Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61ChroniquesLa chronique des Archives et Musé...Le Fonds Marcel et Gabriel Piquer...

Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds Marcel et Gabriel Piqueray et la Collection Luc Rémy

Cécile Haekens
p. 141-146

Texte intégral

  • 1 Aux références de ML 02806 à 02814, ML 05134, ML 05136, de ML 05140 à 05145, et ML 05741.
  • 2 Aux références de ML 12388 à 12456.
  • 3 L’ensemble des archives constituant cette Collection est répertorié aux références de ML 12463 à (...)
  • 4 Les archives Piqueray conservées au sein du Fonds (ISAD 00190) et de la Collection (ISAD 00265) (...)

1Confiées aux aml, du début des années 1970 jusqu’à la fin de la décennie 1980, les archives constituant le Fonds Marcel et Gabriel Piqueray (1920-1997/1992) sont à présent intégralement inventoriées et encodées dans la base de données des aml. Les archives recensées aux fichiers papiers1 ont été rétrocataloguées et les derniers arrivages ont fait l’objet d’un classement et d’un encodage2. D’autres archives des frères Piqueray conservées au sein de la Collection Luc Rémy3, acquise par les aml en 2016 et 2017, viennent enrichir cet ensemble4. On découvre par ailleurs au sein de cette collection un second ensemble intéressant, ayant trait, plus particulièrement, aux œuvres de Raymond Ceuppens.

Les Archives des Piqueray Brothers au sein du Fonds et de la Collection

  • 5 Yves Frémion, «  Des guerres Piqueraycholines  », dans Jam Session, Liège, Atelier de l’Agneau, (...)
  • 6 À propos des Brothers et de leur poésie, Philippe Dewolf mentionne «  gens de l’oreille  » ou en (...)
  • 7 Lettre adressée à Luc Rémy (ML 12667/0019).

2Passionnés de jazz et maîtres dans le maniement ludique du langage, les frères Piqueray composent une poésie qui swingue5, une poésie de l’oreille6 pouvant animer les zygomatiques du lecteur ou de l’auditeur. Elle aborde, entre autres, les réalités banales du quotidien nées du vécu ou de l’observation. Comme l’écrit Gabriel «  […] la “poésie” doit tremper dans le réel, quitte à “y aller voir” de plus près, avant que d’“écrire7”  ». Contemporains du surréalisme et de l’Oulipo, descendants du dadaïsme, les frères Piqueray se disent pourtant sans affiliation à un mouvement ou à une académie littéraire. Ils ne se considèrent pas comme des gens de lettres  ; d’ailleurs, ils écrivent peu. Marcel a travaillé au Ministère des Affaires économiques puis à celui de la Justice et Gabriel, aux Cokeries du Marly, comme chimiste. Ils composent leurs textes, tantôt l’un complétant le texte de l’autre, tantôt seul, et les publient sous la signature «  Marcel et Gabriel Piqueray  », excepté quelques textes et recueils signés seuls.

  • 8 ML 02806 et ML 12478.
  • 9 ML 02807, ML 05140/0001, ML 12479 et ML 12480.

3Fin des années 1930, les frères composent leurs premiers textes poétiques, Souvenirs du temps présents8et Scorbuts9, restés inédits. Leurs premiers textes publiés paraissent dans la revue La Canne Blanche, dont on peut consulter les n°  16, 18 et 19 à la référence MLR 06649. Le manuscrit du texte «  L’aveugle  : poème en prose  » (ML 12489/0005) paraît dans le n°  18.

  • 10 ML 05136/0001 à /0007, /0009 et /0010.
  • 11 Le manuscrit de la préface est conservé à la référence ML 12656.
  • 12 Manuscrits issus du dernier arrivage. À noter la présence, dans le Fonds Piqueray, de coupures d (...)

4En 1941, les Éditions de la Nouvelle Revue Belgique publient leur premier recueil Au-delà des gestes dont on peut consulter les manuscrits sous diverses versions, un jeu d’épreuves d’imprimerie, le contrat d’édition et des notes de mise en page10. Cet ouvrage connaît deux rééditions augmentées, une en 1980, aux Éditions Phantomas, et une en 1993, aux Éditions Labor, préfacée par Luc Rémy11. On peut aussi consulter les manuscrits de Poudres lourdes (ML 12481) publié en 1946 dans la collection l’Âge d’Or, de poèmes de la plaquette Die Damen (ML 1245412) publiée en 1975 dans la collection des Poquettes volantes du Daily Bul, et celui de Cinquantenaire Park (ML 12482) publié en 1986 également au Daily Bul.

5On retrouve également les manuscrits nés de la collaboration entre les frères Piqueray et Paul Colinet, rencontré par l’intermédiaire de Marcel Lecomte  ; celui du trio Marcel et Gabriel Piqueray et Paul Colinet, La Cantate (ML 12463)  ; celui du duo Gabriel Piqueray et Paul Colinet, Marathon (ML 12469/0001), resté inédit  ; ceux du duo Marcel Piqueray et Paul Colinet, à savoir, La Bonne Semence (ML 12464/0001 à /0003), La Maison de Vénose (ML 12465/0001 à /0003) et Crognamire (ML 12466/0001 et /0002), tous trois publiés avec la collaboration artistique du neveu de Colinet, Robert Willems, sans oublier Plastron pour les Galeries Saint-Hubert (ML 05134/0155) et Le Délégué de la Guadeloupe (ML 05741/0010, ML 12467/0001 et /0002).

  • 13 Il est intéressant de souligner la présence de quelques bribes de témoignages contemporains de l (...)

6Un ensemble d’archives de Paul Colinet mérite également l’attention, notamment la correspondance qu’il a reçue des deux frères13, mais aussi ses manuscrits, quelques dessins, la correspondance qui lui est adressée, et des coupures de presse.

  • 14 ML 12485.

7Les Brothers collaborent à de nombreuses revues telles qu’Aménophis, Art en marge, Le Ciel bleu, Cirque Divers, Mensuel 25, La Nef, Revue et Corrigée… On retrouve, dans leurs archives, des manuscrits, originaux ou photocopiés, certains avec corrections, de textes publiés dans ces revues. Membres du groupe poétique «  7 Types en or  », les compères prennent part à la revue Phantomas, depuis 1954, en tant que collaborateurs et, de 1960 à 1980, en tant que codirecteurs aux côtés de Joseph Noiret et Théodore Koenig. La correspondance de ce dernier (ML 12390/0001 à /0053), adressée principalement à Marcel, est particulièrement intéressante car y transparaissent son énergie et son volontarisme dans les projets d’anthologies et d’expositions. On peut consulter, entre autres, le manuscrit et l’épreuve d’imprimerie de White Canetons des Brothers publié dans le n°  89 de la revue. De même, les manuscrits de «  Donner à faire  », composés de trois textes destinés, semblait-il, à constituer le recueil n°  314 et publiés in fine dans le n°  78-82, et celui de «  Marcel Broodthaers  » publié dans le n°  146-151. Notons, par ailleurs, la présence, de manuscrits, coupures de presse et brochures autour des Types en Or.

  • 15 Gabriel mentionne cette dédicace dans sa lettre ML 12667/0065.

8Signalons, aussi, la présence, dans la Collection, de manuscrits inédits dont quelques-uns ont été publiés dans Jam Session, et de plusieurs dédicaces à des personnalités, parmi lesquelles Luc Rémy, dédicataire des textes «  L’Amoureux  » (ML 12491), «  Couvre-feu  » (ML 1249715) et «  Prairie d’été  » (ML 12615).

  • 16 Les aml conservent également le Fonds François Jacqmin et le Fonds Théodore Koenig – Phantomas ( (...)
  • 17 Dans certains de ses courriers, Louis Scutenaire surnomme les Piqueray ses «  chers neveux  » et (...)

9Les archives du dernier arrivage du Fonds sont constituées majoritairement de correspondance avec plus de 850 courriers adressés principalement à Marcel Piqueray, mais parfois à Gabriel ou aux deux frères. Les 5 autres Types en Or16 sont également présents  : Paul Bourgoignie, François Jacqmin, Théodore Koenig, Joseph Noiret et Pierre Puttemans. La Collection Rémy vient enrichir cette abondante correspondance. Parmi les expéditeurs, notons la présence de nombreuses personnalités littéraires et artistiques telles que Pierre Alechinsky, Frédéric Baal, Jacqueline et André Balthazar, Alain Borer, Christine et Gilles Brenta, William Cliff, Paul Colinet, Serge Creuz, Sergio Dangelo, Alain Delaunois, Camille De Taeye, Marie-Hélène Dhénin et Alain Frontier (Tartalacrème), Jacques Duez, Paul Franck, Marie-Claire Gouat et Jean-Michel Pochet (Aménophis), Tom Gutt, Roger Kerger, Paul Kervan, Edmond Kinds, Étienne Lecomte, Boris Lehman, René Magritte, Marcel Marien, André Miguel, Gérard Preszow (Revue et Corrigée), Luc Rémy, Louis Scutenaire17, Serge Vandercam, Françoise Favretto et Robert Varlez (Mensuel 25), Robert Willems. Sans parler des courriers, parfois très abondants, de (jeunes) femmes de tous les horizons…

  • 18 ML 12667/0039.
  • 19 ML 12667/0006.

10Mentionnons les traces de collaborations poético-picturales avec les artistes Serge Vandercam pour Cinquantenaire Park, Pol Bury pour Vins puis Faons pour les Anzacs, Pierre Alechinsky pour Monument Tobacco, et Camille De Taeye pour Marais d’étoiles. Et attirons l’attention sur les courriers des deux frères à Luc Rémy, entre les années 1980 et 1994. Le croisement de ces échanges permet d’entrevoir la relation, parfois tendue, entre les Brothers concernant les prises de décisions ayant trait à leur activité poétique, Luc Rémy assurant le rôle de passeur de messages, voire de médiateur. Il y est question d’écriture, de collaboration et de la réédition du recueil Au-delà des gestes et autres textes. L’abondante correspondance de Gabriel à Luc Rémy, composée de près de 170 lettres et cartes dont certaines aux illustrations coquines et humoristiques, est fort intéressante pour son contenu mais aussi pour l’écriture particulière de Gabriel qui flirte, parfois, avec les mots  : «  […] si la si saine aux seins crus, Régine, veut m’écrire, elle le fait à ses aises, sans souffrir seulement soit son souci silencieux sous ses cils  ; sans cesse sautant de joie, comme ses seins saints et saufs18  ». Les sujets vont de sa passion pour le jazz à son aversion pour le religieux, en passant par l’écriture poétique et par un manque d’intérêt pour les mondanités au motif que «  la poésie est ailleurs19  ».

11Relevons encore, au passage, quelques imprimés et extraits de presse, originaux ou photocopiés, du poème «  Clitarabelles  » sur la pochette d’un vinyle (ML 05142), d’exemplaires d’artiste de Terrae novae avec une gravure de Romain Delcol sur un poème des frères, de documents administratifs et de manuscrits d’auteurs divers. Enfin, des portraits des Piqueray, certains photographiés par Luc Rémy, et d’autres photographies comme celles de Marcel en voyage en Espagne, viennent compléter iconographiquement l’ensemble des archives décrites.

Raymond Ceuppens  : «  Les choses étant ce qu’elles sont20.  »

  • 20 Raymond Ceuppens débute souvent ses lettres par ces mots.
  • 21 Notons la présence de portraits des écrivains René Verboom, Constant Malva et Thomas Owen pris p (...)
  • 22 Voir aussi la note manuscrite «  Raymond Ceuppens  : conversation à propos d’un cinéma libre et (...)

12Autre personnalité, autre univers, celui de Raymond Ceuppens (1936-2002). Né à Etterbeek, au sein d’une famille de commerçants et d’artisans, Raymond a suivi une formation à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et passé son service militaire à la Force Navale de Belgique. Il a travaillé auprès de son oncle, le photographe Maurice Broeckaert, comme en témoigne un dossier de presse conservé dans un album21 contenant également des photographies du tournage du film de Ceuppens, Essai sur l’atmosphère photographique de Maurice Broeckaert. La fille qui mange la pomme (1967)22.

  • 23 Brochure conçue à l’occasion de la rétrospective Raymond Ceuppens (ML 12671).

13Photographe de presse, journaliste, réalisateur, auteur, marin, peintre, sculpteur, ouvrier en usine, ou encore ouvrier sur des chantiers navals sont autant de casquettes portées par cet amoureux des eaux belges, en lutte contre la pauvreté et se voulant indépendant comme en témoignent, dans la Gazet Raymond23, les personnalités l’ayant côtoyé. Défenseur du quartier des Marolles, il fonde, en 1974, Le Marollien rénové dont près de 20 numéros viennent enrichir la collection présente aux aml (MLR 05906). Il publie peu mais rappelons qu’il a été récipiendaire du Prix Rossel en 1982 avec L’Été pourri.

14Au sein des archives, pas de manuscrits majeurs, seulement des notes autographes sur le théâtre et l’utilisation de matériaux de récupération, auxquelles s’ajoutent quelques brochures, et coupures de presse, notamment le texte «  La Galette  » de Ceuppens extrait du journal Le Monde. Toutefois, ce qui attire l’œil, ce sont ses œuvres d’art. On peut observer des linogravures, numérotées et signées, ainsi que de nombreuses aquarelles, la plupart datées et signées, certaines rehaussées au bic. Y apparaissent des paysages et sujets divers tels que des docks, des églises, l’atmosphère du quartier Matongé ainsi que des portraits, notamment de Betsy, sa compagne, et de Luc Rémy. À cela s’ajoutent quelques dessins dont deux Leporello et un puzzle recto-verso. Dans ses courriers, Ceuppens fait part à Luc Remy de ses projets d’expositions et de ses sculptures sur panneaux, aux thématiques religieuses, qu’il commente à l’aide de schémas.

15Parmi les photographies et négatifs, on découvre des portraits de Raymond Ceuppens, dont deux pris par Luc Rémy et publiés dans la réédition d’À bord de la Magda. On entrevoit l’intérieur de ses appartements et celui de son atelier où se déroulent des scènes du quotidien, avec par exemple, Raymond Ceuppens épluchant des pommes de terre en compagnie de Luc Rémy. Quelques-unes de ses peintures et sculptures sont également fixées par l’objectif ainsi que le Corsica, bateau sur lequel Raymond a sillonné la Belgique, à travers ses canaux, pour effectuer des reportages commandés par La Libre Belgique.

Les archives de Luc Rémy24

  • 24 La Bibliothèque personnelle de Luc Rémy est conservée au Centre Daily-Bul & Co, à La Louvière.

16Régisseur de théâtre, de plateau, de son et lumière, notamment, au Centre Culturel d’Uccle, preneur de son sur les tournages de Boris Lehman, cinéaste, écrivain, auteur de création radiophonique, membre de la «  cellule mayaque  » et amateur de poésie, de musique et de cinéma, Luc Remy n’a pas seulement gardé trace de ses contacts avec les frères Piqueray et Raymond Ceuppens. Ses archives personnelles comptent aussi des courriers reçus de Guy Dotremont, Tom Gutt et Claudine Jamagne, Jean Hick, Mireille Moreau ou Marcel Salinas. On retiendra particulièrement les lettres de François Jacqmin et de Théodore Koenig à propos, notamment, de son projet Portraits-Vidéo des 7 Types en Or.

17Finissons en beauté en soulignant la présence d’œuvres d’art originales  : deux dessins portraiturant Marcel Piqueray – l’un de Paul Colinet, l’autre d’Armand Permantier –, des dessins de Robert Willems, d’autres au crayon de Paul Colinet, une lithographie d’André Stas, une eau-forte de Gabriel Belgeonne ainsi que quelques œuvres, dont les artistes restent à identifier.

Haut de page

Notes

1 Aux références de ML 02806 à 02814, ML 05134, ML 05136, de ML 05140 à 05145, et ML 05741.

2 Aux références de ML 12388 à 12456.

3 L’ensemble des archives constituant cette Collection est répertorié aux références de ML 12463 à 12499 et de ML 12601 à 12687. Notons que Gabriel Piqueray a fait part à Luc Rémy de son souhait de «  planquer les souvenirs et livres à La Royale  » (ML 12667/0016).

4 Les archives Piqueray conservées au sein du Fonds (ISAD 00190) et de la Collection (ISAD 00265) sont décrites conjointement dans cet article, avec un accent particulier sur les derniers arrivages.

5 Yves Frémion, «  Des guerres Piqueraycholines  », dans Jam Session, Liège, Atelier de l’Agneau, 2003, p. 152.

6 À propos des Brothers et de leur poésie, Philippe Dewolf mentionne «  gens de l’oreille  » ou encore « […] une poésie d’écoute qui appelle, suscite l’oreille  », dans sa lecture de Au-delà des gestes et autres textes (Labor, 1993, respectivement aux p. 195 et 212).

7 Lettre adressée à Luc Rémy (ML 12667/0019).

8 ML 02806 et ML 12478.

9 ML 02807, ML 05140/0001, ML 12479 et ML 12480.

10 ML 05136/0001 à /0007, /0009 et /0010.

11 Le manuscrit de la préface est conservé à la référence ML 12656.

12 Manuscrits issus du dernier arrivage. À noter la présence, dans le Fonds Piqueray, de coupures de presse dont quelques-unes annotées «  D. D.  » ou «  Dans le cadre de “D. D.” à toutes fins…  » (ML 12424/0001-0012) ainsi que le n°  1 (1973) du Cahier du Grif concernant la femme dans la société civile et littéraire et le féminisme (MLR 03135).

13 Il est intéressant de souligner la présence de quelques bribes de témoignages contemporains de la Seconde Guerre mondiale au sein de cette correspondance. Il y est aussi question de projets de collaborations ainsi que de la revue Vendredi. Voir aussi le Fonds Paul Colinet qui est conservé aux aml.

14 ML 12485.

15 Gabriel mentionne cette dédicace dans sa lettre ML 12667/0065.

16 Les aml conservent également le Fonds François Jacqmin et le Fonds Théodore Koenig – Phantomas (en cours de traitement).

17 Dans certains de ses courriers, Louis Scutenaire surnomme les Piqueray ses «  chers neveux  » et signe «  L’Oncle Scut  ».

18 ML 12667/0039.

19 ML 12667/0006.

20 Raymond Ceuppens débute souvent ses lettres par ces mots.

21 Notons la présence de portraits des écrivains René Verboom, Constant Malva et Thomas Owen pris par Maurice Broeckaert (ML 12666).

22 Voir aussi la note manuscrite «  Raymond Ceuppens  : conversation à propos d’un cinéma libre et accidentel  » (ML 12681) de Luc Rémy qui retrace brièvement le parcours filmique de Raymond Ceuppens.

23 Brochure conçue à l’occasion de la rétrospective Raymond Ceuppens (ML 12671).

24 La Bibliothèque personnelle de Luc Rémy est conservée au Centre Daily-Bul & Co, à La Louvière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Haekens, « Le Fonds Marcel et Gabriel Piqueray et la Collection Luc Rémy »Textyles, 61 | 2021, 141-146.

Référence électronique

Cécile Haekens, « Le Fonds Marcel et Gabriel Piqueray et la Collection Luc Rémy »Textyles [En ligne], 61 | 2021, mis en ligne le 30 juillet 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/textyles/4238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.4238

Haut de page

Auteur

Cécile Haekens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search