Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62François EmmanuelMaisons inhabitables et héritages...

François Emmanuel

Maisons inhabitables et héritages aliénants

Analyse de La Passion Savinsen et de La Chambre voisine
Émilie Belsack
p. 29-42

Résumés

Le présent article étudie deux romans de François Emmanuel – La Passion Savinsen et La Chambre voisine – à partir de leur dispositif spatial commun, celui de la maison familiale qui se fait le théâtre d’une transmission intergénérationnelle aliénante. Notre objectif est d’interroger conjointement deux gestes, celui d’habiter et celui d’hériter, qui se déploient de manière problématique au sein de cet espace littéraire. En effet, les protagonistes de ces romans sont condamnés par leur héritage enfermant à poser des gestes qui ne sont que d’impossibles copies de ceux de leurs ancêtres. Nous appréhendons tout d’abord le motif de la maison, pensée comme un véritable territoire, grâce à plusieurs concepts empruntés à Deleuze et Guattari ainsi qu’à Goetz, ce qui nous permet d’ensuite interroger le geste d’hériter et de pointer ses dysfonctionnements. Nous tâchons enfin de mettre en évidence la façon dont les protagonistes parviennent à inventer une manière nouvelle de se rendre présents au monde en infléchissant leur héritage familial au cours d’une véritable quête identitaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Emmanuel (François), La Passion Savinsen, Paris, Stock, 1998. Tout renvoi à cette édition du roma (...)
  • 2 Emmanuel (François), La Chambre voisine, Paris, Stock, 2001. Tout renvoi à cette édition du roman (...)

1Les deux romans de François Emmanuel que nous nous proposons d’étudier, La Passion Savinsen1 et La Chambre voisine2 partagent un même dispositif spatial, celui de la maison de famille. S’il ne s’agit certes pas des seuls romans de l’auteur qui mettent en scène de tels lieux, l’étude de cet espace particulier nous a semblé constituer une porte d’entrée particulièrement pertinente pour analyser ces deux œuvres. En effet, dans ces romans, l’ancestrale maison de famille étant le théâtre d’une transmission intergénérationnelle, l’attention portée à ce dispositif spatial invite à étudier ces deux œuvres à partir de l’interrogation conjointe de deux gestes, celui d’habiter et celui d’hériter. L’héritage des protagonistes de ces deux romans les condamne à occuper des places qu’ils n’ont pas choisies et à poser des gestes qui ne sont que d’impossibles copies des habitudes de leurs ancêtres. Dès lors, comment les protagonistes peuvent-ils assumer un tel héritage, et comment peuvent-ils habiter la maison familiale, ce lieu qui fait partie intégrante de leur héritage tout en constituant le seul espace à partir duquel ils peuvent y accéder  ? Dans La Passion Savinsen, le domaine de Norhogne est inhabité parce que ses occupants sont incapables de se l’approprier à cause du spectre de Millie Savinsen qui hante les lieux – la réquisition de la maison par l’armée allemande ne fait qu’exacerber cette inhabitation, elle n’en est pas la cause. Quant aux protagonistes de La Chambre voisine, ils résident à Seignes, lieu étouffant et aliénant, à l’image de leur héritage familial matrilinéaire, qu’ils ne parviennent pas plus à habiter.

2Dans le présent article, nous souhaitons étudier le caractère problématique de ces deux gestes – habiter et hériter –, ainsi que la façon dont les protagonistes parviennent à inventer une manière nouvelle de se rendre présents au monde en infléchissant leur héritage familial au cours d’une véritable quête identitaire. L’intrication de cette expérience initiatique et de la recherche d’un territoire à habiter constituera le fil rouge de notre analyse.

1. Des maisons de famille inhabitables

3Dans ces deux romans, les maisons de famille apparaissent d’emblée comme inhabitables pour des raisons évidentes. Dans La Passion Savinsen, la maison est réquisitionnée par l’armée allemande dès le début du roman, et, si les occupants de Norhogne peuvent y demeurer, cette occupation nouvelle les prive incontestablement de la liberté d’occuper l’ensemble du château. Dans La Chambre voisine, la mystérieuse disparition d’Else – l’une des sœurs du narrateur –, survenue trois ans avant le début du roman lors d’un voyage en Pologne, oblige les autres membres de la famille à habiter Seignes d’une manière nouvelle alors même que l’absence d’Else a rendu tout équilibre familial impossible. Cependant, ces deux événements ne sont que les symptômes d’une impossibilité plus profonde et plus ancienne des occupants de ces ancestrales demeures à les habiter comme leur maison. Norhogne et Seignes sont présentées d’entrée de jeu comme échappant à leurs occupants. En effet, la première se donne à lire dans l’arrivée de l’envahisseur allemand  ; la seconde est plongée dans une sorte de pesanteur immobile, causée non pas tant par la chaleur que par la grand-mère maternelle du narrateur, dont la simple présence étouffe les autres membres de la famille.

1.1. Norhogne et Seignes, demeures sans ouverture

  • 3 Goetz (Benoît), Théorie des maisons. L’habitation, la surprise, Paris, Verdier, coll. Art et arch (...)
  • 4 Ibid., p. 17 et p. 50.
  • 5 Ibid., p. 51.
  • 6 Ibid., p. 113 et p. 119-120.
  • 7 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit (...)
  • 8 Goetz (Benoît), Théorie des maisons, op. cit., p. 13.
  • 9 Ibid., p. 143.

4Afin de comprendre en quoi Norhogne et Seignes manquent à leur qualité de maison, il est important de se poser la question de ce qu’est une maison. Dans son ouvrage Théorie des maisons, Benoît Goetz explique que celle-ci ne se réduit pas à un abri ou à un ensemble de biens  : il s’agit d’une «  puissance organisatrice3  » qui configure le rapport de ses occupants au monde4, grâce à sa dimension d’intérieur qui permet de situer ses habitants par rapport aux autres, à ceux qui ne sont pas «  dans  » la maison5. Goetz identifie plusieurs traits indispensables à la maison, parmi lesquels deux font défaut à Norhogne et Seignes. Le premier est la porosité  : la maison doit s’articuler autour d’une issue pour être habitable, sans quoi elle est une prison pour ceux qui s’y trouvent, puisqu’elle les empêche de la quitter ou d’entrer en relation avec ce qui lui est extérieur6. Dans Mille plateaux, Deleuze et Guattari insistent eux aussi sur la nécessité pour la maison de comporter des issues. La maison doit être bâtie par des mouvements de reprises, afin d’éviter qu’elle ne devienne un piège pour ceux qui y vivent7. La seconde de ces caractéristiques réside dans le geste même d’habiter  : c’est le fait de l’habiter qui fait d’un lieu une maison. Irréductible à l’utilisation fonctionnelle des infrastructures d’un bâtiment, l’acte d’habiter consiste à s’approprier l’espace en l’occupant8, en y posant certains gestes, en y adoptant certaines positions et en s’y représentant9. Ainsi, le lieu habité par le sujet est non seulement celui dans lequel ce dernier développe ses habitudes – ou refuse de les laisser se déployer – mais aussi celui dans lequel il a l’habitude de revenir, et dont il a toujours la possibilité de partir.

  • 10 Barthes (Roland), Comment vivre ensemble : simulations romanesques de quelques espaces quotidiens (...)
  • 11 Ibid., p. 27-28.

5Or, non seulement Norhogne et Seignes sont des maisons extrêmement peu poreuses, puisqu’elles demeurent inaccessibles à tous ceux qui sont étrangers à la famille et empêchent leurs habitants d’en sortir, mais en plus, l’acte d’habiter y est problématique. En effet, le fait que la maison elle-même et la manière de l’occuper soient transmises par les générations passées aux protagonistes empêche ces derniers de s’approprier l’espace et de l’habiter singulièrement. Manquant à ces deux qualités essentielles, Norhogne et Seignes échouent à être pleinement des maisons, et découlent de cet échec leur caractère inhabité et leur incapacité à servir de réceptacle au Vivre-Ensemble, entendu au sens que lui confère Roland Barthes dans Comment vivre ensemble  : simulations romanesques de quelques espaces quotidiens10. Vivre-Ensemble, c’est réguler la distance que le sujet doit observer entre lui et les autres afin de construire avec eux une sociabilité qui ne serait ni aliénante – causée par une distance trop faible – ni une solitude – causée par une distance trop importante11.

6Ainsi, le caractère inhabité de Norhogne vient de l’incapacité de Jeanne à se représenter dans la maison et à s’approprier l’espace par ses gestes et habitudes à cause du spectre de sa mère qui occupe toujours les lieux. En effet, depuis la mort de Millie Savinsen, aucun des membres de la famille n’habite plus la maison, même s’ils ont continué à y vivre. Le grand-père de Jeanne, Tobias Savinsen, est cloîtré dans sa chambre à cause de sa semi-paralysie. Incapable de se représenter le château tel qu’il est dans le présent et d’y déambuler, il ne peut donc plus jouer son rôle de chef de famille. Tobias est aussi responsable de la fermeture du salon, véritable cœur de la maison, à la suite de la mort de Millie, sous prétexte de la présence du piano de sa fille défunte dans la pièce. Transformant le salon en une sorte de tombeau, il prive le reste de la famille d’un lieu à partager et à habiter ensemble. Le père de Jeanne, Jacques de Morlaix, n’habite pas non plus la maison, non seulement parce qu’il a été fait prisonnier par les Allemands, mais surtout parce qu’il ne l’a jamais proprement habitée  : «  il vit au château comme un pensionnaire, mange seul dans sa chambre  » (PS, p. 50). Le fait de n’avoir jamais été accepté par sa belle-famille et l’échec de son mariage avec Millie Savinsen se traduisent dans la manière dont il évolue dans la maison  : Jacques de Morlaix n’a jamais réussi à s’approprier les lieux et doit se contenter de vivre à côté de la famille Savinsen. Quant à Camille, la jeune sœur de Jeanne, elle passe la majeure partie de son temps à l’extérieur et ne se trouve dans le château à aucun moment du roman. Elle qui n’occupait déjà plus sa chambre avant l’arrivée des Allemands a établi son antre dans le grenier de la métairie, métairie dans laquelle ont par ailleurs été reléguées toutes les caractéristiques fonctionnelles de la maison. C’est là que les personnages mangent, cuisinent, se lavent, et les tâches y étant associées ont été déléguées aux métayers.

7Dans La Chambre voisine, Seignes se refuse à la porosité malgré ses nombreuses portes et fenêtres, parce que la grand-mère d’Ignace empêche les autres personnages d’entrer et de sortir. Ses occupants vivent presque en autarcie et, depuis la disparition d’Else, seule la grand-mère d’Ignace quitte le domaine régulièrement. Par ailleurs, si cette dernière tolère la présence occasionnelle de la professeure de musique ou du médecin, elle considère Tadeusz Gerszinski, un ami du père d’Ignace qui s’installe pour plusieurs jours à Seignes dans la première partie du roman, non pas comme un invité mais comme un étranger. Seignes est habitée au ralenti, non seulement à cause de la chaleur étouffante, mais surtout parce que la grand-mère d’Ignace voudrait l’habiter comme avant la disparition d’Else, en assurant le maintien de traditions ancestrales, comme la sortie du dimanche pour aller à la messe ou le «  sacro-saint repas du soir  » (CV, p. 44). Elle fige le vivre-ensemble dans une forme de théâtre, répétant sans cesse la même représentation, ce qui prive les autres personnages de la liberté de déployer leur propre geste d’habiter. Ignace se voit imposer sa manière d’habiter jusque dans la façon d’occuper sa chambre. À l’inverse, sa sœur Maud tente sans cesse de désagencer le territoire familial, soit par son emmurement dans sa chambre et dans son silence, soit en essayant de se perdre le plus loin possible de la maison, deux mouvements opposés qui participent d’une même volonté de montrer qu’elle n’habite pas avec les autres. Cependant, elle est incapable d’atteindre son objectif de manière durable  : les gestes de sa grand-mère la ramènent toujours à l’agencement ancestral du territoire. Un autre membre de la famille Autissier ne cesse de chercher une issue. Il s’agit de Cyril, l’oncle d’Ignace. Cependant, ses trajectoires se déroulent toujours au sein de la propriété et ses tentatives d’habiter Seignes autrement se soldent par un échec, puisqu’il finit par se donner la mort au cœur de la maison.

  • 12 Entretien avec François Emmanuel, le 13 mars 2018, au Café Métropole à Bruxelles.

8Norhogne et Seignes constituent des dispositifs aliénants pour ceux qui y vivent  : leur agencement entrave le rythme propre à chacun des habitants et leur faible porosité empêche d’adapter les frontières du groupe familial. Cette absence d’issue découle de l’organisation de l’espace romanesque de ces deux œuvres autour d’une opposition stricte entre l’ici et le là-bas12 : dans La Chambre voisine, Seignes est l’ici, territoire supposé familier et rassurant, qui s’oppose à Oszkina, le là-bas lointain, inconnu et ouvert sur tout ce qui a été rejeté par le territoire familial  ; Norhogne est aussi pensée comme un ici, refusant tout ce qui tente de venir ouvrir son agencement.

  • 13 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 597.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid, p. 593.
  • 16 Ibid., p. 598 et p. 600.

9Les concepts d’espace lisse et d’espace strié de Deleuze et Guattari permettent d’enrichir l’analyse de la rigidité des frontières de ces espaces romanesques. À l’espace strié, constitué de plans ordonnés formés par le croisement de lignes verticales et horizontales s’oppose l’espace lisse, espace de diagonales et de variation continue des formes13. Dans l’espace lisse, le lieu habité est imposé par le trajet, alors que dans l’espace strié, tout parcours est subordonné au point habité14. Norhogne et Seignes sont des points fixes situés dans un monde quadrillé par les frontières, la séparation entre les terres conquises par l’armée allemande et celles qui ne le sont pas pour la première, le rideau de fer pour la seconde. Si les maisons elles-mêmes sont constituées de lignes verticales et horizontales délimitant les différentes pièces, ce n’est pas tant leur nature que la manière dont elles sont habitées et parcourues qui en fait des lieux striés15. C’est parce que l’espace a été fragmenté par les aînés de la famille que les plus jeunes ne parviennent pas à le traverser et à l’ouvrir pour en faire un espace lisse16.

1.2. Une structure familiale arborescente

  • 17 Lacan (Jacques), « Les complexes familiaux dans la formation de l’individu. Essai d’analyse d’une (...)
  • 18 Ibid.

10Les concepts de lisse et de strié permettent non seulement d’interroger l’espace dans lequel se meuvent les personnages, mais aussi l’agencement de leur dispositif familial ainsi que le déroulement de la transmission intergénérationnelle. S’il est important que la famille se dote d’un agencement strié afin que chacun puisse se situer par rapport aux autres au sein du groupe, un striage trop étroit risque d’enfermer les membres de la famille dans des positions attendues et aliénantes. Pour que ses membres n’étouffent pas, le groupe doit donc laisser des espaces s’ouvrir. Or dans ces deux romans, les questions d’ascendance et de descendance s’inscrivent dans le dispositif très strié de l’arbre généalogique. Soumis à l’autorité des aînés, cet agencement trace une frontière nette entre ceux qui sont inclus dans la famille et ceux qui en sont exclus, et empêche les membres de la famille de choisir la manière dont ils entrent en relation les uns avec les autres. L’enfermement des personnages dans cette structure arborescente contribue à les condamner à occuper leurs maisons sans pouvoir les habiter, puisque le dispositif de l’arbre-racine rend problématique la transmission familiale. En effet, dans de telles structures axées sur la verticalité, les parents ne peuvent manquer de transmettre le poids du passé familial à leurs enfants. Comment ces derniers peuvent-ils alors supporter un tel héritage sans se perdre complètement eux-mêmes  ? Comment peuvent-ils construire leur propre identité alors qu’ils sont toujours tournés vers le passé  ? La famille, comme l’a montré Lacan, est le premier lieu de l’éducation puisqu’il s’agit de la structure au sein de laquelle a lieu la répression des instincts, l’acquisition de la langue maternelle ou encore la transmission de structures inconscientes, de comportements et de représentations17. Or dans ces deux romans, la continuité psychique entre les générations est telle qu’au lieu de participer à la construction de l’identité des personnages en tant que sujets, la famille est d’abord et avant tout génératrice des complexes18.

2. Transmission familiale et aliénation

  • 19 Meurée (Christophe), « L’instrument qui rompt. Musique et identité dans La Passion Savinsen de Fr (...)

11Ainsi, c’est le poids du souvenir de la figure maternelle qui empêche Jeanne d’habiter Norhogne. Malgré sa mort, Millie Savinsen continue d’habiter la maison familiale. Son ancienne chambre, rouverte par Jeanne à la suite de l’arrivée des Allemands, est encore tellement marquée de sa présence que la jeune fille ne peut y passer plus d’une nuit, et que cette seule nuit aura suffi à l’aliéner de manière totale. Cette expérience insuffle à Jeanne la volonté d’assumer pleinement son héritage maternel, d’une part en cherchant à faire la lumière sur le suicide de sa mère et d’autre part en devenant le décalque de cette dernière. À partir de ce moment, Jeanne n’est plus capable de développer des habitudes qui lui sont propres et commence à imiter les gestes de sa mère  : elle cherche à lui ressembler physiquement en portant ses vêtements et décide de lire les lettres écrites à Millie par son amant, Samuel Kalinski. Ce faisant, elle confond les deux façons d’assumer l’héritage maternel - – la quête de vérité et la volonté de s’identifier. En effet, si ces lettres éclairent la passion adultère de sa mère, elles permettent surtout à la jeune fille de développer une passion amoureuse qui s’assimile à celle de Millie, puisqu’elle en imite l’intensité et l’objet  : Jeanne aime elle aussi un homme que la société considère avec mépris, non plus parce qu’il est juif, mais parce qu’il fait partie de l’armée ennemie19. Mais cet amour ne se contente pas d’imiter celui de Millie  ; il accorde à la figure maternelle la place centrale, puisqu’il naît du réveil du piano de l’absente par l’officier allemand. Pour Jeanne, la passion qu’elle vit avec Matthäus est d’ailleurs «  une figuration toujours déplacée de l’autre scène  » (PS, p. 106), de la passion de sa mère.

  • 20 Mathey (Estelle), « Postface : déchiffrer les silences », dans Emmanuel (François), La Passion Sa (...)
  • 21 Ruffel (Lionel), Le Dénouement, Paris, Verdier, coll. Chaoïd, 2005, p. 32-33 et p. 56.
  • 22 Meurée (Christophe), «L’instrument qui rompt. Musique et identité dans La Passion Savinsen de Fr (...)

12Ce n’est qu’après avoir été au bout de son fantasme d’identification absolue que Jeanne parvient à se défaire de la figure maternelle et acquiert son identité de femme ainsi que son statut d’héritière20. Tant qu’elle cherche à être le décalque de Millie, Jeanne est incapable de voir tout ce qui les sépare  : seules leurs ressemblances lui apparaissent. Or, comme le souligne Lionel Ruffel dans Le Dénouement, hériter ne consiste pas seulement à rester fidèle à l’esprit de celui qui a disparu, mais c’est aussi accepter que l’héritage est toujours déjà transformé dans la transmission21. La rencontre de Jeanne avec Samuel Kalinski marque la première étape de sa reconquête identitaire, puisque l’ancien amant de sa mère la différencie de Millie tout en la reconnaissant comme son héritière  : «  vous lui ressemblez, vous avez pris toute sa force, vous n’avez rien pris de sa fragilité  » (PS, p. 123). Il voit en Jeanne non pas un décalque, mais une image décalée de Millie. Deux autres moments de prise de distance par rapport à la figure maternelle suivent cette rencontre  : le suicide raté de Jeanne et l’humiliation de se faire raser le crâne en public22. Si l’échec du suicide de la jeune fille à la suite du départ de son amant l’éloigne de la trajectoire maternelle, il lui permet d’assumer son rôle d’héritière. En effet, après cet événement, Jeanne retrouve son grand-père, délaissé depuis la résurgence des souvenirs de la figure maternelle et l’arrivée de Matthäus, preuve de sa capacité nouvelle à accueillir l’héritage et à le transmettre à son tour lorsqu’elle deviendra mère.

13Dans La Chambre voisine, Ignace est exclu de la transmission paternelle parce que sa grand-mère n’a jamais accepté son père et l’a éliminé de l’histoire familiale après sa mort. Le jeune homme ne parlant pas polonais, même les sonorités du nom du père lui sont étrangères. Son héritage maternel lui est cependant tout aussi inaccessible à cause des incessantes disputes opposant sa mère à sa grand-mère, et il est condamné à n’endosser qu’un «  rôle d’héritier matériel  » (CV, p. 145), sa mère refusant qu’il hérite de la haine des Autissier. Les sœurs d’Ignace, au contraire, s’inscrivent chacune avec son enfant dans la lignée d’un de leurs deux parents. Else renonce à tout héritage maternel à la suite du viol incestueux dont elle a été victime et choisit de rester vivre en Pologne, disparaissant aux yeux des habitants de Seignes. Ce faisant, elle renoue avec l’héritage de son père, puisqu’elle apprend sa langue et adopte la version polonaise de son prénom. Maud, quant à elle, appartient pleinement à la branche maternelle de la famille. Elle est présente à Seignes jusqu’à la mort de sa mère et sa propre fille entretient une relation de complicité avec cette dernière. N’ayant de cesse de chercher son héritage, Ignace est le seul membre de la fratrie sans descendance.

  • 23 Emmanuel (François), Les Voix et les ombres, Morlanwelz, Lansman, 2007, p. 54-55.
  • 24 Ibid., p. 55.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

14Lorsque la mère d’Ignace se rend à Oszkina avec ses deux filles – voyage dont Ignace est exclu –, c’est dans l’espoir de leur permettre de renouer avec leur héritage paternel. Cependant, ce projet est d’emblée voué à l’échec  : prisonnière de son propre héritage, la mère d’Ignace ne peut faire voir celui du père que de manière déformée, à travers sa propre filiation, caractérisée par «  la mémoire trop lourde  » (CV, p. 110) et un attachement viscéral à la terre familiale. Loin de permettre une quelconque transmission paternelle, ce voyage marque l’apogée de l’héritage étouffant de la lignée maternelle, puisqu’il s’achève par le viol d’Else par Cyril. Dans Les Voix et les ombres, François Emmanuel explique avoir incriminé Cyril, le «  grand oncle adoré  » (CV, p. 179) d’Ignace, presque malgré lui, parce qu’il a été obligé d’accepter ce qui était présent depuis le début du roman23. En effet, le crime de Cyril s’explique par la division familiale qui se transmet de génération en génération, causé par «  la haine tenace qu’ils [les grands-parents d’Ignace] s’étaient vouée l’un à l’autre  » (CV, p. 183)24. Après la mort de son propre mari, la haine de Léonce Autissier s’est ensuite portée sur son gendre, celui qu’elle considéra toujours comme un indésirable, jusqu’à ressentir un «  puissant désir de mort  » à son égard25. C’est donc dans la continuité de cet héritage empoisonné que s’inscrit le geste de Cyril  ; le désir de mort transmis par Léonce à son fils rend inéluctables le crime de ce dernier et donc la fuite d’Else, deux gestes qui actualisent le gouffre autour duquel tout est organisé à Seignes26.

  • 27 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 624-625.

15Dans sa quête d’héritage, Ignace se heurte à d’innombrables non-dits. En effet, l’histoire familiale refuse de se laisser dire à cause de l’incapacité des membres de la famille à se parler. Il est des choses dont on ne parle pas, des événements qu’il convient de ne pas verbaliser. Cette véritable «  passion familiale de ne jamais nommer  » (CV, p. 140) rend les secrets de famille indicibles et inaudibles. Après la mort de sa grand-mère, Ignace tente d’accéder à son héritage en partant à Oszkina, sur les traces de son père et de sa sœur. S’il parvient à revoir Else, cette dernière n’est cependant pas encore prête à rentrer, ni même à ce que son frère raconte au reste de la famille qu’elle est en vie. Il essaie alors de comprendre ce qui a poussé sa sœur à disparaître du jour au lendemain, mais n’ose l’interroger de manière frontale. Else de son côté ne parvient pas à mettre les événements en mots. L’impossibilité de dire est telle que la sœur d’Ignace s’est détachée des compétences langagières lui permettant de s’exprimer en oubliant en partie sa langue maternelle. Et si Ignace croit deviner quel est cet indicible qui troue le discours de sa sœur, il est pourtant incapable d’entendre ce qui s’est réellement passé. C’est seulement lorsqu’Else revient à Seignes six ans plus tard et qu’elle refuse de dormir dans l’ancienne chambre de son oncle qu’il est obligé d’accepter ce qu’il avait toujours refusé d’entendre. Son voyage lui aura cependant permis de constater que des espaces lisses ne peuvent manquer d’émerger grâce à des mouvements d’ouverture ou à des changements de rythme27, tels que ceux d’Else depuis son installation en Pologne. En effet, lorsqu’elle guide son frère à travers la ville qu’elle habite, Else ne se déplace plus au rythme des habitants de Seignes, en suivant un itinéraire tracé d’avance, mais parcourt la ville comme un espace lisse  : «  nous avions repris la marche […] dans une trajectoire errante, circulaire, insensée, au hasard des ruelles, des avenues, des docks  » (CV, p. 130). Cette capacité à habiter comme un espace lisse même l’espace le plus strié permettra à Else d’ouvrir l’espace familial lors de son retour à Seignes.

3. La réception de l’héritage dans l’invention d’une manière nouvelle d’habiter

  • 28 Ibid., p. 75.
  • 29 Ibid., p. 402.
  • 30 Ibid., p. 411.

16C’est seulement après avoir pris conscience du caractère problématique de leur héritage que les protagonistes de ces romans peuvent tenter de se réinstaller dans la maison en essayant de déployer une conception nouvelle de l’espace, dans laquelle la maison n’est plus une prison mais un territoire ouvert. Pour ce faire, le geste d’habiter doit être pensé comme une dynamique, composée de mouvements de partir et de revenir, comme le proposent Deleuze et Guattari28. Ainsi, la maison ne cesse d’être décadrée puis recadrée dans les départs et retours du sujet, ce qui l’empêche de devenir un piège, puisque le décalage force l’ouverture. Elle est alors un lieu de passage, sans cesse traversé par les mouvements de ceux qui l’habitent, mouvements toujours déjà décalés qui ouvrent le territoire, qui le déterritorialisent29. Cependant, l’espace de la maison n’est pas uniquement traversé par des mouvements qui le désagencent  : il est toujours déjà ouvert à d’autres agencements qui ne cessent de le reterritorialiser30. Cette reterritorialisation ne marque toutefois pas un retour à la territorialisation initiale. Au contraire, le mouvement constant de déterritorialisation et de reterritorialisation de l’espace permet d’habiter la demeure familiale non pas comme un territoire doté de frontières fixes et immuables, mais comme un espace en reconfiguration constante.

  • 31 Ibid., p. 13.
  • 32 Ibid., p. 15-16.
  • 33 Ibid., p. 23.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

17Un autre concept de Deleuze et Guattari, celui du rhizome, terme emprunté à la botanique et désignant une tige souterraine de forme variable31, permet de penser le dispositif familial non plus comme un arbre-racine, mais comme une multiplicité de ramifications. Contrairement aux racines de la structure arborescente qui connaissent une organisation stable et définitive, les points du rhizome peuvent être connectés de façon libre et pour une durée variable32. Ainsi, alors que les membres de la famille arborescente sont condamnés à occuper une position unique, ceux de la famille rhizomatique peuvent évoluer selon leur propre rythme au sein d’une structure elle-même mouvante. Dans La Chambre voisine, Else refuse, en raison de l’inceste dont elle a été victime, d’occuper la place qui était la sienne depuis sa naissance. Ce faisant, elle montre à son frère et à sa sœur que le dispositif de l’arbre-racine n’est en rien naturel ni évident et que même dans la structure la plus arborescente, un rhizome peut apparaître33. Alors que l’agencement de l’arbre est constitué de décalques reproduisant à l’infini un inconscient surcodé, le rhizome présente l’avantage d’échapper à la logique de reproduction  : contrairement à l’arbre, il ne décalque pas, il cartographie34. La carte du rhizome se caractérise par sa capacité d’être sans cesse modifiée35 et elle permet d’ouvrir la structure arborescente en opposant ses entrées toujours multiples au repli du calque sur un trait soi-disant particulier – telle la «  passion Savinsen  ».

18Après la mort de sa grand-mère, la filiation d’Ignace se débloque, puisque le jeune homme peut alors se rendre en Pologne dans l’espoir de retrouver sa sœur. Cependant, ce n’est pas en Pologne que s’opère la véritable transmission, mais à Seignes, lors du retour d’Else durant les derniers jours de vie de leur mère. En effet, son mouvement de retour permet d’ouvrir et de déterritorialiser le territoire familial, et de son nouveau départ surgit un nouvel agencement. C’est parce que le retour d’Else oblige enfin à reconnaître la faille ancestrale traversant la famille que le territoire va pouvoir se reterritorialiser autour de cette béance, sans plus tenter de la masquer. Les retrouvailles d’Else et du reste de la famille commencent comme un «  lent théâtre  » (CV, p. 155), où personne ne sait quel geste poser, parce que le retour de la sœur disparue rend impossible d’adopter les positions habituelles. Lorsqu’Else trouve une place dans la maison, au chevet de sa mère mourante, il devient alors possible pour l’ensemble de la famille de se positionner de manière inédite dans cet espace nouvellement ouvert. En plus d’ouvrir le territoire familial en marquant une rupture avec le geste d’habiter ancestral, le retour d’Else permet de réunir enfin les héritages paternel et maternel. En effet, c’est à l’occasion du retour de sa fille que la mère d’Ignace ressort de vieilles photos d’elle, de son mari et de leurs enfants qu’elle place dans l’album de famille, choisissant ainsi l’image qu’elle veut laisser à ses enfants. En leur transmettant le souvenir de son amour fou pour leur père, la mère d’Ignace peut enfin se détacher de son propre héritage étouffant et aliénant. La réunion de ces héritages permet à Ignace de ressentir un sentiment d’union indéfectible avec ses sœurs qu’il n’avait encore jamais ressenti  : «  j’éprouvais alors une impression très forte d’être relié à mes sœurs, la certitude soudaine que le sentiment de notre réunion serait plus puissant que toutes les images de notre séparation  » (CV, p. 186).

Conclusion

  • 36 Prungnaud (Joëlle), Gothique et décadence, Paris, Champion, 1997.

19Dans La Passion Savinsen et dans La Chambre voisine, François Emmanuel ne cesse d’interroger l’intrication des gestes d’habiter et d’hériter  : habiter sans hériter semble tout aussi impossible qu’hériter d’une maison inhabitable. Les personnages des deux romans, incapables d’habiter la maison dont ils héritent à cause d’une transmission intergénérationnelle aliénante, font face à l’urgence d’inventer une manière nouvelle de se rendre présents au monde et d’habiter celui-ci en infléchissant leur héritage familial. En plus d’être le réceptacle de ce dernier, la demeure des romans de François Emmanuel semble aussi tributaire d’un certain motif issu de la tradition littéraire européenne, celui de la maison gothique, recelant sombres secrets et fantômes du passé. Irréductible à un élément de décor, la demeure gothique se fait le garant de la cohésion du récit grâce à ses fonctions symboliques et narratives36. Dans La Passion Savinsen et dans La Chambre voisine, cette figure spatiale se trouve infléchie en même temps que l’héritage littéraire dont elle se fait elle-même le décalque. En ouvrant le motif spatial qu’elle convoque, l’écriture de François Emmanuel montre la possibilité d’habiter en propre un espace qui nous a été légué, de sans cesse réorganiser un territoire dont nous sommes les héritiers.

20Ainsi, c’est sur l’ouverture du territoire familial, de la maison, que s’achèvent les deux romans, sur cette possibilité pour les protagonistes d’opérer un décalage entre leurs propres gestes et ceux de leurs ancêtres  : au terme de La Passion Savinsen, le lecteur apprend dans un bref épilogue que Jeanne s’est mariée, a eu deux enfants, et qu’elle vit toujours à Norhogne avec sa famille  ; à la fin de La Chambre voisine, Ignace et ses sœurs ont pour projet de vendre la maison après la mort de leur mère. La possibilité d’habiter la maison de famille de manière singulière ainsi que celle de la quitter n’émergent que parce que la maison cesse d’être une prison, parce que le territoire familial rouvert renoue avec la porosité indispensable à tout lieu pour être habitable. La demeure familiale devient alors réellement maison, ce lieu à partir duquel les personnages qui l’habitent peuvent organiser leur rapport au monde.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel (François), La Passion Savinsen, Paris, Stock, 1998. Tout renvoi à cette édition du roman sera dorénavant indiqué à l’intérieur du texte par l’abréviation du titre du roman « PS » et le numéro de page de la référence.

2 Emmanuel (François), La Chambre voisine, Paris, Stock, 2001. Tout renvoi à cette édition du roman sera dorénavant indiqué à l’intérieur du texte par l’abréviation du titre du roman « CV » et le numéro de page de la référence.

3 Goetz (Benoît), Théorie des maisons. L’habitation, la surprise, Paris, Verdier, coll. Art et architecture, 2011, p. 49.

4 Ibid., p. 17 et p. 50.

5 Ibid., p. 51.

6 Ibid., p. 113 et p. 119-120.

7 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit, 1990.

8 Goetz (Benoît), Théorie des maisons, op. cit., p. 13.

9 Ibid., p. 143.

10 Barthes (Roland), Comment vivre ensemble : simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. Notes de cours et séminaires au Collège de France (1976-1977), éd. par Coste (Claude), Paris, Seuil, 2002.

11 Ibid., p. 27-28.

12 Entretien avec François Emmanuel, le 13 mars 2018, au Café Métropole à Bruxelles.

13 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 597.

14 Ibid.

15 Ibid, p. 593.

16 Ibid., p. 598 et p. 600.

17 Lacan (Jacques), « Les complexes familiaux dans la formation de l’individu. Essai d’analyse d’une fonction en psychologie », dans Autres écrits, Paris, Seuil, coll. Champ freudien, 2001, p. 24-25.

18 Ibid.

19 Meurée (Christophe), « L’instrument qui rompt. Musique et identité dans La Passion Savinsen de François Emmanuel », dans Brogniez (Laurence) et Piret (Pierre), dir., Textyles, n° 26-27, Musique et littérature, 2005, p. 112.

20 Mathey (Estelle), « Postface : déchiffrer les silences », dans Emmanuel (François), La Passion Savinsen, Bruxelles, Fédération Wallonie-Bruxelles, coll. Espace Nord, 2016, p. 164 et p. 166.

21 Ruffel (Lionel), Le Dénouement, Paris, Verdier, coll. Chaoïd, 2005, p. 32-33 et p. 56.

22 Meurée (Christophe), «L’instrument qui rompt. Musique et identité dans La Passion Savinsen de François Emmanuel», op. cit., p. 114.

23 Emmanuel (François), Les Voix et les ombres, Morlanwelz, Lansman, 2007, p. 54-55.

24 Ibid., p. 55.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 624-625.

28 Ibid., p. 75.

29 Ibid., p. 402.

30 Ibid., p. 411.

31 Ibid., p. 13.

32 Ibid., p. 15-16.

33 Ibid., p. 23.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Prungnaud (Joëlle), Gothique et décadence, Paris, Champion, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Belsack, « Maisons inhabitables et héritages aliénants »Textyles, 62 | 2022, 29-42.

Référence électronique

Émilie Belsack, « Maisons inhabitables et héritages aliénants »Textyles [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/textyles/5679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.5679

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search