Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Littérature et télévisionLittératures à l’écran  : un cadr...

Littérature et télévision

Littératures à l’écran  : un cadrage belge

Clément Dessy, Selina Follonier et David Martens
p. 7-15

Texte intégral

  • 1 Sojcher (Jacques), «  Malgré tout  », dans Sojcher (Jacques), dir., Revue de l’Université de Brux (...)
  • 2 Idem.
  • 3 Viala (Alain), «  L’histoire des institutions littéraires  », dans Béhar (Henri) et Fayolle (Roge (...)

1Dans son introduction au célèbre dossier de la Revue de l’Université de Bruxelles, «  La Belgique malgré tout  » (1980), Jacques Sojcher règle la question de la télévision par un verdict sans appel  : «  Pour la T.V., il n’y a rien à dire, car il n’y a plus d’émission vraiment culturelle, littéraire ou artistique1  ». La dénonciation fréquente d’une «  massmédiatisation2  » de la culture explique sans doute que la télévision soit à peu près invisible dans l’historiographie de la littérature belge. Pendant la seconde moitié du xxe siècle, elle est pourtant un acteur important de la vie littéraire. En tant qu’instance de diffusion s’adressant à une large audience, elle devient une plateforme privilégiée pour la promotion et la réception critique de la littérature, une tribune d’expression pour les auteurs, voire une instance de consécration et de patrimonialisation. Elle fait en ce sens pleinement partie des institutions supralittéraires, selon la terminologie d’Alain Viala3.

2Si la Belgique s’est montrée pionnière sur le Vieux Continent en matière de radio, les débuts de la télévision belge sont en revanche tardifs, en comparaison avec les pays d’Europe occidentale. Il aura en effet fallu attendre 1952 pour que soit lancée Télé-Bruxelles, presque vingt ans après les débuts de la télévision expérimentale en France. La gestion de la chaîne est d’abord confiée à l’Institut national de radiodiffusion (INR). Comme le montre André Deridder dans le présent dossier, les captations de représentations théâtrales débutent en 1953 grâce à un accord entre l’INR et les scènes théâtrales. En ce qui concerne les émissions littéraires, on diffuse d’abord majoritairement des relais de programmes de France, parmi lesquels Lectures pour tous (1953-1969), première émission consacrée à la littérature à la télévision française. Ce n’est qu’ensuite que se développe une offre propre avec une première émission intitulée Arts Sciences Lettres (1956-1957).

  • 4 Robert Lombaerts, entretien non publié (août 2020).
  • 5 Une réforme des structures aboutira en 1977 à la scission de ces départements et, côté francophon (...)

3Les décennies 1950 et 1960 représentent ce que l’on a pu appeler un âge d’or de la télévision. Ce moment correspond en effet à une intense phase d’expérimentation, dans un contexte qui valorise les programmes culturels et offre une grande liberté de manœuvre aux équipes de production. Se rappelant ces années d’effervescence créatrice, le réalisateur Robert Lombaerts les qualifie de «  temps de tous les possibles4  ». À partir de 1960, l’INR devient la RTB (Radiodiffusion-télévision belge), divisée en deux services internes linguistiquement répartis  : «  Émissions françaises  » et «  Émissions flamandes5  ». Dans le cadre de la mission culturelle de ce qui demeure alors service public, la littérature jouit d’une présence forte sur les antennes. Il faut dire qu’elle bénéficie de l’appui de la direction des programmes, entre autres en la personne de Robert Wangermée. Docteur ès lettres, professeur de musicologie à l’Université libre de Bruxelles, Wangermée accomplit parallèlement à son parcours universitaire une carrière dans l’audiovisuel, d’abord comme directeur du service musical de l’INR (1953), puis comme directeur des «  Émissions françaises  » (1960-1977) de la RTB, avant de prendre la tête de la RTBF de 1977 à 1984. Au cours de son mandat, Wangermée se montre particulièrement soucieux de promouvoir la culture à la télévision et se pose en fervent défenseur d’une idée haute du médium télévisuel.

  • 6 En exemples à l’appui, nous citons davantage dans cette introduction l’histoire des émissions lit (...)
  • 7 Nora (Olivier), «  La visite au grand écrivain  », dans Nora (Pierre), dir., Les lieux de mémoire (...)
  • 8 [RTB], Rapport annuel, 1966, p. 50.
  • 9 [RTB], Rapport annuel, 1962, p. 42.

4La place donnée à la littérature dans les programmes de la RTB n’a cessé d’évoluer, en fonction des mutations du médium télévisuel ainsi que de la place de la littérature dans les pratiques culturelles. Au cours de l’histoire de la RTB, la littérature s’est pour l’essentiel répartie entre programmes d’information culturelle et programmes de création (une importante production de dramatiques télévisées, ainsi que, dans une moindre mesure, des adaptations télévisées d’œuvres littéraires)6. Le nombre d’émissions littéraires qui se succèdent après Arts Sciences Lettres en atteste  : Le Temps et les œuvres (1958-1962), Post-scriptum (1960), Les Carnets du temps présent (1960-1961), Points de vue (1961), L’Œil écoute (1961-1964) ou encore Hors-texte (1962). La forme de l’entretien reste encore dominante dans ces émissions, que celles-ci soient tournées en studio ou au domicile des écrivains selon le rituel de la «  visite au grand écrivain7  », bien établi depuis la fin du xixe siècle. Changeant de format, La Rage d’écrire (1965-1967), qui se présente comme «  suite de portraits de jeunes auteurs significatifs de leur temps et de leur milieu8  », rencontre un succès qu’illustre en 1966 son couronnement par une Antenne de cristal, prix belge attribué à une émission par l’Union des critiques de radio-télévision. Citons encore la Bibliothèque européenne (1963) qui allie l’émission littéraire au journal de voyage pour partir à la découverte d’auteurs comme Alberto Moravia, Nikos Katzantzaki ou Lawrence Durrel  ; et l’émission Sites et personnages (1962) qui, dans le souci d’«  associe[r] les paysages de Belgique aux réminiscences littéraires et historiques9  », sillonne le pays sur les traces de Racine, Byron, Sainte-Beuve (rappelant ainsi l’émission française Les Bonnes Adresses du passé, 1962-1974).

  • 10 [RTB], Rapport annuel, 1965, p. 45  : «  La tâche de la section littéraire est avant tout de donn (...)

5Ces orientations renvoient l’image d’une offre télévisuelle qui, tout en valorisant les lettres belges et en prenant au sérieux sa «  tâche […] de donner un reflet valable de la vie culturelle en Belgique10  », n’entend aucunement s’y limiter mais se pense d’abord comme un outil au service de la culture générale, en une époque, les Trente Glorieuses, qui fait de la démocratisation de l’accès à la culture l’un de ses défis majeurs. Elle illustre également, du point de vue de l’histoire des lettres belges, des années d’après-guerre durant lesquelles nombre d’écrivains ont leurs regards majoritairement tournés vers Paris, non seulement en termes de références littéraires et de maisons d’édition, mais aussi de paysage médiatique.

  • 11 [RTB], Rapport annuel, 1971-1972, p. 104.

6Toutefois, malgré un soutien institutionnel fort, la place de la littérature dans la grille de programmes subit très tôt la tension entre deux aspirations du service public, des aspirations au départ complémentaires mais qui finissent par entrer en contradiction  : d’une part la visée éducative et le souci de promouvoir une télévision variée et de qualité  ; d’autre part la volonté d’offrir des programmes aptes à rassembler un public large, conformes aux intérêts supposés de la majorité des téléspectateurs. Les rapports annuels de la RTBF véhiculent à cet égard un discours résigné  : «  La télévision doit accepter cette situation de fait et en tirer le meilleur parti11  ». Dans un contexte où, en outre, la chaîne nationale se voit confrontée à des difficultés budgétaires persistantes et exposée à la concurrence accrue des chaînes privées et étrangères, les émissions littéraires et culturelles deviennent progressivement plus marginales.

7Les décennies 1970 à 1990 voient s’opérer des transformations majeures dans le paysage audiovisuel. La télévision, ayant définitivement quitté le statut de médium confidentiel, accède à celui de médium de masse. L’arrivée de la couleur (en 1971 en Belgique) intervient dans un contexte marqué par une véritable explosion de l’offre télévisuelle. La RTBF est progressivement confrontée à la concurrence du secteur privé et rencontre d’importants problèmes budgétaires. Pour autant, la présence de la littérature sur les antennes n’est pas encore mise en danger, comme le révèle la persistance d’adaptations littéraires, de captations de représentations et d’émissions littéraires. La RTBF continue de produire des émissions littéraires de plateau, conçues – dans la lignée du modèle à succès d’Apostrophes – selon le format de l’émission-débat (Écritures, Dites-moi…), ainsi que des documentaires littéraires. Au cours de cette période, les documentaires affichent un recentrement sur les lettres belges et contribuent à la mise en valeur du patrimoine littéraire national. On retiendra en particulier une série de quatre émissions – Bouquins, Livres propos, En toutes lettres, Œuvres en chantier –, dont la réalisation est principalement prise en charge par le duo formé par Marianne Sluszny et Guy Lejeune, ou encore par Jean-Marie Mersch. Essentiellement consacrées aux auteurs belges, ces émissions témoignent d’une volonté explicite de promouvoir la littérature indigène.

8À partir des années 1990-2000, on observe une diminution notable de la place accordée à la littérature dans la grille des programmes. Les documentaires et les captations de représentations théâtrales se font de plus en plus rares, puis disparaissent complètement, tandis que s’impose définitivement le modèle du talkshow. Notons néanmoins le titre Si j’ose écrire (1998-2004), une émission animée par Dolorès Oscari, qui accueille des invités du monde littéraire et culturel, dont un grand nombre d’écrivains belges (William Cliff, Marcel Moreau, Pierre Mertens, Hubert Nyssen, Charles Bertin, Jacqueline Harpman, Jacques Sojcher…), ainsi que des personnalités étrangères comme Alexandro Jodorowsky ou Jacques Derrida. Depuis le début des années 2000, Thierry Bellefroid a repris le flambeau de la littérature à la RTBF et a dirigé successivement trois émissions  : Mille-Feuilles (2004-2011), une émission-débat réalisée en studio  ; Livrés à domicile (2011-2019), émission à la formule originale qui s’invite au domicile de lecteurs en y conviant des auteurs  ; et enfin Sous couverture (2019-), proposant une rencontre avec un auteur autour d’un livre, dans des décors de halls d’hôtel. Ces deux dernières émissions sortent du studio pour investir des espaces plus insolites, allant jusqu’à franchir la porte des appartements de leurs auditeurs, et témoignent d’une volonté de proximité avec le public. Moins propices aux débats approfondis qu’offraient les émissions des années 1950-1960, elles assurent malgré tout une place au livre et à son actualité sur les chaînes publiques belges.

9La place de la littérature à télévision, mais aussi la place de la télévision dans la société, s’est au cours des années fortement réduite. Suivant en cela l’évolution des pratiques culturelles, la diffusion de la littérature emprunte d’autres voies, et notamment Internet, qui offre aux auteurs et aux œuvres un rayonnement plus large et immédiat. Toujours reste-t-il que l’audiovisuel littéraire est loin d’avoir disparu  ; migrant des chaînes télévisées vers les plateformes numériques, il se présente désormais sous forme de vidéos personnelles diffusées par les auteurs sur les réseaux sociaux, d’entretiens publiés sur les plateformes des éditeurs, ou encore de captations réalisées à l’occasion de lectures ou de spectacles par des institutions de conservation, sans même parler du phénomène des «  booktubeurs  ». D’autre part, si l’on observe un déclin progressif de l’émission littéraire télévisée, la révolution numérique permet de donner à ces sources une seconde vie  : elle renouvelle les modes de conservation et facilite l’accès à ce patrimoine (une mission assurée en Belgique par la SONUMA) tout en leur offrant une visibilité et une circulation accrues à travers les plateformes en ligne, où elles s’agencent et se recomposent selon un tableau dynamique et changeant.

10La télévision publique a principalement assuré la présence de la littérature sur le petit écran en Belgique. Il semblait nécessaire d’évoquer ces quelques repères pour mieux situer les contributions qui composent ce dossier dans un contexte historique. Si elles dépassent une histoire croisée de la littérature et la télévision, les analyses que nous présentons ci-dessous reflètent en effet, chacune à leur façon, les tensions et paradoxes qui ont animé l’historique qui précède  : entre attraction et rejet, entre opportunités et contraintes, entre édification culturelle et promotion de soi. La variété des contributions permet d’envisager la télévision à la fois comme vecteur de diffusion de l’actualité littéraire, comme outil de patrimonialisation et de consécration, et comme levier de création de la littérature en tant que telle.

11Le dossier s’ouvre sur un article d’André Deridder qui étudie les relations entre télévision et théâtre à travers les captations de représentations théâtrales réalisées entre 1953 et 1990. Sur la base d’un dépouillement d’archives inédit, l’article aborde les conditions de production de ces captations par la télévision publique. Il montre notamment les enjeux financiers et les conséquences sur l’audimat qu’a pu représenter le choix du lieu d’enregistrement (en studio ou dans une salle de théâtre, avec ou sans public). Il dévoile également de potentiels effets de concurrence, comme lorsque la retransmission d’une captation a exceptionnellement précédé une création en salle, tout en mettant en évidence les retombées qu’ont eues ces captations pour la promotion et la rémunération du personnel des théâtres.

12La contribution de Christian Janssens aborde, quant à elle, la question de l’adaptation d’œuvres littéraires pour la télévision. Il définit les contours de ce type de production à travers l’exemple du roman Mariages de Charles Plisnier, adapté par Teff Erhat sur un scénario coécrit avec l’écrivain José-André Lacour. Par rapport aux captations de représentations théâtrales, d’autres effets de concurrence apparaissent, notamment vis-à-vis du cinéma. Grâce à une étude attentive du scénario de Mariages, Janssens montre que la découpe narrative se plie aux contraintes du format télévisuel et à son articulation en plusieurs épisodes.

13Le rôle de promotion joué par la télévision a pu pousser des figures comme Christian Bussy à jouer habilement entre des activités journalistiques et littéraires. C’est ce que montre l’article de Manon Houtart  : cette enquête autour de Bussy permet d’expliquer la renommée publique des surréalistes malgré la vie cénaculaire du groupe. Ceux que tout oppose en apparence – un mouvement d’avant-garde et un support de divertissement de masse – se trouvent plus liés qu’on ne le pense  : la visibilité d’un mouvement aussi réservé aux happy few que le surréalisme repose sur la publicité qu’on lui fait. Bussy n’a pas seulement assuré la présence médiatique des surréalistes, il a pris part à leurs activités et s’est mis au service de leur postérité en menant une collecte systématique de documents.

14Le présent dossier s’intéresse aussi à la relation que certaines figures majeures des lettres belges ont entretenue avec la télévision. Si les différents articles montrent souvent qu’une désaffection pour le média – désaffection parfois fièrement revendiquée –, cette réserve est loin d’empêcher écrivains et écrivaines d’apparaître avec fréquence à la télévision et de s’y mettre en scène. François-Xavier Lavenne montre ainsi que le poète Maurice Carême, qui ne possédait pas de poste de télévision, a bénéficié d’une attention soutenue de la part du média, au point que son image publique fut infléchie par de nombreuses émissions. Tour à tour consacré comme un poète en osmose avec la nature ou proche des enfants, il fut enfin présenté comme un poète national, par l’amour du pays dont témoignent ses œuvres mais aussi par la personnalité qu’il incarne à l’écran.

15La télévision peut également susciter l’événement, comme le montre l’interview de Georges Simenon mené par Bernard Pivot en 1981 dans le cadre d’Apostrophes. Laurent Demoulin élève notre regard par rapport à cette rencontre entre un écrivain mondialement célèbre et un journaliste confirmé. Au crépuscule de sa carrière et accablé par le suicide récent de sa fille, Simenon vient de publier des Mémoires qui sont au centre de la discussion. L’analyse les révèle tous deux victimes de leur propre rôle  : Pivot tenté, presque malgré lui, par le sensationnalisme que les circonstances appellent  ; Simenon, peut-être sincère, renonçant au personnage médiatique qu’il s’était fabriqué.

16L’entrée de Marguerite Yourcenar à l’Académie française, première femme à y siéger, représente un autre événement suivi par la télévision. Paradoxalement, en cherchant à saisir l’événement, la télévision révèle ici ses limites. Mireille Brémond montre les efforts de présentateurs pour immortaliser l’instant, sans que leur commentaire ne parvienne à rendre compte efficacement du discours de l’écrivaine et, plus globalement, de son œuvre littéraire. Figure médiatique établie, qui entretient déjà de nombreux contacts avec le milieu journalistique, Yourcenar a par ailleurs pesé dans le choix de retransmettre son allocution sur la troisième chaîne nationale française.

17Jean-Philippe Toussaint refuse le plus souvent les invitations à parler à la télévision et n’hésite pas à définir ce média comme antagoniste à la pensée. Il n’est pourtant pas non plus à un paradoxe près comme le note Christophe Meurée qui rappelle que l’écrivain s’intéresse aussi au pouvoir d’attraction du média dans son roman La Télévision. En analysant le film La Cuisine de Jean-Philippe Toussaint de Pascal Auger, auquel participe l’écrivain, l’étude de Christophe Meurée démontre qu’à travers la télévision Toussaint aborde une question fondamentale pour l’art et la littérature  : celle du rapport entre authenticité et inauthenticité.

18Enfin, un tel dossier consacré à une histoire de la littérature à la télévision ne pouvait faire l’impasse sur le cas d’Amélie Nothomb, dont on connaît les tenues distinctives qu’elle arbore sur les plateaux. Comme le montre l’analyse de Nausicaa Dewez, Nothomb, soi-disant conciliante, pose en victime sacrificielle, se plaignant du rôle humiliant qu’on lui fait tenir. La télévision finit par représenter pour elle plus qu’un vecteur de promotion  : Nothomb l’incorpore à sa persona littéraire et à ses récits au point de devenir représentative d’une génération de la télévision, et de délaisser les nouveaux médias apparus avec le numérique.

19Le présent dossier est complété par deux entretiens disponibles dans l’édition en ligne de la revue (www.textyles.be).

20Selina Follonier et David Martens ont rencontré Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, spécialistes de la littérature en Belgique francophone, pour examiner le rapport entre l’institution littéraire et la télévision en Belgique. Ceux-ci notent la portée relativement faible de la télévision comme instrument de promotion et de valorisation de la littérature, alors même que des relations étroites entre personnes et réseaux littéraires et médiatiques existaient à certaines époques. Selon eux, la situation en Belgique est telle qu’on peut observer une juxtaposition de cercles qui finalement ne communiquent guère entre eux. Ils ajoutent que la pointe de la création n’est pas particulièrement présente à la télévision et, davantage, que la télévision contribue à façonner une littérature de personnes habituées à ce médium et à ses codes, jusqu’à avoir un impact sur les œuvres littéraires produites.

21Dans un échange à quatre voix mettant en discussion plusieurs regards sur la télévision et son histoire, Marianne Sluszny et Thierry Bellefroid commencent par revenir sur leur implication en tant que réalisateurs d’émissions littéraires à la RTBF. Ils soulignent notamment la place quantitativement dominante prise par les «  émissions de flux  » et les raisons de cette tendance, qui tient aux investissements considérables en temps et en moyens qu’impliquent des «  émissions de stock  », celles qui se consacrent plus volontiers au patrimoine littéraire. Ils soulignent en outre le rôle de modèle d’une émission comme Apostrophes, qui a dominé le paysage audiovisuel hexagonal, mais aussi plus largement francophone, et par rapport auquel il s’agissait de se positionner, en reprenant certains de ses traits, mais aussi en s’en distanciant dans un but d’innovation. Historien de la culture et des médias en Suisse romande, François Vallotton apporte pour sa part un point de comparaison instructif avec un autre pays francophone voisin de la France. Il souligne la disparition des émissions spécifiquement consacrées à la littérature à la RTS et évoque les enjeux et les difficultés que ces sources représentent pour la recherche. Enfin, Laurence Boudart, directrice des Archives et Musée de la littérature (AML), revient sur la place de la mémoire audiovisuelle de la littérature au sein des collections des AML, mais aussi sur l’entreprise de conservation d’une mémoire théâtrale à laquelle œuvre son institution. Manière de souligner – pour renouer avec nos conclusions sur l’émission littéraire – que le champ de l’audiovisuel littéraire dépasse aujourd’hui largement le périmètre de la télévision et représente un espace mémoriel et un terrain de recherche vaste et diversifié.

Haut de page

Notes

1 Sojcher (Jacques), «  Malgré tout  », dans Sojcher (Jacques), dir., Revue de l’Université de Bruxelles, n°  1-4, La Belgique malgré tout. Littérature 1980, 1980, p. ix.

2 Idem.

3 Viala (Alain), «  L’histoire des institutions littéraires  », dans Béhar (Henri) et Fayolle (Roger), dir., L’Histoire littéraire aujourd’hui, Paris, A. Colin, 1990, p. 122.

4 Robert Lombaerts, entretien non publié (août 2020).

5 Une réforme des structures aboutira en 1977 à la scission de ces départements et, côté francophone, à la création de la RTBF (Radio-télévision belge de la Communauté française), chargée du service public de la radio-télévision de la communauté belge francophone.

6 En exemples à l’appui, nous citons davantage dans cette introduction l’histoire des émissions littéraires, puisque d’autres contributions de ce dossier consacrées respectivement à l’adaptation littéraire (par Christian Janssens) et aux captations de représentations théâtrales (par André Deridder) nous permettent d’y renvoyer le lecteur.

7 Nora (Olivier), «  La visite au grand écrivain  », dans Nora (Pierre), dir., Les lieux de mémoire II. La nation, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque illustrée des histoires, 1986, p. 563-587.

8 [RTB], Rapport annuel, 1966, p. 50.

9 [RTB], Rapport annuel, 1962, p. 42.

10 [RTB], Rapport annuel, 1965, p. 45  : «  La tâche de la section littéraire est avant tout de donner un reflet valable de la vie culturelle en Belgique  ».

11 [RTB], Rapport annuel, 1971-1972, p. 104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Dessy, Selina Follonier et David Martens, « Littératures à l’écran  : un cadrage belge »Textyles, 63 | 2022, 7-15.

Référence électronique

Clément Dessy, Selina Follonier et David Martens, « Littératures à l’écran  : un cadrage belge »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6144

Haut de page

Auteurs

Clément Dessy

fnrs-Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Selina Follonier

Université de Lausanne & FNS

Articles du même auteur

David Martens

KU Leuven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search