Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62ChroniquesLa chronique des Archives et Musé...Le Fonds André-Marcel Adamek

Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds André-Marcel Adamek

Louis Dendoncker
p. 157-160

Texte intégral

1Le fonds André-Marcel Adamek fut acquis par les AML en décembre 2019 auprès de la veuve de l’auteur, Ingrid Thelen. André-Marcel Dammekens, de son vrai nom, est décédé en 2011, au terme d’une longue maladie, et a laissé derrière lui une étonnante palette de documents relatifs à sa vie privée et professionnelle. Des correspondances intimes avec son éditeur Bernard Gilson ou son ami écrivain Jean-Claude Pirotte jusqu’aux manuscrits inédits et à de nombreux souvenirs de famille, les archives permettent de retracer aussi bien l’élaboration de ses œuvres que son quotidien passé dans l’Ardenne belge ou encore ses voyages. La diversité des documents du fonds permet de saisir les différentes facettes de l’homme, écrivain acharné, ami fidèle, mari aimant.

2Adamek naquit en 1946 à Gourdinne. Dès l’adolescence, il cultive un certain goût pour la littérature, notamment la poésie, et compose son premier roman, Ma princesse de bronze, à l’âge de 14 ans. C’est également à cette époque qu’il prend le pseudonyme d’Adamek  ; le nom provient d’une contraction de son prénom et de son nom de famille qui naît d’une blague d’un de ses camarades de classe qui se serait amusé à effacer quelques lettres de son nom écrit alors au tableau. Après sa scolarité, Adamek vivote grâce à un certain nombre de métiers  : steward, barman, marchand de gaufres ou de jouets… Il publie en parallèle quelques nouvelles dans un journal belge. En 1970, il fait paraître son premier roman, intitulé Oxygène, et l’envoie à Jean Giono dont il est un très grand admirateur. Celui-ci lui répond d’une lettre acerbe et brève, déclarant que l’auteur n’est pas encore capable d’écrire. Adamek ne se décourage pas pour autant et publie son deuxième roman, Le Fusil à pétales, qui emporte la même année le prix Rossel.

3Dès ce moment, s’il continue à multiplier les métiers improbables (il fut éleveur de chèvres naines, comme en témoigne un album photo présent dans le fonds), Adamek ne cesse plus d’écrire, multipliant les œuvres  : La Couleur des abeilles, Un imbécile au soleil, L’Oiseau des morts, Le Plus Grand Sous-marin du monde, dont certaines obtiennent des prix littéraires importants comme le prix Jean Macé ou le prix du Parlement de la Communauté française. La critique, souvent dithyrambique à son égard, souligne les qualités du style simple et pourtant si détaillé des romans, autant que le côté fantastique voire baroque de ses histoires. À propos d’Adamek, Pascale Haubruge écrivait dans Le Soir, en juillet 1997  : «  redynamisant le roman par des intrigues fougueuses, un comique fraternel, un sens du fantastique, il raconte la vie de gens simples évoluant dans une nature fabuleuse, et imprime à ses œuvres une couleur poétique non exempte de truculence  ».

4Le courrier littéraire de l’auteur montre les affinités que peuvent entretenir les écrivains et d’autres acteurs du monde du livre, parmi lesquels le poète David Scheinert, le libraire Jean-Pierre Canon, l’écrivain pour la jeunesse Frank Andriat, le romancier Armel Job ou encore la rédactrice en chef de la Revue Générale France Bastia. À cet ensemble s’adjoint une correspondance qualifiée de «  professionnelle  », qui démontre l’intérêt que portent de nombreuses institutions culturelles envers l’œuvre de l’auteur.

5Enregistré aux AML sous la cote générale ISAD 00281, le fonds comprend aussi une très longue correspondance de plus de 50 lettres entre Adamek et Jean-Claude Pirotte, qui témoigne de l’amitié profonde entre les deux hommes. Les deux écrivains s’adonnent avec plaisir à la dissertation et échangent des critiques à propos de leurs œuvres respectives, leurs dernières découvertes littéraires, leur activité quotidienne de peintre, leurs réflexions philosophiques. S’ils rivalisent d’érudition, ce n’est jamais sans quelque autodérision. Leur style d’écriture, tantôt savant, parfois même quelque peu hermétique, tantôt sarcastique et léger, n’est pas sans rappeler que ces échanges sont le fait de grands écrivains.

6Les lettres échangées avec Bernard Gilson, au nombre de 57, montrent également les liens très amicaux qu’entretenaient l’éditeur et Adamek, jetant une lumière inédite sur les coulisses du monde de l’édition. Gilson partage les nombreuses déconvenues liées à son métier, ses différents projets éditoriaux, son travail de promotion des écrivains. Cette correspondance fournit de nombreuses indications sur la réception des œuvres d’Adamek, sur lesquelles il s’autorise à donner sa propre opinion. Gilson apparaît comme l’intermédiaire privilégié entre l’auteur et le reste de la chaîne du livre. Par ailleurs, ces lettres montrent également l’amitié sincère qui unissait ces deux férus de littérature.

7La correspondance entre l’auteur et sa femme Ingrid révèle les liens forts qu’ils éprouvent l’un pour l’autre et ne manque pas d’élans poétiques. Comblant les moments de séparation, ces lettres sont pour la plupart issues des voyages effectués par Adamek au Portugal et à Londres  ; le séjour portugais dévoile notamment la facette bohème de l’écrivain qui, toujours muni de sa pipe, ne se privait jamais d’une pause contemplative, un bon verre de vin à la main.

8En dépit de l’habitude de l’écrivain de détruire les traces de son processus créateur, quelques manuscrits subsistent au sein du fonds, dont les inédits Le Bûcheron d’Avermates et Meurtre à Bastogne, deux histoires inachevées écrites peu de temps avant la mort d’Adamek. Parmi les pièces maîtresses de cet ensemble de manuscrits qui comporte le Roman fauve, le Retour au village d’hiver ou encore Le Plus Grand Sous-marin du monde, figure également le tout premier roman de l’auteur, écrit à l’âge d’à peine 14 ans et corrigé par son professeur de français de l’époque, contenu dans un modeste cahier d’écolier. Deux nouvelles écrites à 16 ans affirment encore davantage de force la passion de l’écriture qui animait Adamek.

9L’auteur du Fusil à pétales appréciait également le théâtre et la télévision. Le scénario totalement inédit de la série intitulée Les 13 Femmes de Colin, commandé à l’époque par la RTBF, voisine avec la nouvelle La Hyde, adaptée pour la télévision par Robert Delieu, avec qui l’auteur entretenait une amitié. De même se trouve dans cet ensemble l’adaptation du roman La Fête interdite, qui avait été jouée au théâtre à Namur en 2005.

10Le fonds comporte également de très nombreuses coupures de presse issues de différents journaux belges où apparaissent Adamek et ses œuvres à travers des portraits ou des critiques littéraires, qui donnent un très bon aperçu de la réception des œuvres de l’auteur. Celui-ci, assez timide, ne se confiait pas beaucoup aux journalistes mais nombre d’entre eux se sont montrés conquis par la plume de l’auteur. Dans ce lot se trouve également un exemplaire d’un journal russe qui rend un hommage appuyé au Plus Grand Sous-marin du monde, succès considérable dans ce pays d’où est originaire l’engin qui donne son titre au roman.

11L’œuvre d’Adamek séduit aussi bien les spécialistes que le public scolaire. Heinz Klüppelholz, notamment, grand amateur et ami de l’auteur, a abordé des thématiques telles que l’apocalypse et le néant dans La Couleur des abeilles ou La Grande Nuit. Très lu dans les écoles, Adamek jouit d’un grand succès auprès des élèves, ce qu’atteste une partie des documents conservés, notamment dans la correspondance. La plupart des travaux scolaires présents dans le fonds tournent autour du roman Le Plus Grand Sous-marin du monde, immense succès auprès des adolescents  ; outre des propositions d’analyse de l’œuvre, l’on remarque des illustrations de celle-ci réalisées par les élèves d’une classe du secondaire.

12La diversité du fonds s’illustre également dans l’abondance de documents privés, d’objets et d’œuvres d’art qui le constituent. Adamek tâtait du pinceau et a laissé derrière lui une série de tableaux et de dessins, dont certains se distinguent par de belles qualités plastiques, comme la toile qui a figuré en couverture du Plus Grand Sous-marin du monde. Quelques objets offrent un accès privilégié à l’homme derrière l’œuvre  : son baromètre, sa collection de pipes, les minéraux qui ornaient son bureau, etc. Parmi les souvenirs de famille, il convient de mentionner des correspondances échangées pendant la Seconde Guerre mondiale ou encore un carnet de poèmes ébauchés par le père de l’écrivain  : la vocation d’Adamek ne venait probablement pas de nulle part…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Dendoncker, « Le Fonds André-Marcel Adamek »Textyles, 62 | 2022, 157-160.

Référence électronique

Louis Dendoncker, « Le Fonds André-Marcel Adamek »Textyles [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6079

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search