne souhaite plus se marier.

14L’arrivée de l’abbé Firmin, qui prie pour Jimmy et s’inquiète pour Jean-Marie, ne changera rien à la situation. Pas plus que l’entrée en scène de Rik, policier et frère du mari d’Uppercut (Jonathan), chargé d’enquêter sur la disparition de Jimmy.

15Malgré l’intervention d’un jeune boxeur remplaçant, Jim, et de Malika, venue de nulle part, la crainte que la baraque parte à la dérive se fait de plus en plus présente car les unions se brisent ou, à tout le moins, n’aboutissent pas. L’Aïeul Bifront intervient pour conseiller ses descendants mais la situation semble décidément bien confuse. Uppercut s’interroge : tout le monde est-il prêt pour un conclave ? Un accord pourra-t-il être trouvé ?

Deuxième partie

16Les disparitions s’enchaînent et ne se limitent plus à ceux qui réfléchissent. Si tous s’accordent à dire que tout va bien, notamment grâce aux accords de la Saint-Firmin ou de l’Hôtel Terminus, la situation demeure pourtant obscure.

Personnages

  • Jimmy : petit-fils d’Uppercut et Jonathan, fils de Le Foireux (ou d’Émile) et d’Érica, il part pour Ostende dès le début de la pièce et ne réapparaît pas pour le match de boxe du soir comme prévu. Sa disparition déclenche les nombreuses péripéties de la pièce.

  • Marcel : c’est lui qui a envoyé Jimmy à Ostende pour lui rapporter de la marchandise pour le public. Il est chargé de trouver un remplaçant à Jimmy.

  • Émile : premier remplaçant improvisé de Jimmy, il est peut-être également son père. Bien qu’il se dise stratège et tacticien, il avoue également être mauvais boxeur. Il veut épouser Uppercut.

  • Le Foireux : fils d’Uppercut et probable père de Jimmy. Bon boxeur mais, aux dires de sa mère, peu intelligent.

  • Uppercut : grand-mère de Jimmy, veuve de Jonathan, c’est elle qui, avec pragmatisme, reprend en mains l’organisation de la baraque, suivant les conseils de l’Aïeul Bifront.

  • L’Aïeul Bifront : aïeul de la famille, il n’intervient que rarement pour conseiller ses descendants mais Uppercut se réfère souvent à lui pour expliquer ou justifier ses agissements.

  • (Jonathan) : mari d’Uppercut, il apparaît comme le conseiller et gestionnaire de la baraque de foire. En réalité, il est mort depuis dix ans. Le lecteur, comme les autres personnages, ne l’apprendra qu’au seizième tableau, c’est-à-dire après avoir lu une bonne moitié de la pièce.

  • Annie : vendeuse de délicatesses, elle profite des entractes des matchs de boxe pour vendre ses produits. Mère de Jean-Marie, elle tient particulièrement au mariage de son fils avec Claire. Elle proposera à Émile de l’épouser.

  • Jean-Marie : footballeur, fils d’Annie, amoureux de Claire depuis son enfance, il veut l’épouser et est désespéré lorsque cette dernière se met à douter.

  • Claire : probable fille d’Uppercut et Jonathan (l’information n’est pas donnée explicitement). Future femme de Jean-Marie, elle se pose beaucoup de questions, notamment sur sa place dans l’univers et se met à douter à propos de son mariage.

  • Firmin : abbé, il prie pour Jimmy, écoute les plaintes de Jean-Marie et sera envisagé comme remplaçant pour le match de boxe.

  • Rik : frère de Jonathan dont Uppercut était follement amoureuse. Il est policier et est chargé d’enquêter sur la disparition de Jimmy. Il affrontera Jim lors d’un match de boxe mais devra vite s’avouer vaincu.

  • Jim : champion de boxe, il est engagé pour remplacer Jimmy. Après avoir tenté d’approcher Claire, il tombera amoureux de Malika.

  • Malika : après avoir monologué à plusieurs reprises sur les conditions de circulation, elle arrive de nulle part, en retard et à l’improviste.

Analyse

Des genres

Farce

  • 4 Corvin (Michel), Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas, 1991. Définition proposée p (...)

17La farce est « une courte pièce reposant sur l’affrontement comique de personnages populaires qui cherchent le plus souvent à duper ou dominer autrui […] La structure de base de la farce, c’est parvenir à tromper l’autre, à le « farcer ». […] Parenthèse festive, la farce est revanche des instincts et des pulsions sur les préceptes éthiques4. »

  • 5 Piemme (Jean-Marie) et Pourveur (Paul), Les B@lges, Morlanwelz, Lansman, 2002. (Désormais B. dans l (...)

18Outre sa brièveté (deux parties, nonante pages5), de nombreux éléments permettent d’assimiler Les B@lges au genre médiéval de la farce.

19Revenons un instant sur les personnages qui constituent cette micro-société gravitant autour d’une baraque de foire. Dirigée, en quelque sorte, par Uppercut, la grand-mère pragmatique qui s’en réfère constamment à son mari mort depuis dix ans, elle est au bord de la faillite depuis le départ de Jimmy. Et ce qui inquiète le plus, dès la première scène, c’est que Jimmy pense. Il se met à se poser des questions : « Pourquoi le public exige-t-il du Cabrel, du Brad Pitt et des seins ? », « Pourquoi le public a toujours raison ? », « C’est effrayant. Je me pose des questions, Marcel. » (B. p. 5, 6) Dans cette scène d’exposition, alors que Jimmy réfléchit, ce qui entraînera sa disparition, Marcel se contente de répondre aux attentes du public, elles-mêmes mues par de bien bas instincts : « […] ce que le public réclame : côté femme, c’est pas compliqué : le Brad Pitt mal rasé… », « Et pour les hommes tu prends n’importe quoi pourvu qu’on voie bien les seins sous les T-shirts mouillés » (B. p. 5). Le public évoqué dans Les B@lges se déplace pour voir des seins et des combats de boxe sanglants. Mais ce public, n’est-il pas également celui qui assiste à la représentation d’une pièce où les personnages se préoccupent de ce que va leur rapporter un match de boxe ? Ainsi d’Uppercut qui veut à tout prix remplacer Jimmy pour que le match ait bien lieu quoiqu’en coûte la qualité de la prestation (même si elle affirme le contraire) ou d’Annie qui, faute d’entracte, n’a pu vendre ses délicatesses.

20L’argent n’est pas la seule source de conflits dans la pièce. Au fur et à mesure, si le remplacement difficile de Jimmy – boxeur attitré – reste la principale source de préoccupations, unions et désunions se succèdent : Jean-Marie veut épouser Claire qui se met à douter, hésite, refuse, avant de revenir sur sa décision ; Émile veut se marier avec Uppercut à un moment où tous ignorent que son mari est empaillé ; l’arrivée de Rik trouble Uppercut, jadis amoureuse de lui ; Jim tente d’approcher Claire (ce qui rend Jean-Marie violent) avant de tomber amoureux de Malika ; Annie ordonne à Émile de l’épouser. Certaines de ces alliances se concrétiseront dans la roulotte de Claire et Malika où s’immisceront Jim et Jean-Marie. Cependant, par un étrange quiproquo, les quatre personnages étant plongés dans le noir, ce sont Jim et Malika qui se retrouveront enceintes. Mariages ratés, ménages à trois, tromperies, bagarres sont donc bien présents dans cette farce contemporaine.

21On l’a vu, les corps y sont caricaturés, à travers les matchs de boxe notamment. L’état de Rik qui ne sait plus articuler un mot après avoir été mis au tapis en est un bon exemple. Cette élocution difficile de Rik peut aussi être associée au comique de langage, lui aussi caricaturé. Niveau de langue familier, injures et dialectes parsèment les répliques des personnages. Citons pour exemples Annie qui ne supporte pas que l’on dise qu’elle vend des « lakmaens » alors qu’elle vend des « délicatesses » (B., pp. 11 et 15), Le Foireux qui évoque les « keeskoppen » (B., p. 14) que Jean-Marie a affrontés lors d’un match de football ou encore Émile qui explique à Jim que Le Foireux est « bêtote », terme que Jim ne comprend pas et que lui expliquera savamment Émile (B., p. 34). Ces expressions bruxelloises sont loin d’être les seules à parasiter le discours des personnages : le langage médiatique devient, lui aussi, envahissant au point de remplacer toute pensée individuelle. Nous y reviendrons.

Satire

  • 6 Cette définition de la satire s’inspire de la définition figurant dans Le Dictionnaire du Littérair (...)

22Ayant pour objectif de dénoncer les vices et les folies des hommes ou d’une société, la satire présente une dimension polémique. Son ton peut s’étendre « de l’ironie légère à l’indignation injurieuse6 ».

23Qu’est-ce qui, dans cette pièce, relève du registre satirique ou de la satire ?

24Nous l’avons constaté, ce qui est dénoncé ici, c’est l’incapacité des personnages à s’entendre et à trouver celui qui remplacera le boxeur disparu. Les tentatives perpétuelles de s’accorder demeurent vaines et vont même jusqu’à vider les discours des personnages de tout sens. Leurs paroles s’apparentent souvent à une accumulation de clichés présents dans les discours politiques.

Uppercut : […] Application immédiate du plan suivant : mise en veilleuse de nos querelles, suspension provisoire de nos activités et constitution d’une commission. Je procéderai personnellement à un audit. Après quoi, en bon ordre, et comme on l’a toujours fait, nous chercherons des solutions réalistes. Nous sommes une baraque de réalistes. (B., P. 70)

Annie : Nous ne devons pas retomber dans les erreurs du passé. On veut un débat, on veut de la transparence. Quand l’échec est total, un véritable esprit d’entreprise doit pouvoir le gérer. […]. (B., p. 71)

Annie : Pour certains points il faut évidemment déterminer l’enveloppe financière et il faut aussi un plan d’accompagnement social. On y travaille. (B., p. 79)

25Chacun donne son avis et ces échanges ne mènent à rien sinon aux accords de la Saint-Firmin et de l’Hôtel Terminus auxquels personne ne comprend rien. Pas d’indignation injurieuse ici donc mais plutôt une ironie décelable par les habitants du royaume divisé qu’est la Belgique…

Allégorie

  • 7 Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis), Viala (Alain), dir. Le Dictionnaire du Littéraire, op. cit., p. (...)

26« Du grec allos “autre” et agorein “parler”, le terme renvoie à un procédé littéraire selon lequel, en parlant d’une chose, on parle d’autre chose. Dès l’origine donc, l’allégorie est, du point de vue strictement littéraire, une sorte de métaphore continuée. Mais elle représente aussi bien un procédé d’interprétation7. »

27L’allégorie de la baraque de foire et de son ring de boxe qui se poursuit page après page, c’est donc, en réalité, un tableau de la situation politique belge houleuse. Les allusions – nombreuses – permettent aisément de le comprendre.

  • 8 Le Soir, 6 décembre 2002, entretien avec Laurent Ancion.

28Commençons par le titre : Les B@lges. Avant même d’avoir lu la pièce ou d’y avoir assisté, le lecteur ou spectateur sait déjà à quoi s’attendre. Sauf piège tendu par les auteurs, l’objet du récit sera donc en lien avec la Belgique et ses habitants. L’arobase fournit une piste de lecture supplémentaire : « ça a un petit côté virtuel, comme pour un pays qui n’existerait pas vraiment », explique Jean-Marie Piemme dans un entretien pour Le Soir8.

29Viennent ensuite les nombreux clichés associés à la Belgique et qui rappellent ainsi au lecteur l’ancrage de la pièce. On a déjà évoqué les « keeskoppen » et les « lakmaens ». On peut y ajouter les références au roi et à la reine, le Bel 20, les moules mais aussi les nombreux toponymes comme Banneux, Orval, Ostende et son estacade, la Mer du Nord, les Ardennes, Schaerbeek, Jabbeke ou encore Bruges, Gand, Louvain, Malines et Grand Bigard, systématiquement traduits en néerlandais, ce qui rappelle la division nationale.

30Après les références culturelles et géographiques, les allusions aux diverses réformes du pays et à son processus de fédéralisation se dévoilent plus clairement : les accords de la Saint-Firmin et de l’Hôtel Terminus, si obscurs aux yeux des personnages, font écho chez le lecteur / spectateur belge qui peut lire différemment les unions difficiles des personnages et leur incapacité à trouver un accord.

Des thèmes

La figure paternelle

31La place du père est plutôt floue dans Les B@lges. Dès les premières pages, alors que l’état de Jimmy inquiète car il réfléchit, Marcel s’adresse à Émile et Le Foireux : « Quoi qu’il en soit… Jimmy se pose des questions. Vous êtes les pères. Démerdez-vous maintenant. Salut. » (B., p. 6)

32La figure paternelle est donc campée. Bien qu’incertaine (Le Foireux ne sait pas avec certitude si c’est lui ou Émile qui est le père de Jimmy), c’est à elle qu’incombent les responsabilités et, plus loin dans la pièce, les décisions. C’est, en effet, à Jonathan, mari d’Uppercut, qu’il faut « toucher un mot de l’état de Jimmy » (B., p. 9), c’est également à Jonathan qu’il faut parler de la date du mariage de Claire et Jean-Marie. Jonathan, tous s’y réfèrent, « c’est lui qui tient la baraque debout » (B., p. 29). Il n’apparaît pourtant jamais dans la pièce et pour cause, il est mort depuis dix ans et sa femme l’a fait momifier ! Cependant, le lecteur comme les autres personnages de la pièce, ne l’apprendront qu’à la seizième scène.

Uppercut : […] Et puis un jour, après 16 heures, il a oublié de respirer. Comme on ne pouvait pas l’enterrer, je l’ai fait momifier… Mais on ne fait rien sans demander son avis. C’est encore lui qui mène la barquette, qui gère tout le côté émotionnel… Il nous parle encore… (B., p. 46)

33La baraque tient donc depuis dix ans sans Jonathan, qui était censé la diriger au nom de l’Aïeul Bifront, père de la Nation.

34L’Aïeul Bifront, sorte de spectre monstrueux à deux têtes dont le nom et l’apparence physique font écho à la division inhérente à l’histoire de la Belgique, est une référence permanente pour Uppercut. Elle rappelle régulièrement ses conseils :

Uppercut : Notre cher « Aïeul Bifront » disait toujours : méfiance, tout ce qui a été créé du jour au lendemain peut disparaître du jour au lendemain. C’est notre devise. […] (B., p. 9)

Uppercut : L’Aïeul Bifront disait toujours : dans cette baraque on n’enterre pas l’un sans l’autre. Alors je l’ai fait momifier. (B., p. 45)

35Néanmoins, s’il conseille Uppercut depuis l’au-delà, il n’est plus qu’un fantôme, comme Jonathan. Ses apparitions sont, qui plus est, sporadiques :

Uppercut : […] Tiens, voilà l’Aïeul Bifront, qui a senti qu’il y a péril dans la demeure. C’est ta deuxième apparition depuis que la baraque existe. Je suppose que tu vas me confier les mêmes choses que la dernière fois…

L’Aïeul Bifront : Effectivement. Uppercut ! Stop ! Fais tourner ton cerveau sept fois dans ta bouche. Tu glisses sur la savonnette du désespoir ; le défaitisme, c’est comme les morpions : plus tu grattes, moins tu t’en débarrasses. […] Cette baraque peut encore tenir mille ans, merde ! Dixit et animam meam salvavi. Le formol de l’avenir conservera le passé. Et toi, tu seras mon alchimiste en chef… comme avant… (B., p. 70)

36L’Aïeul Bifront ne parviendra d’ailleurs pas à empêcher les multiples disparitions, y compris celle d’Uppercut.

Discours médiatiques et stéréotypes

37Sans père ni repères, les personnages de la pièce sont vides et partent à la dérive. Leur vacuité se remplit alors de slogans et discours médiatiques divers. Dès la scène d’exposition, Jimmy ressasse les conditions météorologiques au point que son état mental semble déterminé par le temps qu’il fait :

[Jimmy : Le ciel est dégagé et le mercure ne descendra pas en dessous des 40.]

[Jimmy : Depuis quelques semaines, je suis influencé par des courants maritimes d’origine tropicale associés à une zone de basse pression située à l’Ouest.]

[Jimmy : Ajoutez à cela des dépressions centrées sur l’Atlantique, et vous aurez tout compris. Inutile de vous faire un dessin, je me pose certaines questions.] (B., p. 5)

38Cette crise d’identité le fera disparaître, comme bien d’autres.

39La crise d’identité que vit la majorité des personnages de la pièce est donc intimement liée à leur impossibilité d’appartenir à une nation qui ne parvient pas à survivre à ses nombreuses divisions internes. Ici encore, l’arobase du titre fait sens : dans une adresse mail, l’arobase indique l’appartenance à une société, une université…

40Seule Malika semble satisfaite de la situation. Répétant, elle aussi, inlassablement les discours médiatiques (dans son cas, les conditions de circulation), elle ne disparaîtra pourtant pas. Ce qui explique cette persistance du personnage, c’est son absence de doute. Malika désire correspondre à ce que le public attend d’elle, mais ne se pose aucune question :

Malika : Je m’appelle Malika, je mesure 1,75 et j’arrive toujours à l’improviste. Je suis très amusante, je ne dérange jamais. De plus, j’ai une poitrine idéale. 85B et la courbe supérieure de mes seins est de 1/3, la courbe inférieure 2/3. (B., p. 60)

41Elle est comblée par ce pays inexistant auquel elle ne pourra forcément jamais appartenir :

[Malika : L’impression de ne pas appartenir à quelque chose, à quelqu’un, à quelque part – c’est ce qui rend cet endroit si magnifique. …

L’impression d’être nulle part et partout à la fois. L’impression de ne pas être vue et d’être vue tout à la fois. Une impression d’une telle richesse d’impressions… L’avantage avec ces impressions, c’est qu’elles ne laissent pas de traces. … […] ](B., p. 65)

42Seuls quelques personnages échappent donc à cette crise d’identité, corollaire de la crise identitaire belge. Histoire, politique et intimité semblent dès lors se confondre.

Propositions pédagogiques

Avant la lecture de la pièce

43La pièce de Jean-Marie Piemme et Paul Pourveur étant en lien direct avec l’histoire et la politique de la Belgique, il serait judicieux d’aborder le processus de fédéralisation belge depuis ses origines et pourquoi pas en y associant les professeurs d’histoire et de science sociale…

UAA 1 – Rechercher, collecter l’information : analyse de la scène d’exposition

44Lisez attentivement la scène d’exposition des B@lges. Vous tenterez ensuite de répondre aux questions qui l’accompagnent.

[Jimmy : Le ciel est dégagé et le mercure ne descendra pas en dessous des 40.]

Marcel : …120 Télétubbies, 80 Barbies, 75 Lara Croft, 200 « Pokémon ». Et des posters : ce que le public réclame : coté femme, c’est pas compliqué : le Brad Pitt mal rasé…

[Jimmy : Depuis quelques semaines, je suis influencé par des courants maritimes d’origine tropicale associés à une zone de basse pression située à l’Ouest.]

Marcel : Et pour les hommes tu prends n’importe quoi pourvu qu’on voie bien les seins sous les t-shirts mouillés. Et puis du Cabrel. Tu m’en ramènes des tonnes de Cabrel.

[Jimmy : Ajoutez à cela des dépressions centrées sur l’Atlantique, et vous aurez tout compris. Inutile de vous faire un dessin : je me pose certaines questions.]

Jimmy : Pourquoi ?

Marcel : … Quoi donc, petit ? Pourquoi quoi ?

Jimmy : Pourquoi le public exige-t-il du Cabrel, du Brad Pitt et des seins ?

Marcel : Aucune idée. Mais le public a toujours raison.

Jimmy : Pourquoi le public a toujours raison ?

Marcel : J’en sais rien moi. File à Ostende maintenant, tu dois être de retour pour le spectacle du soir.

Jimmy : Pourquoi le public sait-il aussi bien ce qu’il veut ?

Marcel : …

Jimmy : C’est effrayant. Je me pose des questions, Marcel.

Marcel : J’ai remarqué.

Jimmy : … Faudra que j’en touche un mot à Jonathan.

Marcel : File maintenant petit. Et tu n’oublies pas mes moules.

  1. Où et quand se déroule la scène ?

  2. Que s’est-il passé ?

  3. Citez les personnages présents. Qui sont-ils ? Quelles relations entretiennent-ils ?

  4. Que font-ils ?

  5. Dans quel but ?

  6. Pour quelles raisons ?

  7. Qualifiez le ton général de cette scène. Expliquez.

  8. Faites le bilan de ce que vous avez appris. De quelles informations disposez-vous ? Quelles informations restent en suspens ?

  9. La lecture de cette scène vous donne-t-elle envie de découvrir la suite ? Justifiez.

  10. Établissez des hypothèses quant à la suite de l’histoire.

Après la lecture de la pièce

UAA 2 – Réduire, résumer

45Résumez brièvement la pièce en réalisant son schéma narratif.

UAA 3 – Défendre une opinion par écrit

  • 9 Piret (Pierre), « Le Spectacle de la Nation », dans Piret (Pierre), dir., Textyles n° 60, Jean-Mari (...)

46Un critique a dit de cette pièce qu’il s’agissait « d’une satire de la situation politique belge, traitée sur un mode caricatural pour en faire ressortir le caractère grotesque9. » Trouvez dans la pièce de Jean-Marie Piemme et Paul Pourveur de quoi soutenir cette affirmation. Vous rédigerez ensuite un texte argumentatif dans lequel vous appuierez cette opinion à l’aide d’exemples issus de la pièce.

UAA 1 – Rechercher, collecter l’information et en garder des traces et UAA 4 - Défendre une opinion oralement : analyser un monologue et prendre position

47Lisez attentivement l’extrait suivant en étant attentif à la thèse défendue et aux arguments qui la soutiennent.

Uppercut : Non. Ne dis rien. Je sais. … J’en arrive à me demander si c’est une bonne chose de retrouver Jimmy et le Foireux, si c’est bien utile de vouloir sauver chaque soir le match de boxe. Peut-être que le public n’a pas raison. Peut-être que l’on n’aurait jamais dû l’écouter. C’est une vision qu’il nous manque. Une vision, Émile. Mais il n’y a plus de vision. Disparu. Qu’est-ce que tu en penses ? Peut-être qu’il faudrait précipiter la disparition totale de la baraque. Puisque de toute façon, pour nous, il n’y a qu’une direction… même si on fait semblant qu’il y a une autre direction. Pourquoi prolonger la souffrance ? Qu’est-ce que tu en penses ? Pas grand-chose. Je sais. Moi non plus. Tu te demandes : qu’est-ce qu’il va advenir de nous si la baraque disparaît. Je n’en sais rien. Et toi non plus. Alors tu te demandes s’il ne vaut pas mieux continuer avec la barque même si elle ballotte tout le temps. Mais je suis fatiguée, Émile. Et toi aussi. Et la fatigue, cela pèse sur tout le monde. Précipitons les choses. Sabordons le travail de l’Aïeul Bifront, de préférence en beauté. L’heure du sabordage de la baraque est arrivée. Il faut en finir une fois pour toutes. Je suis sûre que tu penses comme moi, Émile. Mais tu me demandes : tu crois que c’est la meilleure solution ? Tu sais, la dernière fois que j’ai tiré les cartes, il y a 15 ans… ne te moque pas de moi… mais j’ai vu où tout cela allait se terminer si on laisse faire les choses… Deux dépravés engendreront des messies, Émile. On va se retrouver avec deux messies dépravés si on n’arrête pas cette folie à temps. J’ai jeté les cartes au feu. Fini l’occulte. Je ne veux plus savoir de quoi l’avenir sera fait… De plus, je n’ai jamais très bien su en tirant les cartes, si je voyais l’avenir ou si je le créais. Depuis, je n’ai plus jamais tiré les cartes. Jamais. Et je ne veux plus les tirer. Deux dépravés vont mener la baraque, Émile. Tu te rends compte. Avant d’en arriver là, il vaut peut-être mieux en finir une fois pour toutes. Non ? Pas d’acharnement thérapeutique. On partira dans la dignité, un point c’est tout ! Sabordons le navire. […] avant, il y a longtemps, c’était une baraque importante, l’argent coulait à flot. Tous les soirs, c’était la fête. (B., pp. 68, 69)

  1. Repérez la thèse. Est-elle implicite ou explicite ? Si elle est explicite, recopiez-la. Si elle est implicite, inférez-la.

  2. Citez et reformulez les arguments qui la sous-tendent.

  3. Comme dans tout récit de fiction, dans la pièce Les B@lges, des personnages s’adressent à d’autres avec des intentions particulières. Écrits par Jean-Marie Piemme et Paul Pourveur, ces énoncés s’adressent également aux lecteurs / spectateurs de la pièce. C’est ce qu’on appelle la double énonciation que l’on peut schématiser comme suit :

  • Définissez le public destinataire de Piemme et Pourveur ? Pour vous aider, réfléchissez au contexte de publication de la pièce (lieu, époque, année, etc.).

  • Compte tenu de ce contexte, à quoi pourrait faire référence le match de boxe ?

  • Repérez d’autres allusions à la situation politique belge dans les propos d’Uppercut et proposez alors une deuxième lecture de son argumentation.

  • Êtes-vous d’accord avec elle ? Quelle que soit votre réponse, avancez des arguments qui confirmeront ou infirmeront son opinion ?

UAA 2 – Comparer : Les B@lges de Jean-Marie Piemme et Paul Pourveur et Conversation en Wallonie de Jean Louvet, deux approches de l’histoire politique belge

Remarques à destination du professeur :

Comparer Les B@lges avec Conversation en Wallonie de Jean Louvet permettra non seulement d’aborder par le biais de la littérature différents moments de l’histoire de la Belgique, mais aussi de comprendre l’importance du contexte sur une œuvre.

48L’Auteur : Jean Louvet

49Né en 1934 dans le Namurois, Jean Louvet enseigne le français dans le Hainaut avant de fonder le Théâtre prolétarien de La Louvière. Il est co-auteur du Manifeste pour la culture wallonne dont l’objectif est de rappeler une identité sociale et culturelle partagée.

50L’œuvre : Conversation en Wallonie

51Créée en 1977 et publiée pour la première fois en 1978, la pièce de Jean Louvet s’inscrit dans un contexte de volonté de réaffirmation identitaire. Elle relate le parcours d’un fils d’ouvrier qui devient professeur et ne sait pas comment concilier ses aspirations et une fidélité à son père et donc à ses origines sociales.

521. Deux œuvres, deux contextes

53UAA 1 - Rechercher, collecter l’information et en garder des traces.

54UAA 0 – Justifier une réponse

55Conversation en Wallonie et Les B@lges ont été publiées à des époques différentes : 1978 pour la première, 2002 pour la seconde.

56Par groupes, effectuez des recherches sur le contexte politique et social de la Belgique à ces deux périodes. Vous tenterez ensuite de montrer en quoi ces deux pièces témoignent de l’actualité politique et sociale de leur temps.

57UAA 5 – S’inscrire dans une œuvre culturelle et amplifier

58Depuis la création des pièces de Louvet et Piemme – Pourveur, la situation politique belge a encore évolué. Pouvez-vous en dire quelques mots ? Si nécessaire, effectuez des recherches sur le sujet.

59À votre tour (par groupes de deux ou trois), vous allez rédiger un bref texte théâtral dans lequel vous ferez allusion à la situation actuelle. Veillez à respecter les techniques de l’écriture théâtrale.

602. Deux œuvres, deux figures paternelles

61UAA 2 – Réduire, résumer, comparer, synthétiser

  • Listez ci-dessous les personnages incarnant des figures paternelles dans Les B@lges. Dressez ensuite brièvement leur portrait (Qui sont-ils ? Quels rôles jouent-ils dans la pièce ? Comment se comportent-ils ?)

  • Nommez le personnage du père dans Conversation en Wallonie et dressez son portait le plus précisément possible (appartenance sociale, évolution, etc.)

  • Selon vous, la figure paternelle est-elle présentée de la même manière dans les deux pièces de théâtre ? Afin de répondre le plus précisément possible, rédigez un texte dans lequel vous comparerez les représentations du père dans les deux œuvres.

  • Tentez de mettre en lien ces représentations de la figure paternelle avec le contexte social et politique des deux époques. Expliquez.

La Vie trépidante de Laura Wilson

Contextes de création et de rédaction

62La Vie trépidante de Laura Wilson est le résultat d’une commande émanant de la maison du théâtre d’Amiens en 2010. Elle fait suite au prix ado du théâtre contemporain 2009-2010.

63La pièce sera créée par la Compagnie « Sept Roses » en janvier 2015 au théâtre Scène nationale de Narbonne.

Résumé

64Laura Wilson envisage différents scénarios possibles pour mettre fin à la vie de son directeur. Ce dernier vient, en effet, de la licencier. Elle sombre alors dans l’alcoolisme, son mari la quitte et obtient la garde de leur fils, Mika.

65Après s’être installée chez son amie Véro, Laura Wilson décide de louer un petit studio près de la gare. Un jour, alors qu’elle se retrouve sans parapluie dans la rue et que des trombes d’eau s’abattent sur elle, elle décide de rentrer s’abriter au Musée des Beaux-Arts et se prend de passion pour un tableau de Rubens, La Chute des anges rebelles.

66Sans mari ni travail, elle choisit de dépenser le peu d’argent qui lui reste. Plusieurs scénarios sont possibles : loger dans un palace et boire du champagne, partir pour Madrid ou Berlin… Elle opte finalement pour Berlin et rencontre un archéologue qui l’invitera à s’installer chez lui dès le retour du voyage. Mais elle mettra rapidement fin à leur relation lorsque celui-ci tentera de récupérer l’argent qu’elle donne à des SDF.

67Après avoir travaillé au Mac Donald pendant quelques semaines, Laura Wilson accepte finalement une proposition d’emploi au vestiaire d’une boîte de nuit. Pour le poste, elle devra porter une perruque blonde, « style Marilyn ». Lorsqu’elle va chercher son fils chez son ex-mari dans cet accoutrement, celui-ci retombe sous son charme mais elle rejette ses avances.

68Laura Wilson retourne au musée et s’intéresse à un autre tableau de Bruegel, Paysage d’hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux. Elle chante, finalement, à l’entrée d’une gare et d’autres personnes la rejoignent.

Analyse

Des genres

Théâtre-récit

69Apparu pendant l’Antiquité, le théâtre devait, selon Aristote créer une illusion parfaite : toute trace de l’auteur ou d’un narrateur devait s’effacer derrière les voix des personnages afin que le spectateur ait l’illusion que l’action se déroule devant lui. Cette recherche de l’illusion dramatique était nécessaire pour que fonctionne la catharsis, autrement dit, pour que le spectateur puisse ressentir les émotions des personnages présents sur scène et ainsi s’en libérer. Héritier d’Aristote, le théâtre classique tendra vers cet idéal.

70Depuis la fin du XIXe siècle, cet idéal a été mis en cause, ce qui conduit à un renouvellement de la forme théâtrale. Il s’agit de développer la place du récit dans le théâtre, sans pour autant le transformer en narration stricte. On parle alors d’« épicisation » du théâtre. Très souvent, la partie dite narrative est confiée à un « narrateur épique » qui, à la manière du chœur antique ou du fou shakespearien, commente les actions qui se déroulent devant ses yeux. Cette technique rompt avec la quête de l’illusion dramatique telle que la pratiquaient les classiques à la suite d’Aristote puisqu’elle met en évidence le fait que les événements ne se déroulent pas directement sous les yeux des spectateurs mais plutôt qu’ils sont relatés. Cette mise à distance de l’action et de ses personnages aura pour effet de limiter l’identification des spectateurs dont l’esprit critique et la réflexion seront ainsi aiguisés. Pour le public de ce « nouveau » théâtre, il ne s’agit donc plus de purger ses passions mais d’agir dans sa réalité.

71La Vie trépidante de Laura Wilson, pourtant créée dans le but d’être représentée, s’inscrit dans ce mouvement pour deux raisons.

  • 10 Piemme (Jean-Marie), La Vie trépidante de Laura Wilson, Narbonne, Camus et Compagnie, 2015, p. 5. ( (...)

72Pour commencer, le lecteur découvrira rapidement que les spécificités de l’écriture théâtrale sont quasi inexistantes dans la pièce de de Piemme : il n’y a pas de liste des personnages et les didascalies internes ou externes sont peu nombreuses. D’emblée, l’auteur donne le ton, une grande liberté sera laissée au metteur en scène puisque « La répartition du texte entre les acteurs se fera selon le projet de mise en scène. Les indications scéniques sont en italique. Lorsque le nom du personnage est entre parenthèses, il peut être dit ou omis10. » Outre cette liberté dans les indications liminaires, on constate que la mention du personnage qui prend la parole est aléatoire. La prise de parole de Laura Wilson est indiquée avec une relative régularité mais c’est la seule, et souvent, lorsqu’elle dialogue avec un autre personnage, seule sa première réplique lui est clairement attribuée :

– (Laura Wilson) Bonjour, je voudrais acheter des fleurs.

– C’est pour offrir, Madame ?

– Oui, quelque chose de très bien.

– Des roses, des lys des œillets, nous avons du choix, nous pouvons vous proposer une composition.

– Non. Je veux des roses. Uniquement des roses. Des roses rouges.

– Très bien. Je vous prépare ça. Voulez-vous joindre un petit mot ?

– Certainement.

– Voici. (VTLW, p. 33)

73On trouve également la mention de Véro (une seule fois, VTLW, p. 24), de la gardienne du musée (VTLW, p. 30), de Quasimodo (VTLW, p. 43) et de « quelqu’un qui ouvre une canette » (VTLW, p. 46). En réalité, la plupart du temps, les indications de prises de paroles des personnages s’effacent au profit de leurs échanges verbaux, parfois pris en charge par un narrateur. Tout se passe comme si le dialogue théâtral se fondait dans les habitudes romanesques : plus de nom de personnage mentionné mais des tirets ou des expressions précisant au lecteur qui parle (« Dit Laura Wilson à sa copine Véro. », « Dit la copine Véro au mari de Laura Wilson. », « Dit le mari de Laura à sa mère » (VTLW, p. 18)).

74Cette intervention irrégulière d’un narrateur nous amène à la deuxième raison pour laquelle La Vie trépidante de Laura Wilson s’inscrit dans un mouvement de rupture par rapport au théâtre classique et à sa volonté de maintenir une illusion dramatique parfaite. Dès les premières pages, le lecteur – qui s’attend à découvrir un texte théâtral − ne peut qu’être surpris par l’intervention d’un narrateur qui prend en charge la relation des faits : « Eau, glace, deux doigts de Jack Daniel’s : Voici votre whisky, Monsieur le directeur. Laura Wilson ne précise pas qu’elle vient d’y ajouter une bonne dose de cyanure. » (VTLW, p. 7) Sa surprise sera d’autant plus grande lorsqu’il découvrira que ce narrateur évoquera plusieurs scénarios possibles pour mettre fin aux jours du directeur de Laura Wilson. Et si à ce stade de la pièce, il est permis de douter de l’existence d’un narrateur (la voix qui envisage ces différents scénarios pourrait être celle de Laura qui réfléchit, rêve, fantasme), la suite ôtera toute forme d’interrogation sur le sujet. Les commentaires extérieurs à l’action se précisent en effet et entrent même en dialogue :

– En tout cas, imaginons que le petit garçon pleure, ce qui fait aussi pleurer Laura Wilson.

– Bonne idée ! Du coup, le môme calé sur le siège arrière de la Mercedes et l’amère chômeuse plantée comme une idiote devant l’école ont dans la tête au même moment la même chanson, « Une chanson douce que me chantait ma maman… ».

– Voilà !

– Ce qui a pour effet de faire renifler bien fort le petit garçon qui est très courageux et de ramener le sourire aux lèvres de la mère.

– C’est une bonne séquence. On fera le gros plan sur le visage de l’enfant. Ça et Henri Salvador en fond, c’est sûr, ça le fait. (VTLW, p. 27)

75Désormais, il ne s’agit plus de prendre en charge le récit des faits mais d’intervenir dans la manière de les représenter, de les mettre en scène. Bref, que ce soit par le choix de l’évolution de l’intrigue ou les options de mise en scène, le lecteur / spectateur assiste à un spectacle en train de se faire et dont l’issue n’a pas encore été définie.

Tragi-comédie ? Comédie tragique ?

76Si la pièce de Piemme s’affranchit des normes du théâtre classique, elle en garde cependant quelques caractéristiques. Pas de règle des trois unités ou de personnage de haute lignée ici. Pourtant, l’histoire de Laura Wilson possède quelques similitudes avec le destin d’une héroïne de tragédie. Elle perd son travail, sombre dans l’alcoolisme, est quittée par son mari et la garde de son fils lui est retirée. Elle est donc empêtrée dans une situation qui paraît insurmontable et symbolise tout le malheur de nos sociétés modernes.

77L’intervention d’un narrateur qui, on l’a vu plus haut, rappelle le chœur des tragédies antiques commente cette douloureuse situation mais propose également des alternatives à ce destin malheureux : tuer son directeur en ajoutant du cyanure dans son whisky, le « balancer » du douzième étage, jeter un radiateur électrique dans sa baignoire, le frapper à l’aide d’un marteau tendu par Robert de Niro, se métamorphoser en Godzilla pour écraser l’homme de pouvoir d’une patte ou choisir de dépenser l’argent qui lui reste dans un palace et commander champagne, fruits de mer, etc. puis y renoncer parce que « Ça va passer pour un remake de Pretty Woman » (VTLW, p. 10) et partir finalement pour Bruxelles, Madrid ou Berlin. Un chœur intervient aussi explicitement dans la pièce pour accompagner certains épisodes de la vie de Laura Wilson :

Chœur des acteurs 1 !

« Parlez-moi d’amour / Redites-moi des choses tendres / Parlez-moi d’amour / Mon cœur n’est pas las de l’entendre / Parlez-moi d’amour, redites-moi les mots suprêmes / Je vous aime » (VTLW, p. 38)

Chœur des acteurs 2 !

« Plaisir d’amour / Ne dure qu’un moment / Chagrin d’amour / Dure toute la vie » (VTLW, p. 40)

78Ces scénarios associés à des références cinématographiques populaires entrecoupés d’intermèdes musicaux créent un effet comique et apportent légèreté et détachement vis-à-vis de la situation tragique que traverse Laura Wilson. C’est pour cette raison que l’on peut parler de comédie tragique ou de tragi-comédie pour évoquer La Vie trépidante de Laura Wilson dont la plus exacte description se trouve dans la brochure guide qui accompagne la visite du Musée des Beaux-Arts que Laura Wilson effectuera par temps de pluie et qui provoquera chez elle un électrochoc :

« PAS DAVANTAGE CHEZ BRUEGEL DE SÉPARATION ENTRE COMIQUE ET TRAGIQUE ; SON TRAGIQUE INCLUT LUI-MÊME DU COMIQUE, ET SON COMIQUE DU TRAGIQUE. » (VTLW, p. 31)

79Un personnage : Laura Wilson, de l’héroïne antique à la super-héroïne contemporaine

80On l’a vu, le destin de Laura Wilson est à maints égards celui d’une héroïne antique. De la même manière que l’histoire d’Œdipe était exemplaire pour les Anciens, celle de Laura Wilson est représentative de personnes ordinaires évoluant difficilement dans la société actuelle avec ses problématiques économiques, sociales et religieuses. Laura Wilson est par ailleurs le personnage principal de l’œuvre, celui dont on suit la quête, celui aussi dont le nom donnera son titre à la pièce. Les autres personnages n’ont de consistance que dans la relation qu’ils entretiennent avec Laura, ils ne sont – en réalité – que ses faire-valoir.

81Le théâtre de Jean-Marie Piemme s’inscrivant dans une perspective contemporaine, on ne parlera plus d’héroïne. Laura Wilson n’est pas pour autant une « anti-héroïne » moderne et ce pour plusieurs raisons. Si la crise par laquelle elle passe l’amène à évoluer, les valeurs qu’elle défend demeurent positives en dépit de ce que la société tente de lui imposer. Elle lutte contre l’imposture des économistes, l’injustice (notamment en giflant son patron pour faire « trembler l’injustice du monde », VTLW, p. 8), l’avarice de la bourgeoisie nantie (ce qui l’amènera à quitter l’archéologue rencontré lors du voyage à Berlin), la solitude, l’indifférence et le machisme. Elle combat le cynisme et fait tout pour préserver sa liberté. Laura Wilson est aussi une rêveuse et c’est dans le cinéma hollywoodien, les chansons et la peinture qu’elle trouvera non pas un refuge mais un moyen de se relever et d’occuper autrement le monde dans lequel elle vit.

82À partir du moment où elle pénètre dans le Musée des Beaux-Arts et se retrouve devant le tableau La Chute des Anges de Bruegel, Laura Wilson décide de reprendre son destin en mains et, par la même occasion, celui du monde qui l’entoure.

– Lundi vous étiez à la même place. Et aussi mardi, mercredi, jeudi et vendredi, toujours devant ce même tableau. Faites-vous des repérages, allez-vous le voler ?

– Je viens pour l’ange qui tombe, là. Il me fascine.

– Vous êtes une rebelle ?

– Je le deviens.

– Vous voyez ce qui arrive aux rebelles. Chute ! Dégringolade, mise au rancart, rebut.

– Je n’étais pas rebelle, et maintenant j’en suis où : chute, dégringolade, mise au rancart, rebut !

– Oh, regardez, la créature, là, dans le coin, elle lâche un pet ! (Elle désigne le petit bonhomme renversé, bas coin gauche)

– Un pet ?

– Oui, la petite fumée, une petite fumée lui sort du trou de balle ! Ah, j’ai meilleur moral maintenant. Merci Bruegel ! (VTLW, p. 31)

83Remplie d’une incroyable énergie, elle combat alors sans relâche et comme Godzilla, détruira tout obstacle sur son passage… Ex-mari, juge, gardienne de musée, personne ne pourra l’empêcher d’aller jusqu’au bout de ses ambitions, de sa volonté de réveiller la société dans laquelle elle vit. Sa quête acharnée d’un monde meilleur se renforcera à la vue d’un second tableau de Bruegel, Paysage d’hiver avec patineurs et trappes aux oiseaux :

– Loin, à la ville, il veut aller à la ville. Vous la voyez, la ville ? Là, au fond du tableau. Louis dit qu’ici il n’y a plus de travail, il dit que le village sera abandonné, c’est dans la logique du temps. Moi, je conteste tout cela. À la ville, je lui réponds, tu trouveras quoi : du chômage et pas de canard gelé pour la course et pas de neige virginale et pas de fraternité. Plutôt une boue sale et personne ne parle vraiment à personne. Laura, viens avec moi, il dit encore, mais pourquoi j’irais avec lui, j’en viens moi de la ville, je sais un peu ce que c’est. Comme j’ai de l’affection pour ce garçon, je lui souhaite bonne chance et je l’embrasse. Maintenant, la joie du dimanche de la vie m’attend, je m’élance sur la glace. Une jambe, puis l’autre. Hop ! Hop ! Je respire. Je respire. Ma vitesse augmente. J’ai de l’élan. Je traverse le printemps, je traverse l’été, je traverse l’automne et revoici l’hiver, sa neige, sa majesté, son éternité.

Et je suis toujours là.

Je suis en rouge.

J’ai une place.

J’accueille le monde. (VTLW, p. 55)

84Laura chante finalement pour rester droite, refuse de se plier au carcan dans lequel on veut l’enfermer. Elle a su convaincre et désormais rassemble. Son combat individuel est devenu collectif.

Elle chante, un chant d’une belle musicalité

D’autres personnes se joignent à elle, ça fait un chœur.

Elle n’est pas seule.

Chœur (VTLW, p. 56)

Propositions pédagogiques

UAA 0 – Justifier une réponse

85La Vie trépidante de Laura Wilson ne se présente pas comme un texte théâtral « classique ». Diverses spécificités du texte théâtral sont en effet peu présentes dans la pièce, voire absentes. Lesquelles ?

UAA 5 – S’inscrire dans une œuvre culturelle et transposer

86L’extrait qui suit provient de la scène d’exposition. Réécrivez-le en lui ajoutant les spécificités du texte théâtral. Effectuez également les modifications nécessaires pour lui réattribuer l’illusion dramatique typique des pièces de théâtre classiques.

Eau, glace, deux doigts de Jack Daniel’s : Voici votre whisky, Monsieur le directeur. Laura Wilson ne précise pas qu’elle vient d’y ajouter une bonne dose de cyanure.

Monsieur le directeur, il fait doux aujourd’hui, venez donc prendre le soleil sur la terrasse, dit Laura Wilson. Oui, c’est une bonne idée, Laura. Le directeur s’avance, et Laura Wilson le balance du douzième étage.

« Alexandrie, Alexandra », chante Laura Wilson, elle dégrafe son soutien-gorge, prenez donc un bain, dit-elle, en se touchant délicatement le bout des seins. Quand le directeur est dans l’eau, elle jette le radiateur électrique dans la baignoire.

Robert De Niro tend un gros marteau à Laura Wilson. Merci dit Laura à Robert De Niro. Le directeur sue, ses mains sont fixées au bureau par des bracelets de fer. Frappe, dit Robert De Niro, et le marteau de Laura Wilson s’abat sur les doigts de ce gros sale directeur pourri. Ça craque !

La ville tremble. Métamorphosée en Godzilla, Laura Wilson traîne son grand corps de lézard dans les ruines. Et qui Godzilla aperçoit-il dans ses paupières de saurien ? Le directeur, le minus en chef qui court à toutes jambes vers sa voiture. Contact, démarrage : trop tard ! La patte de Laura Wilson l’écrase pour l’éternité.

Laura Wilson vient tout simplement de perdre son travail.

Je suis désolé, Laura.

On vous regrettera.

Vous pleurez ? Allons, ne soyons pas défaitiste, un travail de perdu, dix de retrouvés !

Bonne chance.

Laura Wilson n’a cependant pas imaginé que son bras droit giflait le directeur du personnel. Elle l’a fait, clac, clac ! Deux gifles magistrales, appliquées dans un ample mouvement de balancier qui fait trembler l’injustice du monde, croit-elle. Et maintenant la voici dans la rue.

Déclaration de Laura :

Au micro, la déclaration aura plus de poids.

Laura au micro

Dans le système des rapports humains, les positions sont très inégales, certains pâtissent du monde plus que d’autres, certains souffrent par la faute de certains, et c’est toujours les mêmes et y en a marre. Voici leur histoire. (VTLW, p. 7, 8)

UAA 0 et UAA 2 – Justifier une réponse et résumer un texte

871. Peut-on considérer Laura Wilson comme l’héroïne de la pièce ? Justifiez votre réponse. Si tel est le cas, s’agit-il, selon vous, d’un héros positif ou d’un anti-héros ? Justifiez votre réponse en manifestant votre compréhension de ces notions.

882. Quelle quête poursuit-elle ? À l’initiative de qui ? Au bénéfice de qui ? Qu’est-ce qui est de nature à l’aider ? Qu’est-ce qui s’y oppose ? Sa quête aboutit-elle ? Retracez son parcours en complétant le schéma actanciel ci-dessous :

893. Trouvez-vous ce personnage attachant ? Si oui, pour quelles raisons ? Si non, qu’est-ce qui vous empêche de vous y attacher ?

UAA 3 – Défendre une opinion par écrit

90Après la visite du Musée des Beaux-Arts, Laura Wilson recopie une phrase issue de la brochure guide : « PAS DAVANTAGE CHEZ BRUEGEL DE SÉPARATION ENTRE COMIQUE ET TRAGIQUE ; SON TRAGIQUE INCLUT LUI-MÊME DU COMIQUE, ET SON COMIQUE DU TRAGIQUE. » (VTLW, p. 31). Cette phrase pourrait également s’appliquer à l’œuvre de Piemme que vous venez de découvrir. Rédigez un texte argumentatif dans lequel vous soutiendrez cette affirmation à l’aide d’arguments variés et illustrés par des références précises à la pièce.

UAA 5 – S’inscrire dans une œuvre culturelle : amplifier

911. Ajoutez une scène finale à la pièce afin de rendre le destin de Laura Wilson réellement tragique.

922. Pour quelle(s) raison(s), selon vous, l’auteur n’a-t-il pas opté pour une telle fin ?

UAA 4 – Défendre une opinion oralement et négocier

93Plus qu’une échappatoire, l’art est pour Laura Wilson un moyen de reprendre goût à la vie, d’échapper au tragique de l’existence. Et vous, quelle est votre opinion sur le sujet ? Pensez-vous que, d’une manière ou d’une autre, l’art permet de mieux vivre ? Vous fonderez votre opinion sur des arguments solides que vous développerez oralement.

Bruxelles, printemps noir

Contextes de création et de rédaction

94En 2007 déjà, Jean-Marie Piemme avait écrit la pièce Métro 4 dans laquelle il imaginait l’explosion d’une bombe dans le centre de Bruxelles. Lorsque les attentats du 22 mars 2016 surviennent dans le métro bruxellois et à l’aéroport de Zaventem, Jean-Marie Piemme décide d’écrire une pièce en lien avec cette tragique actualité. Il collabore alors avec Philippe Sireuil afin de créer Bruxelles, printemps noir au Théâtre des Martyrs au début de l’année 2018.

Résumé

95Un matin lumineux de mars 2016, deux bombes explosent à l’aéroport de Zaventem puis une autre, à la station de métro Malbeek. L’onde de choc est énorme et suscite des réactions de tous types, à tous niveaux de la population. À cette diversité des réactions correspond un éclatement du texte : dix-huit tableaux présentent des situations et des opinions aussi différentes qu’interpellantes.

Analyse

Des thèmes

Dépasser la réalité par la fiction

  • 11 Piemme (Jean-Marie), Bruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses et 1953, Bruxelles, Impression (...)

96Lorsque les attentats se produisent à Bruxelles en 2016, cela fait neuf ans que Piemme a écrit Métro 4, pièce dans laquelle, on l’a vu, il imaginait l’explosion d’une bombe dans le centre de la capitale belge. La réalité dépasse donc la fiction pour l’auteur qui d’emblée suscite l’interrogation chez son lecteur en annonçant que « Bruxelles, printemps noir est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes serait pure coïncidence11 » avant de rappeler le contexte précis et daté à la page suivante : « Le 22 mars 2016, deux bombes explosent à l’aéroport de Bruxelles et quelques minutes plus tard une autre bombe éclate dans une rame de métro à la station Maelbeek. » (BPN, p. 7)

97Le cadre est donc posé : des événements réels et récents qui ont marqué les esprits, particulièrement ceux du public belge. Néanmoins, les personnages que le lecteur / spectateur va découvrir sont issus de l’imagination de l’auteur, des personnages réalistes peut-être (encore que tous ne le soient pas) mais certainement pas réels. En d’autres termes, si la pièce s’inspire de faits réels, elle les dépasse pour présenter à son lecteur / spectateur une intimité inventée.

98Les stratégies d’authentification auxquelles le lecteur de récits réalistes est habitué ne sont pas présentes ici. Certes, comme mentionné auparavant, le cadre spatio-temporel est précis, connu de tout lecteur / spectateur belge (Bruxelles, la station de métro Maelbeek, le 22 mars 2016) et annoncé dès les premières pages. En revanche, les événements relatés se déroulent selon une chronologie particulière en fonction des scènes. Ainsi, la première scène (« Ouverture ») se déroule peu de temps après l’explosion des bombes alors que la suivante (« Litanie des vies interrompues ») se passe juste avant. Les diverses scènes, si elles gravitent autour d’un thème commun (les attentats de mars 2016 à Bruxelles), ne sont pas racontées en respectant l’ordre chronologique. Les analepses et prolepses sont nombreuses, le bond dans le temps le plus important intervenant à la cinquième scène (« Amours ») puisque le fils d’une des victimes de l’attentat dans le métro surgit vingt-deux ans après la disparition de sa mère :

Homme. – Je m’appelle Mathieu Victor. J’ai été élevé par Laura et Joanne. Ma mère est morte dans un attentat, il y a 22 ans. C’était un mardi. Je regarde sa photo, mais c’est difficile d’être l’enfant d’une photo. Joanne et Laura me parlent d’elle. Chacune a sa vision de maman, très différente, presque contradictoire, et quand elles m’en parlent ensemble c’est encore une autre vision. (BPN, p. 35)

99Par ailleurs, l’identité des personnage est floue, soit par manque de précision – les personnages sont donnés à connaitre par leur prénom mais leur nom de famille n’est pas mentionné (Mireille et Rachid, Laura, Lula, Joanne, Paul, Pierre, Vincent, Valentine…) –, soit par anonymisation – ils sont présentés par l’intermédaire d’une description physique (« Femme aux bagues », « Femme chic », « Homme en sang », « Fille en rouge »), une référence à leur attitude (« Femme affolée », « Homme égaré ») ou une mention de leur fonction (« Homme politique 1 », « Homme politique 2 », « médecin », « journaliste », « Ministre de l’Intérieur », « Chef de cabinet »…). S’ils éprouvent des sentiments humains, vivent des situations similaires à celles que le lecteur / spectateur a pu vivre, il est difficile pour ce dernier de s’y identifier.

100Cette mise à distance entre le lecteur / spectateur et les personnages qu’il découvre ne réside pas seulement dans cette déclinaison (réduite à sa plus simple expression) de leur identité. Elle est également liée à l’éclatement du récit. Difficile de s’émouvoir pour un personnage en particulier lorsque les protagonistes se multiplient au fur et à mesure que les pages se tournent et que les situations changent. Piemme a choisi de nous présenter de brèves fables, toutes en lien avec les attentats de Bruxelles, mais ne s’y attarde pas. Pas le temps donc pour le lecteur de s’attacher.

101Les figures mythologiques qui viennent s’ajouter à la liste des personnages rappellent également au spectateur / lecteur que ce qu’il découvre n’est que fiction. Surgissement du surnaturel dans un univers aux allures réalistes, les Parques, « Trois femmes nues sous leurs longs manteaux » (BPN, p. 73), viennent ainsi saluer « les mortels » (BPN, p. 73), c’est-à-dire les spectateurs, et faire leur sélection parmi eux.

102Le dernier élément qui force la mise à distance du spectateur, trait récurrent du théâtre de Piemme, et que l’on a d’ailleurs déjà rencontré dans les pièces précédemment étudiées, est la métathéâtralité, en l’occurrence, l’intervention de l’auteur dans sa pièce. Cette intervention se situe immédiatement après la scène des Parques. L’auteur qui demande explicitement d’allumer la salle semble donner quelques clés de lecture ou plutôt quelques pistes de réflexion sur les liens entre réalité et fiction. Après avoir expliqué qu’il avait imaginé un tel scénario dans une de ses pièces en 2007 (Métro 4), il précise avoir pris conscience, en 2016, de n’être non plus l’auteur mais le protagoniste potentiel des événements. Il réalise, à ce moment, que la réalité dépasse la fiction. Or, explique-t-il ensuite, la fiction est nécessaire pour voir la réalité autrement. C’est ce qui justifie la présence de cette scène, dans laquelle l’auteur apparaît sous les traits d’une actrice. Tout se passe comme si l’auteur tentait de reprendre la main sur une réalité qui le dépasse, comme s’il accompagnait le lecteur / spectateur dans ce combat entre réalité et fiction, pour lui permettre de prendre du recul, de la distance vis-à-vis de ces tragiques événements. Voilà qui donne sens à la mise en garde liminaire : les événements sont réels mais le filtre de la fiction est bien là.

Du théâtre dans le théâtre

103Nous venons de le voir, l’intervention de l’auteur qui revient sur la conception de son œuvre rappelle aux spectateurs / lecteurs qu’ils assistent à une pièce de théâtre. Ce procédé de mise en abyme était souvent présent dans le théâtre de Shakespeare, dramaturge auquel il est fait allusion, à plusieurs reprises, dans Bruxelles, printemps noir.

104Retenons tout d’abord les Parques, dont l’ancrage dans la mythologie fait écho aux chœurs antiques, mais qui font surtout référence aux Sorcières de Macbeth lorsque l’on y regarde de plus près. Divinités maîtresses de la destinée humaine, représentées comme des fileuses mesurant le vie des hommes et décidant de leur destin, les Parques demeurent froides, neutres et distantes. Ce n’est pas le cas des trois Sorcières de Macbeth ni des trois Parques de Bruxelles, printemps noir. Chez Shakespeare, les sorcières semblent s’amuser, prendre du plaisir à commettre le mal et jouer, comme des enfants, avec le destin des hommes. Cette composante ludico-sadique, on la retrouve chez les Parques de Piemme qui prennent au hasard un homme du public et décident de l’envoyer à Zaventem ou Maelbeek parce qu’il résiste à leurs charmes.

Parque 1. – Alors ? Qui est la plus belle ? Maintenant ça crève les yeux, non ?

Parque 2. – Tu te décides ou tu restes le crétin que tu es ?

Parque 3. – Tu es du genre empoté, ça se voit.

Homme. – Désolé les filles, mais la plus belle, c’est la mienne. Celle que j’aime, c’est la plus belle !

Parque 1. – Ah, oui ?

Parque 2. – Voyez-vous ça !

Parque 3. – On se fout de qui, là ? Déroule son fil.

Parque 2. – On va lui apprendre à vivre, à ce jojo.

Parque 1. – On le met où ? Maelbeek ou Zaventem ?

Parque 3. – Voilà des ciseaux. Coupe !

Parque 1. – C’est nous qui décidons.

Parque 2. – Pas vous !

Parque 3. – Vu ! (BPN, p. 77)

105Attardons-nous ensuite sur l’intervention du corps ensanglanté qui apparaît pendant la conférence de presse mais n’est visible que par le Ministre de l’Intérieur :

Le Premier ministre s’interrompt, semble patauger, jetant un œil sur le côté. Un homme ensanglanté vient d’entrer, il s’assied posément sur une chaise à côté du ministre et regarde la salle. Personne, sauf le Premier ministre, ne voit l’homme ensanglanté. (BPN, p. 60)

106Victime de l’attentat à l’aéroport de Zaventem, son spectre n’est pas sans rappeler celui de Banquo qui apparaît durant le festin organisé par Macbeth et son épouse. Général de l’armée du roi comme Macbeth, Banquo est, au début de la pièce de Shakespeare, son allié. Cependant, après la prédiction des Sorcières concernant l’arrivée au trône des descendants de Banquo, Macbeth décide de le faire assassiner. Quelque temps plus tard, le spectre de Banquo apparaîtra durant un banquet mais seul Macbeth pourra le voir. Cette scène du spectre qui terrifie l’homme de pouvoir est également présente dans Bruxelles, printemps noir et si le contexte n’est pas le même, le rapprochement entre une victime qui veut sortir de l’anonymat et de l’assimilation, et Banquo, que la prédiction des Sorcières a rendu coupable, ouvre matière à réflexion…

Vivre ensemble

107Cette réflexion sur la difficulté de vivre ensemble après un tel événement, Piemme n’a pas attendu la neuvième scène de la pièce pour la susciter. Dès l’ouverture déjà, la question se pose : « Ce matin-là, chacun se pose une question : que signifient les mots “vivre ensemble ?” » Et cette réflexion ne cessera de s’alimenter d’opinions diverses au fur et à mesure des pages et des scènes, jusqu’à cette scène finale (« Discordes ») d’un début de soirée entre amis qui tourne en véritable pugilat :

Agathe. – « Raciste », Dolorès l’a mal pris. Elle a balancé son verre de vin à la figure de Daniel. Daniel a giflé Dolorès. Frank a gueulé sur Daniel : il n’avait pas à frapper Dolorès. Dolorès a dit à Franck d’aller se faire foutre, qu’elle n’avait pas besoin de garde du corps. Laurent a voulu séparer Daniel et Itsik qui se tapaient dessus, il a pris un coup sur le nez. « Merde, je saigne ! » France s’est mise à pleurer. Lisez ça, Lisez ça, disait-elle, elle brandissait le roman de Machin. Franck a pris le roman et l’a jeté en l’air. Bordel, c’est la guerre civile qui commence, a crié Janine ! Et, moi, lâchement, j’ai dit : rideau ! (BPN, p. 120)

108Ainsi, si la question est soulevée, aucune réponse ne sera donnée. Au lecteur / spectateur de réfléchir, de se faire sa propre opinion. L’auteur est maître de sa fiction mais laisse au lecteur / spectateur la possibilité de se positionner en réfléchissant à la place qu’il veut occuper dans le monde réel.

Un ton : entre dérision et gravité

109L’« interthéâtralité » s’accompagne d’une certaine dose d’humour qui participera également à la distanciation. Ainsi, les trois Sorcières de Macbeth devenues (ou redevenues) les Parques chez Piemme ont désormais des allures de vampes et c’est parce qu’elles sont vexées qu’un homme ait pu résister à leur charme qu’elles choisissent de le faire mourir en l’envoyant à Maelbeek ou Zaventem. Ce penchant séducteur des Parques sera encore plus visible dans la mise en scène. Notons, à ce sujet, qu’une didascalie présente les Parques « nues sous leurs longs manteaux » (BPN, p. 73). C’est donc avec cet humour noir qu’une explication toute relative est proposée à l’inexplicable.

110De la même manière, après un monologue dans lequel il revient sur la conception de sa pièce, « l’Auteur » précise qu’il est sur scène « sous les traits d’une actrice qui joue [son] rôle, comme il se doit au théâtre » (BPN, p. 79). Outre le fait que cette scène rompe clairement avec l’illusion réaliste (on l’a vu plus haut), elle introduit une distanciation explicite avec les événements représentés mais aussi, d’une certaine manière, une dimension ludique puisque l’auteur est devenu, lui aussi, personnage à la merci des décisions des Parques.

111Enfin, la scène finale (« Discordes ») présente aux spectateurs les différents acteurs de la pièce, non plus personnages d’une fiction mais personnes réelles débattant des événements et de leurs conséquences, incapables de s’entendre, notamment à propos d’un roman de Houellebecq, et finissant par en venir aux mains… Cette véritable bagarre de rue joue non seulement sur la question de la séparation entre fiction et réalité mais fait également intervenir du comique de gestes dans ce sujet tragique.

Propositions pédagogiques

Remarques pour le professeur : aborder un tel sujet en classe nécessite quelques précautions. Les faits s’étant déroulés il y a peu de temps et dans un environnement proche, les réactions de certains élèves s’avéreront peut-être très vives. Il sera donc préférable de proposer cette lecture en fin d’année, par exemple, afin de mieux connaître les sensibilités de chacun.

UAA 1 – Rechercher, collecter l’information et en garder des traces et UAA 2 – Réduire, résumer, comparer, synthétiser.

1121. Classez les scènes de la pièce selon qu’elles se sont déroulées avant, pendant ou après les attentats en complétant le tableau ci-dessous.

Avant

Pendant

Après

1132. Résumez la pièce Bruxelles, printemps noir en replaçant les événements dans l’ordre chronologique.

1143. Avez-vous éprouvé des difficultés ? Expliquez.

UAA 1 – Rechercher, collecter l’information et en garder des traces et UAA 5 – S’inscrire dans une œuvre culturelle (amplification)

1151. Cette pièce de Piemme comporte plusieurs références à une célèbre pièce de Shakespeare, Macbeth. Après avoir lu cette pièce et, si nécessaire, effectué quelques recherches sur le sujet, citez et expliquez les références à Macbeth de Shakespeare dans Bruxellles, printemps noir.

Remarques pour le professeur : si la tâche s’avère trop ardue, l’enseignant pourra orienter ses élèves en leur proposant non pas la lecture intégrale de la pièce de Shakespeare mais des extraits pertinents au rapprochement.

1162. À votre tour, et par groupes de trois ou quatre, vous allez intégrer une allusion à Shakespeare dans la pièce Bruxelles, printemps noir. Pour ce faire, rédigez une courte scène dont le sujet sera en lien avec les attentats de Bruxelles mais dont les personnages et / ou la situation qu’ils vivent feront référence à Macbeth de Shakespeare.

UAA 2 – Réduire, résumer, comparer, synthétiser et UAA 4 – Défendre une opinion oralement et négocier

Sophie. – Je ne comprends pas.

Laurent. – Qu’est-ce que tu ne comprends pas ?

Jean-Pierre. – Passe-moi une cigarette.

Stéphane. – Ah non, tu ne vas pas nous enfumer.

Sophie. – Je ne comprends pas que quelqu’un veuille défendre le terroriste, c’est tout.

Jean-Pierre. – C’est le rôle des avocats. Même le terroriste a droit à une défense.

Stéphane. – Pour moi, la cause est entendue.

Dolorès. – Pareil.

Sophie. – Moi aussi.

Laurent. – Pour vous peut-être mais pas pour une justice en démocratie.

Itsik. – Il y a des formes. Faut y mettre les formes, sinon on devient aussi sauvage que les sauvages.

Stéphane. – C’est de la pure comédie. Les preuves lient clairement le terroriste à l’attentat. On sait tous qu’au final il sera condamné. C’est joué d’avance. Alors à quoi sert le procès ? Autant lui coller le maximum tout de suite.

Laurent. – Peine de mort ?

Stéphane. – Je ne serais pas contre.

Isabelle. – Moi, oui, moi je suis contre.

Stéphane. – Quand on sème le vent, on récolte la tempête, merde !

Frank. – J’en ai marre ! Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose, please ?

Maud. – En tout cas, la vérité judiciaire, ça ne sera pas toute la vérité. On peut déjà en être sûr.

Dolorès. – La vérité, c’est que ce sont des cinglés, point barre.

Ben. – Ah oui ? Et le poids de la religion ? Et les politiciens qui soufflent sur le communautarisme. C’est pas une part de la vérité, ça ? Et rien sur le clientélisme ? « On ferme les yeux, votez pour moi », c’est quand même pas de l’invention ça !

Patrick. – Oui, mais c’était moins carré que tu le dis, on ne pouvait pas savoir à ce moment-là que ça tournerait au vinaigre.

Daniel. – Mais pourquoi tu les défends, c’est incroyable ça, les politiciens ont une responsabilité, non ?

Patrick. – Certains, oui, d’autres non.

Charlotte. – Le vivre ensemble, faut que ce soit l’affaire de tous, c’est trop important pour laisser ça aux seuls politiciens.

Ben. – Le vivre ensemble, c’est de la couille, si tu ne donnes pas aux gens du travail, des logements corrects, une réelle égalité de traitement.

Soufian. – Le vivre ensemble, c’est quand je ne devrai plus cacher mon nom pour voir mon CV pris en compte.

Ben. – Quand tu n’as pas de travail, un logement de merde, qu’on te refoule partout au vu de ton nom ou de ta tronche, ça te mord la gueule c’est sûr.

Stéphane. – Culture de l’excuse, bravo, vous m’en remettrez une louche !

Soufian. – Je n’excuse pas, je décris. Je décris, je dis ce qui est. Qu’est-ce que tu sais de l’humiliation, toi ? (BPN, pp. 110, 111, 112)

1171. L’extrait reproduit ci-dessus provient de la scène finale de la pièce (« Discordes »). Il s’agit d’un affrontement verbal. Résumez-le en répondant aux questions qui suivent.

  • Qui contre qui ?

  • Où et quand ?

  • Dans quel but ?

  • Pour quelles raisons ?

  • Par quels moyens ?

  • Avec quel résultat ?

1182. De nombreux sujets sont abordés dans la pièce mais tous sont reliés à un thème plus vaste : « le vivre ensemble ». Oralement, exprimez votre opinion sur le sujet. Quelle définition en donnez-vous ? Selon vous, peut-on parvenir à vivre ensemble après de tels drames ? Si oui, comment ? Que mettre en place pour y arriver ?

119Établissez un plan de vos arguments avant de les exprimer oralement.

UAA 3 – Défendre une opinion par écrit

  • 12 Deschambre (Élise), « Dire l’(après) attentat : enjeux formels de Bruxelles, printemps noir », Pire (...)

120Dans un article consacré à Bruxelles, printemps noir, Élise Deschambre explique qu’« une tension constante s’établit […] entre la fiction et des références récurrentes à la réalité de l’attentat12 ». Trouvez dans ce texte de Piemme de quoi soutenir cette affirmation. Rédigez, ensuite, un texte argumenté dans lequel vous soutiendrez vos arguments à l’aide d’exemples issus de Bruxelles, printemps noir.

Proposition pédagogique à propos des trois œuvres étudiées

121UAA 6 – Relater des expériences culturelles

122Vous participez à une anthologie consacrée au théâtre belge. Vous êtes chargés de rédiger la partie consacrée au théâtre de Jean-Marie Piemme. Celle-ci aura pour titre : « Histoire, société, actualité. »

123Après avoir présenté l’auteur, vous exposerez donc trois aspects de son œuvre que l’on retrouve dans les œuvres étudiées. Agrémentez votre travail d’illustrations. De nombreuses photos de Jean-Marie Piemme ainsi que des représentations de ses pièces sont disponibles sur le site des Archives et Musée de la Littérature (https://www.aml-cfwb.be).

Bibliographie

Sources livresques

124Aron (Paul), Une histoire du théâtre belge de langue française (1830-2000), Bruxelles, Impressions nouvelles, coll. Espace Nord, 2018.

125Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis), Viala (Alain), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002.

126Corvin (Michel), Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas, 1991.

127Louvet (Jean), Conversation en Wallonie. Un Faust, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1997.

128Piemme (Jean-Marie) et Pourveur (Paul), Les B@lges, Morlanwelz, Lansman, 2002.

129Piemme (Jean-Marie), Spoutnik, Bruxelles, Aden, 2008.

130Piemme (Jean-Marie), La Vie trépidante de Laura Wilson, Narbonne, Camus et Compagnie, 2015.

131Piemme (Jean-Marie), Bruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses et 1953, Bruxelles, Impressions Nouvelles, coll. Espace Nord, 2018.

132Plana (Muriel), Roman, théâtre, cinéma. Adaptation, hybridations et dialogues des arts. Rosny-sous-Bois, Bréal, coll. Amphi Lettres, 2004.

133Shakespeare (William), Macbeth, Paris, Gallimard, coll. Folioplus classiques, 2014.

Revues

134Alternatives théâtrales, n° 75 – Jean-Marie Piemme, Théâtre Varia, décembre 2002.

135Piret (Pierre), dir., Textyles n° 60, Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ?, 2021.

Sources internet

136Le Soir, entretien de Jean-Marie Piemme avec Laurent Ancion, décembre 2002 :

137https://plus.lesoir.be/​art/​d-20021206-W2KFCQ ?referer = %2Farchives %2Frecherche %3Fdatefilter %3Danytime %26sort %3Ddate %2Bdesc %26start %3D80 %26word %3DPiemme %2BAncion&_ga =2.83714902.1124160299.1612275274-1055323171.1586623412

138Site consacré à Jean-Marie Piemme :

139https://jeanmariepiemme.be/​

140Dossier pédagogique sur le spectacle La Vie trépidante de Laura Wilson par la Compagnie Sept roses :

141http://www.theatrelavista.fr/​wp-content/​uploads/​2015/​09/​La-vie-tr%C3%A9pidante-de-Laura-Wilson.pdf

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Piemme, Spoutnik, Bruxelles, Aden, 2008.

2 Paul Pourveur écrit en néerlandais et en français. Il réalise des scénarios de documentaires, téléfilms et feuilletons avant de se consacrer au théâtre.

3 Philippe Sireuil est metteur en scène, professeur et directeur actuel du Théâtre des Martyrs. Il a cofondé le Théâtre Varia (avec Marcel Delval et Michel Dezoteux) dont il fut le directeur de 1988 à 2000. Il a également été directeur artistique de l’Atelier Théâtre Jean Vilar de 2001 à 2003.

4 Corvin (Michel), Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas, 1991. Définition proposée par Bernard Faivre.

5 Piemme (Jean-Marie) et Pourveur (Paul), Les B@lges, Morlanwelz, Lansman, 2002. (Désormais B. dans le texte).

6 Cette définition de la satire s’inspire de la définition figurant dans Le Dictionnaire du Littéraire, op. cit., p. 540.

7 Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis), Viala (Alain), dir. Le Dictionnaire du Littéraire, op. cit., p. 8.

8 Le Soir, 6 décembre 2002, entretien avec Laurent Ancion.

9 Piret (Pierre), « Le Spectacle de la Nation », dans Piret (Pierre), dir., Textyles n° 60, Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ?, 2021, p. 37.

10 Piemme (Jean-Marie), La Vie trépidante de Laura Wilson, Narbonne, Camus et Compagnie, 2015, p. 5. (Désormais VTLW dans le texte)

11 Piemme (Jean-Marie), Bruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses et 1953, Bruxelles, Impressions Nouvelles, coll. « Espace Nord », 2018, p. 6. (Tout renvoi à cette édition sera dorénavant abrégé BPN et indiqué entre parenthèses dans le texte).

12 Deschambre (Élise), « Dire l’(après) attentat : enjeux formels de Bruxelles, printemps noir », Piret (Pierre), dir., Textyles n° 60, Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ?, 2021, p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Delaye, « Aborder le théâtre de Jean-Marie Piemme en classe de français »Textyles [En ligne], 60 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4141 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4141

Haut de page

Auteur

Laura Delaye

Fédération Wallonie-Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search