Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Penser la bibliothèquePatrimonialiser les bibliothèques...

Penser la bibliothèque

Patrimonialiser les bibliothèques d’écrivains

Le cas des Archives & Musée de la Littérature
Laurence Boudart
p. 25-39

Texte intégral

Une bibliothèque, c’est un des plus beaux paysages du monde.

Jacques Sternberg, Vivre en survivant

En guise de préambule

  • 1 Benjamin (Walter), Je déballe ma bibliothèque, traduction de Philippe Ivernel, Paris, Rivages po (...)

Je déballe ma bibliothèque. Voilà. Elle n’est donc pas encore dressée sur les étagères, le léger ennui de classement ne l’a pas encore enveloppée. Je ne peux non plus marcher le long de ses rangées pour les passer en revue, accompagné d’auditeurs amis. Tout cela, donc, vous n’avez pas à le redouter. Me voici réduit à vous prier de vous transporter avec moi dans le désordre de caisses éventrées, dans une atmosphère saturée de poudre de bois, sur un sol jonché de papiers déchirés, au milieu de piles de volumes exhumés depuis peu à la lumière du jour après deux années d’obscurité, pour que d’entrée de jeu vous partagiez un peu l’humeur, nullement élégiaque mais au contraire impatiente, qu’ils éveillent chez l’authentique collectionneur. Car c’en est un qui vous parle, et tout compte fait uniquement de lui. Ne serait-il pas dès lors présomptueux de vous énumérer ici, en me prévalant d’une apparente objectivité ou sobriété, les pièces et sections principales d’une bibliothèque, ou de vous exposer sa genèse, voire son utilité pour un écrivain1  ?

  • 2 Bayard (Pierre), Comment parler des livres que l’on n’a pas lus, Paris, Les Éditions de Minuit, (...)

1Déballer sa bibliothèque pour mieux la saisir  : tel est le programme auquel se consacre Walter Benjamin dans un petit livre, traduit pour la première fois en français en 2000 et qui débute par cette dynamique entrée en matière. Il rassemble plusieurs essais parus avant 1933, soit avant les moments les plus pénibles de la vie de cet inclassable penseur, essais qui dévoilent quelques-unes de ses passions de collectionneur. Il contient également une partie de la liste, tenue à jour sa vie durant, des livres que Benjamin a lus, soit ceux allant du no 462 au 1712 – la trace des 461 premiers titres étant perdue à tout jamais. La démarche interpelle  : cette liste lui était-elle destinée, comme un aide-mémoire, ou bien contenait-elle une projection vers un autrui potentiel  ? Mais encore  : ce catalogue fragmentaire constitue-t-il ce que Pierre Bayard appellera, bien plus tard, une bibliothèque intérieure, soit «  cet ensemble de livres – sous-ensemble de la bibliothèque collective que nous habitons tous – sur lequel toute personnalité se construit et qui organise ensuite son rapport aux textes et aux autres2  »  ?

2Si le sujet de cet article n’est pas d’étudier les pratiques de lecteur et de bibliophile de Benjamin, il n’empêche que ces questions participent d’une réflexion plus générale sur les bibliothèques d’écrivains  : que représentent ces ensembles plus ou moins hétéroclites d’ouvrages  ? Que peut-on induire (ou non) de l’étude de leur contenu, de leur organisation interne, du traitement qu’on leur inflige  ? En corollaire, à quoi cela sert-il de conserver des bibliothèques d’écrivains et que révèle cette démarche quant à notre rapport de non-écrivain au monde de la création  ? In fine, comment une institution consacrée à la mémoire littéraire se positionne-t-elle face à ces questions  ?

Contextualisation

  • 3 Ferrer (Daniel), «  Introduction  », dans D’Iorio (Paolo) et Ferrer (Daniel), dir., Bibliothèque (...)
  • 4 Quelques exemples trouvés sur les sites internet de musées ou de bibliothèques français sont rév (...)
  • 5 La surenchère autour des artefacts ayant appartenu à l’écrivain peut parfois aller jusqu’à la my (...)

3Dans l’introduction à un ouvrage collectif consacré à la question3, Daniel Ferrer rappelle que l’acquisition de bibliothèques d’illustres écrivains n’est pas un phénomène récent  ; ainsi, cite-t-il en exemple celle de Voltaire, installée en Russie par Catherine ii. Aujourd’hui, quelques mécènes mais surtout des institutions patrimoniales, dont les Archives & Musée de la Littérature (aml), ont pris le relais des monarques éclairés d’autrefois. La démarche consistant à préserver la bibliothèque d’un écrivain nous révèle à la fois la valeur marchande de celle-ci, mais surtout la valeur symbolique de celui-là, dans une optique qui s’apparente parfois à du fétichisme. En effet, la reconstitution de l’intimité de l’écrivain – et de sa bibliothèque ou son cabinet de travail – est une pratique qui fait encore recette, notamment dans des maisons d’écrivains ou des espaces consacrés à des personnalités littéraires4, alimentant leur identité comme lieu de mémoire5.

4Grâce aux possibilités de dématérialisation qu’offre Internet, une autre tendance a vu le jour  : rendre disponible virtuellement la composition des bibliothèques de femmes et d’hommes célèbres. C’est ce que propose, par exemple, le site Legacy Libraries6, qui compte à ce jour près de 2 000 références de bibliothèques, de Richard iii à David Bowie, en passant par Hannah Arendt, James Joyce, Ernest Hemingway, Franz Kafka, Thomas Mann ou… Marylin Monroe. Si les écrivains sont majoritaires (128 entrées), on y trouve également les listes des livres ayant appartenu à des artistes, des musiciens, des scientifiques ou des présidents des États-Unis. En définitive, il s’agit d’un outil permettant à tout internaute de satisfaire sa curiosité, voire de comparer sa propre bibliothèque avec celle d’un florilège de personnalités.

  • 7 Ferrer (Daniel), «  Introduction  », op. cit., p. 8.

5La frontière reste en définitive ténue entre l’intérêt scientifique représenté par la bibliothèque d’un écrivain et la dimension fétichiste de celle-ci, qui lui confère l’illusion d’un accès à une intimité presque magique. Pour Ferrer, «  les bibliothèques d’écrivain matérialisent de la manière la plus visible l’interface entre l’acte individuel de création et l’espace social dans lequel il est immergé7  ». Car la bibliothèque est aussi le reflet d’un monde particulier et d’un espace-temps donné  ; elle constitue, en cela, une sorte de capsule temporelle mais réductible – et c’est bien ici que la chose se noue – à un individu, considéré, a fortiori, comme unique en raison de son activité et de son héritage symbolique.

  • 8 Ibid., p. 11.
  • 9 Ibid.

6Embrasser d’un seul regard ou, plus prosaïquement, d’un seul inventaire, l’univers intellectuel, esthétique et artistique d’un écrivain n’est pas pour autant une démarche dénuée d’intérêt pour le chercheur. Si l’on s’en tient uniquement à la question de la création, la bibliothèque peut jouer le rôle, comme l’explique Ferrer, d’«  interface de l’écriture8  ». Nombreux sont les écrivains qui ont pris l’habitude non seulement d’annoter les livres mais parfois de les transformer en d’authentiques manuscrits, tant les traces d’écriture y abondent. Il n’est pas rare que le livre extrait de la bibliothèque devienne alors un «  lieu intime de la gestation9  », outre le fait d’en être le support matériel  ; une sorte de livre dans le livre.

  • 10 Ibid., p. 13.

7Dans l’étude des processus de création, qu’elle soit déterminée par la génétique textuelle ou par l’intertextualité, l’analyse de la bibliothèque d’un écrivain peut permettre de penser le rapport entre les (res)sources que celui-ci a utilisées et le texte qu’il a produit. En outre, «  les livres qui ont joué le rôle d’échafaudage devenu inutile, ceux contre lesquels on polémique sourdement, ceux qui montrent l’exemple de ce qu’il faut à tout prix éviter, ne sont pas moins importants que les influences revendiquées ou les cibles désignées10  ».

Les bibliothèques d’écrivains comme patrimoine : enjeux et problématiques

  • 11 À ce chiffre, il convient d’ajouter les nombreux documents, tous supports confondus, qui complèt (...)
  • 12 «  Ensemble de documents de toute nature constitué de façon organique par un producteur (personn (...)
  • 13 Il s’agit d’une donation des héritiers de Mennès à la Bibliothèque royale de Belgique, que celle (...)

8Ces quelques questions relevant de l’intérêt offert par l’étude des bibliothèques étant posées, passons au cas concret d’une institution patrimoniale et scientifique telle que les Archives & Musée de la Littérature (aml). Créés en 1958, sous l’impulsion de Joseph Hanse et Herman Liebaers, alors conservateur de la Bibliothèque royale de Belgique, les aml représentent aujourd’hui, par le volume et la diversité des documents conservés, le plus important centre d’archives et de documentation relatif à l’histoire littéraire et théâtrale de la Belgique francophone, avec actuellement près de 300 fonds d’archives d’écrivains, de personnalités et d’institutions liés à ses principaux objets d’étude11. Une recherche au sein des fonds12 que l’on peut considérer comme entièrement décrits nous apprend que, sur un total de 120 inventaires, 30 contiennent une section réservée à la bibliothèque de la personne concernée, soit un fonds sur quatre. C’est par exemple le cas de Christian Dotremont, de Georges Eekhoud, de Conrad Detrez, de Marie Gevers, de Joseph Hanse ou de Jacques Meuris, pour ne citer que quelques noms. Parmi ces fonds, quelques-uns sont exclusivement bibliographiques, comme le fonds spécial fs1713, qui rassemble la bibliothèque des arts du spectacle de François Mennès (1919-1967), homme de théâtre et membre de la section belge de l’Institut international du Théâtre, ou le fonds Wolfgang Zimmer, du nom de ce spécialiste en littérature et théâtre africains, qui a enseigné la littérature et dirigé le programme sur le théâtre africain à l’Université de la Sarre à Sarrebruck. Constitué d’environ 3 000 volumes centrés sur le patrimoine littéraire africain, il a été acquis par les aml en 2016 et témoigne de l’ouverture des collections à l’ensemble de la francophonie.

9Penser qu’une bibliothèque parvient intacte à l’institution qui l’accueille est un leurre. Souvent, au gré de déménagements, de problèmes financiers, de dons, de ventes ou encore de soucis matériels (inondations, incendies), des pans entiers de celle-ci disparaissent. Dans l’ouvrage déjà mentionné, Walter Benjamin raconte ainsi que divers déménagements l’ont amené à se défaire de certains livres, d’en confier d’autres à des amis avant de pouvoir, parfois, les récupérer, mais il explique aussi comment certains manques se sont trouvés comblés grâce à de nouvelles acquisitions.

10Il arrive parfois que les archives d’un écrivain mettent à jour quelques épisodes concrets, liés à la gestion de ces bibliothèques et qu’elles fournissent des indications, plus ou moins précises, sur le sort que celles-ci ont pu subir au fil du temps. Ainsi, dans une lettre au peintre Théo Van Rysselberghe, Émile Verhaeren fait-il part de la solution qu’il a trouvée pour venir en aide à son ami, qui est dans le besoin  :

  • 14 Verhaeren (Émile), Lettre à Théo Van Rysselberghe, aml / dépôt kbr, fs16
    148/1480.

Pour l’instant je suis tout à fait à sec. Pis que cela, j’ai des dettes qui crient vengeance comme le sang d’Abel, mais cela ne fait rien. Dans la circonstance où tu te trouves, tes amis ont le devoir de te venir en aide. […] Voici pour ma part ce que je combine. N’ayant pas un sou à t’envoyer, je vendrai une cargaison de bouquins dont j’ai peu ou pas besoin  ; je vais en écrire immédiatement à mon bouquiniste et ce qu’il m’en donnera je te l’enverrai. Cette vente rapportera de 125 à 150 francs apparemment. Ce ne sera pas énorme comme secours, mais enfin j’aurai fait ce que j’ai pu14.

  • 15 Verhaeren (Émile), Lettre à Théo Van Rysselberghe, aml / dépôt kbr, fs16
    148/1481.
  • 16 Gullentops (David), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, Paris, Lettre (...)

11Une autre lettre nous éclaire sur les conditions matérielles de la vente  : «  Je suis déjà allé deux fois à Bruxelles pour m’arranger avec mon vendeur de livres et je ne puis tomber d’accord. Me voyant pressé d’argent, il ne veut me donner que 90 francs pour un lot de bouquins qui au bas mot en valent 12515.  » Hélas, on n’en saura guère plus sur la composition de cette «  cargaison de bouquins  » ni sur ce que Verhaeren entendait par «  besoin  ». Auteur de l’Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, David Gullentops confirme que Verhaeren, comme d’autres d’ailleurs, a parfois procédé à des élagages dans sa propre collection, ce dont témoignent par exemple «  deux ventes publiques commanditées par Verhaeren. La première s’est déroulée du 15 au 20 avril 1889 à Bruxelles. […] La seconde vente est relatée par André Gide dans son Journal du 4 avril 190616.  »

12Chez l’écrivain, comme pour toute personne en définitive, la bibliothèque est un organisme vivant, qui croît et parfois décroît au gré des circonstances de la vie. Outre les décisions individuelles, personne ne peut garantir que la bibliothèque dont hérite l’institution n’est pas la résultante d’une hétérogénéité conjugale ou familiale, dans laquelle se seraient glissés, à côté des siens, les livres hérités des parents ou grands-parents de l’écrivain, voire les acquisitions de ses propres enfants.

13L’affaire se corse encore lorsque l’on a affaire à une superposition de strates générationnelles au sein d’une vraie famille d’écrivains. Ainsi se confie Anne Richter, fille de Marie-Thérèse et Roger Bodart, et mère de Florence Richter  :

  • 17 Richter (Anne), «  La Bibliothèque insurgée  », dans L’Ange hurleur, Lausanne, L’Âge d’homme, co (...)

La vie entière de ma famille a marqué ces milliers de livres rebelles. En réalité, je n’ai pas une bibliothèque, j’en ai quatre ou cinq, car je ne possède pas seulement les livres que j’ai glanés moi-même, au hasard de mes recherches et de mes découvertes. […] J’ai d’abord hérité de la bibliothèque de mon père. Ensuite m’est venue celle de ma mère. Puis celle de l’homme que j’ai aimé et avec lequel j’ai longtemps vécu. Enfin, ma fille est revenue à sa première nourriture, les livres, mais elle les dévorait autrement  : en les lisant, comme tout le monde17.

  • 18 Si des écrivains cèdent parfois leurs archives ou leur correspondance de leur vivant, il est rar (...)

14Après la mort de l’écrivain18, il arrive souvent que la collection fasse l’objet d’une répartition entre les membres de la famille ou entre les proches, que certains ouvrages plus précieux soient mis en vente ou que, tout simplement, les livres soient jetés aux ordures. La bibliothèque originelle se retrouve souvent, au mieux, disséminée, au pire, détruite.

  • 19 «  Pour ce qui est de la bibliothèque personnelle de Georges Eekhoud (près de 700 volumes dont d (...)
  • 20 En 1936, une exposition consacrée à l’écrivain anversois accueillit en prêt divers documents, do (...)
  • 21 Gullentops (David), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, op. cit., p.  (...)
  • 22 Ibid., p. 7. Pour être tout à fait exacte, il faudrait également tenir compte d’une dizaine d’ou (...)
  • 23 Ibid. La question de la composition de la bibliothèque Verhaeren se nourrit encore d’autres déve (...)

15Il n’est pas rare non plus que la bibliothèque d’un écrivain fasse l’objet de dons séparés et se retrouve répartie entre plusieurs institutions. C’est notamment le cas de la bibliothèque de Georges Eekhoud, qui se partage entre la Bibliothèque royale de Belgique (qui l’a mise en dépôt aux aml19) et l’Erfgoed Bibliotheek Hendrik Conscience, à Anvers, où elle fut initialement installée dans un cabinet dédié à l’écrivain20. Un sort similaire fut réservé à la bibliothèque d’Émile Verhaeren, dont «  l’intégralité […] fut léguée par sa veuve, Marthe Massin, à la Bibliothèque royale de Bruxelles et au Musée du Caillou-qui-Bique de Roisin  ». La plus grande partie fut déposée à la Bibliothèque, soit «  une donation de livres imprimés montant, d’après un inventaire établi par M. Massin à 654 ouvrages dont 380 sont dédicacés à Verhaeren et dont 58 contiennent des lettres21  ». À la mort de Marthe, les livres restés à son domicile rejoignirent la collection déjà présente à la Bibliothèque – avec l’ensemble du legs défini par testament en 1930, manuscrits, correspondance, œuvres d’art, objets, mobilier –, l’ensemble formant le Fonds spécial fs16 (avec dépôt aux aml). La décision prise par Marthe Verhaeren de confier une partie de la bibliothèque à Roisin répondait, selon Gullentops, à un «  certain vœu collectif de reconstituer le cabinet de travail du poète dans l’état où il était avant sa destruction en 191822  ». Le chercheur précise également que le choix de céder tel livre à Roisin et tel autre à Bruxelles ne semble pas répondre à un patron rigoureux mais davantage à un «  raisonnement de nature affective ou sentimentale combinée à une motivation assez expéditive23  ».

  • 24 Ainsi les photographies de la bibliothèque de Jacqueline Harpman, de Norge, de Marie Gevers, ent (...)

16La plupart du temps, lorsqu’une bibliothèque entre dans les collections des aml, elle ne se trouve plus dans son état d’origine  : armoires, rayons et étagères ont été supplantés par d’anonymes cartons de transport. Idéalement pourtant, il convient de pouvoir garder une trace de l’organisation physique des livres. L’ordre choisi – alphabétique, thématique, par éditeurs, anarchique – mais également l’endroit de la maison où est installée la bibliothèque – une seule pièce spécifique, le bureau, collection disséminée dans toute la maison – sont autant d’informations permettant d’alimenter l’histoire de ces archives d’un type particulier. S’il n’est pas rare que les archives d’un écrivain se voient reléguées en dehors du cadre de la vie quotidienne (cave, grenier, placards), la bibliothèque occupe souvent un statut particulier dans la maison et figure ainsi au rang des artefacts formant l’univers de l’écrivain, à l’instar de sa plume ou de sa machine à écrire. En tant qu’élément du patrimoine, la configuration de la bibliothèque éclaire alors sur le rapport de l’écrivain à celle-ci, tout autant que sur des aspects plus intimes. Afin de figer ces informations pour la postérité, la photographie se révèle un allié utile et, dans cette perspective, les aml ont à cœur de conserver mais également de produire des photos de bibliothèques d’écrivains24.

17Ces diverses précisions posées, reste à soulever la question, certes délicate, de l’intérêt de conserver telle ou telle bibliothèque. Annoncer que le papier est incompressible et que les murs qui abritent une institution patrimoniale ne sont pas extensibles à l’infini relève du truisme. Le problème de l’espace disponible pour accueillir une bibliothèque se pose d’autant plus lorsque celle-ci émane d’un auteur considéré comme mineur, ou qu’elle recèle des ouvrages dont l’intérêt référentiel ou historique n’est pas directement proportionnel à la mission «  documentaire  » de l’institution. Dit autrement  : faut-il accepter toutes les bibliothèques proposées  ? Au cœur de celles-ci, faut-il tout conserver  ?

  • 25 Lorsqu’un même titre est présent en divers exemplaires et que le chercheur ne demande pas spécif (...)

18Les contraintes budgétaires et spatiales actuelles forcent à des choix, qu’il n’est pas toujours aisé de faire. Afin de garantir le bon fonctionnement de l’institution, ceux-ci doivent être déterminés par une politique d’acquisition qui veille à les objectiver au maximum. Ainsi, seront privilégiées les bibliothèques correspondant aux champs disciplinaires spécifiques des aml  : pour intéressante et riche qu’elle soit, la bibliothèque d’un latiniste, fût-il belge et de renom, ne rentre pas dans les priorités d’accroissement, par exemple. Équilibrer logique de pertinence et logique patrimoniale renvoie parfois à la quadrature du cercle. Toutefois, des solutions existent, qui répondent à une vision du moindre mal. Ainsi, même si la question ne s’est pas encore posée concrètement aux aml, on y réfléchit à l’opportunité de réaliser l’inventaire complet d’une bibliothèque, et avec elle les éventuelles dédicaces ou annotations manuscrites, et à ne conserver sur les rayonnages que les ouvrages qui comblent les manques bibliographiques, tout en répondant à la politique d’acquisition, ainsi qu’à la spécificité disciplinaire de l’institution. Cette démarche mixte permet à la fois de préserver la trace des livres – et donc, du point de vue de l’information, l’intégralité du contenu de la bibliothèque au moment de sa réception – et de compléter les collections pour répondre aux attentes du public cible25, tout en ménageant un peu de place sur les étagères.

19Ce procédé est à rapprocher des catalogues plus classiques et à visée exhaustive, qui demeurent de précieux outils pour le scientifique. Cependant, même lorsque l’on dispose d’un inventaire, rien ne garantit – sauf annotations manuscrites en son intérieur – que tel livre aura été lu par l’écrivain. Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver, dans une bibliothèque, des ouvrages dont les pages n’ont pas été coupées. Aborder cette question revient à pénétrer dans une zone grise puisque la seule présence de certains ouvrages ne garantit pas leur lecture. A contrario, l’absence de tels autres ne peut suffire à révéler un désintérêt, voire une absence de lecture ou d’influence.

  • 26 Delsemme (Paul), «  La Bibliothèque de Michel de Ghelderode  » [préface], dans Detemmerman (Jacq (...)

20Conscient de l’importance symbolique de sa bibliothèque, l’écrivain peut également y réaliser des manipulations. Ainsi, Roland Beyen, qui a longtemps étudié la vie et l’œuvre de Michel de Ghelderode, mais qui a également passé au peigne fin le contenu de la bibliothèque léguée par ses héritiers à l’ulb, en «  arriva à la conclusion que Ghelderode, jouissant d’une célébrité tardive au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et soumis dès lors à de fréquentes interviews, eut tendance, pour améliorer son image de marque, à antidater ses lectures et à surestimer l’influence de certains auteurs (notamment les Élisabéthains et les Espagnols du Siècle d’or) sur sa pensée et sur son art26  ». L’inventaire d’une bibliothèque reste donc un outil à manier avec prudence et, surtout, sens critique.

Affinités électives et potentiel scientifique

  • 27 Maeterlinck (Maurice), Serres chaudes, illustré par Georges Minne, Paris, Léon Vanier, 1889 (exe (...)
  • 28 Maeterlinck (Maurice), La Vie des abeilles, Paris, Charpentier-Fasquelle, 1901 (cote fs16 00758)
  • 29 Voir Verhaeren (Émile), Correspondance ii. Rilke et Dehmel (1905-1925), édition établie par Fabr (...)
  • 30 Rilke (Rainer Maria), Das Studen-Buch  : enthaltend die drei Bücher  : von moenchischen Leben /v (...)
  • 31 Rilke (Rainer Maria), Das Buch der Bilder  : Zweite sehr vermehrte Ausgabe, Berlin-Leipzig-Stutt (...)

21Outre l’inventaire et la présence d’annotations personnelles, d’autres traces permettent d’apporter leur lot d’informations. Je pense en particulier aux dédicaces qui, souvent, mettent à jour des proximités, identifient des admirations ou signalent, plus pragmatiquement, des envois de pure convenance. Leur observation introduit le chercheur dans le cercle des amis ou dans le réseau des connaissances d’un auteur, mais permet également de pister l’évolution de ses relations, voire de dater plus ou moins précisément le moment où elles s’établissent. Les exemples présents dans les collections des aml ne manquent pas. Ainsi apprend-on, en étudiant la bibliothèque de Verhaeren qui y est conservée, que Maurice Maeterlinck offre son Serres chaudes (1889) «  à Émile Verhaeren, au prince des poètes de ma race. En témoignage d’une profonde admiration27.  » Quelques années plus tard, La Vie des abeilles (1901) portera un plus sobre mais plus intime «  à Émile Verhaeren. Son admirateur. Son ami28.  » Autre exemple  : la rencontre entre Rainer Maria Rilke et Émile Verhaeren remonte au 22 novembre 190529. Quelques jours plus tard, le poète allemand envoie son livre, Das Stunden Buch, à son homologue belge, en le gratifiant d’un simple «  Admiration profonde30.  » Ensuite, comme en atteste leur correspondance, les liens se tissent davantage entre les deux hommes, circonstance qui se manifeste dans la dédicace de Das Buch der Bilder (1907), plus chaleureuse  : «  À Émile Verhaeren. Son cher et grand ami31.  »

22La description des bibliothèques d’écrivains peut également servir d’indicateur pour d’autres questions, dans ce cas de nature bibliophilique. Certaines de celles-ci renferment en effet des volumes reliés, avec des choix de manières et de matériaux, aptes à nourrir des études spécifiques. Elles invitent à s’interroger sur la pratique de production des exemplaires d’auteur, sur les choix de numérotation, sur le type du papier ou de fabrication  : toute une série de modes et de méthodes que l’on sait révélatrices d’une époque et d’un milieu, mais parfois aussi des goûts personnels de son propriétaire. De nature spécialisée, ces données sont le plus souvent incluses dans la description normée, propre au catalogue général d’une institution patrimoniale comme les aml. Pour ne donner qu’un seul exemple, citons ce passage issu de la description du volume Entrevisions de Charles Van Lerberghe. On y voit qu’il est important de conserver et de décrire des bibliothèques d’écrivains au sein d’institutions dédiées à ceux-ci et disposant des connaissances et du savoir-faire d’un personnel qualifié  :

Édition originale «  tirée à 400 ex. num.  »  : un des «  385 ex. sur vergé des Papeteries du Marais, numéroté 60 et paraphé à la main  » par l’éditeur.

Sous «  emboîtage demi-box grège à fin cadre, plats de papier bleu clair, doublures d’agneau velours bleu acier  ».

Mentions aut. à l’encre sur le faux-titre  : «  Exemplaire de l’auteur  » suivi de «  À Miss Beatrice Elisabeth Spurr  ».

Frontispice et titre par Van Lerberghe.

Ex-libris de Louis de Sadeleer.

  • 32 Cet ex-libris est reproduit dans Aron (Paul) et Dessy (Clément), Textyles, n° 58-59, Georges Eekh (...)

23Une autre piste d’étude concerne les ex-libris, à propos desquels il n’existe pas encore, à ma connaissance, de travail spécifique pour le corpus belge francophone. Or les aml conservent de nombreux volumes marqués du sceau de leur illustre propriétaire. Citons comme exemple unique, parmi d’autres, celui de Georges Eekhoud, à l’effigie de Pan32 et qui porte l’inscription «  Withoud. Weekhoud. Eikhoud. Eekhoud.  » Ces éléments posent la question de la valeur matérielle du travail effectué par l’écrivain sur les livres des autres, tout comme sur les siens propres. Quels relieurs ou quels types de reliures privilégient-ils  ? Cherchent-ils à conférer une uniformité visuelle ou esthétique à leur bibliothèque ou au contraire, celle-ci répond-elle à d’autres critères  ?

  • 33 Deux autres volumes de l’auteur se trouvent à Roisin (voir Gullentops [David], Inventaire de la (...)
  • 34 Un article de Barrès, «  La Sensibilité d’Henri Chambige  » et un compte rendu de l’ouvrage en q (...)

24Certains volumes comportent encore d’autres éléments pertinents pour la recherche  : des coupures de presse, glissées dans certains ouvrages mais également des lettres, que l’écrivain choisit d’insérer – encarter, dit-on techniquement – au cœur même du volume. L’exemple suivant me semble à cet égard révélateur. La bibliothèque d’Émile Verhaeren, conservée aux aml, contient sept livres de Maurice Barrès33, dont cinq sont dédicacés et, dans trois de ceux-ci, est intégrée une lettre autographe de l’auteur  : Sous l’œil des barbares (1888), Un Homme libre (1889) et Du sang, de la volupté et de la mort (1894). Outre la lettre, le premier volume comporte deux coupures de presse34. Dans la missive accompagnant le premier titre, Barrès mentionne «  la sympathie constante [que Verhaeren lui a] témoignée, et [qu’il] ressen[t] pour [lui]  », et qui l’amène à oser lui demander d’intervenir dans le cadre de l’affaire Henri Chambige, du nom de ce jeune homme, accusé d’avoir tué sa maîtresse en 1888, près de Constantine, en Algérie française. L’affaire aurait pu relever du simple fait divers si certains n’y avaient vu la manifestation d’un crime d’inspiration littéraire. «  Vous qui êtes indépendant, ne ferez-vous pas cette belle œuvre de générosité et de bienfaisance envers un faible  ?  », plaide Barrès auprès de son correspondant. Verhaeren a-t-il pris fait et cause pour l’accusé, comme l’ont fait le même Barrès, Anatole France et Paul Bourget  ? Comment interpréter le qualificatif «  indépendant  »  ? Il serait hors propos d’entreprendre une telle analyse dans le cadre de cet article, mais ces questions, rapidement ébauchées, permettent néanmoins de pointer du doigt le réservoir de possibilités qu’ouvre un simple livre.

Mise en scène, sacralisation et mystification

25J’ai fait allusion plus haut à la bibliothèque comme espace. Nul doute, en effet, qu’une bibliothèque d’écrivain ne se limite pas à une liste bibliographique. Elle correspond aussi à un endroit dans lequel l’écrivain se sent bien et où, souvent, il s’installe pour écrire. En ce sens, elle incarne une sorte de creuset, où création et intimité s’entremêlent. Pourtant, une fois que les ouvrages de ces bibliothèques se retrouvent aux aml, le charme en est pour ainsi dire rompu. Les livres prennent place dans d’anonymes étagères, en métal ou en bois, et cessent d’appartenir à l’écrivain. Si la bibliothèque de Georges Eekhoud, par exemple, impressionne par son ampleur, sa variété et sa qualité, il n’empêche que ses ouvrages se voient régulièrement empruntés par des lecteurs qui ignorent souvent qui fut leur illustre propriétaire.

26Cependant, il existe certains cas où la bibliothèque retrouve sa place d’antan ou presque, comme dans les maisons d’écrivains déjà évoquées. Faute de disposer d’un espace muséal digne de ce nom, les aml ont cherché une solution de remplacement en créant des cabinets d’écrivains. Lors de la donation des archives de Dominique Rolin, l’institution s’est engagée à reconstituer le bureau qu’occupait l’écrivaine à Paris, en y installant son mobilier, ses photographies, ses tableaux, ainsi que des livres. Or, si les livres aujourd’hui exposés proviennent bien de la collection de Rolin, leur sélection finale et leur disposition sur l’étagère ont été entièrement déterminées par les aml, au gré de choix censés être emblématiques, comme la collection des numéros de Tel quel.

27Un second exemple concerne le cabinet Émile Verhaeren, reconstitué à l’image supposée exacte du bureau que le poète avait installé dans sa maison de Saint-Cloud. À l’exception de dimensions plus exiguës que dans la réalité, dans cette reconstitution, tout est authentique  : les deux magnifiques portraits du couple par Théo Van Rysselberghe, les coussins brodés par Gabrielle Montald, le buste du poète effectué par Constantin Meunier, etc. Tout y est donc authentique sauf… les livres de la bibliothèque  ! En effet, comme dans le cas de Rolin, rien ne prouve que les titres des reliures présents dans le cabinet actuel se trouvaient bien dans le meuble du bureau de Saint-Cloud. En outre, les dos que l’on peut voir aujourd’hui cachent en -réalité de fausses reliures, imitant les vraies, qui sont, elles, conservées dans les magasins. Composent cette doublement fausse bibliothèque de l’écrivain à la fois ses recueils et les reliures de ses manuscrits, dans un esprit de fidèle imitation. Si une raison toute pragmatique peut naturellement être convoquée – la conservation est meilleure dans un espace approprié et la présence permanente des ouvrages dans le cabinet en entraverait la consultation –, il n’empêche que cette mystification met en évidence le contraste entre l’effet d’authenticité recherché avec le cabinet et l’élément bibliothèque. Ce dernier semble en effet supporter la falsification, au nom de son statut hybride entre objet mémoriel et ressource scientifique.

En guise de conclusion (provisoire)

28Lorsque l’on traite de patrimoine et de patrimonialisation, les conclusions ne peuvent qu’être provisoires. En effet, ce qui se transmet de génération en génération subit, presque par essence, les aléas d’évolutions chargées d’impondérables. Les quelques points abordés dans cet article montrent à quel point les bibliothèques d’écrivains représentent des entités dynamiques, depuis le ou plutôt les moments de leur constitution jusqu’à celui de leur démantèlement, total ou partiel.

29Rassembler et conserver des bibliothèques d’écrivains dans une institution constitue, nous l’avons vu, un enjeu mémoriel et scientifique, tout autant qu’une véritable gageure logistique. Les défis d’une institution comme les aml reposent précisément dans la recherche d’un équilibre, subtil mais surtout, durable dans le temps, entre ces deux pôles  : si l’intérêt ne fait de doute pour personne, la gestion conservatoire des bibliothèques individuelles se révèle parfois problématique. Toutefois, force est de constater – et les exemples issus des collections des aml illustrent le propos – qu’elles détiennent un potentiel indéniable pour la recherche, qu’il serait injuste, voire criminel de compromettre. À l’institution patrimoniale donc de se donner les moyens de pouvoir offrir au chercheur les outils nécessaires, en conservant, décrivant et mettant à sa disposition soit les volumes eux-mêmes, soit leur émanation informatique.

30À l’heure de la dématérialisation grandissante du livre papier au profit de supports numériques disponibles sur internet ou sur une liseuse, les aml se situent actuellement face à un embranchement. D’un côté, ils peuvent prolonger la voie du rapport sacralisant au livre imprimé et à la bibliothèque de l’écrivain – avec les contraintes matérielles importantes que cela suppose –  ; de l’autre, l’institution peut acter le déclin de la valeur du livre, comme objet symbolique, en investissant encore plus massivement les ressources disponibles dans d’autres types d’archives que les bibliothèques. Dans l’état actuel des choses, au moment de rédiger cet article, il semblerait bien que cette seconde voie soit privilégiée.

Haut de page

Notes

1 Benjamin (Walter), Je déballe ma bibliothèque, traduction de Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, coll. Petite Bibliothèque, 2000, p. 41.

2 Bayard (Pierre), Comment parler des livres que l’on n’a pas lus, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. Paradoxe, p. 74.

3 Ferrer (Daniel), «  Introduction  », dans D’Iorio (Paolo) et Ferrer (Daniel), dir., Bibliothèques d’écrivains, Paris, cnrs Éditions, coll. Textes et Manuscrits, 2001, p. 7-27.

4 Quelques exemples trouvés sur les sites internet de musées ou de bibliothèques français sont révélateurs de l’imbrication de la bibliothèque dans la proposition culturelle liée à la visite  : «  Venez découvrir ou redécouvrir ces livres et documents, présentés dans leur mobilier d’origine, ses souvenirs personnels comme les portraits d’ancêtres ou d’amis écrivains et ses objets familiers. Vous pourrez également contempler manuscrits et ouvrages dédicacés à l’auteur de Fermina Marquez, A. O. Barnabooth ou Amants, heureux amants.  » (Musée Valéry Larbaud, url  : http://mediatheques.vichy-communaute.fr/patrimoine/valery-larbaud) ; «  La bibliothèque du couple – accessible sur réservation – est mise à la disposition des chercheurs et étudiants. Elle rassemble 30 000 ouvrages mais aussi des photographies, des journaux, avec, notamment, une collection complète des Lettres françaises.  » (Maison Triolet-Aragon, url  : https://www.maison-triolet-aragon.com/presentation)

Dans certains cas, la différence se marque entre la collection patrimoniale ou documentaire de l’institution et les livres ayant appartenu à l’écrivain, et une localisation spécifique leur est réservée  : «  Musée littéraire, la Maison de Balzac a développé dès sa création une importante collection d’imprimés conservée à la bibliothèque. Celle-ci donne aujourd’hui accès à plus de 23 000 monographies et périodiques ainsi qu’à de nombreux dossiers documentaires et fonds d’archives. Ces collections, centrées sur l’œuvre d’Honoré de Balzac et de Théophile Gautier, concernent aussi leur environnement social, littéraire ou artistique. Quelques ouvrages de la collection personnelle de Balzac sont exposés dans le cabinet de travail.  » (Maison de Balzac, url  : http://www.maisondebalzac.paris.fr/fr/bibliotheque)

5 La surenchère autour des artefacts ayant appartenu à l’écrivain peut parfois aller jusqu’à la mystification, comme dans l’exposition, organisée par Jean-Benoît Puech et Yves Savigny, autour de l’écrivain Benjamin Jordane. Celui-ci, tout comme Yves Savigny, son biographe, sont en réalité des personnages tout droit sortis de l’imagination de Puech. Mais l’exposition a bel et bien eu lieu, ce dont atteste le catalogue qui joue jusqu’au bout le jeu du vraisemblable  : «  [Savigny] présente donc ses travaux littéraires, publiés ou inédits (fictions, essais, écrits autobiographiques et intimes), dans la mesure où ils façonnent au jour le jour son personnage. […] Il présente surtout un vaste ensemble d’objets personnels recueillis dans sa maison de Saint-Simon et dans celle d’Étampes.  » (Jordane et son Temps. 1947-1994, catalogue de l’exposition de la Bibliothèque de l’Université de Bourgogne, notices de Jean-Benoît Puech et Yves Savigny, Paris, pol, 2017, p. 13)

6 Voir url  : http://www.librarything.com/legacylibraries.

7 Ferrer (Daniel), «  Introduction  », op. cit., p. 8.

8 Ibid., p. 11.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 13.

11 À ce chiffre, il convient d’ajouter les nombreux documents, tous supports confondus, qui complètent les collections mais qui échappent, stricto sensu, aux fonds, au sens archivistique du mot.

12 «  Ensemble de documents de toute nature constitué de façon organique par un producteur (personne physique ou morale) dans l’exercice de ses activités et en fonction de ses attributions. Cette notion s’oppose à celle de collection.  » (Lexique de terminologie archivistique, Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la Culture, Service général du patrimoine culturel et des arts plastiques, 2011)

13 Il s’agit d’une donation des héritiers de Mennès à la Bibliothèque royale de Belgique, que celle-ci a mis en dépôt aux aml en 1968.

14 Verhaeren (Émile), Lettre à Théo Van Rysselberghe, aml / dépôt kbr, fs16
148/1480.

15 Verhaeren (Émile), Lettre à Théo Van Rysselberghe, aml / dépôt kbr, fs16
148/1481.

16 Gullentops (David), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, Paris, Lettres Modernes, coll. Les Carnets bibliographiques de la revue des lettres modernes, 1996, p. 6.

17 Richter (Anne), «  La Bibliothèque insurgée  », dans L’Ange hurleur, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. Contemporains, 2008, p. 92. Le lecteur qui n’aurait pas connaissance de cette nouvelle doit savoir que l’autrice y raconte qu’avant qu’elle ne sache marcher, sa fille dévorait littéralement des pages de livres, qu’elle ingurgitait «  la bouche grande ouverte, […] goulûment, dans un inquiétant bruit de mâchoires  » (p.  91).

18 Si des écrivains cèdent parfois leurs archives ou leur correspondance de leur vivant, il est rare qu’ils confient leur bibliothèque à une institution patrimoniale avant leur mort.

19 «  Pour ce qui est de la bibliothèque personnelle de Georges Eekhoud (près de 700 volumes dont des premières éditions, des exemplaires reliés et dédicacés), elle fut léguée en 1972 par le petit-neveu de l’écrivain, Georges Goethals (fils d’une nièce de Cornélie, l’épouse de Georges Eekhoud) à la Bibliothèque royale qui l’a déposée aux aml. Ces ouvrages sont encodés sous les cotes mla 01101 à mla 01771.  » (État général des fonds d’archives conservés aux Archives & Musée de la Littérature, fonds Georges Eekhoud, url  : http://fonds.aml-cfwb.be/liste?c=ISAD%2000164)

20 En 1936, une exposition consacrée à l’écrivain anversois accueillit en prêt divers documents, dont une partie des livres, à l’occasion de l’inauguration du cabinet Georges Eekhoud. La bibliothèque comprend des livres du legs d’Eugène Baie, ainsi que, dès 1975, d’un don important de la part d’Alphonse Goethals, neveu par alliance et héritier de l’écrivain (voir «  Collectie van Georges Eekhoud  », dans le catalogue de l’Erfgoed Bibliotheek, url  : https://anet.be/submit.phtml ?UDses =103556105 %3A91706&UDstate =1&UDmode =&UDaccess =&UDrou = %25Start :bopwexe&UDopac =opaccoloiehc&UDextra =co :ehc :29). Pour sa part, Mirande Lucien évoque des donations en 1961 et 1962 (voir Lucien [Mirande], Eekhoud le rauque, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999, p. 138). En 1986, les manuscrits furent transférés à la Letterenhuis et les livres prirent place dans les magasins. Le cabinet lui demeura, mais dépouillé de l’essentiel de ses archives (voir url  : https://www.consciencebibliotheek.be/nl/pagina/het-georges-eekhoudkabinet).

21 Gullentops (David), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, op. cit., p. 6.

22 Ibid., p. 7. Pour être tout à fait exacte, il faudrait également tenir compte d’une dizaine d’ouvrages provenant de la collection de René Gevers, neveu par alliance du poète (acquisition par la Communauté française en 1984, déposée aux aml). Appelée Musée intime Marthe et Émile Verhaeren, celle-ci, se compose de souvenirs que conservait sa mère, Rite Cranleux, et des objets que Marthe Verhaeren n’avait pas donnés à la Bibliothèque royale pour les garder auprès d’elle dans son appartement du boulevard Adolphe Max.

23 Ibid. La question de la composition de la bibliothèque Verhaeren se nourrit encore d’autres développements, richement détaillés par David Gullentops dans l’introduction à l’inventaire qu’il a réalisé.

24 Ainsi les photographies de la bibliothèque de Jacqueline Harpman, de Norge, de Marie Gevers, entre autres.

25 Lorsqu’un même titre est présent en divers exemplaires et que le chercheur ne demande pas spécifiquement le volume extrait d’un fonds précis, l’usage veut, dans un souci de préservation, que ce soit un volume courant (sans dédicace ni annotation ni reliure) qui soit mis en consultation.

26 Delsemme (Paul), «  La Bibliothèque de Michel de Ghelderode  » [préface], dans Detemmerman (Jacques), Fayt (René), Inventaire de la bibliothèque de Michel de Ghelderode léguée à l’Université libre de Bruxelles, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. Sources et Instruments, 1983, p. vi.

27 Maeterlinck (Maurice), Serres chaudes, illustré par Georges Minne, Paris, Léon Vanier, 1889 (exemplaire n°  13 sur papier Van Gelder, relié, cote fs16 00756/0001).

28 Maeterlinck (Maurice), La Vie des abeilles, Paris, Charpentier-Fasquelle, 1901 (cote fs16 00758).

29 Voir Verhaeren (Émile), Correspondance ii. Rilke et Dehmel (1905-1925), édition établie par Fabrice Van de Kerchove, Bruxelles, aml Éditions, coll. Archives du Futur, 2012, p. 25.

30 Rilke (Rainer Maria), Das Studen-Buch  : enthaltend die drei Bücher  : von moenchischen Leben /von der Pilgerschaft /von der Armuth und vom Tode, Leipzig, Insel Verlag, 1905 (cote fs16 00894).

31 Rilke (Rainer Maria), Das Buch der Bilder  : Zweite sehr vermehrte Ausgabe, Berlin-Leipzig-Stuttgart, Arel Juncter Verlag, 1907 (cote fs16 00892).

32 Cet ex-libris est reproduit dans Aron (Paul) et Dessy (Clément), Textyles, n° 58-59, Georges Eekhoud. Autres vies, autres vues, Ker éditions, 2020, p. 8.

33 Deux autres volumes de l’auteur se trouvent à Roisin (voir Gullentops [David], Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, op. cit., p. 21.)

34 Un article de Barrès, «  La Sensibilité d’Henri Chambige  » et un compte rendu de l’ouvrage en question, paru dans L’Art moderne du 23 septembre 1888.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Boudart, « Patrimonialiser les bibliothèques d’écrivains »Textyles, 61 | 2021, 25-39.

Référence électronique

Laurence Boudart, « Patrimonialiser les bibliothèques d’écrivains »Textyles [En ligne], 61 | 2021, mis en ligne le 30 juillet 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4195 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4195

Haut de page

Auteur

Laurence Boudart

Archives & Musée de la Littérature (Bruxelles)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search