Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Penser la bibliothèqueUne première approche de la bibli...

Penser la bibliothèque

Une première approche de la bibliothèque musicale d’Eugène Ysaÿe

Joanna Staruch-Smolec
p. 73-89

Texte intégral

  • 1 Cet article est le fruit de nos recherches menées dans le cadre d’un doctorat en art et sciences (...)
  • 2 Pour une courte biographie d’Ysaÿe, voir l’article de Mélanie de Montpellier d’Annevoie dans ce (...)
  • 3 Jean-Roch Bouiller et Françoise Levaillant utilisent la notion d’«  interventions matérielles su (...)

1Aujourd’hui, le violoniste belge Eugène Ysaÿe (1858-1931) est principalement connu pour ses Six Sonates pour violon seul op. 27. Mais, au tournant du xxe siècle, il exerçait, sur la vie musicale belge et internationale, un rayonnement d’une bien plus grande envergure1. Sa bibliothèque musicale est un témoignage matériel précieux de ses activités artistiques comme violoniste, arrangeur, compositeur, chef d’orchestre, pédagogue et organisateur de concerts2. Une analyse du contenu de cette bibliothèque, combinée à celle des diverses interventions matérielles que comportent les partitions, ouvre de nombreuses voies de recherche. Notre article développera d’abord une réflexion sur la méthodologie d’étude de ce type de sources, encore peu explorées par la recherche musicologique. Ensuite, selon notre double perspective de violoniste et de chercheuse, nous nous intéresserons  : d’une part, aux éléments de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe qui attestent de ses intérêts multiples et de ses activités artistiques  ; d’autre part, aux interventions matérielles3 dans les partitions (annotations, dédicaces) comme autant d’indices aidant à préciser les gestes violonistiques d’Ysaÿe, son goût musical et son réseau artistique.

  • 4 Nous remercions le personnel de ces institutions, tout particulièrement Marie Cornaz (kbr), Joël (...)
  • 5 Cornaz (Marie), À la redécouverte d’Eugène Ysaÿe, op. cit., p. 14.
  • 6 Le cabinet de travail d’Eugène Ysaÿe a été conçu, à la demande expresse de ce dernier, par l’arc (...)
  • 7 Ysaÿe (Antoine), «  Le Souvenir d’Eugène Ysaÿe. Un peu d’Historique  », dans Bulletin d’Informat (...)
  • 8 «  Le Studio Eugène Ysaÿe  », Grand Curtius de Liège, url  : https://www.grandcurtius.be/fr/les- (...)

2Une majorité de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe est actuellement conservée dans trois institutions belges  : la Bibliothèque royale de Belgique (kbr), le Grand Curtius de Liège et le Conservatoire royal de Liège4. Cette répartition des partitions d’Eugène Ysaÿe est notamment due à l’intervention de son fils cadet, Antoine, qui fit une donation d’une partie des collections au Conservatoire et en vendit une autre à la kbr en 19775. Aujourd’hui, nous retrouvons aussi des partitions ayant appartenu à Eugène Ysaÿe au Grand Curtius, conservées dans une reconstitution du cabinet de travail du violoniste, le «  Studio Eugène Ysaÿe6  ». Légué par la famille en 1931 et reconstruit en 1938 au Conservatoire royal de Liège7, le cabinet de travail d’Ysaÿe fut ensuite déménagé au Musée de l’Architecture en 1977, pour finalement être transféré au Grand Curtius en 20098.

3Ensemble, ces trois fonds belges Eugène Ysaÿe renferment environ 1 800 partitions que nous pouvons repartir entre trois catégories différentes  :

  • 9 Les sources manuscrites et imprimées pour chaque composition d’Ysaÿe sont détaillées dans le «   (...)

41) les œuvres composées ou arrangées par Ysaÿe que nous retrouvons à l’état d’esquisses, de manuscrits, d’épreuves ou de premières éditions9  ; 2) les œuvres manuscrites d’autres compositeurs (environ 114 partitions), dont un grand nombre sont dédiées ou dédicacées à Eugène Ysaÿe  ; 3) les partitions imprimées d’autres compositeurs (jusqu’à présent, nous en avons recensé 1 448). Dans l’état actuel de nos réflexions sur ce qui pourrait relever de la «  bibliothèque musicale  », il nous semble que les trois ensembles susmentionnés pourraient y être pris en compte. Cependant, dans cet article, nous nous concentrerons sur le dernier corpus afin de souligner l’intérêt de l’étude des partitions imprimées d’autres compositeurs ayant appartenu à un musicien par rapport aux autres sources auxquelles recourt traditionnellement la musicologie.

La bibliothèque musicale dans la littérature scientifique

5Jusqu’à présent, la bibliothèque musicale comme objet de recherche a assez peu attiré l’attention des musicologues qui se sont avant tout concentrés sur les partitions manuscrites. En effet, l’idée d’explorer les collections de partitions imprimées ayant appartenu personnellement à des musiciens est assez nouvelle et la bibliographie consacrée spécifiquement à l’étude de ces collections est relativement maigre.

  • 10 Brunold (Paul), Buvet (Charlers) et al., «  Nouvelles Musicologiques. Documents  : vente de la b (...)
  • 11 Geiringer (Karl), Geiringer (Irene), «  The Brahms Library in the “Gesellschaft der Musikfreunde (...)
  • 12 Herlin (Denis), Collection musicale François Lang  : Abbaye de Royaumont, Paris, Klincksieck, 19 (...)
  • 13 Korevaar (David), Sampsel (Laurie J.), «  The Ricardo Viñes Piano Music Collection at the Univer (...)
  • 14 Laskai (Anna), «  Ernő Dohnányi’s Library and Music Collection  », dans Studia Musicologica, n°  (...)
  • 15 Nectoux (Jean-Michel), «  Maurice Ravel et sa Bibliothèque musicale  », dans Fontes Artis Musica (...)
  • 16 Christoforidis (Michael), «  Manuel de Falla’s Siete canciones populares españolas : The Compose (...)
  • 17 Voir par exemple  : Lesure (François), «  Le Fonds Markevitch à la Bibliothèque nationale de Par (...)

6Il existe quelques études de bibliothèques musicales personnelles, notamment à propos des bibliothèques de Camille Saint-Saëns10 et de Johannes Brahms11, qui offrent un aperçu des collections, ou à propos des bibliothèques de François Lang12, de Ricardo Viñes13 et d’Ernő Dohnányi14, qui se concentrent sur l’établissement des catalogues et l’historique de ces ensembles. Certaines publications, notamment à propos des bibliothèques musicales de Maurice Ravel15 et de Manuel de Falla16, proposent, en outre, des voies de recherche concernant la genèse de certaines œuvres. D’autres études explorant des fonds personnels de musiciens signalent la présence de partitions d’autres compositeurs, mais ne s’y attardent guère, préférant se concentrer sur des sources plus traditionnelles telles que les partitions manuscrites et les correspondances17.

  • 18 Massip (Catherine), «  Les Sources écrites de l’interprétation au département de la musique de l (...)
  • 19 Campos (Rémy), «  Histoire de l’interprétation et Histoire des bibliothèques  : le cas des matér (...)
  • 20 Hertz (Bénédicte), «  Étude du catalogage et des inventaires de la bibliothèque musicale de l’an (...)

7En 2007, la revue Fontes Artis Musicae a publié un volume spécial consacré à L’Interprétation musicale dans les fonds des bibliothèques, actant ainsi la prise de conscience de l’intérêt des archives musicales pour l’étude de l’exécution musicale. Partant de leurs points de vue de bibliothécaires, Catherine Massip et Nimrod Ben-Zeev y étudient l’intérêt de la conservation des bibliothèques musicales d’interprètes et réfléchissent sur la problématique du catalogue18. Un autre article de ce volume, rédigé par Rémy Campos, analyse les archives de la Société de Musique de Genève (y compris les partitions), afin d’en dégager quelques informations pertinentes concernant les pratiques musicales de la première moitié du xixe siècle19. Un travail similaire, écrit quatre ans plus tard par Bénédicte Hertz, trace l’histoire et le contenu de la bibliothèque musicale de l’ancien Concert de Lyon en soulevant des questions méthodologiques liées à l’étude des inventaires20.

8Ainsi, la valeur scientifique de la bibliothèque musicale a déjà été épinglée par quelques musicologues et plusieurs pistes de réflexion ont été esquissées à son propos. Sa pertinence a notamment été soulignée pour ce qu’elle peut révéler de la genèse d’une œuvre musicale. Son importance dans l’étude de l’histoire générale de l’interprétation a également été suggérée à travers l’investigation d’archives institutionnelles. Cependant, ce terrain reste encore largement à explorer, notamment dans la perspective d’une étude spécifique de la bibliothèque musicale d’un musicien, qui prendrait en compte l’ensemble des composantes de la bibliothèque et les activités multiples de son propriétaire.

Réflexion autour de la notion de «  bibliothèque musicale  »

  • 21 Voir entre autres D’Iorio (Paolo) et Ferrer (Daniel), dir., Bibliothèques d’écrivains, Paris, cn (...)
  • 22 Ferrer (Daniel), «  Un Imperceptible trait de gomme de tragacanthe… », dans D’Iorio (Paolo) et F (...)
  • 23 Gamboni (Dario), «  Des livres au livre  : les bibliothèques d’Odilon Redon  », dans Levaillant (...)

9En l’absence d’une méthodologie établie pour l’étude spécifique de la bibliothèque musicale, nous avons jugé pertinent d’investiguer du côté des réflexions menées à propos des bibliothèques littéraires d’écrivains et d’artistes-plasticiens. Durant ces 20 dernières années, plusieurs ouvrages de référence ont vu le jour à leur sujet21 et une distinction entre bibliothèques réelle (aussi appelée matérielle ou concrète) et virtuelle (mémorielle ou mentale) a été établie. La première peut être définie comme «  une collection de volumes ayant appartenu à un écrivain22  »  ; la seconde, comme «  tous les livres qu’il ou elle a pu lire, regarder ou consulter23  ».

10En adoptant cette distinction, nous pourrions concevoir la bibliothèque musicale réelle d’Ysaÿe comme l’ensemble des partitions conservées dans les fonds dédiés au violoniste dans les institutions publiques et de recherche. Nous constatons pourtant que certaines partitions conservées dans ces fonds n’appartenaient pas à Eugène Ysaÿe, mais à des membres de sa famille. Nous trouvons par exemple des partitions ayant appartenu à sa première épouse, Louise, chanteuse (nous avons pu relever cinq dédicaces à son intention et trois reliures avec son nom imprimé), à son fils aîné Gabriel, violoniste (14 signatures et 10 dédicaces à son intention), à sa seconde épouse Jeannette, violoniste (quatre signatures et une dédicace), à son fils cadet Antoine, violoncelliste amateur (trois signatures et quatre dédicaces). De plus, certaines partitions n’ont certainement pas appartenu à Eugène Ysaÿe, puisqu’elles ont été éditées après sa mort (nous en avons compté quatre pour le moment dans les trois fonds belges).

  • 24 Par exemple les fonds de Jeannette Ysaÿe (1902-1967), Viola Mitchell (1911-2002) et Louis Persin (...)

11Quant à la bibliothèque musicale virtuelle, une question importante se pose  : peut-on transposer l’idée de la lecture d’un livre dans la réalité d’une partition musicale  ? Une œuvre musicale peut être appréhendée de nombreuses manières, d’autant plus dans le cas d’Ysaÿe qui exerçait de si nombreuses activités artistiques. Il a pu ainsi progressivement enrichir son univers de références musicales par une simple lecture de la partition, par sa découverte au violon, par son enseignement, par son audition ou par son interprétation personnelle, en répétition ou en un concert (soit qu’Ysaÿe y ait été violoniste, soit chef d’orchestre). Concernant les traces qu’on peut utiliser pour reconstituer cette bibliothèque virtuelle, d’autres sources s’ajoutent à celles utilisées dans le cas des bibliothèques littéraires. Outre les écrits d’Ysaÿe, nous pourrions nous intéresser par exemple aux programmes et comptes rendus de concerts, ou encore aux fonds d’élèves d’Ysaÿe24.

  • 25 Notons qu’il est difficile de recenser avec exactitude toutes les partitions n’ayant pas apparte (...)
  • 26 Cela concerne un répertoire allant de Bach à Chausson, en passant par Beethoven.

12Dans cet article, nous étudierons les partitions imprimées de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe telle qu’elles sont conservées dans les fonds. Cependant, afin de mieux cerner l’objet étudié, il nous faut prendre en compte des considérations liées à la réflexion autour des notions de bibliothèque réelle et bibliothèque virtuelle. Tout d’abord, la bibliothèque musicale telle que conservée dans les fonds ne représente pas exactement la bibliothèque réelle d’Eugène Ysaÿe, car, comme nous le précisons plus haut, toutes les partitions conservées ne lui ont pas appartenu25. Ensuite, la bibliothèque réelle et la bibliothèque virtuelle ont sans doute de nombreuses similitudes, mais elles ne sont certainement pas équivalentes. D’une part, certaines partitions de la bibliothèque réelle n’ont visiblement jamais été ouvertes (nous avons compté 13 partitions dont les pages n’étaient pas coupées26). D’autre part, des partitions d’œuvres pour l’interprétation desquelles Ysaÿe était reconnu manquent à l’appel (par exemple le Quatuor à cordes en sol mineur op. 10 de Claude Debussy).

État des sources

13Sur base des catalogues disponibles et de notre travail au sein des trois fonds belges, nous avons pu répertorier 1 448 partitions imprimées de la bibliothèque musicale d’Eugène Ysaÿe (à ce jour, nous avons pu consulter 1 151 volumes de ce corpus). Néanmoins, dans cette section, nous signalerons toutes les partitions conservées dans les trois fonds belges Eugène Ysaÿe pour pouvoir bien situer notre propos. Chacune des trois collections mérite une approche individuelle, car elles sont composées de types de documents différents qui sont conservés et inventoriés différemment.

  • 27 Il s’agit de partitions destinées à l’usage des musiciens durant les répétitions et les concerts (...)

14Le fonds Eugène Ysaÿe de la kbr comprend des partitions d’usage27 qui ont pu servir de matériel de répétition, de concert, mais aussi de cours ou de préparation d’une édition. Parmi les documents répertoriés entre les cotes Mus. 80C et Mus. 1.163C, nous avons recensé 1 096 partitions imprimées d’autres compositeurs (partitions qui nous intéressent dans cette étude), ainsi que 48 partitions imprimées d’œuvres composées ou arrangées par Ysaÿe. Ce fonds renferme également une importante collection de manuscrits, répertoriés entre les cotes Mus. Ms. 56 et Mus. Ms. 158, dont 18 partitions d’Ysaÿe et 85 d’autres compositeurs.

15Parmi les 266 partitions conservées aujourd’hui au fonds Ysaÿe du Conservatoire royal de Liège, seulement 114 sont des partitions imprimées d’autres compositeurs et ce sont, de nouveau, principalement des partitions d’usage. Parmi les autres partitions, 137 ont été composées ou arrangées par Ysaÿe et 15 sont des manuscrits d’autres compositeurs (principalement de son frère Théophile).

  • 28 Ces livres sont étudiés par Mélanie de Montpellier d’Annevoie dans ce volume.
  • 29 Il s’agit de partitions qui présentent les parties de tous les instruments de façon superposée.
  • 30 Antoine Ysaÿe mentionne un catalogue de cette collection établie par Charles Radoux-Rogier (1877 (...)
  • 31 Rahmani (Abderzak), Inventaire de la bibliothèque d’Eugène Ysaÿe. Musée de l’Architecture, mémoi (...)
  • 32 Le placement indiqué dans le premier inventaire ne correspond pas à la distribution actuelle. Le (...)

16Le Grand Curtius de Liège conserve le cabinet de travail du violoniste, rebaptisé «  Studio Eugène Ysaÿe  », sur les étagères duquel sont rangés des partitions et des livres28. Ce fonds comprend principalement des partitions générales29, souvent en format de poche, probablement destinées à une lecture du texte musical en vue d’un concert, d’un cours ou d’une préparation d’édition. Deux inventaires de ce fonds ont été réalisés  : l’un anonyme30, très laconique, rédigé alors que la bibliothèque était conservée au Conservatoire  ; l’autre, avec de plus amples informations sur chaque volume, alors que la bibliothèque demeurait dans les collections du Musée de l’Architecture31. Un projet d’inventaire du Studio dans son état actuel, dirigé par Joël Tiberghien, a démarré en 2019, mais il est encore loin d’être finalisé. L’examen des deux inventaires préexistants et notre travail sur place nous ont révélé que la composition de ce fonds a connu de nombreuses modifications. Non seulement la distribution des volumes sur les étagères a changé32, mais certaines partitions ont également été ajoutées ou ont tout bonnement disparu. En recoupant les différents inventaires avec ce que nous avons pu recenser sur place et le catalogue du Conservatoire royal de Liège, nous supposons qu’une quarantaine de partitions ont été détachées du Studio et laissées au Conservatoire au moment du déménagement. C’est pourquoi nous comptons ces dernières comme faisant partie du fonds du Conservatoire. En combinant ces différentes informations, nous avons dès lors pu répertorier 268 partitions dans le Studio Ysaÿe du Grand Curtius, dont 238 imprimées d’autres compositeurs (ensemble qui sera traité dans cette étude), ainsi que 21 œuvres composées ou arrangées par Ysaÿe et neuf manuscrits d’autres compositeurs.

Aperçu global des partitions imprimées de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe

17Nous souhaitons aborder les partitions imprimées de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe selon deux perspectives complémentaires  : d’une part, selon l’époque de composition des œuvres, ce qui nous permettra de souligner les intérêts multiples d’Ysaÿe  ; d’autre part, selon la formation instrumentale ou vocale à laquelle l’œuvre est destinée afin d’étudier le contenu de la bibliothèque plus en détail et d’en tirer des informations concernant les diverses activités artistiques du violoniste.

Sélection par époque

  • 33 Pour cette étude, nous avons établi les limites suivantes  : dans la catégorie de la musique anc (...)

18La figure 1 représente les partitions imprimées de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe par époque de composition33.

Fig. 1 Les partitions imprimées de la bibliothèque d’Ysaÿe organisées par époque.

Fig. 1 Les partitions imprimées de la bibliothèque d’Ysaÿe organisées par époque.
  • 34 La musique ancienne (généralement définie comme d’avant 1750) a été pratiquement oubliée au débu (...)
  • 35 Bach (Johann-Sebastian), Bach-Gesellschaft-Ausgabe, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1856-1898.
  • 36 Händel (Georg Friedrich), Instrumental-Werke für Orgel, Orchester, Kammer-Instrumente und Klavie (...)

19Premièrement, nous constatons l’intérêt d’Ysaÿe pour la musique ancienne et sa participation au mouvement de redécouverte de celle-ci vers la fin du xixe et au début du xxe siècle34. La part de musique ancienne est estimée à environ 17  % du total de la bibliothèque musicale. La bibliothèque comprend une collection de 48 éditions anciennes (xviiie et tout début du xixe siècle) de musique française et italienne pour violon des xviie et xviiie siècles (par exemple des œuvres d’Arcangelo Corelli, Francesco Geminiani, Antonio Vivaldi), ainsi qu’un grand nombre d’adaptations de musique ancienne éditées à l’époque d’Ysaÿe (des compositions de Jean-Philippe Rameau, Pietro Nardini, Giovanni Battista Viotti). Les partitions arrangées par d’autres promoteurs de la musique ancienne tels qu’Alfred Moffat (1863-1950) ou Tivadar Nachez (1859-1930) sont souvent dédiées à Ysaÿe, ce qui nous rappelle son investissement dans ce mouvement, surtout comme interprète (même s’il a arrangé certaines œuvres lui-même). Signalons également l’édition monumentale des œuvres de Bach35, ainsi que la collection des œuvres instrumentales d’Händel36 qu’Ysaÿe a rassemblées dans son Studio.

20Deuxièmement, nous observons un ensemble d’œuvres représentatives du grand répertoire de tout violoniste, chambriste et chef d’orchestre de l’époque d’Ysaÿe, que nous estimons à environ 18  % de la collection. Ce sont les concerti, la musique de chambre et orchestrale de Haydn, Mozart, Beethoven, Schubert, Schumann, ainsi que les compositions de grands violonistes comme Giovanni Battista Viotti, Niccolò Paganini, Louis Spohr ou Charles-Auguste de Bériot.

  • 37 Voir plus de détails dans le paragraphe concernant les dédicaces dans la section «  Approches de (...)

21Troisièmement, la figure 1 permet de mettre en évidence qu’environ deux tiers de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe est composée de partitions d’œuvres de ses contemporains  ; partitions souvent agrémentées de dédicaces imprimées ou manuscrites de compositeurs célèbres comme César Frank, Camille Saint-Saëns, Vincent d’Indy et d’autres, moins connus, parmi lesquels plusieurs Belges37. Cet ensemble témoigne de l’intérêt d’Ysaye pour la musique de son temps et de son influence sur la création musicale.

Sélection par effectif

22La figure 2 représente le contenu de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe en fonction de la formation instrumentale ou vocale à laquelle l’œuvre musicale est destinée.

Fig. 2 Les partitions imprimées de la bibliothèque d’Ysaÿe en fonction de la formation instrumentale ou vocale à laquelle le répertoire est destiné

Fig. 2 Les partitions imprimées de la bibliothèque d’Ysaÿe en fonction de la formation instrumentale ou vocale à laquelle le répertoire est destiné

(ce graphique est organisé selon le nombre croissant de musiciens).

  • 38 Ysaÿe (Eugène), Exercices et Gammes  : travail journalier, édition présentée et commentée par Jo (...)
  • 39 Bach (Johann-Sebastian), «  Sonaten und Partiten für Violine solo (bwv 1001-1006)  », Bach-Gesel (...)

23Parmi les œuvres pour violon seul (78 partitions), nous pouvons distinguer 24 ouvrages didactiques (écoles de violon, gammes, exercices), 34 études et caprices ainsi que 20 œuvres de concert. Le premier ensemble souligne la volonté d’Ysaÿe de perfectionner sa maîtrise du violon et témoigne de son engagement pédagogique. Rappelons en effet qu’Ysaÿe fut professeur au Conservatoire royal de Bruxelles (1886-1898) et au Conservatoire de Cincinnati (1918-1922) et donna également des leçons privées. Il a d’ailleurs laissé des esquisses d’exercices violonistiques qui ont été publiées comme opus posthume38. Quant aux études et caprices, certains ont pu aussi servir à des fins de développement technique, comme d’autres ont pu être joués en concert. Parmi les œuvres de concert, les Sonates et Partitas pour violon seul de Bach occupent une place privilégiée dans la carrière d’Eugène Ysaÿe. Dès lors, il n’est pas étonnant que la partition de ces œuvres conservée au Grand Curtius soit très généreusement annotée de la main d’Ysaÿe39.

24Le répertoire pour violon avec accompagnement du piano représente la majorité de la bibliothèque d’Ysaÿe (545 partitions). Cette formation est en effet la plus pratique pour jouer des concerts de salon, qu’Ysaÿe donnait souvent. Nous retrouvons dans cet ensemble aussi bien des compositions destinées à cette formation que des réductions pianistiques de compositions pour violon et orchestre. Ce dernier matériel a certainement pu servir dans le cadre des cours ou des préparations de concerts avec orchestre.

  • 40 Stockhem (Michel), Eugène Ysaÿe et la Musique de chambre, Liège, Éditions Pierre Mardaga, 1990, (...)
  • 41 Ibid.

25La formation violon-piano occupe également une place importante en musique de chambre qui compte au total 371 partitions  : les sonates pour cet effectif représentent quasiment la moitié de cette collection (184 partitions). En effet, Ysaÿe a joué avec de nombreux pianistes, notamment son frère Théophile (1865-1918), Anton Rubinstein (1829-1894), Arthur de Greef (1862-1940), Ferruccio Busoni (1866-1924)40. Sa collaboration avec Raoul Pugno (1852-1914) est devenue légendaire, notamment en raison de leur courage à proposer des programmes composés uniquement de sonates. Cette idée, qui s’est standardisée par la suite et qui paraît évidente aujourd’hui, était, en effet, très novatrice au début du xxe siècle pour le public habitué à l’ajout de pièces de virtuosité à chaque concert41. Parmi les partitions de musique de chambre, nous recensons également 55 partitions pour quatuor à cordes. Outre des partitions du grand répertoire pour cette dernière formation (compositions de Haydn, de Mozart ou de Beethoven), la bibliothèque comprend des partitions contemporaines, notamment de Vincent d’Indy (1851-1931), Guillaume Lekeu (1870-1894) ou Victor Vreuls (1876-1944) dédicacées à Ysaÿe. Cela reflète la double mission (propagation du grand répertoire et du répertoire contemporain), du Quatuor Ysaÿe formé en 1888 avec Mathieu Crickboom (1871-1947), Léon Van Hout (1864-1945) et Joseph Jacob (1856-1909). La bibliothèque ne manque pas non plus de duos (32 partitions), de trios (55), de quintettes (20) ni de sextuors ou de formations encore plus importantes (22).

  • 42 Cornaz (Marie), À la redécouverte d’Eugène Ysaÿe, op. cit., p. 92-96.
  • 43 Ibid., p. 206-211.

26La catégorie suivante, celle des œuvres pour plus larges effectifs (237 partitions), témoigne principalement de l’activité d’Ysaÿe comme chef d’orchestre. En 1896, ce dernier créa les «  Concerts Ysaÿe  » pour y diriger des programmes originaux, souvent des compositions contemporaines42. Il fut aussi chef d’orchestre à Cincinnati (1918-1922), où il put promouvoir le répertoire de son cercle artistique43. Dans cette collection, nous retrouvons des œuvres purement instrumentales  : symphoniques et concertantes (pour d’autres instruments que le violon), ainsi que vocales avec orchestre (ce sont notamment les principaux opéras de Gluck, de Mozart, de Wagner et de Saint-Saëns). Il s’agit non seulement de partitions générales qu’Ysaÿe a pu utiliser pour diriger, mais aussi de partitions de poche et de réductions pour piano, qui ont plutôt servi à l’étude préparatoire de l’œuvre. Certaines compositions sont également présentes sous forme de partitions destinées aux membres de l’orchestre comme matériel de répétition et de concert.

27Les œuvres pour violon avec accompagnement de l’orchestre ou d’un ensemble (77 partitions) ont pu servir aux mêmes fins que les partitions dans la catégorie «  grand effectif  », mais aussi être utilisées dans le cadre des concerts d’Ysaÿe comme violoniste concertant.

28Parmi les autres partitions (140 partitions), la musique vocale est la plus représentée (42 partitions) avec ensuite les positions concernant le violoncelle (31 partitions) ainsi que les œuvres pour piano solo (17 partitions).

Approches des interventions matérielles sur les partitions

29Lors de nos investigations dans les différents fonds Eugène Ysaÿe, nous avons découvert de nombreuses interventions matérielles dans les partitions (voir fig. 3). Dans le cadre de cet article, nous souhaitons nous concentrer sur les annotations musicales, les commentaires et les dédicaces manuscrites.

Fig. 3 Nombre de documents portant des interventions matérielles parmi 1 151 partitions imprimées consultées de la bibliothèque musicale d’Eugène Ysaÿe.

Annotations musicales (plus ou moins généreuses)

240

Commentaires généraux (courtes remarques d’Ysaÿe sur les œuvres en question)

19

Dédicaces manuscrites à l’intention d’Ysaÿe

170

Signatures d’Ysaÿe

6

Cachets d’Ysaÿe

26

  • 44 Eugène Ysaÿe a enregistré 14 courtes œuvres, accompagné par le pianiste Camille Decreus, en déce (...)

30Parmi ces diverses interventions matérielles sur les partitions, ce sont les annotations musicales qui nous intéressent le plus en tant que violoniste--chercheuse, tout particulièrement en ce qu’elles constituent des traces matérielles des gestes violonistiques d’Ysaÿe, à côté de quelques enregistrements sonores44. Cependant, avant de pouvoir passer aux analyses de ces interventions, une étape cruciale de notre travail consiste à distinguer les annotations violonistiques apportées effectivement par Eugène Ysaÿe, d’autres ayant été potentiellement apposées par un des membres de sa famille, par les compositeurs ayant dédicacé leur œuvre à Ysaÿe, par ses collaborateurs, élèves ou autres. Si cette question est difficile à résoudre dans le cas des commentaires d’ordre linguistique, elle s’avère d’autant plus difficile quant aux annotations techniques (par exemple, les annotations manuscrites de simples chiffres allant de 0 à 4 qui signalent les doigtés). Néanmoins, une étude comparative de ces annotations violonistiques dans des partitions différentes, jointe à l’analyse d’autres interventions matérielles (les annotations textuelles, dédicaces, signatures et cachets), nous permet d’établir un réseau de traces qui tendent à garantir dans certains cas qu’il s’agit bien de la main d’Ysaye.

31Ysaÿe a annoté plus ou moins généreusement ses partitions avec des signes techniques (doigtés, coups d’archet, articulations) ou des commentaires sur l’interprétation (tempo, caractère), généralement au crayon ordinaire ou de couleur. On peut supposer que ces annotations avaient des objectifs différents  : certaines devaient être destinées à l’interprétation violonistique en vue d’un concert  ; d’autres à la préparation d’une direction d’orchestre ou à une transcription (souvent de musique ancienne). Aussi, certains commentaires, dans la partie de la partition dédiée au violon, peuvent avoir originellement été adressés aux élèves d’Ysaÿe, notés par exemple au cours d’une leçon.

32Un premier examen de ces annotations, mis en parallèle avec nos analyses des enregistrements, révèle déjà certaines caractéristiques des gestes violonistiques d’Ysaÿe, qui diffèrent souvent de la pratique instrumentale de nos jours. Certaines solutions techniques et expressives d’Ysaÿe peuvent paraître quelque peu étonnantes aux yeux d’un violoniste du xxie siècle, mais une expérimentation au violon permet de mieux les comprendre. Autrement dit, l’étude des annotations présentes dans la bibliothèque musicale participe aux recherches sur l’histoire des pratiques d’exécution, mais enrichit également notre propre pratique violonistique et peut inspirer d’autres violonistes. Sans trop entrer dans les détails techniques de cette étude qui demanderait une investigation à part entière, nous voudrions donner quelques exemples de nos premières observations concernant les annotations violonistiques présentes dans la bibliothèque musicale d’Ysaÿe. En ce qui concerne le travail de la main droite (les coups d’archet), nous constatons notamment qu’Ysaÿe utilisait souvent des accents sur les notes courtes et employait de grandes liaisons. Quant au travail de la main gauche (les doigtés), nous sommes surtout frappée par l’utilisation du portamento (c’est-à-dire d’un glissement expressif entre deux notes), considérablement plus fréquent et plus varié que dans la pratique violonistique de nos jours. Les résultats de cette analyse seront exposés dans notre thèse de doctorat.

  • 45 Nardini (Pietro), Sonata in G-dur, für Violine & Klavier, arrangement d’Alfred Moffat, Mainz, Be (...)
  • 46 Veracini (Antonio), Sonata a tre pour deux violons, violoncelle et orgue op. 1, arrangement de G (...)
  • 47 Reuchsel (Maurice), Suite italienne pour violon et orchestre ou piano  : édition pour violon et (...)
  • 48 La dédicace  : «  Au Maître E. Ysaye, / Témoignage de respectueuse admiration. / L’auteur / Maur (...)
  • 49 Fauré (Gabriel), Caligula  : op. 52. Drame d’Alexandre Dumas, Paris, J. Hamelle, [ca.1888]  ; Li (...)

33Outre des annotations violonistiques, Ysaÿe a noté des commentaires généraux sur la couverture ou la page de titre de certaines partitions (19 cas recensés), quelques fois accompagnés de son paraphe. Ysaÿe se montre alors particulièrement direct et lapidaire dans ses jugements. Il y commente surtout le caractère de la pièce et indique s’il la trouve digne d’être jouée. Cela concerne principalement des éditions de musique ancienne (ce qui confirme l’intérêt du maître pour la redécouverte de celle-ci). Par exemple, sur la partition de la Sonate pour violon et piano en sol majeur de Pietro Nardini, arrangée par Alfred Moffat45, Ysaÿe note  : «  grâcieuse ‒ vers Mozart  !  », mais sur la page suivante  : «  dernière partie semble faible  ! ‒ (à revoir)  »  ; ou encore, sur la partition de la Sonata a tre pour deux violons, violoncelle et orgue op. 1 d’Antonio Veracini arrangée par Gustav Jensen46, il note  : «  très musicale ‒ Intéressant. À jouer  !  » Tous les commentaires ne sont pas si favorables, notamment celui figurant sur la partition de la Suite italienne pour violon et piano de Maurice Reuchsel (1880-1968)47, qui est d’ailleurs dédicacée à Ysaÿe48  : «  Pas original – [ ?] / jeu ‒ roccoco [sic]  ! / banal  ! ! ! / = non =  ». Parfois, Ysaÿe va même jusqu’à n’apposer qu’un seul mot  : «  simple  », et ce dans des partitions d’une certaine complexité, comme le Caligula de Gabriel Fauré (qui est autrement vierge) ou la symphonie Faust de Franz Liszt (qui porte de nombreuses annotations musicales aux crayons de couleur, apposées probablement en vue d’une direction d’orchestre)49.

  • 50 Brusselmans (Michel), Sonate en si mineur pour violon et piano, Paris, Maurice Senart, 1921, kbr(...)

34Le nombre impressionnant de partitions dédicacées à Eugène Ysaÿe comptabilisées dans sa bibliothèque (170) atteste de l’impact de ce dernier sur le monde musical de son temps. Évidemment, ces œuvres ont pu lui être offertes de manière quelque peu intéressée par certains compositeurs ou arrangeurs. Il nous semble néanmoins que ces éloges reflètent bien la réputation d’Ysaÿe comme interprète, compositeur, pédagogue et organisateur de concerts, et témoignent de la grande estime de ses contemporains pour son jeu violonistique. Par exemple, Michel Brusselmans (1886-1960), compositeur belge, a écrit sur la partition de sa Sonate en si mineur pour violon et piano, qu’il a d’ailleurs dédiée à Ysaÿe50  :

  • 51 Eugène Ysaÿe possédait une seconde résidence dans le village de Godinne, en bord de Meuse. Il y (...)

Cher Maître, / Combien de fois, en écrivant cette / sonate, me suis-je rappelé les bonnes / soirées de Godinne51 et les sons magiques / de votre violon. / Puissiez-vous retrouver dans cette œuvre / quelques reflets de votre haute musicalité / dont je me suis imprégné à votre contact. / M. Brusselmans / Paris, 2[5 ?]-2-1921.

  • 52 Vreuls (Victor), Quatuor pour 2 violons, alto et violoncelle, Bruxelles, L’Art Belge, [ca.1918], (...)

35Victor Vreuls (1876-1944), violoniste et compositeur belge note sur la partition de sa Sonate pour violon et piano52, également dédiée à Ysaÿe  :

Affectueusement / Au Maître Eug Ysaÿe qui a si bien compris mon œuvre et l’a si bien fait comprendre / Victor Vreuls / Paris, 1 juin 1901.

  • 53 Uribe Holguín (Guillermo), Sonate pour violon et piano, Paris, O. Bauwens van der Boijen & Cie, (...)

36Ou encore Guillermo Uribe Holguín (1880-1971), compositeur et violoniste d’origine colombienne, sur la partition de sa Sonate pour violon et piano dédiée à Émile Chaumont53  :

À Eugène Ysaÿe, le Maître des Maîtres du Violon et champion de la vraie musique, dans l’espoir qu’il veuille [sic] bien pour cette Sonate. Son plus enthousiaste admirateur, G. Uribe H. / Paris, 28 septembre 1919 / 9 bis Rue Lalo.

37De plus, ces œuvres dédicacées nous offrent un précieux aperçu de la vie musicale belge de l’époque. On y rencontre des noms connus comme ceux de Joseph Jongen (1873-1953) ou de Guillaume Lekeu (1870-1894), mais également de compositeurs très peu joués aujourd’hui, comme Louis Delune (1876-1940), la compositrice Henriette van den Boorn-Coclet (1866-1945), ou encore des élèves d’Ysaÿe, comme Émile Chaumont (1878-1942), Auguste Maurage (1875‑1925), François Rasse (1873-1955).

Quelques perspectives pour l’étude spécifique d’une bibliothèque musicale

38Dans cet article, nous avons pu donner un aperçu global de la bibliothèque musicale d’Ysaÿe et ouvrir quelques pistes de recherche liées aux partitions imprimées qui confirment déjà la pertinence d’une étude spécifique de la bibliothèque musicale. Premièrement, ces partitions témoignent de l’esprit d’érudition d’Ysaÿe, musicien intéressé par tout type de répertoire (de la musique ancienne à la création contemporaine) et tout type de formation (de la musique pour violon solo à l’opéra). À travers l’inventaire de la bibliothèque et l’analyse des commentaires apposés dans les volumes, nous pouvons ainsi appréhender divers aspects du goût musical de son propriétaire. Deuxièmement, la bibliothèque nous permet d’apprécier l’engagement d’Ysaÿe en tant que violoniste-concertiste, mais aussi en tant que professeur, compositeur, chef d’orchestre et organisateur de concerts. De nombreuses partitions contemporaines, souvent dédiées ou dédicacées à Ysaÿe, soulignent son rayonnement sur le monde musical de son temps, particulièrement comme figure majeure du cercle artistique belge. Troisièmement, les annotations musicales apposées sur les partitions permettent de travailler les gestes violonistiques de ce virtuose de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Nous nous attachons à poursuivre les analyses de ces traces dans le cadre de notre projet doctoral afin d’en tirer des informations pertinentes pour l’étude de l’interprétation musicale et d’explorer ces gestes dans notre propre pratique violonistique.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le fruit de nos recherches menées dans le cadre d’un doctorat en art et sciences de l’art à l’Université libre de Bruxelles (ulb) en collaboration avec le Conservatoire royal de Bruxelles (crb) sous mandat d’aspirant fnrs. Nous tenons à remercier nos promoteurs, Valérie Dufour (fnrs-ulb), Véronique Bogaerts et Vincent Hepp (crb), qui nous ont guidée dans ce projet, ainsi que Mélanie de Montpellier d’Annevoie pour sa collaboration et son partage d’expérience dans le cadre du projet de recherche sur les bibliothèques d’Ysaÿe. Cette recherche s’inscrit également dans un projet plus large du Laboratoire de musicologie de l’ulb autour des bibliothèques de compositeurs.

2 Pour une courte biographie d’Ysaÿe, voir l’article de Mélanie de Montpellier d’Annevoie dans ce volume  ; pour plus de détails, voir Cornaz (Marie), À la redécouverte d’Eugène Ysaÿe, Turnhout, Brepols Publishers, 2019.

3 Jean-Roch Bouiller et Françoise Levaillant utilisent la notion d’«  interventions matérielles sur les livres  » en donnant les exemples suivants  : «  ex-libris, dédicaces, coupe ou non des pages, annotations, dessins…  », voir Bouiller (Jean-Roch) et Levaillant (Françoise), «  Propositions concrètes pour l’étude matérielle et critique des bibliothèques d’artistes  », dans Levaillant (Françoise), Gamboni (Dario) et Bouiller (Jean-Roch), dir., Les Bibliothèques d’artistes  : xxe-xxie siècles, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2010, p. 475.

4 Nous remercions le personnel de ces institutions, tout particulièrement Marie Cornaz (kbr), Joël Tiberghien (Grand Curtius) et Philippe Gilson (Conservatoire royal de Liège), de nous avoir chaleureusement accueillie au sein de ces fonds. Quelques manuscrits d’Ysaÿe sont aussi conservés au crb et à la Bibliothèque Ulysse Capitaine de Liège, ainsi que dans des institutions américaines telles que The Juilliard School et The Morgan Library and Museum.

5 Cornaz (Marie), À la redécouverte d’Eugène Ysaÿe, op. cit., p. 14.

6 Le cabinet de travail d’Eugène Ysaÿe a été conçu, à la demande expresse de ce dernier, par l’architecte Gustave Serrurier-Bovy (1858-1910).

7 Ysaÿe (Antoine), «  Le Souvenir d’Eugène Ysaÿe. Un peu d’Historique  », dans Bulletin d’Information de la Fondation Eugène Ysaÿe, n°  52, 1977, p. 2.

8 «  Le Studio Eugène Ysaÿe  », Grand Curtius de Liège, url  : https://www.grandcurtius.be/fr/les-collections/arts-decoratifs/le-studio-eugene-ysaye, consulté le 8 mai 2020.

9 Les sources manuscrites et imprimées pour chaque composition d’Ysaÿe sont détaillées dans le «  Catalogue des œuvres  », dans Cornaz (Marie), À la redécouverte d’Eugène Ysaÿe, op. cit., p. 277-299.

10 Brunold (Paul), Buvet (Charlers) et al., «  Nouvelles Musicologiques. Documents  : vente de la bibliothèque Saint-Saëns  », dans Revue de Musicologie, vol. 8, n°  21, 1927, p. 44-45.

11 Geiringer (Karl), Geiringer (Irene), «  The Brahms Library in the “Gesellschaft der Musikfreunde”, Wien  », dans Music Library Association, vol. 30, n°  1, 1973, p. 6-14.

12 Herlin (Denis), Collection musicale François Lang  : Abbaye de Royaumont, Paris, Klincksieck, 1993.

13 Korevaar (David), Sampsel (Laurie J.), «  The Ricardo Viñes Piano Music Collection at the University of Colorado at Boulder  », dans Notes : Quarterly Journal of the Music Library Association, vol. 61, n°  2, 2004, p. 361-400.

14 Laskai (Anna), «  Ernő Dohnányi’s Library and Music Collection  », dans Studia Musicologica, n°  59, 2008, p. 99-208.

15 Nectoux (Jean-Michel), «  Maurice Ravel et sa Bibliothèque musicale  », dans Fontes Artis Musicae, vol. 24, n°  4, 1977, p. 199-206.

16 Christoforidis (Michael), «  Manuel de Falla’s Siete canciones populares españolas : The Composer’s Personal Library, Folksong Models and the Creative Process  », dans Anuario Musical, n°  55, 2000, p. 213-235.

17 Voir par exemple  : Lesure (François), «  Le Fonds Markevitch à la Bibliothèque nationale de Paris  », dans Revue Musicale de Suisse Romande, n°  1, 1989, p. 54-55  ; Goy (François-Pierre), «  Le Traitement du fonds César Franck au département de la musique de la bnf ou deux catalogues pour un même fonds  », dans Fontes Artis Musicae, vol. 62, n°  2, 2015, p. 78-91.

18 Massip (Catherine), «  Les Sources écrites de l’interprétation au département de la musique de la Bibliothèque nationale de France  : présentation générale  », dans Fontes Artis Musicae, vol. 54, n°  1, 2007, p. 6-26  ; Ben-Zeev (Nimrod), «  Réflexions sur le catalogage des partitions annotées  », dans Fontes Artis Musicae, vol. 54, n°  1, 2007, p. 33-37.

19 Campos (Rémy), «  Histoire de l’interprétation et Histoire des bibliothèques  : le cas des matériels de la Société de Musique de Genève (1823-2006)  », dans Fontes Artis Musicae, vol. 54, n°  1, 2007, p. 78-99.

20 Hertz (Bénédicte), «  Étude du catalogage et des inventaires de la bibliothèque musicale de l’ancien Concert de Lyon  », dans Dix-Huitième Siècle, n°  43, 2011, p. 143-163.

21 Voir entre autres D’Iorio (Paolo) et Ferrer (Daniel), dir., Bibliothèques d’écrivains, Paris, cnrs Éditions, 2001  ; Levaillant (Françoise), Gamboni (Dario) et Bouiller (Jean-Roch), dir., Les Bibliothèques d’artistes  : xxe-xxie siècles, op. cit.  ; Belin (Olivier), Mayaux (Catherine) et Verdure-Mary (Anne), dir., Bibliothèques d’écrivains  : lecture et création, histoire et transmission, Turin, Rosenberg & Sellier, 2018.

22 Ferrer (Daniel), «  Un Imperceptible trait de gomme de tragacanthe… », dans D’Iorio (Paolo) et Ferrer (Daniel), dir., Bibliothèques d’écrivains, op. cit., p. 15.

23 Gamboni (Dario), «  Des livres au livre  : les bibliothèques d’Odilon Redon  », dans Levaillant (Françoise), Gamboni (Dario) et Bouiller (Jean-Roch), dir., Les Bibliothèques d’artistes  : xxe-xxie siècles, op. cit., p. 171.

24 Par exemple les fonds de Jeannette Ysaÿe (1902-1967), Viola Mitchell (1911-2002) et Louis Persinger (1887-1966) conservés à la Juilliard School de New York. Voir Iwazumi (Ray), «  The Legacy of Eugène Ysaÿe : Transmitted, Adapted, and Reinterpreted  », dans Notes ‒ Quarterly Journal of the Music Library Association, vol. 67, n°  1, 2010, p. 68-88.

25 Notons qu’il est difficile de recenser avec exactitude toutes les partitions n’ayant pas appartenu à Eugène Ysaÿe.

26 Cela concerne un répertoire allant de Bach à Chausson, en passant par Beethoven.

27 Il s’agit de partitions destinées à l’usage des musiciens durant les répétitions et les concerts. Pour la plupart des instruments, leurs parties doivent être reproduites dans des documents séparés pour avoir moins de pages à tourner au moment de l’exécution.

28 Ces livres sont étudiés par Mélanie de Montpellier d’Annevoie dans ce volume.

29 Il s’agit de partitions qui présentent les parties de tous les instruments de façon superposée.

30 Antoine Ysaÿe mentionne un catalogue de cette collection établie par Charles Radoux-Rogier (1877-1952) dans Ysaÿe (Antoine), «  Le Souvenir d’Eugène Ysaÿe. Un peu d’Historique  », op. cit., mais nous ne pouvons pas confirmer que ce soit l’inventaire dont nous disposons.

31 Rahmani (Abderzak), Inventaire de la bibliothèque d’Eugène Ysaÿe. Musée de l’Architecture, mémoire, Institut provincial d’études et de recherches bibliothéconomiques, 1978-1979.

32 Le placement indiqué dans le premier inventaire ne correspond pas à la distribution actuelle. Le deuxième catalogue ne nous informe pas sur la distribution des volumes à l’époque de sa rédaction.

33 Pour cette étude, nous avons établi les limites suivantes  : dans la catégorie de la musique ancienne, nous avons compté les œuvres des compositeurs nés avant 1730  ; pour les œuvres contemporaines, nous avons inclus les partitions des compositeurs morts après 1873 (en imaginant qu’Ysaÿe, âgé de plus de 15 ans, aurait pu les rencontrer)  ; le reste des partitions appartient ainsi au grand répertoire. Certains cas sont difficiles à attribuer clairement, néanmoins, nous avons jugé utile de rendre compte des proportions à la base de 1 262 volumes en laissant 185 partitions problématiques de côté.

34 La musique ancienne (généralement définie comme d’avant 1750) a été pratiquement oubliée au début du xixe siècle suite au rayonnement de la philosophie progressiste selon laquelle la musique nouvelle était d’office supérieure à celle d’autrefois. Elle a été progressivement mise en valeur à partir des années 1830, notamment par François-Joseph Fétis, en Belgique et en France, et par Felix Mendelssohn-Bartholdy en Allemagne. Ensuite, de toujours plus nombreux collectionneurs, musicologues, compositeurs et interprètes se sont intéressés à la redécouverte de ce répertoire, même si l’idée de l’interprétation historiquement éclairée n’est entrée dans cette dynamique que plus tard. Voir Haskell (Harry), «  Early Music  », Grove Music Online, url : https://doi.org/10.1093/gmo/9781561592630.article.46003, consulté le 1er octobre 2020.

35 Bach (Johann-Sebastian), Bach-Gesellschaft-Ausgabe, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1856-1898.

36 Händel (Georg Friedrich), Instrumental-Werke für Orgel, Orchester, Kammer-Instrumente und Klavier, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1858-1902.

37 Voir plus de détails dans le paragraphe concernant les dédicaces dans la section «  Approches des interventions matérielles sur les partitions  » de cet article.

38 Ysaÿe (Eugène), Exercices et Gammes  : travail journalier, édition présentée et commentée par Joseph Szigeti, Bruxelles, Schott frères, 1967.

39 Bach (Johann-Sebastian), «  Sonaten und Partiten für Violine solo (bwv 1001-1006)  », Bach-Gesellschaft-Ausgabe, op. cit. vol. 27.

40 Stockhem (Michel), Eugène Ysaÿe et la Musique de chambre, Liège, Éditions Pierre Mardaga, 1990, p. 153-216.

41 Ibid.

42 Cornaz (Marie), À la redécouverte d’Eugène Ysaÿe, op. cit., p. 92-96.

43 Ibid., p. 206-211.

44 Eugène Ysaÿe a enregistré 14 courtes œuvres, accompagné par le pianiste Camille Decreus, en décembre 1912 et en janvier 1913 dans le studio du label discographique américain Columbia. Ces enregistrements ont été réalisés selon la technique encore assez rudimentaire de la gravure acoustique directe alors que le maître n’était plus au mieux de sa forme violonistique, les œuvres choisies n’étant pas non plus parfaitement représentatives de son répertoire de concert. Dès lors, les analyses de ces sources sonores n’étant pas aisées, l’étude des traces annotées de la bibliothèque est d’autant plus pertinente dans la recherche sur les gestes violonistiques d’Ysaÿe. Les informations tirées de ces deux types de sources peuvent être confrontées et se compléter afin d’arriver à des conclusions plus claires.

45 Nardini (Pietro), Sonata in G-dur, für Violine & Klavier, arrangement d’Alfred Moffat, Mainz, Bernhard Schott’s Söhne, 1909, kbr, Mus. 574C.

46 Veracini (Antonio), Sonata a tre pour deux violons, violoncelle et orgue op. 1, arrangement de Gustav Jensen, London, Augener, s. d., kbr, Mus. 899C.

47 Reuchsel (Maurice), Suite italienne pour violon et orchestre ou piano  : édition pour violon et piano, Paris, J. Hamelle, [1911], kbr, Mus. 636C.

48 La dédicace  : «  Au Maître E. Ysaye, / Témoignage de respectueuse admiration. / L’auteur / Maurice Reuchsel / janvier 1911  ».

49 Fauré (Gabriel), Caligula  : op. 52. Drame d’Alexandre Dumas, Paris, J. Hamelle, [ca.1888]  ; Liszt (Franz), Faust Symphonie, Leipzig, Schuberth & Co., [ca.1866]. Les deux partitions sont conservées au Studio Eugène Ysaÿe (Grand Curtius, Liège).

50 Brusselmans (Michel), Sonate en si mineur pour violon et piano, Paris, Maurice Senart, 1921, kbr, Mus. 289C.

51 Eugène Ysaÿe possédait une seconde résidence dans le village de Godinne, en bord de Meuse. Il y invitait régulièrement ses amis et ses élèves.

52 Vreuls (Victor), Quatuor pour 2 violons, alto et violoncelle, Bruxelles, L’Art Belge, [ca.1918], kbr, Mus. 941C.

53 Uribe Holguín (Guillermo), Sonate pour violon et piano, Paris, O. Bauwens van der Boijen & Cie, 1910, kbr, Mus. 754C.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Les partitions imprimées de la bibliothèque d’Ysaÿe organisées par époque.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/4209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 2 Les partitions imprimées de la bibliothèque d’Ysaÿe en fonction de la formation instrumentale ou vocale à laquelle le répertoire est destiné
Légende (ce graphique est organisé selon le nombre croissant de musiciens).
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/4209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joanna Staruch-Smolec, « Une première approche de la bibliothèque musicale d’Eugène Ysaÿe »Textyles, 61 | 2021, 73-89.

Référence électronique

Joanna Staruch-Smolec, « Une première approche de la bibliothèque musicale d’Eugène Ysaÿe »Textyles [En ligne], 61 | 2021, mis en ligne le 30 juillet 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4209 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4209

Haut de page

Auteur

Joanna Staruch-Smolec

Université libre de Bruxelles

Conservatoire royal de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search