Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62François EmmanuelFrançois Emmanuel

François Emmanuel

François Emmanuel

Un écrivain sur la terre
Laurence Boudart et Christophe Meurée
p. 7-12

Texte intégral

  • 1 Emmanuel (François), Sept chants d’Avenisao, Noville-sur-Mehaigne, Esperluète, 2010, p. 22.

[…] et la terre qui se craquelait laissait voir
en dessous une eau diamantine […]1

1Né en 1952 à Fleurus, dans une famille de cinq enfants, François Emmanuel s’intéresse depuis toujours à l’écriture. C’est pendant ses études de médecine à l’Université de Louvain, qui seront suivies d’une spécialisation en psychiatrie, qu’il s’initie au théâtre, en jouant et en écrivant plusieurs pièces, notamment en compagnie de son frère Bernard Tirtiaux. L’année académique 1979-1980 constitue un moment décisif dans ce parcours initial. Alors qu’il a mis l’université entre parenthèses pour rejoindre le Teatr Laboratorium de Jerzy Grotowski à Wrocław en Pologne, il abandonne l’écriture dramatique au profit d’une œuvre romanesque qui sera toujours travaillée par la question de la voix et du corps.

2Il publie en 1985 un recueil de poèmes (Femmes prodiges) sous son nom complet (François Emmanuel Tirtiaux). L’exercice se révèle complexe et il faudra attendre 1989 pour que soit publié son premier texte romanesque, Retour à Satyah, qui plonge le lecteur au cœur de la mémoire et de la folie des hommes. Il sera suivi, trois ans plus tard, du recueil de nouvelles Grain de peau, ainsi que de La Nuit d’obsidienne, roman dont il avait entamé la rédaction quelque dix ans plus tôt et qui lui vaudra le Prix triennal de la ville de Tournai en 1993. En 1994, le roman La Partie d’échecs indiens entraîne le lecteur dans une course-poursuite aux quatre coins du globe, sur fond de quête identitaire. Viennent s’ajouter à cette liste initiale plusieurs textes, qui consolident la position de l’écrivain dans le champ littéraire belge et français, tout autant qu’ils donnent le la d’un style reconnaissable entre mille  : celui de l’envoûtement poétique et de la musicalité. La Leçon de chant (1996), La Passion Savinsen (1998, Prix Rossel), le puissant récit de La Question humaine (2000, adapté au cinéma en 2007), La Chambre voisine (2001) sont autant de titres qui ressortissent à ce que l’auteur dénomme ses «  livres d’hiver  », marqués par une sorte de gravité, voire de tragique, contrastant avec la série des «  livres d’été  », plus légers et primesautiers, à laquelle il convient d’associer l’un de ses grands succès, Le Tueur mélancolique (1995).

3En 2001, il publie le roman La Chambre voisine, ainsi que Portement de ma mère, peut-être son recueil de poésie le plus significatif. En 2003 paraît Le Sentiment du fleuve et l’année suivante, L’Invitation au voyage et Le Vent dans la maison, autour du motif de la folie, cher à l’écrivain. Viennent ensuite Bleu de fuite (2005) et Regarde la vague (2007), qui sondent les complexités des passions humaines, puis L’Enlacement (2008) et Jours de Tremblement (2010). À cette riche énumération romanesque, il convient d’ajouter des textes plus brefs, proches de la poésie mais empreints d’une dimension narrative, tels que Là-bas (2006) et Sept chants d’Avenisao (2010).

4François Emmanuel obtient de nouvelles consécrations au cours de cette décennie, en provenance de ses pairs et du monde académique. Ainsi entre-t-il à l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique en 2003, tandis que la Chaire de poétique de l’Université catholique de Louvain l’accueille, en 2007, pour une série de quatre conférences, regroupées sous le titre Les Voix et les ombres. Sorti cette même année, le roman Regarde la vague lui vaudra le Prix triennal du roman de la Communauté française de Belgique en 2009.

5La décade suivante n’est pas moins productive. Le Seuil, qui a publié la plupart des romans et récits de François Emmanuel depuis 2007, fait paraître Cheyenn (2011), récit intense de l’exploration des marges. Lui succèdent plusieurs textes hantés par la mort, comme le trio de nouvelles intitulé Les Murmurantes (2013) ou le roman Le Sommeil de Grâce (2015), suite de la saga de la famille Fougeray qui était apparue pour la première fois dans Regarde la vague. La «  rêverie  » intitulée Avant le passage, long poème en prose publié chez Actes Sud en 2013, raconte les derniers moments d’un père mourant, rendant un écho fictionnel à Portement de ma mère. Emmanuel n’a cependant pas délaissé la veine légère des «  livres d’été  », qui s’éploie avec les micro-récits virtuoses des 33 chambres d’amour (2016). On retrouve néanmoins encore le thème de la mort au cœur du roman Ana et les ombres, sorti en 2018, situé aux confins du réel et de l’onirique. Les récents Petit frère (2021) et Raconter la nuit (2022) viennent clore provisoirement ce riche catalogue, dont le fil rouge est sans doute à chercher du côté des parcours de vie sinueux, passionnés et énigmatiques de personnages en quête d’identité tout autant que de vérité.

6Dès 2007, François Emmanuel revient à ses premières amours, délaissées depuis le début des années 1980, en publiant la pièce intitulée Partie de chasse. Depuis lors, les spectacles se sont multipliés. Contribution à la théorie générale et Joyo ne chante plus sont tous deux joués au Théâtre Poème (Bruxelles) en 2014. En 2016, la même scène bruxelloise accueille son texte Les Consolantes, qui aurait dû être suivi au Théâtre Varia (Bruxelles) en 2020 par Dressing Room, reporté à 2022 en raison de la crise sanitaire. Ce dernier texte est publié en même temps que Les Trains dans la plaine, chez Lansman (2022).

  • 2 Jacques De Decker, «  De si touchants extrêmes  », dans Cahiers du Poème 2, n°  5, «  François Em (...)

7«  François Emmanuel pousse l’art où il s’engage dans ses derniers retranchements  », écrivait Jacques De Decker2. Roman, nouvelles, théâtre ou poésie, chaque genre est investi avec la même conscience rigoureuse, pour le porter au plus loin de ce que ses formes permettent de révéler, tout en laissant planer une aura de non-dit ou de mystère. S’il veille à s’approcher au plus près de ce qui reste d’ordinaire insu, François Emmanuel ne se vante pas d’être traversé par un quelconque génie  : l’écriture relève chez lui d’un travail acharné et minutieux, d’un cheminement qui est aussi celui que suivent ses personnages.

  • 3 Emmanuel (François), Ana et les ombres, Arles, Actes Sud, 2018, p. 94.

Le récit arriva ainsi, un premier récit du moins, ébauché, tâtonnant, avec des formulations compliquées ou vagues, une histoire qui n’était pas vraiment une histoire, au sens où les événements d’une histoire se suivent, ou s’enchaînent, mais plutôt, à ce que je comprenais, une succession de secousses autour d’un tout premier effondrement, un choc, la sensation d’avoir été expulsée de soi puis d’avoir mis un temps infini à se retrouver3.

8La littérature, chez François Emmanuel, comporte toujours une part d’engagement, mais un engagement en humanité, à la fois humble et secret. Ainsi le confie-t-il dans l’un des deux inédits que comporte cette livraison de Textyles  : «  les écrivains […] multiplient les angles de vue, remuent la mémoire, entrouvrent les focales, fouinent dans les recoins obscurs, traquent des vérités intimes, renomment ce qui n’est pas nommé, dévisagent ceux dont la face est barrée  ». Chaque texte de François Emmanuel donne voix à ceux qui ne parviennent plus à se faire entendre, à ceux qui ont perdu l’habitude de parler. Le personnage emmanuélien est reconnaissable entre tous et en même temps construit comme une singularité pure. Même dans les romans empreints de légèreté, il paraît toujours porter en soi une charge tragique, une forme d’inadéquation au monde avec laquelle il se doit de vivre  :

  • 4 Le Monde de François Emmanuel, Bruxelles, AML éditions – Ker, coll. Archives du futur, 2022, p. 3 (...)

La beauté tragique d’un être, son héroïsme secret, tient au combat solitaire qu’il mène pour faire entendre sa voix, à nulle autre pareille. Et ce qui authentifie sa voix […], sa singularité, c’est la somme des épreuves traversées, là où donc la voix s’est brisée, là où elle ne cesse de se briser4.

  • 5 Emmanuel (François), Les Voix et les ombres, Morlanwelz, coll. Chaire de poétique, Lansman, 2008, (...)
  • 6 Emmanuel (François), La Question humaine, Paris, Stock, 2000, p. 104-105, passim.

9Celui pour qui le travail romanesque représente «  un territoire intime et pourtant étranger, un lieu qui [l’]attire mais à l’orée duquel [il] ne sai[t] rien5  », aime, comme le narrateur de La Question humaine, se tenir «  aux marges du monde  », ce qui toujours représente un «  acte de résistance intime6  » à l’horreur que côtoie l’homme.

  • 7 Le Monde de François Emmanuel, Bruxelles, AML éditions – Ker, coll. Archives du futur, 2022, p. 3 (...)

10Cette résistance, c’est dans le travail de la langue qu’elle s’opère  : le style de François Emmanuel se distingue par un va-et-vient entre le souffle long de la litanie et les heurts d’un langage qui avance toujours à tâtons. Chaque texte de l’écrivain donne lieu à un travail singulier de la langue, cette matière au moyen de laquelle les hommes entrent en contact entre eux et avec le monde. «  Si j’étais peintre je serais sans doute un peintre de la matière  », déclarait-il récemment7. François Emmanuel est bien un écrivain sur la terre, cette terre qu’il aime travailler autant qu’il aime la parcourir en tous sens. Son œuvre est comme lui, tendue entre la force d’inertie de la sédentarité et l’appel irrésistible du voyage. À l’instar d’une divinité mythique, à la fois chtonienne et angélique – de celles qu’Emmanuel aime à faire planer sur certains textes –, l’écrivain s’enracine profondément dans l’espace habité du globe terrestre pour laisser à son imagination le plaisir de voguer dans les sphères célestes et exercer son pouvoir de démiurge.

11Cette œuvre vaste, intensément diversifiée et pourtant profondément cohérente, suscite depuis plus de trente ans l’engouement du grand public autant que l’admiration des spécialistes. Depuis une quinzaine d’années d’ailleurs, les travaux scientifiques sur les textes de François Emmanuel se multiplient  ; cette livraison de Textyles constitue ainsi le premier numéro de revue qui leur soit intégralement consacré. Afin de faire droit au parcours littéraire de l’écrivain, les contributions qui forment ce numéro se déploient selon l’ordre chronologique de parution des livres dans lesquels elles plongent. Les deux premiers articles, ainsi que le premier des deux inédits de François Emmanuel, explorent ainsi des textes qui ont été publiés jusqu’en 2001, alors que les articles qui suivent se penchent sur la production propre au XXIe siècle ou font résonner l’ensemble de l’œuvre de l’auteur de La Question humaine.

12L’article de Laurent Bozard revient sur l’un des «  livres d’été  » parmi les plus populaires de l’écrivain, Le Tueur mélancolique (1995). En le confrontant à la typologie classique du roman policier, l’auteur met en évidence la présence d’éléments qui contribuent à donner à ce texte, en définitive, des allures d’anti-roman policier, constellé de touches humoristiques.

13Émilie Belsack interroge quant à elle l’espace de la maison à travers les deux romans qui encadrent le passage à l’an 2000, La Passion Savinsen (1998) et La Chambre voisine (2001). Habiter et hériter s’avèrent deux actions aussi intriquées que problématiques pour le personnage emmanuélien qui, dans sa quête identitaire, se heurte au poids aliénant de la famille.

14À travers son analyse de L’Enlacement (2008) et du célèbre tableau d’Egon Schiele autour duquel se construit le récit d’Emmanuel, Véronique Jago-Antoine parvient à mettre au jour un dispositif figural qui ramène sans cesse les personnages, comme le lecteur, à l’expérience de l’éblouissement et au vertige qu’elle suscite.

15De son côté, Pierre Halen explore la réception de Jours de tremblement (2010), afin d’analyser tant les aspects formels, voire esthétiques, que le fond sociopolitique de cet inspirant roman, dont l’action se déroule dans une Afrique imaginaire, charnelle et envoûtante.

16La contribution de Vincent Tasselli propose un rapprochement inédit entre le recueil poétique Sept chants d’Avenisao (2010) de François Emmanuel et Les Sept Sermons aux morts de Carl Gustav Jung, à la recherche d’un affleurement d’images fondatrices que ces deux proses mystiques et poétiques semblent avoir en partage.

17Au départ de «  La botaniste  », issue des 33 chambres d’amour (2016), Marinella Termite met en lumière la grande proximité entre botanique et littérature à l’époque contemporaine. Au pouvoir de la littérature correspond en effet le pouvoir des évocations végétales qui parsèment la nouvelle, mais également L’Enlacement, ainsi que le texte des Valets de nuit de Corinne Hoex qui fait pendant au micro-récit d’Emmanuel.

18Christophe Meurée parcourt l’ensemble de l’œuvre de François Emmanuel afin d’y pister les traces de lectures effectuées par l’écrivain. Celles-ci se manifestent de deux manières  : l’usage récurrent de la citation en épigraphe et la subtile référence intertextuelle qui nourrit le ton de chaque livre.

  • 8 Dans Liseron, n°  47, 2015, p. 14-26.

19Deux textes inédits viennent compléter le numéro. Le premier, intitulé «  Le héros, l’ennemi, le traître  », issu d’une conférence prononcée au Québec dans la foulée de la parution de La Question humaine, vient apporter un éclairage de biais sur ce dernier texte, jouant de l’arasement de qualificatifs toujours inappropriés, s’agissant de l’humain. Le second est une nouvelle initialement parue sous le titre «  La voix perdue de Maria Gavinha8  », que l’écrivain a entièrement retravaillée et augmentée pour ce numéro de Textyles.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel (François), Sept chants d’Avenisao, Noville-sur-Mehaigne, Esperluète, 2010, p. 22.

2 Jacques De Decker, «  De si touchants extrêmes  », dans Cahiers du Poème 2, n°  5, «  François Emmanuel en double  », janvier 2014, p. 15.

3 Emmanuel (François), Ana et les ombres, Arles, Actes Sud, 2018, p. 94.

4 Le Monde de François Emmanuel, Bruxelles, AML éditions – Ker, coll. Archives du futur, 2022, p. 37.

5 Emmanuel (François), Les Voix et les ombres, Morlanwelz, coll. Chaire de poétique, Lansman, 2008, p. 10.

6 Emmanuel (François), La Question humaine, Paris, Stock, 2000, p. 104-105, passim.

7 Le Monde de François Emmanuel, Bruxelles, AML éditions – Ker, coll. Archives du futur, 2022, p. 357.

8 Dans Liseron, n°  47, 2015, p. 14-26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Boudart et Christophe Meurée, « François Emmanuel »Textyles, 62 | 2022, 7-12.

Référence électronique

Laurence Boudart et Christophe Meurée, « François Emmanuel »Textyles [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/textyles/5589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.5589

Haut de page

Auteurs

Laurence Boudart

Archives & Musée de la Littérature

Articles du même auteur

Christophe Meurée

Archives & Musée de la Littérature

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search